RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Vladimir, Dominic Fortune, Elyanna Skowalski,
Richard Rider, Alexi Shostakov & Thomas Hunt sont très attendus.

Partagez|

Anthony E. Stark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t961-anthony-e-stark

MISSIVES : 458
FT. : Robert Downey Jr
COPYRIGHT : bibi (avatar), Lady (signature), jesaispasqui (gif)
AKA. : Iron Man
STATUT CIVIL : Fiancé
DATE D'ARRIVÉE : 05/07/2018
ZONE LIBRE : Faux papiers : Anthony Shepard

Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 02/09/18)
Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 06/09/18)
I have survived so many fires, I can no longer tell, if I am alive, or if I’m still burning.

Message Sujet: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 19:37

01
Anthony E. Stark
Il n’existe pas d’innocents, par contre, il existe différents degrés de responsabilités.

ft. Robert Downey Junior

©️️️ avatar : No idea
©️️️ icons : Azunder - je pense -
02
About

Prénom : Anthony, mais tout le monde m’appelle Tony. Vous le saviez déjà, je parie.
Nom : Stark
Âge : C’est pas parce que je suis un homme que ça se demande. 29 mai 1970. Z’avez de la chance, c’est facile à calculer. Ah, mais maintenant j’ai un âge négatif. Je suis même pas supposé exister. Tristesse…
Situation Familiale : Fiancé à une incroyable demoiselle que je ne mérite pas.
Nom de Code : La boite de conserve ? Nah, Iron Man, c’est bien plus clinquant.
Localisation : New York City.
Origines : Amérique - NY - Long Island
Métier : Etes-vous sérieusement sérieux ? Personne ne me connait ? Même un tout petit peu ? Je ne suis pourtant pas si éloigné des activités de mon paternel ! Je suis un avengers Avenger, le directeur de Stark Industries (avant de revenir dans le passé) et ancien secrétaire de la Défense. Entre autre chose. J’étais aussi milliardaire. Ca compte ?
Particularités : Je vole dans une machine de combat que personne jusqu’ici n’a su égaler. Je suis donc un inventeur de génie, un génie scientifique dans mon domaine, et je l’avoue, j’avais quelques problèmes avec l’alcool. Je ne cracherai d’ailleurs pas sur un petit verre, là tout de suite.
Allégeance : Mes amis, globalement, ça regroupe les Avengers.
Groupe :Un héros. C’est un gros mot pour dire que je sauve des gens durant mon temps lire. J’ai beaucoup de temps libre.

Compétences particulières
Un génie scientifique qui peut somme toute, inventer tout ce qui lui passe par la tête. Mon superpouvoir ? Emmerder mon monde, rendre folle Pepper et un peu n’importe qui d’autre, et être très riche. Oh, et les armures. Sans cela, je ne suis qu’un homme, un bel homme certes, mais quand même un homme. J’aimerais bien dire que j’ai quelque chose de différent, mais je n’ai plus de bombe dans le torse – c’est assez réducteur de dire cela, mais pour les néophytes de cette époque, ça passera -  et ma compréhension de machines est très élevée. C’est-à-dire qu’étant passionné par les machines, il m’est facile de les comprendre. Bref, créateur d’une IA intelligente et capable d’apprendre d’elle-même, c’est assez flagrant comme preuve.

Je possède également des yeux bleus à présent, signe d’une modification technologique. La cause ? Des combats sanglants qui ne me laissèrent pas indemne. Cela me donne la possibilité d’avoir une vue supérieure à la moyenne, et j’ose le dire, sans défaut. Les capteurs me permettent également de « zoomer » pour regarder en détails. Je ne vois pas à travers les murs - je ne m'appelle pas Superman - mais je vois pratiquement parfaitement dans le noir puisque mes yeux ne sont plus biologiques.

Faiblesses
Je suis humain. Ca devrait suffire comme faiblesse non ? Sans mes armures, on me frappe et j’aurais mal. Sans Jarvis pour m’aider, j’oublie bien trop souvent les choses essentielles de la vie, sans Friday, j’ai du mal à m’en sortir, et sans Pepper qui regroupe un peu les deux du haut, je suis perdu. J’ai aussi une certaine capacité autodestructrice qui a tendance à me sauter à la gueule aux plus mauvais moments. Un petit problème est toutefois à souligner concernant mes yeux : si je vois la nuit et en plein jour, tout en pouvant zoomer, mon cerveau reste humain avec une capacité d’analyse humaine. Mes yeux capteront tout, mon cerveau n’enregistrera pas tout. Vous voyez la différence ?

Quant au reste il faut bien se rendre compte que si je peux craquer aisément n’importe quel logiciel ou presque, je reste un humain, et j’avais jadis l’aide de Jarvis ou de Friday, ce qui n’est plus le cas maintenant. Alors je reste doué, mais je ne fais pas non plus de miracle.

Au vu de mon gêne purement humain, j’ai les émotions qui vont avec. Comme n’importe qui on me dira, mais n’importe qui n’a pas eu un père cherchant sans cesse à tirer le meilleur de vous sans jamais vous regarder et vous incitant à boire à un âge qui n’est certainement pas recommandé. Mon père est sans doute l’une de mes plus grandes faiblesses. Je ne crois pas en son amour et le manque de considération de sa part m’ont poussé dans un comportement légèrement – totalement selon d’autres – autodestructeur. Peut-être ais-je moins confiance, ou m’estime-je moins en droit de recevoir de l’amour du fait que je n’ai même pas su avoir celui de mon propre père mais… Mais cela serait oublier ma mère et le traumatisme que ça mort déclencha chez moi. Tout ce que j’avais fait jusqu’ici était pour obtenir l’estime d’Howard, tenter de faire des efforts pour rendre fière ma chère mère.

J’ai été également insomniaque et alcoolique, pour des raisons diverses et variées parfaitement acceptable selon moi. Pas du tout pour d’autre, mais ce n’est pas leur vie, et ils ne savent pas non plus le mal être dans lequel je me trouve assez régulièrement. Quant à parler de mes sentiments, expliquer, voire même pire : allez voir un psy… Non. Je suis parvenu à vaincre ces démons. Je suis retombé dedans, c’est bien mal, j’en ai conscience, mais je sais aussi que j’arriverai encore à m’en sortir. Seul. Encore une fois, on me traitera de paranoïaque, et peut-être est-ce vrai. Sans doute. Le fait que je prenne les choses trop à cœur, trop personnellement et que je pense que le danger est partout. Que je sois aussi obsessionnel, et que je suis capable de tout oublier, jusqu’aux besoins les plus vitaux, rien que pour terminer un travail, une idée, et la faire aboutir au mieux de ce qu’elle pourra être. Perfectionniste. Pour ça, je suis d’accord.

03
Meet me

Anecdotes : Si vous voulez des anecdotes, il vous suffira d’ouvrir n’importe quel magasine people. Le souci, j’en conviens, c’est que ces dernières années sont plutôt pauvres en petites informations croustillantes. Donc, des petits secrets, des trucs inavouables que je vais avouer…

Et bien tout d’abord, cela concerne Rogers. C’est pas un secret, mon père l’idolâtrait tant et plus que j’en suis venu à me demander si le type en question existait réellement. J’en suis également venu à détester ce bonhomme imaginaire parce que sérieusement : comment surpasser Mossier Perfection ? Durant ma jeunesse, j’en suis venu à avoir une véritable allergie à tous les pauvres gosses portant le nom honnit de Steve. Oui, à ce point.   Il est difficile de lutter contre un fantôme, plus difficile encore de se faire une place quand le fantôme en question prend toute ladite place dans le cœur d’un paternel absent. C’est probablement pour ça que je n’ai pu réellement  apprécier Mr. Freeze lors de notre première rencontre : les attentes étaient trop élevées. Et puis sérieusement, a-t-on idée d’être aussi coincé ? Je l’ai jalousé. Genre vraiment : qu’est-ce qu’il avait de plus que moi ? Certainement pas l’intelligence, en tout honnêteté, il était comme Thor : frapper d’abord, interroger ensuite. Ou un truc du genre. Les généralités, c’est pas mon domaine. N’empêche que le seul truc extraordinaire qu’il avait fait était de survivre au supersérum. Point barre. Moi ? J’avais beau inventer, créer, faire les pires frasques, ou tenter d’être le meilleur en tout, ce n’était jamais assez bien. En somme, Steve Rogers m’a volé l’amour de mon père.
Une autre anecdote concerne Loki. Ouaip, le taré psychopathe qui m’a balancé du haut d’une tour. Peut mieux faire comme première impression…  Seulement lui, tout comme son céleste frère, font partie d’un tout dont nous n’avions pas connaissance ou à peine : la vie est possible autre part que sur terre. Forcément que je me suis intéressé à eux. Jarvis m’a aidé dans les recherches, épuisant les données du Shield, mais également de l’Edda. Je n’ai pas du tout aimé ce que j’ai lu et j’ignore toujours si tout cela est vrai. Je présume que le dieu n’apprécierait pas que je lui envoie une lettre pour satisfaire ma curiosité. N’empêche que si c’est vrai, alors sans doute pourrais-je lui pardonner – en partie – ces exactions contre la terre. Après tout, un type autodestructeur manquant d’amour et étant responsable de millions de morts par procuration peut forcément un peu comprendre une divinité chaotique.
Dans le genre burlesque, j’ai pris ma première cuite à treize ans. Age légal pour boire ? Qu’est-ce que ça signifie ? Les règles sont pour le commun des mortels. Me voir complètement ivre mort n’a blessé personne, sauf peut-être cette poubelle sur laquelle je me suis endormi. Howard a évidemment étouffé l’affaire, cela navré de ma mère et… Oh, je suis devenu un alcoolique notoire par la suite. Si l’on continue dans la précocité, j’ai connu ma première fille un an plus tard, et mon premier gars encore un an plus tard. Encore une fois, j’ai assez peu conscience de l’âge légal pour ça : tant que c’est consentant, ou est le problème ?
Dummy fut l’une de mes premières créations. Il n’est toutefois pas le premier gadget que j’ai construit. C’est en effet une veilleuse qui trôna sur ma table de nuit. Avoir peur du noir n’était pas digne d’un homme, mais je suppose qu’au vu de mes dernières frayeurs, on ne change pas vraiment ses phobies. C’est gérable, évidemment, j’aurais pu demander à mes parents d’en acheter une, mais vu le regard d’Howard, encore une fois, je n’en vois toujours pas l’intérêt. Mon génie n’était pas assez à l’époque, et ça n’a pas changé par la suite. Rancœur ? Pas du tout. Sans doute pour ça que j’ai plus envie de revoir Jarvis que mon géniteur.

Après, il y a d’autres nuances. Je suis le premier à dire que je suis difficile à vivre… Non, en fit, je ne suis certainement pas le premier à le dire, mais il y a certainement pléthore de monde pour l’affirmer à ma place. Je suis autodestructeur, névrosé et alcoolique avec sans aucun doute un problème de grandeur. J’ai une terreur absolue de perdre les gens que j’aime et de faire des erreurs qui pourraient couter la vie à des gens innocents. Paranoïaque, parce qu’on ne vit pas comme je vis sans ce rendre compte qu’un certains nombres de choses tournent effectivement autour de moi, et que le monde à déjà suffisamment pété autour de moi, par ma faute ou nom, pour que je me demande quand le prochaine catastrophe arrivera. Je ne suis pourtant pas le dernier à me battre pour ce que je pense être juste. La mort de mes parents joue très certainement un rôle prépondérant dans ma manière de voir les choses, dans la construction de mon être. J’aurais aimé pouvoir rendre fier mon paternel, chose impossible après l’assassina. J’ai beau savoir que ce n’était pas strictement la faute de Barnes, je n’arrive pas à pardonner, à passer au-delà. Probablement y arriverais-je, surtout maintenant que je peux à nouveau voir mes parents, pas en tant qu’enfant, mais… Voilà. Je peux les retrouver. Je suppose que le pardon dépendra d’eux, et pas de Barnes. Je fais également beaucoup de cauchemars. Si cela s’était calmé depuis un certain temps, il apparait clairement que depuis la guerre, et depuis le retour dans le passé, j’ai à nouveau des crises d’angoisse et de panique qui me tiennent éveillé quand ce n’est pas qu’elles me réveillent à cause de violent cauchemar. Ces crises sont très certainement responsables de ma rechute dans l’alcool.
04
Knowledge

Qu'avez-vous fais depuis votre voyage en 1945 ? : Qu'avez-vous fais depuis votre voyage en 1945 ? : J’aurais pu hurler de rire si je n’avais pas aussi mal à mon bras gauche et si je n’étais pas aussi épuisé. Tout le monde l’était, évidemment… Seulement il m’apparaissait tellement incongru de suivre Rogers dans son plan… Malheureusement le Captain Suicide continuait à éclairer de son leadership toute l’assemblée au point de les aveugler. Gentils moutons. Tempêter n’aurait servi à rien et tout ce qu’il me restait à faire, c’était lever les bras d’impuissance en regardant tout le monde décider que se déguiser et investir un lieu dont on ne savait rien était la meilleure solution. Oh, et aussi ne pas parler aux gens qui devaient nous connaître, éviter à tout prix une histoire de paradoxe temporel. Alors oui, même si ça serait le bordel, je vois difficilement comment le futur pourrait être pire que ce qu’il n’est déjà. Changer le futur ? Risquer que telle ou telle personne ne vienne pas au monde, meurt ? C’est une risque que je veux bien prendre bordel, et tout le monde ici devrait pouvoir aussi le prendre. On se demande pourquoi je ne sais pas faire équipe ? Probablement parce que c’est ce genre de comportement irritant qui m’amène à penser que je ferai toujours mieux de faire cavalier seul.

Je ne vois pas en quoi tenter de faire avancer les choses ici, même si cela doit ne pas suivre le continuum espace-temps, pose problème si ça peut sauver des vies ! Seulement la décision a été prise. Investir cet immeuble miteux, faire profil bas. Laisser nos affaires. J’ai remis le courant, nous avons droit à de la lumière et de l’eau chaude, et j’espère que nous n’allons pas crever du typhus ou d’une pneumonie d’ici la fin du mois. Quelques jours plus tard à peine, voilà qu’une autre catastrophe arrive, comme si nous n’avions que ça à gérer. Je veux dire, à un moment, faut arrêter de déconner : le futur doit déjà changer au vu de ce qui se passe, pourquoi continuer à faire l’autruche et ne pas rechercher de l’aide auprès de vrais génies ? Je parle pas seulement de mon père, évidemment mais… Oh bordel, évidemment qu’il y aurait des complications ! La preuve avec l’autre portail ouvert, et la preuve avec le chaos inévitable que des vilains pensaient judicieux de faire. Comme si la menace principale était écartée. De l’argent volés, des blessés, une couverture partiellement éclatée – ca valait bien la peine de se planquer – et deux vilains surveillés sous bonne garde.

Comment avez-vous vécus vos derniers instants en 2019 ? : Je présume qu’aucun voyage ne peut se faire sans le Grand Tony Stark. J’aurais pu rester là-bas, en 2019. J’aurais pu, mais je ne suis pas certain que je m’en serai sorti vivant. Oh, ce n’est pas juste une question de chaos, de mort, d’horreur, c’est bêtement que l’humain n’est pas fait pour vivre certaines choses, qu’il arrive à son point de rupture et que somme toute, tout le monde l’a atteint depuis bien longtemps. La vérité c’est que j’ai en horreur cet alien mauve. Je fais des cauchemars, comme tout le monde, l’odeur de la mort imprègne mes sens, continuellement, mais également celle de la peur et du sang, du vomi, de la pisse, de l’infection. J’ai l’impression de pouvoir encore sentir la peur, la terreur, rouler et glisser sous ma peau. J’ai l’impression d’être un clown dans une boite, prêt à sauter à tout moment. Personne n’était prêt à cette Désolation, et mon génie lui-même avait du mal à intégrer tout ce qui se passait. Traumatisme ? Comme tout le monde. La guerre n’est pas pour les enfants, elle n’est pour personne, et honnêtement, j’ignore si nous parviendront un jour à tourner la page. Que nous tentions le tout pour le tout, que cela fonctionne ou non… C’est notre dernière chance. Je préfère léguer ma vie et mes dernières forces dans ce combat, même s’il est perdu d’avance. Je préfère sauter à pieds joints sur la moindre chance de nous donner un peu plus de temps, la moindre possibilité de gagner une bataille.

Mais vous savez le pire ? C’est que la nuit, j’ai ce sentiment que quelque chose de pire se prépare. L’éminence d’une catastrophe. Je suffoque en me réveillant, en songeant que tout le temps que nous passons ici est autant de temps qui ne nous sera plus rendu. Pas une deuxième fois. Je chiale presque de terreur en songeant que peut-être, ce Titan Fou ait pu également faire partie du voyage, d’une manière ou d’une autre, et qu’il viendra toquer à la porte, ici, sur terre, dans une époque encore moins préparée que la nôtre à une invasion de cette envergure. Pire encore : nous sommes tombé à une époque se relevant à peine d’une grand massacre, où oui, les droits vont évoluer, les esprits traumatisés tenter de se redresser, mais le constat est là : quelle aide allons-nous obtenir de personnes qui n’imaginaient même pas qu’on puisse vouloir l’éradication d’une autre espèce ? Je ne suis pas pessimiste. Je ne veux pas l’être… Je suis juste réaliste. Ce que j’ai fait ? De mon mieux pour sauver des gens, pour me battre. Créer des armes plus puissantes, plus performantes, pour massacrer ces horreurs, jusqu’à ce que je ne puisse plus rien faire. Me battre et trouver ces généraux, m’allier aux autres Avengers, pleurer la mort de mes amis. Et continuer à faire des sacrifices.

05
Behind the screen

Moi, Eiry, certifie sur l'honneur avoir lu le règlement et pris conscience du contexte. Mon personnage est tiré d'un comics / tiré d'un film. Mon personnage peut être amené à mourir au cours d'une intrigue. Mon personnage sera inspiré des comics pour des détails - film essentiellement. Mon avatar est
Code:
ᚖ Robert Downey Jr <pris>➙</pris> Anthony Edward Stark
, il a des pouvoirs – on peut rêver, hein -, s'il en a, ils sont
Code:
Le génie
Code:
Des yeux modifiés suite aux combats sanglants contre Thanos et ses armées
Code:
Ses magnifiques armures
Code:
Son sarcasme
Code:
Une chance certaine : celle de pas crever
Code:
Certaine compétence au combat rapproché sans armure

On veut apprendre à te connaître : Pas grand-chose à dire. J’espère que ça ira ici, que je ferai pas de bêtises et que je vais tout comprendre : D Découvert sur Face, j’ai gardé en tête ce forum tout en cherchant autre chose, pour finalement revenir. Oh, je suis légèrement allergique au rp trop hétéro /bus/


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t961-anthony-e-stark

MISSIVES : 458
FT. : Robert Downey Jr
COPYRIGHT : bibi (avatar), Lady (signature), jesaispasqui (gif)
AKA. : Iron Man
STATUT CIVIL : Fiancé
DATE D'ARRIVÉE : 05/07/2018
ZONE LIBRE : Faux papiers : Anthony Shepard

Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 02/09/18)
Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 06/09/18)
I have survived so many fires, I can no longer tell, if I am alive, or if I’m still burning.

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 19:37

06
Learn
My history
Si tu ne décides pas de ton destin c'est ton destin qui décide pour toi.


C’est encore la partie la plus chiante – passez moi l’expression – mais tout le monde sait qui je suis et ce que j’ai fait. Les média s’en chargeaient tous les jours à l’époque… Seulement voilà, peut-être est-ce une bonne idée de reprendre tout depuis le début, afin de garder une trace ou de pouvoir démêler le vrai du faux. Je suis donc né à Staten Island. Fils unique d’Howard et Maria Stark et depuis toujours comparé à un soldat mort au combat. Jamais assez bon, jamais assez intelligent, faisant trop d’erreurs et pourtant amené à reprendre l’entreprise familiale : Stark Industries. Oui, l’imagination n’était probablement pas une des qualités premières de mon paternel. Mon histoire commence donc le 29 mai 1970. Disons le directement : mon père était absent, toujours à la recherche de Captain America, désireux de rester en tête des ventes ou je ne sais quoi, oubliant qu’il avait un fils ou lui apprenant à boire beaucoup trop tôt, et songeant peut-être que l’argent atténuait tous les problèmes. J’ai grandi dans un milieu aisé, mais sans père et encore moins son amour. « Tu peux mieux faire. Tu n’es pas assez bon. Tu me déçois, Anthony. Combien de fois n’ais-je pas entendu cette rengaine ? Encore et encore au point de ressentir ce sentiment d’abandon ? Un père froid, calculateur qui ne m’a jamais dit qu’il m’aimait, qui cause en moi cette peur de l’engagement. Après tout, si mon propre père est incapable de m’aimer, qui le pourra ? Pepper ? Ma douce Pepper a montré ses faiblesses à de nombreuses reprises. Je ne comprends toujours pas comment il est possible de rester ensemble après tout ça. Patience ou pitié ?

Toujours est-il que je vécu une enfance où je ne manquais de rien. Honnêtement, si les absences répétées de mes parents étaient douloureuses, le fait est que j’avais Jarvis. C’était un homme bon et brave. Probablement mes souvenirs sont-ils altérés par mon jugement d’enfant de jadis, mais je e souviens qu’il était bien plus qu’une nounou, un garde du corps. Il était un ami fidèle et à l’écoute. Il était mon confident, l’homme qui me bordait le soir avec douceur, lorsque mes parents – ma mère principalement – ne pouvaient le faire. Il était également celui qui racontait des histoires de héros sauvant le monde, celui qui passait une main douce sur mon front, sous mes yeux, pour chasser la peine, les pleures. Jarvis essaya de brider mon envie exponentielle d’impressionner mon père. Selon lui, je devais avoir une enfance, m’amuser avec d’autres jeunes gens de mon âge. C’était compliqué : j’étais un sale gosse qui avait sans cesse l’impression que la mentalité des gamins de son âge tournait au ralenti. Je trouvais particulièrement stupide de se lancer des trucs juste pour tenter de les ramasser, et les jeux de balle ne m’avaient jamais particulièrement intéressés. J’ai commencé très tôt à m’intéresser aux légendes, notamment celles du Roi Arthur et des Chevalier de la Table Ronde. La bravoure et le courage de ces chevaliers faisaient échos à ce que j’entendais de la bouche de mon père : la bonté de Steve Rogers, la devise des Stark. Probablement n’aurais-je pas dû prendre autant à cœur les mots d’un homme devenu pathétique à force de boire, quoi qu’il restait essentiellement digne… Puisque jamais il ne fallait faire honte à la famille.

Jarvis essaya encore une fois de me calmer dans mes obsessions, avant de se rendre compte qu’il était impossible de refreiner la passion du bambin que j’étais. Construire devenait comme une seconde nature. Cela m’éloignait de la jeunesse que Jarvis espérait pour moi, mais ça me rapprochait indubitablement de ce que mon père voulait de moi. C’est entre autre là que je commençai à ressembler à mon père, parce que c’est un fait : je ressemble à mon paternel. Coureur de jupon, quoi que contrairement à lui – de ce que je sais – j’ai élargi mes horizons, aimant l’alcool, les belles choses, adorant construire, innover. Ma plus grande peur est probablement de lui ressembler, encore qu’aujourd’hui j’ai peut-être la chance de le connaître et d’avoir son approbation, sans qu’il ne puisse savoir qui je suis réellement. Le perdre à mes vingt et un an fut un drame. C’est pas plus jeune qu’un autre âge pour perdre ses parents, mais le fait est que je n’ai plus jamais eu la possibilité de le rendre fier. Je ne regrette sa mort que pour ça. Maman en revanche… Apprendre que le petit copain unibrassiste de Captain America était responsable… Certes, il a des circonstances atténuantes, bordel je comprends qu’il n’ait pas eu le choix. Mais il a tué ma mère, la seule qui fut là pour moi, m’encourageant, essayant d’améliorer les choses avec mon père. Rien que pour ça Barnes restera à jamais un meurtrier à mes yeux. Suis-je mieux ? Non, mais en l’état, je m’en bats les steaks.

Enfin, ne mettons pas la charrue avant les beaufs, et continuons avec l’enfance. J’ai démontré très tôt des capacités hors normes pour tout ce qui était construction et invention : veilleuse, ordinateur, machine… A neuf ans j’étais déjà plus doué que mon père ne l’était à mon âge. Je n’avais rien à lui envier et pourtant ce n’était jamais assez bon. Intransigeant, rigide, Howard ne me laissa jamais m’épanouir. Des encouragements ? Quel est ce gros mot ! Non, son regard à lui seul valait tous les coups de fouet métaphoriques de l’Histoire. J’eu un chien aussi, prénommé Léo. C’était un Cadeau de Jarvis, afin que je puisse avoir un ami, ou quelque chose comme ça. Père n’approuvait évidemment pas l’idée, d’autant plus que ça me détournait trop souvent de mes occupations studieuses. Donc, on récapitule : passions pour la construction, envie de Jarvis de m’offrir un ami et une enfance, par le biais de Léo, mon adorable quadrupède. La suite était toute tracée : la mort de Léo, le manque de compassion de mon père, la tentative de Jarvis de canaliser mon deuil en faisant d’autres choses… Probablement n’avait-il pas pensé que je commencerai à courir les filles ! Je fus également envoyé en internat à sept ans. Il faut s’endurcir, disait mon père. Les Stark sont des Hommes de Fer. S’il savait à quel point il avait raison me concernant ! Avouons également que mes années d’internat ne furent pas agréables du tout. Soit mon père avait laissé des directives précises, soit j’avais effectivement un réel problème. Mes professeurs me jugeaient inapte, puéril. Ce ne fut pour autant pas aussi atroce que je ne l’avais préalablement prévu. Je rencontrai un autre étudiant : Tiberius Stone. J’entamai, à l’adolescence, une compétition amicale avec lui. Qui gagnerait, qui aurait le plus de fille, qui aurait les meilleures notes ? Qui aurait les meilleurs prix de l’institut ? Entre temps, et parce que ça fait chic sur un CV  vous entendez mon ironie ? – Howard m’appris à boire avec un verre de bourbon au cours d’un magnifique noël en famille. Le temps passa, je m’éloignai de mon père, pourtant toujours désireux de le rendre fier. Je fus couronné Roi de la promo avec la petite amie de Tiberius. Je sortis également avec la fille d’un des plus grands concurrents de Stark Industries, et donc de mon père, et se fut une telle épine dans son pied qu’il jugea nécessaire de nous séparer. Probablement est-ce moins douloureux à penser en se rappelant que le père de la jeune fille est également intervenu…

Je suis entré au MIT pour mon paternel : quoi que j’en dise, ma volonté de lui plaire était toujours là, malgré le peu de considération dont il continuait de m’affubler. J’ai fait en sorte d’être le meilleur, quoi que ma passion pour les filles, les garçons et l’alcool étaient également des frasques qui désabusaient Jarvis. Cela dit, Edwin était et sera à jamais le meilleur père que j’aurais pu avoir. Bien entendu, il n’est pas biologiquement lié à moi, mais il est celui qui me consolait, celui qui me bordait dans mon lit, lorsque j’attendais désespérément que mon père se souvienne qu’il avait un rejeton. Je suis curieux de voir à quoi il ressemble maintenant. Sa vie, sa femme – tout le monde se doit d’être marié à cette époque – bref, le connaître et retrouver cet accent si particulier et cet humour qui faisait tout son charme. Jarvis me manque… Tout comme mes parents. Il est cruel de revenir à une époque où on a la possibilité, mais pas le droit de voir ceux qu’on aime.

Ainsi donc je fus diplômé du MIT et ma vie d’adulte commença. Je n’avais aucune envie de me ranger : j’avais la vie devant moi. J’étais un génie, tout le monde s’accordait à le dire, mais cela ne serait jamais une excuse suffisante pour m’interdire de sortir en boite ! C’est durant l’une de ces sorties que je rencontrai Sunset Bain. C’était une femme formidable, j’aurais adoré passer ma vie à ses côté, malgré l’affolante différence d’âge. C’était le coup de foudre, ce truc qu’on présente dans les films et qui finit toujours bien. Vous voulez savoir ? Et bien, c’est des conneries. LE coup de foudre peut probablement exister, mais dans mon cas, se fut surtout à sens unique. Sunset ne m’aimait pas, ce n’était qu’une vulgaire manipulatrice, et douée avec ça ! Mon orgueil blessé ne réparera jamais le regard que e lança mon père comme un énième « je t’avais prévenu, fils. » Ni le sentiment de trahison pur que je ressenti. Ainsi donc, Sunset ne voulait que s’approprier des fichiers traitant de projets secrets menés à Stark Industries en m’utilisant, moi le fils génial mais trop naïf, trop obsédé à l’idée de plaire et ayant un besoin compulsif que tout le monde l’aime. J’étais la cible idéale. Elle mit fin à notre relation et peu de temps après fonda sa propre entreprise : Baintronics Inc. Elle avait réussi son coup.

Le pire ?

Le pire c’est que mes parents furent tué dans un « accident » de voiture peu de temps après, sans que nous n’ayons jamais pu nous rabibocher. C’est encore un fait sur l’ardoise des choses foirées de ma vie. Je dus reprendre la société de mon père à sa mort, malgré le deuil et la douleur. A l’enterrement, j’entendis l’un de mes anciens professeurs me dire qu’Howard avait été stupide de ne pas être fier de moi. C’était à la fois rassurant et terriblement triste. On m’affirma que cela provenait d’un défaut de construction, et je passai beaucoup de temps à… réviser ce défaut, afin qu’un tel drame ne se produise plus jamais. J’achetai l’entreprise de production de la voiture afin de pouvoir y intégrer à mon bon vouloir les améliorations. Cependant, mon addiction pour l’alcool devint évidente. Je faisais des sorties, je continuais de dilapider mon argent, à tel point que l’entreprise pourtant bien cotée en bourse, dégringola. J’aurais pu m’en soucier, mais ce ne fut pas le cas. C’est là que je fis la rencontre de Pepper, qui a elle seule et malgré son jeune âge, avait démontré une sacrée capacité à diriger une telle entreprise. Enfin, diriger… Disons qu’elle avait fait économiser assez d’argent à l’entreprise pour attirer mon attention. A cette époque, elle n’était que ça : une secrétaire personnelle douée qui pouvait gérer mes déboires.

Je n’en restais cependant pas moins la meilleure chose qui arriva à la société. J’étais jeune, j’avais des idées, je ne me laissais dicter aucune conduite et avec JarJar et Oby à mes côtés, que pouvait-il arriver ? Que dire de plus ? Je créais et tout le monde aimait ça. J’étais si doué à ce jeu que le monde entier attendait mes nouvelles inventions : des armes chargées de promouvoir la paix. Je sais aujourd’hui qu’une arme ne sert pas seulement à protéger. Si je suis contraint aujourd’hui de retomber dans se travers, c’est pour un autre adage « tuer ou être tué. » Je croyais sincèrement aider mon pays. J’étais jeune et j’étais foutrement naïf. Les armes étaient vendues à des terroristes, terroristes qui reçurent l’ordre de m’abattre. Ou de m’abattre après rançon, ou de me faire peur où… bon, en résumé cette bande d’abrutis a balancé une bombe sur mon convoie, en Afghanistan, décimant les soldats et implantant dans mon corps des morceaux de shrapnels qui me condamnaient à brève échéance. Obligé de construire des armes pour des tueurs, torturé, effrayé, relié à une batterie, sauvé par un homme qui mourut pratiquement dans mes bras… Ce que j’avais toujours craint était arrivé : j’avais le sang des innocents sur les mains.

J’ai fait ce que j’avais à faire : me sauver. J’ai construit un mini-réacteur, chose supposément impossible, j’ai construit une armure, une armure de taule et de tuyaux si rudimentaire que je pourrais en rougir de honte si cela n’avait pas été fait dans une grotte. Et c’est ma première armure : je suis comme un papa nostalgique devant son premier enfant. Jarvis serait tellement vexé si je disais ça ! Ou Dummy ! Bah, je les aime tous, mais c’est différent. Donc, sauvetage, fuite, combat, du feu et du sang, un bon traumatisme, un coup de fouet, la mort d’un ami précieux eeeet cette découverte de trahison. J’ai dit que je détestais la trahison ? Que je donne plus ma confiance aveuglément ? C’est en partie parce que l’homme qui était un ami, presque un père – Jarjar l’est plus que tout autre et ne m’a jamais trahi – avait commandité cette attaque. Il avait voulu ma mort, il me l’a clairement dit… Il a volé mes plans, il voulait mon réacteur… il a construit une armure plus performante mais bien moins jolie que la mienne… et pourtant il repose six pieds sous terre, en train de se faire bouffer les entrailles par les vers. Ah !  non en fait, il ne reste sans doute rien de lui vu la rafale d’énergie qu’il s’est prise.

C’est entre autre pour cela que je n’acceptai à aucun moment de commercialiser mes armures ou mes IA. Je refusais aussi de reprendre l’activité des armes : nous pouvions faire infiniment plus pour notre prochain : il y avait des secteurs à conquérir, à innover, et j’avais tellement d’idées ! Ce n’est pas la plus belle période de ma vie, mais je sais que je me suis amusé. Jarvis – l’IA – m’a aidé. Comme par le passé, il était là pour moi, pour me protéger. Il y eut d’autres interventions, d’autres copies de mes travaux, je failli mourir aussi, empoisonné par ce qui devait me sauver la vie, mais je survécu, encore. Et je vainquis, encore. Je fus approché par Phil Coulson pour intégrer un Boys Band nommé Avengers. Cette peste rousse – je t’aimerai toujours Natou – affirma que je ne savais pas faire équipe. Elle avait raison, du moins en partie.

A la même époque que mon kidnapping – si ma mémoire est correcte – Bruce Banner était approché par l’armée pour une histoire de Bombe Gamma. Ce n’était certainement pas de son fait, pas en connaissant l’adorable bonhomme avec un sacré problème caractériel. J’avais bien entendu suivit les avancées de l’homme concernant les radiations : il pouvait révolutionner le monde, j’en avais conscience, et j’aurais souhaité le rencontrer. J’aurais aimé travailler avec lui également : peut-être aurais-je pu prévenir de ce qui allait se passer, l’explosion, les modifications dans le génome… Je ne peux m’en vouloir pour quelque chose où je n’étais pas, et j’avais moi-même mes propres problèmes.

Cela pris forme, après le kidnapping et Obadiah, sous l’apparence d’Igor.. Anton Vanko et Justin Hammer. La jalousie de ce dernier et l’envie de vengeance de l’autre firent des étincelles. Littéralement. C’était encore une fois une sale période : l’armée voulait les armures afin d’en offrir à l’armée et de faire de l’Amérique le pionnier de la paix et de l’armement. C’était hors de question, et personne n’avait à s’en faire : j’étais le seul à savoir construire une armure capable d’intégrer un homme en son sein. C’est là qu’intervient les deux énergumènes : fortune et intelligence. Justin s’est fait baiser – pas littéralement – et il s’avéra que Vanko maitrisait la technologie de l’ARK et des armures. La catastrophe fut évitée, et je construisis une seule armure, pour Rhodes. Il deviendra War Machine, un nom clinquant et super, quoi que le mien est quand même meilleur. Rhodes le méritait, et surtout, j’avais et j’ai toujours confiance en lui. Il a beau être un militaire, il est aussi mon ami

Puis il eut New-York. Vous savez ce qui s’est passé là-bas. Pour les autres, je failli mourir, mais de la même manière que je vécu : en Grand. Dans l’espace. Avec le plus beau sacrifice que j’aurais pu faire. Tué par un Dieu ou peu s’en faut ! Loki était arrivé avec un sceptre magique qui balançait des rayons bleus qui faisaient mal. Le monde changea pour moi. Ce n’était pas les nouvelles horreurs, l’aperçu que nous n’étions pas seuls dans l’univers… pas seulement. C’est la goutte d’eau qui fit déborder le vase, l’horreur absolue et la connaissance que quelque chose d’horrible allait arriver, et que ce sacrifice n’était qu’un gain de temps. Le vide, littéralement, l’immensité s’étendant devant moi, sans air, avec la mort juste là, sous mes yeux… Je m’en sortis. Pas indemne : angoisses, terreurs nocturnes, sueurs froides, cauchemars, crises de panique… je ne vais pas faire la liste, mais les problèmes étaient là. J'avais toute cette technologie, tout ce génie, et j'ai été incapable de m'en servir comme il le fallait. J’avais manqué de perdre tout ce que j’aime, cette vie que je voulais protéger, cette vie qui ne tenait qu’à un fil. Je dois mon salut à mes proches. A des gens qui sont restés auprès de moi et qui m’ont botté les fesses afin que je me ressaisisse. Il y a entre autre un gamin – désolé petit, ton nom m’échappe – qui avait un sacré potentiel. J’espère qu’il n’est pas mort. J’espère que si c’est le cas, il n’aura pas souffert. Et j’espère surtout que si c’est le cas, on pourra le sauver. Cela souligne peut-être le fait que depuis mon retour d’Afghanistan, j’essaye d’aider. L’argent, puisque j’en ai bien trop pour savoir quoi en faire, aide aux œuvres de charités. J’aide les écoles, les universités, les jeunes à étudier, je fourni de meilleurs équipements… C’est une manière pour moi d’essayer d’alléger les remords. On fait comme on peut, j’imagine.

Quoi que j’en dise, c’est aussi à l’époque de Loki et des Chitauris que les Avengers se mirent concrètement en place et que je fis réellement la connaissance de Bruce. Mise à part son côté vert colérique, c’était un homme bon et intelligent. Pourquoi aurais-je dû le traiter différemment ? C’est en traitant les gens avec différence qu’on fini par créer des monstres demandant vengeance et compensation. Ce n’est pas pour autant que je n’avais pas conscience du potentiel destructeur de Bruce… Hulk. Les deux sont pareils selon moi, ils doivent juste s’accepter. C’est un peu comme une seule et unique pièce : il y a deux côtés, et ils ne peuvent exister l’un sans l’autre. C’est donc par amitié, par souci de protéger les gens de lui également – parce que jamais Bruce ne pourrait se pardonner de blesser des innocents – que je construisis d’autres armures servant à le contraindre, ainsi qu’une cage. Je voulais que Bruce puisse se sentir en sécurité, puisse se laisser aller sans craindre de laisser l’autre bonhomme prendre le contrôle. Hulk lui-même n’est pas complètement stupide : nous pouvons communiquer avec lui, il sait parler, réfléchir, comme un enfant certes, mais cela prouve son intelligence… Et Hulk m’apprécie, je le sais. Pourquoi hurler pour que je me réveille alors ? J’étais certain qu’avec son aide – à Bruce – nous pourrions révolutionner le monde.

C’était donc dans une optique de paix universelle que j’ai voulu créer Ultron. Il faut comprendre que suite à l’invasion de Loki, les mois qui suivirent furent difficiles, pas seulement pour moi, mais aussi pour Pepper. Surtout pour Pepper... Je ne dormais pas, je mangeais et passais mon temps à bricoler pour ne pas penser à ce qu'il s'était passé à New-York. J’étais dangereux pour elle et pour quiconque s’approchait de moi… Mais si je me suis sorti de cette mauvaise passe, mon âme – c’est une connerie – était toujours abîmée. On fout du sparadrap et une continue, on s’accroche à des idéaux, et on avance. On essaye d’avancer – je vais en venir à Ultron, vous en faites pas bande de curieux – malgré le fait que d’autres dangers vous tombent dessus. Ce fut une catastrophe, Pepper manque encore une fois de se faire tuer, mes armures furent détruites, et ma victoire, quoi que j’en dise, avait un goût amer au vu de ce qui se préparait. C’est toujours ainsi : les choses vont bien avant de dégringoler. C’est ce qu’on appelle la régression vers la moyenne. En gros, vous pouvez vivre quelque chose de terrible, cela finira par s’arranger, au moins un peu. Pareil si vous vivez le bonheur parfait : ça finira par retomber vers une moyenne normale. C’est ce qui arriva : quelques mois plus tard, le SHIELD tomba, Fury fut tué, se fit passer pour mort tout du moins – c’est une constante avec lui, utiliser la mort comme moteur de motivation – et il eu à nouveau une alliance afin de réparer les dégâts d’Hydra. Cela ne devrait pas m’étonner. Une telle organisation ne peut pas tomber comme ça, pas sans qu’il y ait un véritable élagage à la source. Ca pousse comme les champignons, à la différence qu’Hydra est vachement indigeste.

C’est là que j’ai fait une erreur : Ultron. Cela partait d’une bonne intention, comme je le disais. Je voulais non plus privatiser la paix, mais la rendre accessible. Je pensais que l’impartialité de la machine nous serait bénéfique : on prendrait notre retraite, ou peu s’en faut. Je ne voyais pas les dangers : j’avais déjà créé JARVIS et ce dernier était exceptionnel et protégeait les gens. Pourquoi en aurait-il été autrement avec Ultron ? Le but était différent, mais pas tant que ça. La machine était plus poussée technologiquement, mais encore une fois, ce n’était pas un problème. Là où les choses dégénérèrent, c’est qu’il y avait une pierre dans le sceptre de Loki qui fit un boulot monstrueux. La Vengeance s’implanta dans l’esprit d’Ultron. Je ne pouvais le prédire, pas plus que Bruce – oui, il était avec moi sur le coup, j’avais quelqu’un qui s’il n’était pas chaud pour m’aider, avait fini par me surveiller et me refreiner… - Capitaine Frigide n’a évidemment pas aimé le projet, et quand j’y pense, notre relation est tellement conflictuelle qu’il est étonnant que nous ayons pu devenir « amis. » J’y reviendrai. Ultron était malade, avait tué Jarvis, projetait de voler des plans nucléaires – des codes – et avait un projet ambitieux : nous sauver de nous-mêmes. Il avait des sentiments. C’est quelque chose qu’il n’aurait pas dû avoir… Je ne suis pas si doué que ça, et si la pierre devait y être pour quelque chose, je comprenais Ultron. J’éprouvais quelque chose comme une fierté malsaine à son égare, quand bien même j’avais conscience qu’il me fallait le détruire pour sauver l’humanité. Je ne cautionnais pas ses méthodes et finalement, celui qui devait apporter la paix n’apportait que la guerre : une arme surpuissante venant de moi, moi qui refusais bec et ongle de reprendre l’armement de Stark Industries.

Ultron mit la main sur d’autres robots, créa les siens, et volo mon Iron Legion. Il mit également la main sur des jumeaux qui me détestaient – donnée récurrente, vous en conviendrez - : les Maximoff. Leurs raisons étaient légitimes, mais c’était avant tout des gamins dangereux étant dans le mauvais camp. HYDRA s'était servi de leur haine contre moi pour faire des expérimentations sur eux, en utilisant le sceptre de Loki. Même si éthiquement parlant ça peut poser problème sur le plan de la éthique de la recherche c'était... Intéressant. Je ne peux cracher sur ça, sachant ce que je pouvais faire à moi-même juste pour être performant et continuer à faire ce que je voulais faire : me racheter. Il est évident que jamais je ne ferai ça sur autrui. Voir ce que le sceptre pouvait faire sur des mutants de leur envergure... D'accord, c'est complètement dingue et certainement pas pardonnable. Ils finirent par se retourner contre Ultron, comprenant ses intentions peu louables et la Sokovie commença à voler et si ce ne fut pas un échec, je ne peux m’empêcher de prendre les nouveaux morts comme un échec personnel, une faute de ma part. Wanda Maximoff l’avait compris, tout comme je sais que cette fille est dangereuse. Manipuler les esprits comme elle le faisait, ce n’est pas sain. Peu importe. Vision naquit, sorte d’hybride né de Jarvis, d’Ultron et de la pierre. Vision qui comme vous le savez, fut tué par Thanos bien plus tard. Tout cela se rajouta à mes problèmes d’anxiété. J’essayais réellement de m’en sortir, de m’accrocher à ce que j’avais, mais mon monde semblait sans cesse vouloir s’écrouler. Bruce était parti loin, Jarvis n’était plus lui-même, j’avais particulièrement déçu Rogers, et quoi que j’en dise, j’avais la sensation que tout n’était pas aussi bien que ça aurait dû l’être avec Pepper. J’étais fatigué de cette impression, j’étais… Je voulais faire de mon mieux, je voulais révolutionner le monde, l’apaiser, aider la faune et la flore en inventant de nouvelles énergies infinies ou presque qui ne pollueraient pas, je voulais défendre les innocents et… je faisais toujours pire que bien. C’était comme tomber et se redresser, et retomber pour la même raison. La blessure jamais refermée de mon père revenait me hanter, me faisait miroiter des propos qu’il aurait pu avoir. Et que dire de Rogers ? Il était l’homme qui avait accaparé l’attention et la présence de mon père. J’aurais adoré pouvoir lui ressembler, mais nous n’étions pas du même monde, du même moule. Jaloux de qui il était avant de me rendre compte que je n’aurais voulu être lui pour rien au monde. Ce que je voulais, c’était le temps que je n’avais pas eu avec mon père, ce que je voulais, c’était retrouver ma mère. Rogers pouvait me rapprocher de ça, quand bien même sa bonté finissait toujours par m’irriter. C’était dans l’ordre des choses. C’était une entente entre chien et chat. Qui dans le rôle de quel animal… J’aime à dire que Steve serait un labrador et moi un chat, mais ça serait nier l’évidence : Thor est un labrador. Ainsi donc le capitaine et le fils de l’homme qui le transforma devinrent des amis. Peut-être pas les meilleurs amis du monde, mais des amis. C’est probablement pour ça que j’ai autant de mal à accepter ce qui suivit. Le sentiment de trahison revenait, doublé de celui amer d’abandon. C’était absurde et c’était pourtant là : pas assez bon pour le retenir, pour l’aider. Pas assez vif pour comprendre où tout cela allait mener. Enfin… Sokovie…

Ca aurait pu finir comme ça. Fin de l’histoire, régression vers la moyenne. Mais non. Evidemment que non. C’était même pire. J’ai essayé de faire ce qu’on attendait de moi, j’ai tenté d’être un héros, de signer des accords gouvernementaux afin que de tels débordements ne se reproduisent plus jamais. Cela ne me ressemblait pas, tout le monde en convenait, mais cela me semblait être la seule chose possible à faire au vu de la situation. L’humanité devait dire stop à la destruction que nous laissions sur notre passage, inconscients des dégâts que nous occasionnions lorsque nous tentions de sauver des vies. Ils dirent stop. Qui aurait cru que dans le plus parfait des mauvais putains de timing, le petit copain de Rogers, reviendrait du monde des morts ? Barnes avait retrouvé la mémoire et Steve était décidé à rester à ces côtés, en crachant sur l’amitié et ce qu’il avait vécu avec les autres.

Sur moi. Métaphoriquement je veux dire. J’avais jugé trop rapidement cette amitié, peut-être. La violence de mon ressenti vient très certainement du fait que je ne peux fermer les yeux sur le comportement de Rogers. Je comprends le concept d’aider un ami, je comprends parfaitement l’envie de tout faire pour ça, mais pas au détriment des autres. Pas lorsque cela risque une nouvelles guerre, pas lorsque cela remet en causes toutes les belles paroles, les actes, les événements vécu, et pas lorsque cela laisse des victimes collatérale comme Rhodes. Ce n’est pas la faute de Rogers qu’on me dira… Ni celle de Vision… Le fait est que si Rogers était venu nous parler, s’il avait cherché à nous faire confiance, à nous expliquer, à nous expliquer vraiment… Rien de tout cela ne serait arrivé.

J’ai l’impression que nous ne serions jamais que des secondes zones, et j’ai conscience aujourd’hui de qui le Héros de l’Amérique sauvera en premier. Jaloux ? Non. Déçu. Déçu et trahi. Ce qu’il fit ce jour là ne fut jamais réparé. Le vide ne fut jamais comblé, pas entièrement, et si nous en sommes revenus à combattre ensemble et non l’un contre l’autre, Barnes ne mérite pas mon pardon. Pas plus que Rogers, mais je sais que ma fierté blessée dicte mes mots. Cette opposition entre nous ligua les Avengers pourtant soudés. Je nous croyais soudés, mais encore une fois, je me fourvoyais. Cela n’aurais pas dû m’étonner de la part de Natasha – d’ailleurs je ne suis pas étonné – mais Steve avait fait passer un homme avant la sécurité de tout un pays. Il manqua de nous faire tomber sans une nouvelle guerre, et non, je n’exagère pas mes mots. Oh, et je parle du fait que son psychopathe d’ami est le meurtrier de mes parents ? Comment je suis censé composer avec ça ? On s’en fout. Voilà la leçon reçue. Celle que jeu l’impression de recevoir en tout cas. Circonstance atténuante, le sergent était contrôlé. En d’autres circonstances, peut-être aurions nous pu nous entendre. Je ne sais pas. Je suis juste trop en colère envers cette histoire pour pleinement accepter tout ça et tourner la page. Steve préférait protéger l’assassin de ma famille, de ses amis. C’est aussi durant ce conflit que Rhodes perdit ses jambes. Enfin, l’usage. Pour un militaire de carrière, je savais que son monde était fini, et cela rajoutais à la sensation de trahison. Vision voulait aider… contre Steve et Barnes. Si Steve avait fait son boulot sans se laisser aveugler, rien ne se serait passé. Mes blessures m’importaient peu, vraiment. Peu importe que Steve aurait laissé ou non son pote me tuer, et l’avoir laissé me briser le bras, peu m’importe la violence dont il fit preuve pour m’empêcher de broyer Barnes… Ne revenait qu’une chose : il avait préféré son copain modifié à son ami. Il avait caché la vérité, en sachant pourtant tout le mal que l’absence me faisait. Je ne me juge pas trop dur, au contraire. C’est parce que je mesure la hauteur de cette trahison que j’ai autant de mal à l’accepter. Et pour quoi ? Pour me faire encore traiter d’inconscient, de dangereux personnage. C’était tellement ironique.

J’ai écouté le message de Steve sur le téléphone qu’il me laissa. J’ai bien envie de lui enfoncer dans le fondement mais… Je présume que son enfoiré d’ami me le rendrait bien et me briserait le crâne cette fois. Ou tenterait. Oui, on voit parfaitement que je n’ai pas dépassé une certaine animosité et qu’un rien pourrait me refaire partir dans mes travers ou la violence. C’est évidemment contenu, au vu de ce qui se passe et d’où nous sommes, mais il ne faut pas trop m’en demander. Pas après tout ça, et pas après Thanos. Peut-être ais-je juste envie de retrouver l’ami d’avant, mais je ne saurais le dire. En l’état, faire la part des choses est compliquée, plus encore lorsque je sais que le meurtrier est avec nous, à cette époque. Même s’il a combattu avec nous, cela ne fait pas de lui une meilleure personne… Je veux dire, même les vilains ont combattu avec nous : quelle différence cela fait-il ? Cela le dédommage-t-il de ce qu’il a fait ? Non. Parce que même en deux ans de guerre, notre priorité n’était pas de parler ou d’arranger les choses, juste de gagner.

J’ai rencontré Peter, alias Spiderman, et j’ai tenté de l’aider. Il est trop impulsif, il ne sait pas utiliser ses dons correctement et non, mon but n’était pas de le restreindre, juste de lui apprendre. Il a du potentiel, mais à quoi servirait-il s’il était écrasé comme une mouche ? Il veut bien faire, il veut sauver des vies, et c’est tout ce que je lui souhaite, mais… c’est aussi une tête brûlée qui n’écoute rien et fait des frayeurs à ses proches. Il est aussi intègre, foncièrement gentil et une tête brûlée… Il me rappelle moi plus jeune. C’est aussi en partie de sa faute que j’ai annoncé publiquement mes fiançailles avec Pepper. Enfin, je voulais déjà le faire avant, mais disons que ce n’était jamais le bon moment ou le bon endroit. Bizarrement, je suis encore surpris qu’elle ait accepté. Oui, nous sommes heureux ensemble, oui nous nous entendons à merveille, autant au lit que dans la vie, mais elle sait aussi quel type d’homme je suis, et que parfois faire de mon mieux pour être le meilleur n’est pas suffisant. Peut-être est-ce ce qu’elle aime. Je n’aime pas penser à ça. Bref Peter est une partie bizarrement intégrante de mon histoire. Je n’ai pas hésité à lui demander de l’aide lorsque Rogers est devenu fou et a préféré risquer une guerre pour sauver son pote. Peter est resté loyal, et j’aime à croire qu’il le restera parce qu’il a un bon fond. J’ai envie de le protéger, vraiment : il ne mérite pas tout ce qu’il a subi et vu, pas plus que nous, mais c’est surtout qu’un gosse et que quelque part, je me sens responsable de lui.

C’était un gosse qui parlait trop, découvert trop tôt, précoce et qui risquait de faire pas mal de bêtise s’il n’était pas suivit. Donc oui, je lui ais demandé de l’aide pour me battre contre Rogers, et je n’en suis pas extrêmement fier, mais Peter avait un tel désir ardant de faire ses preuves qu’il était évident qu’il ne refuserait pas de se battre à mes côtés, et de rencontrer le Capitaine. Cela changea ensuite. Oh, il me harcela littéralement, essayant de me faire sortir de mon trou sans savoir que mon silence était simplement une façon de le protéger et de lui faire prendre conscience qu’être un héros, un super-héros à la solde du monde, ce n’était pas simplement plumer un vautour. En passant, je lui tire mon chapeau pour avoir vaincu l’homme et l’avoir en plus sauvé, tout seul. Alors même que tout le monde lui tournait le dos. Je suis d’autant plus fier de lui qu’il refusa ma proposition de rejoindre les Avengers. Un Test. Oui. Evidemment. Peter avait grandi, en bien, en mieux. Savoir que devenir un Avengers demanderait de lui qu’il abandonne son anonymat, quel que soit leur âge. Il avait encore droit de n’être que le héros du quartier, le héros qui n’hésite pourtant pas à étendre ses filets pour venir en aide à ses amis. Il fera partie des Avengers… Mais une nouvelle génération, une bonne, qui ne commettra, je l’espère, pas les mêmes erreurs que nous.

Puis il y eut Thanos. Il apparu sous la forme du chaos, de la terreur et des morts. Il était le cauchemar que tout le monde voulait éviter, il était mes angoisses, l’armée que j’avais aperçue lorsque j’ai dirigé un missile dans un trou béant dans l’espace. Il était le destructeur de mondes venu réclamer des pierres magiques, les pierres d’infinités. Tout commença avec l’arrivée des gardiens de la galaxie. Un nom un peu pédant pour désigner un boulot qui demandait beaucoup trop d’investissement. La galaxie, c’est grand. Alors avec un type humain, un autre qui ressemblait à un humain mais tout de gris et de rouge et qui est, je le crois, plutôt limité intellectuellement, ainsi qu’une femme verte sexy, une autre bizarre qui me fait penser à un papillon, un arbuste et un hérisson – raton laveur – qui parle – qui parle nom de dieu ! - … Je disais quoi déjà ? Ah oui, le groupe hétéroclite arriva sur terre pour nous prévenir de l’imminence d’un danger qui allait nous dépasser. L’arrivée de Thanos venu réclamer les pierres. Il n’apparu pas immédiatement, mais ses ordres furent rapidement visibles de partout. Et les horribles bestioles nommées Chitauris revinrent à la charge, cherchant et fouillant pour trouver les pierres, causant plus de chaos et de destruction qu’à Manhattan. Le temps passa… Les batailles aussi.

Ce monstre força le monde à coopérer. Thanos était notre priorité à tous : il ne faisait aucune distinction entre hommes, femmes ou enfants, les biens portants ou les malades, les jeunes ou les vieillards. Les morts se comptèrent d’abord par centaines, et notre réactivité ne nous fut d’aucun secours. Il fut rapidement évident que tous devaient mettre leur rancœur de côté contre un ennemi tout puissant. Le Capitaine et moi-même furent de ceux-là.

Mais cela ne fut pas assez. De centaines, on passa à des milliers, puis des millions. Le feu et les cris furent notre pain quotidien, tenter de sauver des vies : c’était le lot des Avengers, mais également des armées, des civiles, et de Pepper. Moi qui avais toujours voulu la protéger la voyais pratiquement au front avec son armure spécialement conçue pour elle. Rescue était l’espoir dans le Chaos, l’étincelle des survivants, si forte et si courageuse. Malheureusement, cela ne fut pas suffisant. Personne ne ressort indemne d’une guerre, nous le savons tous. Nous perdons tous quelque chose, quelqu’un, la fatigue nous prends, la motivation… Non pas elle : nous avions la rage de vaincre, repousser l’ennemi qui s’en prenait à nos droits les plus basiques. Nous ne pouvions gagner cette guerre, tout le monde le savait. Nous perdions des effectifs et nous n’avions nulle part où aller. La nourriture manquaient, certains endroits étaient décimés, radioactifs dû aux bombes lancées par les gouvernements, espérant vaincre les nuées aliens.

On perdit Natasha, on perdit Vision, on perdit tellement de monde, des amis, de la famille. Se fut douloureux, pas seulement parce que Natasha était une amie, mais parce que tout le monde savait que cela risquait d’empirer. Vision quant à lui n’avait beau être qu’une intelligence artificielle, il était également humain à nos yeux, ou proche de l’être. Leur mort fut un coup dur pour tout le monde. Un échec personnel pour moi, même si objectivement, je n’avais rien à me reprocher.

Je fus moi-même grièvement touché. Plus que d’habitude j’entends. Evidement que se faire trimballer dans une armure, se prendre des coups, encore et encore, finissait par entamer les réserve du corps. Seulement se ne fut pas ça. Une attaque que nous n’avions pas prévu, un piège, alors que nous pensions pouvoir sauver des innocents… J’étais un renfort aérien et armé, un allié puissant qui ne servit à rien. Une explosion me frappa, si puissante que les capteurs devinrent blancs, impossibles à tenir. La douleur explosa dans me tête, dans mes yeux, et j’ignore si c’était dû à la lumière où à l’état lamentable de mon casque. J’ignore si c’était un coup trop violent où bêtement le gaz qui était dégagé après l’explosion. Le gaz attaquait visiblement des fonctions vitales au vu de ma respiration de plus en plus laborieuse et de ma toux. Je tentais de frotter mes yeux, d’atténuer la sensation de les sentir fondre, mais sans succès. Pepper vint à ma rescousse… sans mauvais jeu de mot. Elle tenta de se montrer compatissante et pleine de compassion suite à cela, et cela me hérissait. Ma convalescence aurait dû être lente, mais je n’acceptais pas ma condition. Mon armure pouvait être pilotée par Friday, et je n’étais pas idiot : j’étais toujours capable d’inventer. J’étais capable de me soigner. Cela mit le temps qu’il fallait, mais je n’avais pas peur : j’étais déjà amoindri. Contre l’avis général et surtout, celui de Pepper, je mis en place le protocole qui allait être lancé par la branche médicale de Stark Industries : l’utilisation de nanotechnologie. Cela fonctionna. Mes poumons souffraient toujours, mais la guérison était proche. Quant au reste…

Personne ne passait de nuit complète, et l’idée germa, ainsi que la possibilité de tous nous en sortir. Cela pris forme sous une aide entre Stephen Strange et moi, grâce à deux pierres en notre possession : celle de l’espace et du temps. Rapidement, d’autres grands scientifiques vinrent à notre aide, dont Bruce.

L’idée était de créer un portail, un portail tel que celui de Loki avait construit pour laisser passer les armées de Thanos. Il faudrait toutefois qu’il nous transporte dans le passé, et non sur une autre planète. Il fallait qu’on gagne, pas que l’on fuit. Il fallait aussi que le portail soit stable et suffisamment grand et puissant pour nous permettre se tour de force. Malheureusement il s’avéra que c’était une science hasardeuse, même si elle restait notre meilleur moyen. Le fait est aussi que nous manquions de plus en plus de temps et de moyens pour ajuster nos calculs, et ce même avec l’aides des plus grands scientifiques au monde. Le fait de devoir continuellement bouger n’aidait pas non plus. L’épuisement, le manque de sommeil, tout jouait en notre défaveur.

Le jour où l’on parvint enfin à ouvrir ce fichu portail, la décision fut rapide : on n’emmènerait aucun vilain, aussi fort soit-il, avec nous. S’ils pouvaient nous aider contre Thanos, se retrouver dans un monde en paix risquait de faire ressortir leurs travers, et nous causer ainsi plus de dommages que de bien. Je fus choisi, tout comme Steve contre lequel je ne m’opposai pas. Me sélection était somme toute logique : j’étais un génie, j’avais participé à la création des Avengers, j’étais un atout. J’eu plus de mal à accepter le déplacement de Barnes, mais au vu de la guerre, je n’allais pas faire la fine bouche. C’était un bon combattant, il pouvait être utile, peu importe où nous atterririons.

Régression vers la moyenne…

Après deux ans de conflits incessants, de rares victoires, nous étions en droit de penser que nous irions mieux. Quelles foutaises. Oui, nous sommes entrés vivants dans le portail, et il fit son office. Oui, on en ressorti vivant et entier, mais certainement pas quand nous le voulions. 1945. L’après guerre immédiate. Les Etats Unis se pose comme dominants avec L’URSS, amenant lentement mais sûrement vers ce qu’on appellera plus tard la guerre froide. Pas de film sympas à voir, une musique passée de mode et un putain de racisme qui n’est même pas caché. Et doit-on parler des mœurs puritaines ? Mais au-delà de tout ce qui pouvait être détestable dans ce siècle, il y avait également de grands scientifiques que nous pouvions manger et appeler, à qui nous pourrions parler et exposer notre plan, notre situation, et espérer avoir leur aide. Au vu de la situation, peu importe que nous survivions, que nous créions un paradoxe ou quelque chose comme ça. A mes yeux, une chose devait absolument se passez : notre victoire contre Thanos. D’accord, nous pouvions faire des conneries, ne pas naître par exemple, ce qui serait tout de même fâcheux… Mais qui oserait s’opposer à ça, si en contre partie, cela pouvait nus aider à vaincre ? Pas assez de garantie, je suppose. En tout cas pas assez aux yeux de tous, puisqu’ils se rangèrent de l’avis de Steve et que je n’eus d’autre choix que d’accepter l’avis général. Comme si j’étais le type dérangé qui demandait un truc complètement fou. Discrétion. Comme si nous pouvions être discrets dans une époque qui ne nous appartenait pas. Se déguiser, faire les carpettes. Je détestais cette idée, et je me sentais bêtement trahi, encore une fois. Pourquoi suivaient-ils aveuglement cet homme ? La guerre faisait visiblement des miracles dans les cœurs et j’étais bien trop épuisé que pour vouloir lutter plus longtemps contre l’aura lumineuse du capitaine. Je suivis le mouvement, avec soudain une compréhension. L’hyper vigilance allait finir par avoir ma peau. Ce que je vivais, comme sans doute d’autres, était semblable au syndrome post traumatique. Je détestais le dire, mais je savais le reconnaître pour l’avoir déjà vécu. Le moindre bruit, la moindre pétarades de voiture, un éclat de rire, où l’éclat d’un bijou ressemblant soudainement top à celui d’une arme… Tout nous renvoyait à une époque plus tumultueuse.

Fort heureusement, pour cela au moins, nous ne dénoterions pas. Nous ne serions certainement pas les seuls à souffrir de ce genre de comportements… même si l’époque tendait à ne pas en parler, à nier son existence, à faire comme si les soldats ne souffraient que de blessures physiques. Il suffisait de voir les difficultés de notre grande Amérique dans la réinsertion des anciens combattants. Mais plus que tout, je souhaitais retrouver Howard, ma mère et Jarvis. Ils ne me reconnaîtront pas, ils ne sauraient même pas qui j’étais, mais simplement les revoir… Cela me ferait du bien.

On dû donc bouger et rejoindre un bâtiment abandonné qui pourrait nous accueillir. L’endroit était vétuste, puait l’humidité et la poussière, mais ça serait mieux que rien. Remettre l’électricité ne fut pas bien compliqué, même si le détournement finira tôt ou tard par se savoir. Remettre l’eau chaude se fit un peu plus tard, nous offrant un nouveau confort bienvenu. Cela me permettait aussi de me concentrer sur autre chose que le fait que je refusais pour le moment de parler avec Pepper qui pourtant était charmante, comme toujours. Enfin… Je savais qu’elle n’allait pas bien : elle se réveillait assez la nuit pour me prouver qu’elle souffrait de la guerre. Je n’étais pas seul, mais nous avions des manières différentes de gérer ce genre de stresse.

Elle essaye d’avancer – comme moi – mais a sans doute plus de facilité à se balader dans se monde. Ou faire ce qu’elle savait faire : communiquer. Faire face. Personnellement, je suis confiné dans cet appartement. Que cela soit par choix ou par obligation c’est une autre histoire. Je mange peu, je dors encore moins, et j’essaye de retaper l’armure, même si avec les moyens du bord, la tâche s’annonce particulièrement ardue, voire impossible. J’avais l’impression de me retrouver en Afghanistan dans une grotte, à devoir confectionner une armure rudimentaire à l’aide de bouts de métal et de missiles.

C’est en humain que je vins en aide à mes amis et à cette époque lorsqu’il s’avéra que nous n’étions pas les seuls à avoir traversé. Difficile d’ignorer le second orage, la nouvelle perturbation, et si nous pouvions encore avoir un doute, les attaques sur les banques nous prouva que nous avions raison : non seulement des « vilains » avaient traversé, mais en plus ils étaient incapables se contrôler. Enfin, je veux dire que nous avions vu, su, entendu le second orage, violent, impétueux, que nous pouvions avoir des doutes, mais qu’il était difficile de savoir exactement de quoi il en retournait. Paranoïa aidant, je suppose que je voyais là-dedans l’imminence d’une nouvelle catastrophe, même si j’aurais préféré me tromper. C’était d’ailleurs le cas durant plusieurs jours. Bref, orage inconnu, mais qui ne restait que cela et qui bientôt s’effaça de nos mémoires parce que nous avions eu mieux à faire. Jusqu’à l’incident qui fit remonter les souvenir, la paranoïa et nous fit découvrir une certaine vérité. Des méchants qui pensaient que foutre la merde était plus important que de sauver le monde.

Qu’on ne vienne pas me dire, vu comment ça s’est passé, que le continuum espace temps n’a pas subi quelques modifications ! Donc humain qui fit son possible pour aider. Qu’est-ce que je foutais encore dans l’immeuble ? sachant que je n’avais aucune envie de sortir, c’était probablement la meilleure explication. Il faut ce rendre compte qu’il y avait fort à faire dans l’immeuble et pas seulement parce qu’il était vétuste. J’avais de quoi m’occuper, avant que l’incendie ne se déclare. Pas dans l’immeuble, mais dans l’entrepôt. Un entrepôt en flamme qui possédait des gens à sauver pendant que je ruminais de noires pensées, penché sur mon armure. Ce n’est pas étonnant que je fus alerté, en retard, de ce qui se tramait. Et si je ruminais, j’étais toujours celui que je suis : tenté d’aider les autres au mieux de mes capacités. Cela n’allait pas aller très loin cependant : je n’avais pas d’arme, pas d’armures, d’armure tout court d’ailleurs, et si j’emportai avec moi les gants mécaniques, c’était principalement parce que je pouvais frapper facilement avec. Oui, ça défoule. La fumée à l’entrepôt par contre, ça calme. Mes poumons me faisaient toujours souffrir, mais il était hors de question de rester en arrière. Pourquoi entrer dans le bâtiment alors que d’autres en sortaient en courant ? Parce que les héros sauvent les innocents avant tout. Entre choisir entre courser les mauvais et sauver les bons, le choix est vite fait. Le plus dur – ou pas – restait à faire : sauver deux petites araignées prises au piège. Que cela soit grâce à moi ou non, le fait est qu’elles furent sauvées et qu’on pu rejoindre un autre quartier chaud. Et pas dans ce sens là. Il y avait encore du grabuge, et il était encore une fois hors de question que je reste au loin à regarder comme un poisson hors de l’eau. Encore une fois, les réflexes reviennent vite, que ça soit par l’hyperactivité cérébrale, la peur, la guerre… Autant de perspective qui font oublier le reste autour de nous. J’avoue malgré tout que les bruits me font encore frissonner de terreur aujourd’hui, et qu’à partir d’un certain moment, c’est la mémoire musculaire qui fait tout le travail.

Bref, le chaos dans la foule après avoir suivit Steve et Bucky m’amenèrent à me faire tirer dessus. Alors que je voulais juste sauver des fesses. Le monde est quand même vachement ingrat. Bref, un ennemi avec une arme, moi sans, le compte est vite fait : les voitures, dieu merci existaient déjà, et pouvaient servir de repli stratégique. C’était sans compter un autre connard planqué qui lui me tira vraiment dessus. Au bras. Gauche. Pour changer. Il y a un complot cosmique avec mon bras gauche, j’en suis certain. C’est à peut près là qu’une femme vint à mon secours, et je ne suis pas assez sexiste pour ne pas reconnaître le courage et la force des femmes – Pepper me tuerait si c’était le cas – et donc… je fus sauvé de cet ingrat personnage mal élevé par la demoiselle à l’habit en piètre état. Ni une ni deux, avec une femme beuglant mon nom, et toujours des coups de feu, j’au sauté sous la voiture… si tant est qu’on puisse sauter sous une voiture, pour récupérer l’arme et faire en sorte de ne surtout plus penser à la brûlure désagréable et douloureuse à mon bras. L’arme récupérée sur un cadavre – enfin, sous la voiture, vu qu’elle avait glissée là – je pus enfin me sentir un minimum… utile. Je pus partir avec la dame, derrière un immeuble, et toucher un assaillant dans le repli. Une balle sur deux, c’était déjà pas mal vu la panique. Bref, je dois la vie à une femme au nom pratiquement imprononçable. Katarczyna. Un truc du genre. J’ai dit que c’était difficile !

Et on a fuit. Comme on pouvait, vu l’échec que tout cela fut niveau discrétion. La dame revient régulièrement prendre de mes nouvelles. J’avoue qu’il m’est agréable de la revoir, quand bien même elle n’a pas tous les câbles raccordés dans la boite. Elle connait également mon père, pour qui elle m’a apparemment confondu la première fois. J’ignore si je dois m’en sentir flatté ou insulté.

Toujours est-il que passer inaperçu fut alors impossible, et les consciences qu’on voulait préserver furent bousculées. Avec l’aide des autres, on put éviter la catastrophe, et capturer deux ennemis publics tout en les gardant sous bonne garde : Helmut Zemo et Harry Osborn. Je serai d’avis de leur mettre une balle dans la tête immédiatement, mais il semblerait que cette idée ne fasse pas l’unanimité. Pourquoi prendre ce risque ? Les voir se libérer ou recevoir une aide en se sens ? Risquer plus encore notre mission ? Le tuer, même en cette période, n’affectera pas le futur.





grande iconepetite icone
LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1126
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 19:39

TONY

Bienvenue parmi nouuuuus ce super choix de perso hésite pas si t'as des questions ou besoin, on est là


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1643
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 20:19


*Sort le drapeau blanc le temps de passer par là*

Bienvenue par ici boite de sardines
Comme Steve l'a dit si tu as des questions surtout hésite pas



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Strategic Scientific Reserve
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t939-mihaly-dvorak-truth-lef
*
MISSIVES : 293
FT. : Matthew Goode
COPYRIGHT : Rogers
AKA. : Charybde, Dr Dvořák, Mihá
CLASSE : Classe 3
STATUT CIVIL : Célibataire mais "marié" à la Vilaine Sorcière de Brooklyn
LOCALISATION : New York City, NY, USA
DATE D'ARRIVÉE : 25/06/2018
ZONE LIBRE :

“My scars remind me that I did indeed survive my deepest wounds. That in itself is an accomplishment. And they bring to mind something else, too. They remind me that the damage life has inflicted on me has, in many places, left me stronger and more resilient. What hurt me in the past has actually made me better equipped to face the present.”

*

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 20:57

Tony ! Content de te voir parmi nous

Bienvenue en tout cas et bonne chance pour ta fichette !



CHARYBDE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t511-ulysses-klaue-ce-que-je

MISSIVES : 605
FT. : Andy Serkis
COPYRIGHT : moi pour steve, Redd pour le rang, wildheart pour la signa
AKA. : Klaw
STATUT CIVIL : Célibataire endurci
LOCALISATION : New-York
DATE D'ARRIVÉE : 17/02/2018
ZONE LIBRE :

These violent delights
have violent ends



Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 21:29

Tony, welcome ancien confrère dans l'armement


It's raining money, hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t806-maggie-owens-but-i-ve-l

MISSIVES : 49
FT. : Alicia Vikander
COPYRIGHT : Avatar : dandelion, signature: astra
AKA. : Caleum
STATUT CIVIL : Célibataire
LOCALISATION : New-York
MULTIFACE : Aucun
DATE D'ARRIVÉE : 26/05/2018


Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 21:31

Bienvenue Ironman


† 'm bleeding out, said if the last thing that I do. Is to bring you down, I'll bleed out for you. So I bear my skin and I count my sins I'm bleeding out for you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t574-robert-b-banner-sometim

MISSIVES : 1038
FT. : Mark Ruffalo
COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS
AKA. : Dr. Banner & Mister Hulk
STATUT CIVIL : Célibataire par logique et décision
LOCALISATION : Downtown Manhattan
MULTIFACE : Aedan McLeod & Stephen V. Strange
DATE D'ARRIVÉE : 06/03/2018


Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Jeu 05 Juil 2018, 23:22

Salut Bro'

Bienvenue par ici et bonne chance pour cette fichette



-  Little party trick  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Dim 08 Juil 2018, 12:12

Monsieuuuuuuuuuuuur Staaaaaaaaaaaaaaaaaark

Bienvenue dans le coin avec ce perso tant attendu

A très vite j'espère
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
MISSIVES : 351
COPYRIGHT : ROGERS.
DATE D'ARRIVÉE : 06/01/2015

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Lun 16 Juil 2018, 20:11


Corrections
Oopsie !

Bonjour Tony !

Nous commencerons ce message par nous excuser du retard, avec l'été et l'absence d'une des admin qui s'occupe des fiches, on a pris un peu de retard partout ... Ensuite, comme tu as pu le constater, nous avons quelque corrections à te faire faire. Alors nous prévenons d'avance : ce message sera long. En général, nos corrections sont longues mais pas parce qu'il y a beaucoup à corriger, mais parce que nous prenons le temps d'expliquer précisément ce qui ne va pas et pourquoi et nous te donnerons parfois des pistes à exploiter pour changer/améliorer ces points ... Nous précisons aussi que nous n'attendons pas l'image parfaite de Tony, qu'en soi, certaines choses pourraient tout à fait passer s'il n'y avait pas une petite accumulation de soucis


Caractères, compétences et faiblesses

Faiblesses
C'est un point que tu exploites beaucoup dans ton histoire mais que nous ne voyons malheureusement pas ici c'est son père. Son père est une des ses plus grosse faiblesse mais son égo est aussi une de ses faiblesse, l'alcool est aussi une de ses faiblesse ... C'est aussi un insomniaque, maniaque, perfectionniste, il est aussi bourré de stress, d'angoisses, c'est un paranoïaque et névrosé aussi. Il serait bon de revoir cela dans les faiblesses de Tony car clairement, cela joue contre lui ... Quand nous parlons d'Howard, ce n'est pas tant pour l'amour/haine qui les lit mais bien pour tout ce qu'Howard a pu lui faire subir et à quel point il a pu le détruire tout en le poussant à être le meilleur ; il a aussi été le déclencheur de son alcoolisme ... Même si tu résumes ça très bien dans sa fiche, c'est dans cette partie là que l'on doit voir toutes ses faiblesses résumer (au risque de répétition) .

Caractère
Nous avons du mal à percevoir les nuances du caractère de Tony au long de ta fiche mais aussi dans cette partie. Pour être plus précis, nous avons l'impression de voir l'image d'Anthony, celle qu'il se donne, mais pas qui il est réellement derrière ce masque. Le MCU ne le montre peut-être pas suffisamment, après tout, Tony est un personnage très complexe et complet en soi, tu nous décris bien qu'il est complexe dans ta fiche mais malgré ces mots, nous ne le ressentons pas vraiment ... Il y a aussi certaines parties du caractère que tu pourrais presque copier/coller dans ses faiblesses (une pierre deux coups ) ... Là encore, c'est une question de nuance, tu pourrais appuyer les côtés névrosé de Tony, par exemple, pourquoi il se donne cette image.


Les questions

Ta première question, Tony nous paraît très... Agressif. Insulter les gens est une chose mais Anthony le fait avec une pointe de sarcasme, là, insulter les gens de débile pour ne citer que ça, c'est un peu étrange, Tony est plus subtile en général. Et au final, cela contredit un peu ce qui a été fait dans le rpg avec Anthony : il sait qu'il ne faut pas trop changer, parce que ça voudrait dire que lui-même pourrait ne plus exister. S'il change quoi que ce soit du futur, il pourrait ne plus exister ou ne plus être du tout celui qu'il est, ce que tu pointes dans la fin de ton Histoire. Anthony n'est pas si idiot au point de foncer comme ça sans réfléchir et à la limite, tu peux tout à fait expliquer qu'il a envie de voir ses parents, d'aller voir son père pour avoir les moyens et les ressources pour reconstruire son armement mais tel que c'est décrit dans ta question, nous trouvons ça brutal et, comme dis, agressif par rapport au personnage ; n'hésite pas à nuancer ça. Tu en as parlé dans ton histoire, tu peux tout à fait t'en servir dans ta question.

Ces réponses aux questions font que nous retrouvons mal Anthony, nous avons l'impression de voir un bonhomme arrogant et agressif au possible, insolent, alors qu'il est plus profond que ça et n'est pas si arrogant qu'il peut paraître. C'est important de nuancer ça, de peser les mots. Là, nous retrouvons l'image de Tony, mais pas qui il est réellement au fond : un héros, le héros qui pensera toujours aux autres avant lui, qui pensera au bien être de tout le monde avant le sien.


Thanos + de 2019 à 1945

Les événements tels que tu nous décris dans ta fiche ne semblent pas cohérent avec notre chronologie, les morts de Vision et Tasha notamment, arrivent trop tard dans ta fiche, l'idée du portail est venu courant 2018 alors que les morts de Vision et Nat sont arrivées le 24 Décembre 2017. D'ailleurs, ce n'est pas Thanos qui est arrivé en premier mais les chitauris et son ordre noir ; il n'allait pas se fatiguer à faire le déplacement alors qu'il avait des sbires à disposition . Donc les sbires ont d'abord regardés la Terre pour voir s'il y avait des gemmes et où elles se trouvaient, plus ou moins. Ce n'est qu'en fin 2017 que Thanos est lui-même arrivé puisque ses forces étaient mises à mal par les avengers, héros indépendants, vilains indépendants, x-men et on en passe Smile. L'idée du portail a germé tardivement parce qu'ils voulaient d'abord tous se battre à fond, sauf qu'ils ont du se rendre à l'évidence qu'il était trop tard, que les trois quart de la Terre était détruite et que même si par un coup de chance ils remportaient, il y avait eu vraiment beaucoup trop de pertes sur Terre, tant du côté humain, qu'animal, que végétal ... Nous te précisons ça surtout pour ton information personnelle et voir comment tu pourrais bidouiller certaines parties de ton histoire (pourquoi pas inverser les paragraphes ou déplacer des phrases Smile).


1945, les événements

Concernant le second orage
Nous ne comprenons pas la partie sur le second orage, du coup nous te demandons confirmation, car il nous apparaît que Tony avait entendu le second orage et savait que des vilains étaient passés et que du coup, les crises dans NY étaient de leur fait. C'est... perturbant. Car cela voudrait dire que depuis tout ce temps, Anthony savait tout ça et n'a pas levé le petit doigt, ce qui nous paraît assez OOC ... Sauf si tu dis ça dans le sens où il l'a réalisé une fois les faits passer auquel cas pourquoi pas mais dans le premier cas, il va falloir corriger car nous avions bien dis que personne ne s'en doutait et comme Anthony n'a pas agit, nous pensons qu'il ne savait pas non plus. Nous n'avons peut-être pas compris ce passage donc n'hésite pas à nous faire un retour à ce sujet

Concernant l'évent et Tony
Nous savons que pour ton entrée dans le rpg, il va falloir attaquer fort, surtout avec un tel personnage. Hélas, notre ancien Anthony était en absence lors de notre évent et cela s'est donc malheureusement ressenti sur le personnage et son implication et c'est bien à prendre en compte, ici, sur ce rpg, ce n'est pas parce que l'on a un personnage très connu qu'il continuera à être sur le devant de la scène, nous favorisons les personnes actives et impliquées au sein des intrigues et évents. Par conséquent, la présence que tu décris de Tony dans ta fiche n'est pas celle qui a été sur le forum ; il est arrivé en retard et n'était pas dans un pub mais bien dans l'immeuble, il a été quasi invisible. Alors évidemment, à toi d'expliquer les raisons, fatigue, peur, désarroi, tête ailleurs, les choix sont multiples. Nous te conseillons de bien lire l'évent, Tony était dans le groupe 1 puis dans le groupe 2 Wink. Tony est arrivé en retard dans l'immeuble en feu (groupe 1) (tu peux choisir le pourquoi du comment il est arrivé si tard) puis il a suivi Steve et Bucky jusqu'à Time Square (à leur côté ou à distance, à toi de voir, l'ancien Tony n'a pas été explicite à ce sujet) Smile.


Le MCU

Juste un petit point à ce sujet, nous savons que le MCU s'est permis des libertés mais nous avons rectifiés ici certains points selon les comics.

Citation :
HYDRA s'était servi de leur haine contre moi pour faire des expérimentations sur eux, en utilisant le sceptre de Loki. Même si éthiquement parlant ça peut poser problème sur le plan de la éthique de la recherche c'était... Intéressant, puisqu'ils y avaient gagné des pouvoirs.

Ici, les Maximoff sont bien les enfants de Magneto et n'ont donc pas véritablement eu leur pouvoirs grâce aux expérimentations d'Hydra (à la limite ils ont pu les pousser à se révéler mais leur pouvoirs existaient déjà). Les Maximoff sont donc des mutants et non pas des humains lambdas optimisés comme le suggère le MCU ..


La haine de Tony + les avengers

Quelque chose nous perturbe dans ta fiche, c'est la haine d'Anthony face à certaines personnes, dont Steve Rogers ; le début s'explique totalement, la façon dont tu commences à décrire cette jalousie est tout à fait compréhensible, c'est plutôt le côté "une fois dans les avengers" qui coince puisqu'après tout ceci, Anthony et Steve sont devenus de véritables amis. Nous trouvons cela un peu manichéen comme façon de voir les choses ; Anthony ne déteste pas Steve, même s'il le prétend, il a surtout été blessé par un de ses plus proche ami, un homme qu'il pensait être de son côté, être du côté "juste" selon lui. La haine est un sentiment qui nous paraît un peu trop fort au long de ta fiche à son égard. Un sentiment d'abandon pourrait être plus cohérent mais pas de la haine à proprement parler. Pendant la guerre contre Thanos, les deux se sont réunis, ont mis leur conflits de côté pour s'allier de nouveau, sans pour autant redevenir les meilleurs amis, ils étaient redevenus le beau duo leader qu'on connaissait avant. Des piques, oui, c'est Tony. Mais de la haine comme il nous apparaît dans ta fiche, non. Anthony est d'ailleurs quelqu'un qui, de manière générale, pardonne vite. Ce n'est pas un gamin comme certains moments des films pourraient le suggérer Smile.

Citation :
Moi. Enfin, nous n’avions rien vécu ensemble, j’avais simplement jugé trop rapidement cette amitié. Nous ne serions jamais que des secondes zones, et j’ai conscience aujourd’hui de qui le Héros de l’Amérique sauvera en premier. Jaloux ? Non. Déçu. Déçu et trahi. Ce qu’il fit ce jour là ne fut jamais réparé. Le vide ne fut jamais comblé, pas entièrement, et si nous en sommes revenus à combattre ensemble et non l’un contre l’autre, Barnes ne mérite pas mon pardon. Pas plus que Steve, mais je sais que ma fierté blessée dicte mes mots.

Cette partie concerne à nouveau la relation Steve/Tony, cette partie nous fait beaucoup tiquer car elle se contredit. Nous avons bien compris que tu parlais du point de vue de Tony dans ton histoire mais même en se plaçant de ce point de vue, nous savons que Tony était réellement ami avec Steve et qu'il est conscient de ça et que c'est surtout pour cela qu'il lui en veut : ils étaient vraiment amis, pas juste au travail mais dans la vie privée. Alors trouver certains mots même en sachant que Tony a été blessé, nous trouvons cela un peu étrange et justement si Tony a été blessé comme tu le décris, c'est bien parce qu'il estimait Steve et le comptait comme un ami. Et justement, nous étions parti du fait que l'arrivée de Thanos avait permis aux deux anciens amis de se retrouver et mettre leur maux de côté, au final l'explosion lors de leur retour en 1945 était surtout du au stress post-traumatique Smile. Les problèmes devant Thanos ont clairement fait relativiser tout le monde sur ses problèmes personnels et face à une telle menace et catastrophe, on se met de côté pour plutôt s'occuper de la menace. C'est ce qu'il s'est donc passé côté avengers, mettre tous leurs problèmes de côté, voir les enterrer pour passer à autre chose (même si des discussions peuvent être nécessaires, on en convient). Nous nous excusons par avance si ce n'était pas ce que tu avais exprimé dans ta fiche, comme la chronologie + l'utilisation de la première personne sont très relatives, nous avons interprétés cela d'une certaine manière, qui n'était peut-être pas celle que tu avais imaginé en écrivant.

Nous comprenons tout à fait aussi certains points comme les points négatifs de Tony mais nous avons l'impression qu'il manque aussi tout ce qu'il a fait de réellement bénéfique. En soi, se placer ainsi peut être révélateur de comment Tony se voit (la façon dont tu l'as écris), comme quelqu'un qui essaie et essaiera toujours mais finit par se casser la figure. Mais ce que nous entendons par là c'est qu'il aurait été bon de lire aussi ce qu'il a fait de réellement bon comme par exemple au sein des avengers ; tout ce qu'il a pu faire pour Bruce Banner, pour continuer l'exemple, lui donner une chance de travailler et exploiter ses connaissances en tranquillité.



Ce sont les plus gros points, encore désolé pour la longueur du poste, il y a quelque répétitions qui sont faites exprès, histoire que l'on soit clairs au possible nous tenons aussi à féliciter la taille de ta fiche, elle est très conséquente et ce fût tout de même un plaisir à lire en dépit des corrections ci-dessus, nous tenons bien à te le signaler ...

Si tu as des questions, besoin d'aide, n'hésite pas, tu peux MP un membre du staff si besoin est mais que tu ne veux pas passer en publique, sinon nous pouvons aussi te proposer de passer par la case parrainage comme nous te l'avions proposés par MP ... Et si les corrections te semblent trop conséquentes et que tu souhaites changer de personnage pour un plus léger le temps de te familiariser (ce que tu nous avais dis par MP) il est possible aussi de le faire, à toi de nous dire

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t961-anthony-e-stark

MISSIVES : 458
FT. : Robert Downey Jr
COPYRIGHT : bibi (avatar), Lady (signature), jesaispasqui (gif)
AKA. : Iron Man
STATUT CIVIL : Fiancé
DATE D'ARRIVÉE : 05/07/2018
ZONE LIBRE : Faux papiers : Anthony Shepard

Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 02/09/18)
Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 06/09/18)
I have survived so many fires, I can no longer tell, if I am alive, or if I’m still burning.

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Lun 16 Juil 2018, 22:26

Coucou ^^

Bon, je dois avouer que la taille et les corrections à apporter sont particulièrement démotivantes. Je pensais qu'il y aurait un ou deux détails à régler, surtout concernant les yeux, visiblement, je me trompais.

J'ai corrigé les faiblesses et le caractère. Je ne souhaitais pas entrer trop dans les détails pour justement éviter les répétitions. L'alcoolisme était visiblement du passé, tout comme la paranoïa et les autres détails, même s'il retombaient dedans dans ma fiche. Mon manque d'éclairage là dessus venaient des indications dans le prédéfinis que j'ai suivis point par point pour m'assurer de ne faire aucun erreur ou oubli. Je voulais également peaufiner ces déboires en rp et les accentuer telles une décente aux enfers... Peu importe, j'ai fait les changements concrenant "Faiblesses" et "Caractère" ^^ J'ai corrigé, rajouté, même si je ne suis pas satisfaite du résultat.

Côté agressivité : désolée mais... je ne vois pas Tony rester normal après deux ans de guerre et un retour dans le passé. Son agressivité me semble presque logique au vu des horreurs que tout le monde a vécu : tout le monde réagit comme il peut... Quant à traiter les gens de débiles, il le pense, il le dit pas. C'est là la nuance, et encore une fois, après deux ans et un retour en arrière, je crois que n'importe qui pourraient se laisser à quelques écarts, le temps de se ressituer. Tony est loin d'être parfait, au contraire, et selon moi, il est quelqu'un de profondément malheureux qui a un besoin violent d'être aimé, or... Bah ça n'a pas été forcément évident avec les événements, et il craque. Me semblait que c'était évident avec l'histoire, même si expédiée parce que je ne comptais pas faire une fiche de 30 pages.... D'autant qu'en plus pour les questions, c'est l'exaspération que je voulais faire passer avant le reste. Je ne vois pas du tout comment le modifier sans tout réécrire et faire une entorse à ma visions d'Anthony.

Concernant l'orage : corrigé. J'estimais simplement qu'ils savaient pour l'orage puisqu'ils étaient venus par un moyens similaires, mais qu'ils ne pouvaient trouver les vilains puisqu'ils se faisaient tout petits également, d'où le manque d'action. Le fait est aussi que j'ai eu beau cherché, je n'ai pas trouver de message du précédent joueur pour signaler quelque chose... J'essaye d'être raccord avec le joueur, le forum et ma vision, il peut y avoir quelques embêtements, d'autant que je n'ai pas envie de me restreindre parce que l'autre joueur avait tel comportement et pas moi... Ca serait injuste.

Concernant l'évent et Tony
: à nouveau... je vais m'y plier, mais je trouve cela injuste de refuser cette "sortie" que je décris à peine et que j'ai rajouté pour être en accord avec ce que Skowalski  disait. Je n'ai trouvé trace nul part, pour ça que je ne suis pas entrée dans les détails. Peut-être ais-je mal cherché mais il me parrait très difficile de lire toutes les intrigues et tous les rp pour pouvoir faire toute ma fiche correctement... D'autant que j'ai essayé de suivre au mieux les indications laissées dans le prédéfinis. Je vais tenter de corriger, mais sachant que j'ai tenté également de suivre le lien... bah je suis perdue, voilà.
--> de même que lire 4 pages pour le groupe 1 puis 8 pour le goupe 2, même avec les résumés, est assez indigeste. C'est hallucinant de devoir chercher et le faire pour un nouveau membre ^^' Doit y avoir des résumés vous me direz, mais soit j'ai mal regardé soit... je sais pas. Enfin, je corrige ça également.

Maximoff : corrigé

Le reste : je vais voir. Je n'ai pas l'impression que Tony puisse pardonner facilement, encore moins à Barnes et Steve. Tout ça a fait partie d'une longue discussion avec une amie, et navrée mais... Pour moi, en l'état, la guerre n'a fait qu'enterrer la rancoeur, elle n'a certainement pas refermé les blessures. Vu que Tony pense que Steve chisira toujours Bucky, il estime ne plus pouvoir lui faire confiance pour être objectif et faire le bien comme il est censé le faire. Oui, il est plein de rancoeur, la rancoeur et la jalousie finissant par attiser la haine. N'est-ce pas mieux de faire évoluer la relation en rp ? De s'expliquer, de crever l'absèc, de lui faire entendre raison ? Je vais diluer certains propos, mais le fait est que je ne peux changer cette vision parce que cela irait à l'encontre de ce que je vois. Il s'est profondément senti trahit par Steve parce qu'il l'estimait droit, bon, et juste, quoi qu'ennuyant ; )

Que Steve risque une guerre civile pour son copain réapparu, même s'il y avait une menace par derrière, le fait que Steve savait pour les fautes de Bucky mais n'a pas estimé important d'en informer immédiatement Tony... nop, ça passe pas. Il fait peut-être preuve de mauvaise foi, mais personne n'a dit qu'il était facile de vivre avec Tony. Je corrigerai donc ça demain ou dans la semaine.

Concernant ce que Tony a fait de bon : je ne voulais pas entrer dans les détails, encore une fois, parler de tout le monde, de ses relations avec Bruce, Pepper, Thor, et j'en passe, ça aurait fait une fiche vraiment longue. Tout le monde sait également comment cela s'est passé... De plus, je pense que Tony a un cruel manque de confiance en lui, malgré tout ce qu'il peut dire. Je ne pense pas qu'il voi réellement tout le bien qu'il fait autour de lui, il s'arrête sur le négatif, les pertes, pour tenter d'améliorer les choses. Et... parler de tout ça aurait été risquer d'avoir encore des choses à modifier.

Si vous estimez qu'il est important que j'en parle, dites le moi, je verai ce que je peux faire.

Je mettrai un message à la suite pour conclure les modifications. Wala ^^



grande iconepetite icone
LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
MISSIVES : 351
COPYRIGHT : ROGERS.
DATE D'ARRIVÉE : 06/01/2015

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Mar 17 Juil 2018, 00:29

Il ne faut pas se démotiver, nous savons que la taille peut faire peur et c'est bien pour cela que l'on avertit avant de poster les corrections, en soi il n'y a pas énormément de choses à corriger, c'est surtout nous qui prenons le temps d'expliquer ce qu'il y a à corriger et pourquoi, pour ne pas juste te dire "ça, ça va pas" et te laisser dans le flou total ...

Citation :
J'ai corrigé les faiblesses et le caractère. Je ne souhaitais pas entrer trop dans les détails pour justement éviter les répétitions. L'alcoolisme était visiblement du passé, tout comme la paranoïa et les autres détails, même s'il retombaient dedans dans ma fiche. Mon manque d'éclairage là dessus venaient des indications dans le prédéfinis que j'ai suivis point par point pour m'assurer de ne faire aucun erreur ou oubli. Je voulais également peaufiner ces déboires en rp et les accentuer telles une décente aux enfers... Peu importe, j'ai fait les changements concrenant "Faiblesses" et "Caractère" ^^ J'ai corrigé, rajouté, même si je ne suis pas satisfaite du résultat.

Nous comprenons tout à fait, c'est surtout que la section faiblesse est faite spécifiquement pour recenser les faiblesses du personnage, quitte à créer des répétitions et doublon mais du coup, s'il y a bien un lieu pour pointer tout ce qu'il sait faire et tout ce qui se retourne contre lui, c'est justement là, c'est aussi pour faciliter la lecture d'une personne qui, par exemple, ne connaîtrait pas le personnage, c'est plus facile de venir lire cette section que toute la fiche (ce n'est qu'un exemple ).

Citation :
Concernant l'orage : corrigé. J'estimais simplement qu'ils savaient pour l'orage puisqu'ils étaient venus par un moyens similaires, mais qu'ils ne pouvaient trouver les vilains puisqu'ils se faisaient tout petits également, d'où le manque d'action. Le fait est aussi que j'ai eu beau cherché, je n'ai pas trouver de message du précédent joueur pour signaler quelque chose... J'essaye d'être raccord avec le joueur, le forum et ma vision, il peut y avoir quelques embêtements, d'autant que je n'ai pas envie de me restreindre parce que l'autre joueur avait tel comportement et pas moi... Ca serait injuste.

Il n'y a effectivement rien eu, cela faisait parti de la seconde intrigue du forum, en soi nous avons laissés quelque semaines à nos joueurs l'opportunité de rebondir là-dessus mais de mémoire, seul Peter Parker avait rebondi sur ça ... Evidemment, nous ne te demandons pas de fixer ta version à celle de l'ancien joueur, nous demandons juste de noter les faits marquants, exemple, Tony ne peut pas avoir fait quelque chose dans ta version alors que cela n'a pas été fait sur le forum avant, car si cela avait été fait, on se doute qu'il y aurait eu des répercussions sur les intrigues et événements Wink.

Citation :
Le reste : je vais voir. Je n'ai pas l'impression que Tony puisse pardonner facilement, encore moins à Barnes et Steve. Tout ça a fait partie d'une longue discussion avec une amie, et navrée mais... Pour moi, en l'état, la guerre n'a fait qu'enterrer la rancoeur, elle n'a certainement pas refermé les blessures. Vu que Tony pense que Steve chisira toujours Bucky, il estime ne plus pouvoir lui faire confiance pour être objectif et faire le bien comme il est censé le faire. Oui, il est plein de rancoeur, la rancoeur et la jalousie finissant par attiser la haine. N'est-ce pas mieux de faire évoluer la relation en rp ? De s'expliquer, de crever l'absèc, de lui faire entendre raison ? Je vais diluer certains propos, mais le fait est que je ne peux changer cette vision parce que cela irait à l'encontre de ce que je vois. Il s'est profondément senti trahit par Steve parce qu'il l'estimait droit, bon, et juste, quoi qu'ennuyant ; )

Que Steve risque une guerre civile pour son copain réapparu, même s'il y avait une menace par derrière, le fait que Steve savait pour les fautes de Bucky mais n'a pas estimé important d'en informer immédiatement Tony... nop, ça passe pas. Il fait peut-être preuve de mauvaise foi, mais personne n'a dit qu'il était facile de vivre avec Tony. Je corrigerai donc ça demain ou dans la semaine.

En soi, tout n'est qu'une question de nuance et choix de mots. On sait que leur relation n'est et ne sera pas facile, on sait que Tony a une certaine rancoeur vis-à-vis de Steve et que cette rancoeur est légitime pour tout un tas de raison, c'est simplement le choix de mots et la portée de la haine qui nous paraît curieuse car nous n'avons rien pour contrebalancer, ce n'est pas comme si plus tôt tu avais parlé de votre amitié, du coup quand on lit ça, nous restons sur une impression de haine, d'énervement, comme si au final leur amitié n'avait effectivement jamais existé, ce qui nous a fait rebondir sur des mots que tu as écris et que nous ne savions pas forcément comment interpréter, surtout que Tony ne pourrait pas, après tout ce temps, dire qu'ils n'ont jamais été amis pour ensuite se contredire. Bref, comme dis, tout n'est qu'une question de nuance Wink.

Citation :
Concernant l'évent et Tony : à nouveau... je vais m'y plier, mais je trouve cela injuste de refuser cette "sortie" que je décris à peine et que j'ai rajouté pour être en accord avec ce que Skowalski  disait. Je n'ai trouvé trace nul part, pour ça que je ne suis pas entrée dans les détails. Peut-être ais-je mal cherché mais il me parrait très difficile de lire toutes les intrigues et tous les rp pour pouvoir faire toute ma fiche correctement... D'autant que j'ai essayé de suivre au mieux les indications laissées dans le prédéfinis. Je vais tenter de corriger, mais sachant que j'ai tenté également de suivre le lien... bah je suis perdue, voilà.
--> de même que lire 4 pages pour le groupe 1 puis 8 pour le goupe 2, même avec les résumés, est assez indigeste. C'est hallucinant de devoir chercher et le faire pour un nouveau membre ^^' Doit y avoir des résumés vous me direz, mais soit j'ai mal regardé soit... je sais pas. Enfin, je corrige ça également.

Cela n'a rien d'injuste, cela a été écrit dans l'évent. Dans le groupe 1, Anthony arrive en retard dans l'immeuble pour sauver des gens coincés, on l'y a croisé Wink. Donc en soi ce n'est pas tant une porte de sortie, puisqu'il a été perçu dans l'immeuble en feu à côté de leur appartement et qu'il y a vu pas mal d'hommes armés, ça peut même te donner des pistes à l'avenir que jouer sur ce que Tony a pu voir ^^. Et tu étais en accord avec Skowalski, pas de souci, cela s'est passé en deux temps. Tony a d'abord assisté à l'immeuble enflammé à côté de leur immeuble aux docks (au petit matin) puis il est parti sur Time Square pour suivre les hommes armés et donc Steve et Bucky qui suivaient aussi, à Time Square tes événements collent et nous n'avons rien dis à ce sujet justement parce que cela allait, c'est à Time Square que tu as rencontré Katarczyna donc c'est bon . Il y a effectivement des résumés des évents mais tu peux aussi nous contacter si tu as des doutes, nous te l'avions dis ^^. Il ne faut pas voir ça négativement mais plutôt comme un moyen de rebondir et te dire que Tony n'a pas pu être actif à ce moment pour des raisons qui lui sont propres mais il y était quand même et ça a pu le réveiller, le sortir de sa torpeur Smile. Tu peux aussi profiter de l'intrigue "le sang appelle le sang" où ils se sont à chacun donner des missions, tu pourrais aussi partir à la recherche de Loki avec d'autres ou trouver une autre mission à faire à Tony. Tu auras toujours à faire donc pas d'inquiétudes, il suffit juste de voir comment rebondir à partir de ce qui a été fait ...

Effectivement tu auras tous les rp voulus pour faire évoluer ton personnage, il n'y aura pas de souci à ce sujet, que ce soit au sujet des avengers, de Pepper, de Steve etc Wink.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t961-anthony-e-stark

MISSIVES : 458
FT. : Robert Downey Jr
COPYRIGHT : bibi (avatar), Lady (signature), jesaispasqui (gif)
AKA. : Iron Man
STATUT CIVIL : Fiancé
DATE D'ARRIVÉE : 05/07/2018
ZONE LIBRE : Faux papiers : Anthony Shepard

Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 02/09/18)
Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 06/09/18)
I have survived so many fires, I can no longer tell, if I am alive, or if I’m still burning.

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Mar 17 Juil 2018, 18:10

Bah si un peu quand même xD Les précisions demandent de relire la fiche, de supprimer les répétitions de voir où mettre la bonne phrase au bon endroit. J’ai pas réellement l’impression d’exagérer en disant que ce presque comme la réécriture d’une fiche. C’est plusieurs petites choses un peu partout, qui finalement dit que la fiche complète pose problème, et c’est bien là que c’est démotivant : on pense bien faire et en fait non xD Mais je conçois que vous faites votre boulots d’admin afin que les erreurs ne soient pas laissées passées et que cela ne pose pas de problème par la suite ^^

Faiblesse : Corrigé. J’ai l’impression qu’il va juste être un gars déprimé maintenant xD

Orage : Corrigé si je me souviens bien. Au vu de la situation, il ne fait rien de particulier.

Relation : Le truc, c’est que c’est ce qu’il pense. Jamais il n’a dit les choses à voix haute. Ce que vous prenez pour de la haine n’est que de l’agressivité et de l’exaspération à mon sens. Je me suis peut-être mal exprimée dans la fiche, ou pas assez entré dans les détails concernant la relation Steve/Tony, mais pour cela, il aurait fallu que je lise la fiche dudit Steve, voire même que j’aille l’interroger. Je ne voyais pas l’importance d’entrer dans les détails pour ça, sachant que tout le monde sais ce qui s’est passé entre eux, et qu’inventer des trucs auraient pu poser problème avec les personnages concernés. J’ai rajouté un paragraphe, mais ça me semble… mécanique. Je ne peux pas construire toute une amitié avec ce que seuls les films nous montrent et sachant que c’est essentiellement une sorte de rivalité plus ou moins gentille. Sachez juste que je ne vois pas ça comme de la haine, juste de la douleur qui peut effectivement se voir par des pensées « cruelles. » Après tout, on peut avoir envie de frapper quelqu’un, y penser très fort, mais ne pas le faire. Enervement aussi… Disons que si Tony est un génie, il peut effectivement finir par être exaspéré que les gens ne suivent pas son raisonnement. Exaspération… Bref, vous voyez.

Event : Le truc c’est que ça n’a pas été écrit dans le prédef. Je ne pouvais pas deviner que la ligne de « il restait dans l’immeuble des docks » était pour ce qui se passait à Times squares. Vu qu’il n’y avait aucune indication, j’ai présumé qu’il n’y avait strictement aucune obligation de ma part et que je pouvais agir comme bon me semblait. J’ai vu la demande de lien et j’ai ajouté en conséquence à ma fiche, sans savoir que Tony existait pour l’évent et avait agit d’une certaine manière (oui, Skowalski aurait très bien pu faire intervenir Stark comme pnj pour faire cette action…). Après concernant les intrigues… Umh, à titre indicatif, le prenez pas mal, mais j’ai un mal fou à m’y retrouver. Il y a des topics de partout, dans tous les coins, des groupes et pour s’y retrouver, je trouve ça… difficile. J’aurais pu venir vous demander, mais je voulais surtout me débrouiller. Répondre aux questions est peut-être votre job, mais je n’avais pas idée de devoir lire toutes les intrigues pour faire un Tony correct..

L’intrigue « le sang appel le sang » : il me semblait qu’elle était déjà passée. De plus, je ne la comprends pas vraiment, je me vois mal m’attribuer quelque chose que je ne comprends pas, et même encore si je peux poser des questions, je ne suis pas encore assez au fait de comment tout cela fonctionne pour me sentir à l’aise. Vous semblez avoir de telles attentes pour le personnage que je me sens littéralement dépassée. C’est assez effrayant et j’ai pas l’impression que vous vous en rendez compte xD Cela dit, pour un éventuel autre personnage, je viendrai vous poser les questions avant de poster ma fiche, histoire de pas revivre le « traumatisme » de celle-ci ! xd

Donc corrections terminées à mon sens.
Si y’a d’autres choses à faire et bien… je vois pas comment les faire Oo



grande iconepetite icone
LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
MISSIVES : 351
COPYRIGHT : ROGERS.
DATE D'ARRIVÉE : 06/01/2015

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Mer 18 Juil 2018, 18:51

Hello Smile

Comme tu le pointes si bien, nous ne pouvons simplement pas te lancer dans le bain du rpg si tu n'as pas compris certaines choses du RPG, que ce soit la chronologie, le contexte ou les intrigues alors que ton personnage y sera énormément impliqué et y a été énormément impliqué. Crois bien que demander des corrections n'est jamais, pour nous, source d'amusement, ce serait bien plus simple de valider et hop.

Pour l'intrigue "le sang appelle le sang", l'intrigue est bien fini en effet mais tu pouvais la prendre en compte (au moins dire comment Tony l'a perçu, e s'il était là ou pas, à ce moment là, à titre purement informatif : il était rentré avec Katarczyna, Peter Quill et Wade et Katarczyna a veillé à ce qu'il rentre en sécurité) il s'agissait d'essayer de s'organiser après les événements de Time Square. S'organiser à quoi ? A aller récupérer les vilains qui se sont éparpillés dans New York pour éviter une autre attaque. L'intrigue n'a pas été probante et peu de héros ont joués le jeu donc l'organisation est plutôt bancale ; rien ne t'empêche toute fois de partir du principe que Tony était là, a entendu et compte agir de son côté, tu peux tout à fait t'organiser avec un ou plusieurs membre.s à ce sujet pour te lancer en mission (pourquoi pas avec Steve justement au vue des choses que vous auriez à régler).


Nous avons lu tes corrections et nous aurions juste une question, tu peux y répondre ici si tu le souhaites, c'est juste à titre informatif pour nous comprendre un passage de tes anecdotes, nous citons :

Citation :
Une autre anecdote concerne Loki. Ouaip, le taré psychopathe qui m’a balancé du haut d’une tour. Peut mieux faire comme première impression… Seulement lui, tout comme son céleste frère, font partie d’un tout dont nous n’avions pas connaissance ou à peine : la vie est possible autre part que sur terre. Forcément que je me suis intéressé à eux. Jarvis m’a aidé dans les recherches, épuisant les données du Shield, mais également de l’Edda. Je n’ai pas du tout aimé ce que j’ai lu et j’ignore toujours si tout cela est vrai. Je présume que le dieu n’apprécierait pas que je lui envoie une lettre pour satisfaire ma curiosité. N’empêche que si c’est vrai, alors sans doute pourrais-je lui pardonner – en partie – ces exactions contre la terre. Après tout, un type autodestructeur manquant d’amour et étant responsable de millions de morts par procuration peut forcément un peu comprendre une divinité chaotique.

Peut-être manque-t-il un passage mais nous ne comprenons pas pourquoi Anthony a pardonné à Loki ses actes ni ce qu'il a appris grâce au SHIELD et Edda. Tu peux nous expliquer ici, il s'agit peut-être juste de mots manquants Smile. En soi on comprend ce passage, sauf comment il est passé de "je prends connaissance de Loki, des dieux, de la vie ailleurs" à "je comprends pourquoi il a agit comme ça et lui pardonne", juste que l'on sache ce qu'il aurait pu apprendre à ce moment là ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t961-anthony-e-stark

MISSIVES : 458
FT. : Robert Downey Jr
COPYRIGHT : bibi (avatar), Lady (signature), jesaispasqui (gif)
AKA. : Iron Man
STATUT CIVIL : Fiancé
DATE D'ARRIVÉE : 05/07/2018
ZONE LIBRE : Faux papiers : Anthony Shepard

Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 02/09/18)
Un coup de pouce de Fate (dés en folie du 06/09/18)
I have survived so many fires, I can no longer tell, if I am alive, or if I’m still burning.

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark Mer 18 Juil 2018, 19:00

Alooors, il ne dit pas qu'il pardonne, juste qu'il comprend si tout est vrai. Circonstances atténuantes en somme. Les info trouvées dans l’Edda montrent ce qu’a vécu Loki, les histoires avec Thor, tout ça. En gros, il a vu que Loki est pas tout rose, mais que c’est quand même pas une raison pour le torturer ainsi : je crois pas que Tony soit friand de la torture… Donc il comprend les pétages de plombs. Cela dit il pardonne pas les meurtres, l’invasion de la terre et tout ce qui est mort d’innocents. Quant au Shield, je présume que l’organisation avait des info concernant Loki, ne serait-ce que les images de ladite invasion. J’ai pris le parti de suivre le MCU et de montrer que Loki était pas lui-même lors de l’invasion, du moins qu’il était… bah eux bleu, cernes, difficultés d’avancer : torture. Tony a conscience que Loki est pas un brave gars, mais il peut pas totalement lui jeter la pierre au vu de ce que l’autre semble avoir vécu. Si tout est vrai, il serait hypocrite de sa part d’en vouloir encore à Loki pour absolument tout sachant que pas mal d’action de Tony lui-même étaient dictés par la volonté de faire ses preuves pour son père, d’être meilleur toussa (même si le padre est mort). En gros, au vu du paternel de Loki et celui de Tony, Tony compare et se dit que Loki aurait pu être infiniment pire.

C’est… compréhensible comme explication ? XD



grande iconepetite icone
LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Anthony E. Stark

Revenir en haut Aller en bas

Anthony E. Stark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Anthony E. Stark | Iron Man
» Anthony E. Stark ❧ « I like to move it, move it ! » [Terminée]
» ANTHONY STARK ☛ "Question good and question bad."
» Mister Stark
» Anthony Todd [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: Carry on my wayward son :: On the road so far :: Ils sont des nôtres-