RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR

Partagez|

Can't get you off my mind. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Can't get you off my mind. | Stucky Mer 14 Fév 2018, 03:14


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
Steve s'était installé dans le canapé de leur appartement. La journée avait commencé à la perfection et s'il avait été heureux et comblé, détendu au possible toute la matinée puis dans l'après midi, les choses avaient vite eu de dégénérer. Il avait été un peu idiot de croire que maintenant qu'ils étaient au calme, les choses se tasseraient pendant un temps, que chacun ferait son deuil de sa façon et qu'ils se retrouveraient tous d'ici quelque jours pour faire le point, après avoir tous soufflés.

Quand il était revenu, il avait eu l'espoir de retrouver sa moitié mais force était de constater que Bucky était toujours dehors. Ca l'inquiétait un peu, sans technologie ils n'avaient aucun moyen de se parler et donc aucun moyen de savoir si tout allait bien ou non. Mais une petite voix lui disait que si Bucky était en danger, il le sentirait. Non, il devait juste apprendre à laisser couler. A prendre un peu sur lui. Mais il venait juste de le trouver donc, le sentir si loin de lui était un véritable arrache-coeur.

Installé dans ce canapé, Steve avait pris un de ses calepin et un crayon. Il n'avait pas pu user de cet exercice depuis longtemps, manque de temps, mais il se remettait au dessin, sur ce carnet de notes. Ce qu'il y dessinait ? Allons, fallait-il vraiment préciser qui il dessinait ? Pas besoin de photo quand on avait une mémoire eidétique permettant de dessiner chaque trait. Il aurait aimé avoir une feuille plus grande pour ça mais il se contentait de ce qu'il avait pour se changer les pensées. Son après-midi s'était plutôt mal déroulée et il ne pouvait pas en tenir rigueur à Barbara, ça ne lui venait même pas en tête d'ailleurs. Ce n'était que des conséquences parmi tant, de l'éclatement de Thanos. Barbara avait craqué devant lui, il avait assisté à tout ça. Il l'avait épaulé comme il avait pu, manquant cruellement de mots pour une situation pareille. Situation qui l'avait troublé, plus qu'il ne voulait bien l'admettre. Les conséquences de la guerre, encore et toujours. Il inspirait profondément. Se concentrant sur ce qu'il dessinait, son dessin prenait forme assez vite et, bien assez tôt, on pouvait distinguer qui était dessiné. Le visage, les cheveux. Il n'avait qu'un crayon de bois, il ne pouvait dessiner exactement les expressions voulues sur ces traits mais l'idée était là. Cette image de sa moitié, souriante, comme il l'avait vu avant qu'il ne s'en aille. Ce sourire qui l'avait fait fondre. C'est en entendant un bruit dans l'entrée, la porte s'ouvrir, qu'il refermait son carnet, assez vite. Pas spécialement fier de son dessin d'une part, d'une autre, l'original était bien mieux. Il avait fermé son carnet et l'avait posé sur la table basse, restant toute fois dans le canapé, bien sagement. Inspirant profondément. Il était de retour, il le savait, il le sentait. Dans quel état, toute fois ? Il se levait pour le constater lui-même. Accueillir sa moitié chez eux, après tout. Il vérifiait aussi qu'il était bien seul en s'approchant de lui, l'accueillant d'une main sur la hanche, l'autre sur sa joue, l'entraînant pour déposer un baiser contre ses lèvres. Il lui avait tellement manqué que ne pas l'embrasser et le tenir contre lui, à peine rentré, était impensable. Tellement manqué.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mer 14 Fév 2018, 17:22


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

La journée avait plus que bien commencé, Bucky n'avait même pas le souvenir d'un début de journée comme celle-ci. Il était comblé le brun, détendu, apaisé, il avait enfin pleinement compris qu'il avait trouvé sa moitié d'âme. Il se savait chanceux qu'une telle chose puisse lui arriver, surtout à lui, surtout avec son passé, là où bien d'autres ne trouvaient jamais leur âme soeur. Lui avait son âme soeur à ses côtés depuis qu'il est enfant même si ça a mis du temps à éclater, à ce qu'il ouvre les yeux. Qu'ils ouvrent les yeux. Tout était bien, tout était parfait mais Bucky a voulu sortir pour aller chercher de la nourriture.

Ce qui était logique en soit que de le faire, sortir pour pouvoir être sûr que Steve puisse manger à sa faim. Lui aussi mais ce que lui peut vouloir passe au second plan. Un peu pour les autres aussi mais ça avant qu'il ne le dise vraiment à voix haute. Ah si, il l'a dit, en allant chercher Jessica pour sortir, conscient qu'il ne pouvait y aller tout seul, s'il voulait ramener de quoi faire pour tout le monde. Le début a été un peu houleux dans leur échange, pour des conneries en plus, parce que pour une fois Bucky n'a pas pu se taire. Parce qu'il a eu cette bouffée de jalousie sans vraiment le savoir. Pourtant ça s'est pas si mal déroulé que ça, ils ont juste perdus du temps, pas mal de temps à cause des ouvriers présents. Trop de temps, au point que Bucky en est venu à s'angoisser. Angoisser parce qu'il n'était pas avec Steve, parce qu'il ne l'avait pas sous les yeux. Angoisser également parce que des souvenirs lui sont remontés en mémoire à cause d'une putain d'affiche. Angoisser parce que du coup, il a aussi pensé à ce qu'il a pu perdre, à sa soeur, à cette époque dans laquelle ils sont et qu'il n'aurait jamais dû revoir.

Le retour...eh bien le retour lui a paru mille fois plus long que l'aller. Impatient, nerveux, est-ce que Jessica l'avait remarqué ? Il n'en sait rien et s'en fiche totalement, après tout ses réactions pouvaient passer pour autre chose. Pour tout et n'importe quoi, pour le Winter Soldier revenant à la surface et le rendant instable. Et encore qu'une fois dans le bâtiment, il a dû prendre sur lui pour pouvoir encore mettre en commun ce qu'ils ont ramenés. Ne gardant dans son sac que ce qu'il faut pour Steve et lui même. Avant de semer Jessica pour grimper quatre à quatre les marches de l'escalier, arriver plus vite au dernier étage de l'immeuble. Ôtant chemin faisant, le bonnet qu'il avait mis sur sa tête et détachant ses cheveux, enquillant l'élastique à son poignet. Oups, Jessica lui avait demandé de lui rendre, bah ça attendra, là il doit absolument retrouver Steve avant de devenir fou.

Arrivé à leur étage, Bucky ne ralentit pas pour autant, pas avant d'avoir ouvert la porte et d'être rentré. Son ouïe immédiatement à la recherche du moindre bruit, du moindre souffle de vie pouvant lui faire savoir que Steve est là. Refermant la porte rapidement, avec le pied, à la volée, il n'a pas de temps à perdre. C'est un profond soulagement qui le prend en entendant puis en voyant Steve même si les traits de son visage reste fermés sur l'instant. Jusqu'à ce que Steve l'attire ainsi contre lui et ne l'embrasse, baiser que Bucky lui rend avant d'en réclamer un second et de se lover contre sa moitié. Passant ses deux mains dans le dos de Steve, les posant à plat pour le serrer contre lui autant que possible avant de finir le visage niché dans le cou de Steve. Ce n'est que là qu'il en a un soupir de soulagement et qu'il se détend, sans aucun doute que Steve sentira la tension le quitter. Finissant par murmurer dans son cou "Tu m'as manqué".

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mer 14 Fév 2018, 19:44


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
Il aurait aimé faire plus de choses dans l'appartement avant le retour de Bucky, c'est à peine s'il avait pu passer un coup de balais avant d'être happé par d'autres occupations plus importantes et plus graves. Il inspirait profondément, cherchant à calmer ses pensées. Sachant surtout que ce qu'il avait vu, ne partirait jamais de son esprit, qu'il devrait faire avec. Il pouvait être fort sur l'instant mais une fois de retour au calme, la pression redescendait et ses pensées l'assaillaient. Alors dessiner sa moitié était toujours un moyen de se changer les idées, se focaliser sur son visage, ses traits. Ce carnet était rempli de dessins mais jamais il n'avait osé dessiner un de ses proche, sinon Peggy. Et cela remontait à il y a très longtemps, le dessin de Peggy. Il trouvait les portraits assez personnels et il avait toujours cette crainte que l'on tombe dessus et qu'on ne le comprenne pas. C'était aussi pour ça qu'il cachait, normalement, ce carnet. C'était représentatif de sa vision du monde, c'était un défouloir, ces dessins n'étaient pas forcément joyeux ou drôle, nombreux étaient surtout cyniques et moqueurs. Des caricatures avant l'heure.

Bref, il l'avait juste posé sur la table, songeant qu'il n'y avait que Bucky et que même s'il n'avait jamais montré à Bucky le contenu de ce carnet, se serait déjà moins grave si c'était lui qui le trouvait et l'ouvrait. Même s'il aurait du mal à devoir expliquer pourquoi tout ça, autrement que "parce que ça me détend". Il s'était juste levé, était juste allé accueillir sa moitié chez eux. Après tout, c'était son idée, quand Bucky était pour partir, lui rappeler ce qui l'attendait chez eux. Donc cela voulait dire l'accueillir comme il se devait. Aussi parce qu'il en avait besoin autant qu'il en avait envie, que le retrouver et l'enlacer, l'embrasser. Il ne se privait donc pas.

La chaleur de leurs étreintes lui avait manqué, presque autant qu'il lui avait manqué. Il frémissait presque en sentant les mains de Bucky se glisser dans son dos et au vue de l'étreinte, la main qui était sur la joue de Bucky s'était glissée dans ses cheveux puis finalement s'était posée sur sa nuque. Il le serrait doucement contre lui, surtout avec sa main sur sa hanche, son autre main se contentant de lui caresser la nuque du bout des doigts.

Tous deux tendus, tous deux fatigués, qui se retrouvaient enfin et retrouvaient leur normalité. Hm, c'était si agréable. Il frémissait en sentant le souffle de Bucky contre sa peau, mais il ne parvenait pas à sourire, pas plus qu'à réellement se détendre. Bien assez vite, ce câlin lui semblait non pas juste bénéfique, mais nécessaire. Il avait été fou de croire que tout irait, qu'ils vivraient ça à leur façon dans leur coin et qu'ensuite, cela irait. Fou de croire qu'on n'aurait pas besoin de lui aujourd'hui, qu'il pouvait souffler et rester sur cette même humeur. Steve restait tendu et non pas juste parce que sa moitié lui avait manqué mais parce que dès qu'il était parti, les choses avaient dégénérés et l'avaient moralement épuisé pour la soirée ou même la semaine.

Sauf qu'ils ne pouvaient pas se contenter de rester dans l'entrée et pas forcément parce que n'importe qui aurait pu ouvrir et les trouver là comme ça, enlacés. Mais parce qu'il y avait quand même plus confortable. Et il devrait aussi reconnaître qu'avoir passé le balais et donc retirés la poussière qui traînait, ça éclairait quand même beaucoup la pièce et c'était déjà bien mieux. Il n'avait plus qu'à laver au sol et autour et ça serait encore mieux. Oui il songeait encore à ça, tandis qu'il se détachait à contre coeur de sa moitié, pour prendre la main qui venait en premier pour l'entraîner à l'intérieur de leur appartement.

Tout s'est bien passé ? Tu as réussi à trouver ce que tu voulais et en discrétion ? Tu as l'air tendu.

Steve lui aurait bien massé les épaules mais avec la veste et le sac, comment dire que ça allait être compliqué. Il l'entraînait dans ce qui ressemblait à un salon, leur salon. Il fallait vraiment qu'il fasse ses marques ici. Il était encore tout retourné, il espérait juste que cela ne se remarquerait pas trop, il n'avait pas forcément envie d'en parler et entacher le moral de sa moitié par la même occasion. Sauf que, bon, c'était Bucky, alors forcément, il allait le voir. Il inspirait profondément.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mer 14 Fév 2018, 22:17


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

S'il avait croisé du monde en montant cet escalier ? Aucune idée. Si on a essayé de lui parler en route ? Là encore aucune idée. Il aurait fallu qu'on érige un mur devant lui pour le stopper et encore que...Bucky avait plus ou moins réussi à mettre de côté ses pensées tant qu'il était dehors mais là ce n'était même plus la peine d'essayer d'obtenir quoi que ce soit de lui. Le brun est monté en boucle sur une seule pensée : Steve. Certes ce n'est pas étonnant et peut-être pas la peine de le préciser mais c'est ainsi, il arrive à cloisonner ses pensées pour ne rien laisser paraître mais il ne faut pas lui en demander trop et trop longtemps. Est-ce qu'il se demande si son comportement peut mettre la puce à l'oreille des autres ? Clairement, pour lui non. Bucky a toujours agit ainsi, tout pour Steve, tout le temps, ils ne le connaissent plus ou moins que depuis deux ans mais ça a toujours été ainsi. C'est juste plus fort depuis la veille mais ça ne change rien dans le fond. Pressé de retrouver Steve, de voir comment il va, si tout s'est bien passé, s'assurer qu'il n'y a pas eu de problèmes. Oui, il sait que sa moitié est plus que apte à s'occuper de lui tout seul et gérer d'éventuels problèmes seul mais Bucky n'y peut rien s'il angoisse malgré tout. Surtout que malgré tout, la trouille viscérale qu'il a ressentie à chaque seconde pendant ces deux ans de guerre est toujours là en lui, la trouille de perdre Steve, qu'il lui arrive quelque chose. La trouille de ne pas arriver à temps pour empêcher le pire, aussi bon et confiant en ses capacités qu'il peut être, il n'est pas à l'abri d'un fail. Un super-soldat certes mais pas infaillible, il n'est pas comme ces dieux qu'ils ont côtoyés pendant la guerre.

Forcément en arrivant à leur appartement, Bucky ne peut qu'être soulagé de voir Steve en seul morceau. Oui, le fait que l'immeuble soit intact aurait dû lui mettre la puce à l'oreille mais on ne sait jamais. Forcément cela veut aussi dire, ne pas chercher plus loin pour embrasser son homme et se blottir contre lui. Et Bucky s'en fout de savoir quelle image il peut renvoyer avec ce besoin vital de le serrer et le sentir contre lui, une étreinte plus que nécessaire pour qu'il puisse s'autoriser à laisser filer la tension dans son corps. Mais il sait que Steve ne va pas le trouver ridicule à agir ainsi ou encore à lui murmurer ces quelques mots au creux du cou. Leur dernier câlin dans leur lit a au moins eu cet effet bénéfique que Bucky ne doute plus de lui même en ce qui concerne Steve, que ses marques d'affection, d'amour ne seront jamais mal prises. Que ça ne sera jamais trop.

Pourtant au milieu de leur étreinte, Bucky sent que quelque chose n'est pas à sa place, que Steve est trop tendu. L'inconvénient de se connaître aussi bien, c'est qu'ils ne peuvent rien se cacher alors oui il sent que la tension ne quitte pas sa moitié. Quelque chose a dû se passer mais quoi ? Bucky va tout faire pour le savoir en tout cas. Même s'il serait bien resté dans les bras de Steve, il se laisse prendre la main et être entraîné dans le salon, en profitant pour détailler son homme plus attentivement. Ce n'est pas un problème physique déjà, Steve ne marque aucune gêne dans ses mouvements, rien qui prouverait qu'il a pris un coup. On va dire que c'est déjà.

- Ça a été oui, je ne suis pas parti seul finalement, j'ai emmené Jessica avec moi. On a juste perdu un peu de temps à cause des employés là où on a été.

Bucky ne peut pas dire que tout s'est bien passé, il est rentré trop tendu pour que ça soit le cas et Steve l'a parfaitement remarqué.

- Ça va mieux maintenant que je suis rentré, c'est juste plus compliqué que je ne le pensais de gérer notre retour dans cette époque.

Euphémisme. Mais bon au moins Bucky est on ne peut plus honnête même s'il ne veut pas s'attarder sur ce que lui a fait. Malgré tout, il prend le temps de récupérer sa main et d'ôter son sac de sur son dos, qu'il pose sur la table du salon. Puis d'ôter sa veste et le gant à sa main gauche, faisant jouer les différentes pièces de vibranium de son bras en entier jusqu'à l'épaule. Il a toujours ce dérangement quand il porte un vêtement le lui couvrant.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Oui, Bucky ne va pas tourner autour du pot plus longtemps, il le sait, le sent, le voit que quelque chose ne va pas.

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Jeu 15 Fév 2018, 00:52


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
Il avait les yeux qui piquaient, un peu. Il se disait que c'était peut-être juste la fatigue. Il avait certes dormi mais il vivait depuis trop longtemps sur ses dernières réserves. Et s'il avait été reposé et détendu toute la matinée et début d'après midi, là, ça coinçait. C'était mental comme fatigue, car physiquement il pétait la forme et aurait pu courir un marathon aller-retour sans problème et être encore en forme après. Son corps était reposé. Non, c'était bien mentalement qu'il était fatigué, toute cette pagaille n'aidait pas.

Avoir Bucky contre lui à nouveau était presque comme une bénédiction, il en avait tellement besoin à cet instant. Il ne voulait pas être faible, juste avoir un break, un vrai break. Parce qu'il n'était qu'un homme et qu'il pouvait arriver à bout de souffle, lui aussi. Il avait un caractère fort et heureusement, il n'aurait jamais survécu jusque là sinon. Mais une fois chez lui, porte fermée, c'est là qu'il espérait souffler. Et quoi de mieux pour se faire que retrouver l'étreinte chaleureuse de sa moitié ? Rien.

Mais il les entraînait finalement dans le salon, trouvant le lieu plus confortable que l'entrée et plus adéquat, aussi. Ses questions fusaient. Il lui confiait être parti avec Jessica, il hochait donc un peu la tête comme pour montrer qu'il entendait bien sans forcément trouver quoi y répondre, attendant juste patiemment la suite.

Je comprends, oui, tout est chargé de souvenirs ici. C'est notre époque, après tout. C'est comme si on reprenait nos vies là où elles s'étaient arrêtées.

Raison pour laquelle le Captain n'aurait rien contre l'idée de rester à cette époque si jamais il y avait la possibilité de retourner en 2019. Cette époque était la sienne et il y avait plus sa place que dans le futur. Un futur où il était usé, has-been, où il s'adaptait au terrain certes mais ce n'était pas pareil qu'ici. Question de moeurs, sans doute, question de mentalité, train de vie. Celui de 1945 lui convenait mieux, quelque part, encore que certaines moeurs de 2019 auraient pu faciliter sa relation avec Bucky sans qu'ils n'aient à se cacher. Mais même sans cela, la pudeur était de mise, c'était dans leur éducation. Bucky l'avait peut-être oublié, qui sait. Mais lui, c'était ancré. Mais ils avaient toute leur vie ici et s'ils voulaient repartir sur de nouvelles bases, Steve songeait que cette époque était peut-être idéale pour ça. Ici, leur futur n'avait jamais existé, alors leur peines non plus. Plus facile de tirer un trait dessus, donc. Il le regardait retirer sac et veste et... Ah, il ne perd pas son temps. Steve soupirait légèrement et se frottait le visage, réfléchissant aux mots qu'il pouvait bien employer.

J'ai du gérer une crise, tout à l'heure. Mais c'est réglé.

Il ne pensait pas pouvoir en parler, car au final, ça ne le regardait pas, comme il ne pouvait pas s'en plaindre, car ce n'était pas lui qui avait souffert de la situation, au contraire il avait été impuissant face à la douleur de Barbara. A part lui tenir la main et essayer de lui donner des conseils de base, il n'avait rien pu faire du tout. Il ne pensait pas la jouer caliméro, pas plus qu'il ne pensait que Bucky irait si droit dans le sujet, si vivement, directement.

Tu m'as beaucoup manqué, aussi, cela n'a pas aidé.

Non, ça n'avait pas aidé, puisque lorsqu'il n'était pas occupé avec Barbara, il se demandait où était Bucky et comment il allait. Cela l'avait angoissé et il s'était monté la tête tout seul comme un grand garçon. Il soupirait un peu. Encore, oui, il ne s'en rendait pas forcément compte. Ca l'embarrassait un peu, du coup, d'être si lisible, ne rien pouvoir caché alors qu'il aurait aimé pouvoir enfouir ça et non pas le ressortir et en parler. Tant pis, c'était Bucky, après tout. Il répondrait s'il y tenait vraiment mais sur l'instant, il ne trouvait pas pertinent d'en parler.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Jeu 15 Fév 2018, 19:10


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Techniquement pour survivre, Bucky n'aurait besoin de personne, il sait prendre soin de lui, enfin à peu près. Il sait faire attention, il sait se gérer et gérer ses crises, ses traumatismes suffisamment pour ne pas péter un câble. Pour ne plus être aussi instable, erratique qu'il a pu l'être. Mais il lui manquait quelque chose pour être complet, pour pouvoir réellement fonctionner correctement et cette pièce manquante de lui c'est Steve tout simplement. Alors oui il ne peut qu'être pressé de le retrouver pour pouvoir souffler réellement comme il doit. Puis, il sait que pour Steve ça peut être à peu près la même chose, il le pressentait, Steve le lui a confirmé, ils ne peuvent être bien que tous les deux. Alors forcément, il s'inquiète le brun, un peu plus encore en comprenant que quelque chose ne va pas, qu'il y a quelque chose qui a tendu sa moitié ainsi. Alors même que Steve est plus que solide, il est sans doute le plus solide d'eux deux mais ça ne change rien. Bucky arrive à se détendre assez pour lui répondre, pour lui expliquer en quelques phrases comment les choses ont pu se dérouler pour lui. N'entrant pas plus dans les détails que son c'est plus compliqué que je ne le pensais. La réponse de Steve le fait un peu grimacer.

- C'est notre époque sans l'être, enfin je n'ai pas l'impression d'appartenir à une quelconque époque. Ni de maintenant, ni de 2019.

Même s'il se sentirait mieux à retourner en 2019, rien que parce que là bas il pourrait sortir sans prendre le risque de croiser sa soeur. Un deuil qu'il n'a pas pu faire d'ailleurs. Parce que même connu et reconnu, il n'aurait pas à cacher son bras et qui il est, toutes les personnes qui ont pu tenir à lui y sont mortes. Enfin toutes sauf Steve, n'est-ce pas là le principal ? Si bien sûr que si. Et surtout les moeurs de 2019 n'étaient pas les mêmes que celles de maintenant, pour eux, pour leur couple surtout. Sans parler de s'afficher au grand jour, ce qu'il ne ferait pas, ils auraient pu prendre le risque d'un baiser dans la rue ou de se tenir la main. Ou encore emménager ensemble dans une vraie maison à eux sans que ça soit louche. Oui, il a ce genre de pensées, n'a t-il pas dit à Steve que cet appartement est leur "chez eux". Enfin il a dit ça comme ça, sans vraiment y réfléchir, livrant une de ses pensées à Steve qui découle de ce qu'il a ressenti en allant chercher cette nourriture. Ce qui le préoccupe vraiment c'est ce qu'il s'est passé pour que Steve soit aussi tendu, n'y allant pas par quatre chemins pour le lui demander. Ah.

- Stark qui a fait des siennes ? Ou un autre ? T'es sûr que c'est réglé ? Tu es encore plus tendu que moi.

C'était sorti tout seul, Tony lui venant en tête immédiatement et montrant aussi à Steve qu'il sent comment est sa moitié. Surtout qu'en arrivant il y a quelques instants, Bucky a pu souffler de soulagement, une grosse partie de sa tension est partie. Il répond à son homme, attentif à ce qu'il lui dit mais en faisant fonctionner son bras gauche, avant de stopper net ses gestes.

- Je suis désolé mon coeur.

Ils sont presque collés l'un à l'autre mais pourtant Bucky comble la distance entre eux deux, venant poser sa main droite sur la joue de Steve. La lui caressant du bout du pouce.

- J'aurais dû rester, tu m'as manqué aussi. Oui Bucky lui a déjà dit. C'était sans doute trop tôt. Mais je t'avais promis que tout irait bien et de te revenir.

Bucky venant poser ses lèvres contre celles de sa moitié, comme un "je t'aime", un "tu m'as manqué", un "je tiendrais toujours ma promesse".

CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 16 Fév 2018, 04:03


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
1945 ou 2019, Steve l'avait dit, il suivrait James où il le voudrait. S'il voulait retourner en 2019, il l'y suivrait. Tant qu'il était à Bucky, ça irait, qu'importait l'époque.

Quelle étrange aura il y avait, désormais. Loin de l'euphorie de leur réveil. Il n'aimait pas ça du tout. Cette tension, là. C'est notre époque sans l'être, enfin je n'ai pas l'impression d'appartenir à une quelconque époque. Ni de maintenant, ni de 2019. Steve haussait les épaules. Peut-être. Avec ce qu'il avait vécu, ce n'était pas vraiment étonnant.

C'était bien parce que c'était Bucky, que Steve ne se braquait pas. Parce qu'il savait que Bucky était franc sans vouloir être blessant, qu'il s'inquiétait vraiment sans demander juste pour la forme. Mais que pouvait-il dire ? Il était dans ce mode de pensée où ce n'était pas à lui de pouvoir se plaindre. Il n'avait pas eu à accoucher d'un foetus mort, lui. Il n'avait pas à cacher à son mari une telle chose non plus. Donc. Il n'avait pas à se plaindre. Juste à avancer.

Ce n'est pas Tony et oui, c'est réglé, ne t'inquiète pas.

Ne t'inquiète pas, il le lui disait tout en sachant pertinemment que ce n'était pas dire "ne t'inquiète pas" qui ferait qu'il ne s'inquiéterait pas. Qu'en gros, c'était comme parler dans le vent. Il le savait parce que ça aurait exactement pareil si Bucky lui avait sorti ça.

Ne t'excuse pas, chéri, tu as fais ce que tu avais à faire. Tu avais raison d'y aller.

Il avait juste été trop égoïste à le vouloir pour lui tout seul et à vouloir occulter les autres trop longtemps, voilà tout. Parce qu'au fond, il savait que Bucky avait eu raison d'y aller et que c'était juste lui qui avait déconné. A cette main sur sa joue, il appuyait doucement sa joue, souriant tendrement en sentant ce contact rassurant. Quelle bouffée d'air pur quand Bucky venait l'embrasser. Steve glissait sa main sur sa hanche à nouveau, l'entraînant davantage contre lui. Oui, il savait qu'il lui reviendrait toujours. Pouvait-on en vouloir à Steve de chercher à faire durer ce baiser ? Non, quand même pas. Si ? Oh. Il avait juste besoin de ce contact, à nouveau. Ces contacts entre eux. Il ne voulait pas étouffer Bucky mais il avait compris avec leur échanges hier soir et surtout ce matin, que ce ne serait jamais trop. Un besoin mutuel. Un besoin de se rapprocher l'un de l'autre et de s'aimer. Libres. Donc, oui, il lui rendait ce baiser, il cherchait à le faire durer un petit moment d'ailleurs, avant de se reculer légèrement mais garder sa main sur la hanche de sa moitié.

Vous avez trouvés des choses utiles avec Jess ? C'est bien qu'elle t'ait accompagné, j'imagine que vous avez pu rapporter plus de choses.

Là où ça aurait pu être chacun pour sa pomme, il savait que l'entraide serait de mise, alors il ne s'inquiétait pas vraiment pour ça. Pour les autres. Juste curieux de savoir ce qu'ils avaient pu trouver.

Vous avez poussé jusqu'où ?

Autre moyen de se changer les idées que questionner Bucky sur sa sortie, autre moyen d'éviter les questions aussi.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 16 Fév 2018, 18:04


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Bucky n'avait pas l'impression qu'il pourrait reprendre sa vie là où elle s'était arrêtée, même s'il n'était pas officiellement mort pour les gens, il n'avait pas la sensation d'être à sa place ici. Pas plus que d'en avoir une en 2019. C'était comme ça, il ne cherchait pas plus loin, il avait dit ça dans ce sens là à Steve, plus pour lui répondre que pour vraiment lancer une discussion là dessus. Car comme il l'a pensé, là où est Steve c'est la seule chose qui lui importe. D'ailleurs sa moitié aussi ne cherche pas plus loin, haussant simplement les épaules que le brun pour un nouveau signe que rien ne va vraiment.

- Tu me demandes l'impossible là.

Lui ne pas s'inquiéter pour Steve, c'est impensable, il s'en fait en permanence pour lui. Plus encore à l'instant présent et plus encore avec l'absence de réponse, ok ce n'est pas Stark mais qu'est-ce qu'il se passe, qu'est-ce qu'il y a eu pour qu'il soit tendu comme ça. Pour que Steve reste évasif, parce que c'est le cas là, Steve ne veut rien lui dire. Est-ce que sa moitié a un secret pour lui ? Si c'est le cas, il peut y avoir plusieurs raisons à une telle chose mais justement trop de possibilités, ce qui ne rassure pas Bucky. Même si sur le coup, il s'empresse de s'excuser d'être sorti, de l'avoir laissé pour quelques heures. Bon au moins, sa moitié arrive à sourire à la main sur sa joue, c'est déjà quelque chose de positif. Steve l'attire et Bucky pose la main gauche dans son dos, gardant la droite sur sa joue. Le brun apprécie grandement que Steve lui rende son baiser et le fasse durer, forcément après quand sa moitié se recule, Bucky le regarde avec un "oh mon dieu que je l'aime" dans les yeux.

- Pas assez à mon goût pour qu'on soit tranquille un moment mais au moins on a de quoi faire un petit peu. Par contre ce soir on va pouvoir tous manger de la viande, enfin si on trouve comment la faire cuire. Peut-être en allant voir Rocket, il doit bien pouvoir nous bidouiller quelque chose je suppose et je dois toujours voir avec lui pour la radio. Ah et on a été jusqu'à un entrepôt de gros, à quelques blocs d'ici, que je connaissais mais sans plus.

Que Steve ne lui demande pas l'adresse précise, Bucky n'y a pas fait attention, pas plus qu'il ne se souvient du nom de la rue, juste du chemin pour y aller. Tout en parlant, Bucky garde sa main sur la joue de Steve, continuant à la lui caresser avec tendresse. Il ne le dira pas mais c'est avant tout pour lui qu'il a voulu faire cette sortie, sans oublier que.

- Tu sais, tu peux essayer de détourner mon attention, j'oublie pas le reste. Je ne te demande pas pour rien mon coeur, je sens que ça va pas, je veux juste pouvoir t'aider et te réconforter.

Et en gros, Bucky ne sait pas comment faire, s'il peut dire ou faire quelque chose de particulier pour aider Steve à se détendre. Pour autant il n'insiste pas, pas vraiment, pas pour être au courant de tout mais pour lui signifier qu'il est là pour sa moitié en toutes circonstances.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Sam 17 Fév 2018, 01:55


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
Qu'avait-il dit, ah. Tu me demandes l'impossible. Oui, il le savait bien, justement, que Bucky n'allait pas facilement coopérer, parce que lui-même aurait été un poil insistant pour lui tirer les vers du nez. A se plier en quatre pour savoir. Donc forcément, il se doutait que Bucky réagirait pareil. Mais bon, il n'avait pas envie de s'étendre là-dessus maintenant. Maintenant comme jamais, en fait.

L'idée l'effleure, qu'on vienne chez eux et qu'on les trouve ainsi, mais il l'oublie bien assez vite. Parce que ça lui importait peu au final, qu'on entre ou non dans l'appartement tandis qu'ils s'embrassaient. Rien à cacher. Il assumait. Ce qu'il aimait sentir cette main contre sa joue, c'était un geste curieusement rassurant. Et ces baisers... Il en avait eu besoin, oui. Ce rapprochement, ces câlins, ces baisers. Oui, besoin. C'était bien le mot qui convenait.

Vous avez trouvé de la viande ?

Question rhétorique, il était surtout surpris qu'ils aient trouvés de la viande, Steve ne devait pas en avoir mangé depuis bien 3 années, c'était pas la chose la plus facile à trouver sur la route et il s'était contenté de fruits, de légumes, de noix ou de conserves ou de céréales. Il avait vécu comme un pauvre pendant un temps mais ça lui avait été égal, ça n'avait pas changé de cette époque où ils étaient replongés et le prix de la viande était toujours élevé donc, comme dans les années 30, il s'en était privé pour favoriser le reste. Donc en un sens, pourquoi pas, ça lui avait un peu manqué quand même et ça lui changerait de ce qu'il devait manger depuis trois ans. Et encore et toujours ; c'était mieux que rien. Il embrassait à nouveau Bucky, d'ailleurs, en songeant à ça.

Ah. Ils se connaissaient définitivement trop bien l'un l'autre. Que dire ? Il n'était pas celui qui avait besoin d'aide ou d'être réconforté et la concernée ne voulait pas non plus être aidée ou réconfortée. Il réfléchissait à ses mots. C'était frustrant, quelque part.

J'ai aidé une personne de l'immeuble pendant qu'elle en avait besoin, voilà tout. Elle a hurlé, j'ai été l'aider. Je pensais qu'on pourrait tous gérer dans nos coins pendant quelque jours mais les conséquences de la guerre sont plus nombreuses que je ne le pensais.

Il se frottait la nuque, un peu gêné en cherchant ses mots.

Barbara était enceinte de quatre mois quand elle a traversé le portail, mais elle ne veut pas que Clint sache ce qu'il s'est passé. Qu'elle ait été enceinte et qu'elle a fait une fausse couche.

Il ne disait donc pas directement qu'il avait du aider Barbara pendant cette fausse couche mais c'était pourtant clair, ça lui semblait clair.

Je l'ai aidé avec le bébé puis le nettoyage... J'aurais aimé l'aider un peu plus mais elle ne veut plus en parler, ne veut pas en parler. C'est sa décision. Bref. C'est à peu près tout. Ce n'est donc pas moi qui ait besoin d'aide ou d'être réconforté.

Parce que pour lui c'était un bébé et non juste un foetus, qu'il personnifiait ce petit être, forcément. Quant à sa décision, il était frustré aussi de ne pas pouvoir faire plus mais il respectait le choix de Barbara et ne reviendrait pas sur sa décision, il lui avait juste dit que si elle avait besoin, il était là, elle n'avait qu'à l'appeler ou demander et ce serait fait. Mais s'il n'avait pas besoin d'être réconforté, d'après lui, ça ne l'empêchait pas de chercher les bras de Bucky et se blottir un peu contre lui.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Dim 18 Fév 2018, 03:05


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Sur l'instant, Bucky ne dit rien ou ne revient pas à la charge. Il n'aime pas aller de front face à Steve et là c'est sans doute le meilleur moyen qu'il se braque. Il la connaît par cœur sa moitié, il ne le ferait pas pour dire à Bucky de se mêler de ses affaires mais parce qu'il doit considérer qu'il ne doit pas parler. Mais alors pourquoi ne pas dire directement à Bucky un « je n'ai pas le droit d'en parler », oui ça peut être quelque chose qu'on lui a demandé de garder. Et le brun sait que jamais Steve ne trahirait ce genre de promesses même pour lui. Ou alors Steve pense vraiment que Bucky va se contenter de ce qu'il lui a dit. Non impossible, ils se connaissent trop pour ça. Mais oui pour le moment Bucky ne lui redemande rien, répondant à ses questions.

Steve qui semble s'étonner pour la viande mais qui ne semble pas plus emballé que ça, Bucky serait quelqu'un d'autre, il lui sortirait un truc du genre « cache ta joie ». Bon d'accord, ils peuvent très bien vivre sans viande tous, même eux les super-soldats, ils l'ont suffisamment fait pour que le brun le sache. Mais il ne sait pas, il pensait que cela ferait plaisir à Steve, comme lui ça a pu lui faire plaisir d'en trouver, juste l'odeur et il aurait pu la bouffer crue. Ou alors il interprète mal les choses sur ce coup là. Ou peut-être que c'est tout simplement parce que son homme est trop tendu.

Et ça y est, c'est plus fort que lui mais il revient sur ce qui perturbe Steve, restant contre lui, la main restant sur sa joue avant de la passer dans ses cheveux. Sa moitié n'a pas besoin d'être vaguement recoiffé mais Bucky le fait quand même, le laissant parler et trouver ses mots. Avant de cesser un poil ses mouvements, sérieusement ? Personne d'autre que Steve n'a bougé pour aller voir ce qu'il se passait ? Personne d'autre n'a pu entendre ? Oh...merde....Putain, il s'absente quelques heures et c'est la catastrophe, d'accord il n'y est pour rien mais il aurait peut-être pu aider Steve face à tout ça ou aider Barbara. Peut-être. Eh merde.

- Mais oui bien sûr.

Ce n'est pas moqueur, c'est une constatation alors que Steve vient se coller un peu plus dans ses bras. Bucky passant alors lentement sa main gauche dans son dos, lui frottant le dos de haut en bas, un « je suis là » muet.

- Je sais que tu as voulu faire plus et tu pouvais rien faire, frustrant pour toi une telle chose mais au moins tu étais là quand même, aussi difficile que ça soit. Si elle veut pas en parler, tu ne peux pas la forcer par contre on peut la surveiller dans les prochains jours, essayer de lui changer les idées. Toi ou moi ou les deux, je ne dirais rien ni à Barbara, ni à Clint mais oui on peut tenter de lui changer les idées. Enfin déjà si tu l'as laissée c'est que physiquement elle va bien, non ?

Continuant ses caresses dans le dos de sa moitié, venant déposer un baiser sur ses lèvres, juste un soutien de plus.

- On va tous les surveiller, d'accord ? Toi et moi, on va s'assurer qu'il n'y ait plus de conséquences de Thanos qui puissent nous atteindre tous autant qu'on est.

Et sa main droite qui sera passé de la joue de Steve à sa nuque, sans que Bucky ne le quitte une seconde du regard. Il est encore inquiet pour sa moitié, encore une fois, il le connaît par cœur et forcément que Steve est plus atteint qu'il ne veut le dire. Parce qu'aussi fort qu'il soit, Steve reste un homme sensible sous ses airs de guerrier imperturbable, un homme au grand cœur. Même Bucky est perturbé par ce que Steve vient de lui dire, une femme, une future mère qui perd son bébé, il n'ose imaginer les ravages. Mais oui, comme d'habitude, il essaye de ne rien montrer même si ça risque de ne pas prendre avec Steve.

- Du coup, tu as pu aller prendre l'air un peu après ? Ne serait-ce que sur le toit ? Tu veux qu'on y aille ensemble ou alors on va voir Rocket pour négocier avec lui. Quoi qu'il fait presque nuit, on pourrait prendre le risque de sortir et aller faire un tour jusqu'au bord de l'eau.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Dim 18 Fév 2018, 23:31


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
Il aurait aimé s'enthousiasmer un peu plus pour ce que lui annoncer Bucky. Nul doute que cela viendrait plus tard, quand il aurait un peu soufflé de tout ça, après tout, cela venait toujours d'arriver. Il aurait aimé être plus réactif, surtout vu les efforts que son homme avait du faire pour réussir à trouver de la viande, surtout qu'il avait faim, très faim, qu'au bout d'un moment la faim se transformait en un mal de vent permanent. Alors que son homme ait pu trouver ça, il en était vraiment reconnaissant mais... Allez savoir, il ne percutait pas vraiment, pas encore. Pourtant il lui disait, oh, de la viande, vous avez réussi à en trouver. Mais oui, il avait besoin de souffler pour pouvoir s'extasier à nouveau, il culpabiliserait juste un peu plus après d'avoir mis autant de temps à remercier son homme comme il aurait du le faire.

Puis il finissait par se confier, comme toujours, se confier à Bucky était facile, car s'il pouvait avoir quelque craintes à l'idée d'être jugé ou mal regardé parfois, avec Bucky, il n'y avait jamais besoin de le regarder pour s'assurer qu'il ne le jugerait pas mal. Bucky ne le jugeait jamais, ne le remettait pas en cause ouvertement pour rien, bref, parler à l'amour de sa vie était si facile que respirer. C'était juste lui qui bloquait avec cette notion de je n'ai pas le droit de me plaindre, c'est pas moi qui ait vécu ça , cette notion qui le condamnait au silence. Jusqu'à maintenant, évidemment. Il aimait sentir les caresses de Bucky contre son dos, c'était aussi rassurant et encourageant pour lui parler. Pouvoir se blottir. Ce n'était pas le moment mais pourtant, Steve percutait sur quelque chose, là. Leur vie commune avait vraiment commencé. Pas juste la période papillons dans le ventre, on s'embrasse on s'enlace on ne se quitte pas une seconde, non, la vraie vie, la réalité, ensemble. Les coups durs, ensemble. Les épreuves qui commençaient, non pas à se soutenir entre amis mais comme un couple. Et comme toujours - à ses yeux - Bucky s'en sortait à merveille dans cette épreuve.

Bucky avait raison, Steve avait sûrement eu besoin de l'entendre. Au moins, il avait été là quand d'autres n'auraient pas pu l'être, Barbara n'avait pas été seule dans cette épreuve, il l'avait soutenu, alors quelque part, ça aurait pu être pire. Car au final, ce qui blessait Steve ce n'était pas tant son ressenti, mais surtout son inquiétude pour Barbara et ce que la pauvre avait vécu ainsi puis ce pauvre bébé qui n'avait rien demandé à personne et avait été victime de Thanos pourtant. A peine conçu et déjà détruit par Thanos, c'était horrible.

Il aurait pu se vexer au si elle veut pas en parler, tu ne peux pas la forcer, il aurait pu lui dire qu'il n'avait pas l'intention de la forcer, qu'il ne forçait jamais quiconque à faire quoi que ce soit, il croyait bien trop au libre-arbitre pour ça. Sauf que c'était Bucky, qui lui parlait, Bucky qui le connaissait par coeur et lui-même comprenait, malgré son orgueil et son état actuel, où Bucky voulait en venir. En effet il ne pouvait pas forcer Barbara à parler mais l'idée de Bucky était bonne, il pouvait toujours lui changer les idées, l'occuper. Steve souriait légèrement. Sa moitié se rendait-il compte qu'il reprenait son rôle de conseiller et protecteur quand il parlait ainsi ? Difficile de se dire que Bucky avait un jour changé quand il le voyait parler ainsi, à lui trouver des solutions tout en essayant de le réconforter. Il avait vraiment l'homme parfait, c'était indiscutable. Il souriait un peu plus suite au baiser qu'il lui donnait, si spontané, si naturel, ça l'émerveillait toujours autant cette proximité. Ca aurait pu le surprendre mais en fait, c'était tellement naturel entre eux, ces intentions. Cette façon de se tenir l'un contre l'autre, cette façon de se regarder, l'amour débordant des yeux. A croire que ça avait toujours été ainsi. Il se disait surtout que cela aurait toujours du être ainsi et il ne pouvait guère dire qu'on ne refaisait pas le passé, c'était ce qu'ils risquaient de faire avec cette mission.

Steve hochait donc la tête à la dernière question de Bucky, ce on va tous les surveiller, ce on va s'assurer qu'il n'y ait plus de conséquences. Il hochait la tête et souriait un peu plus. That's my man, qu'il aurait pu dire. Il avait beau dire qu'il n'avait besoin d'aucun soutien pour faire ce qui lui paraissait juste, être soutenu par Bucky lui faisait un bien fou.

Non, je ne suis pas sorti, je suis remonté me calmer et j'ai fais un peu de rangement et... Voilà. Négocier quoi avec Rocket ? Quant à l'idée de sortir, je n'ai rien contre mais ... Cela voudrait dire devoir rester à une certaine distance l'un de l'autre et je n'ai pas envie.

En soi il ne mentait pas, il omettait juste de dire qu'il avait aussi dessiné sa moitié, trop pudique là-dessus, le Steve. Quant au fait de sortir, deux hommes, ils en avaient largement la carrure, impossible de douter en les voyant de dos. Alors voir deux hommes l'un à côté de l'autre, l'un dans les bras de l'autre et possiblement à s'embrasser, impossible en 1945. Il aurait aussi préféré rester dans son canapé ou pourquoi pas sur le toit, au calme, à dessiner tranquillement, loin de l'agitation, sorte de havre de paix bien à lui, comme l'étaient les bras de Bucky, son havre de paix. Alors oui l'idée de se poser contre Bucky dans le canapé, dans ses bras, à dessiner, l'envie était plus que là, c'était plus que tentant.

A moins d'attendre qu'il soit très tard cette nuit. Mais pour l'heure... Je n'ai pas envie de quitter tes bras et m'efforcer de rester à une distance qu'on jugerait convenable.

Il n'était pas spécialement casanier mais après des années à courir, avoir un toit sûr sur la tête ça pouvait le faire changer d'avis sur le sujet. Il l'avait dit, ils méritaient tous de se reposer. Bucky et lui compris. Ils n'étaient pas les chaperons de Barbara et celle-ci était sortie s'occuper donc, rien qu'il puisse faire dans l'immédiat.

Merci d'être sorti et merci pour ce que tu as ramené, je suis fier de toi.

Aucune moquerie, il était juste fier que Bucky ait trouvé le courage de sortir, de leur rapporter de quoi se nourrir et en plus d'avoir réussi à jouer les ninjas et ne pas être aperçu. Parce qu'il croyait en lui, quand Bucky lui disait ne pas avoir été vu. Alors il l'embrassait à nouveau. Jamais rassasié. Il aimait trop ces baisers pour qu'ils aient un jour fin, de toute façon. Comme une habitude qui s'installait tout doucement mais ce serait durable. Cette relation le serait, les habitudes comme les baisers, rien que lorsqu'il était venu l'accueillir chez eux, il espérait que cela devienne une habitude. Rien de mauvais à la routine selon lui, mais plutôt un aspect rassurant. Pour faire clair, il était heureux de cette stabilité entre eux, de cette relation solide et qu'il savait éternelle, c'était rassurant oui. Il était heureux de ces habitudes qui se mettaient en place, heureux de découvrir toutes les facettes de cette nouvelle relation - ou le nouvel aspect de leur relation - et que cela s'installe si cela avait toujours été ainsi. C'était curieux comme sentiment mais là encore ; rassurant.

La tension commençait à s'en aller, il suffisait de quelque paroles de son homme pour ça. Il n'aimait pas non plus le voir si inquiet d'ailleurs, il ne devait pas l'être, il devait surtout être lui-même en paix, il lui avait dit. Il n'était pas aveugle, Steve, il avait bien vu que ce qu'il avait partagé à son homme l'avait perturbé, pour cause. Il osait en plus dire qu'il était détraqué alors qu'il réagissait de façon plus qu'humaine en apprenant ça ? Eh beh. Bucky ne devait vraiment pas voir comment il était. Mais bon, cela ferait juste parti des choses que Steve notait, mentalement. Il lui apprendrait ou réapprendrait à s'aimer, chaque chose en son temps.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Mar 20 Fév 2018, 17:20


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Bucky n'en revenait quand même pas de savoir que personne d'autre dans le bâtiment n'avait bougé, étaient-ils déjà tous repartis dans un chacun pour sa gueule ? Ou alors étaient-ils trop secoués pour vraiment réagir ? Ou avaient-ils tous trop l'habitude que Steve s'occupe de tout ? Pourtant quand même les Avengers...Autant les Gardiens, Wade et les autres héros, ça pouvait passer mais les Avengers, ça passe pas pour Bucky. Il essayait de se dire que peut-être Barbara n'avait pas hurlé à ce que ça résonne dans l'immeuble, que potentiellement Steve passait non loin, peut-être oui. Surtout qu'il a bien remarqué que sa moitié a nettoyé leur appartement et il le lui avait dit qu'il y avait des vieux balais au sous-sol, donc oui peut-être que. Même si ce n'est pas là le plus important, il y pense le brun, il cherche à raisonner.

Mais surtout Bucky cherche à réconforter Steve comme il le peut, à le soutenir encore et toujours, comme il l'a toujours fait. Le soutenir, l'aider, le réconforter, être là pour sa moitié plus simplement. C'était déjà ainsi quand ils pensaient n'être qu'amis, alors maintenant c'est encore plus marqué. Il ne réfléchit pas pourtant avant de lui répondre, il a tout écouté oui mais il ne cherche pas ses mots, ce qu'il doit dire. Cela vient tout seul. Est-ce que ses mots seront suffisants ? Est-ce que ce sont les bonnes choses à dire ? Bucky ne le sait pas mais il le dit. Ses mots mais aussi ses caresses dans le dos de Steve ou ce baiser, autant de manière de le soutenir, de lui montrer qu'il est là avec lui, tout le temps et quoi qu'il se passe. Il le lui disait que ça devait être frustrant pour Steve de ne pas avoir fait plus encore, en poussant plus loin de ne pas avoir pu empêcher que ça se produise.

Mais comment sa moitié aurait-il pu savoir que passer ce portail allait faire ça ? Parce que ça devait être ça, non ? Ou un coup que Barbara aura pris juste avant ? Il n'est pas très au fait de ce genre de choses le brun mais ça lui semble logique. Déjà que visiblement personne ne le devait le savoir, même pas Clint, ça aussi ça semble logique, si Barbara ne veut rien dire à Clint c'est que de base il ne devait pas savoir qu'elle était enceinte. Donc oui, Bucky voit mal comment Steve aurait pu y faire quoi que ce soit ou pouvoir faire plus encore. Pour le brun, Steve a été là, il a soutenu Barbara aussi difficile que ça a dû être, difficile pour les deux. Cela le perturbe pour Barbara oui mais aussi pour sa moitié, surtout pour Steve il dirait bien.

Pour Bucky, c'est tout aussi logique et normal de se mettre à employer le « on », on va changer les idées de Barbara, on va surveiller tous les autres. Normal de dire à Steve de cette manière là, qu'il est là, présent pour sa moitié, qu'il ne compte pas le laisser se débrouiller seul avec la bande de gamins qu'il y a dans l'immeuble. Parce que finalement, c'est un peu cette image qu'on peut avoir à les voir tous se reposer sur Steve comme des enfants le ferait avec leur père. Bucky sera juste comme d'habitude en arrière plan, le soutien, celui qui veille en recule. Même sans l'évolution de leur relation, Bucky aurait fait pareil, aurait dit les mêmes choses, il y a juste les câlins et les baisers en plus pour le réconforter et le soutenir. Tout cela vient naturellement, sans y songer là encore.

Vouloir savoir si Steve a pu prendre l'air, a pu soufflé d'une manière ou d'une autre tout en continuant ses caresses dans le dos puis dans la nuque de son homme. Bucky a bien remarqué les quelques sourires pendant qu'il parlait mais Steve a encore besoin de se détendre, lui aussi a besoin de se changer les idées quoi qu'il puisse en dire.

- J'ai vu pour le rangement. Rocket pour la radio et nous bidouiller un truc pour faire cuire la viande mais on verra ça plus tard, rien ne presse.

Bucky aurait pu y aller seul mais maintenant pour arriver à le décrocher de Steve, il va en falloir alors qu'en dehors de ce qu'ils viennent de se dire, il en a besoin d'être collé à sa moitié. Bon d'accord, encore plus qu'en rentrant.

- C'est vrai, alors il ne reste plus que le toit ou le canapé.

Une distance convenable, ça veut tout dire, c'est aussi pour ça qu'il aurait préféré pouvoir retourner en 2019 alors que là rien que le fait de marcher épaule contre épaule pouvait être mal interprété. À raison dans leur cas mais mal pris. Sans oublier que oui se tenir un tant soit peu l'un de l'autre, sera plus que difficile, Bucky ne sait même pas s'ils y arriveront un jour. Enfin devant les autres, oui, ils n'ont pas le choix -pour Bucky- mais en allant seuls dehors la tentation serait trop grande. Beuh, Steve n'a pas besoin de le remercier pour quoi que ce soit. Fier de lui, mais, bon d'accord Bucky ne cherche pas à comprendre et encore moins avec ce baiser. Un baiser qui en entraîne un autre et c'est Bucky qui se retrouve une nouvelle fois à couvrir sa moitié de baisers avant de se reculer et de l'admirer.

- Au fait, dans l'entrepôt où on est allé, ils avaient une affiche de Captain America sur un des murs avec ton tout premier costume avec les petites ailes sur la tête. Ça m'a fait bizarre de te revoir comme ça.

Cela l'a perturbé même, ça a fait remonter un ou deux souvenir d'ailleurs et pourtant là avec le recul Bucky se rend compte que déjà à l'époque il trouvait Steve sacrément sexy. Oui ça remonte vraiment très loin eux deux. Même si à cette époque là, il a eu vraiment du mal à se faire aux changements physiques de sa moitié.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Jeu 22 Fév 2018, 02:00


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
C'était beau cette notion de on . Ne plus vivre juste pour soi, ne plus vivre parce qu'il le faut bien, que chaque jour est un jour nouveau. Non désormais c'était un on, il ne serait plus jamais seul, puisqu'il savait que Bucky serait toujours à ses côtés. Il l'avait toujours été depuis leur retrouvailles mais là, cela prenait un autre sens, quelque part. C'était officiel pour eux, ce on construira notre avenir ensemble. Pas besoin d'en discuter, pour Steve, tant c'était évident. Lui en tout cas, voulait construire son avenir avec Bucky et il pensait connaître assez sa moitié pour savoir que c'était réciproque et que ce n'était pas là des illusions, des rêves qu'il avait, mais bien une réalité. Il en avait eu besoin de ce concret, mine de rien. Il en avait eu besoin de cette assurance, c'était aussi pour quoi il n'avait jamais eu de relation, trop d'incertitude, il en avait déjà tant dans son métier qu'il ne voulait pas se permettre de l'instabilité dans sa vie sentimental. Comment dire, donc, que sa relation nouvelle avec Bucky, le rassurait sur ça aussi ? Que tout était comme fait pour s'assembler, qu'ils étaient fait pour ça, que tout l'un était parfait pour l'autre, jusque dans les imperfections que l'autre pouvait aisément supporter. Steve pouvait aisément supporter la nouvelle face de Bucky, celle qu'Hydra lui avait imposé, parce qu'il savait que ce n'était qu'une face parmi tant d'autres. Il pouvait accepter ses regards lointain parfois, comme s'il était là sans l'être totalement. Il pouvait accepter absolument tout sans broncher, tant que Bucky ne se dénigrait pas ouvertement, là il aurait pu comme la veille, hausser le ton. Il s'en voulait d'ailleurs d'avoir poussé à hausser le ton mais il ne pouvait pas rester sans rien dire ni rien faire quand l'homme qu'il aimait s'emballait comme ça.

C'était fou de se dire que tout allait mieux quand il était avec Bucky. C'était plus facile de relativiser, plus facile de prendre sur lui, de souffler. Plus facile de voir les choses dans leur ensemble. Bucky lui rendait toujours la vie plus facile, cela avait toujours été et serait sûrement toujours. Il ne savait pas comment se montrer assez reconnaissant pour tout ça, parfois ça l'embêtait, surtout quand il se disait que c'était Bucky qui avait le plus besoin de lui et non pas l'inverse. Raison de plus de culpabiliser à cet instant de réagir de la sorte ; Bucky n'avait pas besoin de ça. Peut-être que c'était cette idée que Bucky ait plus besoin que lui de réconfort qui le poussait à souffler. A arrêter de se regarder le nombril pour plutôt regarder la situation dans son ensemble, analyser les faits.

Il l'écoutait parler et hochait pensivement la tête. Il réfléchissait à tout ceci, surtout. La nourriture, c'était super, en plus, ils avaient de quoi ranger au frigo, ils avaient des placards aussi pour le reste. Non, c'est après coup qu'il songeait à ce qu'il lui avait dis. La radio ? Oh. Oui, c'est vrai, la radio. Pauvre boîte en métal propulsée par la fenêtre et explosée au sol dans un excès de rage. Le toit ou le canapé, ça le faisait sourire à nouveau à l'évocation du toit. Il serait impossible pour lui d'y retourner sans songer à leur première fois, avoir des images plein la tête, deux corps se découvrant et... c'est pas le moment. Bref, Steve aurait finalement aimé sortir, se dégourdir les jambes, revoir Brooklyn ou les rues qu'il avait arpentée toute sa jeunesse mais c'était impossible, il devait prendre sur lui. Il aurait suffit d'un passant au mauvais moment, il aurait suffit de n'importe qui et, pouf.

Les petites ailes...

Il riait brièvement en y repensant. Les petites ailes, il avait l'air tellement ridicule avec cette première tenue, ce bonnet trop petit pour lui qui était tiré n'importe comment et pourtant, ils étaient fans. Il cherchait encore de quoi ils pouvaient bien être fan à cette époque alors qu'il ne faisait que jouer les poupées d'un coin à l'autre du pays puis de l'Europe tout ça pour acheter plus d'armes, du grand n'importe quoi.

On me forçait à enfiler cette tenue ridicule pendant que je rêvais d'enfiler une tenue plus adéquat pour aller arrêter les nazis en Europe. Que je rêvais de combattre à tes côtés, libérer l'Europe, oui... C'est un peu... Cela me fait bizarre d'y repenser, ça semble à la fois lointain et à la fois très proche.

Ils n'avaient pas vraiment eu le luxe de repenser à tout leur passé, ces derniers temps, ils avaient juste du avancer et survivre, chaque jour. Regarder devant, jamais derrière. Sauf que là, ils n'avaient plus que ça à faire. Le temps de trouver autre chose, évidemment.

Tu étais beau dans ta tenue. Si beau, oui, je m'en souviens parfaitement. Quel duo on formait déjà à l'époque, comme si c'était la chose la plus normale qui soit alors qu'on apprenait nous-même sur le terrain.

Des gens étaient formés pour travailler en duo, en équipe, eux, ça n'avait pas été le cas. Ils avaient vu sur le tas, ils avaient improvisés la plupart du temps mais même à cette époque, un regard suffisait. Parce que c'était déjà à l'époque cette confiance aveugle l'un en l'autre, cette foi sans borne. On aurait pu leur demander n'importe quoi l'un pour l'autre, ils l'auraient fait. Puis là, cela prenait un autre sens. Il était beau, bien coiffé, bien rasé, propre sur lui, droit. Comme il était beau maintenant, même avec ce look un peu plus sauvage voir mauvais garçon on pourrait dire à une telle époque. Il fondait à repenser à tout ça.

Que dirais-tu du canapé jusqu'à ce que la nuit tombe puis du toit ensuite ?

C'était une alternative. Ils n'avaient toujours pas pu vraiment voir les lumières de la ville ni les étoiles, après tout. Il déposait un baiser contre ses lèvres puis le laissait faire ce qu'il avait à faire, sûrement vider et ranger son sac, Steve avait surtout dans l'idée qu'il ne voulait pas l'étouffer. Oui, même après leur conversation, même avec le langage de leur corps qu'il comprenait parfaitement. Il n'était pas encore tout à fait sûr de lui malgré son arrogance ce midi. Il devait encore prendre ses marques, cela viendrait avec le temps.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 23 Fév 2018, 03:57


Can't get you off my mind.

I can't stop this feeling deep inside of me. Boy, you just don't realize what you do to me. When you hold me in your arms so tight. You let me know, everything's all right.

▼▲▼

Bucky a beau comprendre Steve sans avoir besoin de lui parler, juste en le regardant, tout comme l'inverse est plus vrai, il n'en reste pas moins qu'il ne lit pas encore ses pensées. Et sa moitié en a des pensées, le brun peut le voir réfléchir, peut-être un peu trop pour arriver à vraiment se détendre. D'accord, Steve a la fâcheuse tendance à trop réfléchir et cela dans toutes les situations et si Bucky aime ça la plupart du temps, quand sa moitié est tendue comme il peut l'être présentement, ça l'agace. Même s'il sait qu'il n'y a pas grand chose à faire, si ce n'est laisser Steve arriver à ses propres conclusions ou encore essayer de lui changer les idées. C'est tout à fait ce que Bucky compte faire, changer les idées de Steve pour qu'il ne pense plus à tout ce qui a pu se passer, même si ça ne sera pas permanent, que Steve y reviendra. Enfin avant d'en venir à songer à lui changer les idées, lui vider l'esprit, Bucky ne pouvait que le soutenir, être là, le laisser se confier et tenter de trouver les bons mots. Ce qui semble avoir plus ou moins fonctionné, oui, là dessus le brun pourrait douter de lui et de son efficacité même si les choses lui viennent toutes seules.

La conversation qui tourne lentement vers le fait de souffler, en sortant ou non, Bucky a mal vécu le fait de replonger dans cette époque qu'il connaît sans connaître. Après tout s'il n'avait pas été déclaré mort, il serait parti pendant quoi, deux bonnes années et serait revenu changé -sans doute- mais aussi sans avoir vu pas mal d'évolutions ou de changements. Du moins le voit ainsi. Donc oui, mal vécu mais sortir pour aller jusqu'au bord de l'eau, les garderait suffisamment loin des gens et loin du gros de la ville. Cela aurait aussi été sortir pour se détendre avec son homme, faire quelque chose à deux qui ne soit pas dans l'appartement et qui ne soit pas lié à la guerre ou leur arrivée ici. Mais finalement, non, ou pas tout de suite et ils peuvent encore profiter du toit pour vraiment voir la ville cette fois. D'ailleurs la mention du toit fait sourire Steve, c'est vrai que le toit revêt une importance particulière maintenant. Quelque chose que Bucky n'est pas prêt d'oublier, ça il peut le garantir, les mots échangés, leurs corps qui se découvrent et tout ce qui a pu se passer. Bon il ne risque pas d'oublier la douche ou le lit mais oui le toit reste à part.

Bucky en vient à lui confier pour l'affiche et que ça lui a fait bizarre de la voir, de revoir Steve ainsi. Et sa moitié en rit à l'évocation des fameuses petites ailes, qu'il aura malgré tout gardé par la suite, dessinées sur son casque. Le même dessin qui a été brodé sur la manche de la tenue du Howling Commando que Bucky portait.

- Tu l'as eu après ta vraie tenue avec l'étoile blanche qui est restée. Même les ailes finalement, sur ton casque avec le A dessus.

Tout en parlant, Bucky a ramené sa main droite sur le torse de Steve, dessinant du bout des doigts l'emplacement exact de l'étoile. Avec une putain de fierté dans le regard, mon dieu oui ce qu'il a pu être fier de sa moitié à l'époque, en le voyant pouvoir enfin accomplir ce qu'il voulait plus que tout. Se retrouvant à rougir sous sa barbe quand Steve lui dit qu'il était beau.

- Parle pour toi mon cœur. Mais tu parles de quelle tenue ? Celle avant que je parte à la guerre ou de comment j'étais débraillé quand tu m'as sauvé ou de celle après quand j'avais moi aussi une aile sur ma manche ? Mais oui déjà à l'époque on se complétait, ça a toujours été facile d'agir en duo avec toi.

Bucky pourrait dire le bon vieux temps si déjà là ils n'étaient pas en pleine guerre à risquer leurs vies pour sauver les populations, pour abattre Hydra coûte que coûte. Oui ça remonte à loin tout ce qu'il y avait entre eux mais ils se connaissaient déjà par cœur, une parfaite confiance en l'autre aussi. Bucky avait dû juste se faire aux changements chez Steve.

- Le programme me plaît Captain.

Une petite taquinerie en passant avec un sourire qui arrive sur le visage de Bucky avant de lui rendre son baiser. Venant lui en voler un autre avant que Steve n'ait l'idée de s'écarter, même là il comprend ce que sa moitié cherche à faire ou à lui dire. Cela ne sera jamais trop mon cœur. Pourtant Bucky attrape son sac et l'emmène vers la cuisine, le posant et l'ouvrant sur le plan de travail, ses cheveux l'agaçant, il reprend rapidement l'élastique que Jess lui a prêté pour les attacher. En à peine quelques heures et alors même qu'il avait en plus un bonnet, Bucky a trouvé ça plus que pratique de ne pas avoir ses cheveux qui traînent. Bref tout en s'occupant et même s'il a son ouïe qui traîne du côté de Steve, il ne le regarde pas.

- J'y repense mais à l'époque, j'avais eu du mal à me faire aux changements à cause du sérum. C'était toi sans être toi, la première chose que j'ai pu intégrer c'est qu'au moins tu ne serais plus jamais malade. Et la seconde c'est que tu avais enfin les capacités physiques à la hauteur de ton esprit, de ce que tu voulais faire. Même si ça m'a énervé en même temps de les voir tous tourner autour de toi d'un coup, hommes, femmes, tous pareil, alors que tu étais justement le même qu'avant pour moi.

Quant à sa jalousie envers les femmes, bah il ne dit rien là dessus même si c'est plus ou moins sous-entendu dans ses paroles. Tout en parlant il a vite rangé ce qu'il a ramené, il ne lui reste plus que son sac, qu'il rangera...plus tard tout comme sa veste restée dans le salon. L'appel du canapé et d'avoir Steve dans ses bras ou d'être dans ses bras est bien trop fort.
CODAGE PAR AMATIS




Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky Ven 23 Fév 2018, 15:38


Can't get you off my mind
Bucky & Steve

« You are the flame in my heart, you light my way in the dark, you are the ultimate star, you lift me from up above. Your unconditional love takes me to paradise. I belong to you & you, you belong to me too. You make my life complete. You make me feel so sweet. You make me feel so divine. Your soul and mind are entwined, before you I was blind. But since I've opened my eyes and with you there's no disguise. So I could open up my mind, I always loved you from the start, but I could not figure out that I had to do it everyday. »
Comment... Comment Bucky avait-il réussi à lui changer les idées si vite, déjà ? Il s'en rendait compte tandis qu'il riait à l'évocation de sa première tenue, avec les petites ailes. Cette première tenue, il la gardait en mémoire et elle ne lui manquait pas, c'était plutôt sa véritable première tenue de combat qu'il avait préféré, avec un vrai casque, une vraie combinaison et non pas juste ce qui ressemblait ni plus ni moins à un pyjama. C'était fonctionnel, comme tenue, celle qu'il avait eu par la suite, il ne demandait rien de plus. Des chaussures adaptées, aussi, car des chaussures normales n'auraient jamais pu tenir la cadence de ses courses effrénées, pas plus que celles de ce fameux pyjama auquel il songeait.

Concours de circonstance, j'avais surtout du piquer des tenues à des soldats et un casque à une danseuse dans un premier temps. On me forçait à faire le clown alors que Peggy venait de m'apprendre que toi et ta classe vous étiez tous enfermés, tenus derrière les lignes ennemis. J'ai foncé immédiatement et après coup, on s'est juste inspiré de ça pour mes vraies tenues, les fois suivantes.

Il n'avait pas souvenance de lui en avoir parlé. En soi... Pourquoi l'aurait-il fait ? Il avait à cette époque fait la seule chose qui lui semblait bonne à faire : foncer. Au lieu d'attendre qu'ils se fassent tous tuer. Certes il avait réagi si vivement, froidement avec une pointe de folie, parce qu'il savait Bucky en grave danger mais... Bref. Il souriait tendrement en le voyant dessiner l'étoile sur son torse, réprimant comme il pouvait un frisson. L'étoile était surtout un symbole et il savait comme les américains ou plus simplement les alliés, avaient en ces temps besoin d'un modèle, un symbole. C'était tombé sur lui comme ça aurait pu tomber sur n'importe qui. Steve lui avait confié ; ce que tu étais beau dans cette tenue. Mais la question "quelle tenue" était légitime. Et à tout bien y réfléchir, Steve était incapable de dire laquelle il avait préféré. Il réfléchissait alors à ses mots.

Hm... Difficile à dire. Je peux juste te dire que ta première tenue, celle quand tu as reçu ton affectation... Avec le recule, je me rends compte à quel point je te trouvais ... beau. Je n'ai pas les mots. J'étais jaloux à l'époque, mais j'étais aussi tellement admiratif, tu n'imagines pas. Mon soldat. Fier soldat. Tu étais si beau dans cet uniforme, si fier aussi. Je savais que dans le fond, tu avais peur d'y aller mais tu faisais juste ton devoir et j'admirais ça. Je te jalousais un peu de pouvoir y aller alors que j'étais forcé de rester en Amérique, à attendre qu'il y ait si peu de soldat restant qu'on serait forcé de m'y envoyer. Hm.

Des étoiles dans les yeux, le Steve, mais il n'avait pas terminé là. Avec le recule, il se rendait juste compte à quel point il avait pu admirer Bucky dans cette tenue. Si beau, si propre sur lui, que ce soit la barbe disparu, une chevelure bien peignée, bien coiffée et cette tenue là encore, qui le mettait en valeur. Cette tenue le mettait en valeur mais c'était aussi un signe de bravoure qu'il admirait. Mais oui, il n'avait pas fini, il ne s'arrêtait que quelque secondes pour mieux reprendre.

Ta tenue du Howling Commando, avec l'aile sur le bras, parmi mes préférées. Tu étais fier aussi, dans cette tenue. Plus adaptée peut-être, surtout pour le terrain et ce que nous faisions. Je ne m'en rendais pas compte à l'époque mais avec le recule, je trouve que cette tenue t'allait parfaitement. Là encore, tu étais mon brave soldat. Fou aussi, de me suivre partout où j'allais alors que tu sortais tout droit des mains d'Hydra. Mais j'étais tellement fier de toi. Mais ne te détrompe pas, je suis toujours fier de toi et je te trouve toujours magnifique. Oui, même fatigué, même épuisé, même affamé, même quand tu ne le vois pas. Je pensais que je devais commencer à savoir comment apprécier les hommes quand cette relation a commencé mais je réalise surtout qu'il n'y a que toi qui compte et qu'il n'y a que toi que je dois apprécier plus qu'un genre et... Je n'ai pas besoin d'apprendre ça, au final. Tu es magnifique et l'as toujours été. J'étais jaloux à l'époque, je croyais que cette jalousie venait simplement du fait que tu attirais toutes les femmes quand j'étais toujours de côté mais... Je ne voyais pas les choses sont le bon angle. J'étais juste jaloux que les femmes te regardent et que tu les regardes, sans me regarder. C'est idiot, je sais. Mais je réalise tout ça.

C'était évident mais il le notifiait tout de même, après tout c'était lui qui lui avait demandé de ne pas changer. Puis, oui, il n'avait pas vu les choses sous le bon angle. En effet il avait été jaloux mais pas parce que Bucky attirait les femmes et qu'il aurait aimé être pareil, mais parce que justement il attirait toutes les femmes et donc ne le regardait pas. Mais cette jalousie était lointaine désormais, quelque part, il avait trop confiance en Bucky pour ressentir ça à nouveau, trop confiance en leur relation aussi, si peu doué soit-il et s'il avait encore peur de faire des bourdes, il savait au moins que leur relation n'aurait pas de fin pour ça. Le programme me plaît Captain, il souriait tendrement une fois de plus. Adorable, cet homme, quand il s'y mettait. Quelque baisers volés et Steve le laissait à ses occupations pour aller s'occuper lui-même en se dirigeant vers le canapé, s'y asseyant sagement. Il l'écoutait, le regardait même faire, découvrant ce qu'il avait pu ramener avec un sourire, fier à nouveau, il lui avait dit. Fier de tout ce qu'il pouvait faire pour lui-même, pour eux, ne plus agir comme un robot, machinalement, agir simplement pour son confort et même celui de Steve - il n'était pas aveugle. Même s'il n'était pas très fan de l'idée qu'il sorte comme ça. Il l'écoutait se confier, sans trop rien dire d'abord. Oui, il lui avait déjà dis avoir eu du mal à se faire à son nouveau physique, comme il lui avait déjà dis ne pas apprécier le regard des autres sur lui, comme s'il avait changé alors que lui le voyait toujours pareil. S'il ne connaissait pas si bien Bucky, il aurait pu croire qu'il essayait de dénigrer les autres pour se mettre en avant sur ce qu'il est et ce qu'il ressent. Mais Bucky n'était pas comme ça donc il ne disait rien.

En effet, j'ai toujours été le même. J'ai vu les regards changés mais j'ai refusé de changer à cause de ça. Trop de choses à faire pour me pencher sur les regards des gens. Je te mentirai si je te disais qu'au début, je n'en n'ai pas un peu profiter. Je passais du petit gars de Brooklyn, la crevette, à l'icône du pays, de celui qu'on aimait embêter à celui qu'on voulait avoir comme ami, voir plus. Mais j'ai eu la chance d'être entouré et d'avoir la présence d'esprit de me remettre sur le droit chemin au bout moment. Puis j'avais tellement plus à m'occuper, au final, que j'ai oublié ces choses là.

Il disait avoir profiter mais il abusait certainement car en soi, il n'avait rien fait de particuliers. La fierté était montée et il aurait pu avoir un égo démesuré mais il s'était vite remis dans le droit chemin, presque aussi vite que l'orgueil s'était montré. Donc en soi à part avoir un physique "à la hauteur" de son mental, il n'avait pas changé. Mais il avait vu les regards changer. Il avait vu celui de Peggy changer aussi, quoi qu'on en dise, il était autrefois le petit rigolo, la victime, l'arrogant, puis dès qu'il avait eu son nouveau corps, le regard de Peggy s'était adouci et il était passé du gamin à l'homme alors qu'il avait toujours été le même. C'était peut-être aussi pour cela qu'avec le recule, Peggy n'aurait pu être qu'une amie et rien de plus.

Il tendait le bras vers Bucky, quand celui-ci avait terminé de ranger. Il savait qu'il aurait sûrement à repasser derrière lui, ranger ses affaires comme sa veste sur le porte-manteau ou le sac dans un placard mais ça lui était égal s'il avait à le faire. Il tendait juste le bras vers Bucky, l'invitant à le rejoindre, à venir contre lui, là où était sa place après tout, dans ses bras. Pas que Steve ne ressentait pas le besoin d'être enlacé lui aussi mais qu'il lui semblait que ces petites habitudes s'installaient tranquillement et avoir Bucky contre lui, il voulait bien la prendre, cette habitude, l'avoir dans ses bras, le serrer, c'était réconfortant. Surtout qu'il aurait pu s'attendre à ce que Bucky ait des mouvements de recule, qu'il puisse croire qu'il aurait pu l'étouffer avec son bras ou quoi que ce soit, comme la veille quand il était venu dans son dos pour l'enlacer. Mais Bucky ne semblait plus avoir ces mouvements, but de sa manoeuvre la veille d'ailleurs : il n'y a pas que les attaques, il peut aussi y avoir beaucoup de tendresse à être tenu ainsi.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Can't get you off my mind. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

Can't get you off my mind. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan :: Downtown :: Bâtiment des Docks-