RSS
RSS



 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Vladimir, Dominic Fortune, Elyanna Skowalski,
Richard Rider & Alexi Shostakov sont très attendus.

Partagez|

Can't get you off my mind. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 20 Avr 2018, 23:21


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
Avec son homme, il tâtonnait encore. S'il prenait confiance en eux dans cette nouvelle relation ou du moins, le nouvel aspect de leur relation, il tâtonnait encore sur ce qui pourrait faire vraiment plaisir à Bucky. Il n'avait pas peur de le confronter, lui indiquer quand il pouvait se tromper et qu'il voyait la vie du trop mauvais côté, qu'au contraire il pourrait profiter en voyant les choses sous un autre angle ; les avengers pour ne citer qu'eux, pouvaient bien leur rendre ce petit service qu'allait leur chercher une pizza. Ils avaient rendus nombreux services et quand bien même, ils étaient presque comme une famille à ce stade.

Il essayait comme il le pouvait de le rassurer, lui faire voir les choses sous d'autres angles plutôt qu'être fataliste à souhait, qu'il y avait toujours un espoir, toujours des moyens de faire les choses, il fallait juste rester optimiste et ouvert. Que les problèmes qu'ils se posaient n'en n'étaient pas forcément.

Comment en étaient-ils arrivés à s'embrasser, déjà ? Il avait oublié, soudainement, déconcentré par les lèvres de l'amour de sa vie contre les siennes et le bien fou que cela lui procurait. Alors que cela n'était que de simples baisers comme ils s'en échangeaient depuis hier, mais c'était plus que ça pour lui. C'était toujours plus que de simples baisers pour lui, en fait. Bucky rendait tout ça plus doux, plus agréable, plus magique, même. Pas besoin qu'on lui souffle ce qu'il risquait de se passer, il le comprenait, chaque fois qu'ils commençaient à trop s'embrasser, cela déviait. Et voilà qu'actuellement... ça déviait beaucoup. Et il y participait bien, il n'allait pas le repousser, au contraire, il espérait même que cela allait durer un bon petit moment comme ça. Ils allaient devoir apprendre à maîtriser ces pulsions, un jour. Mais c'était peut-être la période lune de miel comme on disait, tout était beau entre eux, tout était rose entre eux, ils s'aimaient et vivaient pleinement cet amour, s'offraient l'un à l'autre aveuglément. Oh, Bucky qui se retrouvait sur ses genoux soudainement. Bien, si tu veux. Tout ce que tu veux, même. Il ne pouvait que l'y encourager, que poser ses mains sur ses cuisses et les remonter jusqu'à ses fesses. Dire que la veille encore il n'aurait pas osé le toucher ainsi, que ce matin encore il était timide sans trop savoir où poser ses mains et là, ses mains venaient d'elles-même se poser sur les fesses de Bucky. Sensation des plus agréables sur ses mains. Il ne cherchait pourtant pas à plus comme lui retirer ses vêtements. Il posait juste ses mains, il cherchait juste ses lèvres, il cherchait juste au plaisir d'y goûter une fois encore, ne pouvant pas s'en lasser ni s'en passer. A croire que ce ne serait jamais assez. Quand ce n'était pas Bucky qui le faisait, c'était Steve qui cherchait ses lèvres. Follement épris, au point d'oublier ce qu'il se passait autour, au point d'oublier ce qui n'était pas lui alors que le moment était pourtant simple et calme. Il serrait juste un peu sa prise, ou plutôt, il raffermissait sa prise. C'était cette confiance qu'il commençait à avoir, cette confiance qui montait.

Je t'aime, Bucky.

C'était ce qu'il lui répondait, le sourire aux lèvres. Moment si simple et pourtant si important et agréable. Il en avait eu bien besoin. Il admirait la fougue de Bucky, il admirait Bucky tout simplement, Bucky qui cédait enfin à ses envies, à ses pulsions, Bucky qui semblait se céder à lui-même pour enfin vivre, Bucky qui était lui-même et n'avait pas peur de faire une bêtise qui pourrait le blesser et n'avait pas peur d'agir, il se contentait d'agir et ça faisait du bien de le voir ainsi, spontané. Il cherchait ses lèvres pour un dernier baiser, déviant ensuite ses baisers le long de sa mâchoire, jusque dans son cou qu'il dévorait de baisers. Il adorait le couvrir de baisers, dévorer son cou de baisers, lui mordiller la peau, suçoter sa peau. Pourquoi se serait-il restreint après tout ? C'était aussi la beauté de leur relation, faire ce qu'ils voulaient, être qui ils voulaient être. Agir comme ils voulaient, de manière spontané, sans avoir peur de la réaction de l'autre. Steve en avait besoin, de ça, sentir que quoi qu'il fasse il ne serait pas jugé, que Bucky ne se moquerait jamais de lui, qu'ils apprendraient juste ensemble et voilà tout. Il avait besoin de se sentir rassuré, même si ces choses ne se disaient pas chez un homme, dans ses moeurs. Mais il avait besoin de se sentir rassuré, savoir qu'il ne faisait pas "que" des conneries.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Dim 22 Avr 2018, 01:32


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Se fier aux autres, il n'y arrive toujours pas même après deux ans de guerre. Les laisser approcher, il n'y parvient pas non plus et encore moins les laisser ne serait-ce que l'effleurer. Enfin presque avec tous, Barbara par exemple a pu lui tapoter l'épaule sans qu'il ne fasse un bond en arrière mais il l'avait déjà vu avant la guerre et pas une fois Bucky n'a vu de signe négatif dans son regard. Pour autant, il n'arrive pas à se fier à eux, à leur faire confiance quand bien même il a eu des missions avec certains, il était toujours sur ses gardes. Par contre Steve leur fait confiance et comme Bucky a une confiance aveugle en sa moitié, il se dit que peut-être les choses sont possibles si c'est Steve qui leur demande et non lui. Bucky ne demande rien à personne de toute manière, soit il se débrouille seul, soit il voit avec Steve voir se repose un peu sur lui et l'évolution de leur relation l'aide à poursuivre dans cette voie là. Parce qu'en fin de compte, tant qu'il a sa moitié, il a tout ce dont il a besoin. Ce qui ramène les choses à ses envies, de quoi peut-il avoir envie et il ne le sait pas, il n'a qu'une chose de sûre ; être avec Steve. Le reste, il s'en fiche et n'a besoin de rien de toute façon.

De ce fait un baiser ne peut qu'avoir un goût de trop peu, deux baisers également, de nouveau plus rien ne peut exister autour de lui, il n'y a plus que Steve et la douceur de ses lèvres. Avec aucune intention de s'écarter de sa moitié, aucune intention de le lâcher ne serait-ce que pour une seconde, jusqu'à finir sur lui dans le canapé. Évitant de faire peser son poids sur lui mais en profitant pour être collé autant que possible à Steve. Là est son vrai apaisement, sa bouffée d'oxygène, leur tendresse, leur amour et dire que Bucky avait eu peur d'aller trop loin ce matin même, là il n'y pense plus. Enfin, lui avait peur d'aller trop loin dans certains mouvements quand ils étaient dans le lit, tandis que sa moitié avait peur de se montrer trop câlin, trop collant. À se demander lequel des deux est le plus câlin et collant là, mais c'est Steve, son Steve, l'amour de sa vie, à lui en glisser ce « je t'aime ». Et Bucky ne maîtrise pas vraiment ses pulsions et l'image qu'il peut renvoyer. Oh. Sentir les mains de sa moitié venir se poser sur ses cuisses puis sur ses fesses, ne peut que l'encourager à poursuivre ses baisers ou à rendre ses baisers à Steve. C'est surtout sourire aux mots d'amour de sa moitié et apprécier grandement qu'il le tienne un peu plus encore, aimant énormément la confiance qu'il sent monter en Steve.

C'est se retrouver à fermer les yeux aux baisers déviant dans son cou qui le font frémir, qui lui font se mordiller la lèvre inférieure et pencher la tête pour laisser plus facilement l'accès à son cou. C'est se sentir bien, heureux, se sentir vivant aussi et aimé autant que lui aime, c'est si doux et facile d'aimer Steve, tellement naturel et réconfortant également. À lui en faire oublier ses réserves et faire toujours un peu plus ce dont il peut avoir envie. Comme modifier légèrement ses appuis sur le canapé, pour de la main droite venir relever le visage de sa moitié et capturer ses lèvres pour un baiser toujours aussi tendre et amoureux mais avec cette passion qui revient. Pour se reculer juste assez pour le regarder dans les yeux, pour le dévorer du regard surtout, son homme si parfait et laisser ses doigts se poser sur son visage pour ensuite les laisser glisser dessus, en partant de la joue. La joue puis les lèvres de Steve qu'il redessine du bout des doigts puis sa mâchoire, une lueur amusée dans le regard en sentant sa barbe sous ses doigts, elle lui semble si douce, bien plus qu'elle n'y paraît. Bucky s'est déjà fait cette remarque depuis hier mais elle revient là et définitivement il adore voir Steve ainsi avec ses airs de mauvais garçon qui ne sont que des airs. Ses doigts qui dévient ensuite dans le cou de sa moitié,  pour ne garder appui qu'avec ses jambes pour ne pas peser de trop sur Steve, quand sa main gauche se détache du canapé pour venir rejoindre sa main droite. Lentement, un par un, Bucky défait les boutons de la chemise de Steve, prenant son temps en effet parce qu'en même temps il en profite pour lui frôler la peau et ne surtout pas le lâcher du regard. Bucky a envie de lire les réactions sur le visage de sa moitié. Finissant par arriver au bout de son entreprise et par écarter les pans de sa chemise pour venir poser sa main droite sur le torse de sa moitié, savourant la chaleur que Steve peut dégager même si ce n'est que sous ses doigts. Se penchant en avant pour une nouvelle fois revenir l'embrasser, à croire qu'il peine à se passer des lèvres de son homme.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Jeu 26 Avr 2018, 01:01


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
C'était curieux comme en fermant les yeux le temps d'un baiser, des images d'eux sous la douche lui revenaient. Bucky plus ou moins au dessus de lui, lui à le maintenir fermement, le tenir fermement. C'était fou ce que de "simples" baisers pouvaient faire sur lui. Steve en oublie très vite le reste autour d'eux, comme toujours avec Bucky, il en oublie ce qu'il y a autour, ce qu'il y a dehors. Trop concentré par la douceur et la tendresse des lèvres de son homme, comme obnubilé par sa moitié si parfaite. Parfaite pour lui. Il était parfait pour lui, c'était indéniable. Car même avec tous ses petits défauts et déraillements, il ne pouvait bien y avoir que Bucky, pour Steve. Il s'en voulait tellement de ne pas avoir su le voir plus tôt alors que c'était flagrant. Plus que flagrant. Ce qui continuait à sérieusement le trotter ; les autres avaient-ils remarqués ? Les pensaient-ils en couple ? Il est vrai qu'à cet instant, le fait que Bucky veuille garder le secret avait un petit côté contraignant ; Steve ne pouvait pas parler librement et s'il n'était pourtant pas expressif sur ces choses là en temps normal, là, il était si amoureux et heureux avec sa moitié qu'il avait envie de le crier sur tous les toits.

Se rendait-il compte à quel point il était parfait, pour lui ? A quel point il était beau ? Bucky avait-il seulement conscience de tout ça ? Steve lui avait dit mais il avait envie de lui répéter. Le prendre tel qu'il était, l'aimer tel qu'il était. L'aider chaque jour, qu'importe pour quoi. Steve gagnait confiance en lui à mesure que toutes ces petites choses se répétaient, il commençait à savoir où toucher Bucky exactement, il commençait à savoir exactement comment l'embrasser sans paraître trop timide, il commençait à savoir quels gestes avoir et lesquels éviter, comme il sentait que Bucky n'était plus le même homme à cet instant qu'il l'était il y a encore deux jours. Là, sa moitié ne lui semblait être qu'amour et tendresse, un contraste plutôt perturbant mais qu'il aimait beaucoup. Tout n'était pas encore gagné, il le savait mais ça ne lui faisait pas peur pour autant, il acceptait tout ça, il l'avait déjà accepté depuis longtemps. Il ne pouvait que profiter, que lui montrer qu'il le tiendrait toujours. C'était avoir cette confiance qui montait, comprendre que s'il voulait poser ses mains sur lui, il le pouvait, désormais. S'il voulait monter ses mains contre ses cuisses et les poser sur ses fesses tel qu'il en avait envie, il le pouvait, d'ailleurs cela l'encourageait assez de voir son homme répondre avec un peu plus d'empressement suite à ça. Oui, Bucky, j'ai compris ton message.

Un petit "laisse moi t'aimer" tout de même, surtout lorsqu'il déviait ses baisers dans le cou de son homme. Toujours si encouragé par les réactions qu'il obtenait, Bucky qui penchait la tête pour lui faciliter l'accès dans son cou, il n'allait pas se faire prier. Embrasser sa peau, aller jusqu'à doucement la mordiller. Il n'était pour autant pas frustré quand Bucky lui faisait relever la tête pour venir l'embrasser puis se reculer, il se contentait juste de vivre l'instant, ses mains restant à leur place favorite de l'instant, les fesses musclées de sa moitié, il pourrait presque pousser à dire qu'il avait l'impression que la taille de ses mains convenaient parfaitement et peut-être qu'à cette pensée, il raffermissait un peu sa prise, il est vrai. Cet échange de regards ne pouvait que l'attendrir davantage. Ma merveille. Attendri par les réactions de Bucky, si naturelles. Cette main dans sa barbe et ces regards qu'ils s'échangeaient.

Je t'aime.

Il lui répétait, ce je t'aime. Il lui répéterait autant de fois que possible.

Tu es magnifique.

Cela lui échappait. Magnifique si apaisé, si tendre. Sans cette lueur dans le regard, sans le voir perdu ou en colère, frustré ou agacé. Il avait du mal à croire qu'il pouvait être la cause de ce changement chez sa moitié et pourtant il devait bien le reconnaître, Bucky n'était ainsi que depuis qu'ils s'étaient trouvés. Lui-même avait trouvé sa propre paix en reconnaissant ses sentiments pour Bucky, les vrais sentiments qui couvaient. Peut-être était-il mort et que c'était là son paradis, ça lui irait parfaitement. Cet appartement était leur havre, non ? Dès qu'ils y étaient, ils étaient libres d'être eux même et de s'aimer autant qu'ils le souhaitaient. Il fermait les yeux quelque secondes, profitant des caresses curieuses de Bucky dans sa barbe et de sa main qui finalement, déviait. Il ouvrait les yeux pour le regarder faire, finissant par comprendre. Il en était un peu amusé et souriait en coin. Incorrigible. Il ne pouvait pas lui en vouloir. Il frémissait même en sentant ses doigts le frôler par moment. Il frémissait davantage en sentant la main relativement fraîche de Bucky sur son torse. Curieux contact mais là encore, il n'allait pas le jugement surtout vu là où lui-même avait posé ses mains. Mains qu'il remontait d'ailleurs alors que Bucky venait l'embrasser. Tant d'amour entre eux. Il lui rendait son baiser mais passait aussi ses mains dans son dos, les passant sous son t-shirt, caressant sa peau tout en relevant son t-shirt jusqu'à finalement reculer son visage le temps de lui retirer son t-shirt et l'envoyer promener dans le salon. Pas de place à l'imagination quant à ce qui allait suivre, même lui qui n'était pas perspicace sur ces choses, savait parfaitement ce qui allait se produire, là. Alors il ne faisait pas trop tarder les choses et venaient ensuite replacer ses mains dans son dos, le caressant du bout des doigts jusqu'à se poser au niveau de ses reins. Bucky semblait prendre confiance en lui, lui aussi. Sur eux, surtout. Steve découvrait aussi comment lui-même pouvait être, il ne découvrait pas que Bucky, il se découvrait aussi, se surprenant à être si demandeur, si tendre, si envieux là où d'habitude il savait se maîtriser, là, il avait bien du mal à se maîtriser et à garder la tête froide. Il avait envie de lui, justement. Et il se découvrait ça, ne pas avoir envie de masquer ses envies, ses désirs, pas devant Bucky en tout cas. Juste... vivre. Il l'admirait et tous ses gestes ne faisaient que suivre ; douceur, tendresse, comme si son homme pouvait se briser au moindre mouvement brusque. Comme si le moindre faux mouvement aurait pu le heurter. Mais il était aussi comme ça, mine de rien, Steve, il était doux et tendre et il semblait que tout ceci convenait à son homme, de quoi lui prouver une fois de plus qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, depuis toujours.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 27 Avr 2018, 01:22


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Bucky n'est toujours pas sûr de lui, il sait qu'un rien pourrait le faire exploser dans le mauvais sens du terme, après tout avec son passé et les deux dernières années quoi de plus logique, il sait comment il peut réagir et ça lui faire peur tout cela. Parce que même si Steve lui rend les choses plus faciles et plus douces, son esprit reste fragile, encore une fois c'est sa confiance aveugle en sa moitié qui lui permet d'être comme il est actuellement. Qui lui permet de se laisser aller à toujours plus d'amour et de tendresse, en même temps, il en a été privé pendant plus de soixante dix ans de tout ça, il ne pense même pas au côté physique d'une relation. Juste à de la douceur tout court. Et d'un autre côté s'ils n'avaient pas ouverts les yeux sur leurs sentiments, jamais Bucky n'aurait pu laisser quelqu'un l'approcher de cette manière. Rien qu'un simple toucher sur le bras, il aurait fait un bond en arrière et de tout cela il en est parfaitement sûr. Mais encore une fois, c'est Steve, son univers, son soleil, c'est l'évidence même maintenant que ça ne pouvait qu'être Steve qui transforme l'assassin froid en boule d'amour. C'était déjà le cas quand ils ne pensaient être que des amis, Steve était le seul à réellement pouvoir le faire réagir en homme.

Il n'est pas le seul à prendre confiance, à se laisser aller, Steve est pareil et Bucky le ressent dans le moindre de ses mouvements. En même temps, ils se connaissent par cœur et savent se passer de mots, fonctionner d'un seul regard, c'est tout logiquement que Bucky ne peut que ressentir la moindre variation. Sentir que Steve prend confiance en lui-même, dans ce qu'il peut faire ou non, Bucky le lui a dit de toute manière que sa moitié n'a pas à retenir ses gestes avec lui. Surtout qu'il aime autant le Steve timide que le Steve confiant en lui et même le Steve arrogant, bon d'accord, il aime tout chez sa moitié et rien ne pourrait le heurter ou le choquer donc forcément. Peut-être que Steve prend aussi confiance en eux tout court, en leur relation ou plutôt son évolution si rapide finalement tout en étant bien trop lente vu depuis combien de temps les choses couvent entre eux deux.

Comment les choses pourraient ne pas lentement dévier alors que sa moitié a les mains posées sur lui et raffermit toujours un peu plus sa prise. Parce que oui lentement mais sûrement ça en prend le chemin mais en même temps, Bucky n'a aucun contrôle sur cette envie qui le prend, peut-être plus tard mais certainement pas si tôt dans leur relation. C'est qu'ils en ont du temps perdu à rattraper ou du moins à combler comme ils peuvent, comme il peut. Se découvrant lui-même aussi câlin, tendre mais surtout aussi envieux, bien qu'il prenne malgré tout son temps pour découvrir toujours son homme ou le redécouvrir. Mais Bucky l'a déjà dit, il n'est pas près de se lasser de Steve et oui chaque fois qu'ils sont ainsi, c'est une redécouverte pour lui. C'est aussi fondre au « je t'aime » de sa moitié et rougir légèrement à ce qu'il lui dit ensuite, toujours pas persuadé que c'est vrai mais pour autant, il ne le refuse pas en bloc. Pas alors qu'un peu plus tôt ils ont encore parlé du fait que Bucky ne se voit pas du tout de la même manière.

Alors, il prend son temps et ne cille pas à ces paroles, le temps de quelques caresses sur le visage de son homme avant que sa main ne dévie, ses mains même. Bien qu'il fasse toujours attention à sa main gauche, il est moins hésitant dans le fait de la poser sur Steve, cela vient plus facilement. Il aurait pu défaire la chemise de sa moitié d'une seule main, en regardant ce qu'il fait mais justement il veut continuer de dévorer Steve du regard. Il veut continuer de pouvoir lire ses expressions, aimant le voir sourire ainsi. Oui, mon cœur c'est ce que j'ai en tête. Enfin Bucky ne se le dit pas ainsi, il ne se dit pas « je vais sauter sur Steve » mais il a envie de lui et ça il le sait même s'il comprendrait que ça ne soit pas le cas de sa moitié. Après tout, ils ont tous les deux eu une drôle d'après-midi, même si cela il n'y pense plus vraiment, comme d'habitude son monde se limite maintenant à Steve et lui. Tout pour Steve. Et visiblement sa moitié a décidé de lui procurer quelques frissons en passant ainsi ses mains dans le dos de Bucky, sa peau qui frémit doucement au contact des mains de Steve. Se laissant faire pour que son homme lui ôte son tee-shirt, avec une légère marque pas de recul mais presque à se figer une seconde ou deux, toujours cette idée qu'il n'aime pas qu'on voit son épaule. Mais encore une fois, c'est Steve, alors ça passe plus que rapidement. Son homme a sa chemise ouverte mais il l'a encore sur le dos, qu'à cela ne tienne, Bucky amorce le mouvement pour la lui ôter. Ce qui veut dire la faire glisser de ses épaules, attendant juste que Steve décolle son dos du canapé pour réellement pouvoir faire glisser encore plus la chemise et la faire ensuite voler plus loin dans la pièce. Prenant quelques secondes pour admirer son torse, ses muscles, descendre juste un peu son regard avant de revenir l'embrasser puis murmurer contre ses lèvres.

- Je t'aime aussi Steve. C'est toi qui est magnifique.

Bien qu'il veuille toujours prendre son temps, Bucky tilte que l'endroit n'est pas le plus approprié au monde mais qu'importe, il n'a aucune envie de bouger de là. Bien qu'il finisse par le faire, bouger de sur les jambes de Steve, se relevant tout en l'embrassant. Le caressant en même temps, essayant de le faire basculer lentement pour lui faire comprendre son envie ; que son homme s'allonge sur le canapé et qu'il puisse revenir se mettre au dessus de lui. Viens, allonge toi. Laisse moi faire. Pourquoi ça le prend ainsi, il n'en sait rien mais c'est ce dont il a envie.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Lun 30 Avr 2018, 21:23


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
C'est peu à peu qu'il retrouvait cette simplicité, comme s'il n'existait rien en dehors de ces murs, en dehors d'eux. Il avait besoin de ça à cet instant, il en avait même eu besoin à tant de moments dans sa vie sans jamais les avoir. Mais maintenant, il les avait ; il avait Bucky. Il réalisait tout ce qu'il avait manqué toutes ces années et combien les choses auraient été différentes s'il avait eu Bucky. Parce qu'hors de question de s'imaginer avec quelqu'un d'autre, c'était Bucky, cela avait toujours été Bucky. Il songeait juste à ce qu'ils avaient perdus comme temps, ce qu'ils avaient perdus tout court, rien que dans cet immeuble il y a quelque mois où Steve voyait sa fin arriver. Les choses auraient été si différentes s'il avait eu Bucky comme il l'avait là. Ils se seraient toujours soutenus mais cela aurait été différent. Il se sentait si réconforté, désormais, d'avoir Bucky dans sa vie, d'avoir pleinement trouvé sa moitié. Il se disait tout ça, là. Tant qu'il pouvait encore réfléchir.

Ils étaient fait l'un pour l'autre et ça le frappait à chaque fois qu'il se faisait cette réflexion, comme si ses mains étaient faites pour se poser sur lui, comme si leur lèvres étaient faites pour s'embrasser, ses mains semblaient parfaitement s'adapter chaque fois qu'il le prenait contre lui, qu'il saisisse son visage ou ses hanches, jusqu'à ses fesses - il n'était qu'un homme après tout, penser à cela était normal, pas vrai ? Surtout à ce moment-ci avec Bucky sur lui à s'embrasser. Il ne lui disait rien alors que son homme ouvrait sa chemise, il lui avait dit, je suis tien, il lui était totalement dévoué, il en était à ce stade là, le dévouement. Mais il l'avait toujours été. Le seul pour qui Steve pourrait ployer le genou, courber l'échine. Aussi parce qu'il savait pouvoir lui faire confiance aveuglément et qu'il n'y avait plus de secret entre eux, il n'y avait pas de place pour ça, entre eux. Ce qui faisait selon lui la beauté de leur relation, qu'ils puissent tout se dire et tout partager. Plus amoureux encore à chaque seconde qui passait, d'avoir trouvé l'homme parfait... Parfait pour lui. Se dire qu'il était l'homme le plus chanceux qui soit de l'avoir trouvé là où nombreux hommes et femmes couraient après l'amour sans jamais le trouver, lui l'avait toujours - ou presque - eu, connu.

Il en avait besoin, de se changer les idées, de ne plus penser pour un instant à ce qu'il se passait hors de leur bulle, il avait besoin de se ressourcer, lui-même avait ses limites, même s'il pensait toujours au bien d'autrui, à faire le bien, c'était dans ses veines. Mais là c'était le bien de James qui l'intéressait plus que le reste, son bien être avant tout. Le rendre heureux, le voir sourire, le voir si beau, libre. Libre d'être lui-même. Il lui retirait son t-shirt, comme pour qu'ils soient à égalité et il se délectait de la vue qu'il avait. Comme il lui avait dit, il n'aurait jamais cru pouvoir admirer le corps d'un homme mais il n'avait pas à admirer "le corps d'un homme", il avait juste à admirer Bucky. On aurait pu dire que c'était la même chose mais c'était différent aux yeux de Steve. Et pour se délecter... il se délectait. Il ne se laisserait sûrement jamais de cette vue, ni de ce qu'il sentait sous ses doigts quand il s'amusait à le toucher, sa peau qui se réchauffait, qui frissonnait. Il ressentait tout. Il se relevait juste un peu pour facilité à Bucky de lui retirer sa chemise mais Steve replaçait aussitôt ses mains sur lui, il les posait juste sur ses hanches. Bucky semblait faire de même, profiter de la vue. Il ne comprenait pas pourquoi mais il n'irait pas le contredire ou l'en empêcher. C'était agréable de se sentir beau aux yeux de la personne qu'on aime, agréable de se sentir admirer, par la personne qu'on aime. Cette personne qui a tout vu de vous et vous aime encore. Il accueillait avec plaisir ses lèvres, lui rendant chaque baisers, lui rendant tout au centuple, incapable de se retenir de le faire. Tu es si beau, si parfait, je t'aime tellement, c'était tout ce qui tournait dans son esprit alors qu'ils s'embrassaient. Pourtant il se reculait, son homme, trop tôt à son goût mais au vu des mots qu'il lui soufflait, il ne pouvait que fondre.

Il paniquait juste un peu quand son homme commençait à se lever, raffermissant quelque secondes sa prise sur ses hanches pour finalement le relâcher, le laisser faire, incapable de rompre le baiser. Il ne comprenait pas ce que voulait faire son homme en agissant ainsi mais, pourquoi pas. Il se laissait allonger, attirant juste son homme à lui. S'allonger dans le canapé, pas très confortable mais c'était toujours mieux qu'un sol poussiéreux et terreux, c'était mieux que bien des choses. Viens par là. L'entraîner contre lui, retrouver cette tendresse entre eux et cette passion qui repointait le bout de son nez, jamais bien loin. Allaient-ils partir pour une quatrième fois en pas vingt quatre heures ? Il semblerait bien que oui, cela en prenait le chemin. Le toit, la douche, la chambre. Le canapé ? Cela marquerait son esprit à nouveau, c'était de ces choses qu'il ne pourrait jamais oublié et dont il profitait pleinement, il serait ravi de garder ces souvenirs, ravi de les chérir. Et ses mains ne pouvaient pas lâcher Bucky, comme un "pitié, laisse moi profiter encore un peu" et un "ne te recule pas, ne m'abandonne pas". Pas encore. Pas comme toutes ces années. Reste là, avec moi, à jamais. C'était un autre je t'aime qu'il lui soufflait, contre ses lèvres. Trop affectueux ? Il avait toujours peur de faire un peu trop même si Bucky l'avait invité à continuer, ne pas avoir peur mais foncer. alors il essayait bien qu'il ait cette crainte. Il essayait quand ses mains parcourait son corps, incapable de s'en lasser même si ses doigts commençaient à bien connaître ce contact, si ses doigts connaissaient les tracés de ses muscles, ses cicatrices, ses "imperfections". Et ce qu'il aimait sentir sa peau réagir à son contact, ce qu'il aimait lui déclencher des frissons, ce qu'il aimait sentir cette peau se réchauffer toujours plus. Mais qu'était-il sensé faire, à cet instant ? Rester ainsi allongé ? Devait-il placer ses jambes d'une certaine façon ? Il ne comprenait pas trop, il découvrait encore, après tout, il découvrait tout ça avec Bucky. Et quoi de plus idéal que découvrir toutes les joies de l'amour, même physique, avec son âme soeur ? Quand il disait qu'il était chanceux, il ne plaisantait pas. Il se considérait réellement être le plus chanceux.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Jeu 03 Mai 2018, 00:19


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Malgré tout ce que Bucky peut penser, il prend confiance en lui, confiance en eux dans cette nouvelle relation. Ou plutôt son évolution, parce que l'air de rien ça a été un choc au départ de comprendre qu'il aime Steve de cette manière là depuis si longtemps et qu'il n'a jamais su le voir. Ou plutôt n'a jamais voulu le voir, pourtant il y en a eu des signaux le lui indiquant. Il arrive à se dire que les choses sont comme elles sont pour une bonne raison, à l'époque s'il avait réellement ouvert les yeux et Steve aussi, ça aurait donné quoi après sa chute du train ? Déjà que là...Cela aurait donné quoi quand ils se sont retrouvés et qu'il n'était que le Winter Soldier, s'il n'avait pas fuit comme il l'a fait. Cela aurait donné quoi après avec toute l'histoire avec Stark, les accords et les Avengers. Cela aurait donné quoi pendant la guerre contre Thanos, déjà que s'il veut être totalement honnête, il en a eu des gestes suicidaires pour protéger Steve et inversement d'ailleurs. Parce que c'est ça aussi c'est à double sens, tout ce qu'il peut ressentir, Bucky sait que sa moitié le ressent aussi. Bucky a eu besoin d'entendre certaines choses, certains mots, d'être rassuré d'une certaine manière mais maintenant que c'est fait, ils n'ont plus besoin de parler pour savoir les choses.

Alors qu'en même temps tout est l'évidence même, tout est simple, facile, comment pourrait-il y avoir des heurts alors qu'ils se connaissent par coeur. Qu'ils se disent tout, ne se cachent rien, enfin si, Bucky refuse de parler à Steve de ces décennies passées sous le contrôle d'Hydra. Des heurts qui ne peuvent arriver alors qu'ils sont complémentaires sur tous les points, qu'ils fonctionnent en duo à la perfection, qu'ils se comprennent d'un regard. Que Bucky peut apaiser Steve d'un geste, que Steve peut apaiser Bucky lui aussi d'un seul geste. C'est simple, évident et logique que d'aimer Steve autant qu'il peut l'aimer. Tellement normal et logique, c'est beau et magnifique également. C'est eux, c'est tout, comme il a pu le dire à sa moitié après leur premier baiser, enfin après le second quand c'est Steve qui l'a initié. C'est eux, ça a toujours été eux et ça sera toujours eux. Steve est le seul qui pourrait lui demander n'importe quoi et le voir faire les choses, même encore maintenant, il suivra le petit gars de Brooklyn trop bête pour fuir un combat et ça jusqu'au jugement dernier. C'est d'autant plus vrai maintenant. C'est d'autant plus facile et apaisant, parce qu'il n'a pas à se poser de question sur le fait de plaire ou non à quelqu'un, il le voit qu'il plait à Steve, il le voit dans ses regards, dans ses gestes. C'est perturbant encore et en même temps c'est réconfortant, parce que s'aimer est une chose mais la partie physique en est une autre. Persuadé que jamais il ne pourrait plaire à qui que ce soit, encore moins à Steve, son homme si parfait. Complémentaires et se connaissant par coeur et pourtant ils se découvrent encore mais surtout ils apprennent ensemble et quelque part cela rend leur relation à part et  ça la rend définitivement magique.

Peut-on vraiment lui en vouloir de finir sur son homme ? Peut-on lui en vouloir de l'embrasser, de commencer à lui ôter ses vêtements et de laisser parler ses envies. Il n'est qu'un homme amoureux, un homme qui a son âme soeur près de lui et a toujours plus envie de le découvrir et le couvrir de baisers. L'admirer pour ne pas dire le dévorer des yeux. Penser au fait que ça fait à peine 24h et qu'ils se sont déjà unis trois fois, que peut-être c'est beaucoup ? Non. Tant que ça convient à Steve, pourquoi freinerait-il ses envies ? Sa moitié le lui montrerait, le lui dirait si Bucky allait trop vite ou trop loin et saurait le voir, saurait le reconnaître. Hors Steve est loin de se faire prier. C'est prendre son temps dans chacun de ses gestes, le retrouver après un moment difficile et s'enfermer de nouveau dans cette bulle hors du temps où il n'y a plus qu'eux qui existent. C'est être libre de le câliner autant qu'il en a envie, de l'embrasser comme il en a envie. C'est s'accorder à soi-même le droit de baisser sa garde, de se laisser aller, de trouver son repos. Sa maison est là où est Steve, son homme lui a dit la même chose le matin même et c'est sans surprise, que pour Bucky c'est réciproque.

Pourtant Bucky la sent la panique qui manque de prendre Steve quand il bouge et se redresse. Je suis là mon coeur. Je n'irai nul part. Fais-moi confiance. Il est là où il veut être, là où il doit être, impossible pour lui de s'éloigner, preuve en est, il ne rompt pas leur baiser une seule seconde. Souriant contre les lèvres de Steve à sa manière de le ramener sur lui, Bucky venant se remettre à cheval sur lui. Le surplombant, en appui sur ses bras, heureusement que ses cheveux sont attachés d'ailleurs, maintenus en arrière, sinon ils viendraient sans doute chatouiller Steve. C'est surtout sentir sa peau frémir à la moindre caresse sur son corps et se réchauffer au contact des mains de son homme. C'est profiter encore et encore du goût et de la douceur des lèvres de Steve. C'est retrouver sa chaleur et son odeur qui l'électrisent et lui donne encore plus envie de sa moitié. Oui, rien que ça suffit. C'est harceler ses lèvres de baisers et sentir aux mouvements de Steve ce qu'il cherche à lui dire en le tenant ainsi. Profites mon amour. Jamais je ne partirai mon coeur. Aux mots de son homme contre ses lèvres, il sourit de nouveau et vient lui mordiller la lèvre inférieure, soufflant un "moi aussi" en retour.

Un nouveau baiser sur ses lèvres puis encore un autre et oui ça dévie de nouveau, les lèvres de Bucky commençant à bien connaître le chemin ; la ligne de sa mâchoire puis son cou. Couvrir son homme de baisers dans le cou et lui mordiller la peau délicatement. C'est ensuite en profiter pour lentement mais sûrement descendre ses baisers sur le torse de Steve et jouer sur sa peau pas seulement avec ses lèvres mais avec sa langue également. Goûter sa peau, s'imprégner de sa douceur, de son odeur et avoir le coeur qui en fait le con à nouveau. C'est tout en descendant ses baisers, relever les yeux pour observer Steve. Ce que je peux t'aimer. Ce que tu es beau, magnifique, tellement parfait. Ce que je peux avoir envie de toi. Descendre encore et encore sur le torse de sa moitié, lentement, prenant le temps de le découvrir pleinement, des lèvres ou de la langue. C'est prendre le temps de redessiner les muscles de Steve un par un de cette manière mais aussi chercher à lui procurer des frissons et pourquoi pas de soupirs de plaisir. Il commence à savoir comment Steve peut réagir mais Bucky en veut toujours plus, comme un addict en manque de drogue ; Steve est sa drogue.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 04 Mai 2018, 20:39


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
Longtemps, il avait eu peur des relations physiques. Il s'était souvent imaginé ce que cela pourrait donner, que ce soit dans les années trente quand il était une crevette à jusqu'il y a trois ans. Quand il était une crevette, il ne parvenait pas bien à s'imaginer avec une femme, il n'osait pas, trop timide, même en pensée il n'osait pas trop l'imaginer. Puis ses maladies faisaient que cela rendait les choses compliqués. Puis ensuite, il a eu du mal à se faire à l'idée qu'il ne serait plus malade, dans ce nouveau corps. Jusqu'à ce qu'on lui fasse comprendre qu'à présent il était beau, désiré, bien fait, qu'il avait presque tenté d'en profiter pour essayer ce qu'il n'avait jamais pu essayer, embrasser une femme. Puis on l'avait surpris et il s'était refait à l'idée ; je ne serai pas ce genre d'homme. Et là à nouveau, c'était compliqué de s'imaginer avec qui que ce soit. Puis il est tombé à pique et il est revenu et il a essayé. Il a rencontré des femmes, a eu des rendez-vous. Des femmes au SHIELD ou des femmes qu'il rencontrait lorsqu'il sortait. Mais jamais plus loin qu'un baiser, il savait comment les choses étaient sensés fonctionner, il n'était pas idiot à ce point, juste qu'il était incapable de se transposer dans une relation de ce type. Alors il avait arrêté, il n'avait jamais cherché plus loin qu'un premier ou second rendez-vous. Et là ? Là il avait cette impression de ne plus avoir à réfléchir, ne plus avoir à se demander "où je dois poser mes mains ?" ou "comment embrasser ?" les choses venaient si naturellement avec Bucky qu'il comprenait que s'il n'avait rien pu imaginer ni transposer, c'était à cause de ce détail là, son inconscient qui lui disait qu'il ne s'imaginait pas avec la bonne personne sans pour autant lui indiquer qui. Maintenant c'était clair. Bucky, Bucky, Bucky. C'était Bucky qu'il rêvait d'embrasser, c'était Bucky qu'il rêvait d'avoir dans ses bras, c'était Bucky qu'il voulait contre lui quand ils dormaient, ils n'avaient passés qu'une nuit à deux - officiellement en couple du moins - et pourtant il ne pouvait juste plus s'imaginer une nuit autrement qu'avec Bucky dormant contre lui, sur lui. Alors la partie physique était exactement pareille, il ne s'imaginait pas partager son lit, sa douche ou comme là, son canapé, avec quelqu'un d'autre. Il prenait confiance parce qu'il savait qu'il n'avait pas à réfléchir en long large et travers, ses gestes venaient d'eux même, ses mains savaient où se poser, c'était instinctif et, bordel, ce que cela faisait du bien d'agir par instinct au lieu de flipper de faire n'importe quoi. C'était aussi pour ça qu'il se laissait facilement aller avec Bucky, il ne pouvait pas se tromper avec lui et même s'il le faisait, Bucky saurait lui indiquer comment faire.

C'était pour ça que même s'il ne comprenait pas pourquoi Bucky le faisait s'allonger dans le canapé, il n'avait pas peur sinon de le voir s'écarter. Car même s'il ne savait pas comment agir, où placer ses jambes, ce que Bucky attendait, il savait que Bucky lui ferait comprendre par les gestes ou les mots. Plus facile de se laisser porter par les événements quand ils fonctionnaient ainsi. Plus facile de se laisser aller, de le laisser faire. Il ne se rendait pas encore compte de ses propres points sensibles mais il faisait confiance à Bucky pour s'en rendre compte, il suffisait de voir comme sa peau se réchauffait et frissonnait à son contact. Trop habile à son goût, trop doué déjà. Instinctif pour l'un comme pour l'autre. Steve était si concentré sur Bucky qu'il en venait à ne pas faire attention à ses propres ressentis, surtout qu'il se laissait porter par tout ça au lieu de chercher à se contrôler. L'effet Bucky. Totalement lâcher prise, s'abandonner totalement pour vivre cet instant. Il n'y avait bien que Bucky pour lui faire lâcher prise sur la réalité. C'était à peine s'il contrôlait ce "je t'aime" qui s'échappait et Bucky y répondait après lui avoir mordillé la lèvre. L'extase. Le montrer, le dire. Il en avait besoin aussi, qu'on lui dise. Que Bucky lui dise. C'était important de compter de cette façon, pour lui. Important que son homme lui dise même s'il le lui montrait déjà énormément.

Comment pouvait-il faire autrement que frémir ? Il commençait presque à entrer en ébullition. Tout était toujours extrême, tout ce qu'il ressentait était extrême. Là, pour lui, c'était déjà beaucoup, même s'il savait que ce n'était pas grand chose, c'était beaucoup. Cela restait être embrassé où on ne l'avait jamais embrassé avant, le toucher où on ne l'avait jamais touché avant. Être heureux qu'il n'y ait que Bucky pour ça, que sa moitié pour ça. C'était aussi pour cela qu'il avait attendu toutes ces années la bonne personne, c'était des choses qu'il ne se voyait pas partager autrement qu'avec la personne qu'il aimait et il ne comprenait pas comment certains pouvaient s'amuser avec des personnes qu'ils n'aimaient pas, il n'aurait jamais pu concevoir - hormis avec Jessica car les circonstances faisaient que, c'était la fin du monde, un lourd combat s'annonçait et ils étaient convaincus que cela pouvait être leur dernière nuit - pouvoir être avec quelqu'un pour qui il ne ressentait absolument rien. Il était trop vieux jeu, trop romantique, sûrement. Ce qui se ressentait forcément avec Bucky, Bucky en faisait les frais. Même s'il savait que son homme n'allait sûrement pas s'en plaindre, il l'aurait déjà fait sinon.

Se sentir réellement important aux yeux de quelqu'un, compter vraiment. Pas juste parce qu'il était le Captain America mais parce qu'il était Steve Rogers. Il n'y avait jamais eu que Bucky pour l'aimer même quand il était à son pire. Qu'ils continuent à s'aimer après ce siècle de différence et tous les événements, il ne pouvait rêver mieux. C'était ça, le véritable amour et le plaisir se trouvait déjà là. Puis il y avait cette envie qu'il voyait dans le regard de Bucky, c'était réconfortant de savoir qu'il plaisait tel qu'il était. Tout en sachant qu'il lui aurait plus aussi s'il était encore une crevette. Il le savait au fond de lui, il en était convaincu. James était tellement au dessus de tout. Comment en étaient-ils arrivés là déjà ? Aucune idée. Il relevait juste la tête pour le regarder faire, se mordant la lèvre inférieur. Curieux de ce qu'il faisait, de pourquoi il descendait si bas alors qu'il glissait sa main dans les cheveux attachés de son homme. Il avait beau être sur lui, il n'avait pas envie de perdre totalement le contact non plus. Être touché et toucher. Que fais-tu ? Il frémissait, une fois encore, en sentant sa langue contre sa peau non pas en ébullition mais pas si loin. Il va me tuer un jour, songeait-il. Une crise cardiaque. Son coeur suivait la cadence. Boom boom boom. Du n'importe quoi. Réagissait-il trop vite et trop fort ? Il songeait que c'était peut-être le but de Bucky. Il n'y pouvait rien si sa moitié le faisait réagir ainsi, après tout. Ce n'était pas non plus comme s'il avait cessé d'avoir envie de lui à un moment ou un autre, au contraire. Maintenant qu'ils avaient passés ce cap, Steve le désirait constamment. Il essayait juste de maîtriser ses envies et ce n'était pas toujours très réussi. Il priait aussi, intérieurement, que personne ne viendrait les déranger. Que personne n'oserait monter, toquer à leur porte pour demander quoi que ce soit. Quand vous voulez mais surtout, pas maintenant.

Il aurait aimé faire quelque chose mais il ne pouvait rien faire sinon garder une main dans les cheveux de Bucky, les lui caressant tendrement. Il l'effleurait plus qu'il n'appuyait, le laissant surtout libre de ses mouvements, cherchant toujours ce qu'il cherchait lui-même à faire sans parvenir à mettre le doigt dessus. Ah, oui. Profite. Bien, soit. Il profitait de ces attentions particulières et bienvenues. Je ne sais pas ce que tu fais mais j'aime beaucoup, je ne sais pas ce que tu fais mais tu peux continuer un moment ainsi, je ne sais pas ce que tu fais mais c'est quand tu veux. Un soupir. Déjà ? Oh.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Dim 06 Mai 2018, 23:28


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Apprendre et tout découvrir en même temps que Steve, sur le même pied d'égalité tous les deux alors que Bucky n'est plus « innocent » depuis bien longtemps, là où pour sa moitié ça date de Jessica. Enfin, de ce qu'il en sait mais la réaction de Steve ce soir là lui avait montré que c'était le cas. Mais oui, lui n'est plus considéré comme innocent depuis longtemps mais pourtant, il apprend les choses au même rythme que Steve, peut-être un peu plus affirmé ou du moins donne t-il l'air de savoir un peu plus où ils vont. Alors que la réalité est tout autre, comparer ne se fait pas mais après tout Bucky n'a connu que quelques femmes et les choses n'ont rien à voir. Oui, même si on a pu le voir comme un coureur de jupons, elles sont peu nombreuses à être passé dans ses bras. Bucky n'a pas tous les noms et tous les visages clairement dans sa tête mais il sait qu'il peut les compter sur les doigts d'une seule main. Ce qui fait un nombre déjà « beau » pour son époque et en même temps un nombre ridicule vu son âge réel, s'il pourrait dire qu'au moins dans sa jeunesse il a bien vécu, il les regrette surtout. Parce qu'il sait maintenant pourquoi tout était fade avec elles, sans couleur, que son cœur n'a jamais réagit pour une seule d'entre elles alors qu'il fracassait au moins regard de Steve. Mais il n'y voyait que l'inquiétude que son meilleur ami lui procurait quand il était malade. Il n'y voyait là que le signe qu'il l'aimait certes mais il aurait dit comme un frère alors que Bucky aurait tout fait pour un sourire de Steve, pour le voir heureux et quand ça se produisait, son cœur cognait. Plus généralement quand Bucky aime, il ne fait pas semblant, il aime pleinement une personne et donnera tout pour elle, il le faisait avec ses sœurs et déjà avec Steve. Mais c'était logique pour lui cela à son époque alors que non ça ne l'était pas. Bien qu'il sache aussi qu'au final, les choses en seraient quand même venues là, s'ils étaient restés en vie ou s'il n'y avait pas eu cette guerre pour les faire partir de chez eux

Quelques femmes et aucun homme mais ce n'est pas n'importe quel homme, c'est Steve. Cela en devient instinctif de savoir où le caresser et comment l'embrasser et au delà de ça, Bucky n'a pas à réfléchir à ses gestes, il a juste à se laisser guider par ce qu'il ressent et par les réactions de son homme. Son amour débordant pour Steve, sans doute un peu trop, extrême potentiellement mais là encore pas de place à la réflexion ou plutôt plus de place à cela ; sa moitié saura le tempérer s'il va trop loin et le lui montrer également. Calmer ses envies et ses ardeurs se fera un jour sans doute mais pas pour le moment, c'est trop récent, ses sentiments prennent le pas sur ce qu'il lui reste de raison et donc oui, son amour déborde sur le côté charnel de leur relation. Lui donnant bien trop envie de sa moitié pour qu'il puisse se contrôler, il essaye en tout cas et n'en est pas à penser à cela en permanence...c'est juste...qu'un baiser un peu trop prolongé, un câlin alors qu'ils ont été séparés quelques heures, quelques mots également et ses envies reviennent au triple galop. Forcément déjà qu'il est peu rationnel de base, là il l'est encore moins mais encore une fois, ils se sont dit que ça ne serait jamais trop, que ça n'irait jamais trop loin non plus. Que cela soit les câlins et la tendresse entre eux que ce côté plus passionné et fougueux qu'ils découvrent. Débordant est vraiment le mot, le côté psychologique de ses sentiments qui se ressent sur le côté physique et oui, Steve serait encore une crevette que ça serait la même chose. Cela irait sans doute moins vite, ils se freineraient mutuellement pour que la santé de sa moitié ne soit pas malmenée mais ça serait pareil. De toute manière, il a toujours trouvé que Steve était beau alors qu'il ait le corps d'un super-soldat ou celui d'une crevette asthmatique -pour ne citer que ça- ne change rien. Alors oui s'il aime autant le corps de Steve, ses muscles parfaitement dessinés, c'est surtout parce que derrière il y a aussi dans le lointain, ce « je ne peux pas lui faire mal » allié à ses sentiments bien présents et ce « ma moitié est parfaite ». Si Bucky est parfait pour son homme, Steve est parfait pour lui, c'est Steve qu'il aime avant tout et non son corps.

Il ne réfléchit à rien de tout ça, pas de cette façon en tout cas, bien trop loin dans ses envies pour avoir des pensées vraiment construites. Quoi que même ses envies ne lui viennent pas de manière claire, il a envie d'embrasser Steve, il le fait. Il n'a pas envie de bouger du canapé mais que son homme soit allongé, il le lui indique. Il a envie de couvrir son corps de baiser, c'est exactement ce qu'il est entrain de faire. Prendre son temps pour le faire, là encore il n'y a pas de meilleur terme que celui-ci, Bucky a commencé ses découvertes sur le toit, ça a continué ce matin et ça se poursuit maintenant. S'extasiant tout seul de sentir son homme réagir à ses baisers, à sa langue, sur son torse et ce n'est pas fini mon amour, parce que de cela il en est sûr, il a envie de bien plus. L'odeur, le goût de sa peau, ça le rend dingue et là encore dans ses découvertes, il n'y a rien qu'il n'aime pas chez Steve, parfait on vous dit, en tout point parfait.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Lun 07 Mai 2018, 21:11


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
Cela ne devrait peut-être pas le surprendre autant. Parfois il avait des élans de lucidité et comprenait pourquoi les choses allaient dans ce sens, il se répétait ces choses là. On se connaît déjà par coeur, il n'y avait plus que cette épreuve-ci qu'il manquait à notre relation, il n'y avait que l'aspect charnel qui manquait mais nous avions déjà tout le reste. Alors ils rattrapaient comme ils pouvaient le temps perdu. Il le désirait et maintenant qu'il avait goûté à ce plaisir, il serait dur de s'en défaire. Bucky semblait le savoir et semblait en jouer et il ne pouvait pas lui en vouloir, il aimait bien ça. A sa façon, Bucky montait leur relation sur un autre stade. Là où ils découvraient la sensualité, par exemple. Quelque chose qu'ils n'auraient jamais connus sinon. C'était nouveau entre eux, la sensualité. Eux qui étaient habitués aux rapports plus francs ou plus discrets, c'était une nouvelle chose qu'il devait assimiler et... Qu'il aimait. C'était plusieurs petites choses comme ça, nouvelles, qui s'assemblaient mais James ne semblait pas avoir conscience de tout ceci ou en tout cas, il ne lui en parlait pas. Avaient-ils besoin d'en parler ? Il aurait peut-être aimé mettre des mots sur tout ça il est vrai, qu'ils sachent où ils allaient. Tout en se disant que le plus important était de le vivre et ressentir, que le plus important c'est qu'ils étaient ensemble et iraient partout, ensemble.

Ces baisers pourraient être de trop, être allongé dans le canapé pourrait être de trop mais ça ne l'était pas. Il pourrait en avoir assez de se pencher vers une quatrième fois en pas vingt quatre heures mais il n'en n'avait pas assez et songeait qu'il n'en n'aurait jamais assez, tandis qu'il cherchait où poser ses mains. C'était trop doux, trop agréable, trop bon pour qu'il en ait assez et son corps s'éveillait en sentant tout ces baisers. Comme il y avait déjà pensé, c'était être embrassé et touché là où personne ne l'avait encore fait avant, c'était nouveau. Et tout cet amour encore et toujours, cet amour partagé, ce n'était que ça entre eux et il s'y faisait sans s'y faire, il savourait, il adorait. C'était exactement ce dont il avait besoin et il s'en rendait compte en même temps que cela arrivait, tout ce que Bucky faisait à cet instant ne faisait que confirmer qu'il était parfait pour lui. Pas besoin de s'adapter, tout était déjà parfait et exactement ce qu'il lui fallait. Mais bientôt, il serait incapable de réfléchir à quoi que ce soit, comme à chaque fois. Ca lui prenait. Et là, ça lui reprenait justement, à mesure des baisers et des caresses.

(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 08 Mai 2018, 19:46


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼


CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mer 09 Mai 2018, 00:22


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mer 09 Mai 2018, 14:50


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼



CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 11 Mai 2018, 21:31


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »

(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1508
FT. : Sebastian Stan
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Amara Wells
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Lun 14 Mai 2018, 02:24


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼



CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1094
FT. : Chris Evans
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
COPYRIGHT : ROGERS. (Ava et signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Lun 14 Mai 2018, 10:45


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« When the night has come and the land is dark and the moon is the only light we'll see. No, I won't be afraid. Oh, I won't be afraid, just as long as you stand, stand by me. So darlin', stand by me. If the sky that we look upon should tumble and fall, or the mountain should crumble to the sea.I won't cry, no, I won't shed a tear, just as long as you stand, stand by me. Darlin', stand by me. Whenever you're in trouble, won't you stand by me ? Oh, stand by me. Won't you stand now ? Oh, stand by me. »

(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

Can't get you off my mind. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan :: Downtown :: Bâtiment des Docks-