RSS
RSS



 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Vladimir, Dominic Fortune, Elyanna Skowalski,
Richard Rider & Alexi Shostakov sont très attendus.

Partagez|

Lean on me. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 12:16

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Décidément, il ne savait absolument plus rien faire de ses dix doigts, même une chose qui devrait être aussi simple que prendre soin de sa moitié, il n'y arrivait plus, ce soir. Il avait besoin de Bucky mais Bucky avait besoin de lui et de stabilité et il semblait incapable de lui offrir ça à cet instant, terrible sensation. Steve avait toujours été celui qui était solide, assez droit dans ses pompes parce qu'il savait prendre sur lui, il savait rester calme en presque toute situation en temps normal. C'était l'accumulation d'événements et le manque temps personnel pour réfléchir et faire le point qui faisait qu'il en arrivait là. Il savait que sur ce coup là, il devrait vite se reprendre, pas juste pour lui mais surtout pour Bucky, parce qu'ils s'entraînaient l'un l'autre constamment et qu'il en fallait un pour relever la situation et que cela ne pouvait être que lui.

Sauf que les mots de Bucky et son attitude étaient à lui crever le coeur, lui aussi avait besoin de stabilité et il savait que Bucky allait avoir beaucoup d'hésitations mais là ? Il était allé trop loin en remettant leur couple en cause, en remettant ses mots en cause. Dire qu'il n'était pour Steve qu'un jouet alors que Steve était loin d'être ainsi le poussait à se poser de très nombreuses questions et s'il savait qu'il devrait laisser pisser, il ne pouvait pas. Tous les mots qu'il lui avait adressé semblaient lui être passés au dessus de la tête, il semblait s'en foutre totalement. Tous les mots qu'il lui avait adressé mais aussi tous les gestes qu'il avait eu, toutes les caresses, tous les baisers, les étreintes. Se poser dans le canapé en fin de journée et s'enlacer tout simplement, dormir l'un contre l'autre, se réveiller la nuit pou un bruit ou un cauchemar et s'apaiser mutuellement. A croire que ça n'avait pas d'importance pour Bucky. Bucky pouvait être mal mais il n'avait pas le droit de douter de Steve comme ça, pas le droit de lui sortir des choses pareilles, pas après tout ce que Steve avait fait pour lui. Ca lui brisait le coeur au point où il se demandait ce qu'ils foutaient ensemble si Bucky croyait ça.

Puis il entendait cette voix, ce je t'en prie, ce pardonne moi, cette supplique. Il l'entendait cette voix brisée, à bout de souffle et ça lui brisait le coeur davantage. Pourquoi fallait-il qu'ils se fassent autant de mal alors qu'ils devraient surtout s'aimer et s'apaiser mutuellement ? Un mot lui venait à l'esprit, à vrai dire. Passion. Ce moment où on aimait tellement quelqu'un que ça nous en rend malade. Que ça nous fait péter les plombs totalement. Qu'on ne parvient plus à réfléchir comme on le devrait. Plus que de la passion, de la folie. Ils s'aimaient follement, il en était convaincu et ça, même les mots brutaux de Bucky ne pourraient lui faire changer d'avis à ce sujet, ils s'aimaient à en crever.

Steve coupait l'eau du robinet, se retenant aussi d'arracher le lavabo du mur. Une dernière tentative, inutile, pour sécher ses larmes. Inutile parce qu'il était loin d'avoir terminé. Il fallait se ressaisir et vite, pourtant, ça, il le savait. Parce que là ça devenait du grand n'importe quoi et il ne pouvait pas admettre une telle chose. Il quittait donc la salle de bain pour retrouver Bucky, assis au sol. Il s'asseyait à côté de lui, si agile qu'un chat. Il glissait un bras autour de ses épaules, le prenant dans ses bras sans attendre une réaction de sa part. Là où en général il le laisserait s'adapter, se faire à l'idée, où il attendrait un hochement de tête ou un signe qu'il pouvait le faire, cette fois-là, il ne lui laissait pas le choix pour le prendre dans ses bras et le serrer si fort qu'il le pouvait sur l'instant et dans cette position inconfortable. Tu es mien. Il déposait un baiser dans ses cheveux.

Il aimerait lui répondre qu'il lui pardonnait mais là, ce serait mentir. Il ne pouvait pas pardonner pour l'instant les mots de Bucky même s'il commençait à prendre sur lui et se dire que le pauvre était juste à bout de force et de nerfs et qu'il craquait, Bucky devait comprendre que même dans cet état, il n'était pas autorisé à douter de Steve ou douter d'eux alors que c'était la seule chose au monde dont ils devaient être sûrs. Steve était sûr de l'aimer et qu'ils s'aimaient, sûr que cet amour pouvait les porter loin.

Pauvres fous que nous sommes. Les gens parlent souvent d'un amour qui fait perdre la raison et sur le papier ça avait l'air beau mais irréaliste, impossible. Pourtant... C'est totalement nous. Je crois qu'on s'aime tellement qu'on perd les pédales. Quand je te disais être fou de toi, je ne plaisantais pas, je réalise seulement maintenant toutes les portées que peuvent avoir ces mots.

Ils s'étaient aimés pour le meilleur jusqu'à présent et là venait le pire ou en tout cas, le pire pour le moment, car il ne doutait pas que le destin trouverait le moyen d'empirer davantage les choses à l'avenir. Mais pour l'heure c'était ça le pire et il voyait de quoi il était capable et à quel point ils pouvaient péter les plombs tout en s'aimant. Il essayait de remonter le visage de Bucky de sa main libre, celle qui n'était pas autour de ses épaules. Voir ses yeux, avoir l'impression d'être plongé dans un océan tumultueux. Se pencher pour déposer un baiser contre ses lèvres.

Je t'aime, Bucky. Je t'interdis d'en douter. Je t'interdis de douter de mes sentiments et du fait que tu es l'amour de ma vie. L'unique amour de ma vie. Mon homme. Fais toi à l'idée. Tu n'as plus le choix maintenant.

Un petit rire noyé sous les larmes, il déposait un baiser sur sa tempe. Pourtant il savait que cette histoire ne faisait que commencer et qu'ils auraient peut-être encore beaucoup à faire ou à se dire.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 18:26


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Bucky a la soudaine impression de revenir au moment, peu après que Steve ait réveillé sa mémoire, où il était totalement en roue libre. Erratique, imprévisible, violent. Une machine déglinguée et livrée à elle-même qui peut tout faire mais surtout n'importe quoi. Cette sensation que le moindre souffle pourrait le briser en mille morceaux ou le faire exploser et tout exploser autour de lui dans le même temps. Cette accumulation de faits depuis ce matin mais surtout depuis qu'ils sont revenus dans cet appartement, les regards de Steve sur lui, cette pitié qu'il a lu dans ses yeux -à tort ou à raison-, cette méfiance de la part de son homme y voyant surtout un « quand est-ce qu'il va m'exploser dessus ». Ça a fait très mal de se rendre compte de ça, puis après cette conversation, la plus mauvaise idée qui soit et Steve qui lui a dit qu'il ne lui fait pas confiance. Comment Steve peut lui avoir dit ça. Une petite chose après l'autre, un mot pouvant être insignifiant après un autre, si Bucky a laissé glissé la plupart ça lui a fait d'autant plus mal ; Steve l'a blessé. Et là, la goutte d'eau alors que Bucky ne voulait simplement que l'aider. Sans doute qu'il s'y est mal pris, ça ne l'étonnerait même pas, il ne sait plus faire quoi que ce soit et encore moins parler, on voit le résultat. Une machine lâchée sans freins dans une pente qui entraîne tout dans son sillage.

Le brun est nocif pour ceux autour de lui, il le savait déjà mais il en a eu la confirmation en s'apercevant qu'il a brisé le cœur de Steve. Brisant la seule personne au monde qu'il aime, la seule personne au monde qui l'aime, parce que ça et c'est peut-être le pire de tout, il le sait que Steve l'aime. C'est simplement que Bucky n'a plus supporté que son homme lui parle ainsi, comme s'il n'avait pas le droit d'émettre un avis contraire, comme si c'était forcément Steve qui détenait la vérité absolue. On est deux, on est égaux. Tellement égaux qu'ils se brisent le cœur mutuellement, qu'ils se font mal. Cette supplique, véritable cri de son cœur avant qu'il ne s'effondre sur le sol, agité par tout ce qui tourbillonne en lui, il peut dire qu'il s'est laissé glisser sur le sol mais la vérité est bien qu'il s'effondre. Prostré contre ce mur, l'envie de disparaître, de se fondre dans le sol, l'envie de hurler sur Steve et de le frapper pour lui faire comprendre qu'il lui a aussi fait du mal.

Il n'attendait aucune réaction particulière de la part de Steve mais certainement pas celle qui arrive alors qu'au milieu de ses larmes, il peut l'entendre bouger, approcher, se poser près de lui...et le serrer ainsi. Ne fais pas ça, je ne le mérite pas. L'envie de se dégager est aussi violente que celle de se coller plus encore à son homme. Il ne sait pas, il ne sait plus. Totalement perdu, fébrile, tremblant, pris dans ce tumulte dans sa tête, tendu sans doute aussi, se retrouvant même à sursauter quand Steve prend la parole. Il se fait l'effet d'être un vrai animal sauvage là et ce n'est pas beau à voir n'est-ce pas. Peut-être que son homme a raison dans ce qu'il dit ou peut-être que c'est simplement que Bucky est trop cassé pour que quoi que ce soit de viable ne soit possible. Je serais toujours brisé, déglingué.

Luttant quelques secondes contre la main de Steve quand il cherche à lui redresser le visage, sachant pertinemment ce qui peut se cacher dans ses yeux outre les larmes, tous ses sentiments qui le secouent. Que ça soit en bien ou mal. Bucky n'a strictement aucune envie de parler, outre le fait qu'il n'aime plus parler, que ça le fatigue, il ne veut surtout pas ouvrir la bouche, vu qu'il ne fait que mal tourner ses phrases, qu'il ne fait que du mal tout court. Me force pas à parler, je t'en supplie. Pourtant les mots, de Steve, le secouent encore plus encore si c'est possible et Bucky ouvre puis referme la bouche, incapable de se décider entre dire quelque chose ou fermer sa gueule pour ne pas empirer les choses. Je ne te mérite pas. Se décidant pourtant à tenter de dire un truc au bout d'une bonne minute, de toute manière, il ne pouvait pas rester silencieux n'est-ce pas et Bucky doute de lui-même en songeant que Steve n'arrivera pas à le comprendre juste en regardant ses yeux.

- Ce n'est pas...

Ce n'est pas ce qu'il voulait dire, il ne voulait pas que son homme puisse penser ça et ça il pourrait le maintenir et l'affirmer. Sauf que sa voix est rauque aussi brisée que son esprit ne peut l'être, impossible pour lui de parler de façon vraiment claire, il n'est même pas sûr d'en avoir la force de toute manière. Bucky cherche ses mots pour essayer de ne pas dire une chose alors qu'il en pense une autre.

- Notre amour. C'est la seule chose dont je suis sûr dans ma vie.

C'est pas trop mal ça, c'est même plus que bien et tout à fait ça, sa seule certitude dans sa vie, le seul fait pour lequel il peut se fier à son esprit. Parce que ce n'est pas sa tête qui lui dicte les choses mais son cœur.

- J'ai vu quelque chose dans tes yeux...le même reflet que j'ai parfois...mais pas toi...ce n'est pas possible.

Bucky le lui demande presque comme une question, savoir s'il a eu raison ou non en voyant cet éclat...sauvage et mauvais, pour dire ça ainsi, dans les yeux de Steve.

- Je voulais juste t'aider...Je sais juste pas faire.

Des phrases courtes, coupées de quelques secondes de silence, toujours en cherchant ses mots et les larmes bien présentes, essayant que son homme puisse vraiment le comprendre cette fois.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 20:36

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Premier gros coup dur en temps que couple et il pousserait à dire, en temps qu'amis. Trop de pressions sur leur épaules, un Bucky plus à même d'endurer tout ça comme il aurait pu le faire avant et un Steve sous pression constante, une cocotte minute prête à exploser sous la pression trop forte et sans moyens de souffler. Il était à deux doigts de craquer, péter les plombs et pourtant Bucky le gardait dans une certaine réalité, la leur. Il avait oublié la boule de poils, il avait oublié pendant un temps tout ce qui grouillait, toute la vie dans cet immeuble qui était le leur et même la possibilité que certaines personnes les entendent, surtout les gardiens, surtout Gamora et Peter qui vivaient juste en dessous de leur appartement... Au moins ils savaient qu'ils étaient en couple et de ce qu'il avait comme souvenirs, pour eux aussi, c'était compliqué. Mais au final, quel couple ne connaissait aucune crise ? Steve essayait d'être rationnel, de se dire que c'était parce qu'ils s'aimaient comme ils s'aimaient qu'ils en venaient là. La passion, la folie, on n'était finalement jamais rationnel en amour, il pouvait faire tous les efforts du monde pour reprendre ses esprits, quand il s'agissait de Bucky, c'était une mission impossible. Follement amoureux et follement fatigué, un mauvais combo. Vouloir tout faire pour le bonheur de l'être qu'il aimait, le seul en ce monde qui pouvait compter véritablement...

Plusieurs baisers et toujours aucune réaction de la part de Bucky, de quoi lui faire se poser de dures questions. Il ne lui demandait pas forcément d'y répondre, juste une réaction lui aurait suffit, or, il avait l'impression qu'aucun de ses baiser ne comptait, aucun d'entre eux n'était pris en compte. C'était dur pour lui et il se demandait ce qu'il en était pour Bucky, déjà avec les doutes qu'il avait pu émettre et pas juste maintenant mais déjà avant qu'il monte sur le toit, cette distance qu'il prenait. Steve en venait à se poser des questions dures mais qu'il trouvait légitime ; est-ce qu'il m'aime encore ? Il commençait à en douter avec les réactions que Bucky avait. Du moins, cet amour là comme ils l'avaient vécus cette semaine.

Malgré tout ceci, Steve n'était pas décidé à le relâcher. Il avait mal au coeur, c'était un fait, il se sentait terriblement mal mais le lâcher ? Non, il ne pouvait et ne voulait pas. Persuadé que même si Bucky ne voulait plus de cette relation, il avait besoin d'être ainsi enlacé. Il ne pouvait pas agir de façon puéril, il devait se reposer, se poser, essayer de reprendre ses esprits et cela commençait déjà par arrêter de pleurer, ce qui n'était pas une mince affaire puisque ses larmes coulaient toujours, impossible à contrôler. Voyant que Bucky ne réagissait ni à son étreinte, ni à son baiser, il relâchait sa prise. Son bras restait autour de ses épaules mais sans le serrer dans un premier temps, il s'adossait simplement au mur, appuyant sa tête contre celui-ci, la penchant en arrière pour fermer les yeux. Chaos technique. Il réfléchissait à sa réponse, aux mots à employer à Bucky pour lui faire comprendre ce qu'il pensait et ressentait tout en essayant de ne pas en rajouter une énième couche.

Notre amour ou notre amitié ?

Car c'était ce dont il était question pour Steve, pour que Bucky ne réagisse ni à ses baisers ni à son étreinte, pour qu'il lui sorte des mots pareils, c'est qu'il y avait forcément une raison. Avaient-ils eu torts ? Il pensait que non, surtout parce qu'il savait que, lui, était vraiment amoureux de Bucky et que ce n'était pas juste une réaction d'après guerre, un quelconque trauma. Non, il l'aimait vraiment. Mais parfois il fallait laisser couler. On ne pouvait pas toujours avoir tout ce qu'on voulait. Oh, s'il voyait le moindre signe qu'il se trompait, il se battrait. Mais sans signe, il lui paraîtrait évident que Bucky, lui, c'était peut-être trompé sur ce qu'il voulait, sur eux. Un besoin, peut-être, d'affection, d'amour, sur l'instant, pour se remettre des événements et il était tombé sur Steve. Il aimerait se dire que ce n'était pas ça, qu'il se faisait des films parce qu'avec ce qu'ils avaient pu vivre, ce n'était pas possible qu'il en soit ainsi en fin de compte... et pourtant. Trop de mots avaient été dit et leur coeurs qui étaient en miettes, il se devait de poser la question, d'essayer de savoir. Frustré, aussi, que Bucky se montre si distant avec lui malgré les efforts de Steve pour aller vers lui mais n'avoir aucune réponse, aucun retour. Pas une main sur lui, rien. C'était tellement dur pour lui qui avait pris goût cette semaine à cette affection que Bucky avait pu lui donner et il s'était aussi rendu compte qu'il en avait besoin, de tout ça, qu'il en avait cruellement manqué toute sa vie, de cet amour là. C'était comme s'il lui reprenait tout, lui disait que finalement ce n'était peut-être pas vraiment ça entre eux, sinon peut-être une erreur d'être allé si vite. Steve était dramatique, peut-être, mais c'était tout ce que les gestes ou justement le manque de gestes et de mots affectueux de Bucky lui signalaient. Comment aurait-il pu contrôler ses larmes, les empêcher de couler, alors ? Impossible.

Tu ne sais pas tout de moi, Bucky. On a tous une part d'ombre en soi. Depuis que j'ai ce sérum, je ressens cette partie. Erskine m'en avait parlé, c'était cette même part que Schmidt avait laissé l'envahir. On a tous une part sombre en nous, la plupart arrivent à la contrôler... Mais pour moi qui suit brancher à fond constamment, sur tout ce que je ressens, c'est plus intense. Cette part, j'arrive à la contrôler la plupart du temps, à l'étouffer. Je vais courir, je tape dans un sac de frappe, je m'entraîne, je dessine, je peins. Ca m'aide... à me contrôler qu'expulser toute cette colère que je ressens au fond de moi. J'ai su la maîtriser jusque là et ... elle a failli ressortir face à Tony, quand il s'en est pris à toi en Sibérie. J'étais... à deux doigts de le tuer, j'en étais capable. J'aurais pu le faire et si cela n'avait pas été Tony, si nous n'avions pas été ami, je l'aurai fais, je le sais. Ce que tu as vu, Tony l'a vu dans mon regard, je le sais, même si nous n'en n'avons jamais parlé, c'est inutile de le faire. Et encore. Il a failli te tuer, je n'ose pas imaginer ce qu'il a pu voir dans mon regard mais j'étais véritablement à deux doigts de le frapper jusqu'à sentir ses os se briser sur mon poing.

Il n'en n'avait jamais parler à personne, il n'avait jamais eu à le faire. Il le savait mais il étouffait cette partie de lui avec des moyens qui, d'habitude, fonctionnent parfaitement. Pendant longtemps, il avait gardé cette partie sombre de lui dans ses dessins, c'était aussi pour ça qu'il ne les montrait jamais. Il ne voulait pas les montrer à Bucky, il ne voulait les montrer à personne. Ce n'était pas une honte d'avoir ça en lui, il ne le ressentait pas ainsi en tout cas, il faisait avec en se disant qu'on avait tous ça en soi, qu'il fallait juste savoir maîtriser ça.

Je ne suis pas parfait, j'en suis loin. Je n'ai jamais su pourquoi tous ces gens me suivaient. Je n'ai jamais su pourquoi ils croyaient en moi. Je fais juste ce qui me semble être juste, ce que j'ai la sensation de devoir faire. Je ne force personne à me suivre. Ils ne savent pas qui je suis. Et j'ai parfois l'impression que tu ignores qui je suis aussi... Je ne suis pas... parfait, mais je ne suis pas imparfait dans le sens où tu l'entends non plus. Je ne suis pas si solide que j'en ai l'air, je sais juste, normalement, me canaliser. Sauf là. Où je n'y arrive plus. Où j'ai la sensation qu'il s'échappe.

Tout du long, il avait gardé les yeux fermés. Si son ton paraissait doux, même bas, il n'avait pas cessé de pleurer pour autant, les larmes continuaient à couler sur ses joues. Pas par honte, mais plutôt par peur. Il était entrain de perdre tout ce qui comptait pour lui, tout ce qu'il lui restait, tout ce à quoi il tenait. Perdre Bucky. Ca lui brisait le coeur davantage.

En un autre temps cela aurait marché mais pas cette fois... J'ai ce besoin irrépressible de me bouger, de frapper, de faire quelque chose mais pas de rester allonger dans un lit à ne rien faire. Je n'ai pas la tête à rire, pas la tête à jouer ou à sourire, Bucky. J'ai cette boule qui ne demande qu'à exploser et qui m'effraie parce que je ne saurai pas comment la contrôler tant que je n'aurais pas craquer un bon coup. J'ai besoin de me défouler et je n'ai pas envie que tu vois ça. Tu en as assez vu.

Parler à coeur ouvert, sauf que cela ne faisait pas autant de bien qu'il l'aurait espéré. Steve avait toujours refusé de prendre des armes à feu pour ne pas tuer, et pourtant il avait cette voix au fond de lui qui lui disait "mais brise lui la nuque, jette le du haut d'un toit, d'un pont, rien à foutre" quand quelqu'un l'emmerdait. Ces démons qu'il pouvait taire mais fragile émotionnellement parlant qu'il était en ce moment, il savait que ces démons pouvaient sortir à tout moment. Le rendre trop franc, voir arrogant mais pas cette arrogance amusante, non, méchante, piquante, vexante. Il avait, pendant son discours, retiré son bras des épaules de Bucky, laissant tomber ses bras à côté de lui.

Si tu veux que je parte, laisse moi juste le temps de reprendre mes affaires. Je partirai le temps qu'il faudra, avec les lunettes je passerai inaperçu de toute façon.

Inaperçu, même de Bucky, du coup. Personne ne serait capable de le reconnaître, sinon Strange, sans doute. Il ne lui demanderait pas de faire ses affaires. Il ne voulait pas le quitter non plus, il savait même que ça allait le flinguer, il savait qu'il n'était et ne serait jamais prêt pour une nuit sans Bucky dans ses bras, il ne pouvait se fier qu'au manque de signe évident de la part de celui qu'il considérait comme sa moitié. Une fois encore, prêt à se sacrifier pour le bonheur des autres, au dépend du sien. Si Bucky se sentirait plus heureux s'ils redevenaient des amis, il ferait tout ce qu'il faut pour ça. Il prendrait sur lui même le coeur en miette. S'il pouvait contrôler ses démons intérieurs, il pouvait contrôler ses gestes envers lui. Après tout, peut-être qu'être des âmes soeurs, ce n'était pas que d'un point de vue amoureux, c'était peut-être aussi d'un point de vue amicale. Il ferait juste tout pour le bonheur et bien être de Bucky, quitte à devoir partir, s'éloigner. Il morflerait méchamment mais si Bucky était heureux ainsi, il pouvait en payer le prix. Steve. Toujours à se sacrifier, à étouffer tout sentiment de bonheur qu'il pourrait ressentir. Passer sa vie seul parce qu'il n'y avait, à ses yeux, que Bucky et qu'il n'y aurait que lui... Ainsi soit-il, s'il le fallait, cela se passerait ainsi. Mais mauvais comédien qu'il était, il ne lui ferait pas l'offense de jouer le rôle de l'homme détaché qui voulait juste partir, il n'était pas stupide à ce point non plus. Cela ne pouvait pas prendre de toute façon. Pas alors qu'il ouvrait les yeux, tournait la tête vers Bucky et avait ce regard, à la fois amoureux et torturé, suppliant et brisé. Et en même temps ce, un mot et je m'en vais, si c'est tout ce que tu veux je le ferai. Il prendrait son sac, ses vêtements et il partirait. Un mot et ce serait fait. Un mot ou un geste.

Parce que l'état de Bucky ne lui avait pas échappé non plus, il n'était pas aveugle et il voyait à quel point Bucky était mal en point, il ne pouvait que culpabiliser, se sentir mal de lui faire subir une telle chose, sans parvenir à savoir ce qui le blessait le plus. Lui, ses mots, ses gestes, quels mots, quels gestes. Il était tellement concentré à regarder Bucky qu'il sursautait - un exploit pour lui qui entendait et sentait tout normalement - en sentant le chaton grimper sur ses jambes. Steve était concentré sur Bucky. Uniquement sur lui. Toutes ses pensées, tout son regard, tout son être, juste sur Bucky. Juste pour Bucky. Tout pour lui. Toujours. Jusqu'à la fin. Pourtant il ne voulait pas partir, si cela ne tenait qu'à lui il resterait là, il le prendrait dans ses bras, il lui interdirait d'en sortir. Mais ce manque de signe, de gestes, de mots, de baisers, de caresses, tout ça le forçait à croire que Bucky n'en voulait simplement plus. Dégoûté, attristé ou alors il avait ouvert les yeux. Même si Steve n'avait jamais prétendu être parfait et n'avait jamais demandé aux gens de le suivre, il donnait juste des ordres aux gens qui, de base, voulaient le suivre, ce qui était différent que tout prendre pour acquis. Et c'était parce qu'il ne prenait jamais rien pour acquis qu'il était convaincu que la seule chose que sa moitié voulait, c'était qu'ils arrêtent tout. Pourtant il crevait d'envie d'un baiser, d'une étreinte. Qu'ils s'enlacent si fort qu'ils en aient mal. S'il ne lui disait pas pour ne pas le convaincre de prendre une décision qu'il regretterait comme un "reste" alors que Bucky souhaitait son départ, son regard signifiait pourtant ce "je t'aime de tout mon coeur". Il y pensait toujours, Bucky avait beau être brisé, il restait ce qu'il avait de plus cher, ce qu'il aimait le plus au monde et il se sentait toujours prêt à l'aider s'il le laissait faire. Sauf que désormais, Bucky n'était plus le seul à avoir besoin d'être relevé, lui aussi en avait besoin, même s'il ne voulait pas le reconnaître, toujours ce sens du sacrifice. Se sacrifier pour les autres, se sacrifier pour lui. Sacrifier son bonheur pour que lui soit heureux. Ce serait toujours comme ça. Cela l'avait toujours été, cela le serait toujours. Nul doute que s'il devait peindre cet instant, il n'aurait rien de joyeux. Les teintes en seraient foncées, déstructurées. Rien de réaliste comme il en avait l'habitude. Juste des couleurs. Rouge foncé, bleu foncé, noir. Des tourbillons noirs et bleus. Du noir et du rouge tombant, coulant. Cela l'inspirait. Il restait un artiste, dans le fond. La tristesse avait toujours cet aspect chez les artistes, une source pure d'inspiration. Steve avait dit que Bucky était sa muse, cela en était d'autant plus vrai à cet instant. Comme il aurait pu le dessiner à nouveau dans son carnet, sauf que ce qu'il aurait dessiné n'aurait peut-être pas eu grand chose de blessant. Dessiner ce qu'il avait sous les yeux. Bucky blessé par sa faute, lui qui avait besoin de tout sauf de ça. Il culpabilisait tellement.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 23:40


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Il ne veut plus parler, plus dire un mot pendant au moins une semaine si ce n'est un mois entier. Il le savait déjà qu'il est plus foutu de s'exprimer correctement, de faire comprendre les choses, peut-être aussi parce qu'il réagit souvent au quart de tour. Dans l'impulsivité et le mode excessif. Mais c'est ce que Bucky est devenu et il n'y peut pas grand chose, Steve semble ne pas se rendre compte d'à quel point il a pu changer, d'à quel point il ne pourra plus jamais être celui d'autrefois. Peut-être qu'à certains moments, son ancien lui peut refaire surface mais il est surtout cet homme brisé qui a l'impression de devoir lutter en permanence pour un ou pour un non. Quand ce n'est pas carrément lutter dans le vide, contre des moulins à vent. Cela irait peut-être mieux s'il pouvait faire la paix avec lui, oui, il pense bien au Winter Soldier en disant ça, qu'ils fassent la paix, qu'ils trouvent un terrain d'entente.

Encore faut-il qu'à cet instant précis, il soit vraiment capable d'analyser ce genre de choses, hors il ne peut pas, Bucky était déjà certain que Steve allait le sortir de sa vie. Peut-être pas définitivement mais qu'ils ne seraient plus ensemble, de toute manière, Bucky ne mérite pas un homme comme Steve, il ne mérite rien du tout. Si ce n'est tous les reproches qu'on a pu lui faire, il est un assassin et il n'y a plus rien de bon en lui, d'autant plus en voyant comment il brise le cœur de son homme. Et dire que Steve a passé, dieu sait combien de temps à le défendre devant les autres mais aussi à lui dire que tout pourrait s'arranger. Maintenant au moins son homme sait que ce n'est pas possible, qu'il ne peut rien sortir de bon de la machine qu'il est. Cela ne pouvait qu'être ça de toute manière, Bucky vient de tout perdre en un seul instant.

Tellement mal, tellement cassé, tellement agité par tout ce qui se trame dans sa tête, qu'il n'arrive même pas à réagir à l'étreinte de Steve, si ce n'est en le laissant faire. Son seul sursaut est pour éviter que son homme ne puisse pas lire dans ses yeux, ne puisse pas y voir que plus en miettes ce n'est pas possible. Qu'il ne puisse pas y voir cette colère tournée envers lui-même qui est entrain de le ronger à chaque seconde, accompagnée de son amie la culpabilité. Pas plus qu'il n'arrive à réagir à ses baisers, il les aime ces baisers mais n'arrive pas à sortir de ce qu'il a en tête. Et quelque part les baisers de Steve ne peuvent pas l'aider, persuadé qu'il est qu'il ne mérite aucun d'eux. Comment son homme peut encore avoir envie d'embrasser celui qui lui brise le cœur. Cela le dépasse. Comment son homme peut encore avoir envie de lui dire qu'il l'aime, Bucky ne mérite pas son amour. Il ne mérite pas de mots doux, il mérite plutôt que Steve le frappe et lui fracasse la tête, ça oui mais de la douceur et des baisers ? Non.

Peut-être que son homme s'en rend compte après avoir parlé et pendant que Bucky cherche ses mots puisqu'il déserre son étreinte. L'observant s'adosser au mur et appuyé sa tête ainsi tout en lui disant ce dont il est sûr et certain, il aime Steve plus que tout, plus que sa propre vie, il n'y a que Steve dans sa tête encore et toujours. Obsessionnel et excessif. Quoi ? Pourquoi Steve lui répond ainsi ? Qu'est-ce qu'il veut dire par là ? Bucky a bien parlé d'amour alors pourquoi Steve parle d'amitié ? Est-ce qu'il essaye d'amener les choses en douceur pour qu'ils se séparent, espérant sans doute qu'ainsi, Bucky ne va pas péter un plomb...Cela serait bien du style de Steve d'avoir pris ce genre de décision malgré ses mots d'amour et de s'y tenir mais aussi de penser aux réactions de l'autre. Mais non, quelque chose ne va pas, ça ne tourne pas rond tout ça, pourquoi lui parle t-il d'amitié ? Bucky est sûr et certain de ce qu'il dit parce que c'est ce qu'il ressent. Steve est l'unique amour de sa vie, il est son âme sœur, sa moitié. Sur le vif, il se retrouve incapable de réagir à ça et de lui redire ce « amour » qu'il ressent pourtant si violemment dans chaque fibre de son être. Pour autant même si son homme voulait vraiment que leur histoire se termine, Bucky ferait ce qu'il peut pour se battre et que ça n'arrive pas. Sans Steve, il ne peut pas, c'est impossible, rien que l'idée le fait trembler un peu plus encore.

Mais pour le moment, il n'en revient pas de que son homme lui dit, pour ça et pour le reste, l'écoutant parler à moitié présent, à moitié déconnecté de la réalité. Pas assez déconnecté pour ne pas comprendre ce que Steve lui dit, pour ne pas saisir, qu'il n'a pas rêvé et qu'il a bien vu cette lueur au fond des yeux de son homme. Il ne s'est rendu compte de rien en Sibérie, si ce n'est l'acharnement de Steve à ne pas laisser Tony le toucher mais il était KO aussi quand Stark lui a sectionné le bras. Un black out dans son esprit et physique. Autant à cause des coups reçus que de son bras justement, peu savent que si les circuits de son bras sont coupés, ça engendre une réelle douleur physique. Insupportable et ça parce que malgré l'état de ses nerfs de chair, ils sont et restent reliés aux fils et circuits de son bras, les nerfs, les tendons, les muscles, tout est lié ensemble. Bucky ne sait pas comment s'est possible, ni s'il y a pas aussi un implant dans son cerveau mais même Hydra prenait le temps de faire quelque chose pour qu'il se laisse toucher et réparer au besoin.

Plus généralement, Bucky ne peut que comprendre ce que son homme lui dit, des démons, il a en plus d'un et doit lutter quotidiennement contre eux. Pour un tout et rien, pour le moindre geste quotidien et banal pour n'importe qui. Rien que pour se doucher cela reste délicat même si depuis une semaine son homme a commencé à remplacer tout le négatif par du positif. Pour manger et boire aussi c'est une galère, Bucky doit s'assurer des choses que tout est en ordre, qu'on ne va pas chercher à l'empoisonner d'une manière ou d'une autre, il n'y a bien qu'avec Steve que ça n'arrive pas et encore que...Il suffit de voir son hésitation le premier jour pour une simple barre de céréales. Pour dormir, la même chose, un autre démon mais là c'est parce qu'il a toujours peur de faire des cauchemars, de revivre certaines choses, de faire mal à Steve sans le vouloir. Et puis il y a le reste, ces mêmes démons de violence, ceux qui lui donnent envie de massacrer tout et tout le monde, de fracasser des os avec ses poings, de briser des nuques d'un coup sec, de loger une balle entre deux yeux ou un couteau dans le cœur. Ce matin, tiens, il l'a dit à Steve qu'il voulait tuer Venom mais ne lui a pas dit, quel plaisir sadique a pu l'envahir alors qu'il le frappait encore et encore. Il voulait le tuer, le réduire à néant, il voulait sentir la vie quitter le corps de Venom, plus rien d'autre n'avait d'importance que ça. Donc oui, il ne peut que comprendre ce que son homme veut dire par là en parlant de côté sombre.

Non, tu n'es pas parfait. Mais justement c'est ça qui rend Steve parfait du point de vue de Bucky. Ils te suivent parce que tu les inspires, parce qu'en te voyant tu les forces à se dépasser. À croire que son homme n'a toujours pas compris comment les autres peuvent le percevoir, même si c'est aidé par le fait que eux ne voient pas les doutes que Steve peut avoir, aidé par le fait qu'ils voient surtout Captain America. Si je sais qui tu es...C'est reparti pour un tour, d'accord Bucky n'a jamais vu ce côté noir de Steve mais ce n'est pas pour ça qu'il ne sait pas qui est son homme. Encore une fois, je ne voulais pas que tu restes au lit. Enfin dans un sens, si Bucky le voulait mais il a vite compris que ce n'était pas possible et pourquoi Steve à chaque fois fait tout pour lui changer les idées et que lui ne pourrait pas essayer aussi ? Hein, pourquoi ? Il n'y a pas de raison. Et quoi ? Pardon ? Depuis quand Steve cherche à décider de choses pour lui ou comme si ça pouvait changer quoi que ce soit à comment Bucky peut le voir, merde à la fin ! La colère qui ressort au final de tout ça et visiblement il n'a pas terminé d'halluciner là. Pardon again ? Qu'est-ce que tu es entrain d'inventer Steve ? Et là ça le frappe l'évidence, le lien qui se fait avec ce que son homme lui a dit avec ce mot amitié et oui, il hallucine. La colère et l'incrédulité mêlés au fait que ça le blesse un peu plus que d'entendre mais surtout de comprendre où son homme veut en venir. Ce qui au passage ne va pas l'aider à ne plus être fébrile et trembler ainsi, ni à plus verser de larmes, des larmes de tristesse et de rage. L'impression que son cœur se brise de nouveau au regard que Steve reporte sur lui.

L'impulsivité qui le prend, qui le fait abaisser ses jambes et dans le même mouvement pivoter sur lui-même pour se retrouver à genoux. N'y restant qu'une fraction de seconde, le temps de bouger encore, gardant un genoux au sol oui mais posant son pied au sol, du moins la pointe de ses pieds. Un ressort prêt à se détendre d'un coup violent. Sa voix emplie de cette colère mais surtout d'une menace qu'il ne risque pas de voiler.

- Je t'interdis de penser une seule seconde que je puisse vouloir te quitter ! Je t'interdis d'essayer de quitter cet appartement ou de me quitter, je te jure que si tu tentes une telle chose, lunettes ou pas, je te retrouverai, je te traquerai au bout du monde s'il le faut !

Comme quoi, au passage, tout à l'heure quand il a défié Steve de sortir seul, au fond de lui, la réponse était déjà toute faite, pars et ça va mal se passer.

- Tu en as d'autres des conneries pareilles dans ta tête ? Comment tu peux croire que ce n'est que de l'amitié ? Ou alors tu crois que ce que tu viens de me dire peut changer quelque chose ? Tu sais quoi, ne répond pas, je ne veux même pas savoir ce qui peut te faire penser ça !

Un ressort qu'on disait, un ressort vibrant de colère. Même ses poings sont serrés, au point que les ongles de sa main droite se sont incrustés dans sa paume et que le vibranium de son poing gauche en crisse. Avant que justement ce poing là ne parte pour venir s'incruster dans le mur à quelques centimètres de la tête de Steve. Ne le retirant pas, au contraire il se penche légèrement en avant, se rapprochant de Steve en se faisant.

- Je ne sais pas ce qui me retient de te le coller en pleine figure.

Enfin si, il sait, il a déjà bien assez fait de mal à son homme ainsi, il manquerait plus qu'il lui fasse mal physiquement...Peut-être aussi qu'il a avisé du chaton qui a débarqué et qu'elle ne semble pas se soucier de ce qui se trame.

- Je t'aime au point que ça m'en fait mal, ça me fait mal mais ça me rend vivant, tu me rends vivant...comment je pourrais me passer de l'homme de ma vie, de mon âme sœur. J'en crèverai si je ne t'ai plus dans ma vie, arrache moi le cœur ça ira plus vite. Putain, Steve, je t'aime, t'es vraiment con d'en douter. Bordel ce que je peux t'aimer.

Se penchant un peu plus, tout en attrapant le menton de Steve de sa main droite, juste au cas où il ne veuille baisser la tête ou la tourner. Agissant ainsi pour venir poser ses lèvres sur celles de son homme, ça n'a rien de doux et tendre, au contraire même c'est assez brutal mais il est incapable de faire autrement. Un peu aussi un « ne me fais pas te le redire », pas alors que Bucky est totalement out. Finissant en lui attrapant la lèvre inférieure entre les deux, la lui mordillant, là encore sans tendresse mais sans pouvoir lui faire vraiment mal. « Mine », ce mot qui passe ses lèvres, plus possessif et amoureux, c'est impossible.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Ven 10 Aoû 2018, 01:42

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Il passait de persuadé qu'ils s'aimaient de tout leur coeur de la même façon à je suis amoureux mais ce n'est pas réciproque, il m'aime mais comme un ami . Il voyait d'ici le discours de Bucky qui réaliserait s'être trompé, avoir été trop loin ou avoir simplement eu besoin de ça mais qu'il avait réalisé que toute leur relation allait finalement trop loin pour lui, que c'était bien pendant un temps, les câlins, les baisers ou même le sexe, qu'ils avaient pris énormément de bon temps mais que finalement ça ne lui correspondait plus. Pourtant il lui suffisait de repenser aux parties de jambes en l'air pour repenser à ces baisers, ces soupirs venant de sa moitié, de revoir ses airs, de revoir le bonheur intense qui les envahissait à chaque fois. Et cette alchimie entre eux qui n'avait pas lieu que sur le terrain mais aussi au lit. Pourtant malgré cette alchimie et ces soupirs il s'attendait à ce que Bucky mette un frein à leur relation. Peut-être qu'il n'avait pas besoin de ça ou plus besoin de ça pour avancer dans la vie. Besoin de plus ou justement de moins.

Parce qu'il prônait justement la liberté, il ne voulait pas que Bucky se sente étouffé dans une relation qui ne lui convenait pas, même s'il devait morfler. Laisser de l'espace à Bucky, le laisser respirer s'il en avait besoin, ne pas le contraindre, ne pas le restreindre. Pourtant Bucky commençait à bouger et il avait le réflexe de replacer le chaton sur ses jambes, le chaton qui était si maigrelet qu'il pouvait le cacher avec ses deux mains. Un instinct protecteur, sans savoir ce qu'allait faire Bucky, peut-être qu'il n'avait pas remarqué que le chaton était revenu et s'était installé sur Steve. Bien, le message paraissait clair dès les premiers mots, interdiction de le quitter. Alors pourquoi tu agis comme ça ? Ou plutôt, pourquoi tu ne réagis pas quand je t'enlace, quand je t'embrasse ? Rien qu'un signe qui montre que tu l'as remarqué, que tu es réceptif, même pour indiquer que tu n'en veux pas ? L'ignorance c'était le pire.

Tu en as d'autres des conneries pareilles dans ta tête ? Comment tu peux croire que ce n'est que de l'amitié ? Ou alors tu crois que ce que tu viens de me dire peut changer quelque chose ? Il ouvrait la bouche pour lui répondre, la refermant aussitôt que Bucky lui indiquait de ne pas lui répondre, il n'y comprenait décidément plus rien. Bucky avait l'air d'oublier que Steve découvrait ce qu'était les relations amoureuses, c'était sa première et il comptait bien à ce qu'elle soit sa dernière, son unique, surtout.

Il avait toujours tout ressenti, ou en tout cas il le croyait, venant de Bucky. Alors il sentait cette intense colère, il la voyait et il ne bougeait pas d'un millimètre à le voyant donner un coup de poing juste à côté de son visage. Ce qui te retient de me le mettre dans la gueule ? Aucune idée. Le pire c'est que Steve aurait pu contrer le poing de Bucky mais il n'aurait pas cherché à le stopper ; si cela doit être ainsi, soit. Si tu tiens tant à me frapper, frappe moi et on en parle plus. Ca m'est égal. Je l'ai mérité. S'il avait pu provoquer une telle rage chez Bucky, il l'avait mérité. Il avait échoué dans sa mission, lui qui voulait tant que Bucky ne soit que paix, qu'il se repose, que ce foyer soit leur cocon. Voilà qu'ils pétaient tout.

Steve prenait le chat dans sa main et l'incitait à filer de là, le chat retournait dans la chambre vacante faire il ne savait quoi. Cela pourrait être sa pièce, le temps qu'ils trouvent un panier, peut-être. Puis, enfin, ces fichus mots. Enfin il lui disait ce je t'aime, il n'attendait que ça. Tous ces mots lui faisaient quand même un bien fou à entendre, un poids en moins sur le coeur et les épaules, il pouvait enfin souffler. Bordel, Bucky, après tout ce qu'on s'est dit ces derniers jours, ce je t'aime n'avait rien de compliqué. Pas après toutes les déclarations d'amour qu'ils avaient pu se faire. Il le laissait l'embrasser, lui rendait même son baiser mais s'il ne ressentait pas de douceur contrairement à d'habitude, ça ne l'empêchait pas d'en faire preuve. De la tendresse tandis qu'il lui rendait son baiser, baiser qu'il avait tant désiré, dont il avait tant eu besoin. Ouf, enfin. C'est pas trop tôt. Ce n'est qu'à ce "mine" que lui dit Bucky, que Steve se décidait à se bouger, à se réveiller. Qu'il glissait sa main gauche dans les cheveux de Bucky, sa main droite cherchant à saisir son bras gauche pour le retirer du mur. Ce "mine" que Steve lui retournait. un mot si significatif entre eux.

Etait-ce seulement vraiment Steve ? Ou est-ce que certains de ses démons n'en profitaient pas pour remonter à la surface alors qu'il les forçait à se lever tous les deux, sans quitter ses lèvres. Tu veux jouer à ça ? Bien. Lui non plus, bien assez tôt, ne montrait plus de douceur. Ils avaient connus la passion, ils avaient connus la tendresse, la douceur. Steve lui rendait son baiser avec la même intensité, sa main lui tenant les cheveux, son autre main se posant sur sa taille, la serrant fermement, le rapprochant de lui davantage. Tu es mien. De la fougue. Ils n'avaient déjà plus de pantalon, il n'était pas compliqué de lui arracher son haut. Tant pis, ils avaient d'autres vêtements et il y avait des usines de textile à côté. Rien à foutre. Sa main droite revenait sur sa hanche, la marquant peut-être un peu trop. Il ne saurait dire si ce baiser, qui avait un goût de larmes, était fougueux ou tout simplement désespéré. Il savait juste que le t-shirt de Bucky était désormais en lambeaux et il ne comptait pas s'en excuser, ce n'était que du tissu. Un "je t'aime" qu'il murmurait contre ses lèvres, venant à son tour lui mordiller la lèvre inférieur. S'il le plaquait contre le mur, c'était surtout pour qu'il ne puisse plus lui échapper. Même si c'était lui qui avait dit qu'il partirait mais, eh, il n'avait jamais dis être rationnel. C'était aussi un moyen d'être sûr qu'il resterait contre lui. Sa main gauche ne quittait pas sa chevelure tout comme ses lèvres ne quittaient pas les siennes... Pas avant quelque secondes. Ou minutes. Parce qu'il devait mettre au clair certaines choses.

Je n'ai pas envie de te quitter, ça me tuerait de le faire. Mais si tu en as envie ou besoin, je prendrai sur moi. Je serai toujours là pour toi, même si tu voulais qu'on ne reste que des amis. Même si secrètement tu resterais l'amour de ma vie.

Un sourire un peu bête sur les lèvres. Puis un nouveau baiser contre ses lèvres. Le plus important pour lui c'était que Bucky puisse vivre à nouveau, pas survivre, mais vivre. Être heureux. Ressentir des choses à nouveau, être humain à nouveau, être lui-même, qu'il puisse se reconstruire. C'était tout ce qu'il lui souhaitait. Main droite dans les cheveux, toujours, il les relâchait finalement pour passer sa main contre sa joue, son pouce contre ses lèvres.

Ah, oui, le t-shirt déchiré. Merde. Il se secouait un peu la tête. Il essayait de se ressaisir comme il pouvait. Il commençait à faire noir et ils n'avaient pas allumer les lumières, heureusement qu'ils n'avaient pas de mal avec l'obscurité. Il avait besoin de Bucky, sa lumière dans l'obscurité, quoi qu'il en dise. Besoin de le sentir contre lui. Besoin de l'embrasser et d'être embrassé. Besoin qu'ils abandonnent pour quelque minutes tout ce qu'ils avaient pu se dire comme conneries ce soir juste pour s'aimer à nouveau comme ils ont su le faire cette semaine. Même si ça allait le hanter, le bouffer les jours qui suivront. Même s'il savait qu'ils devraient se poser et en parler, il savait aussi qu'ils ne tireraient rien de bon pour ce soir, ils tiraient trop sur leur cordes. Ils avaient besoin d'un break mentale, de mettre leur cerveaux sur pause voir même sur veille pour la nuit. L'envie de le pousser jusqu'à leur chambre sans le faire pour autant. Une certaine brutalité entre eux qu'ils n'avaient pas encore connu et le t-shirt de Bucky en avait fait les frais.

Laisse moi t'aimer.

Il glissait sa main gauche sur sa hanche. C'était presque un ordre qu'il lui donnait. Laisse moi t'aimer, laisse moi faire. Laisser moi t'embrasser, laisse moi t'enlacer. Arrêtons cette dispute, j'en peux plus. Même lui en avait marre de parler, de toute façon. A défaut d'aller taper un sprint, il avait quelque idées pour la suite de la soirée. Il n'était qu'un homme qui avait besoin de sentir son homme contre lui, autant que possible. Même si ce n'était que pour s'enlacer, il en avait terriblement besoin.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Ven 10 Aoû 2018, 03:04


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

L'incrédulité la plus totale mais comment Steve a pu venir à en penser une telle chose, que Bucky puisse vouloir le quitter et autres conneries de ce style. Surtout après cette semaine ensemble et tout ce qu'il a pu dire à son homme, d'accord il ne sait plus faire de longs discours ou dire des choses aussi belles que Steve, mais quand même, bordel. Comment Steve en est venu à tout remettre en cause ainsi, à douter ainsi de Bucky. Cela le blesse autant que ça le met en colère pour ne pas dire que c'est de la rage. Si Steve cherchait à le faire sortir de ses gonds, c'est vraiment réussi là et pas qu'un peu. Monsieur je ne veux pas qu'on me donne un ordre, bah il avait plutôt intérêt à bien écouter Bucky et à s'y tenir à son interdiction, à cet ordre qu'il lui lâche une fois face à Steve. Bordel Steve ! Non, rien à faire, trop en colère pour ça et non, il ne veut pas savoir comment son homme en est venu à penser ça. Pas ce soir en tout cas, Bucky n'a strictement aucune envie que Steve se lance dans des explications, il ne veut pas l'écouter. Peut-être demain ou après-demain, parce qu'il le voit venir gros comme une maison que son homme va revenir à la charge et Bucky sait que Steve aura plutôt intérêt à bien choisir son moment pour ça.

La colère qui le pousse à menacer Steve ainsi et dieu lui est témoin que Bucky est vraiment capable de traquer son homme, oui autant que ça, mais aussi le retrouver. Mieux vaut qu'il n'ait jamais ce genre de choses en tête, ça serait plus que dangereux et pour tous les deux. Cette colère encore qui lui fait abattre son poing contre le mur et rester ainsi, il l'a dit, il vibre de colère et elle ne demande qu'à s'exprimer encore et encore. Steve lui a fait très mal à avoir ce genre de pensées et Bucky compte bien le lui démontrer alors ça sort, bah comme ça sort, sans aucune finesse, sans retenue.  Tu es à moi Steve. Ne l'oublie jamais. C'est bien plus que se battre pour garder son homme dont Bucky serait capable, ça irait loin, très loin pour ça, il ne mérite pas Steve mais maintenant qu'il l'a, hors de question de le laisser filer. C'est aussi ce qui le pousse à l'embrasser ainsi, sans aucune douceur, il ne pourrait pas de toute manière. C'est brutal et peut-être violent, il n'en sait rien et honnêtement à cet instant précis, Bucky s'en fout complètement. Il le lui dit ce mine, le fait que Steve est à lui, putain si là tu comprends pas, je te refais la tête au carré.

Même si par la suite, il laisse Steve lui tenir les cheveux ou attraper son bras, Bucky lui résiste pour la forme. Oui je suis aussi à toi mais. Ne va surtout pas croire que tu peux faire tout ce que tu veux facilement. Continuant à résister quand Steve force pour les relever, son homme semblant comprendre que Bucky ne veut pas de douceur à cet instant ou qu'il est incapable de l'être. À moins que pour Steve aussi l'instant douceur est passé. Parfait ainsi. Haussant pourtant un sourcil lorsque son homme déchire son tee-shirt, en profitant surtout par après pour glisser sa main droite dans la nuque de Steve et la lui tenir, toujours sans aucune douceur. Sa main gauche se glissant sur la hanche de son homme, le maintenant tout autant que Steve peut le maintenir. Boum, son dos dans le mur, comme si Bucky pouvait vouloir s'éloigner de Steve alors que c'est son homme qui semblait vouloir partir. Du grand n'importe quoi et visiblement ce n'est pas près de s'arrêter alors qu'il serait incapable de dire, lequel des deux harcèle le plus les lèvres de l'autre de baisers. Des baisers rudes, brutaux qui étrangement conviennent parfaitement à Bucky.

Des baisers qui cessent pour que...Non mais Steve, tu vas pas recommencer. Le brun en grogne de l'entendre parler avant d'en rouler des yeux au ciel.

- Je t'aime mais putain arrête tes conneries et t'as pas intérêt à me quitter.

Sa voix gronde encore en disant ça, sérieusement, il n'a plus aucune envie d'entendre Steve dire quoi que ce soit. Au moins son homme a la bonne idée de revenir l'embrasser, ce qui lui permet de lui rendre son baiser. Pour mieux venir attraper le pouce de Steve entre ses dents quand il s'amuse à le passer ainsi de sa joue à ses lèvres. Dans son regard, un « c'est bon tu as fini » avant de lui relâcher le pouce. Une certaine lueur brillant dans son regard alors que Steve vient lui attraper la seconde hanche, Bucky va finir par avoir des bleus et pourtant il en a strictement rien à foutre. Un moyen comme un autre de se sentir vivant, de se sentir aimé et de pouvoir aimer en retour, à travers cette brutalité dont ils font preuve.

- Ferme la et fais le.

Un ordre pour un ordre. Cesse de parler et plus d'action là. Bucky en force pour se décoller du mur, ramenant sa main droite sur la hanche de Steve et les pousser tous les deux vers la chambre, inversant au passage l'ordre des choses pour venir plaquer Steve contre la porte de la chambre. Pesant sur son homme tout en revenant l'embrasser sans délicatesse aucune. C'est ça dont j'ai besoin là. Harceler ses lèvres de nouveau, toujours cette possessivité bien présente avec encore cette colère qui se fait plus sourde, qui motive ses gestes mais ne domine pas les choses. Il se passe peut-être quelques secondes comme une minute avant que Bucky ne prenne encore les devants pour décoller son homme du mur et le pousser dans la chambre. Gardant fermement sa prise sur les hanches de son homme et sans quitter ses lèvres une seule seconde, l'envie de l'embrasser, de lui montrer à quel point Steve est sien. Tu es foutu, tu m'as à vie sur le dos. Un moyen aussi de le faire taire, qu'il ne reprenne pas l'envie à Steve d'ouvrir la bouche.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Ven 10 Aoû 2018, 12:44

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Il ne savait pas vers où ils allaient comme ça mais ils y allaient joyeusement . Ils y allaient franchement, à pieds joints. Il ne savait pas ce qu'il lui prenait mais c'était plus fort que lui. Ce qu'ils leur prenaient, même. Steve avait du mal à contrôler sa force en étant ainsi, il tremblait presque. Contrôler une force comme la sienne demandait une vigilance constante qu'il ne parvenait pas à avoir là. Quand il aurait voulu lui retirer son t-shirt, ce n'était que des lambeaux qui lui restaient dans les mains. Et pourtant, ironiquement, c'était difficile pour lui de ne pas être doux avec Bucky. Un t-shirt n'était jamais qu'un t-shirt, mais Bucky ? Il était ce qu'il avait de plus précieux.

Pour être intense, on pouvait dire que c'était intense, tant ces baisers que ces caresses, sans douceur ni tendresse, de quoi le déstabiliser autant que le pousser à se dire qu'ils en avaient peut-être besoin, que c'était peut-être un moyen comme un autre de craquer, de se défouler. Bien, si Bucky voulait continuer à lui changer les idées, il s'y prenait plutôt bien. Il ne saurait dire si, à le tenir ainsi, Bucky lui faisait mal ou lui faisait du bien, la nuque était un endroit sensible et il aurait suffit d'un faux mouvement et il aurait pu avoir la nuque craquée, ce qui faisait du bien était plutôt l'idée d'être tenu et retenu comme Bucky le faisait actuellement. Une idée plaisante. Très plaisante. Il préférait réaliser qu'il s'était trompé, fourvoyé, que Bucky ne voulait pas qu'il parte, il préférait peut-être le vivre ainsi que plutôt Bucky qui continue à se taire ou alors faire comme si de rien n'était ou pire encore le laisser partir en croyant bêtement que c'était ce que Steve voulait. Il n'y avait jamais eu cette brutalité entre eux qui le poussait à se dire qu'ils allaient peut-être un peu trop loin, qu'il avait mal quand Bucky serrait sa hanche de la sorte. Deux super soldats, ça n'allait pas donner que du bon non plus, il suffisait de voir cette danse qu'ils avaient. A se demander qui marquerait le plus l'autre, qui tiendrait le plus fermement l'autre. Et les murs prenaient et visiblement les portes prenaient pour eux, ils encaissaient pour eux. Des mots qui le faisaient sourire, Bucky qui pour une fois émettait clairement une envie, un désir, un ordre. Bucky qui pour une fois communiquait et lui disait ce qu'il voulait, Bucky qui n'était plus renfermé mais à l'inverse s'imposait comme homme et compagnon. Il adorait. C'était un mal pour un bien.

Jamais. Je suis tien.

Je ne te quitterai jamais, point. Maintenant, je sais, maintenant, je vois, j'entends, je sens. C'est bon. Il le regardait lui mordiller le pouce. Petit sauvage. Steve ne se rendait pas compte que sa poigne était peut-être trop ferme et serrée comme celle de Bucky, il se contentait de vivre le moment, pleinement, sans se dire qu'un humain normal n'aurait pas supporté la force qu'il pouvait y mettre car de toute façon, ce n'était pas comme s'il pouvait y avoir un jour une comparaison, il n'y aurait que Bucky pour le savoir et si Bucky ne lui disait rien, c'était peut-être qu'il ne lui faisait pas mal ? Ferme la et fais le. Ah. Bah. Tu ne vas pas être déçu alors.

Il ressentait pourtant cette colère qui émanait de Bucky et d'instinct, il aurait aimé l'apaiser, mais ce même instinct lui soufflait que pour l'apaiser, il n'y avait pas trente milles choses à faire, que s'arrêter pour l'enlacer ne servirait à rien.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Ven 10 Aoû 2018, 16:01


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Bucky rester persuadé qu'il ne mérite pas un homme comme Steve, qu'il ne mérite pas Steve tout court, que ça soit ses mots d'amour ou encore sa douceur et sa tendresse. Non, il ne mérite pas tout ça et il ne changera pas d'avis là dessus. En temps normal, il fait avec la douceur et la tendresse de son homme, il en a même besoin, cela l'aide à se dire que peut-être tout n'est pas foutu pour lui. Cela l'aide à accepter celui qu'il est devenu, celui qu'il est entrain de devenir. Cela l'aide aussi à comprendre qu'il n'y a pas que de la douleur dans la vie, pas que des personnes qui peuvent lui vouloir du mal. Mais là, il n'arrive pas à relativiser, à accepter les choses, il n'arrive pas à dépasser le fait qu'il a brisé le cœur de Steve alors il refuse cette douceur et cette tendresse. Je n'en veux pas. Je ne les mérite pas. En temps normal, Bucky est doux et tendre avec Steve, du moins autant qu'il peut l'être, une boule d'amour mais là il n'y parvient pas, trop énervé pour ça, trop sur les nerfs. Son homme l'a poussé trop loin pour ça plus le fait qu'il ne veut pas de la douceur de Steve. Je ne peux pas être doux.

Il ne mérite pas Steve mais en même temps, il ne peut pas lui laisser penser ce genre de conneries une seconde de plus. Il ne mérite pas son homme mais compte bien tout faire pour le garder, pour lui montrer que même en colère, il l'aime et ne supporterait pas que Steve s'éloigne. Je ne te mérite pas mais tu es à moi. Un vrai bordel dans sa tête, presque pire qu'habituellement mais Bucky ne peut que faire avec et de toute manière, il est incapable de se raisonner ou de réfléchir à ce qui motive réellement ses gestes. Il le sent sur ses hanches et dans son dos qu'ils partent loin, très loin, que même Steve semble incapable de se raisonner et Bucky s'en fout, au moins ils sont ensembles et ne s'éloignent pas d'une semelle. Le brun aussi ne ménage ni la hanche, ni la nuque de son homme, ses mains se font bien présentes, pourtant il semblerait que l'un comme l'autre ont une espèce de filin de sécurité.

Filin qui les pousse à retenir leur force un tant soit peu, à ne pas dépasser un certain stade, celui où ils pourraient briser les os de l'autre. Peut-être sont-ils tout simplement incapable de réellement blesser l'autre, que oui, il y a quelque chose qui les retient. Un petit quelque chose d'inconscient. Toujours est-il que cela convient parfaitement à Bucky, qu'il en a besoin d'agir ainsi, pas de douceur, pas de tendresse, ça va au delà de la passion et de la fougue et il en redemande. Aime moi mais pas en douceur.


(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Ven 10 Aoû 2018, 18:09

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Auraient torts ceux qui penseraient que Steve n'était qu'un gentil garçon, propre sur lui, que la veste en cuir n'était qu'un effet de style pour aller avec la moto. Ils auraient tout aussi torts de croire que son arrogance cachait une simple naïveté. Steve avait toujours eu cette part d'ombre au fond de lui, il n'était pas un garçon gentil et propre sur lui mais un homme avec des valeurs et des principes, ce qu'il trouvait différent. Il se fichait bien, la plupart du temps, de paraître gentil ou méchant, il avait compris au fil des ans que les choses étaient plus compliquées qu'un "tu es gentil ou méchant mais pas les deux, tes ennemis sont méchants mais surtout pas gentils". C'était venu sur le terrain, cette expérience et ce changement de mentalité. Mais il ne fallait pas croire qu'il était un gentil garçon, il en était bien loin en réalité. Il suffisait de voir combien de fois le gouvernement l'avait déclaré ennemi publique numéro un, combien de fois il avait été recherché, combien de fois sa tête avait été mise à prix, combien de fois il avait ouvertement désobéit au gouvernement pour faire ce qu'il voulait faire, ce qu'il devait faire. Alors oui, loin d'un gentil garçon et il semblerait que Bucky aussi l'ignore, il suffisait de voir sa surprise quand Steve se rebellait . Il apprendrait bien vite, lui aussi, il n'en doutait pas. Mais il n'était pas non plus un vilain garçon. Là, il laissait juste ses sens parler, son instinct parler, se dire qu'ils avaient tout deux grand besoin de se défouler et qu'il semblerait que cette brutalité soit le meilleur moyen qu'ils aient en leur possession.

Il lui avait mordu la lèvre sans faire attention à s'il lui avait fendu la lèvre, il n'avait en tout cas pas eu le goût du sang dans sa bouche, c'était déjà bon signe, ou pas. Il ne pensait pas non plus au fait que demain, tout le monde verrait la trace sur le visage de Bucky, la trace de morsure. Bucky ne lui semblait pas guérir aussi vite que lui. De toute façon à se jeter contre les murs, à s'engueuler comme ils l'avaient faits, plus généralement à vivre à deux comme ils vivaient actuellement, il fallait être complètement idiot pour croire que ce n'était que de l'amitié et ceux qui continuaient à croire que ce n'était que de l'amitié allaient vite comprendre de quoi il en retournait, en vérité. Il n'y pensait pas, de toute façon. Tant pis, ainsi soit-il. Si cela doit s'apprendre, cela s'apprendra, c'était, honnêtement, le cadet de ses soucis. Il avait bien plus grave sur la conscience, bien plus important que le fait que les autres sachent qu'ils étaient en couple.

(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Ven 10 Aoû 2018, 21:24


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

C'est un étrange mélange dans sa tête entre sa colère et ses envies qui le prennent, l'envie de dire encore et encore à Steve ce « tu es mien » et que Steve le lui redise une nouvelle fois. L'envie de lui montrer à quel point il peut l'aimer, que tout son être n'est tourné que vers Steve et ne ne sera toujours que tourné vers lui. Le lui montrer avec cette brutalité parce que, oui, Bucky est toujours blessé que son homme ait pu se mettre en tête qu'il voulait rompre. Bucky va lui montrer ce qu'il en est vraiment. N'oublie jamais que je t'aime. Mais surtout n'en doute plus jamais. Décidément, il est toujours furieux que son homme en soit venu à douter ainsi et le lui ait dit, des conneries plus grosses que Steve que ceci. Il semble aussi que pour son homme aussi il y ait une certaine colère latente mais elle, si Bucky était en état de réfléchir, il comprendrait que Steve a toujours besoin de se défouler. Sauf qu'il n'est pas en état de réfléchir, juste d'agir et de réagir et de finir par s'imposer ainsi auprès de son homme.



(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Ven 10 Aoû 2018, 23:29

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Sam 11 Aoû 2018, 14:11


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head


(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Dim 12 Aoû 2018, 01:44

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Dim 12 Aoû 2018, 15:55


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head



(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Lun 13 Aoû 2018, 20:47

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

Lean on me. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» you know you can lean on me ◊ Pete (terminé)
» Atheo Kaizoku Sakki Lean
» We all need somebody to lean on – LIAM&JULES
» Nëya Vil'Lean
» WE NEED SOMEONE TO LEAN ON の MACKENZIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan :: Downtown :: Bâtiment des Docks-