RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Dominic Fortune, Richard Rider
Alexi Shostakov & Elliott Proctor sont très attendus.

Partagez|

Lean on me. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Lun 02 Juil 2018, 23:19


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Il ne contrôle pas grand chose, il est quasiment en roue libre dans ses réactions et ne peut pas faire semblant que ça ne l'atteint pas. Pas alors qu'ils sont en privé, qu'il n'y a plus personne autour d'eux, Bucky a réussi à tenir devant les autres et c'est déjà un miracle en soi. Surtout après ces deux fichues années de guerre pendant lesquelles il a dû garder son masque, pendant lesquelles il ne pouvait décemment pas montrer la peur qui lui enserrait les entrailles à chaque journée qui a pu passer. Et encore, ils ne pensaient être que deux meilleurs amis à ce moment là et ça a déjà un calvaire d'en montrer le minimum possible aux autres mais aussi à Steve. Alors là, que leur relation a évoluée, qu'elle a pris sa réelle place et qu'ils sont seuls, il est encore moins capable de cacher quoi que ce soit. Peut-être qu'il aimerait y arriver à ne rien montrer, à garder ce masque froid et impassible mais c'est peine perdue.

Tout ce que Bucky peut faire, c'est laisser Steve parler pour ensuite essayer de lui montrer que tout est à double sens, le lui dire aussi calmement que ce dont il est capable en cette soirée. Tête de mule...Son homme qui en remet une couche et quoi ? Alors c'est ça, ça va être de sa faute maintenant si Steve fonce ainsi tête la première ? Suite à Azzano il veut bien, suite à leurs « retrouvailles » modernes d'accord aussi, suite aux manipulations de Zemo là aussi, Bucky veut bien plaider coupable mais tout le reste. Toutes ces fois pendant ces deux guerres où Bucky ne pouvait que le suivre et veiller sur lui pour qu'il rentre en vie, ça va être à cause de lui que sa moitié a foncé ainsi ? Désolé mon cœur mais je me souviens parfaitement de notre conversation du premier soir. De leur arrivée dans cette époque, quand Steve lui a dit et l'a remercié d'avoir été là, de l'avoir suivi dans toutes ses idées même les plus suicidaires. Cela va aussi être pour lui que Steve a foncé ainsi sur Venom ? Non, c'était pour tous ces civils sur Time Square mais justement son homme a foncé sans réfléchir, encore une fois.

- Ce n'est même plus de la peur à ce stade là.

C'est dans un bref rire amer que Bucky lui dit ça, sa moitié n'a vraiment aucune idée de la trouille qui peut l'habiter quand il le voit agir ainsi. C'est sorti ainsi et s'il aurait encore bien des choses à lui dire, il s'abstient sur ce coup là, déjà parce que ce qu'il pourrait dire à Steve, bah son homme le sait déjà. Tu n'es pas invulnérable. Tu peux le nier mais tu t'es toi-même fait peur plus d'une fois et je l'ai vu. Tu est impossible à retenir alors je ne peux que te suivre ou prendre les devants. On s'entraîne l'un, l'autre et ça ne va pas en s'arrangeant. Si tu ne prends pas soin de toi par toi-même, je le ferais à ta place et pas dit que tu aimes ça. Il s'abstient de dire autre chose aussi parce que Bucky ne sait pas s'il ne va pas s'énerver, qu'il voit venir une vraie dispute entre eux et dieu sait de quoi il pourrait être capable si le ton monte vraiment, peur de perdre totalement le peu de contrôle et de retour au calme qui a pu s'instaurer en lui.

La suite...Le brun prend une profonde inspiration et souffle sans doute trop bruyamment tout en détournant le regard. C'est reparti pour un tour. Il faut vraiment que Steve parle de ça ce soir ? De sa possible mort ? Oui, je t'ai promis de reprendre le flambeau mais je ne t'ai jamais promis de vivre. Survivre le temps de venger Steve d'accord mais après par contre. Tu as bien trop confiance en moi là dessus...Bucky n'a pas la même force de caractère que sa moitié, il ne se voyait déjà pas faire de vieux os alors qu'ils étaient amis alors maintenant...Et non il ne vaut mieux pas imaginer ce dont Bucky serait capable s'il perdait Steve ou plutôt, il en a au contraire une bonne idée ; il n'aurait plus de raison de retenir le Winter Soldier, de ne pas redevenir cette machine, plus d'émotions qui puissent l'assaillir.

D'ailleurs c'est de lui dont il s'agit par la suite, ou d'eux, c'est confus par moment parce qu'ils sont deux mais un seul à la fois, parce tout en étant dissocié, ils sont les mêmes. Parce que c'est nouveau mais c'est de plus en plus que ce que l'un des deux veut l'autre le veut aussi. Et ce matin, ils voulaient tous les deux tuer Venom, faire couler son sang, de quoi se faire peur à soi-même n'est-ce pas. Tout ça parce qu'il a beau dire mais il arrive quand même à le contrôler, à le laisser effleurer sans que ça ne dégénère, sauf ce matin et que pour le moment il refuse de s'avouer qu'ils sont de moins en moins dissociés. Mais que c'est loin d'être au point comme il a pu le voir ce matin même surtout que normalement quand il prend le dessus il agit froidement et méthodiquement, pas comme ça. Steve semble saisir plus ou moins de quoi il retourne vraiment, et ça agace Bucky qui aurait voulu que sa moitié n'ait pas à se soucier de ça en plus. Autant d'habitude et sur le reste ce « on » est rassurant, autant là, pas tant que ça.

- Par mon code d'activation peut-être...

Peut-être est-ce la solution pour qu'il cesse d'en faire qu'à sa tête et encore que c'est le premier vrai incident en plus de deux ans, un miracle.

- Je sais que c'est important mais je retrouve pas pourquoi et qui il est..

Est-ce qu'on la sent son impuissance sur ce coup là et qui le frustre ? Sans doute que oui. Pour autant, Bucky n'est toujours pas décidé à regarder de nouveau Steve dans les yeux, pour le moment du moins, c'était trop tout ça pour lui, la journée ne semble pas vouloir se finir et oui il confirme que c'est fichu pour arriver à dormir cette nuit. Il restera éveillé toute la nuit, avec un peu de chance collé à son homme ou à moitié sur lui comme depuis qu'ils dorment ensemble mais trouver le sommeil. Sauf que finalement, il ne s'attendait pas à ça et cette fois, il relève les yeux sur Steve, notant son sourire tout autant que le ton qu'il peut employer. Et oui c'est trop tout ça et cette fois c'est plus qu'avoir les larmes aux yeux, surtout parce que sa moitié met des mots sur ses pensées de tout à l'heure. Un avenir ensemble, au calme, loin de tout conflit.

- Je le sais, oui et je t'aime aussi, Steve. Fais attention à toi, tout court, mon cœur si tu veux vraiment faire quelque chose pour moi et je ferais la même chose.

C'est Bucky qui se penche finalement pour venir coller son front contre son épaule, dans son cou, trouvant ainsi refuge le temps de tenter de calmer ce maelström d'émotions. Au moment même où Steve lui rappelle la présence du chat sur ses genoux qui d'ailleurs bouge, dérangée par le fait qu'il ait lui-même bougé. Ah, c'est vrai qu'il a sa main contre elle, sa main droite et que même s'il la sent contre sa paume, il l'avait un peu zappée.

- Oui, du coup, j'ai pas d'idées de nom et toi ?

Vu que maintenant Tasha est à exclure du point de vue de Bucky, il faut qu'ils trouvent autre chose.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Dim 29 Juil 2018, 20:59

lean on me
stucky

« I THINK WE HAVE AN EMERGENCY. IF YOU THOUGHT I'D LEAVE YOU, THEN YOU WERE WRONG, CAUSE I WON'T STOP HOLDING ON. SO, ARE YOU LISTENING ? SO, ARE YOU WATCHING ME ? IF YOU THOUGHT I'D BREATHE, THEN YOU WERE WRONG BECAUSE I WON'T STOP HOLDING ON. THIS IS AN EMERGENCY, SO, ARE YOU LISTENING ? AND I CAN'T PRETEND THAT I DON'T SEE THIS. IT'S REALLY NOT YOUR FAULT AND NO ONE CARES TO TALK ABOUT IT. I'VE SEEN YOU CRY WAY TOO MANY TIMES WHEN YOU DESERVED TO BE ALIVE,. SO, YOU GIVE UP EVERY CHANCE YOU GET, JUST TO FEEL NEW AGAIN, I THINK WE HAVE AN EMERGENCY. »
Il faisait ce qu'il pouvait pour calmer le jeu mais aussi faire comprendre à Bucky ce qu'il se passait de son point de vue. Il fallait que Bucky se le rentre dans le crâne, qu'ils ne pouvaient plus agir comme ils l'avaient fait toutes ces années, car à chaque fois ils s'étaient perdus l'un l'autre et il était hors de questions que cela recommence. Ils devaient apprendre de leur erreurs, de leur passé, sinon ils n'iraient pas bien loin. Il fallait que Bucky se rentre ça dans le crâne une bonne fois pour toute sauf qu'il venait à être à court de mots, il voyait la panique dans le regard de sa moitié, il voyait ses réactions comme il voyait que Bucky essayait de lui indiquer que tout ce qu'il disait était ce que Bucky pouvait lui-même lui dire. Mais soit. Il savait que lui aussi devrait faire des efforts là-dessus et que Bucky ne pouvait pas être le seul à essayer de changer.

Ils s'entraînent l'un l'autre et cela continuera longtemps ainsi mais justement il ne voulait pas que cela continue sur cette lancée. Ils devaient se tirer vers le haut, pas vers le bas. Il se passait une main vers le visage, Bucky ne rendait pas la conversation facile, à croire qu'il faisait exprès de ne pas comprendre ce qu'il voulait dire, où il voulait en venir. Il valait mieux rester calme et patient, quitte à devoir être un peu plus dur voir froid. Tu peux être amer et utiliser ce ton Bucky, ça ne changera rien à la situation et à ce que j'essaie de te dire, je ne changerai pas d'avis du tout.

Garder son calme pour deux, relativiser pour deux, ce n'était pas toujours facile, il sentait l'agacement émaner de Bucky et ça ne l'aidait pas à garder son sang froid. Il pouvait juste se faire plus dur dans son regard, l'air de dire, calme toi s'il te plaît, je n'ai pas la tête à ça. Ce n'était pas toujours facile de garder son sang froid, surtout face à Bucky qui pouvait l'émouvoir plus facilement que n'importe qui.

Son code d'activation ? Steve durcissait ses traits sans trop s'en rendre compte, davantage. Plus froid, plus dur. Même pas en rêve.

« Hors de questions de réveiller le soldat de l'Hiver avec le code d'activation. Tu oublies ça tout de suite. »

Ça ne l'amusait pas d'être aussi froid avec lui mais c'était surtout pour qu'il comprenne que c'était hors de questions et qu'il n'y avait même pas à discuter, qu'il fallait penser à autre chose car ça ne serait pas négociable. Il devait y avoir mille et une autre possibilités mais pas celle-ci.

Il lui fallait souffler et rebondir sur leur situations, faire comprendre à Bucky que tout ceci n'était pas la fin, que ce n'était qu'une petite ombre, un nuage au dessus de leur tête et point. Il lui disait ces mots d'amour, essayait de lui sourire pour rebondir sur tout ça et l'inspirer à sourire aussi. Mais la réponse de Bucky manquait surtout de le faire soupirer. Je viens de te le promettre Bucky alors pourquoi tu insistes comme ça ? Pourquoi rebondir là-dessus alors que je viens de te le dire ? Il levait les yeux au ciel. Bucky venait contre lui et Steve le serrait davantage, caressant son épaule puis son bras avec une certaine tendresse, espérant que le nuage qui lui paraissait limite être un orage s'apaise et disparaisse. Parler du nom du chat était peut-être préférable finalement. Hm, un nom, il haussait les épaules.

« Je n'en n'ai pas la moindre idée... »

Il manquait d'inspiration pour le coup, il ne voyait pas du tout comment on pouvait appeler un chat, comment on s'inspirait. Ok le chat était noir, elle avait des yeux bleus, c'était une petite demoiselle. Hm. Il haussait à nouveau les épaules, faisant quand même attention à la tête de Bucky. Il n'avait pas la tête à ça il fallait dire, ça n'aidait pas. Il avait un gros coup de mou, un coup de barre, devoir autant prendre sur lui n'avait pas aidé et il n'avait pas fait son deuil, n'en n'avait pas eu le temps et avoir un peu craqué précédemment n'était pas assez. Il avait besoin de faire ça à sa manière, prendre du recule, être seul, c'était ce qu'il était entrain de se dire, que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Sans vouloir obligatoirement repousser Bucky, il voulait juste faire ça seul. Il avait l'idée d'aller prendre une douche pour ça. Après ce qu'ils avaient fait ce matin à Time Square, on ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir envie de se décrasser une seconde fois, non ? Sauf qu'il savait que s'il relâchait Bucky, ça allait être la panique à bord sauf qu'il n'avait pas forcément les moyens de gérer ça à cet instant. Il serrait donc un peu plus Bucky contre lui et fermait les yeux en posant sa tête sur la sienne.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Mar 31 Juil 2018, 16:48


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Leur conversation -pour dire ça ainsi- il en avait déjà plus que marre, Bucky n'avait aucune envie de parler de tout ça ce soir ou même d'en parler tout court. Il sait pourtant que c'est quelque chose de nécessaire mais non, pas ce soir, pas alors qu'il a à peine la maîtrise sur lui-même, que ça pourrait dégénérer encore plus. La peur de perdre totalement le contrôle, de dérailler bien plus sérieusement cette fois mais plus encore la trouille de pouvoir s'en prendre à Steve. Comme il le lui avait dit au Wakanda et c'est toujours d'actualité, Bucky n'a strictement aucune confiance en son esprit. Le brun veut juste que les choses se calment entre eux deux, que la paix revienne même si ce n'est pas la guerre, c'est bien pour ça qu'il n'a rien répliqué de ce qu'il peut avoir en tête. Il n'a strictement aucune envie de se prendre plus avant la tête avec Steve ou de le blesser, même involontairement, d'une manière ou d'une autre. Bucky essaye juste de lui faire comprendre que c'est à double sens tout ça, que si lui doit changer et faire des effort, Steve aussi.

Mais tout l'agace, la situation et ses propres réactions, son incapacité à prendre les choses mieux que ça, il avait presque la sensation d'être un animal sauvage qu'on met aux abois...alors que pourtant son homme reste calme et patient. Son ton un peu trop ferme et froid et ça Bucky le déteste, tout comme il n'aime pas les traits de son visage ou ce qu'il peut lire dans son regard. Le brun s'agace aussi parce qu'il sait qu'il procure des soucis ou du moins des sources d'inquiétudes à Steve et qu'il ne se supporte pas alors que tout ce qu'il veut c'est le protéger et que sa moitié soit aussi détendu que possible. Heureux même. Un échec total pour Bucky qui en entraîne un autre...

Le code d'activation, Bucky est pourtant sûr et certain que la solution se trouve là, que ce n'est que par son code qu'ils pourront tenir le Winter Soldier en laisse et l'empêcher de prendre le dessus. Cela ne veut pas dire qu'il n'aurait pas encore du travail à faire sur lui-même mais ça serait un bon point de départ si Bucky n'avait plus cette épée de Damoclès en permanence au dessus de la tête. Sauf que sur le coup, il ne voit pas comment on pourrait le lui ôter de la tête ce code. Alors le plus simple serait que Steve l'active vu que le Winter Soldier n'obéit qu'à celui qui l'active, l'activer pour mieux le désactiver. Si Steve lui donne l'ordre de cesser, peut-être que ? Ou du moins que son homme apprenne le code au cas où...Sauf que la réponse de Steve est plutôt claire et sans appel et Bucky n'a pas la force de lutter encore contre sa moitié, surtout pas ce soir alors qu'ils sont tous les deux dans un état pitoyable.

Pour la suite, le brun n'a pas la sensation d'insister bien au contraire, Steve vient de lui dire qu'il ferait tout pour lui et Bucky lui dit la seule chose qu'il veut ; ne jamais perdre son homme d'une manière ou d'une autre. Surtout que Steve a quand même osé revenir sur une potentielle mort, est-ce qu'il se rend compte comment ça peut l'ébranler tout ça ? Sans doute que oui vu que c'est Steve qui a subit de plein fouet sa « mort » puis sa disparition après leur combat au Triskelion. De quoi lui faire verser des larmes cette fois, pour ça mais aussi pour ce que son homme vient de lui dire, un avenir à deux, au calme, c'est tout ce que Bucky souhaite, eux deux au calme quelque part, un jour prochain ou plus lointain. Avoir la paix, trouver enfin le repos, le vrai même si ça n'effacera jamais son passé.

Finissant la tête dans le cou de Steve, il a ce besoin de trouver refuge contre lui pour se calmer et peut-être que ça calme un peu son homme également. Bucky ne se soucie pas vraiment de la demoiselle chat sur ses genoux, juste pour voir si Steve a une idée, se disant aussi que de parler d'autre chose leur fera du bien. De toute manière, ils se sont tout dit, non ? Il n'a juste pas du tout la tête à réfléchir à un nom pour la boule de poil et son homme n'est pas mieux, il suffit de sentir ses haussements d'épaules pour le savoir. Le brun était surtout dans ses pensées à tenter de se calmer comme il le peut pour ne pas peser encore plus sur Steve. Murmurant au bout d'une bonne minute.

- Bast ?

Comme la déesse panthère du Wakanda. Après tout la puce est noire et peut faire une mini panthère pas du tout impressionnante mais bon. Mais finalement à quoi ça rime tout ça, ce n'est pas en cherchant le nom du chat qu'ils vont aller mieux tous les deux. Encore une fois, ils ont besoin d'un peu de temps mais surtout Bucky sent dans les moindres mouvements de Steve que ça ne va pas et que ça ne va pas aller en s'améliorant. Certes il a besoin de Steve près de lui après une journée pareille mais son homme peut avoir encore besoin de solitude, il n'est pas parti faire un tour pour rien tout à l'heure. Et Bucky tout en aimant autant sa moitié, ils ont bien vus que par moments, il a aussi besoin d'être seul avec lui-même, ne serait-ce qu'en étant perché sur une chaise devant une fenêtre ou allant faire un tour sur le toit. Raisonnement peut-être simpliste mais comme, encore une fois, ils fonctionnent de manière similaire, autant tenter les choses. Sans oublier que son homme lui a dit ne pas avoir eu le temps de faire son deuil plus les événements de la journée et Bucky lui ajoute un poids supplémentaire là.

Inspirant l'odeur de son homme avant de poser un baiser dans son cou, redressant la tête délicatement étant donné que Steve a posé la sienne sur celle de Bucky. Jusqu'à pouvoir le regarder.

- Il ne faut pas que tu gardes tout ça en toi et pourtant tu le fais à cause de moi. Tout comme je sais que tu te refuses à craquer devant moi...Ce que je ne sais pas c'est ce dont tu peux avoir besoin, retourner faire un tour dehors, sur le toit peut-être ? Ou reprendre une douche ? Mais fais-le, ne reste pas là pour moi.

Bucky se penche en avant pour déposer un baiser sur son front.

- Je sais que ce n'est pas parce que tu as envie ou besoin d'être seul que ça change quelque chose entre nous.

Déposant cette fois un baiser contre ses lèvres.

- Ça va aller, je t'assure.

Et puis Bucky n'était pas vraiment seul maintenant qu'il y a la boule de poil avec eux, ça va juste être difficile de ne pas avoir Steve sous les yeux ou d'être collé à lui pendant ce temps là mais eh ça serait égoïste ne pas penser à ce qui peut être le mieux pour son homme. Surtout qu'il va largement y survivre à une séparation de quoi une heure ou deux selon le temps dont Steve a besoin.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Sam 04 Aoû 2018, 00:26

lean on me
stucky

« I think we have an emergency. If you thought I'd leave you, then you were wrong, cause I won't stop holding on. So, are you listening ? So, are you watching me ? If you thought I'd breathe, then you were wrong because I won't stop holding on. This is an emergency, so, are you listening ? And I can't pretend that I don't see this. It's really not your fault and no one cares to talk about it. I've seen you cry way too many times when you deserved to be alive,. So, you give up every chance you get, just to feel new again, I think we have an emergency. »
Il n'aimait pas la tournure des choses mais il n'aimait pas la façon dont Bucky parlait non plus, il n'aimait pas cette façon négative qu'il avait de se voir et les idées idiotes qui pouvaient lui trotter dans ces moments là. Comme s'il perdait le contrôle de tout ça et sa fatigue ne l'aidait pas à avoir plus de patience... Alors ... Steve se renfermait sur lui-même, comme chaque fois qu'il était énervé, agacé ou attristé, ses traits devenaient plus durs, il était plus froid, plus distant, plus tendu. Besoin de craquer et besoin que Bucky arrête ses conneries une bonne fois pour toute.

Il avait l'impression d'entendre certaines choses à travers les mots de Bucky, notamment une incertitude sur eux, comme si Steve pouvait vouloir qu'ils se séparent ou comme s'il regrettait quelque chose. Bucky en était blessant. Ils se blessaient tous les deux et Steve n'avait, ce soir, pas la force d'essayer de relever tout ça, il était trop épuisé. Et il savait aussi, dans le fond, que parfois, la meilleure des choses à faire c'était de se taire pour ne pas envenimer les choses. Sauf qu'à lui dire et agir ainsi, Bucky le blessait, ce manque de confiance en eux le blessait, ces idées le blessaient, que ce soit l'activer ou que Bucky s'entête à ne pas l'écouter quand il lui disait qu'ils devaient apprendre à s'entraîner pour limiter la casse et ne plus agir sur des pulsions comme ils l'ont toujours faits. Steve ne pourrait plus supporter sa perte, ce serait beaucoup trop, surtout maintenant que tous leur véritables sentiments avaient explosés. Impossible de s'imaginer vivre sans Bucky et il savait que l'inverse était tout aussi vrai, sauf qu'il devait mettre les choses au clair avec Bucky. On s'aime et on doit veiller l'un sur l'autre mais pas en fonçant comme des crétins irréfléchis dès que l'autre est en danger. Lui s'était excusé mais voir que Bucky ne semblait pas comprendre le blessait.

Il aimerait plus que jamais qu'ils aient un lieu loin de tout ça, qu'ils puissent vivre une vie paisible à deux, là où, surtout, Bucky pourrait se reposer et se reconstruire en paix loin de l'agitation du monde. Même si lui, en aurait vite marre et étoufferait parce qu'il voudrait profiter de ses capacités pour faire de ce monde un monde meilleur, il prendrait sur lui pour se reposer auprès de Bucky. Toujours avec lui. Il hochait un peu la tête au nom du chat, Bast, pourquoi pas. Il comprenait la référence, il espérait juste que ce ne serait pas insultant pour les Wakandais.

Va pour Bast. J'aime beaucoup.

Même s'il était blessé, il le gardait contre lui, Bucky était juste chanceux d'avoir ce chaton sur les jambes parce que Steve aurait pu se montrer un peu plus virulent. La seule raison pour laquelle il ne le secouait pas, c'était cette boule de poils attendrissante sur ses genoux. Ils ne tireraient plus rien de leur conversations et l'un comme l'autre semblait le savoir puisqu'ils n'en parlaient plus, commun un accord tacite. Il le serrait tout contre lui car il en avait besoin aussi, de ça, le sentir contre lui. Le serrer un peu trop fort peut-être mais il en avait besoin. Il frémissait au baiser dans son cou, relevant la tête quand Bucky va pour relever la sienne. Hm ? Il aurait pu rester là et essayé de s'endormir ainsi posés, Bucky contre lui. Mais il semblerait que le repos n'était pas encore pour maintenant.

Les mots de Bucky... Le blessaient davantage. Cela devait se voir à son regard. Steve encaissait, encaissait, encore et encore mais venait le moment où il en avait assez. Il soufflait alors ;

Bon sang, Bucky, cesse de dire que tout est toujours à cause de toi...

Un soupir, il n'avait pas dis ça méchamment, c'était plus de la fatigue et de la lassitude qu'autre chose. Il fermait les yeux au baiser sur son front. Il lui rendait ensuite son baiser avant qu'il ne se recule. Hm. Il allait finir par croire que c'était Bucky qui avait un problème avec cette relation à force de le voir la remettre en cause ou croire que Steve pourrait le faire alors que pour lui, c'était parti, c'était bon, ce ne serait pas quelque chose qu'il remettrait en doute ou en cause... comme avec leur amitié, finalement. Il était à fleur de peau et Bucky le blessait un peu plus à chaque fois. Steve essayait de se raisonner comme il le pouvait. Sauf qu'il finissait par se frotter les yeux de sa main libre puis se lever. Il avait pesé le pour et le contre de cet acte, juste celui de se lever. Bucky lui disait ça mais il y avait fort à parier qu'il finirait blessé aussi s'il partait. Sauf que c'était trop et que Steve finissait par se lever et aller vers la porte. Un regard vers Bucky, sorte de "je suis désolé", désolé de ne pas être si fort qu'il aurait du l'être pour deux, pas aussi parfait qu'il aurait du l'être. Il sortait pour se rendre sur le toit, tout simplement. Les yeux noyés par les larmes, surtout. Il aurait aimé se blottir contre Bucky mais la situation devenait trop étouffante et le canapé trop inconfortable.

Aller sur le toit, profiter de l'air marin, l'air frais qui s'abattait sur son visage. Pourtant ses yeux rougissaient, gonflaient mais il ne parvenait pas à craquer. C'était les restes du jour de leur arrivée, quand il aurait du craquer mais que son homme était arrivé. Ce côté sombre qui menaçait de tout exploser à tout instant. Sauf qu'ici, il n'y avait rien à exploser pour son plus grand malheur, il ne pouvait que s'asseoir sur un rebord et profiter du vent. Il était assis sur une face, face à l'eau à quelque mètres, les pieds dans le vide. Besoin d'être seul. Autant qu'il avait besoin d'être avec Bucky mais que celui-ci cesse de raconter toutes ces conneries. Finalement il s'allongeait au sol, passant son bras gauche devant ses yeux, gardant juste ses pieds ainsi dans le vide. Fatigué. Crevé. Blessé. Il réfléchissait vite et à beaucoup de choses à la fois, trop de choses même. Se concentrer quelque minutes sur lui pour ensuite penser à tout ce qu'ils allaient devoir faire ces prochains jours pour récupérer les vilains dans la ville. Il en avait marre de toutes ces conneries. Il avait besoin de refaire le point sur tout ça, se remettre les idées en place, se réorganiser. Peut-être pleurer un bon coup et ne pas imposer ça à Bucky qui avait déjà beaucoup sur la conscience, beaucoup sur le dos. Ne pas lui imposer ça alors que c'était Bucky qui avait le plus besoin d'aide. Il culpabilisait de ne pas être si fort qu'il aurait du l'être. Deux ans d'apocalypse et de morts partout et pas même le moyen de se mettre une cuite pour oublier ça le temps d'un soir. Il repliait finalement ses jambes contre lui en se redressant, le ciel s'assombrissait quand il regardait l'eau au loin. Moment où il avait besoin des bras de Bucky mais refusait de lui imposer cet état. L'envie de s'étaler dans leur lit, avoir Bucky contre lui et dormir un peu, tout en sachant qu'il ne parviendrait pas à dormir avec tout ce qui lui trottait. Il n'avait pas de problèmes à reconnaître qu'il avait besoin de Bucky, juste qu'il ne voulait pas imposer ça à son homme qui avait déjà beaucoup sur la conscience pour se rajouter les états d'âme de Steve. Mais il se disait aussi, en se raisonnant, que c'était ça aussi, un couple. Partager ça à part égal. Hm...

Finalement être seul avait du bon, ça lui permettait de réfléchir plus posément. Il avait passé tant d'années à ne pouvoir se poser sur personne, à être seul, qu'il avait oublié cette possibilité, se reposer sur quelqu'un mais surtout, s'ouvrir à quelqu'un. Sauf que s'il y avait bien quelqu'un à qui s'ouvrir, c'était Bucky. Cela avait toujours été Bucky. Ce serait toujours Bucky. Peut-être qu'il ne rajouterait pas de problèmes à Bucky en parlant des siens, il parlerait juste et Bucky le réconforterait, après tout, c'était ce que Steve avait fait tout ce temps et Bucky ne lui avait jamais posé de problèmes, du moins, à ses yeux. Il finissait donc par se lever après peut-être trente, quarante minutes à être resté perché là. Descendant finalement jusqu'à leur appartement et ouvrant discrètement la porte pour le chercher du regard, le coeur serré, les yeux rougis. Il fermait la porte, s'avançait dans l'appartement.

Bucky ...?
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Sam 04 Aoû 2018, 20:28


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Même si Bucky ne se supporte plus, même s'il n'est plus que l'ombre de celui qu'il a été, il semblerait qu'il a encore une certaine fierté qui le pousse à se rebeller, à réagir aux paroles de Steve. Mais surtout son homme l'a profondément blessé en lui sortant qu'il ne lui fait pas confiance alors que rien est plus faux que ça. Si encore Steve s'était arrêté là, ça aurait pu passer mais il a poursuivi, disant clairement à Bucky que c'est lui qui doit faire des efforts. Mais putain si tu avais pas foncé ainsi ce matin, je ne m'en serais pas mêlé. Et ça, sa moitié ne semble pas le voir, il ne semble pas piger que Bucky ne pouvait pas faire autrement, qu'il n'a jamais pu faire autrement, c'est juste décuplé maintenant qu'ils sont en couple. Steve ne semble pas le comprendre quand il lui dit que c'est à double sens. Blessé, épuisé et la trouille vissée au corps, tout pour que Bucky se referme de plus en plus sur lui-même et que ça parte en vrille malgré le fil tenace le raccrochant à la réalité.

Au milieu de tout ça, ils ont visiblement trouvé un nom à la boule de poil, ce n'est certainement pas le plus important mais c'est toujours ça de fait. Mais comment relativiser là dessus justement avec tout le reste et Bucky qui prend sur lui dès lors pour dire à Steve les choses, si son homme continu à tout garder pour lui ce n'est pas bon. Le brun pourrait le pousser à craquer devant lui comme il l'a fait le jour de leur arrivée mais il a ses propres réactions à prendre en compte. Sauf que...Tu te fous de ma gueule Steve ? Il y a quoi, dix minutes par là, son homme est venu lui reprocher que c'est bel et bien à cause de lui qu'il fonce toujours dans le tas et là il lui dit ça ? Ou comment blesser Bucky un peu plus encore, faudrait savoir ce que tu dis...Pourtant il prend sur lui encore et encore, ce qui en soit n'est pas bon du tout là.

Et quoi encore ? Il le voit l'air blessé de son homme mais ne le comprend pas. J'ai dit quoi encore ? Parce que franchement il ne fait que prendre les devants et dire à Steve exactement ce qu'il pourrait dire à Bucky. Steve qui passe son temps à lui dire et redire que jamais rien ne pourra changer entre eux, comme si Bucky en doutait de base, comme s'il pouvait avoir des doutes sur eux alors que c'est bien la seule chose dont il est certain dans sa vie ; son amour pour Steve, la confiance en leur couple. C'est vexant et blessant d'ailleurs ça aussi...Ou alors c'est Steve qui doute d'eux, qui doute de Bucky parce qu'il commence à prendre l'ampleur des emmerdes que Bucky se traîne...Parce que sa moitié a enfin ouvert les yeux sur le fait qu'il ne sera plus jamais le Bucky d'autrefois...

Pensées sombres par excellence qui lui font serrer les dents lorsque Steve se lève et s'éloigne. Certes c'est Bucky qui le lui a proposé mais il s'attendait à entendre Steve lui parler, lui dire qu'il allait revenir et là...rien. Il le suit pourtant du regard, visage fermé, se faisant violence pour ne pas bouger du canapé et rejoindre Steve. Pour quoi d'ailleurs ? Supplier sa moitié de ne pas partir ? De ne pas le laisser ainsi ? De ne pas le laisser tout court ? Non, Bucky ne suppliera personne pas même Steve même s'il a un besoin vital de l'avoir près de lui. Même si Bucky a conscience d'être dépendant de Steve, peut-être trop. Puis rester ensemble pour qu'ils continuent à se blesser mutuellement, c'est du suicide que de faire ça. Il le lit, là encore, le regard de Steve mais pourquoi est-il désolé en réalité ? Bucky n'en a strictement aucune idée, tout ce qu'il sait c'est qu'il a l'impression que la porte claque violemment quand sa moitié sort, alors que non ce n'est pas le cas.

Bucky reste quelques minutes les yeux sur la porte, jusqu'à se rendre compte que la demoiselle sur ses genoux est réveillée et qu'elle joue avec les doigts de sa main gauche. Reportant son regard sur elle, intrigué par ce qu'elle peut bien faire et par le fait qu'elle ne semble pas craindre cette main de métal. Avant de retirer sa main un peu trop rapidement, non, elle ne doit pas faire ça, pas cette main là, il a déjà du mal à toucher Steve avec alors laisser quelqu'un d'autre même un chat le faire, hors de question. Sans compter qu'il a l'impression d'avoir encore le sang de Venom sur ses doigts même si ce n'est pas réel. Finissant par la prendre et la poser sur le canapé pour lui se lever, réfléchissant en même temps à tout ce qu'il vient de se passer avec Steve. Récupérant l'assiette ayant servie à donner à manger au chaton pour l'emmener à l'évier de la cuisine et la poser dedans. Attrapant ensuite un verre dans l'intention de le remplir et de le boire, s'arrêtant pourtant au bout de deux gorgées bien qu'il ait encore soif et là est le problème justement...

Depuis une semaine qu'ils sont là, Bucky a commencé à prendre l'habitude de boire et manger à sa faim, une erreur que de faire ça, un bon soldat ne doit jamais être rassasié pour que son corps reste en permanence en état d'alerte ! Il avait été trop lent le matin même à viser Karla, il avait perdu Steve des yeux quelques instants et c'est de là que tout est parti, s'il avait été plus prompt à réagir, l'inconnu n'aurait pas pu s'en prendre à Steve et ensuite il n'y aurait pas eu son pétage de plomb. Tout est parti de Bucky. Donc oui, son homme a raison, tout est à cause de lui même s'il est allé lui dire l'inverse avant de partir. Ce qui ne fait que l'énerver un peu plus contre lui-même, ce qui fait dévier son esprit vers le reste des événements et un de leur deux « invité » à la cave, le seul à ce jour capable de l'activer si Bucky en approche de trop. De quoi l'énerver un peu plus encore et Steve qui ne veut rien entendre sur son code pourtant ils vont devoir faire quelque chose là dessus. Bucky va devoir le faire tout seul en tout cas, il ne sait pas quoi encore mais il agira seul, l'idée de cacher quelque chose à Steve le débecte mais il n'a pas le choix, il doit prendre soin d'eux deux.

Ses pensées qui de fil en aiguille le poussent à repousser son verre d'eau et à se diriger vers la seconde chambre, jetant à peine un regard vers la boule de poil toujours sur le canapé. Bucky a peut-être donné l'air de ne pas entendre ou de minimiser les faits mais il a bien tout retenu et il sait que lorsque les choses se seront calmées, Steve va lui reparler de cette histoire d'entraînement. Puisque son homme a parlé de faire de cette chambre une pièce pour ça autant commencer non ? C'est mieux que de ressasser ses pensées noires ou de s'effondrer en larmes ou encore de descendre à la cave et de régler son compte à Zemo, parce que oui, ça lui a traversé l'esprit. C'est mieux aussi que d'attraper ses armes et les démonter pour les nettoyer et les remonter derrière. Virant le matelas du second lit pour le mettre debout contre un mur avant de se mettre à chercher à démonter le dit lit qui se met à grincer à chaque fois que Bucky est un peu trop doux avec. Entassant les morceaux du lit pour passer à l'armoire, la regardant l'air de dire à nous deux ma vieille. Sauf que rapidement elle lui fait de la résistance, ce qui ne fait que le frustrer et lui faire abattre son poing gauche dans une des planches qui craque et cède sous le coup. En même temps comment une simple armoire en bois pourrait résister au coup du super-soldat. Un coup de poing qui en appelle un autre et encore un autre et ainsi de suite, pour être démontée, elle est démontée l'armoire mais à part servir à faire du feu, elle ne peut plus servir à rien du tout.

Ce sont des meow effrayés qui lui proviennent depuis le salon qui le font vraiment stopper ses mouvements et se rendre compte du carnage qu'il vient d'effectuer. Haussant les épaules pour lui-même, Bucky ne va pas culpabiliser d'avoir eu besoin d'évacuer les tensions à sa manière et ce n'est qu'un meuble après tout. Il se demande juste comment il a pu ne pas alerter Stark, Pepper ou même Jess et les Gardiens avec le volume sonore qu'il a dû produire. Sortant de la chambre, Bucky part à la recherche du chaton qui a quitté le canapé pour se réfugier en dessous en fait, levant les yeux au ciel en la découvrant ainsi. Attrapant la demoiselle pour la sortir de sa cachette, lui murmurant un « tu n'as rien à craindre tu sais », repartant avec elle dans la seconde chambre pour lui montrer les choses. Il lui faut bien dix bonnes minutes pour qu'elle cesse de s'accrocher à lui et accepte qu'il la pose au sol, c'est tout en la gardant à l'oeil qu'il entreprend de faire un tas avec les bouts de planches. La voyant se ruer sur un petit morceau avec lequel elle commence à jouer, Bucky hausse un sourcil avant de continuer ce qu'il a commencé. Quand enfin ça ressemble à quelque chose, il approche du chaton qui joue encore avec son bout de bois dans les pattes et sans réfléchir, il s’assoit en tailleur sur le sol près d'elle, se mettant à jouer avec.

Bucky n'est assis que depuis cinq minutes lorsqu'il entend la porte de l'appartement s'ouvrir, pouvant dire avec certitude que c'est Steve qui arrive et ça avant même de l'entendre. Combien de temps son homme est parti en réalité ? Aucune idée, il a perdu le fil des minutes après tout.

- Je suis là.

Il aurait pu préciser où mais Steve va bien le localiser, tout comme il ne bouge pas d'assis sur le sol, il pourrait se lever et partir à sa rencontre mais Bucky hésite, préférant le laisser venir tout seul. Ne sachant pas à quoi s'attendre, ni dans quel état va être son homme. Pourtant en le voyant, son cœur se serre à la seconde où il pose ses prunelles bleues sur son visage, ce qui le fait se relever d'un bond, sans doute trop vite puisqu'il entend un meow et perçoit un mouvement de recul de la boule de poil. Mais eh les considérations d'un chat surtout face à Steve, comment dire que Bucky s'en fout totalement même avec ce qu'il s'est passé entre eux un peu plus tôt. Steve et encore Steve et toujours Steve, il passera toujours avant tout. Malgré tout, Bucky n'ouvre pas la bouche, ne lui demandant pas quoi que ce soit, le brun se contente de l'approcher sans le lâcher du regard, le détaillant, l'observant. Se retenant violemment de prendre son homme dans ses bras, ne sachant pas vraiment si Steve en a envie ou non.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Sam 04 Aoû 2018, 21:27

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Il était seul et être seul n'était pas toujours une bonne chose, Steve le savait, c'était le meilleur moyen de se mettre à réfléchir à des choses auxquelles il ne devrait jamais penser. Ses pensées étaient parfois sombres, très sombres. Natasha s'était déjà amusée à lui dire qu'il était trop dramatique, sa façon gentille de lui remettre les pieds sur Terre quand il partait trop en vrille dans ses pensées. Avec le recule, il était convaincu qu'elle savait ce qu'il pouvait se tramer, à quoi il pouvait penser. Ce qui lui serrait le coeur. Tant repenser à Natasha qu'avoir ses pensées. Pensées qui tournaient souvent autour du "pourquoi eux sont morts et pas moi", pourquoi il n'avait pas pris leur place tout simplement. Il n'avait rien de spécial, son rythme de vie le mettait souvent face à la mort, il jouait avec elle, il la défiait clairement du regard à plusieurs reprises. Il la défiait de le prendre, son arrogance poussait jusque là. Pourtant il se battrait jusqu'à la mort mais quand arriverait-elle ? Il reconnaissait ses actes parfois suicidaires, peut-être même pas que parfois, même s'il estimait qu'il ne faisait jamais que son devoir et qu'il devait ainsi donc prendre les décisions qui s'imposaient. C'était aussi pour ça que pendant longtemps il avait refusé d'ouvrir son coeur à quiconque, pour ne pas que la personne soit blessée le jour où il ne serait pas si chanceux qu'il l'avait été jusque là. Et l'idée d'imposer ça à Bucky lui serrait le coeur, sauf que c'était plus fort que lui, c'était devenu une habitude d'agir ainsi. Il voyait où son homme voulait en venir et cela le blessait parce que c'était une de ses raison de rester seul, se disant qu'ainsi il ne laisserait aucune blessure grave, qu'il n'y aurait pas de vide autre que l'image qu'il avait mais que même pendant sa congélation, il avait pu combler, oui, rien qu'avec son image. S'il pouvait remettre son couple en question, c'était juste pour cette raison là, s'il mourrait, Bucky risquait fortement de tomber avec lui et il refusait de lui faire autant de mal. Il avait été égoïste de se dire qu'il avait besoin de paix et donc craquer ainsi. Faible et égoïste. Peut-être n'était-il pas trop tard ? Si, largement. Ils ne pourraient pas revenir en arrière. Egoïste. En même temps, à ce stade, il ne voulait plus revenir en arrière. Trop épris, trop amoureux, pauvre fou qu'il était. L'idée même d'une telle chose lui brisait le coeur. Il avait juste besoin de temps pour se retrouver avec ses pensées et y remettre de l'ordre. Il se maudissait rien que d'y penser.

Il avait besoin de remettre de l'ordre dans ses pensées. Trop de choses qui passaient. Un mal pour un bien peut-être qu'être seul mais il n'en n'était pas encore à pleurer, c'était de la tristesse mêlée à de l'énervement, entre autres choses. Il n'était pas suicidaire au point de sauter volontairement de ce toit et il avait même pas mal de raisons de rester en vie, les missions entre autres, puis son homme surtout. Il avait toujours des missions en tête, des choses à faire, ça lui permettait de garder le cap, de garder les idées claires, toujours s'occuper. C'était plus complexe qu'il n'y paraissait ce qu'il se passait dans son esprit entre ce qu'il voulait et devait faire puis ce qu'il lui arrivait de faire.

C'est après un certain temps qu'il se décidait à se lever pour retourner dans leur appartement, le besoin de revoir Bucky, le prendre dans ses bras, le serrer si fort que possible. Sentir à nouveau son odeur. Il ne pourrait pas tout lui confier mais il y avait bien des choses qu'il pouvait lui dire tout de même sur tout ce qu'il ressentait. Cette peur viscérale de le perdre ou de lui faire du mal surtout. Pourtant il s'était déjà excusé, lui avait dit qu'il ferait plus attention à l'avenir. Heureusement il n'avait croisé personne sur le chemin et la porte menant aux escaliers du toit était proche de leur appartement. Il fermait la porte derrière lui et il appelait après Bucky, qui se faisait entendre d'un "je suis là".

Steve était un peu penaud, ne sachant pas trop ce qu'il s'était passé du côté de Bucky, il imaginait les choses comme s'étant passées assez mal. Ils étaient vraiment trop similaires parfois et se calquaient trop l'un sur l'autre, ça n'allait pas les aider. Le meilleur comme le pire et voilà une partie du pire qui arrivait et s'imposait à eux après la première semaine quasi idyllique qui n'avait été qu'amour et tendresse entre eux. Il le voyait finalement arriver et presque foncer vers lui, il n'aimait pas cette barrière invisible entre eux.

Il hésitait quelque secondes à peine avant de rompre les derniers pas pour glisser ses bras autour de Bucky et l'attirer contre lui, se disant que s'ils étaient si similaires que ça, s'il en avait envie, cela devait être le cas aussi pour Bucky. Il l'avait donc pris dans ses bras pour le serrer tout contre lui. Peut-être aurait-il du rester encore un peu sur le toit pour prendre l'air et continuer à réfléchir mais rester seul avec ce type de pensée lui faisait plus peur qu'autre chose, c'était devenu un peu trop alors que dans le fond, il en avait besoin. Il ne savait plus. C'était déstabilisant. Le serrant comme si sa vie en dépendait pendant quelque secondes voir quelque minutes. Il posait sa joue sur son épaule et fermait les yeux, inspirant profondément. Il ne voulait pas lui faire subir ça alors qu'il aurait du être fort pour deux mais arrivait cet instant où tout était accumulé et tout demandait à exploser.

Mais c'était ça aussi un couple et il fallait qu'il se le rentre définitivement dans le crâne. Ce n'était pas juste un qui portait l'autre. C'était les deux qui s'aidaient à s'élever, à rester au meilleur d'eux. Peut-être que Bucky avait essayé de lui faire comprendre, déjà, mais il n'avait pas voulu entendre ça. Il avait toujours été clair avec lui-même sauf ces deux dernières années où il n'avait pas eu une seconde pour faire le point avec lui-même. Il finissait par reculer son visage, se redresser juste assez pour regarder Bucky, relever une main contre sa joue. Déposer un baiser sur ses lèvres puis sur son front alors qu'il se redressait vraiment. Un baiser tendre sur son front, à nouveau.

Je suis désolé, Bucky.

Il n'était pas du genre à s'excuser, pourtant. Parce que la plupart du temps il disait ce qu'il pensait et faisait ce qu'il pensait être juste et il se refusait de s'excuser pour ça. Sauf que là, il avait trop été aveuglé et il était forcé de le reconnaître. Désolé de quoi ? Ne pas être aussi solide qu'il aurait du l'être, ne pas être si parfait qu'on s'évertuait à le croire. Il avait ses faiblesses et le montrait, il n'y était pas habitué. Il se sentait surtout illégitime à ça.

J'ai du mal à voir où j'en suis. J'ai toujours été seul, j'ai toujours du composer avec ça. Je n'ai jamais été du genre à m'ouvrir et j'ai toujours pu m'y faire mais avec cette accumulation, j'ai besoin de craquer mais je n'y arrive pas.

Ce n'était pas comme s'il pouvait aller faire un footing ou se défouler sur un sac de frappe pendant un certain temps pour retirer l'accumulation sur les épaules. Là il ne pouvait pas faire tout ça, il devait juste accumuler et fermer sa gueule en attendant que ça lui passe. Sauf que ça ne passait pas. Qu'il ne voyait juste pas comment ça pourrait passer autrement non plus, il avait toujours profité du sport et de s'occuper l'esprit, avoir des journées bien remplies pour bien dormir le soir pour ne pas penser et le matin il se levait tôt exprès pour refaire du sport et se coucher fatigué, bref. Il ne pouvait pas faire ça.

J'ai besoin de toi, mon coeur.

Il savait que Bucky avait besoin de lui mais réalisait surtout maintenant à quel point Bucky avait besoin de lui et c'était réciproque, Steve avait besoin de Bucky et ça lui coûtait beaucoup plus qu'on ne pouvait l'imaginer que l'avouer. Pourtant, Steve relâchait Bucky après un énième baiser sur son front. C'était épuisant tout ça.

Je vais aller me coucher une petite heure.

Une heure ou deux, peut-être même juste quinze minutes, il n'en savait rien. Juste s'allonger pour se calmer et se reposer. Il allait finalement vers leur chambre en commençant à déboutonner son pantalon. Oui, se reposer une heure ou deux ça pourrait lui faire du bien. Pas dormir, juste se reposer, s'allonger dans leur lit. Il n'aimait pas être dans cet état là, ça ne lui semblait absolument pas naturel comme façon d'être. Mais tout irait mieux lorsqu'il aurait pu lâcher tout ce qu'il avait sur le coeur. Il fallait juste qu'il sache comme faire pour attendre demain le fameux footing en question.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Sam 04 Aoû 2018, 23:54


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Ce n'est pas pour rien que finalement l'armoire a tout pris dans la tronche, Bucky en avait besoin pour évacuer une certaine tension mais aussi pour éviter de ressasser encore et encore ses pensées noires. Bien que ça soit plus ou moins peine perdue maintenant qu'il s'est mis dans la tête que peut-être Steve doute de lui ou de leur couple, sinon pourquoi a t-il toujours besoin de lui redire les mêmes choses ? Un moyen de s'en convaincre lui-même peut-être ? Bucky l'a pourtant mis en garde sur ce qu'il est devenu en plus du fait que Steve a pu le côtoyer presque non-stop pendant la guerre. Mais justement pendant la guerre, le brun pouvait donner le change et ne rien montrer à Steve et aux autres mais maintenant il ne peut plus. Penser au fait que même s'ils n'en étaient pas arrivés là dans leur relation, cela serait la même chose, strictement la même chose, Bucky ne peut que continuer à veiller sur Steve. Son homme a tendance à oublier que le brun le connaît par cœur et qu'il est sans doute la seule personne sur cette planète et toute époque confondue à savoir comment il peut vraiment fonctionner. Le seul à savoir que Steve n'est pas que ce qu'il peut bien montrer aux autres, qu'il n'est pas aussi dur qu'il semble l'être, que Steve est bien plus sensible qu'à peu près tout le monde. Son homme est et reste un empathique doublé d'un artiste. Steve est aussi capable de douter de pas mal de choses, certes quand il prend une décision, il s'y tient coûte que coûte mais ça ne veut pas dire qu'au fond de lui, il ne doute pas du bien fondé de sa démarche. Donc oui, Bucky ne peut que le suivre et veiller sur lui même si ça lui déplaît, il ne changera pas d'avis là dessus, surtout en le sachant aussi prompt à foncer tête la première dans le danger. À croire que Steve n'a toujours pas compris qu'il n'a plus rien à prouver au monde ou à lui-même. Oui, même sans cette évolution entre eux, rien ne pourrait changer parce qu'il connaît Steve par cœur.

Bucky doit se ressaisir et faire ce qui s'impose pour eux deux, il doit trouver comment se débarrasser de ce code et tenir le Winter Soldier, trouver comment ne plus faire réellement qu'un avec lui. Cela fait longtemps qu'il a accepté le fait qu'il ne pourra jamais s'en débarrasser et qu'il ne pourra jamais redevenir l'ancien lui. Il fera ce qu'il devra quitte à le faire dans le dos de Steve, quitte à ce que son homme soit furieux contre lui pour un moment. Il fera ce qu'il faut aussi pour protéger sa moité, quitte à le protéger de lui-même et le faire s'énerver, Steve ne veut pas le faire seul, Bucky le fera pour lui. C'est d'ailleurs pour ça que le brun s'est imposé auprès de son homme à leur arrivée, ne pas le laisser seul avec lui-même, en tête à tête. Bucky ne peut que savoir ce qu'il en est de rester à ruminer des pensées dans son coin, à être seul, il l'a vécu quand il a fuit pendant deux ans et ce n'était vraiment pas beau à voir. Justement, c'était avant d'accepter le fait qu'il restera toujours en partie le Winter Soldier, il n'est pas suicidaire et pourtant, plusieurs fois il a posé le canon d'une de ses armes contre sa tempe. Quand il ne détruisait pas tout sur son passage, comme il vient de le faire avec cette armoire ou comme Steve a fait le premier jour dans cette époque. Non, ce n'est jamais bon de rester seul avec ses pensées, il ne dit pas que Steve pourrait avoir ce genre d'idées à la con mais ça n'en reste pas moins qu'il ne doit pas être seul et Bucky regrette d'avoir laissé son homme filer ainsi. Il ne l'a fait que par peur de ses propres réactions, de ce qui pourrait arriver pour un mot de plus, surtout qu'ils se faisaient du mal tous les deux. Cela ne l'empêche pas de le regretter, il aurait dû lutter contre Steve malgré tout et ne pas le laisser en faire qu'à sa tête. Il doit vraiment se ressaisir et faire ce qui doit être fait, pour lui, pour son homme, pour leur relation.

Pour autant quand sa moitié revient, Bucky ne compte pas bouger immédiatement et le laisser venir, il a besoin de jauger de l'état d'esprit de Steve avant de faire quoi que ce soit, surtout de savoir ce qu'il peut bien faire. État de son homme qui lui fait mal à voir et le retourne jusqu'au plus profond de son être, lui faisant avoir le premier pas, luttant contre cet instinct de protection qui lui hurle de le prendre dans ses bras et ne plus jamais le lâcher. Il voit Steve hésiter un bref instant avant de combler la distance entre eux et le prendre dans ses bras, c'est sans une seconde de latence que Bucky referme ses bras autour de lui. Un léger soupir de soulagement passant ses lèvres alors que ses mains trouvent leurs places dans le dos de son homme, sa main gauche venant se loger au creux de ses reins et sa main droite se calant dans la nuque de Steve. Le serrant contre lui tout en lui laissant poser sa tête ainsi, ce qui n'empêche pas qu'il lui caresse la peau de la nuque tout en douceur. Je suis là mon cœur. Restant ainsi aussi longtemps que Steve en a besoin surtout que Bucky en a aussi cruellement besoin de ce genre de contact.

Hmpfff ? Désolé de quoi ? Bucky ne voit toujours pas de quoi son homme peut être désolé, d'être parti ainsi, d'avoir haussé le ton, qu'ils aient manqués de s'engueuler, de douter d'eux. Tant de possibilités et pas vraiment de réponse sur le coup, laissant le brun sans réponse sur le moment, se contentant de lui rendre son baiser. Steve qui ne sait pas où il en est, de quoi lui filer une sueur froide n'est-il pas... Seul ? Son homme se fout de lui ou bien ? Bucky espère que Steve dit ça pour toutes les années où il n'était pas près de lui sinon ça passerait vraiment plus que mal. Oui, ça, Bucky le sait que son homme a toujours eu du mal à se confier, ce qui a aidé au final à ce que tous les deux se comprennent sans un mot. Ah. Ainsi donc il n'a pas craqué comme il faut qu'il le fasse, pourtant Bucky ne dit rien là dessus, cet espèce de pressentiment le reprenant que Steve n'a pas terminé en plus du fait qu'il n'a pas forcément envie de parler une nouvelle fois. Et là...là la détresse, qu'il perçoit dans la voix de son homme et qu'il lit dans ses yeux, lui transperce le cœur, il pourrait pourtant lui répondre un truc du genre ; bien sûr que tu as besoin de moi, tout comme moi j'ai besoin de toi. Ils sont deux moitiés, ils sont complémentaires, forcément qu'ils ont besoin l'un de l'autre pour fonctionner. Mais non, Bucky ne dit rien, venant simplement déposer un baiser sur ses lèvres. Je suis là amour.

Ah. Aller se coucher une heure et après ? Steve n'envisage tout de même pas de partir dieu sait où faire dieu sait quoi après quand même, si ? Vu la longueur de la journée qu'ils viennent d'avoir en prime, c'est plus que de se coucher une heure dont Steve a besoin, c'est de dormir. Bucky le savait qu'il n'aurait pas dû le laisser seul et oui ça n'arrivera plus, le rejoignant donc dans la chambre. Ne serait-ce que s'allonger près de lui, même s'ils doivent rester silencieux tant pis mais que Steve ne soit pas seul. Défaisant lui-même son pantalon avant de se laisser presque tomber sur le lit, espérant que ça incite son homme à le rejoindre vite fait à venir dans ses bras, l'y invitant même avec la position de son bras et même de son corps. Viens contre moi. À moins que Steve ne préfère avoir Bucky dans ses bras, peu importe tant qu'ils peuvent être l'un contre l'autre.

Bien qu'il n'ait pas envie de parler dès qu'il est sûr et certain d'avoir Steve collé à lui, Bucky fait enfin entendre sa voix. Il se surprend lui-même mais sa voix et douce bien que ferme et qu'il parle à voix basse.

- Tu n'es pas seul mon cœur, tu ne l'as jamais été même.

Bucky ne voit pas pourquoi Steve lui a dit ça alors que oui mis à part pendant quelques années, il a toujours été là mais plutôt de se vexer directement, autant chercher à savoir, non ? Et parce que oui forcément, ça le titille et pas qu'un peu, c'est toujours du même ton qu'il enchaîne après quelques secondes.

- Pourquoi tu m'as dit être désolé ?

Oui, trop de possibilités au goût du brun qui a besoin de savoir ce qui peut trotter dans sa petite tête. C'est une chose de se comprendre sans mots et de le connaître par cœur, cela en est une autre que de pouvoir lire dans les pensées de Steve, un don que Bucky ne possède pas. Essayant aussi que Steve en vienne à se confier vu qu'il lui aussi dit ne pas savoir où il en est, peut-être que d'en parler pourra aider son homme, ne serait-ce que de l'écouter peut l'aider.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Dim 05 Aoû 2018, 02:30

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Il ne voulait pas que Bucky tombe avec lui, s'il tombait. Car il finirait bien par tomber à agir comme il agissait, même en essayant de faire plus attention comme il l'avait promis à Bucky. Il était un cible mouvante et il savait qu'il n'aurait de cesse, de toute façon, tant qu'il serait vivant. Il ne voulait juste pas que malheur arrive à Bucky s'il tombait et il avait l'impression qu'être en couple aggravé le résultat de sa mort. Pour maintenant, il était trop tard, aucune marche arrière possible, il aurait du y penser avant et il était de toute façon persuadé que son homme aurait trouvé un moyen de lui dire qu'il s'en fichait et qu'ils feraient mieux de vivre pleinement tant qu'ils le pouvaient... Ou alors il se serait davantage renfermé et Steve aurait fini par trouver idiot d'être chacun dans un coin à couver ces sentiments, surtout après les avoir réalisé. Et de toute façon, ils étaient amoureux donc c'était irrémédiable.

Mais il le retrouvait et c'était quand il se sentait ainsi serré dans les bras de Bucky qu'il se sentait à la maison. Il se serrait tout contre lui, appréciant les gestes de Bucky, cette main sur sa nuque et sur ses reins, des petits gestes qu'ils avaient appris à avoir cette semaine. Des gestes qui faisaient du bien. Il essayait de se confier sans toute fois savoir comment commencer ça. Juste lui dire qu'il avait besoin de lui et Bucky qui ne disait rien mais qui agissait quand même, ça lui faisait de bien d'être ainsi tenu. Puis il lui disait, je vais aller me coucher un peu. Une heure, peut-être deux ou alors quelque minutes, juste se reposer avant d'avoir à agir, à discuter, à poser tout ce qu'il avait à poser. Son homme le suivait dans la chambre et il le regardait faire, il le regardait retirer son pantalon et le regardait aller dans le lit. Bien, Bucky ne semblait pas décider à le lâcher et il n'allait pas se plaindre, dans le fond, il en avait besoin. Il ne se faisait donc pas prier pour le rejoindre dans le lit et pour venir se blottir dans ses bras si généreusement offerts.

J'étais seul quand tu n'étais pas là. Dans le noir.

Dans le noir, c'était le cas de le dire. Se donner des missions pour tenir debout, ne plus avoir aucune vie personnelle, faire une croix sur tout. Essayer de se mettre à la page, aux informations pour avoir continuellement quelque chose en tête, quelque chose à lire, à écouter ou à faire. Toujours un film à regarder ou une série télévisé pour chez lui, toujours une musique à écouter quand il ne partait pas courir. Mais il avait toujours eu ce vide au fond de son coeur. Personne pour se confier, personne à qui parler. Jusqu'à rencontrer Nat, Sam, Clint. Avoir Wanda sur qui veiller, aussi. Il adorait cette puce, mine de rien. Peut-être que d'un certain point de vue il n'avait jamais été seul car il avait ces gens avec lui, qui gravitaient autour de lui mais il était souvent comme un grand frère, un père de substitution, un conseiller, un leader mais un ami ou plus, pas tant. Si, à la limite, il y avait Sam qui savait plus sur lui que la plupart des avengers et leur amitié était venue avec les années, les missions et l'expérience. Et surtout, Bucky était revenu entre temps. Oui, en gros, il avait eu Sam en cours de route. Une personne. A qui il n'avait pas non plus pu tout confier de sa vie car il aurait du lui-même faire le point avec tout ça ou alors il n'avait pas eu le temps de faire totalement le deuil de son passé. Bucky lui parlait à nouveau et Steve relevait le regard vers lui, déposant un baiser sur son menton par la même occasion.

Désolé d'être parti, j'aurais du rester avec toi au lieu de monter, je n'aurais pas du te laisser seul. Désolé de ne pas être si fort que je devrai l'être, tu es de nous deux celui qui a le plus besoin de moi, je ne devrai pas me mettre dans ces états. Je pensais être assez solide pour tenir pour deux mais force est de constater que j'ai besoin d'aide aussi. Je veux craquer mais je n'y arrive pas, j'ai besoin de souffler, d'expulser toute cette rage, toute cette frustration mais je n'y arrive pas...

Le dessin l'avait aidé mais pas tant que ça. Bucky l'avait beaucoup aidé mais quand ils se disputaient comme ça, ça ne le rendait que plus mal encore qu'avant. Se disputer ou en tout cas pas loin comme tout à l'heure où c'était très tendu. Steve rebaissait le visage, venant se nicher dans le cou de Bucky. L'impression d'être soudainement un petit garçon pris en faute ou un petit garçon qui avait du chagrin. C'était un peu ridicule mais qu'importe, sur le coup, ça lui faisait du bien. Une de ses main se glissait sous le haut de Bucky, caressant sa peau du bout des doigts. Il fermait les yeux. Il se sentait bien blotti ainsi, même si les pensées sombres étaient toujours là, c'était quand même un peu de paix qu'être entre ses bras. Il inspirait profondément son odeur, aussi. Son odeur naturelle. Oui, c'était comme être à la maison qu'être là. C'était apaisant, surtout si Bucky restait là comme ça. Les places étaient inversées, d'habitude Bucky dormait sur Steve et ça lui convenait parfaitement mais il semblerait que pour une fois, les places changent. Sa main glissait du dos de Bucky pour finalement se poser sur une de ses fesse.

Désolé d'avoir dis que c'était à cause de toi que je fonçais toujours. Mais c'est en parti vrai, tu me donnes la force et la conviction que ce que je fais est bien. On s'est toujours suivi dans nos pires conneries et ça me paraît tellement loin l'époque où on allait à la fête foraine et pourtant on continue toujours ces même choses... Je sais que je n'ai plus rien à prouver mais... J'ai ces capacités, maintenant, de faire ce que j'ai toujours voulu faire et je veux m'en servir, bien, je veux faire ce qui doit être fait parce que je le peux. Mais oui, je ne suis plus seul, je le sais. Tu es là, maintenant. Je t'ai promis de faire attention. Même si...

Il lui avait promis. Pourtant Bucky avait insisté. Il hésitait à poursuivre sa phrase, sachant que ça risquait d'être sacrément casse-gueule.

Même si je sais que parfois je risque d'avoir certains vieux réflexes et que je me sens plus mal encore de t'imposer ça, maintenant que nous sommes en couple. Avant, j'avais toujours refusé d'être en couple en parti pour ne manquer à personne si une mission se terminait mal. Maintenant, j'ai peur de te blesser et que tu finisses par faire une connerie si je ne suis plus là.

Il remontait sa main, saisissant le haut de Bucky. Que celui-ci ne croit pas que ça l'amusait de dire ça, car c'était le contraire, ça le bouffait. Il était triste mais il voulait vider son sac.

Ca ne veut pas dire que je regrette notre couple, cela n'arrivera jamais, j'ai juste culpabilisé de t'infliger ça... Parce que je sais qu'à l'inverse, s'il t'arrivait quelque chose, je péterai totalement les plombs, surtout maintenant que nous sommes ensemble, je ne pourrais plus supporter de te perdre à nouveau et ça me bouffe que tu ne comprennes pas ça non plus. Je t'ai dis que je ferai attention mais tu ne sembles pas vouloir en faire de même et ça me bouffe de me dire que tu pourrais à nouveau m'échapper, je ne pourrais pas... je ne pourrais pas, Bucky. Notre vie ne sera pas paisible et je me suis fais à l'idée, j'espérais juste qu'on arrive à se mettre au point entre nous, qu'on arrive à s'accorder à nouveau. Tu ne peux pas me dire ni croire que cela ne changera rien à avant alors que cela nous tuerait de se perdre une fois de plus. Notre vie n'aura rien de paisible mais on peut faire en sorte de s'entraîner à nouveau ensemble et on peut faire en sorte de calmer ces pulsions qui nous prennent parfois...

Cet espoir que Bucky lui promette à son tour de faire attention, qu'il comprenne qu'ils n'étaient plus juste les meilleurs amis du monde désormais. Qu'à l'inverse, s'il lui arrivait quelque chose, Bucky péterait les plombs alors l'inverse était tout aussi vrai. Il reculait à nouveau son visage pour regarder Bucky. Il voyait possiblement l'engueulade arriver de nouveau mais tant pis, c'était dit. S'ils devaient s'engueuler, ainsi soit-il. Même s'il espérait ne pas en arriver là avec Bucky. Souvent, l'un ou l'autre finissait par laisser pisser, souvent Bucky, d'ailleurs. Il se souvenait de toutes les fois où ils s'étaient pris la tête parce que Steve s'entêtait et Bucky qui finissait par soupirer, détourner le regard et simplement laisser pisser. Ce qui valait souvent mieux avec Steve qui pouvait être sacrément arrogant et insolent.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Dim 05 Aoû 2018, 18:57


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Bucky est toujours frustré et agacé, il s'en veut toujours pour ses réactions et pour à peu près tout d'ailleurs mais au moins il n'est plus aussi énervé, il se sent juste encore plus qu'instable. Au moins jouer avec la boule de poil lui aura offert un dérivatif plus que bienvenue et lui aura évité de savoir si après l'armoire, il aurait passé ses nerfs sur un autre pauvre meuble qui n'avait rien demandé. Peut-être que quelque part, Steve l'agace aussi, ce qui ne serait d'ailleurs pas la première fois sauf que déjà en temps normal, le brun est incapable de lui en vouloir bien longtemps, c'est une histoire de minutes et après, il passe à autre chose. Hors là en le voyant revenir, en le voyant tout court, tout est pratiquement déjà oublié même sa propre fatigue nerveuse et le fait que s'il veut être honnête, il ne va pas bien. Il n'y a plus que Steve qui compte, facilité par le fait que Bucky a l'habitude de repousser ce qui le concerne dans un coin. Comment ne pas avoir envie de le tenir ainsi serré dans ses bras, ne pas avoir envie d'essayer de le réconforter tout en se promettant de ne plus le laisser seul. Chose que Bucky s'empresse de faire par ailleurs et heureusement Steve comprend et vient se loger dans ses bras. De nouveau, il ne lui faut pas plus qu'une seconde pour refermer ses bras autour de son homme et l'y garder comme s'il voulait offrir à Steve un cocon protecteur. Ne pouvant que lui affirmer qu'il n'est pas seul et donc oui, Bucky est maintenant sûr que sa moitié parle de toutes ces années sans qu'ils ne soient l'un près de l'autre.

Se retrouvant, cette fois, à lutter contre lui-même pour ne pas s'excuser auprès de Steve, ils ont déjà eu cette conversation qui plus est, celle où Bucky doit cesser de s'excuser pour un oui ou non. Mais c'est plus fort que lui que cette culpabilité qui le bouffe pour tout et pour rien, il s'en veut tellement pour tout ça. Il s'en veut ne pas avoir été plus fort, de ne pas avoir pu lutter contre Hydra, il s'en veut de ne pas avoir pu se souvenir de Steve à partir d'un certain moment. Certes dans les faits, Bucky n'a jamais cessé de lutté contre eux, même privé de mémoire et les punitions derrière n'en étaient que plus horrible mais il a continué sans savoir pourquoi. Tout comme il a tenté plusieurs fois de leur échapper, sauf que son incapacité à savoir où aller, ni après quoi il courrait, faisait qu'Hydra a toujours pu lui remettre la main dessus. Il sait maintenant que ce n'est pas après un quoi il courrait mais après un qui, après Steve. S'excuser pour tout ça et pour ne pas lui rendre la vie plus facile quand bien même, Bucky prend régulièrement sur lui pour ne pas peser plus sur Steve. S'excuser pour tout ce qu'il a pu faire entre les mains d'Hydra parce quoi qu'en dise son homme, c'était lui malgré tout et se cacher derrière le Winter Soldier n'est pas une solution. Donc oui, Bucky est bourré de culpabilités qui font qu'il a envie de s'excuser encore et encore auprès de Steve déjà.

Ne baissant son regard vers son homme que quand il commence à lui expliquer pourquoi il est désolé et sérieusement Steve ? Bucky hallucine d'entendre ça comme excuses, par contre concernant le fait qu'il n'arrive pas à craquer, le brun comprend ce qu'il veut dire par là. Aucun des deux ne peut tout garder en lui, plus ils vont essayer moins ça va le faire, au bout d'un moment, il faut que ça explose d'une manière ou d'une autre. Ce n'est que quand Steve se blottit contre lui, le nez dans son cou que Bucky lui répond en le serrant un peu plus contre lui, sa voix a le ton de la confidence.

- Tu peux le cacher autant que tu veux mais tu crois que je ne sais pas quand tu doutes de toi, quand tu ne vas pas bien, quand quelque chose te travaille. Tu crois que je ne sais pas les moments où tu peux avoir peur d'une chose ou d'une autre, les moments où tu peux avoir envie de pleurer ou d'exploser. Tu es parfait mon cœur parce que tu ne l'es pas et je le sais depuis longtemps tout ça, je ne peux que t'en aimer encore plus si c'est possible. Oui, j'ai besoin de toi mais je n'ai pas besoin que tu sois toujours fort pour deux, j'ai besoin de l'homme que tu es vraiment.

Terminant de parler en déposant un baiser contre ses cheveux. Oui, Bucky a besoin de celui qu'il aime et qui parfaitement imparfait, de l'homme qu'il connaît depuis toujours et duquel il est tombé amoureux quand il n'était encore qu'un ado finalement. Et c'est con à dire mais Bucky a aussi besoin de retrouver SON rôle, comme là alors que c'est lui qui a Steve dans les bras, la sensation que les choses reviennent enfin à la normale, lui à protéger Steve de tout, de rien et même de lui-même. Une sensation de normalité qui l'apaise bien plus que tous les discours du monde, seule chose dérangeante là dedans que ça arrive parce que sa moitié ne va pas bien. Non, là il n'en tire aucune satisfaction ou apaisement.

Esquissant un très léger sourire aux mains de Steve sur son corps, le perdant tout aussi rapidement alors que son homme reprend la parole. Bucky reste à le caresser d'une main, regardant de nouveau devant lui, ses yeux fixés sur un point invisible, laissant Steve parler et sans doute que par instant, il serre juste un peu plus son homme contre lui. Mais il reste silencieux du début à la fin, même quand Steve hésite à poursuivre, son cœur se serrant plusieurs fois tout du long du discours de son homme. Peut-être même encore plus en le sentant s'accrocher à lui de cette façon, sa moitié semble si vulnérable à ce moment là mais après tout, tous les deux ne sont-ils pas encore des gamins qui ont été obligés de grandir et mûrir trop vite ?  Des gamins que la vie n'a pas épargnée. Bucky se mordait la lèvre tout du long pour ne pas interrompre Steve et le laisser terminer. Finissant par poser à nouveau ses yeux sur son homme quand il recule la tête pour le voir, restant ainsi à simplement le regarder, peut-être que dans son propre regard, Steve pourra y lire tout et n'importe quoi, tous les sentiments qui peuvent le traverser.

Il s'est aussi mordu la lèvre parce qu'il sait que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire et que là s'il disait à Steve ce qu'il ressent vraiment, ça ne ferait que lui faire de la peine. Mais comment lui dire que, si, ça ne change rien justement, que c'est juste décuplé maintenant, que perdre Steve maintenant le tuerait oui mais que ça l'aurait aussi tué avant. Ça aurait tué Bucky de le perdre quand ils ne pensaient être que les meilleurs amis du monde, il aurait certes repris le flambeau comme il l'a promis à Steve mais l'aurait fait pour le venger...Après ça. Cela aurait tué Bucky de le perdre quand ils n'étaient encore que des adolescents, alors qu'à chaque fois que Steve a été malade, il a prié pour qu'on ne le lui prenne pas. Certainement que Bucky aurait survécu jusqu'à ce que ses sœurs soient grandes et mariées mais après...Ou encore ça ne serait pas bon de dire à Steve que justement, Bucky vit avec la peur permanente qu'il lui arrive quelque chose, que depuis qu'il connaît Steve, il a cette peur vissée aux tripes et qu'elle ne part jamais vraiment. Cette peur s'atténue et se fait presque oublier dans les moments où cela va bien mais sinon, elle est bel et bien présente à chaque instant qui peut passer. Cela serait cruel et méchant de lui dire ce genre de choses même si ce n'est que la vérité, surtout que Steve, lui, a pleinement vécu la mort et la disparition du brun. Par contre, Bucky a une autre vérité à rétablir et celle là, il ne va pas manquer Steve.

- Tu me fatigues Steve.

Marquant un léger temps d'arrêt en disant cela pour mieux reprendre après.

- Tu penses vraiment que tu peux m'imposer ou m'infliger quelque chose ? Tu penses vraiment que, malgré ta promesse de faire attention, je ne sais pas que tu risques de te laisser emporter par tes élans ? On s'est toujours suivis oui mais surtout on se connaît par cœur tous les deux alors je vais te dire ce que tu n'arrêtes pas de me répéter : arrête de t'excuser et arrête de culpabiliser pour rien.

Bucky vient de dire ça doucement mais fermement, que Steve comprenne à quel point il peut être sérieux avant de finir par soupirer.

- Fais moi juste le plaisir d'arrêter de parler de ta mort, je ne le sais que trop bien que ça peut arriver, j'en suis conscient mais je refuse d'y songer. Tu peux comprendre pourquoi, vu que tu ressens la même chose en imaginant la mienne. Bref, bien sûr que si je vais faire attention à moi, je te le promets.

Venant déposer un baiser sur son front en terminant sa phrase. Bien sûr que oui, le brun est sincère en disant ça, il sait juste que si Steve brise sa propre promesse, bah il ne pourra de toute manière pas rester sans rien faire. Ce qui d'ailleurs lui fait penser à quelque chose.

- Je peux reprendre mon rôle à distance, je reste un sniper avant tout. On peut reprendre ainsi comme on le faisait pendant la seconde guerre, tu n'auras pas à surveiller tes arrières, je ne serais pas en première ligne, de quoi nous tranquilliser tous les deux.

Un bon compromis que celui-ci, non ? Bucky pourra toujours veiller sur Steve, juste d'un peu plus loin et Steve aura l'esprit plus tranquille en le sachant en arrière plan.

- Quant à expulser ta rage et ta frustration. Demain matin, toi et moi footing et après entraînement au corps à corps, ça nous défoulera en plus de nous faire du bien.

Surtout qu'en attendant de pouvoir avoir un sac de frappe ou plutôt plusieurs de rechange -vu que le pauvre matelas de l'autre chambre ne tiendra jamais le coup-, ils peuvent s'entraîner ainsi, après tout et bien que leurs sérums soient différents, ils sont de force et de résistance égales.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Dim 05 Aoû 2018, 22:10

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
C'était plutôt une bonne idée finalement d'aller se coucher, la fatigue semblait le terrasser aussitôt qu'il était couché et blotti contre son homme. La place parfaite plutôt qu'en boule dans un coin de leur lit. Sûrement aurait-il piqué la place de Bucky près du mur, d'ailleurs. Histoire d'être vraiment dans un coin. Mais les bras de Bucky, c'était beaucoup mieux. Même s'il se retenait de lui suggérer qu'une douche lui ferait du bien, sentant soudainement la sueur émanant de Bucky, se demandant ce qu'il avait pu faire depuis son départ vers le toit. Il faut croire que Steve avait vite repris l'habitude des douches tous les jours et de sentir à nouveau bon le savon.

Hm. Bucky lui donnait là une belle leçon, il semblerait. Lui rappeler qu'il voyait tout, qu'il sentait tout, au même titre que Steve voyait tout et sentait tout venant de Bucky. C'était effrayant, à cet instant, de connaître si bien quelqu'un et que quelqu'un le connaisse aussi bien. C'était effrayant de se dire qu'il n'avait pratiquement plus aucun secret pour Bucky, à ce point là. Et peut-être aussi, dans le fond, c'était rassurant. Il n'y aurait donc jamais aucune demi-mesure entre eux. Branchés à fond qu'ils étaient.

Au final, peut-être était-il entrain de craquer sans s'en rendre compte en parlant ainsi à Bucky, ça commençait juste de cette façon. Il y avait tant de façons possible de craquer, dans la violence ou dans les larmes. Là, c'était en parlant, restant tout contre lui pour se faire. Sûrement qu'être plus collés l'un à l'autre n'était pas possible, ou presque. Tu me fatigues, qu'il lui disait. Ah ? C'était réciproque. Comme tout, comme toujours.

Certes, ses élans lui reprendraient peut-être, il ferait simplement de son mieux pour les éviter mais oui cela arriverait. Sauf que Steve n'aurait pas promis ce genre de chose pour n'importe qui, puisqu'il pensait souvent agir pour la bonne cause en fonçant dans le tas comme il le faisait toujours. Parce qu'il fallait que quelqu'un le fasse, parce que c'était la seule chose à faire. Mais Bucky ne semblait pas non plus se rendre compte de l'emprise qu'il avait sur Steve et de ce qu'il pouvait le pousser à faire, il n'y avait qu'à revoir cette fois où il avait sauté à plusieurs mètres de distance pour le rejoindre juste parce qu'il savait que sinon, Bucky resterait là alors que le feu menaçait de les dévorer. Arrête de t'excuser et arrête de culpabiliser pour rien. A quelque mots près il avait l'impression d'entendre Natasha lui parler, sauf que Natasha aurait rajouté une phrase bien sarcastique l'air de dire, tu dramatises trop pour rien, t'es trop excessif, redescends un peu Rogers. Hm. Arrêter de lui parler de sa mort. Oui, il pouvait. Juste qu'il était comme ça, il avait souvent des pensées sombres et extrêmes qui lui prenaient, c'était plus fort que lui. De ces choses qu'il ne contrôlait pas toujours, il ne contrôlait qu'une chose, l'apparence qu'il donnait aux autres. Il donnait toujours l'impression d'être sûr de lui, d'être droit dans ses pompes, d'être en paix avec lui-même, l'homme qui savait de quoi il parlait et qui ne craignait plus rien. Il savait contrôler son image car il venait surtout d'une époque où on ne laissait jamais entrevoir ce que l'on pensait et ressentait. Ca aidait. Sauf pour Bucky visiblement.

Un soupir de soulagement quand Bucky lui promettait qu'il ferait attention, ce serait au moins ça en moins sur la conscience si Bucky lui promettait ça. Mais le meilleur encore, c'était ce qui suivait. Bucky qui redeviendrait un sniper. Il aimait l'idée et plus il y pensait et plus il se disait que c'était évident, voir même idiot qu'ils n'y aient pas pensés avant. Sauf que toutes les missions ne nécessitaient pas un sniper, c'était là que ça pouvait coincer. Mais si au moins pour quelque unes il pouvait rester à distance, ils auraient tous les deux la conscience plus tranquille puisqu'ils feraient tous les deux ce qu'ils avaient à faire. Comme quoi, ils avaient vraiment besoin de se réorganiser, Steve avait raison là-dessus, même si Bucky semblait vouloir le nier, il venait pourtant de trouver un moyen de se réorganiser.

C'est une bonne idée, oui. On aura la conscience plus tranquille ainsi.

Plus enclins à faire leur jobs respectifs. Steve pourrait avancer tranquillement et Bucky pourrait veiller à ce que personne ne l'approche ou ne fasse merder la mission. Hm, l'idée d'attendre demain pour se défouler était quand même frustrante. Attendre alors que tout demandait à exploser maintenant, c'était délicat. Pas sûr qu'il puisse attendre autant de temps, surtout que le soleil n'était jamais qu'entrain de se coucher. Trop de temps à attendre encore à son goût. En même temps il était fatigué, c'était un curieux mélange entre devoir se défouler et être crevé.

Pourtant il remontait le visage vers Bucky pour le regarder à nouveau, déposant un baiser sur son menton. Bucky ne semblait visiblement pas prêt à le laisser seul puisqu'il ne faisait que dire nous, toi et moi, ces petits mots là. Ca l'amusait un peu, plus ou moins. Un amusement relatif, disons. Il ne se rendait compte qu'à ce moment qu'il tenait ainsi son t-shirt, d'ailleurs. Il le relâchait alors pour repasser sa main sous celui-ci, se posant sur la peau chaude de sa moitié. Il songeait que ces gestes lui auraient fait beaucoup de bien, déjà dans les années 30-40. Ils leur étaient arrivés de s'enlacer ainsi, surtout quand Steve était malade. Steve qui s'allongeait contre Bucky et ils pouvaient rester des heures comme ça là contre l'autre, ça l'avait apaisé, que ce soit pendant les grippes ou les autres maladies qu'il pouvait se traîner. Mais il se disait que cela aurait fait beaucoup de bien si cela n'avait pas été que pour ces moments là. Dire qu'ils n'avaient rien remarqués, alors que... est-ce que tous les amis s'enlaçaient comme ils s'enlaçaient ? Bref. Il fermait les yeux en reposant sa tête sur un des oreiller.

Je ne réussirai pas à dormir. Je ne pourrai pas attendre d'ici là non plus pour ça.

Il se passait une main sur le visage, il savait qu'il devait être raisonnable mais il savait aussi qu'il ne pouvait pas l'être dans ces moments, il ne savait que trop qu'à trop repousser, un côté de lui qu'il voulait étouffer à tout prix allait avoir toutes les chances de ressortir, ce côté sombre de lui-même qui avait déjà failli sortir quand Stark s'en était pris à Bucky. Ce côté qu'il revoyait trop venir depuis ce jour-ci. Un peu comme une nausée, des spasmes, c'était le même effet, ça demandait à sortir, ça menaçait de sortir mais il devait garder la mâchoire serrée et prendre sur lui pour que ça ne sorte pas.

Il inspirait profondément. Il finissait par se redresser, se frotter le visage. Il s'asseyait dans le lit, ses mains passant de son visage à ses cheveux. Il aurait pu sortir maintenant, ce n'était pas comme s'il craignait la nuit ou le soir après tout. Il ne craignait pas d'être agressé non plus, il était sur-entraîné dans le genre. Rien ne l'empêchait de sortir courir, il avait les lunettes sur lui, alors pourquoi attendre demain ? Il soupirait une fois encore. Trop de choses encore à régler, de deuils à faire aussi.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Mar 07 Aoû 2018, 22:51


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Des décennies que Bucky est à l'écoute permanente de Steve dans ses moindres mouvements et son homme pense vraiment pouvoir lui cacher quand quelque chose cloche ou la direction générale de ses pensées. Avec les autres cela marche peut-être mais pas avec lui, certainement pas avec lui. Pourtant, c'est quelque chose qu'il n'a jamais dit à son homme, pensant que Steve le savait déjà vu qu'il a la même facilité déconcertante pour lire en lui. Mais soit, Bucky lui confie alors qu'il sait et qu'il voit tout, tout le temps, que rien ne lui échappe. Il aurait même pu dire à Steve que si celui-ci était réellement l'image qu'il veut donner aux autres, Bucky ne l'aurait certainement pas suivi toutes ces années et ne serait pas partant pour le suivre encore. Qui a besoin de quelqu'un qui n'a aucun défaut, aucune fêlure ? Personne ou en tout cas pas Bucky, il a besoin d'un homme, pas d'une machine. C'est d'un homme dont il est tombé amoureux pas d'une machine et il a besoin que Steve soit ainsi, il a besoin de Steve, pas de Captain America si on veut pousser les choses plus loin encore. Il a besoin de son meilleur ami, de son confident, de l'amour de sa vie.

Bucky aurait pu lui dire ce qu'il ressent mais ça aurait fait de la peine à Steve, encore de ces choses qu'il vaut mieux taire, après tout ce n'est pas un mensonge de ne rien dire. Tout comme il aurait pu argumenter encore, voir être à la limite d'engueuler sa moitié, oui, ça lui a quand même traversé l'esprit que d'agir ainsi. Pour finalement juste remettre les choses en place, comme si Steve pouvait lui imposer quoi que ce soit, si vraiment quelque chose pouvait ne pas lui aller, son homme le saurait rapidement. Bien que ça soit nuancé puisqu'il n'est pas tout à fait libre, Bucky reste quelqu'un à part entière aussi brisé soit-il et justement lui qui a connu des privations en tout genre, comment pourrait-il en accepter d'autres ? Même les beaux yeux de Steve ne parviendrait pas à le convaincre. Comme si, également, le brun ne sait pas que son homme va galérer à tenir sa promesse voir qu'un jour ou un autre il va la briser. C'est presque couru d'avance que ça se produise, quand bien même Steve ne fait jamais de promesses à la légère et que sans nul doute il s'en voudra le jour où ça va se produire. Bucky pense ainsi mais mille fois oui pour espérer qu'ils n'en arriveront jamais là, sachant que si Steve brise sa promesse, le brun va briser celle qu'il vient de lui faire. Il n'y a pas d'autres solutions possible.

Au moins son homme n'a pas l'audace de le contredire sur ce coup là et aussi sur le fait qu'il s'excuse et culpabilise pour rien. Une bonne chose que celle-ci où Bucky se serait réellement énervé cette fois, déjà qu'il a l'air de rien du mal à rester calme. N'y parvenant que grâce à cette pauvre armoire qui a morflé tout à l'heure et par le fait que Steve a besoin de lui, surtout pour Steve d'ailleurs, histoire de changer un peu. Pourtant au soupire de soulagement de son homme, le brun manque de lever les yeux au ciel, certes il ne l'avait pas promis tout à l'heure mais il lui avait dit au moins en sous-entendu. Tu fais attention à toi, je fais attention à moi. Mais il semblerait que Steve avait besoin de l'entendre réellement.

Finissant par lui proposer une alternative, un compromis, qu'ils puissent continuer sur le terrain. C'est vrai que pendant la guerre contre Thanos, en sniper, Bucky n'aurait servi à rien mais maintenant, c'est possible. Bien que lui aussi se doute, que ça ne sera pas tous les jours possible mais en même temps si on y regarde bien, le matin même, il n'avait aucune de ses armes à feu sur lui. Il ne lui restait plus que le corps à corps dans lequel il excelle également, Steve semble le sous-estimer par moment, ce qui est frustrant et un poil vexant d'ailleurs. À la bonne heure, son homme est d'accord avec lui et ne fait pas sa tête de mule pour une fois. Tout en parlant, Bucky continu de le serrer contre lui, de le regarder et le câliner, son homme finissant par relâcher son tee-shirt pour venir chercher sa peau. Un signe qu'il se détend un poil ? Hmpfff.

Je vais t'attacher au lit, Steven Grant Rogers ! Première pensée lui traversant l'esprit, son homme a besoin de se reposer pourtant. Pour comprendre ensuite pourquoi il lui dit ça, pour voir ce que Steve semble vouloir dire...Bucky sait qu'il n'arrivera pas à dormir de la nuit et s'il est claqué c'est mentalement alors que physiquement il pète la forme. Le brun réfléchit aussi au fait que casser l'armoire a pu soulager un peu de ses tensions, ce besoin de se défouler, de frapper...de faire mal à quelque chose, ce point-ci n'est jamais bien loin avec le Winter Soldier et Bucky ne peut nier que par moment cela fait du bien. Tu dérailles Bucky. Steve n'a certainement pas dit ça en ayant ce genre de pensées, lui.

Donc, on disait, se défouler, ce n'est pas que pour ça que le brun lui a proposé qu'ils s'entraînent au corps à corps, ce n'est pas non plus que pour une question de garder la forme. C'est aussi pour montrer à Steve qu'ils sont toujours accordés tous les deux, ils sont égaux après tout et capables de parer et d'anticiper les mouvements de l'autre. De quoi frapper vite et fort sans se soucier de faire mal à l'autre puisque justement ils sont complémentaires et que par définition ils ne pourraient pas vraiment se toucher. Bucky est sûr de lui et déchanterait sans doute si l'un d'eux pouvait frapper l'autre réellement.

Je te jure que je vais te ligoter à ce lit. Pourtant le brun laisse Steve se redresser, se défaire de l'étreinte de ses bras, ayant malgré tout une moue boudeuse sur le visage, il était bien là comme ça. Bucky se passe une main sur la figure avant de se redresser, venant se caler à genoux dans le dos de Steve, déposant un baiser sur sa nuque avant de poser son menton sur son épaule.

- Tu en es sûr ?

Bucky essaye encore, après tout qui ne tente rien, n'a rien. Oh. Il n'attend que quelques secondes, Steve ne devant qu'à peine avoir le temps de lui répondre, il faut dire qu'une idée lumineuse vient de lui traverser l'esprit. Le brun se redresse, prend ses appuis dans le lit et d'un mouvement fluide et rapide, il bascule pour venir se mettre sur les jambes de Steve. Enserrant la taille de son homme avec ses genoux, tout en poursuivant son mouvement pour lui attraper les poignets et le faire basculer le dos sur le lit, les mains un peu au dessus de sa tête et avec Bucky venant le surplomber.

- D'accord, on va courir si tu te défais de ma prise.

Insistant bien sur le on, histoire que Steve comprenne que ce n'est même pas négociable. Serrant plus fort encore sa prise au moment où il dit ça, inutile de dire que vu la force que Bucky peut y mettre, Steve est le seul à pouvoir s'en défaire...en forçant. C'est limite si Bucky ne se penche pas un peu plus pour venir l'embrasser mais il ne le fait pas, se contentant d'un regard presque joueur sur le coup.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 00:34

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Il n'y avait pas d'endroit plus confortable et plus rassurant à ses yeux que les bras de Bucky. C'était niais mais qu'importe, c'était un fait, cela durait depuis tellement longtemps. Cela n'empêchait pas, malheureusement, que ce soir, Steve était à la fois énervé, frustré, prêt à réagir au moindre bruit. Au moindre bruit dans leur salon, dans leur salle de bain, à croire que n'importe qui ou n'importe quoi pouvait survenir de la fenêtre. Des souvenirs qui revenaient, qu'il essayait d'étouffer. Se raisonner, cela faisait parti des choses qui lui passaient à travers l'esprit. Il inspirait profondément, il essayait de calquer son rythme sur celui de Bucky comme il essayait d'inspirer son odeur mais il était surtout à deux doigts de lui suggérer une douche et surtout lui demander pourquoi il avait cette odeur, hormis ce matin.

La conversation était tendue mais moins qu'avant qu'il ne monte sur le toit quand même, il y avait au moins eu une certaine avancée entre eux. Il préférait ça. Finalement, partir avait peut-être été la meilleure décision, si dure elle soit. Et s'il était bien là, tout contre lui, il avait quand même besoin de se défouler, de se secouer, faire quelque chose. Courir, peut-être, à défaut d'autre chose. Il n'était pas du genre à courir les rues pour trouver la première bagarre, contrairement à ce qu'on pourrait croire.

Que sa moitié ne croit pas que se lever ainsi et quitter son étreinte était facile à faire, il était juste trop sur les nerfs pour rester sagement allongé. Alors dormir ? Au final, s'il était venu seul pour se reposer, il se serait aussitôt relevé pour enfiler pantalon, chaussures et hop, il serait parti courir dans les rues de New York au risque de passer pour un taré.

Il sentait Bucky se redresser et.. il appréciait assez le sentir dans son dos ainsi, il frémissait même au baiser contre sa nuque. Mais ce n'était pas forcément le moment. Qu'est-ce que tu veux, à la fin ? Hm ? Oui je suis sûr, merci.

Il aurait du voir venir la suite des événements, c'était pourtant prévisible que Bucky essaierait quelque chose dans ce style. Mais il soupirait en le sentant venir ainsi sur ses jambes et... bloquer sa taille avec ses genoux ?

Bucky, qu'est-ce que...

Les mains au dessus de la tête, il essayait brièvement de défaire ses mains de la poigne de Bucky, l'air de dire, j'ai pas la tête à rire ce soir. C'est en forçant ainsi pour récupérer ses mains qu'il comprenait que Bucky n'avait pas l'intention de le laisser filer et les mots qui suivaient lui confirmaient ça, d'ailleurs, le faisant soupirer à nouveau. On ? Il n'allait donc jamais le lâcher même cinq minutes pour courir et... Franchement, Bucky ? Il voyait bien le regard joueur de Bucky et il aurait aimé s'en amuser, il aurait aimé jouer avec lui mais il n'y parvenait pas, là. Pas la tête à ça, les  yeux rouges, il était à la fois fatigué, lessivé et en même temps il aurait pu courir un marathon, sensation désagréable. C'était ce qu'il aimait avec la course, mettre son esprit en veille juste pour courir, se concentrer sur sa respiration, sur ses gestes, sur les lieux où courir et rien de plus.

Chéri, s'il te plaît.

Gentil mais froid à la fois. Il aurait pu feindre avoir mal aux poignets à être tenu ainsi mais comme Natasha - encore et toujours - lui avait si gentiment fait remarquer, il était un acteur et menteur des plus pitoyables. Il essayait de récupérer ses bras, quitte à forcer.

James.

L'air de dire, je suis sérieux, arrête ça. Il soupirait à nouveau, le regard plus durement, l'air de dire, c'est bon, t'as fini ? Pourquoi il lui faisait ça, en quoi c'était sensé l'aider ? Il n'aurait fait de mal à personne en allant courir cinq, dix, quinze voir trente minutes. Il avait besoin de ça et en plus, il disposait des lunettes de Strange. Bucky était-il dépendant de lui à ce point ? Un regard plus dur parce qu'il n'avait pas la tête à plaisanter, parce qu'il était fatigué de tout ça. Que ni Bucky ni personne au monde ne pourrait l'empêcher de sortir s'il le voulait vraiment.

Tu sais que ce n'est pas ça qui m'empêchera de sortir si je l'ai décidé ?

Il l'avait demandé gentiment, en soi. Il avait juste été gentil dans ses mouvements aussi, l'air de dire, je te laisse le choix de me lâcher avant que je ne me bouge vraiment. En temps normal, n'importe qui aurait déjà volé dans la pièce et se serait ramassé contre un mur, avec Bucky, il préférait prévenir. Dans l'attitude, dans les gestes, dans les mots, dans le regard. Tu ne veux pas voir ça, Bucky, personne ne veut voir ça alors laisse moi.

Il forçait, alors. Il forçait pour récupérer ses bras. Bucky avait l'air d'ignorer que Steve pouvait soulever jusqu'à trois voir quatre fois son poids selon l'événement et son humeur. Il essayait à la fois de récupérer ses bras et... Se redresser le temps d'effleurer ses lèvres pour un baiser. Effleurer ses lèvres, effleurer son nez du bout du sien... Et inverser leur position en renversant sa moitié sur le côté. Reprendre le dessus et en profiter pour glisser à son tour ses mains sur les poignets de sa moitié pour le maintenir au lit.

Si je veux sortir, je sortirai. Si je veux être seul, j'irai seul. Si je veux courir, j'irai courir. Et tu n'y pourras absolument rien. Tu peux contrôler bien des choses, mais moi ? Tu ne peux pas.

Autoritaire alors qu'il le regardait dans les yeux, comme quoi, le captain n'était jamais bien loin mais le petit con arrogant qui n'en faisait qu'à sa tête non plus. Il effleurait à nouveau ses lèvres des siennes, nouvelle provocation de sa part, un sourire sur les lèvres mais sans réel amusement. Peut-être une partie du sombre côté de Steve qui se manifestait à force d'être trop poussé. Maintenir fermement ses poignets dans le lit. Ou alors ce n'était pas qu'un peut-être aux airs de Steve. A force d'être poussé, à force d'essayer d'étouffer cette partie de lui, elle sortait. Pour le meilleur et surtout le pire. Cela se voyait sûrement sur les traits plus froids de son visage et dans l'éclat de ses yeux. Bucky le poussait au meilleur comme au pire, il semblerait. Mais ce n'était pas la face cachée si vilaine que cela de Steve, juste une de ses face. Tu me cherches, tu me provoques, tu me trouves.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 02:03


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Bucky n'aime pas voir Steve se relever ainsi et quitter ses bras, c'est bête à dire mais il en a une sensation de froid et de vide. Sans compter qu'avec ce qu'ils viennent de se dire, ce que son homme vient de lui confier et inversement, il pensait que justement Steve allait rester avec lui. Que c'en était fini de galoper partout, même en sachant d'avance qu'il ne pourra pas dormir cette nuit, le brun a sincèrement espéré au moins un peu de repos, celui de son corps. En venant ainsi derrière lui en comprenant que non, le repos n'est pas pour maintenant, Bucky essaye encore de l'inciter à rester là, à laisser passer la nuit. Ne pouvant s'empêcher de déposer un baiser contre sa peau, une envie oui mais aussi une invitation au calme encore. Absence de réponse qui ne le surprend pas plus que ça, il l'a vu venir après tout.

Cette idée qui lui passe par la tête pour chercher à changer les idées de Steve plus qu'autre chose, ce petit défi qui bien que peu important pour son homme est là pour qu'il ne réfléchisse pas plus loin. Qu'est-ce que, la réponse est pourtant claire, je t'empêche de bouger. Bucky n'aime pas du tout les soupirs de sa moitié, à croire qu'il l'emmerde profondément. Hmpfff. Donc lui énoncer ce léger défi qui ne sera rien pour Steve, qui ne le fera pas peiner de toute manière et ce n'est pas le but. Ah. Ce ton froid, le regard de son homme, autant dire que c'est reparti pour un tour et Bucky déteste ça, pourtant il ne bronche pas, attendant que Steve se décide. Oui, merci, je sais que ce n'est pas ça qui va t'empêcher de sortir. Encore une fois, ce n'est pas le but de la manœuvre non plus.

Ne facilitant pas les choses, au moment où Steve bouge enfin, Bucky serre un peu plus encore sa prise aussi bien entre ses jambes qu'avec ses mains. Pesant de tout son poids sur ses mains qui enserrent les poignets de Steve, sachant très bien que son poids, bah son homme peut le porter sans soucis. Steve qui le renverse et inverse leurs positions, bien, au moins il est entré dans le jeu malgré ses airs. Ou pas. C'est de la surprise en premier qui passe dans son regard bleu avant que Steve ne puisse certainement y lire une fêlure, celle du cœur de Bucky. Une pointe de déception également. Avant que Bucky ne verrouille son visage aux derniers mots de Steve et là ça sort, froidement.

- Depuis quand j'essaye de te contrôler ? Je te l'ai dit, je te connais par cœur donc merci mais je sais que rien ne peut te contrôler.

De plus en plus froid et le visage dur alors qu'il reprend la parole.

- Mais puisque le crétin arrogant, que tu es, à visiblement besoin d'une explication de texte. Si j'avais voulu te retenir ici, je me serai levé, j'aurai pris une de mes armes et j'aurai tiré dans tes genoux déjà pour commencer. Ensuite j'ai fait ça pour tenter de te changer les idées tout en entrant dans tes envies et besoins. Je croyais aussi que tu avais besoin de moi ? C'est ce que j'ai voulu faire là, tu sais pourtant que je n'aime plus parler et que je préfère agir. Ce que tu aurais vu si tu me connaissais aussi bien que tu le prétends.

Sa voix toujours glaciale et qui claque sur la dernière phrase qu'il a à dire à Steve.

- Ou alors tu as besoin de moi style cinq minutes quand ça te prend ? Je ne suis pas ton jouet Steve.

Elles sont là la fêlure et la déception, l'impression d'un coup que son homme ne le connaît plus, l'impression que Steve cherche à l'empêcher d'agir ou d'être lui-même. Lui, Steve, son âme sœur, qui prône pourtant la liberté pour tous et qui lui fait ça, qui lui parle ainsi. Sans doute que Bucky agit avec un fantôme du passé au dessus de la tête, un fantôme pas si vieux que ça d'ailleurs, celui d'Hydra et de ce qu'ils lui ont fait faire. Sans doute que oui, est-ce ça qui l'oblige à se rebeller contre Steve, à lui faire sentir ce qu'il pense de son comportement à son égard. Puis finalement ce sont d'autres mots qui viennent, parce que se rebeller deux minutes ça ne suffit pas, parce qu'en même temps il ne cherche pas à se libérer de la prise de Steve -malgré la légère envie de lui coller son poing dans la figure.

- Je croyais que tu voulais être seul, qu'est-ce que tu attends ?

Toujours aussi froid mais cette fois son ton est on ne peut plus neutre. Steve veut jouer au con, il le fera aussi, ce n'est même plus la peine qu'il essaye d'obtenir quoi que ce soit de Bucky là. Le brun a sa fierté l'air de rien et là ses limites sont définitivement atteintes, il peut bien tout encaisser mais pas ça, pas que Steve le repousse et joue ainsi avec lui.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 02:32

lean on me
stucky

« I am outside and I've been waiting for the sun with my wide eyes, I've seen worlds that don't belong. My mouth is dry with words I cannot verbalize. Tell me why we live like this, keep me safe inside your arms like towers, tower over me. Cause we are broken. What must we do to restore our innocence and all the promise we adored ? Give us life again 'cause we just wanna be whole. »
Il y avait quelque chose ce soir chez eux, une sorte d'orage qui planait au dessus de leur têtes et plus cela passait, plus il le sentait. Il se sentait oppressé. Pas par Bucky, il ne saurait même pas dire ce qui l'oppressait... Ah, si. Ses démons intérieurs. Bucky savait ce que c'était et pourtant, il semblerait que cela lui échappe dans le regard de Steve. Ce regard quand on sait que ça peut péter à tout moment mais qu'on fait de son mieux pour que ça ne s'échappe pas.

Sauf que ça finissait par s'échapper et quelque démons finissaient par ressortir contre son gré, se rebellant contre Bucky. Il le regretterait bien assez tôt, il le savait mais il n'avait pas la tête à rire ni jouer, il était bien trop mal en point pour en venir à ça. Il déraillait et le problème à cet instant, c'était que son homme aussi, déraillait. C'était bien pour ça qu'il ne voulait pas craquer, initialement, ou en tout cas pas devant Bucky. Parce que c'était Bucky qui avait besoin de lui et même si l'inverse était tout aussi vrai, Steve était peut-être le seul des deux à pouvoir supporter les crises de Bucky alors que Bucky ne pouvait pas supporter ses crises. Ca le frappait petit à petit au fil des minutes.

Il la voyait, cette trace d'amertume. Il voyait dans son regard, limite s'il ne voyait pas son coeur se briser. Steve n'avait pourtant pas été méchant, car nul doute que s'il avait voulu l'être, Bucky aurait sûrement pété un câble et dans tous les cas, Steve ne pouvait pas être méchant, encore moins envers Bucky. Être froid, ferme, autoritaire, il pouvait. Mais il ne fallait pas confondre ça avec de la méchanceté. Je sais que rien ne peut te contrôler. Non rien. Peut-être Bucky, si, il le pourrait, il l'a déjà fais à nombreuses reprises mais là ? Il s'y prenait sûrement mal même si en d'autres temps Steve aurait mieux réagit à la taquinerie, là, il réagissait mal, il n'avait pas la tête à ça. Pourtant Bucky avait bien du contrôle sur lui, plus qu'il ne semblait l'imaginer. Il y avait juste des choses que lui-même ne pouvait pas contrôler, alors un autre ?

Il écoutait les mots de Bucky, soutenant son regard. Il serrait les dents en le regardant. Comment Bucky osait-il sortir des choses pareilles ? Il avait envie de lui en mettre une pour lui remettre les idées en place, le secouer. Cette semaine avait-elle été inutile pour qu'il se dise ça ? Tous les mots que Steve lui avait adressé, tous les baisers, toutes les caresses, tous les câlins, tous les gestes quotidiens. Cette impression que Bucky remettait tout en cause. Si Bucky voulait se venger et lui briser le coeur en retour, il avait plutôt bien choisi ses mots. Il n'avait pas la force, ce soir, de se raisonner, de peser chaque mots, de les analyser. Alors les larmes lui montaient aux yeux, c'était les mots de trop.

Non, tu n'es pas mon jouet. Non, je n'ai pas besoin de toi juste cinq minutes. Tu es l'amour de ma vie, Bucky. Mon âme soeur. Tu es mon homme, ma moitié. Tu es tout ce que j'ai, tout ce que je veux.

Un sanglot. Il avait perdu tant de monde et Bucky était ce qu'il lui restait. Oh, il lui restait bien Sam mais ce n'était pas tout à fait pareil. Toutes ces années à se battre et pas juste contre Thanos mais depuis la seconde guerre mondiale, tout lui explosait en pleine tronche, là. Comment Bucky pouvait-il croire ça ?

Ce n'est pas parce que je veux aller courir seul trente minutes que je n'ai pas besoin de toi, Bucky.

Mais tu n'es pas le seul à être bouffé par les remords, pas le seul habité par un tas de démons qui ne demandent qu'à s'échapper. Steve ne cherchait donc pas à déposer un baiser contre ses lèvres, même s'il en crevait d'envie. Qu'est-ce que j'attends ? Hm. On lui avait déjà fais la leçon et heureusement que Bucky ne pouvait lire dans ses pensées, ce "quand une fille te dit de partir, ça veut dire que tu ne dois surtout pas partir". C'était peu flatteur dis comme ça, voir même un peu machiste mais. A défaut de déposer un baiser sur ses lèvres, il déposait un baiser sur son front et il le relâchait en se relevant, histoire de ne pas lui pleurer dessus non plus et il n'osait pas imaginer la tête qu'il devait avoir à cet instant.

Il ne se relevait pas, il s'asseyait juste au bout du lit, essuyant ses larmes. Il craquait enfin mais maintenant que les vannes étaient ouvertes, il ne savait pas si elles pourraient un jour se refermer, cette impression que plus il essuyait des larmes et plus il y en avait à ressuyer. S'il finissait par se lever, c'était pour aller dans la salle de bain, parce qu'il ne voulait pas imposer ça à Bucky ou qu'il se sente forcé de quoi que ce soit vu ce qu'ils venaient de se dire.

Mais maintenant c'est parfaitement clair, tout ce que j'ai pu te dire et faire cette semaine, ça t'est passé complètement au dessus de la tête.

Le choix des mots étaient importants et clairement, Steve ne pouvait pas oublier ou passer outre ce que Bucky avait pu lui dire, sur quel ton il avait pu lui dire aussi. Mémoire eidétique oblige. Il reprenait son pantalon pour aller dans la salle de bain et le remettre. Se passer de l'eau froide sur le visage avant de remettre son pantalon mais cela ne changeait rien. Ses yeux étaient rouges, faisant ressortir davantage ses iris bleus-verts noyés. Il profitait de l'eau dans ses mains pour plaquer ses longs cheveux vers l'arrière de sa tête. Steve avait ouvert son coeur à la seule personne au monde à qui il pensait pouvoir le faire et visiblement, il avait parlé dans le vent tout ce temps. Bucky pouvait lui dire bien des choses mais ça, c'était beaucoup trop.

Il ne savait pas s'il devait vraiment partir ou non, son pantalon était toujours sur un meuble de la salle de bain, posé à la va-vite. Il avait bien l'idée d'aller dans la baignoire, de prendre un bain ou une douche le temps que le sanglot passe, ça valait mieux que sortir et même s'il commençait à faire vraiment nuit, on aurait vu ses larmes et il aurait suffit qu'il croise n'importe qui dans le couloir ou les escaliers et c'était foutu. Il tenait juste le lavabo, à deux doigts de l'exploser entre ses grandes mains, à deux doigts de l'arrache du mur pour se défouler, il ne savait même pas ce qui le retenait de le faire.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1774
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 03:52


Lean on me
Stucky

Crashing, hit a wall. Right now I need a miracle. Hurry up now, I need a miracle. Stranded, reaching out. I call your name but you're not around. I say your name but you're not around. I need you, I need you, I need you right now. Yeah, I need you right now. So don't let me, don't let me, don't let me down. I think I'm losing my mind now. It's in my head

Trop de problèmes en une seule journée, Bucky n'a pas eu le temps de vraiment se calmer de la matinée, de revenir à un état de stress acceptable que les choses s'enchaînent. Pourtant c'était impossible qu'il reste sourd et aveugle au comportement de Steve, un peu trop sans doute, alors que justement il a eu l'impression de lire quelque chose dans le regard de son homme. Un reflet de son propre regard, les rares fois où il s'est regardé dans une glace. Mais non, pas Steve, ce n'est pas possible, Bucky fabule, dites lui que c'est ça, de là, le brun a fait en sorte de ne pas y faire plus attention que ça. Sans doute qu'il aurait dû. Autre problème et ça, Bucky ne peut s'en prendre qu'à lui-même, cette habitude qu'il a prise il y a longtemps de ne pas s'opposer directement à Steve, de toujours laisser tomber à un moment ou à un autre. Le faire en soupirant ou en détournant le regard ou encore en changeant de sujet de conversation. Oui, il a filé de sales habitudes à son homme... Il y a aussi le fait que pour lui, ils sont égaux dans tout ce qui est possible d'imaginer, surtout dans le privé, égaux tous les deux. Aucun pour tenter de contrôler l'autre, une relation équitable au possible malgré les apparences qu'ils peuvent avoir. Mais surtout que Steve ne tenterait jamais de jouer avec lui ou de le manipuler, pas après tout ce qu'ils ont pu se dire au cours de cette semaine. Est-ce que ça le frôle que son homme n'essaye pas de le manipuler ? Oui mais. Et c'est là le souci, ils partent trop loin et se font du mal, peut-être bien sans le vouloir mais là à la seconde, Bucky ne le voit pas ça.

Tout ce qu'il voit c'est que Steve lui brise le cœur à croire que Bucky peut chercher à le contrôler, surtout lui, même sans les décennies qu'il a passé en étant contrôlé, c'est la dernière des choses qu'il pourrait essayer de faire à quelqu'un...alors le faire à l'amour de sa vie. Surtout en partant du principe qu'ils sont sur un pied d'égalité dans leur relation. C'est même pas tant que Steve veuille sortir seul, c'est la manière dont il lui dit les choses qui ne passe pas, qui l'oblige à se rebeller ainsi. Est-ce que le fait d'être ainsi tenu par Steve entre en ligne de compte ? Peut-être mais pas de manière consciente. Steve qui dans ses mots, donne l'impression également qu'il ne connaît pas Bucky aussi bien qu'il peut le dire. Pour faire bonne mesure, il faut aussi ajouter que le brun vient de passer une semaine dans un cocon, coupé du monde ou presque, un cocon limité à Steve, leur appartement et lui-même. C'était apaisant et rassurant tout ça, tout ce qu'il s'est passé, Bucky avait commencé à croire qu'il allait enfin s'en sortir ne serait-ce qu'un minimum et tout a volé en éclat ce matin et que ça éclate encore plus ce soir. Il a l'impression que même sa relation avec Steve est entrain de voler en éclat, quand bien même, lui ne remet rien en cause.

Bucky n'en peut plus et a atteint ses limites là, persuadé que son homme ne pourra plus obtenir une seule réaction dans un sens ou dans l'autre de sa part. Que pour la soirée la communication est définitivement rompue, fierté et orgueil blessé, le cœur brisé par les paroles de Steve. Il ne le quitte pas du regard pourtant tout en lui parlant, notant les changements dans le regard et l'attitude de son homme. Bien qu'il peut donner l'air de ne pas les voir sur le coup, son cœur qui se serre et la sensation que d'une seconde à l'autre il va manquer d'air dans ses poumons. C'est même ça, il ne se rend compte qu'après coup que sa respiration s'est coupée et qu'il part en apnée. Les mots de Steve, encore, qui déclenchent ça et ce n'est toujours pas l'idée qu'il sorte seul le problème. Mais comment peut-il rester réellement impassible aux mots mais surtout au sanglot de son homme ? C'est tout bonnement impossible et son regard perd directement cette froideur mais il est tout aussi impossible pour lui d'ouvrir la bouche, même s'il en a envie sur le coup.

Honnêtement en se rebellant encore, Bucky ne sait pas ce qu'il attend. Que Steve sorte vraiment tout seul ou qu'au contraire cela le fasse rester. Est-ce qu'il y a seulement une bonne solution ? Non. Le brun ne bouge pourtant pas quand son homme le lâche et se met au bord du lit, trop occupé à récupérer sa respiration et ne pas se ruer sur Steve pour lui demander pardon. Rien que l'entendre pleurer suffit à ça alors les mots suivant, comment dire que Bucky a envie de disparaître, de cesser d'exister carrément. T'es vraiment bon qu'à faire du mal autour de toi. La culpabilité qui arrive au triple galop, avec cette petite voix dans sa tête, il ne mérite rien et certainement pas Steve, une pulsion qui le prend, qui lui donne envie de se lever et chopper une de ses armes. Ou mieux encore un de ses couteaux qu'il garde sous le matelas de son côté du lit. Faire du mal à Steve...la seule chose qu'il ne voulait pas faire et il y est en plein.

Bucky serre les dents en le suivant vaguement du regard quand il part dans la salle de bain, luttant contre cette envie...mortelle, luttant contre sa fierté qui lui susurre de ne surtout pas bouger et de laisser Steve comprendre le mal qu'il a fait lui aussi. Luttant de ce fait contre son envie de le rejoindre et de l'implorer, oui carrément, de lui pardonner, de lui dire que ce n'est certainement pas ce qu'il a voulu dire. Le résultat, c'est que le brun éclate lui aussi en sanglots, se relevant, le corps tremblant, faisant deux pas en avant puis un en arrière et rebelote. Jusqu'à ce que ça soit cette violence, cette colère latente qui cherche à prendre le dessus et lui faire frapper quelque chose, un mur ou justement rejoindre Steve et lui coller son poing dans la figure. C'est cette colère qui le porte en avant, qui le fait se rapprocher de la salle de bain. C'est un peu tout mélangé qui le fait se stopper à deux pas de la porte et s'appuyer le dos au mur pour se laisser glisser sur le sol. Il ne cherche même pas à cacher tout ce qui peut l'agiter alors que finalement sa voix se fait entendre, tout aussi tremblante que lui-même.

- Pardonne moi Steve, je t'en prie...ce n'est pas ce que j'ai voulu dire...

Finalement c'est sa fierté qui est allé se faire foutre ailleurs, pour Steve, tout est toujours pour lui de toute manière. Les genoux relevés contre sa poitrine, son visage qui vient se poser dans le creux formé par ses cuisses et ses bras encercler sa tête. N'attendant même pas une seule réaction de la part de Steve, persuadé qu'il vient de le perdre pour de bon, juste il espère que Steve va lui laisser le temps d'un tant soit peu se reprendre avant de bouger de là.

(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Lean on me. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

Lean on me. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» you know you can lean on me ◊ Pete (terminé)
» Atheo Kaizoku Sakki Lean
» We all need somebody to lean on – LIAM&JULES
» Nëya Vil'Lean
» WE NEED SOMEONE TO LEAN ON の MACKENZIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: Déposons les armes :: RP terminés-