RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Dominic Fortune, Richard Rider
Alexi Shostakov & Elliott Proctor sont très attendus.

Partagez|

Can't get you off my mind. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Sam 07 Juil 2018, 11:53


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
Il était si... obnubilé. Si obnubilé qu'il aurait vu le moindre signe chez son homme qu'il faisait quelque chose de mal, s'il passait sa main sur un endroit encore sensible, s'il disait quelque chose de travers, bref, il était si attentif qu'il songeait qu'il l'aurait forcément su sans que Bucky n'ait à le dire. La situation pouvait être amusante en un sens, les rôles qui s'inversaient de la sorte, là où Bucky avait toujours pris soin de Steve, il aimait que les rôles s'inversent pendant un temps, c'était comme lui rendre tout ce que Bucky lui avait toujours donné. Se montrer patient comme Bucky avait du l'être, se montrer doux comme Bucky avait pu l'être.

La tendresse qu'ils auraient pu avoir au lit après l'acte, semblait se poursuivre ici. Il se découvrait autant qu'il découvrait Bucky sur ce plan, il découvrait donc ce besoin de tendresse qu'ils avaient. Il n'allait pas s'en plaindre, ils semblaient être pareils sur ce plan comme sur tellement d'autres. La question du comment n'ai-je rien remarqué ? revenait de façon légitime selon lui. L'eau, il l'occultait un peu pendant ce moment, elle coulait sur eux, glissait sur eux, mais cela ne l'empêchait pas d'agir comme il en avait envie, il trouvait juste plus agréable de sentir de l'eau chaude sur lui au lieu de l'eau froide de ces dernières années. Sauf qu'ironiquement, c'était son homme qui se montrait raisonnable, se laver avant de manquer d'eau chaude. Il avait peut-être trop pris l'habitude du confort du prochain siècle à ce sujet pour avoir éclipser cette donnée.

Il admirait la facilité déconcertante avec laquelle ils communiquaient même maintenant, cette facilité déconcertante à s'aimer. Peut-être étaient-ils trop tactiles, trop l'un avec l'autre, mais ils avaient manqués tant de choses toutes ces années et les derniers événements jouaient aussi là-dedans, l'air de rien. Peut-être que dans quelque jours ou semaines cela ira mieux, même s'il en doutait beaucoup, c'était si agréable ces moments, si parfait. Bien plus parfait que tous les films à l'eau de rose qu'il avait pu voir à la télévision ou au cinéma, bien mieux que tous les livres qu'il avait pu lire. De ces choses qu'il fallait vivre pour comprendre. Mais aussi, son instinct protecteur qui reprenait le dessus, cette envie, plus forte qu'avant encore, de le mettre dans un cocon, le protéger du reste du monde. Ou l'enfermer dans ses bras et ne plus jamais le laisser en sortir.

Il souriait timidement quand il voyait Bucky passer ses mains sur lui pour lui laver le torse, sans tomber dans le cliché du "c'est tout à toi, je suis tout à toi", il n'en n'était pas loin non plus. Des sourires tendres, des regards tendres et une pointe de "ça va, tu t'amuses ?" dans le regard et le sourire. C'était toujours si bizarre pour lui de sentir des mains sur son torse, de cette façon, c'était encore nouveau, même avec Jessica cela n'avait pas été ainsi, disons, des moments câlins ou plutôt, un moment câlin. Là, il prenait le temps de découvrir et d'être découvert. Dire qu'il y a quelque heures encore il broyait du noir dans le canapé et que maintenant, il mettait du savon sur ses mains pour rendre la pareille à sa moitié.

Lui laver le dos. Aventurer timidement ses mains dans un premier temps, essayant de le découvrir sans vouloir le blesser, se demandant à partir d'où la douleur de son épaule gauche pouvait commencer, les limites à ne pas franchir. Que sa moitié soit tolérante ou non à la douleur n'importait pas, il voulait éviter au maximum de lui faire mal ou lui provoquer quoi que ce soit de désagréable. Il l'effleurait dans ce but dans un premier temps. Il voyait sa moitié tourner la tête vers lui et il lui souriait, il l'avait senti se tendre pendant quelque secondes mais il avait fait comme si de rien n'était sur sa peau, il ne comptait pas retirer ses mains, en tout cas. Un petit sourire amusé et il comprenait la démarche alors qu'il venait déposer un baiser contre ses lèvres. Ne lui avait-il pas dis qu'il le prenait tout entier ? Que c'était lui qu'il voulait, qu'il soit ou non cassé, brisé ? Il le voulait en entier, toujours. Ce n'était pas quelque cicatrices qui allaient changer ça.

Tu es magnifique, Bucky. Même sur ce plan, je suis chanceux.

Un petit rire pour terminer sa phrase, il était convaincu d'être chanceux de l'avoir, un jour, Bucky comprendrait pourquoi, si ce n'était pas déjà le cas : la chance d'avoir pour âme soeur une personne qui le comprenait mieux que quiconque, qui avait tout vu de lui mais l'aimait encore. Des mots qui pouvaient paraître simple ou niais mais il le pensait et se disait que, peut-être, Bucky avait besoin de l'entendre. Pour lui, il serait toujours beau. Il ne voulait que l'encourager à redevenir l'homme et virer le soldat de l'hiver. Redevenir un homme entier. Ce qui, sur l'instant, lui faisait se dire qu'il y parviendrait mais en reprenant confiance en lui, autrement qu'en sachant manipuler toute sorte d'armes ou se battre avec son corps directement. Puis il posait ses mains sur la base de son épaule gauche, juste après la nuque et sa main droite sur son épaule. Il déposait un baiser sur le sommet, à l'arrière de son crâne, puisque désormais, il le pouvait par sa taille.

Que dirais-tu d'un bon massage après la douche et après avoir manger ?

Un massage, rien que ça. Il exerçait une légère pression avec ses pouces. Les crampes à force de courir ça lui arrivait comme ça arrivait à d'autre, ces choses là pouvaient lui arriver même si c'était bref. Il connaissait les gestes, voilà tout. Quant au "après manger", ils avaient besoin de retrouver des forces et de vraiment manger et vu ce que Bucky avait ramené, ça allait être enfin possible. Ses mains glissaient le long de son dos, il y allait doucement, surtout avec sa main gauche où chaque geste était analysé. Du moins, jusqu'à arriver au milieu de son dos où sa main gauche exerçait la même légère pression que la droite, ou plutôt : le toucher vraiment, pas juste l'effleurer. Il admirait les tracés parfaits de ses muscles, comme il ne pouvait résister à déposer un petit baiser sur sa peau, dans son cou, à gauche. Il ne voulait jamais que l'aimer et il ne voulait jamais que son bonheur, après tout. Si niais ce soit, si cul-cul ce soit, qu'importait tant qu'il était heureux. Qu'il pouvait enfin souffler, enfin fermer les yeux après toutes ces horreurs. Reprendre des forces pour le jour où ils devront remettre l'habit et repartir. Il passait ses mains ainsi sur son dos, retraçant parfois quelque cicatrices en essayant d'imaginer comment c'était arrivé là et en maudissant celui ou celle qui avait osé le blesser. Mais c'était du passé pour Bucky et il n'y avait plus qu'à faire en sorte que d'autres cicatrices ne s'ajoutent pas. C'était aussi à lui de veiller à cela et il le ferait. Il passait ses mains jusqu'au creux de ses reins, se disant que la chaleur de ses mains pourraient peut-être lui faire un peu de bien, surtout avec ce qu'ils venaient de faire à avec quelle intensité, quel rythme effréné, se disant avec le recule qu'un humain normalement constitué n'aurait peut-être pas tenu. Il se souvenait lui avoir déjà dis qu'il le trouvait magnifique mais il avait envie de lui redire, une troisième ou quatrième fois. Même s'il voyait d'ici la moquerie de Bucky, la taquinerie comme à l'époque. Il glissait finalement ses mains un peu plus bas, sur ses fesses, regardant la mousse suivre ses gestes puisqu'il bloquait un peu l'eau avec son dos. Il regardait les traces de ses mains à nouveau. Pour finalement remonter un peu ses mains et sans rompre le contact, les glisser jusqu'à son bas ventre et les remonter lentement, l'entraînant surtout contre lui avec un petit rire et un nouveau baiser dans son cou, du côté droit cette fois, un peu gêné par les cheveux mais il parvenait au moins à son but et c'était le principal. Embrasser son cou tendrement.

Amour de ma vie.

Il murmurait doucement dans son cou. Toujours avec l'idée de "ce sera peut-être trop" alors qu'il voulait juste l'aimer sans plus jamais avoir à le cacher. Un élan un peu trop affectueux, peut-être, qui le faisait l'enlacer à nouveau, juste quelque instants, collant son dos à son torse, nichant quelque secondes seulement son visage dans son cou. Moyen de récupérer un peu aussi mais pas de ce qu'ils avaient fais il y a quelque minutes, mais revoir les cicatrices dans le dos de Bucky, certaines récentes, lui faisaient repenser à la guerre et tout ce qu'il s'était passé, il ne pouvait pas contrôler ses pensées. Ca lui avait traversé l'esprit quelque secondes et cela le poussait à se rappeler quelle chance il avait d'avoir Bucky avec lui, autant que ça lui poussait à se rappeler tout ce qu'ils avaient perdus. Mais ça lui passait vite parce que l'endroit n'était pas idéal et qu'il ne devait pas se laisser abattre, justement parce que s'ils avaient beaucoup perdus, il avait aussi beaucoup trouvé et ne pouvait pas se plaindre alors qu'il avait toujours sa moitié là où d'autres n'avaient plus les leur, il pensait surtout à Wanda qui avait perdu Vision. Il inspirait profondément et se reculait à contre coeur, non sans un dernier baiser, sur son épaule droite cette fois.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1777
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 10 Juil 2018, 02:06


Can't get you off my mind.

Hold me close, hold me tight. Make me thrill with delight. Let me know where I stand from the start. I want you, I need you, I love you with all my heart. Ev'ry time that you're near all my cares disappear. Darling, you're all that I'm living for I want you, I need you, I love you, more and more.

▼▲▼

Bucky n'a absolument aucune confiance en lui à partir du moment où il ne s'agit pas de ses capacités sur le terrain. Il sait parfaitement comment agir en condition de combat, quelle arme choisir pour telle ou telle cible, quelle manière de procéder ou d'aborder les choses. Là oui, il sait ce qu'il vaut, il a été entraîné pour ça après tout, pour être l'assassin parfait, le meilleur et frapper chirurgicalement ou être l'arme de destruction massive qui ne fait pas attention à de possibles dégâts collatéraux. Il sait également parfaitement où sont ses limites physiques aussi, ce qu'il est capable d'endurer ou ne pas endurer et qui d'un point de vue extérieur peut paraître anormal même en le sachant sous sérum. Mais pour à peu près tout le reste, oui, il n'a aucune confiance en lui, il ne s'aime pas physiquement et se trouve repoussant, persuadé que ce qu'il a en lui, dans sa tête se reflète sur son corps. Sans parler de son bras et épaule gauche, là ça dépasse tout mais ses cicatrices sont pas mal également. C'est bien pour ça qu'il s'est tendu sans s'en rendre compte et a serré les dents de cette manière ; il n'aime pas du tout qu'on puisse voir tout ça. N'y arrivant que parce que c'est Steve qui est avec lui, parce qu'il sait quelque part au fond de lui que son homme ne va pas se reculer. Alors même que oui, c'est pourtant sa première pensée, c'est moche, je suis moche, repoussant.

Serrant les dents et se tendant également parce qu'à mesure que Steve passe les doigts sur sa peau et ses cicatrices, il peut se rendre compte de l'ampleur des dégâts. Mais surtout la pensée vient s'imposer, celle que si lui parvient à se souvenir des conditions dans laquelle il a reçu chacune de ses cicatrices, Steve doit se demander comment elles sont arrivés là. Ils ont un peu trop un cheminement de pensées similaires et il n'est pas dur pour Bucky de se mettre à la place de son homme et de se douter de ce qu'il peut penser ; comment il a reçu ça. Peut-être qu'il imagine trop tout ceci alors que Steve ne semble pas marquer de stop ou de mouvements particuliers si ce n'est en l'effleurant plutôt qu'en le touchant vraiment. C'est peut-être juste que Bucky veut tellement le protéger de tout, qu'il en vient à penser ça, comme pour le fait de ne pas vouloir lui parler de quoi que ce soit qu'il a pu vivre. Je ne veux pas te briser le cœur pour quelque chose contre laquelle on ne peut rien. Ce qui est sûr par contre, c'est que son homme semble chercher à voir s'il peut bien avoir mal ou non et c'est non justement, Bucky n'est pas en sucre déjà et ensuite la plupart sont vraiment très anciennes.

C'est peut-être aussi pour ça, qu'il tourne la tête vers Steve et a envie d'un nouveau baiser, pour le rassurer à sa manière et être rassuré également. Par contre les paroles de son homme il s'en passerait même si elles sont justement là pour le rassurer et ça il en est bien conscient. Cela ne l'empêche pas de les recevoir d'un « Hm », oui si tu le dis mon cœur. Je n'y crois pas vraiment mais d'accord. Je ne vois pas en quoi tu es chanceux mais d'accord. Ils en ont déjà parlés de ça, de la manière dont Bucky se voit, que c'est à l'exact opposé de comment Steve peut le voir. Il en a encore eu la preuve tout à l'heure dans le carnet, avec le dessin que sa moitié a fait de lui, donc oui, il accepte d'entendre tout ça et ne pas protester et s'opposer mais c'est tout.

Et c'est reparti, Steve qui le sollicite encore en venant poser ses mains ainsi. Oh sur la droite, il n'a rien à dire mais la main gauche de son homme aussi proche de son épaule, il a du mal à l'encaisser alors que pourtant Steve est la délicatesse même. Plus tendre, c'est impossible.

- Si tu veux, oui.

Semblant incapable de refuser quoi que ce soit à Steve, même si cela veut dire que tout à l'heure il devra de nouveau laisser son homme faire ce qu'il a envie. Le pire c'est que Bucky aime beaucoup en même temps sentir les mains de Steve dans son dos, du moins maintenant qu'il a cessé de l'effleurer et le touche vraiment. Maintenant qu'il lui donne un avant goût de ce qu'un massage pourrait donner. Se surprenant lui-même à s'appuyer un peu plus encore contre les mains de Steve, comme un « d'accord, j'aime ça » ce qui est plus que réel du coup. Un peu à cheval entre deux émotions mais le positif l'emporte sur tout le reste et oui, il ne peut qu'aimer sentir les mains de son homme sur lui et avoir un sourire quand il parvient dans le creux de ses reins. Sourire pour lui-même rapidement suivi par un soupir de bien être alors que Steve laisse encore descendre ses mains. Mais c'est à croire que sa moitié veut lui faire avoir des ascenseurs émotionnels. Bucky le sait que c'est Steve et personne d'autre, qu'il ne craint rien entre ses bras, que rien ne peut lui arriver...pourtant il se retrouve encore pris entre deux choses. Luttant contre son esprit et les réflexes ancrés en lui pour ne pas laisser quiconque l'enserrer ainsi et l'envie de s'abandonner dans ses bras, de fondre en entendant ses paroles. Venant poser ses mains sur celles de Steve, un « laisse moi un peu de temps » avec la peur de le blesser à réagir ainsi et à ne rien lui répondre. Non, reviens.

C'est au moment où Steve recule sa tête au lieu de la laisser dans son cou que Bucky ne réfléchit plus et agit simplement en se serrant de lui-même un peu plus encore contre son homme. Semblant donner l'impression de vouloir se fondre en lui.

- Love of my life...until the end of the line.

Est-ce juste lui ou est-ce qu'il a senti quelque chose émanant de Steve mais il a ce besoin de lui dire ça ainsi, de vouloir lui assurer encore et encore qu'eux deux c'est pour toujours, jusqu'à la fin. Que rien ne pourra jamais changer. Qu'ils s'aiment et que rien ne pourra jamais les séparer. Tu n'as pas à te reculer mon cœur. Oubliant déjà que c'est lui qui a été raisonnable quelques minutes auparavant en prenant le savon dans ses mains pour qu'ils se douchent vraiment au lieu de rester à se câliner et s'embrasser en oubliant le reste. Meh.

Bon d'accord, cette fois c'est son homme qui se montre raisonnable en reculant, bien que Bucky note sa profonde inspiration. Puisque c'est ainsi, il ne perd pas une seconde pour se retourner et faire face à Steve, glissant ses mains sur les hanches de son homme en venant lui voler un baiser.

- J'ai quand même le droit de te laver le dos avant qu'on sorte de là ?

Un peu taquin peut-être mais clairement, on peut voir que si son homme ne veut pas, bah il ne va pas s'offenser pour ça surtout qu'il sait très bien que ça peut lui prendre de longues, très longues minutes à se perdre dans le dessin des muscles de Steve.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Dim 29 Juil 2018, 20:58

Steve était un homme patient, peut-être un peu trop patient parfois. Calme, aussi, même s'il bouillonnait souvent intérieurement. C'était le cas actuellement, il se montrait patient à l'égard de Bucky, lui répétant les même mots jusqu'à ce qu'ils finissent par lui rentrer dans le crâne. Cela arriverait bien un jour, en attendant il lui répéterait ces mots, il répéterait ces gestes aussi. Tu peux y croire, c'est vrai.

Il pouvait donc comprendre que Bucky soit encore réticent à certaines choses, ils avaient été vite et il y avait pris goût mais Bucky restait Bucky, il avait encore du mal avec certains contacts et c'était à lui de se montrer compréhensif et patient sur ce coup là. Pas à Bucky de se forcer. Ils n'iraient pas bien loin si Bucky devait se forcer à faire certaines choses entre eux comme se laisser toucher. Steve notait juste que le côté gauche de son dos était sensible et à éviter, il sentait les muscles de Bucky se tendre sous ses doigts, pas besoin de mots pour le comprendre.

Sauf qu'il arrivait un moment où Steve ne comprenait plus les gestes de Bucky. Se tendre pour finalement se coller à lui quand Steve se reculait. Il ne comprenait pas ce qu'il devait faire, surtout. Alors il partait du principe qu'il laisserait Bucky faire à sa façon sans trop chercher. Parfois il ne fallait juste pas chercher à comprendre, il fallait laisser pisser. Il y avait des fois comme ça où il fallait laisser les choses se faire. Il souriait aux mots de Bucky. Until the end of the line. Ce serait ainsi entre eux, jusqu'à la fin. Il le savait mais cela faisait toujours du bien d'entendre ces mots de sa part, c'était doux et réconfortant. Oui, jusqu'à la fin. Steve avait besoin de stabilité et à défaut d'être dans une époque stable qui serait la sienne, il avait au moins un aspect stable dans sa vie, il avait Bucky et il savait que cela ne changerait jamais. C'était au moins ça et c'était, finalement, le principal. Il souriait avec une certaine tendresse et hochait la tête. Jusqu'à la fin. Certains auraient pu étouffer, lui se sentait reconnaissant, sachant que ce n'était pas tout le monde qui avait sa chance. Il valait mieux se dire ça que déprimer de nouveau.

Il découvrait Bucky, encore, car il aurait plutôt pensé que Bucky n'aurait pas aimé être autant câliné, qu'il aurait vite eu sa dose d'affection, qu'il aurait surtout eu besoin de pouvoir respirer et se mouvoir sans avoir Steve sur le dos à toujours chercher des câlins ou des baisers. Il était agréablement surpris de cette tournure et de se dire que même après deux jours, Bucky ne semblait pas étouffer puisque c'était lui qui cherchait le contact. C'était juste que Steve l'avait senti se tendre à force donc il s'était demandé si ce n'était pas devenu trop mais visiblement non.

Steve finissait par se reculer, il fallait bien finir de se laver et sortir enfin de là, sauf que visiblement, Bucky n'était pas du même avis, il le voyait se retourner et voyait ses traits. Oui, tu as bien entendu. Hm ? Steve était... surpris. Ah, tu veux vraiment faire ça ? D'accord... ? Bon, il n'y avait rien de mal, c'était juste qu'il pensait qu'ils avaient franchis le stade du « c'est un peu trop ». Bien. Il lui souriait, un peu amusé par la situation et il acquiesçait, se retournant pour lui laisser le champ libre, amuse toi. Steve commençait surtout à avoir faim, ce qui l'avait poussé à se dire qu'il faudrait sortir de sous la douche mais il n'allait pas refuser à Bucky de lui rendre la pareille si c'était ce qu'il voulait et il n'avait pas l'impression que Bucky voulait faire ça parce qu'il lui était redevable de quelque chose ou qu'il s'y sentait obligé, ce qui l'encourageait à simplement se tourner pour le laisser faire.

« Pas trop longtemps alors, il faut qu'on aille manger un peu pour reprendre des forces. »

C'était sa seule condition et encore, est-ce que cela en était vraiment une ? Bucky devait sûrement avoir très faim lui aussi. Ce n'était pas les barres de céréales qui leur restaient qui avait pu les nourrir.


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1777
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 31 Juil 2018, 15:12


Can't get you off my mind.

Hold me close, hold me tight. Make me thrill with delight. Let me know where I stand from the start. I want you, I need you, I love you with all my heart. Ev'ry time that you're near all my cares disappear. Darling, you're all that I'm living for I want you, I need you, I love you, more and more.

▼▲▼

Bucky sait parfaitement qu'il peut être instable et donner l'impression aux gens de ne pas savoir ce qu'il veut, de ne pas savoir comment il va réagir. Et pour ce dernier point, c'est on ne peut plus vrai, le brun ne sait jamais comment il pourrait réagir à tel ou tel geste ou même mot. C'est bien pour ça qu'en plus de ne pas aimer qu'on le touche, il ne laisse normalement personne l'approcher assez près pour pouvoir le faire. Qui sait quel souvenir pourrait remonter mais plus inquiétant, quel réflexe de défense du Winter Soldier pourrait se déclencher. Il peut compter sur les doigts d'une main les personnes qu'il a laissé autant approcher pendant la guerre : Bruce et Hulk, parce qu'il savait que l'un ne le toucherait pas ou que s'il le faisait il n'avait rien à en craindre et que l'autre pourrait encaisser un coup de sa part au cas où. Loki, parce que de toute manière ils ont dû faire équipe et le dieu faisait ce qu'il voulait, il pourrait même jurer que le voir se reculer ou mal réagir l'amusait et lui aussi pouvait encaisser au cas où. Wanda, parce que la mutante est une puce, une puppy à ses yeux malgré ses pouvoirs plus que dangereux et qu'elle a compris comment il peut fonctionner.

Mais surtout le plus important, celui qui a presque tous les droits avec Bucky ; Steve. Même le Winter Soldier ne trouve rien à y redire quand Steve approche et le touche, son homme qui, depuis qu'il a retrouvé un semblant de mémoire, n'a strictement rien à craindre avec lui, pas de mauvais réflexe ou autre. C'est ancré en Bucky depuis tellement longtemps qu'il ne pouvait en être autrement, ce qui est encore plus vrai depuis qu'ils sont dans cette époque, depuis qu'ils sont ensembles. Même si cela reste compliqué selon les moments, comme là quand sa moitié l'enlace par derrière, ça va au delà du fait que Bucky ne s'aime pas. Et cela donne que le brun a l'air de passer d'un état à l'autre, qu'il n'est pas stable alors que pourtant sa stabilité vient de Steve. C'est juste qu'il doit se débarrasser de certains réflexes, au moins avec son homme, parce qu'il sait qu'en dehors avec les autres, cela va être impossible. Peut-être que Bucky devrait lui expliquer que ce n'est pas Steve qui fait quelque chose de mal ou de trop ? Lui dire que ça vient de lui uniquement, qu'il lui faut juste un peu plus de temps pour certaines choses ? Se laisser du temps, ils en ont parlé la veille. À la place, Bucky lui assure à sa manière que même s'il se tend et semble ne pas savoir ce qu'il veut, rien ne change entre eux et rien ne changera non plus.

Tout plutôt que Steve n'en vienne à penser que Bucky en a marre de ses câlins et de ses baisers alors que ce n'est pas le cas. Il n'en a pas marre, ce n'est pas trop, comme ce n'est pas, pas assez, le brun a largement ce qu'il faut comme dose de tendresse et ça lui convient parfaitement ainsi. C'est bien pour ça aussi qu'il se retourne et pose directement ses mains sur sa moitié et qu'il lui pose cette question par la suite. Sans compter que lui aussi a envie de prendre soin de Steve, de le découvrir encore et encore mais aussi un moyen de lui prouver que ce n'est pas trop. Ou peut-être aussi de lui changer les idées, ils se comprennent facilement sans mots qui plus est donc autant en profiter. Surtout que Bucky a quand même bien parlé depuis hier et que là par contre, il en a marre de parler, du moins pour le moment.

- D'accord.

Manger ? Bucky en avait oublié qu'il a faim l'air de rien, toujours cette tendance à repousser ce genre de « détail » dans un coin de son esprit. Rester sur sa faim, sur sa soif, des choses que là encore Hydra lui a appris à faire et d'une manière plutôt brutale même s'ils lui ont aussi appris que seule sa propre survie comptait quand il partait avec d'autres soldats. Se retenant du coup d'ajouter un truc comme « surtout toi » à la mention de reprendre des forces, vu qu'en plus il n'est pas idiot et sait très bien que sa moitié lui répondrait que Bucky aussi en a besoin. Les deux mêmes, ils se sont pas mal privés pour permettre aux autres d'avoir plus encore pendant la guerre.

En tout ça, il n'a perdu une seconde quand son homme s'est tourné pour attraper le savon et s'en mettre sur les mains avant de passer ses mains dans le dos de Steve. Détaillant ses muscles aussi bien visuellement que sous ses doigts, commençant à ne plus être aussi frustré de ne pouvoir réellement les toucher de sa main gauche. Admirant la manière dont chacun de ses muscles roulent sous sa peau au plus infime mouvement, admirant la douceur de sa peau et sa perfection sans aucune cicatrice. Passant ses mains en allant de ses épaules pour descendre petit à petit jusqu'à ses reins, poussant même à les poser un instant sur ses fesses. Tout chez son homme est la perfection même, il est la perfection incarnée pour Bucky et personne ne pourrait lui ôter ça de la tête. Finissant son œuvre d'art aka couvrir le dos de son homme de mousse pour mieux en profiter et venir déposer un baiser contre la peau de sa nuque, seul endroit ayant échappé à ses mains et au savon.

- Et voilà, on va pouvoir aller manger.

L'évidence même n'est-il pas mais bon, c'est dit et encore que Bucky aurait pu ajouter à son « et voilà » un « encore plus beau comme ça » ou autre phrase de ce genre. En tout cas, il se recule pour laisser de l'espace à sa moitié et que Steve puisse bouger comme il en a envie.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Sam 04 Aoû 2018, 13:07


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
Il sentait qu'il y avait un bon bout de chemin à faire avant qu'il ne puisse toucher Bucky sans que celui-ci ne se tende, un bon bout de chemin pour pouvoir le toucher sans qu'il ne sursaute ou n'ait à réfléchir, qu'il comprenne qu'il pouvait simplement être touché sans qu'il n'y ait une mauvaise intention derrière... C'était à lui de lui apprendre ça. Il ne pouvait pas lui en vouloir une seule seconde avec ce qu'il avait vécu et lui-même avait parfois quelque mouvements de recule, quelque hésitations. Il n'était pas habitué à ce que l'on s'occupe de lui et c'était son choix, il n'aimait pas qu'on s'occupe de lui alors qu'il y avait, selon lui, plus important. Il n'avait pas l'habitude qu'on le touche, c'était dans son éducation que garder une certaine distance mais c'était aussi une habitude qu'il avait pris avec sa solitude, passer du "personne ne me touche" à "j'ai quelqu'un qui m'enlace constamment", c'était un grand changement même pour lui. Mais un changement des plus agréables, il adorait sentir les mains de Bucky, oui, les mains. Pas juste la main droite, se disant qu'au final c'était l'intention qui comptait et cela restait Bucky, sa main gauche n'était pas froide d'ailleurs, il n'y avait donc pas de surprise à sentir une main froide contre sa peau réchauffée par l'eau chaude qui leur coulait dessus.

Il acceptait de jouer le jeu, que sa moitié lui rende la pareille, se retournant avec un petit sourire aux lèvres. C'était agréable de sentir cette douceur sur sa peau, il relevait même le regard par dessus son épaule pour voir ce qui pouvait se passer sur le visage de Bucky mais il ne voyait pas grand chose et décidait de se laisser aller à ce petit jeu. Un petit soupir, c'était agréable et il en frissonnait même. Bucky doutait-il de lui ? D'être capable de tendresse ? Il ne comprenait pas forcément ce qu'il faisait, sûrement la même chose que lui, découvrir, mais c'était agréable, sorte d'accalmie après ce qu'ils avaient fait dans ce canapé. Canapé un peu inconfortable qui aurait pu lui casser le dos s'il était un humain lambda mais qu'il avait pu supporter, cela ne l'empêchait pas d'apprécier cette douceur à sa juste valeur. Tout être avait besoin de douceur et de tendresse. Il inspirait profondément. Drôle de sensation que les mains au niveau de ses reins, il se découvrait être sensible à cet endroit, ayant l'impression de recevoir quelque décharges dans son bas ventre, une chaleur qui l'enveloppait aussi, il en bougeait brièvement, surpris de ressentir ça. Bouger sans bouger, juste quelque millimètres à peine en sentant les mains chaudes de Bucky, c'était... très agréable de sentir ça, mais oui, surprenant. Il découvrait. Reculer légèrement, comme pour appuyer sur les mains de Bucky, indiquer qu'il aimait beaucoup sentir ses mains au niveau de ses reins sans savoir comment lui dire, mais c'était Bucky, il comprendrait forcément. Il s'amusait ensuite à sentir ses mains sur ses fesses, à croire que c'était plus fort que Bucky mais il n'allait pas lui reprocher, Bucky avait sûrement encore quelque traces de ses mains à ce même niveau, ce serait donc hypocrite de lui reprocher.

Un baiser sur sa nuque et il frémissait encore, il se rendait compte qu'il avait d'instinct fermé les yeux pour profiter de l'instant. Il souriait tendrement à ce baiser, il aurait aimé lui rendre ce baiser mais il se retenait comme il pouvait. Il se retournait pour se rincer le dos et en profitait pour attirer sa moitié contre lui, un petit sourire amusé sur les lèvres. Ses mains sur ses hanches, l'attirant tout contre lui et lui volant un baiser, murmurant ensuite contre ses lèvres un petit c'est toi que je vais finir par manger , tout aussi amusé. Surtout pour le dévorer de baisers plus qu'autre chose pour l'instant, besoin de reprendre des forces avant de penser à plus. Il ne se retenait pourtant pas de lui voler d'autres baisers. Quelque secondes ou quelque minutes, aucune idée, mais il finissait malgré tout par couper l'eau, s'essorer un peu les cheveux et sortir de la baignoire. Il faudrait vraiment qu'ils pensent à se trouver des serviettes et... un rasoir, quand il passait devant le miroir mural. Pas forcément pour sa barbe, encore que, au moins la tailler, mais c'était aussi pour son torse. Il était vieux jeu, après tout et à cette époque, la pilosité était mal perçue, souvent perçue comme sale.

Heureusement pour eux, il faisait très chaud, leur appartement en plein soleil toute la journée aidait aussi. Il ne remettait qu'un sous-vêtement en allant ensuite dans le salon, laissant un peu d'espace quand même à son homme pour lui. Il avait toujours plus faim à mesure des minutes qui passaient. Il allait vers le frigo pour voir un peu mieux ce que son homme avait rapporté et essayer de voir comment ils allaient faire cuir ça, ce n'était pas comme s'ils avaient plein d'instruments de cuisine à disposition après tout. Il s'étirait un peu aussi, un besoin de s'étendre un peu. Frissonnant aux gouttes d'eau qui en profitaient pour couler de ses cheveux sur sa peau, elles rouleraient peut-être sur le sol mais là encore, ce n'était pas comme s'ils avaient le luxe d'avoir des serviettes à disposition puis cela sécherait bien vite vu la chaleur dans l'appartement même avec les fenêtres ouvertes et le vent tiède qui passait.

Tu as une idée pour faire cuir tout ça ?

Des fois que Bucky ait ramené des ustensiles de cuisine aussi avec les aliments, sait-on jamais.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1777
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Jeu 09 Aoû 2018, 16:44


Can't get you off my mind.

Hold me close, hold me tight. Make me thrill with delight. Let me know where I stand from the start. I want you, I need you, I love you with all my heart. Ev'ry time that you're near all my cares disappear. Darling, you're all that I'm living for I want you, I need you, I love you, more and more.

▼▲▼

Découvrir toujours plus son homme maintenant qu'il peut vraiment en profiter pour le faire. Se souvenant, en promenant ses mains dans son dos, que depuis que Steve l'a sorti d'Azzano, par moment Bucky s'est demandé, à quoi son corps pouvait ressembler. Le changement était si radical, si abrupt, son Stevie qui faisait une tête de moins que lui, tout maigrelet, qui d'un coup ressemblait à une putain de statue grecque qu'on a envie de toucher et qui est presque plus grand que lui. Ce qu'il avait pris, à l'époque, pour de la curiosité malsaine, pour quelque chose qui ne se fait pas, que ce n'était que parce que Zola lui avait injecté dieu sait quoi que ça le faisait dérailler ainsi. Il sait maintenant que c'était logique, que c'était sans doute un signal de sa tête ou de son cœur voir les deux, poussé par cet espèce de sérum dans ses veines. Il se souvient de ses questionnements, de ses engueulades mentales qu'il a eu avec lui-même surtout le soir posé au coin du feu, si seulement il avait compris les choses à cette époque là...

Tenter de refaire le passé, ne sert à rien de toute manière et malgré tout ce que Bucky a pu endurer, il ne voudrait toujours rien modifier. Ils sont là aujourd'hui et maintenant, ils sont ensembles et peuvent en profiter, c'est tout ce qui importe au final. Il y a juste à rattraper tout ce temps perdu, chose qu'il compte bien faire, comme justement en ne se privant pas de passer et repasser ses mains sur la peau de Steve. Il est à la limite de l'émerveillement en le faisant, gardant pourtant le fil de la réalité, vu que son homme lui a dit qu'ils doivent aller manger, le bien être de Steve passe avant ses envies de découvertes. Et puis ce n'est pas comme si Bucky se privait réellement, il pourra encore et encore jouer sur lui comme maintenant ou comme un peu plus tôt dans le canapé. Mon dieu le canapé, jamais il n'aurait pu penser qu'il oserait faire ce qu'il a fait quand bien même ça lui semble toujours plus que normal et naturel. Se disant qu'il en avait envie et que cette envie lui reviendra sûrement, donc pourquoi s'en priver et chercher plus loin.

Parvenu au creux de ses reins et en le voyant bouger même aussi légèrement, Bucky redresse la tête pour regarder Steve. Est-ce qu'il lui a fait mal ? Est-ce qu'il a trop appuyé surtout avec sa main gauche ? Est-ce que Steve a une gêne ou est-ce qu'il n'aime pas ? Questions qui trouvent leur réponse en moins de temps qu'il ne faut pour le dire alors que son homme revient s'appuyer un peu plus contre ses mains. Oh. D'accord. C'est noté mon cœur. Ses découvertes servent aussi à ça, à savoir à quels endroits sa moitié est le plus sensible et pas seulement à satisfaire ses propres envies de le caresser. Un sourire naissant sur les lèvres sans même y faire attention avant qu'il ne reporte son regard sur les reins de Steve puis sur ses fesses quand il passe et pose ses mains dessus quelques instants, pour finir par ce baiser dans la nuque. Endroit également sensible il semblerait que la nuque de son homme, Bucky l'a déjà remarqué et le remarque une nouvelle fois. Le laissant bouger et se tourner pour que Steve l'attire à lui, c'est une lueur amusée et un peu mutine qui passe dans son regard au murmure de son homme. Où tu veux. Quand tu veux. Plissant le nez, toujours amusé aux baisers sur ses lèvres, son homme ne lui laissant que peu le temps de lui rendre ses baisers ou de lui en voler d'autres.

Oubliant déjà pourquoi ils doivent sortir de là et couper l'eau, mettant quelques secondes à ce que ça lui revienne quand Steve coupe l'eau justement puis qu'il sort de la baignoire. Le suivant du regard tout en ôtant à son tour l'eau de ses cheveux, ne descendant de la baignoire qu'au moment où Steve sort de la salle de bain. Bucky évitant soigneusement le miroir contrairement à son homme juste avant, remettant un sous-vêtement, peu dérangé par les gouttes d'eau toujours présentes. Pour avoir un mouvement d'hésitation quant à la suite et c'est finalement en sortant de la salle de bain, que Bucky s'empresse d'attraper un tee-shirt et de l'enfiler. Il n'est toujours ni prêt, ni décidé à pouvoir être vraiment vu ainsi, quand bien même Steve a largement eu le loisir de le voir torse nu et plus encore. Un blocage qu'il a, quand ils ne sont pas dans l'élan du moment, peut-être qu'un jour ça passera mais pas aujourd'hui, ça c'est certain et tant pis si son tee-shirt doit finir mouillé, il séchera bien vu la chaleur dans leur appartement.

Rejoignant son homme à la cuisine, l'observant faire, son regard suivant quelques secondes une goutte d'eau dans le dos de Steve avant de hausser les épaules à sa question.

- Pas vraiment, faudrait pouvoir faire un feu.

Ou voir si la cuisinière fonctionne et à quoi elle fonctionne, Bucky sait qu'il l'a regardée la veille mais il a déjà zappé ce qu'il a pu se dire. Faut dire qu'il avait bien d'autres choses en tête que ça. Se faisant la remarque qu'ils vont vraiment devoir retourner sur les docks pour essayer de ramasser des choses utiles ou trouver un moyen d'avoir de l'argent pour acheter ces choses. Quoi que franchement, Bucky pourrait tout à fait avaler la viande rouge crue, il a déjà mangé bien pire puis là au moins, il est sûr et certain qu'il n'y a pas de poisons ou autre dedans.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 21 Aoû 2018, 00:36


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
Il aurait pu rester indéfiniment sous cette eau chaude avec Bucky. Mais l'appel de la faim d'un côté et le fait de ne pas vouloir se priver d'eau chaude jusqu'à demain ou priver les autres de l'immeuble, sans savoir comment c'était fait, disons que Steve se motivait pour sortir. Ils pourraient toujours reprendre leur câlins ailleurs, de toute façon, ils ne faisaient que ça, tout le temps. Et il n'allait certainement pas s'en plaindre.

Il se sentait même un peu trop bien dans cet appartement. Ce n'était plus chez lui en 2017, l'odeur de rance était encore présente mais il savait ce qu'il lui restait à faire pour arranger ça et ça lui paraissait presque trop facile. C'était chez eux, maintenant. Cet appartement allait provoquer un tas de souvenir et il lui suffisait de passer proche du canapé pour avoir un petit sourire aux lèvres, il lui suffisait de fermer les yeux pour revoir Bucky juste au dessus de lui et.. Bref. La nourriture. Il lui suffisait de voir le plan de travail pour repenser à Bucky assis dessus, qui l'attirait contre lui et l'enlaçait, hier encore. Hm.

Le problème, comment faire cuir leur nourriture. Il n'en n'était plus à manger de la viande crue et avoir tout ce confort le poussait à en vouloir un peu plus encore. Honnêtement, il était prêt à retourner aux docks jusqu'à trouver une poêle ou une casserole ou n'importe quel ustensile utile pour faire cuir les pommes de terre et la viande. Bientôt. Il savait qu'il devrait être patient pour trouver des choses intéressantes ici, qu'il ne pouvait pas écumer tous les docks pour trouver ce dont ils avaient besoin. Surtout que l'idée d'y aller pour voler le mettait particulièrement mal à l'aise, même encore maintenant. Faire un feu. Hm. La plaque de cuisson tournait au gaz et il n'était pas sûr qu'ils aient une bouteille de gaz là-dessous, ni que l'immeuble soit relié au gaz de la ville.

Tu as un briquet dans ton sac ?

Sait-on jamais. Briquet ou allumettes. Il était prêt à se rhabiller pour aller aux docks. Il s'étirait.

On peut attendre minuit et j'irai voir aux docks s'il n'y a pas quelque chose.

Culpabilité bonjour. En même temps, ils n'avaient rien d'autre à manger que ça et ils n'avaient pas non plus de quoi faire un steak tartare. Il s'étirait à nouveau puis allait dans l'armoire de leur chambre prendre les vêtements qu'il y avait rangé pour les enfiler. Chemise et pantalon ample. L'impression pendant quelque secondes d'être de nouveau le gamin de Brooklyn trop petit pour ses vêtements, vêtements qu'à l'époque il avait été incapable de s'acheter et il avait du bénéficier des aides de l'église et des vêtements qu'on leur donnait. Hm. C'était le même effet, là. Au moins après sa transformation, il avait pu s'acheter de vrais vêtements bien à lui. L'impression de devoir recommencer tout ça à zéro là où en 2017 il était plus que millionnaire, que ce soit grâce à son image ou la banque, tout ce qu'il avait conservé. Et là, plus rien. Il n'avait encore jamais pensé à ça de cette façon.

Il n'allait pas baisser les bras alors qu'ils avaient enfin de quoi vraiment manger, ce qu'ils n'avaient pas eu depuis trop longtemps.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1777
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 28 Aoû 2018, 20:59


Can't get you off my mind.

Hold me close, hold me tight. Make me thrill with delight. Let me know where I stand from the start. I want you, I need you, I love you with all my heart. Ev'ry time that you're near all my cares disappear. Darling, you're all that I'm living for I want you, I need you, I love you, more and more.

▼▲▼

Bucky est dans cet entre-eux où il doit revenir à la réalité mais n'en a strictement aucune envie, dans cette bulle où tout ce qui trotte dans sa tête lui fout la paix pour un moment. Pourtant il n'a pas le choix, ça doit se faire et avec le retour à la réalité, le retour de certaines choses, de certains de ses blocages même s'il fait comme si de rien était. Le faisant pour se dépêcher de rejoindre Steve dans la cuisine, quand bien même, en passant près du canapé, il a un sourire idiot sur le visage, bref et léger mais bel et bien présent. Puis la question arrive de tout faire cuire, il aurait bien demandé à Rocket une solution alternative mais bon, ils vont déjà devoir deal avec lui pour la radio, autant limiter les dégâts. Et la cuisinière, oui, il a oublié à quoi elle peut marcher, reste sinon de faire un feu sur le toit ou au pire en bas dans la ruelle, c'est pas la meilleure solution mais bon.

- Oui, j'en ai un dans mon sac.

Un zippo qu'il a récupéré pendant la guerre et qui fonctionne encore, bien qu'il se serait passé de la manière dont il a pu l'avoir, le trouvant sur un civil qu'ils n'ont pas eu le temps de sauver. Qu'il n'a pas eu le temps de sauver. Mais comme on dit, à la guerre comme à la guerre, le moindre petit objet, qui pouvait servir d'une manière ou d'une autre, ne pouvait pas être laissé sur place. Et quoi ? Sérieusement ? Steve veut retourner aux docks en pleine nuit après la veille et l'état dans lequel Bucky l'a récupéré. Certes, il ne s'est pas fait prier pour attirer son homme dans ses bras, perché sur le comptoir de la cuisine, et pour le rassurer, l'apaiser mais il aimerait mille fois mieux, l'enlacer juste pour le plaisir. Regardant Steve, en haussant un sourcil, tu veux vraiment faire ça et seul, il semblerait...entre la manière dont sa moitié a dit « je » et la façon dont il part s'habiller.

- Mon sac est dans l'armoire.

Ce n'est pas l'envie qui manque à Bucky d'aller rejoindre son homme mais à quoi bon alors qu'il n'est toujours pas décidé sur le fait que Steve veuille sortir de nouveau. Sans compter que Steve est plus que capable de trouver un briquet tout seul, surtout qu'ils n'ont pas trente-six milles affaires n'est-ce pas. Et c'est bien là le problème, ils n'ont rien ou du moins pas grand chose et surtout aucun ustensile pour porter la viande ou encore de plats. Même si franchement, Bucky pourrait se servir de sa main gauche pour poser de la viande sur le feu, la retourner et l'en sortir, le vibranium ne risque rien et ça n'aura pas le temps de chauffer assez pour remonter jusqu'à son épaule. Ils n'ont rien et aussi Steve ne l'a pas empêché de sortir cet après-midi, même s'il a cherché à le retenir de la plus agréable des manières et que Bucky s'est laissé faire. Se passant une main sur la figure avant de se décider à aller récupérer son pantalon resté près du canapé pour le remettre.

- Tu veux vraiment y retourner seul ?

Parce que, oui, tenter de retenir Steve est mission pratiquement impossible ou alors Bucky devrait faire comme son homme cet après-midi mais ça ne ferait que retarder les choses. Donc autant voir pour y aller à deux, plus de possibilités, de terrain à couvrir et surtout Steve ne sera pas seul avec ses idées. Bien que Bucky voit venir d'ici le fait que son homme ne va pas vouloir qu'il ressorte, le tout c'est de savoir s'il ne dira rien ou s'il insistera.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Lun 03 Sep 2018, 21:42


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
Il était parti s'habiller afin de ne pas perdre plus de temps, il avait faim et il savait que c'était aussi le cas de Bucky. Bucky avait déjà fait l'effort de leur trouver cette nourriture pendant que lui était resté dans l'immeuble, il pouvait bien se déplacer jusqu'aux docks seul comme un grand garçon pour trouver ce dont ils avaient besoin. Son homme lui disait dans son sac, il enfilait ses vêtements et se risquait à regarder dans son sac, donc. Ce n'était pas comme s'ils avaient des choses à se cacher, ce n'était pas comme si Steve allait de lui-même prendre les carnets de Bucky pour les lire, maintenant qu'il savait ce que c'était.

Tu veux vraiment y retourner seul ?

Il attendait d'être de retour dans le salon avec le zippo et son propre sac pour lui répondre.

Tu es déjà sorti pour nous trouver de quoi manger, je peux bien sortir pour nous trouver de quoi faire cuir tout ça. Je n'en n'aurai pas pour longtemps, c'est juste à côté. Mais on peut y aller à deux si tu n'es pas trop fatigué.

Petite taquinerie comme une autre sur sa possible fatigue, ils ne s'étaient pas ménagés mais pour le coup, Bucky avait fait les efforts pour deux, donc, forcément, Steve ne pouvait pas faire autrement que le taquiner à ce sujet. Il venait poser le zippo près de la gazinière, remarquant au passage les vêtements abandonnés. Tiens, il les avait oublié ceux-là. Il allait donc les ramasser pour les mettre dans la salle de bain. Sa machine à laver lui manquait aussi, tiens. Tout laver à la main dans l'évier ou la baignoire, ça allait bien cinq minutes mais il avait pris goût à un certain confort, mine de rien. Surtout leur tenues de combat qu'ils n'avaient pas eu l'occasion de vraiment laver en deux ans, ce n'était pas un simple lavage à la main qui allait récupérer le sang, la poussière, la sueur, la crasse accumulée. Ils trouveraient bien un moyen. Moyen d'aller dans une laverie. Un jour.

Il s'étirait un peu puis allait enfiler ses chaussures restées dans l'entrée. Il n'avait pas particulièrement envie de rester loin de Bucky, de prendre ses distances, surtout que ce qu'ils avaient fait dans le canapé restait gravé dans son esprit et y resterait graver un bon moment. Que la continuité sous la douche n'avait pas aidé à le faire décrocher et que forcément, il avait encore tout ça en tête, qu'il aurait aimé avoir tout le temps et le loisir de se prélasser dans le canapé avec Bucky dans ses bras, continuer pour simplement se câliner et rien de plus. Sauf qu'il fallait être raisonnable pour une fois. Il n'avait pas dis on va sortir mais je vais sortir, simplement parce qu'il n'allait pas le déranger juste pour aller chercher une poêle et une spatule. Idée qui l'écoeurait toujours autant, il aimerait ne pas s'abaisser à faire ça mais là, il ne voyait pas d'autre possibilité. Il pousserait même à penser qu'il leur faudrait de la margarine pour faire cuir la viande. Il réprimait un soupir de dégoût à l'idée d'aller voler quelque chose mais pas le choix, il avait beau tourner et retourner ça dans tous les sens, il ne voyait pas d'autre solution. Il leur rendrait en temps voulus, ça allait de soi, quand ils auraient les moyens de s'acheter de vraies choses. En attendant, il partait plus sur un emprunt que sur du vol.

J'aurai aimé que notre première soirée à l'extérieur soit plus romantique qu'un vol aux docks.

Un peu d'humour, à nouveau, comme il pouvait, même si en soi ce n'était pas faux.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1777
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 04 Sep 2018, 16:03


Can't get you off my mind.

Hold me close, hold me tight. Make me thrill with delight. Let me know where I stand from the start. I want you, I need you, I love you with all my heart. Ev'ry time that you're near all my cares disappear. Darling, you're all that I'm living for I want you, I need you, I love you, more and more.

▼▲▼

Par moments, suivre Steve est difficile et ce n'est pas nouveau, ça l'a toujours été même quand il n'était encore qu'une crevette malade, il pouvait être dur de le suivre. Bien des fois, Bucky ne peut que le garder sous ses yeux mais rien de plus. C'est assez épuisant mentalement, ils ont beau être tous les deux des super-soldats, le brun se demande parfois où son homme va chercher autant d'énergie. Et encore que là, présentement, Steve se contente de partir dans leur chambre pour s'habiller. C'est simplement qu'il le fasse sans perdre une seconde qui déclenche la pensée de Bucky. Bah tiens, il l'a vu venir la réponse de Steve, le fait que lui est déjà sorti et qu'en prime son homme peut y aller seul. Merci, je sais que tu peux y aller seul mon cœur. Bucky sait aussi, en effet, que c'est juste à côté mais ce n'est pas le fait que son homme sorte seul le souci, c'est les idées qui pourraient traverser l'esprit de Steve.

- Je ne suis pas trop fatigué, non.

Poussant à lui dire ça avec un sourire mutin sur les lèvres, un peu un ; on remet ça quand tu veux mon cœur. Physiquement, Bucky est en pleine forme, c'est mentalement qu'il est fatigué, c'est à cause de ça qu'il aurait pu s'endormir affalé sur Steve dans le canapé tout à l'heure. Parce qu'il était bien et détendu, qu'il avait l'esprit vide pour une fois. Parce qu'il a beau dire ne vouloir faire attention qu'à son homme, Bucky sait parfaitement qu'il est encore dans l'élan des deux ans de guerre -pour ne parler que d'elle- et qu'il ne va pas récupérer en 24h.

Autant dire, qu'avec la réponse de son homme, Bucky ne perd pas une seconde pour terminer de s'habiller, ce qui consiste surtout à enfiler un truc à manches longues et un gant pour sa main gauche et son éternelle veste tactique. Avec ses couteaux. Précaution oblige. C'est vrai qu'il pourrait rester là, que rien ne l'oblige techniquement à sortir et aller avec Steve surtout pour ça ou peut-être qu'au contraire c'est plus que nécessaire. Outre les pensées que pourrait avoir son homme, il y a aussi le fait que cela reste voler quelque chose et Bucky sait à quel point Steve peut détester cette simple idée. Même quand la nécessité fait loi, alors que lui, ça ne le dérange pas du tout de le faire, il sait que normalement ça ne se fait pas mais sa conscience n'ira pas le lui reprocher. De manière plus générale, le brun ne peut que vouloir l'accompagner, l'avoir sous les yeux, rester avec Steve à chaque seconde qui peut passer. Les choses n'auraient pas évoluées ainsi entre eux, que ça ne changerait pas grand chose à cette envie qu'il peut avoir, Bucky sait maintenant pourquoi il l'a cette envie.

Il ne lui faut pas plus que deux minutes pour se préparer et aller mettre ses chaussures à son tour, relevant les yeux sur Steve en l'entendant parler. Clignant même des yeux quelques secondes, une soirée romantique, c'est quoi ça, enfin, Bucky connaît le principe du romantisme quand même mais que ça puisse s'appliquer à lui, là par contre, ça le laisse perplexe. Quoi que, il se souvient d'un petit truc.

- On grimpera sur un container pour admirer les étoiles au rythme du clapotis de l'eau contre les docks.

Si son homme a voulu faire de l'humour et que l'un dans l'autre, Bucky l'a compris, ça ne l'empêche pas de lui répondre tout à fait sérieusement en disant ça. Bon il n'ira pas dire que ce qu'il a sorti, vient d'autrefois, d'un de ses rencards, que la demoiselle lui avait expliqué un truc du genre. Disons que le brun cherche à s'adapter et à adapter ses souvenirs avec la situation actuelle.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Lun 24 Sep 2018, 15:22

Le fait de ne pas être fatigué sonnait presque comme un défi pour Steve, dit comme Bucky l'avait dit. Ah oui ? Pas fatigué ? On va voir. Il avait encore vivement à l'esprit tout ce qu'il venait de se passer mais il valait peut-être mieux qu'il cesse d'y penser s'il ne voulait pas avoir à puiser dans ses dernières ressources d'énergie. Il fallait vraiment qu'ils mangent quelque chose avant de repenser à ça. Ceci dit, juste l'avoir contre lui aurait pu lui suffire et il pouvait trouver une autre idée pour l'épuiser, comme une petite course pour dérouiller un peu.

Bucky allait s'habiller et ça ne l'étonnait pas vraiment de voir qu'il était autant au taquet, qu'à peine ses mots prononcés, Bucky soit prêt à le suivre. C'était toujours comme ça depuis 2017. Puis Steve finissait par lui dire, c'était une pointe d'amusement mais aussi de réalité, il y avait plus romantique comme sortie qu'aller voler des ustensiles de cuisine. La réponse de Bucky le faisait sourire, était-ce vraiment Bucky qui parlait ? Oui, il semblerait. Peut-être de vieux réflexes.

J'aime l'idée.

En montant sur un container, personne ne les verrait et il pourrait profiter de l'instant pour s'enlacer s'ils le voulaient, pour s'embrasser aussi, personne ne pourrait les entendre ou les voir et ils pourraient profiter d'un instant hors de l'appartement. Steve savait qu'ils avaient grands besoin de ça, sortir, prendre l'air, mais pas pour de la survie. Sauf que ça s'y apparentait, là. Mais ils auraient besoin de sorties, véritable, pour reprendre goût à tout ça et continuer à réaliser qu'il y avait de la vie autour d'eux.

Steve l'attirait à lui pour lui voler un dernier baiser avant d'ouvrir la porte, sac sur une épaule, prêt à sortir. Un dernier baiser ça ne coûtait rien, au contraire, ça faisait beaucoup de bien. Steve faisait mine de s'étirer avant de descendre les escaliers, laissant soin à sa moitié de fermer derrière lui. Il dévalait les escaliers. Plus tôt parti, plus tôt revenu. Pourtant malgré son rythme dans les escaliers, c'était à peine si on pouvait entendre ses pas, si discret qu'un chat. Il n'allait pas réveiller l'immeuble entier non plus juste parce qu'ils allaient chercher des ustensiles de cuisine.

Arrivé dans l'entrée puis en sortant ;

Tu disais donc ne pas être fatigué, je suis sûr qu'on peut changer la donne...

Quelque mots juste pour lui, un petit rire qui suivait. Un défi, une petite course jusqu'aux docks qui étaient de toute façon juste à côté. Ca ne coûtait rien une petite course et ça pourrait leur faire du bien aussi. Quand il avait des coups au moral il allait courir et ça allait mieux ensuite. Même si là il allait bien, ce serait au moins une assurance que ce soir, Bucky serait tellement crevé qu'il dormirait direct ou presque sans être envahi de pensées.


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1777
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Jeu 27 Sep 2018, 21:29


Can't get you off my mind.

Hold me close, hold me tight. Make me thrill with delight. Let me know where I stand from the start. I want you, I need you, I love you with all my heart. Ev'ry time that you're near all my cares disappear. Darling, you're all that I'm living for I want you, I need you, I love you, more and more.

▼▲▼

Bucky n'est pas forcément conscient de ce qu'il peut dire ou faire, enfin il sait ce qu'il dit mais le ton sur lequel il peut le dire. C'est ça qui lui échappe comme en taquinant Steve quand il lui dit qu'il n'est pas fatigué. Il ne l'est pas ou pas physiquement, c'est mentalement encore et toujours que les choses peuvent coincer. Mais même là, Bucky ne peut continuer à pousser et repousser ses limites et de toute manière savoir son homme seul dehors, il n'aurait pas pu se reposer une seule seconde. Il aurait été sur le qui vive à chaque instant pouvant passer, à guetter le moindre bruit lui montrant que Steve est de retour, à s'interroger pour savoir s'il peut aller bien ou non. Donc être aux aguets dans l'appartement ou être dehors à suivre Steve, la question ne se pose même pas, il a le choix, il suit sa moitié. Point. Bucky aurait daigné rester sur place si son homme avait réellement insisté pour y aller seul, et encore que ce n'était pas gagné, mais là, oui, dehors et à deux.

Tout comme, Bucky cherche à adapter quelques vagues souvenir à leur situation actuelle. Parvenant quand même à se rendre compte qu'on fait quand même plus romantique que les docks et les containers. Mais, eh, ils doivent faire ce qu'ils peuvent avec les moyens à leur disposition. Franchement, pour lui, le principal c'est qu'ils soient ensemble, qu'il puisse veiller sur Steve et le protéger au besoin. Satisfait d'entendre que Steve aime cette idée, au moins, ce n'est pas une bêtise que le brun a pu lui dire, ce qui en soit est rassurant. Rassurant de voir, qu'il peut arriver à ce résultat alors que lui-même n'est sûr de rien. Rassurant de voir qu'il peut offrir un peu de répit et de joie à son homme, autrement que dans un lit ou dans le canapé ou plus simplement autrement qu'avec des câlins et des baisers.

Ce qui ne l'empêche nullement de répondre au baiser de Steve avant qu'ils ne sortent, leur dernier baiser avant qu'ils ne soient revenus. À moins qu'ils ne fassent vraiment une pause sur les docks, Bucky verra bien. Fermant la porte derrière eux pour emboîter le pas à son homme et calquer son rythme sur celui de Steve pour descendre ces escaliers.

- Vraiment ? Et comment ?

Bucky en a une pointe de curiosité dans la voix, qu'est-ce que Steve est allé chercher encore. Non, parce qu'ils seraient encore dans leur appartement, l'idée serait vite là vu ce qu'ils font depuis la veille . Mais là en étant dehors, le brun ne voit pas ce que son homme peut avoir en tête. Il n'a pas fini de penser cela -limite s'il a eu le temps de finir de parler d'ailleurs- que Steve part en courant ou comment dire que le brun comprend directement de quoi il en retourne et le défi qui vient de lui être lancé. Défi qu'il relève sans perdre une seconde de plus alors qu'il s'élance derrière Steve. Au passage, Bucky trouve qu'il a une vue parfaite en étant un peu en retrait. Sauf que ce n'est pas le moment d'admirer cette fameuse vue n'est-il pas, c'est le moment de revenir à la hauteur de son homme. C'est le moment de forcer l'allure pour chercher à le dépasser. Bucky n'est pas absolument persuadé d'être plus rapide que Steve mais vu leur course poursuite en Roumanie et le fait qu'il était en tête, il y a moyen que justement il puisse arriver aux docks avant Steve. Pas forcément longtemps avant mais quelques secondes. De toute manière, Bucky ne va certainement pas s'économiser ou ménager son homme, c'est tout le contraire même.

Se demandant tout en courant et en accélérant si Steve compte réellement le claquer uniquement comme ça ? Surtout après la nuit qu'il a fait, qu'ils ont fait, Bucky a quand même dormi sept ou huit heures d'affilées. Lui qui a l'habitude d'être opérationnel tout en n'ayant que somnoler ou au mieux dormi une heure ou deux, là, il pète le feu, du moins pour le moment.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1150
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 02 Oct 2018, 21:01

C'était leur première véritable sortie depuis qu'ils étaient ensemble. Il aurait quand même aimé que ce soit pour autre chose qu'aller voler quelque chose. Puis... Pour Steve, c'était aussi le début de quelque chose ; devoir faire comme si de rien n'était entre eux. Comme s'ils n'étaient toujours que deux amis, ou deux frères. Comme si de rien n'était. Ca allait être sacrément dur, vu que depuis hier, tout ce qu'ils faisaient, c'était l'un contre l'autre. Rien que s'enlacer. Rien que garder un contact. Ou ne serait-ce que les regards qu'ils avaient l'un pour l'autre, ça ne pouvait tromper personne.

Ils feraient comme ils pourraient. Steve l'entraînait d'ailleurs à se changer les idées. Une conversation qui aurait pu paraître banal pour n'importe qui mais des mots qui pour eux signifiaient beaucoup, de quoi mettre en avant une fois de plus leur complicité. Dire qu'il y a quelque minutes encore ils étaient dans ce canapé puis dans la douche et les voilà maintenant à dévaler les escaliers puis à sortir de l'immeuble.

On pouvait dire que niveau échauffement, ils avaient eu leur part donc Steve n'hésitait pas à courir, à partir comme une flèche, il n'y avait pas de passant dans ces lieux, encore moins à cette heure. Evidemment, son homme avait vite compris et le suivait, Steve l'entendait. Quand Steve courait, il était d'une part très rapide et d'une autre, extrêmement discret. S'il forçait, on pourrait presque croire qu'il volait. S'aidant parfois de plateforme comme de tremplins. Mais s'il ne forçait pas, c'était surtout parce que les chaussures qu'il avait aux pieds n'étaient pas des chaussures adaptées à son rythme de course et qu'elles auraient pu se désintégrer à cause de la vitesse et de la chaleur que cela pouvait provoquer. Steve s'était prouvé à lui-même contre Thanos qu'il pouvait courir à toute vitesse pendant des heures, qu'il vente, qu'il neige, qu'il y ait une canicule. Infatigable. Ce ne serait donc pas cette course, même mêlé à ce qu'ils avaient fait dans le canapé - et encore, c'était Bucky qui avait tout fait - qui allait l'épuiser. Mais Bucky, lui...

Ca l'amusait de courir comme ça à toute vitesse en se disant que cette fois, ce n'était pas pour fuir quelque chose ou pour courir après quelque chose, ou pour attirer quelque chose à le suivre. C'était juste pour s'amuser avec Bucky, le taquiner un peu. Il lui jetait parfois quelque regards amusés.

Tu es lent, il faudrait qu'on s'entraîne plus souvent.

Petite taquinerie alors qu'il forçait un peu plus de le pas et la vitesse, heureusement qu'il n'y avait personne ici et qu'ils ne risquaient pas de bousculer ces personnes, aucune chance de survie pour eux s'ils se faisaient plaquer par deux super-soldats massifs à pleine vitesse, ou presque.

Arrivés aux docks, il était toute fois forcé de ralentir voir même carrément arrêter de courir. Comme la veille, des chiens et des hommes faisaient le tour des lieux pour vérifier qu'il n'y ait personne, sans compter ceux qui travaillaient encore plus loin. Toute fois, engouffré entre deux containers, il faisait sombre et personne ne pouvait les voir ici. Les docks n'étaient pas éclairés partout, pas là en tout cas et Steve s'était engouffré là, entraînant Bucky avec lui. Amour pour le danger, il l'attirait à lui pour lui voler un baiser, puis lui murmurer.

Une idée d'où aller pour trouver ce qu'on cherche ?

Aurait-il été seul, il aurait été un peu plus vite, un peu partout. Là, ils étaient deux et ils iraient sûrement plus vite s'ils couvraient le terrain à deux, séparément pour l'instant, juste le temps de trouver ce qu'ils voulaient. Il n'y avait pas à dire, ça le dégoûtait d'être là, de se dire que le moyen pour eux de survivre en se nourrissant, c'était de voler des objets à d'honnêtes gens et ça, qu'importe que pour eux une poêle disparu ne fasse pas une grande différence dans toutes leur affaires à vendre, qu'une de plus ou de moins on ne le remarquerait pas, ça restait du vol et il n'aimait pas ça du tout.

Malgré l'obscurité, ses yeux s'habituaient vite à celle-ci et il pouvait vite voir les traits de Bucky, comme il pouvait voir ses cheveux bouger selon ses mouvements ou le vent. Devoir regarder les lieux parce que... Eh. Ce n'était pas non plus comme s'ils allaient marquer les produits directement sur les containers. Ils allaient devoir chercher un petit moment. C'était vaste et ce n'était pas dis non plus qu'ils trouveraient ce qu'ils cherchaient.


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1777
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mer 03 Oct 2018, 14:36


Can't get you off my mind.

Hold me close, hold me tight. Make me thrill with delight. Let me know where I stand from the start. I want you, I need you, I love you with all my heart. Ev'ry time that you're near all my cares disappear. Darling, you're all that I'm living for I want you, I need you, I love you, more and more.

▼▲▼

Malgré l'endroit où ils doivent se rendre et le fait de devoir faire attention à leurs mouvements et aussi étrange que ça puisse paraître, cette course est un pur instant d'insouciance pour Bucky. Ce n'est pas le premier en 24h mais celui-ci est différent et ça parce qu'ils ne sont pas collés l'un à l'autre. Parce que c'est en dehors de leur appartement, parce qu'ils n'ont pas à courir après quelque chose ou quelqu'un, ou encore à fuir mais juste s'amuser. Le défi de son homme n'est que ça, une invitation à s'amuser et aussi à le claquer mais ça c'est une autre histoire. Bucky va sans doute fatiguer avant Steve, c'est même sûr et certain mais pas sur une aussi courte distance. Ce qui risque le plus de le claquer c'est le fait de se rendre compte qu'il peut arriver à vider son esprit et ne penser à rien de néfaste autrement que dans leur lit ou le canapé ou etc. Steve a toujours eu ce pouvoir sur lui de lui faire penser à autre chose depuis qu'ils se sont retrouvés mais ils ont aussi deux ans de guerre dans les jambes. C'est les premières 24h où ils sont au calme, où les choses sont différentes, où les choses sont surtout à leur place. Enfin. C'est logique que Steve ait encore plus d'emprise, d'impact sur Bucky maintenant qu'ils sont sortis de leur déni. Oui, tout est logique pour le brun.

De l'insouciance qui le fait avoir un sourire sur les lèvres à la remarque de son homme, qui le fait continuer à le taquiner tout en courant. Ah bah oui, la réponse est toute trouvée et sort même avant que Bucky n'ait fini de la penser.

- Je profite de la vue, nuance.

Alors que pourtant, Bucky force à son tour pour ne pas laisser Steve prendre de l'avance. Quoi ? Il peut être insouciant et quand même avoir un certain esprit de compétition. Ou alors c'est un réflexe profondément ancré, celui de toujours devoir être supérieur, de ne laisser rien ou personne être meilleur que lui, au risque que les conséquences soient terribles pour lui. Formaté qu'il a été.

Se calquant sur son homme qui a l'avantage sur lui d'avoir déjà vu les docks en pleine nuit la veille, chose que lui-même n'a pas vu depuis plus de soixante-dix ans. Analysant rapidement les lieux pour voir les vigiles dont Steve a pu lui parler la veille, se laissant entraîner entre deux containers. Bucky se retrouvant surpris de voir Steve se dévergonder ainsi en l'attirant et en lui volant un baiser. Le brun n'est peut-être pas le seul à la ressentir cette insouciance et c'est loin de lui déplaire. Et oui, c'est un putain de large sourire qui arrive sur son visage, limite s'il n'en a pas un bref rire, c'est tout con mais voir Steve ainsi, ça le rend heureux.

C'est à son tour de voler un baiser à Steve, ne s'écartant pas de lui et même si Bucky reste à l’affût des bruits autour de lui, il réfléchit en même temps. Essayant de faire travailler la passoire qui lui sert de mémoire.

- On aurait peut-être plus de chance dans la zone de chargement.

Des chances qu'il y ait des caisses entassées, attendant le lendemain pour être chargées et partir aux bons endroits. Et les caisses portent la mention de leur contenu normalement. Enfin, ça l'était quand Bucky a pu bosser quelques heures par ci, par là sur les docks quand il devait nourrir et prendre soin de sa famille. Finissant quand même par se reculer un poil de contre sa moitié, surtout pour essayer de voir entre deux containers, cherchant à se repérer aussi et surtout.

- Si je ne me plante pas, elle est à une centaine de mètres par là.

Lui indiquant la direction d'un signe de la main, si ça ne tenait qu'à lui, Bucky irait directement mais Steve ne sera peut-être pas du même avis après tout. Et oui, le brun se remet surtout dans son rôle de soutien, d'être une aide pour son homme tout en lui laissant le dernier mot.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

Can't get you off my mind. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan :: Downtown :: Bâtiment des Docks-