RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR

Partagez|

балерина и солдат | WinterWidow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1995
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Adrian Krueger & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: балерина и солдат | WinterWidow Jeu 19 Juil 2018, 01:47


балерина и солдат

Feat. Natalia & Bucky

▼▲▼


20 septembre 1945

Cela fait déjà treize jours qu'il y a eu cette attaque sur Time Square, pour généraliser puisque de ce qu'il a pu entendre, Brooklyn a été touchée aussi ce jour là. Sans oublier l'immeuble en flammes proche du leur. Treize jours et bien qu'il se soit passé des choses, il a cet arrière-goût d'inactivité qui ne le lâche plus. L'impression que rien avance, qu'ils en sont toujours au même point aussi bien avec les deux dans la cave, qu'avec les recherches sur ceux s'étant enfuis. Karla qu'il a plus que pu voir mais aussi Venom, qu'il a plus que bien vu étant donné qu'il allait le tuer sans l'intervention de Steve pour l'arrêter. Mais oui, il en est là à presque tourner en rond, à ne plus supporter de ne rien faire ou d'avoir l'impression de ne rien faire. Quoi qu'en dise, quoi que Steve en dise, il reste un soldat qui a besoin de bouger. Honnêtement, il ne sait pas ce qu'il peut attendre avec l'idée qui lui est venue en tête, il y a plusieurs jours déjà. Idée qu'il a retardée aussi longtemps que possible mais il ne tient plus.

Alors, il en est là, à pratiquement 22h, à passer d'une rue à l'autre. Se faufilant dans les ombres, habillé lui-même de noir des pieds à la tête, une ombre parmi les ombres. Sa tenue d'Hydra sur le dos, armes à feu et couteaux répartis sur lui, sa paranoïa n'est toujours pas redescendue d'un cran depuis cette attaque de Time Square. Dès qu'il pose un pied dehors, il doit avoir des armes sur lui, quand bien même il en est une à lui tout seul et pas besoin de faire référence à son bras pour ça. Bras, qui est d'ailleurs dissimulé par un léger pull à manches longues, noir lui aussi, qu'il porte sous sa veste tactique. Sa main dans un gant dont il n'est pas nécessaire de donner la couleur n'est-ce pas. Ses cheveux longs tombant librement, dissimulant en partie son visage, même s'il porte les lunettes que Strange leur a fournit, condition impérative posée par son homme pour qu'il puisse sortir. En journée, il veut bien mais à la nuit tombée quelle utilité ? Qu'importe, il l'a fait quand même. L'impression que ses bottes frappent le revêtement des rues alors même qu'il est pratiquement inaudible dans sa manière de se déplacer. Peut-être parce que plus il approche de Time Square plus un vide se fait sentir, un étrange vide d'ailleurs alors que normalement c'est le coin le plus animé de la ville. Ou un des coins, cela se mélange encore dans sa tête avec ses souvenirs.

Se glissant habilement au milieu du chaos qui règne encore au sol, s'assurant d'être seul pour s'avancer vers l'endroit où il a passé Venom à tabac. Avant de lever le nez vers le seul bâtiment encore debout, les choses sont allées vite ce jour là et il n'était plus aux commandes de lui-même mais il lui semble que c'est par là que Venom ou plutôt Brock a été emmené. Visiblement le symbiote n'était plus aux commandes quand il a été traîné loin de ses poings. Hum. Il savait qu'il ne trouverait rien dehors mais dans l'immeuble qui est un peu le but de sa visite d'ailleurs.

Il repense aussi au fait que sans doute, ils n'ont pas que Karla et Venom à attraper, que Loki pourrait bien être là lui aussi s'il se fie aux descriptions de Wade. Mais si tel est le cas, nul doute que d'autres surprises peuvent encore leur tomber dessus. C'est prudemment, qu'il s'avance et entre dans l'immeuble, il n'a aucune idée de ce qu'il pourrait trouver, de ce qu'il cherche même mais au moins il fait quelque chose. Commençant par étudier le rez de chaussée avec minutie et silencieusement avant de grimper au premier étage. Prêt à poursuivre son inspection, restant à l’affût du moindre bruit incongru.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Léviathan & KGB
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t933-natalia-a-shostakova-o-

MISSIVES : 208
FT. : Holland Roden.
COPYRIGHT : PHILOPHOBIA (avatar) | siren charms (signature)
AKA. : Black Widow (not yet)
STATUT CIVIL : Fiancée contre son gré. Même si on aimerait lui faire croire que c'est un honneur. Le déplaisir est partagé.
LOCALISATION : New York à cet instant, au Kremlin en URSS normalement.
MULTIFACE : Steven G. Rogers, Loki Laufeyson, Gamora, Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod
DATE D'ARRIVÉE : 23/06/2018
ZONE LIBRE :


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Jeu 19 Juil 2018, 19:01

let's get lost
WinterWidow


Elle n'avait pas l'envie de faire du zèle. Ne voulait pas être vu comme ces personnes imbues d'elles-même qui avaient trop confiance en leur capacité au point que c'en était ridicule. Pourtant elle avait pris l'initiative de se rendre dans cet immeuble d'où elle avait vu la valkyrie sortir, cette envie de trouver des pistes qui pourraient mener à elle. Les soviétiques avaient la rancune tenace, disait-on. Ce n'était pas forcément faux. Elle n'avait pas du tout apprécier l'attaque surprise et se faire planter dans l'épaule, ses mouvements étaient toujours douloureux même après treize jours, elle ne pouvait pas encore lever le bras droit totalement sans qu'il ne la heurte. C'était déplaisant. Elle devait s'accoutumer à la douleur, composer avec, ne pas se plaindre, hors de question que quelqu'un saisisse cette occasion pour l'écarter de son but et de ce pourquoi elle était née.

Elle avait attendu la nuit pour infiltrer le bâtiment, le seul encore vraiment debout. La valkyrie en était sortie et si l'immeuble avait implosé à certains endroits, certains étages restaient intacts. Elle avait noué ses cheveux, une queue basse, elle avait enfilé des vêtements noirs. Ses armes étaient chargées pour certaines, affûtées pour d'autres. Le premier qui passerait et la verrait pourrait dire adieu au commun des mortels.

Elle était montée à un étage puis finalement un autre, allant de pièce en pièce à la recherche d'indice. Elle tombait sur des salles d'archives, sur des bureaux abandonnés, des photos de familles au cadre brisé, au verre brisé. Elle ne parvenait même pas à s'en émouvoir, elle se disait juste qu'il était dommage de ne trouver aucun indice sinon les dégâts des tremblements de l'immeuble du aux déflagrations. Elle marchait sur le verre brisé des vitres, ses chaussures renforcées lui permettant de ne pas se retrouver avec un bout de lame dans le pied. Elle n'avait rien d'une touriste ou d'une femme qui se serait perdue ou trompée de chemin. Elle restait au second étage, marchant sur les débris de la fenêtre, seul moyen de parvenir aux traces de sang qu'elle percevait grâce à la lumière de la lune à travers la pièce. Une pièce avec des traces de sang, de main, elle essayait d'imaginer ce qu'il s'était passé ici, peut-être que la Valkyrie avait trouvé un homme ou une femme et lui avait réglé son compte pour l'empêcher de parler, en tout cas elle ne trouvait aucun corps.

Son pas était léger, elle faisait de son mieux pour passer inaperçu par le son comme par la fenêtre, qu'on ne l'entende ni ne la voit. Changeant finalement de pièce en suivant les traces de sang sur le mur pour voir jusqu'où elle allait ainsi. Trace de sang qui descendait des escaliers, ce qui la faisait soupirer de devoir descendre à nouveau mais ce qu'elle faisait, sait-on jamais.

Et c'était effectivement jusqu'à des toilettes qu'elle suivait les traces, elle peinait à ouvrir la porte de celle-ci mais finissait par réussir en retirant des épingles de ses cheveux, la porte était coincée même après qu'elle l'était déverrouillée et elle finissait par comprendre pourquoi. Elle trouvait le lavabo couvert de sang et une jeune femme d'une petite vingtaine écroulée au sol, pas les tripes à l'air mais pas loin. L'odeur de décomposition du corps était infecte, entre l'enfermement de la pièce et la chaleur qu'il avait fait ces derniers jours, n'importe quel humain normal aurait dégobillé, elle se retenait surtout de justesse. Immonde. Elle pensait qu'ils auraient au moins eu la décence de retirer les corps mais il semblerait que non. L'entrée était couverte mais quand même. Elle imaginait donc facilement la femme avoir été blessée, être descendue aux toilettes pour se cacher mais ne pas avoir eu le temps de faire plus.

Elle laissait la porte ouverte, ses mains étaient cachées par des gants noirs de toute façon, pas d'empruntes possible. Elle ne trouverait rien de plus ici.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1995
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Adrian Krueger & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Lun 23 Juil 2018, 16:07


балерина и солдат

Feat. Natalia & Bucky

▼▲▼

Il est là dehors dans les rues de celle qui a été sa ville autrefois, il ne faut pas croire mais ça reste très difficile pour lui d'arpenter New-York. Pour tous les souvenirs qui remontent à la surface et qu'il n'a pas le temps de traiter, les rangeant à chaque fois dans un recoin de son esprit. Compartimenter les choses, il l'a toujours fait, on lui a même dit que c'est pour ça qu'il tient encore debout malgré tout ce qu'il a vécu et fait. Ce dont il doute énormément mais soit. Il fait ainsi, reléguant les choses dans un coin, il prendra le temps de les analyser plus tard au calme. Quand il sera de retour auprès de Steve. C'est aussi pour ça qu'être dehors reste difficile, il n'est pas près de Steve, il ne peut pas veiller sur lui à chaque seconde qui peut passer. Il doit lutter contre lui-même et ses penchants obsessionnel et sur-protecteur pour ne pas faire demi-tour l'air de rien. Mais faire demi-tour serait contre-productif et n'apaiserait pas ce besoin vital de faire quelque chose, d'arrêter de se sentir inutile à faire avancer les choses. Il aurait pu dire à Steve de venir, oui, en effet mais il a refusé, il doit le faire tout seul et ils doivent apprendre à ne pas être tout le temps collés l'un à l'autre à se couver mutuellement. Parce que oui, son homme n'est finalement pas mieux. Et ils l'ont dit qu'ils doivent y arriver, qu'ils ne doivent pas laisser leurs sentiments interférer à chaque fois. Quand bien même pour Bucky c'est un peu, beaucoup, énormément lutter contre son instinct.

Compartimenter, c'est ce qu'il fait dès qu'il pose un pied à l'endroit de leur combat d'il y a treize jours. Agir froidement avec rien qui ne peut venir le perturber et le déstabiliser, analysant ce qu'il s'est passé ce jour là et le faire de manière détachée. Il n'y a pas la place aux sentiments ce soir à cet endroit. Pourtant de ses pensées et hypothèses sur les événements qui se sont produits, son instinct se met en route...tout comme ses réflexes d'arme programmée et sur-entraînée. Il doit faire avec, il est ainsi maintenant et si le Soldat ne peut plus reprendre les rênes, il n'en reste pas moins qu'ils sont là tous les deux et ne font presque plus qu'un.

La prudence est de mise quand il arrive dans l'immeuble et inspecte le rez de chaussée, posant un regard froid sur les marques rougeâtres sur le mur et sur les quelques éclats dus à des balles. Rez de chaussée qui ne lui en apprend guerre plus si ce n'est pour constater une trace sur le mur de l'escalier et qui a clairement été faite dans le sens de la montée. Pister quelque chose et savoir dans quel direction peut aller toute trace, une des choses qu'il a apprise il y a bien longtemps et dont il sait encore parfaitement se servir. Bien. Le premier étage donc, il monte les volées de marches en silence, avec assurance, scrutant tout au passage, cherchant d'autres marques. Il parvient à éviter les débris au sol et à finir sur le palier du premier étage, s'enfonçant alors dans le dit étage. Ne cillant toujours pas à tout ce qu'il peut voir autour de lui, les bureaux abandonnés, le saccage des pièces, les vitres brisées quand ce n'est carrément pas une trouée dans la façade extérieure.

Tous ses sens aux aguets et pas seulement sa vue, à la recherche d'une piste, d'une trace ou d'une odeur voir d'un son. Et c'est bel et bien un bruit qui parvient à son ouïe en provenance de derrière lui et de l'escalier qu'il a quitté il n'y a même pas deux minutes. Quelqu'un ou simplement un chat qui passerait par là ou encore un bout de l'immeuble qui se détache plus haut dans les étages. Non, pour ce dernier le bruit serait différent, là on dirait une porte qui grince et qui se fait forcer. Il progresse rapidement, évitant les zones de lumière sur le sol que les fenêtres brisées ou non peuvent offrir. Jusqu'à arriver vers une zone qui semblaient être des toilettes pour apercevoir une silhouette noire se mouvant par là. Une silhouette féminine même et si l'éclat roux d'une queue de cheval le fait tiquer, il ne se stoppe pas à ça. La luminosité est de toute manière bien trop faible et s'il n'avait pas ce sérum en lui qui augmente ses sens, il aurait facilement pu ne pas la voir.

Trop de débris jonchent le sol pour qu'il parvienne à être aussi silencieux qui le désire en avançant vers elle. Elle va forcément l'entendre même sans super-sens. Il aura néanmoins l'effet de surprise escompté en arrivant ainsi derrière cette silhouette. Et surtout si elle ne fait pas partie de ces "vilains" ayant des pouvoirs particuliers, il n'a rien à craindre d'elle. Comme elle peut simplement être là pour le compte de quelqu'un qui sait, tellement de possibilités.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Léviathan & KGB
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t933-natalia-a-shostakova-o-

MISSIVES : 208
FT. : Holland Roden.
COPYRIGHT : PHILOPHOBIA (avatar) | siren charms (signature)
AKA. : Black Widow (not yet)
STATUT CIVIL : Fiancée contre son gré. Même si on aimerait lui faire croire que c'est un honneur. Le déplaisir est partagé.
LOCALISATION : New York à cet instant, au Kremlin en URSS normalement.
MULTIFACE : Steven G. Rogers, Loki Laufeyson, Gamora, Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod
DATE D'ARRIVÉE : 23/06/2018
ZONE LIBRE :


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Dim 29 Juil 2018, 21:02

let's get lost
WinterWidow


Ces lieux étaient lugubres. Parfois elle regrettait ses idées. Faire du zèle en venant ici n'était pas l'idée du siècle, avouons-le. Elle aurait pu faire bien des choses mais ça, elle se rendait compte que c'était idiot en ouvrant cette porte et découvrant le cadavre en putréfaction. Le plus marquant pour elle n'était toute fois pas le cadavre, mais l'odeur. Des cadavres, elle en avait vu des tas, elle en avait fait des tas, mais l'odeur d'un corps entrain de pourrir était une chose à laquelle on ne pouvait pas s'habituer, selon elle. Il y avait toujours cette nausée. Elle avait dans l'idée de quand même chercher à remonter à l'étage pour voir s'il n'y avait rien, sait-on jamais. Pourtant... Elle entendait quelque chose et son entraînement lui avait fait comprendre qu'il fallait toujours s'attendre au pire.

Des bruits de pas, c'était ce qu'elle pensait avoir entendu. Elle levait lentement son regard par dessus son épaule puis finissait par regarder devant elle, mimant de ne rien avoir vu alors qu'elle avait pourtant vu l'ombre dans son dos et que s'il s'agissait de n'importe qui, il lui aurait parlé, il se serait probablement excusé mais n'aurait pas cherché à se glisser discrètement derrière elle. Au pire, ce serait un témoin gênant et il n'en fallait aucun. Le corps-à-corps, elle maîtrisait. Natalia connaissait parfaitement certains arts martiaux et y avait été entraîné pendant son kidnapping. Là où c'était plus compliqué, c'était avec une arme à feu et une arme blanche. Il fallait vite réagir. Arme à feu ? Cela ferait trop de bruit et cela aurait vite fait d'ameuter les possibles policiers des environs. La discrétion étant de mise, elle prenait la dague dans l'étui attaché à sa cuisse. Mouvement fluide et rapide. Un coup dans la carotide et bye bye. Sans compter qu'il serait plus simple si elle en jugeait la distance à l'ouïe pour lui planter la dague dans le cou que sortir son arme à feu et lui tirer dessus, l'arme serait trop proche, elle n'était pas assez douée avec une arme à feu pour tirer dans l'obscurité en totale confiance et question recule... Bref. L'arme blanche était le choix de prédilection. Un mouvement discret pour se saisir de la lame, attendant simplement d'entendre plus directement les bruits.

Natalia ne préviendrait pas, il n'y aurait pas de menace, de « tu bouges ou je te bouge », pour ça il fallait avoir des états d'âme, ce qu'elle n'avait pas. Tu es sur mon chemin, c'est dommage pour toi, mauvais endroit mauvais moment et tu te retrouves avec ma dague plantée dans le cou et tu te retrouves à bouffer les pissenlits par la racine. Un mouvement fluide en se retournant, toute dague sortie, quand elle sentait la présence suffisamment proche dans son dos. La dague aurait vite fait de se planter dans la chair de l'inconnu, espérant avoir visé suffisamment haut pour atteindre son cou et suffisamment bas pour l'atteindre sans que son bras ne lui passe au dessus de la tête, après tout elle ne l'avait vu qu'une micro seconde et avait pu mal juger sa taille. Mais ce ne serait qu'une question de secondes pour qu'elle ne parvienne à vraiment l'atteindre si elle foirait son premier coup.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1995
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Adrian Krueger & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Mar 31 Juil 2018, 19:25


балерина и солдат

Feat. Natalia & Bucky

▼▲▼

Vider son esprit et ne plus penser qu'à la mission, quand bien même il se l'est donné seul sans que ne la lui impose ou ordonne. Vider son esprit pour rester concentrer sur ce qu'il doit faire même si cela peut vouloir dire sortir bredouille de son exploration. Bucky a déjà pu constater à de nombreuses reprises qu'il y parvenait plus facilement autrefois, en même temps, avant, il n'avait rien pour venir lui encombrer l'esprit. Plus de souvenirs, plus d'identité, juste la mission et les ordres reçus. Que là c'est moins évident de parvenir à ce résultat, ce n'est vraiment qu'en commençant à fouiller et en montant les escaliers qu'il y parvient. Son esprit se verrouillant sur ce qu'il compte chercher même s'il ne sait pas exactement ce qu'il cherche ou peut-être qu'il y arrive parce qu'il n'a que lui-même à protéger, qu'il ne doit veiller que sur sa propre personne.

Toujours est-il que son esprit analytique prend le dessus, c'est un regard froid et détaché qu'il pose sur tout ce qui l'entoure. Les sentiments n'ont pas leur place ici et certainement pas une forme d'empathie en imaginant ceux qui ont pu se retrouver coincés dans cet immeuble. Immeuble qui devrait finir rasé dans pas longtemps, s'il ne s'effondre pas avant, ce qui ne peut que l'inciter à redoubler de prudence. Bien que sa manière de se mouvoir n'est pas aidé par tout ce qui se trouve sur le sol, on ne peut pas dire qu'en cette soirée, le fantôme soit réellement invisible. Ce qui ne le dérangerait pas s'il n'y avait pas eu ces bruits qui lui font penser que quelqu'un se trouve présent en même temps que lui. Qu'à cela ne tienne, il n'a de toute manière que peu de choses à craindre selon qui il a en face de lui et il sait d'avance qu'il ne se risquera pas seul à stopper un de ceux que leur groupe recherche. Mais il doit en avoir le cœur net et savoir à qui il doit s'attendre.

La luminosité est faible pourtant il est persuadé que la silhouette sait parfaitement qu'il y a quelqu'un derrière elle. Et que la femme, puisqu'il ne peut se tromper là dessus entre les cheveux longs et le gabarit, sait très bien qu'il est en approche. Que va t-elle faire ? Se retourner et lui parler ? Chercher à savoir qui il est et ce qu'il fait là ? Ou se prépare t-elle à passer à l'attaque ? Son corps fourmille de cette adrénaline spécifique d'avant un combat, les muscles prêts à ce possible effort s'ils en arrivent là. Pour autant, ce n'est pas lui qui fera le premier mouvement d'attaque, une des tactiques de base que de laisser l'adversaire faire le premier geste. Ce qui pouvait déterminer l'issu d'un combat par ailleurs selon comment les choses se passent alors oui, qu'elle attaque, qu'il puisse un tant soit peu jauger le niveau de son adversaire de la soirée. Car il ne commettra pas l'erreur de la sous-estimer et de se croire d'emblée plus fort, plus rapide et plus mortel qu'elle, se contentant de se rapprocher lentement mais sûrement et de laisser les secondes s’égrener une à une.

Il en a un sourire en coin au premier mouvement qu'elle a, une bonne rapidité couplée avec un bon jugement des distances. Il a le temps de parer son coup en levant son bras droit, laissant la lame de sa dague ou de son couteau riper tout du long de la manche de sa veste tactique. Tant pis si elle entame ou non le tissu, ce n'est pas le plus important pour lui qui pourrait encaisser de prendre la lame dans le bras si elle perce les fibres de nomex et de kevlar. Il aura mal certes mais ça ne le stoppera pas. Non, il dégage sa tête en même temps qu'il pare, se décalant d'un pas pour miser sur sa propre rapidité et sa force pour lui saisir à la volée le poignet dans un mouvement fluide. Son but est simple, pouvoir lui tordre le bras et le lui passer dans le dos tout en continuant lui de bouger et ça pour qu'elle se retrouve le dos collé à son torse ou presque.

Un enchaînement de mouvements qui lui laisse d'ailleurs un arrière goût amer tellement il lui semble familier et déjà vu plus d'une fois. Oh non, pas du déjà vu avec n'importe qui mais avec cette jeune femme là en particulier

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Léviathan & KGB
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t933-natalia-a-shostakova-o-

MISSIVES : 208
FT. : Holland Roden.
COPYRIGHT : PHILOPHOBIA (avatar) | siren charms (signature)
AKA. : Black Widow (not yet)
STATUT CIVIL : Fiancée contre son gré. Même si on aimerait lui faire croire que c'est un honneur. Le déplaisir est partagé.
LOCALISATION : New York à cet instant, au Kremlin en URSS normalement.
MULTIFACE : Steven G. Rogers, Loki Laufeyson, Gamora, Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod
DATE D'ARRIVÉE : 23/06/2018
ZONE LIBRE :


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Ven 03 Aoû 2018, 22:02

let's get lost
WinterWidow


Elle ne croyait pas au destin ni à ces choses idiotes dont parlaient normalement les filles de son âge. Elle était là juste parce qu'elle avait décidé d'y être, parce qu'elle devait y être. Analyser les événements et faire un peu de zèle, sans doute. Son égo avait aussi été heurté avec la dague qu'elle avait reçu dans l'épaule.

Son épaule était toujours douloureuse mais elle faisait abstraction de la douleur, ce n'était pas en restant figée sur celle-ci qu'elle disparaîtrait. Autant continuer ce qu'elle avait à faire. Du zèle. Elle voulait surtout être efficace et n'aimait pas resté dans cette pièce qui était la sienne, elle avait horreur de l'enfermement.

Elle n'était pas peureuse, bien au contraire. Même en entendant les bruits de pas et même en ayant une épaule endommagée, la jeune femme ne reculait pas, bien au contraire. Ce n'était pas un truc de chez elle qu'abandonner de toute façon, on ne l'avait pas élevée pour être si faible.

Elle ne s'était pas dis que ce serait ultra facile non plus, juste que le problème pourrait être vite réglé si elle plaçait bien ses coups, efficacement. Elle avait été rudement entraînée et croyait en ses capacités. Pourtant, premier coup porté. Coup rapidement contré. Bien, elle avait un bon pré-sentiment, cet homme savait ce qu'il faisait. Etait-il venu exprès ? Lui cherchait-il des noises ?

Son poignet attrapé, un gémissement non pas de douleur s'échappait d'entre ses lèvres mais de frustrations. L'homme était grand, l'homme était fort. Elle ne pouvait pas le laisser gagner ainsi si rapidement sous prétexte qu'il savait se défendre. Un coup de pied, ou plutôt, un coup de talon dans le tibia, quitte à manquer de perdre l'équilibre brièvement, elle saurait vite le retrouver. C'était faible comme coup, dans le sens où elle aurait pu mieux faire qu'un grand coup de talon dans un tibia mais elle voulait surtout profiter du coup donné pour pouvoir récupérer son poignet. Un "bordel" qui s'échappait d'entre ses lèvres dans sa langue maternelle sans qu'elle ne s'en rende compte. La frustration. Être trouvée dans cet endroit alors qu'elle pensait avoir été discrète et n'avait aucune idée de qui aurait pu lui mettre la main dessus. Autre test ?

Elle ne laisserait pas facilement tomber, récupérant sa dague tombée dans la foulée et se reculant avec précaution de l'homme pour mieux le juger, restant tout de même dans une position défensive. Une distance de sécurité qui ne resterait pas bien longtemps mais elle voulait surtout juger les déplacements de l'homme pour essayer d'intercepter les possibles coups à venir. Et s'il n'attaquait pas, elle le ferait. Personne ne devait savoir qu'elle était venue ici si elle n'avait rien de probant à ramener à ses supérieurs.
(c) DΛNDELION


- - il n'y a pas plus dangereux que celui qui n'a rien à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1995
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Adrian Krueger & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Mar 07 Aoû 2018, 03:03


балерина и солдат

Feat. Natalia & Bucky

▼▲▼

La parade qu'il effectue est on ne peut plus simple et facile à faire, même pour quelqu'un qui pourrait se soucier de ne pas prendre une lame dans le bras. Un simple enchaînement de mouvements pour tenter de désarmer son adversaire et  de l'immobiliser ne serait-ce que quelques secondes. Le faire pour jauger encore mieux de celle qui peut lui faire face, voir quel niveau elle peut avoir, une mise en jambe pour lui, une manière de voir comment agir et réagir également. Sauf qu'il se retrouve avec cette sensation désagréable de déjà-vu, d'avoir déjà fait ça plus d'une fois et s'il a tiqué à la couleur des cheveux de la demoiselle juste avant, il ne peut quand même pas en venir à penser que...

Pourtant cette manière qu'elle peut avoir de réagir à la prise qu'il effectue, ce gémissement qu'il sait n'est pas de douleur alors qu'il n'a pas réellement forcé. Cette manière de lui filer un coup dans le tibia qui sans lui faire réellement mal, fait en sorte qu'il recule sa jambe et que sa main relâche un peu de sa poigne sur elle. Assez pour qu'elle puisse se dégager en tout cas, chose qu'elle fait son perdre une seconde en lâchant un juron. Cela le fige sur place quelques secondes, non, non, non, ça ne peut pas être elle, ce n'est pas vrai, ce n'est pas possible. Cette voix, cette langue, ces cheveux, leurs mouvements. Non, elle ne peut pas être là, elle n'est pas censé être là à cette époque. Mais au final qu'en sait-il, il ne va la connaître que dans quelques années et vu ce qu'ils ont vécus, il ne peut se fier à sa mémoire.

Il préfère croire qu'il se trompe sur toute la ligne, que ce n'est qu'un nouveau tour de son esprit et que rien est vrai. Il secoue la tête alors qu'elle lui fait face de nouveau, des flashs venant envahir son esprit et qu'il chasse comme il le peut. Ce n'est pas le moment ! Il ne s'agit que d'un tour de son esprit, d'un fantôme de son passé qui veut revenir le hanter ce soir, bien qu'il ne sache pas pourquoi maintenant et pas avant. Il ne bronche pas, ne cille pas face à elle, si ce n'est son regard confus mais comment pourrait-elle le voir avec l'obscurité autour d'eux. Voilà une bonne idée, il doit trouver comment les faire se déplacer vers un rayon de lumière.

Il ne la quitte pas des yeux et ne se le permettrait pas, pourtant il lui semble qu'il y a une zone plus claire non loin d'eux, la lune passant à travers une fenêtre sans aucun doute. Oui, voilà, il faut qu'il arrive à les entraîner vers cet endroit et pouvoir mieux l'observer, quand il verra les traits de son visage, il n'aura plus aucun doute ; il vient de rêver et ce n'est pas elle. Il ne comptait déjà pas passer de nouveau l'offensive, il le fera encore moins maintenant. Viens, approche, attaque. Qu'il puisse manoeuvrer pour les entraîner là où il le souhaite.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Léviathan & KGB
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t933-natalia-a-shostakova-o-

MISSIVES : 208
FT. : Holland Roden.
COPYRIGHT : PHILOPHOBIA (avatar) | siren charms (signature)
AKA. : Black Widow (not yet)
STATUT CIVIL : Fiancée contre son gré. Même si on aimerait lui faire croire que c'est un honneur. Le déplaisir est partagé.
LOCALISATION : New York à cet instant, au Kremlin en URSS normalement.
MULTIFACE : Steven G. Rogers, Loki Laufeyson, Gamora, Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod
DATE D'ARRIVÉE : 23/06/2018
ZONE LIBRE :


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Mar 04 Sep 2018, 23:25

let's get lost
WinterWidow


L'idée qu'on puisse la tester commençait à faire son chemin dans son esprit. L'idée qu'on l'ait trouvé ici et qu'on cherche à voir comment elle pourrait se défendre en situation réelle. Car elle ne voyait aucune raison à ce que cet homme l'ait trouvé, l'ait suivi et se décide à l'attaquer. Bon, certes, elle était celle qui avait donné le premier coup et il n'avait fait que se défendre, mais combien de chances y avait-il seulement pour qu'elle tombe sur un homme qui savait se défendre à cette heure ci, dans cet endroit ?

Elle ne croyait pas au destin ni au karma, cet homme s'était retrouvé là pour les même raisons qu'elle, sans doute. Ou parce qu'on lui avait demandé d'y être. Natalia savait qu'on la suivait dans ce pays, qu'on ne l'avait pas lâchée aveuglément. Elle comptait bien montrer qu'elle était prête à être libre, à agir. Restait à savoir si cet homme faisait du zèle et donc devait être abattu pour que personne ne sache qu'elle-même agissait de la sorte ou si cet homme avait été spécialement envoyé. Ou s'il s'agissait d'un ennemi de l'union soviétique qui l'avait repéré. Trois possibilités qui venaient, deux où elle devait l'abattre, ça partait mal. Le fait était que l'homme semblait savoir ce qu'il faisait donc l'abattre ne serait peut-être pas si aisé. Mais quand on est jeune et sûr de soi, on croit que ce serait du vite fait bien fait.

L'homme n'avançait pas, alors qu'elle tenait sa dague et n'aurait pas hésité à lui planter dans le cou ou dans le coeur. Difficile d'examiner la tenue de l'homme alors qu'il faisait pratiquement noir, difficile de voir s'il avait des protections ou non. Elle suivait son regard comme elle pouvait, tout aussi difficile à voir. Elle essayait de repérer ses mouvements, ses yeux avaient eu le temps de s'habituer à l'obscurité du bâtiment mais cela ne voulait pas dire qu'elle était nyctalope pour autant.

On avait essayé de lui enseigner la patience. Laisser l'autre attaquer pour mieux parer les coups. Mais l'homme semblait être dans cette même idée alors que les secondes, qui paraissaient des minutes, voir des heures, s'écoulaient. Attendre de voir qui attaquerait l'autre en premier. Sauf qu'elle n'avait pas tout le temps du monde à sa disposition et que si elle se débrouillait bien, elle pourrait lui enfoncer sa dague dans la chair. Elle regardait les alentours, regardait ce qui pourrait possiblement lui servir d'appui.

Elle aurait pu tenter la discussion pour le tester, lui demander directement qui il était et pour qui il venait mais révéler si tôt qu'elle pensait qu'il était un espion aurait pu lui faire perdre quelque avantages, elle ne voulait pas lui adresser la parole avant d'être tout à fait sûre. Mais s'il y avait une chose dont elle était sûre et certaine, c'était de ses capacités au combat et qu'un homme ne pourrait pas la mettre à terre. C'était de l'orgueil.

Pourtant, elle ne bougeait pas. Elle pensait foncer mais s'était ravisée en voyant l'homme attendre. Elle n'allait pas se jeter dans la gueule du loup, elle n'en n'était plus à ce niveau là. Alors elle restait sur ses gardes en le regardant, essayant de voir ce qu'il allait faire. S'ils allaient rester un moment comme des idiots à attendre de voir qui bougerait le premier, aussi.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1995
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Adrian Krueger & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Sam 08 Sep 2018, 19:05


балерина и солдат

Feat. Natalia & Bucky

▼▲▼

Bucky refuse catégoriquement de croire qu'il pourrait bien s'agir d'elle, qu'elle pourrait vraiment être en face de lui plus jeune que jamais mais surtout bien vivante. Surtout parce qu'il s'est rappelé d'eux et de leur amitié que lorsqu'il a été trop tard pour faire et dire quoi que ce soit, que c'est une culpabilité qu'il va garder pour le reste de sa vie. Et donc, l'avoir devant lui ne peut que faire remonter tout ceci plus encore mais ça encore, il peut dire qu'il est habitué à faire avec ses culpabilités. Disons que forcément en rentrant ça n'ira pas et qu'il pourra toujours tenter de le cacher à Steve, son homme ne sera pas dupe. Il y a aussi le fait et là il ne comprend pas du tout ce qu'il se passe, c'est que les gestes de cette inconnue, en plus de lui rappeler Natalia, lui font venir des flashs qui n'ont ni queue, ni tête pour lui. Des choses qui sont totalement insensées, oui, et qui lui laissent la cruelle sensation qu'il y a quelque chose d'autre qui lui échappe. Et que ce n'est vraiment pas au début de ce qui semble partir pour être un combat, qu'il va se pencher dessus, il ne peut pas non plus se pencher dessus au risque de commettre une erreur qui pourrait lui coûter cher.

Donc oui, pour lui, c'est un nouveau tour de son esprit, quand bien même il se décide à vouloir en avoir le cœur net et quoi de mieux pour ça que de les entraîner vers la lumière. Malgré que ses yeux se fassent à l'obscurité autour de lui, cela n'est pas suffisant pour avoir la certitude qu'encore une fois, il ne peut pas se fier à son esprit. Ce n'est pas pour autant, que Bucky précipite ses gestes, non, il ne bronche pas et attend qu'elle se décide à repasser à l'attaque. Jeune et fougueuse, voilà ce qu'il peut affirmer en provenance d'elle et sans doute est-elle sûre de ses talents même si elle a commis l'erreur d'attaquer la première. Comme Natalia le faisait encore au début quant on lui a ordonné de la perfectionner, elle n'avait que peu de patience la ballerine. De nouveau, il secoue la tête, il ne doit pas penser ainsi, c'est impossible que cela soit elle, de ce dont il se souvient, elle n'avait jamais mis les pieds aux USA quand ils se sont connus. Il préfère se dire que pour une fois, sa mémoire ne le trompe pas et qu'il a raison.

Sauf qu'elle ne se décide pas à repasser à l'attaque et qu'il n'a pas toute la nuit devant lui n'est-ce pas. Quoi que ça ne le dérangerait pas de patienter encore, elle finirait bien par céder, c'est surtout que Steve l'attend et que son homme va s'inquiéter et qu'il est même capable de débarquer si jamais Bucky traîne de trop. Le brun lui a promis de faire vite, de vite revenir, de faire attention à lui, forcément, il ne pensait pas croiser qui que ce soit non plus. Il compte bien tenir sa promesse et ne pas se laisser retarder plus encore, pourquoi alors ne fait-il pas simplement demi-tour ? Parce qu'on ne tourne pas à le dos à un « ennemi » quel qu'il soit, parce qu'il ne va pas prendre le risque de donner une piste pour trouver leur immeuble. Même s'il a les capacités physique de la semer, il est impossible qu'elle soit aussi rapide que lui à la course. Bref, elle ne se décide pas et il n'a pas toute la nuit devant lui.

Sans se rapprocher d'elle et sans la quitter du regard, Bucky manœuvre pour bouger en direction de ces rayons de lune qu'il sait être juste à côté. Il doit avoir un mètre à faire en avant pour arriver dans une pièce sur sa gauche puis quatre ou cinq mètres à faire en reculant pour l’amener en même temps que lui ou presque dans la lumière. Bougeant pour l'entraîner petit à petit avec lui dans la bonne direction, persuadé qu'elle ne va pas le lâcher, qu'elle va vouloir se débarrasser de lui une nouvelle fois. Il pousse même le vice à sortir un de ses couteaux de combat et à le faire tourner dans sa main, le reflet métallique de la lame devant être assez visible malgré tout, un signal qu'il lui envoie ; viens je t'attends, je vais me débarrasser de toi avant que tu ne puisses dire ouf. Bucky est presque persuadé que cela va la saouler et qu'elle va repasser à l'attaque avant même qu'ils soient au bon endroit, déjà il arrive à rejoindre la porte de la pièce, il n'a plus qu'à reculer quand il sera sûr qu'elle va le suivre.

Et puis l'air de rien, sa manœuvre pourrait être simplement pour avoir plus d'espace pour bouger et l'attaquer correctement, un couloir n'est pas l'idéal pour se déplacer à son aise quand bien même Bucky l'a déjà fait. Cela pourrait même lui faire croire qu'elle pourrait avoir le dessus sur lui, que justement il n'est pas à l'aise là où ils sont.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Léviathan & KGB
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t933-natalia-a-shostakova-o-

MISSIVES : 208
FT. : Holland Roden.
COPYRIGHT : PHILOPHOBIA (avatar) | siren charms (signature)
AKA. : Black Widow (not yet)
STATUT CIVIL : Fiancée contre son gré. Même si on aimerait lui faire croire que c'est un honneur. Le déplaisir est partagé.
LOCALISATION : New York à cet instant, au Kremlin en URSS normalement.
MULTIFACE : Steven G. Rogers, Loki Laufeyson, Gamora, Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod
DATE D'ARRIVÉE : 23/06/2018
ZONE LIBRE :


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Lun 24 Sep 2018, 18:22

let's get lost
WinterWidow


L'homme avait une chance sur elle, elle pouvait le reconnaître. Cela ne tenait pas au fait qu'il soit grand, qu'il paraisse costaud et qu'il sache se battre et ait de bons réflexes, cela tenait plus au fait que l'espionne avait été blessée à l'épaule il y a moins de deux semaines et qu'elle avait encore du mal à effectuer certains mouvements. Son épaule était encore à vif. Un avantage qu'il avait mais qu'elle ne dévoilerait certainement pas à son opposant, ce serait beaucoup trop facile, sinon.

Et voilà qu'il s'en allait, se reculait, allait ailleurs. Elle fronçait les sourcils. Il partait ? Il faisait quoi, au juste ? Elle aurait pu le laisser manoeuvrer, partir de son côté mais si c'était pour prendre de l'élan pour s'en prendre à elle, pas sûre que ça vaille la peine. En même temps, elle ne voulait pas foncer dans un piège. S'il s'en allait, eh, c'était tant mieux, moins d'efforts à produire.

Mais le laisser partir alors qu'il risquait de dévoiler quelque chose sur elle ? Qu'elle soit vu et qu'on sache des choses sur sa position et ses actes ? Personne ne devrait se mettre sur son chemin. Comme elle ne permettrait pas à la concurrence d'exister. Elle soupirait pour elle. Elle n'aimait pas ce genre de jeu du tout et s'amusait largement moins maintenant qu'ils devaient en arriver là.

Je comptais juste te blesser et partir. Mais tu ne me laisses pas le choix.

C'était en anglais qu'elle prononçait ces mots, bien que son accent pouvait la trahir. Elle travaillait encore cet aspect pour le faire totalement disparaître mais il y avait encore un peu de travail à faire. Elle s'avançait jusqu'à lui. A croire qu'elle lui faisait une fleur, une dernière au vue des mots qu'elle lui avait adressé, des mots plein d'arrogance. S'approcher avec précaution sans lâcher son arme cette fois, la tenant fermement. La lui planter dans la gorge, c'était l'idée.
(c) DΛNDELION


- - il n'y a pas plus dangereux que celui qui n'a rien à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1995
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Adrian Krueger & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Jeu 27 Sep 2018, 19:18


балерина и солдат

Feat. Natalia & Bucky

▼▲▼

En finir le plus vite possible, en effet Bucky aimerait mais pour autant, il sait qu'il ne doit rien précipiter, que sinon c'est là que tout et n'importe quoi peut arriver. D'autant plus que la jeune femme semble savoir y faire quand même et que de toute manière, il ne peut pas faire autrement que de faire en sorte de ne pas la sous-estimer. C'est la pire des choses à faire, Bucky peut l'affirmer pour avoir dû douloureusement apprendre cette leçon ; ne jamais se fier aux apparences, ne jamais sous-estimer quelqu'un. Sans oublier que même si elle a commis des erreurs, il n'a pas encore assez matière pour la jauger correctement. Mais oui, il veut en finir rapidement pour pouvoir finir son inspection puis rentrer et oublier ces bouts de flashs qui ne ressemblent à rien selon lui et qui pourtant ne veulent pas le laisser en paix. Jean lui a pourtant dit que quand il a ce genre de souvenirs ou de flashs, il doit absolument creuser dans cette direction mais...non, juste non, il ne veut pas le faire.

Le brun recule surtout, mettant son plan en place sans la lâcher du regard une seule seconde. Se fiant surtout à son ouïe pour savoir ce qu'elle peut faire, sa vue ne l'aide qu'à voir les mouvements qu'elle pourrait esquisser et encore. Il bouge, il recule, il manoeuvre pour finir par l'entendre soupirer. C'est ça, je t'agace alors viens. Se figeant pourtant d'un seul coup, cette voix, sa voix qui lui provoque un frisson qui vient lui parcourir l'échine et qui n'a rien d'agréable. Un flash de mots murmurés au creux de son oreille lors d'une nuit glaciale, des mots le réchauffant autant que l'éclat de ses cheveux roux. Un autre flash, un enchaînement de mouvements alors qu'il se tient derrière elle, qu'il la tient contre lui immobilisée, elle lève la tête vers lui pour lui susurrer quelques mots déstabilisants à l'oreille pour tenter de se défaire de son étreinte et le faire passer par dessus son épaule.

La jeune femme approche, il la voit faire, ne bougeant toujours pas, pris entre ses flashs et cette litanie qui arrive aussitôt ; c'est impossible, ils étaient amis, simplement des amis. Hors les mots entendus dans ses flashs n'ont rien d'amicaux, des mots que l'on peut dire à une personne avec laquelle on a une relation. C'est impossible.
Soldat ? Ya gotov otvechat.
Son esprit bascule et balance, une douleur nouvelle venant s'infiltrer en lui, la sensation d'avoir désobéit à un ordre direct. La punition va suivre et sera terrible. Redresser la situation et éviter une nouvelle torture. Il secoue la tête et la regarde approcher. Tu es un soldat. Tu es le Soldat. Tu es son instructeur.

Il doit lui apprendre, il doit lui enseigner ce qu'il sait, il doit la perfectionner. Leur présent, son passé à lui et son futur à elle se mélangent dans sa tête. Il attend qu'elle soit près de lui, fébrilement malgré ses efforts, il attend qu'elle fasse un seul mouvement pour l'attaquer. Attendre pour faire claquer sa voix dans un russe parfait.

- Apprends l'humilité ballerine.

La perturber pour pouvoir la désarmer d'un mouvement rapide, quitte à tenter encore une fois de lui tordre le bras et pouvoir l'envoyer au sol en dépliant sa force pour qu'elle finisse sa course dans la lumière. Pourquoi veut-il l'envoyer dans la lumière déjà ? C'est Natalia, parce que c'est celle qui fût ta Natalia, parce que tu dois savoir. Ce n'est pas elle et ce n'est pas possible que ces flashs soient réels. Sa voix ne peut pourtant pas le tromper, c'est bien elle mais Bucky ne veut pas croire que ce qu'il voit dans sa tête puisse être bel et bien vrai. Pour le moment, il veut simplement lui donner une leçon, commencer à lui apprendre à son tour qu'on ne doit pas se croire supérieur comme elle peut le penser. La désarmer et l'envoyer s'écraser au sol plus loin, dans la lumière, voilà le premier point qu'il cherche à exécuter.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Léviathan & KGB
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t933-natalia-a-shostakova-o-

MISSIVES : 208
FT. : Holland Roden.
COPYRIGHT : PHILOPHOBIA (avatar) | siren charms (signature)
AKA. : Black Widow (not yet)
STATUT CIVIL : Fiancée contre son gré. Même si on aimerait lui faire croire que c'est un honneur. Le déplaisir est partagé.
LOCALISATION : New York à cet instant, au Kremlin en URSS normalement.
MULTIFACE : Steven G. Rogers, Loki Laufeyson, Gamora, Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod
DATE D'ARRIVÉE : 23/06/2018
ZONE LIBRE :


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Dim 04 Nov 2018, 16:24

let's get lost
WinterWidow


Elle était loin d'être la parfaite combattante. Elle était jeune, impulsive. Elle avait l'expérience du terrain mais n'était pas encore dans la case "perfection". Son impulsivité et son arrogance jouaient souvent contre elle, elle devait apprendre à réfléchir avant de foncer, devait apprendre à mieux jauger ses ennemis au lieu de partir du principe qu'elle gagnerait forcément.

Elle commençait à se lasser de ce cinéma. Elle était même déjà las. Elle voulait rentrer, pas parader. Elle était venue ici pour récolter des informations et pour faire du zèle, rien de plus, rien de moins. Mais cet homme ne semblait pas être n'importe qui et elle ne pouvait pas le laisser lui chercher des noises sans réagir, comme elle ne pouvait pas faire comme si de rien était en partant. Selon qui il était et ce qu'il avait vu, ça pouvait aller loin et s'il disait à quiconque qu'elle avait commis une faute, cela pourrait se retourner contre elle et c'était hors de question. Elle savait être en lisse pour quelque chose d'important et ne laisserait personne se mettre en travers de ses ambitions. Ou ce qu'elle croyait être ses ambitions.

Il lui répondait en russe et cela avait de quoi la déstabiliser et lui faire se dire qu'il était sûrement un espion envoyer par le KGB et qu'il rapporterait ses erreurs à ses supérieurs, raison de plus pour laisser tomber la dague et plutôt sortir une arme à feu pour être sûre et certaine de l'abattre pour que les mots ne fuient pas. Déstabilisant sans l'être : il savait qu'elle était une ballerine et qu'elle était russe, il n'avait pourtant pas vu son visage ou à peine. Elle ne prenait plus la peine de répondre en anglais, s'il parlait la même langue qu'elle.

Pour qui tu travailles ?

Le faire parler pour gagner du temps. Profiter de l'obscurité pour changer d'armes dans son dos, changeant enfin sa lame pour son arme à feu, plus discrète et moins luisante que la lame avec la lune qui passait par la fenêtre.

Au final, peu importe, tu ne seras qu'un cadavre de plus dans cet immeuble.

Elle avait juste besoin de plus de lumière pour tirer et être sûre d'atteindre sa cible, soit lui coller une balle entre les deux yeux pour être sûre et certaine qu'il n'y aurait pas de retour possible. Pas de remontée possible, aucune chance de survie avec une balle entre les deux yeux. Si elle s'avançait vers la lumière, c'était pour l'y conduire aussi, qu'il l'y suive. Elle ne pouvait pas juger uniquement au bruit où il pouvait être. Elle ne le quittait pas du regard, se déplaçant lentement pour assurer ses appuies et qu'elle ne marcherait pas sur une brique ou des dossiers qui la feraient glisser et tomber, perdre son équilibre et son objectif. Lui exploser la tête. Il ne serait ni le premier, ni le dernier. Ils jouaient au chat et à la souris, elle le savait, à voir qui aurait l'autre en premier et ce n'était pas dans son intention d'être celle qui serait touchée. Viens dans la lumière que je te vise. Pas de chance pour lui, pas de bénéfice du doute, pas de possibilité de se barrer.
(c) DΛNDELION


- - il n'y a pas plus dangereux que celui qui n'a rien à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1995
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Adrian Krueger & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow Lun 03 Déc 2018, 14:10


балерина и солдат

Feat. Natalia & Bucky

▼▲▼

Tout se mélange dans sa tête, c'est un gros et vaste bordel, du n'importe quoi le plus total pour un simple éclair roux de sa chevelure, pour son timbre de voix si particulier. À croire que si c'est bien Natalia, elle a pu changer de voix au fil des décennies, pour qu'il n'ait pas percuté plus tôt, ce qui n'est pas forcément faux d'ailleurs. Lui aussi a un peu changé là dessus, enfin, il lui semble. Ou alors, le KGB et Hydra sont allé encore plus loin qu'ils ne pouvaient le faire habituellement pour enfouir tous ces souvenirs de ce passage là de sa vie. C'est surtout tous ces flashs qu'il ne comprend pas, qu'il refuse de comprendre, ce n'est pas possible que cela soit vrai. Ils étaient juste des amis, il était simplement son instructeur alors pourquoi son esprit lui dicte qu'ils ont été plus que ça ? Qu'ils ont eu une relation tous les deux ? Non, il l'a dit, il n'était que son instructeur, comme il a pu être celui d'autres ballerines.

Un soldat, le Soldat et son instructeur, c'est ainsi qu'il doit réagir et pas autrement et elle semble en avoir bien besoin. Oubliant le fait que pour elle ce n'est pas encore l'heure, oubliant le fait qu'il ne la connaîtra avant quelques années...Ou plutôt qu'elle ne le connaîtra pas avant quelques années. Oubliant le fait que quelque part, il perturbe son propre passé, qu'il perturbe son avenir à elle en réagissant ainsi. S'exprimant dès lors en russe pour la titiller, la déstabiliser et avoir le dessus plus rapidement. Parce que de cela, il en est sûr qu'il peut avoir le dessus sur elle, elle n'est pas encore prête pour l'égaler et même le dépasser dans certains domaines.

Ne lui répondant pas, restant aux aguets de ses moindres mouvements, savoir ce qu'elle compte faire ou ne pas faire. Parler ne sert à rien de toute manière, au contraire même, celui lui permettant de ne pas se disperser. Cela lui permettant d'entendre le cliquetis d'une arme à feu. Bien.

- Si tu penses vraiment qu'une balle pourra m'arrêter.

Lui montrer qu'il sait pour l'arme, qu'elle ne l'aura pas si facilement qu'elle ne peut le penser. Sans compter qu'au pire, une balle de plus ou de moins, il n'en est plus à ça près. Se prenant un autre flash dans le même temps, mais un qui vient d'une époque où elle avait un autre nom et où lui n'était que le Winter Soldier. Un flash d'une balle se logeant dans ses lunettes de protection sur une autoroute. Il en secoue la tête parce que tout ça n'a pas de sens, rien ne semble plus avoir aucun sens à cet instant précis.

Et encore moins de sens alors qu'elle entre finalement dans la lumière et qu'il s'en fige sur place. Il voulait savoir, il sait maintenant. Natalia est bel et bien devant lui, une Natalia plus jeune encore qu'à leur rencontre mais c'est bien elle. C'est surtout une avalanche de flashs qui le font trembler des pieds à la tête et finalement reculer de quelques pas, se retrouvant un peu plus encore dans l'ombre. Il se voit avec elle dans un lit, leurs corps s'entremêlant, lui au dessus, elle au dessus. Une fois, deux fois, dix fois, trop pour qu'il les compte. Encore moins capable de compter le nombre de fois où ils ont pu soupirer de plaisir. Ne pas non plus pouvoir dire combien de fois, ils ont pu finir par se dire qu'ils s'aiment sans pour autant dire ces mots qui n'avaient pas de sens pour eux et dans leur quotidien. Cela n'a pas été des mois mais des années de vie, de moments partagés dans la douleur ou le plaisir. Des années, de sentiments, vécues dans le plus grand secret alors qu'ils savaient tous les deux ce qu'ils risquaient en se faisant attraper. Ce qui a pourtant fini par arriver, ils se sont fait attraper, lui a subit d'innombrables tortures jusqu'à tout oublier. Jusqu'à oublier que Natalia était un phare dans l'obscurité, qu'elle lui apportait un certain repos, une certaine tendresse alors même qu'il était incapable d'avoir un simple prénom à lui donner. Est-ce qu'elle lui en avait inventé un ? Il ne sait plus.

Finalement tout fait sens dans sa tête, le faisant revenir au présent, le vrai, d'une manière chaotique mais c'est le retour au présent. Sauf qu'il est incapable de digérer de ce dont il vient se souvenir, c'est trop gros pour qu'il puisse alors qu'il n'est plus ni le Winter Soldier, ni le Soldat de cette époque. Impossible alors qu'il est libre cette fois et même bancale et encore entièrement trouée, il a sa mémoire aussi. Il ne sait pas, il ne sait plus comment réagir maintenant aussi bien envers elle devant la situation présente, qu'avec tout ce qu'il peut avoir en tête maintenant. Il ne sait pas pourquoi, non plus, il a cette sensation de dégoût qui monte dans sa gorge, dégoût de qui, de quoi ? De lui-même sans doute.

Par contre, il sait, qu'il ne peut pas rester là comme ça sans rien faire, surtout qu'elle est armée et que son cheminement de pensées bordélique vient de lui prendre quoi ? Une, deux, trois minutes ou peut-être plus ? Mais si c'était plus, elle aurait déjà frappé et réagit. Pour autant, il ne peut se résoudre ni à s'en aller, ni à passer à l'attaque et ça aussi c'est bien un problème. C'est sans doute la première fois depuis plus de soixante-dix ans qu'il reste ainsi presque statufié, si ce n'est que sans le vouloir, il respire vite, il respire bruyamment sans doute. Il meurt de chaud aussi, la sueur commençant à couvrir son corps et son coeur atteignant des sommets qui n'ont rien d'agréable. Sensations qui lui font surtout repenser à ses deux ans de cavale quand plus rien allait du tout.

C'est sans nul doute un coup d'épée dans l'eau mais il tente le tout pour le tout, lâchant d'une voix rauque, aux teintes de menaces et toujours en russe.

- Pars tant qu'il en est temps pour toi.


CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: балерина и солдат | WinterWidow

Revenir en haut Aller en bas

балерина и солдат | WinterWidow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan :: Midtown :: Time Square-