RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Hydra
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t256-katarczyna-e-skowalski-
ft. : Eva Green.
Copyright : ROGERS. (avatar)
Aka. : La vipère rouge.
Messages : 107
Statut civil : Célibataire en temps normal, mariée sur ses papiers américains.
Multiface : Steven G. Rogers.
Date d'arrivée : 12/12/2017
Localisation : New York - Manhattan.
Zone libre : Katy est le genre de gamine qui a été bercée trop près du mur pendant son enfance ou dont le cerveau a du geler pendant l'hiver. Elle n'accorde pas beaucoup d'importance à la vie et aux humains, elle fait toujours tout en fonction de ce qui la fera survivre. Mélangeant ses rêves avec la réalité elle croit être une fille de Loki. Elle est à moitié polonaise, un quart japonaise et un quart américaine. Sa famille maternelle a disparu pendant la seconde guerre mondiale à cause des nazis, elle n'a toujours pas pardonné Hydra de ne pas être intervenu. Elle a bougé toute sa vie, incapable de se satisfaire de ce qu'elle avait déjà. Elle possède un tantō qu'elle garde toujours sur elle. Sur ses papiers américains, elle s'appelle Katherine Schreiber.


Message Sujet: You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson Lun 01 Jan 2018, 23:09

You didn't see that coming, right ?

1er Septembre 1945, 22h.

Elle était à New York depuis deux mois maintenant et elle avait déjà pris quelque habitudes, des lieux où elle allait, qu'elle appréciait. Des bars, elle en avait visité quelque uns, de tout type. Les trucs pour bourgeois avec le piano au bouge dégueulasse qui n'avait pas connu la serpillière depuis la première guerre mondiale - et encore.

Mais c'était dans ce bouge miteux qu'elle appréciait le plus venir, vers lequel elle se tournait depuis quelque soirs. Avec Kat, c'était tout ou rien, soit elle se faisait si discrète que possible, soit elle était tellement exubérante que la manquer relevait de l'impossible. Ca dépendait de son humeur du moment, ça dépendait de la journée qu'elle avait eu, en bref, c'était soit chaud soit froid mais il n'y avait jamais d'entre deux. Et ce soir là, elle était d'humeur assez joviale. Pas pour rien, elle venait d'obtenir un contrat pour travailler pour Howard Stark, un génie milliardaire dont elle n'en n'avait en réalité rien à foutre mais qui était quand même pété de thune et qui avait une très belle réputation, elle allait avoir le nez dans ses affaires à tout moment. Il devait être assez idiot de laisser une telle responsabilité à une inconnue mais elle n'allait pas cracher sur une telle occasion non plus.

Elle avait déjà fait des siennes dans ce bar, cinq jours auparavant. Un manque de respect, selon elle, qu'avait manifesté un homme du bar. Bon, ok, il était légitime de se demander ce qu'une femme bien habillée, bien coiffée et maquillée, pouvait foutre ici alors qu'elle semblait apprêtée pour aller dans un lieu chic, à croire qu'elle s'était trompée de porte, mais de là à venir lui mettre la main aux fesses l'air de rien ? C'était quand même dingue, non ? Pas tant que ça, ok, mais sur l'instant, ça l'avait mise sur les nerfs et elle n'avait eu pour réflexe qu'en coller une à cet homme et le menacer de lui couper ce qu'il avait dans le pantalon et lui forcer à le bouffer. Et ça, elle était sûre qu'elle lui aurait fait faire ! Que ce n'était pas un de ses délire qu'elle pouvait se faire des fois, non, ça, elle l'aurait fait, promis ! Et depuis ce soir, elle venait chaque soir parler avec le barman.

Ce soir, c'est ma tournée les puceaux !

Elle avait ri et s'était installé sur son tabouret, celui qu'elle s'était attitrée. Le barman lui servait un verre de vodka pur, à croire que les habitudes s'étaient vite installées.

L'odeur de ce bouge prenait au nez et à la tête, dommage qu'elle n'ait pas moyen de se mettre une cuite, histoire de penser à autre chose, rien qu'être pompette et ne plus penser à certaines choses, ça aurait été bien. Puis bien installée, elle tournait la tête vers son voisin de tabouret.

Hm, de la chair fraîche, merveilleux. Je commençais à me lasser des même têtes.

Mi charmeuse, mi entrain de plaisanter. Toujours les extrêmes. Soit elle était de très bonne humeur au point que ce soit trop, soit de très mauvaise humeur et là encore, c'était trop. A se demander lequel était le mieux.


☆☆☆ Beerus

~~~~~~

★ What is dead may never die ★
It's dangerous to fall in love, but I wanna burn with you tonight. Hurt me. There's two of us, we're certain with desire, the pleasure's pain and fire. Burn me. We're a perfect match, perfect somehow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ANIM ᚖ Hello Kittypool
Voir le profil de l'utilisateur
ft. : ryan reynolds en couille géante. Après je peux aussi exposer sa vraie belle gueule méritante, je m'en fou.
Copyright : blondie
Aka. : fucking amazing deapool
Messages : 87
Statut civil : l'amour c'est l'essence même de la vie. La mort aussi. Je suis tout seul, maintenant ta gueule.
Multiface : ah oui oui je suis schyzo, ça c'est clair.
Date d'arrivée : 28/12/2017
Localisation : à new york où j'ai sûrement mon flingue enfoncé au fond de ton .
Zone libre :
Ma tête ? Y'a des voix dedans. En fait, j’hésite entre un chantier ou une maison de vieux retraités séniles. Torturé entre ce que j’étais et ce que je suis aujourd’hui. Impulsif, sans cœur et à la fois sentimental. Aussi taré que lucide, je vie dans une mentalité d’attardé, le pire des ambivalents.



Message Sujet: Re: You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson Mar 02 Jan 2018, 12:09



didn't see it coming
Wade & Katarczyna

Des minutes que je laissais durer. Un masque que je ne pouvais retirer. Autant par manque d’envie que par volonté de foutre mes coéquipiers en rogne. Oh que j’aime ça, leur briser les burnes. Seulement ils n’avaient encore jamais vu mon vrai visage, pas avant aujourd’hui. 1er Septembre 1945, destination de notre voyage dans le temps. Thanos, j’espère que là où tu es, tu te fais manuculer par ton gant doré. Arrivé dans la journée, personnellement décidé à suivre les opinions du Captain pas drôle, je n’ai eu d’autre choix que de me mêler au décor. C’était fun. J’ai enfilé des fringues d’époque par-dessus mon costume, histoire de la jouer Superman, mais en moins héroïque. Ceci-dit, ce type ne peut pas être un exemple, pas quand on porte la culotte par-dessus le collant. Puis j’ai pris trois ans avant de montrer la râpe à fromage qui me sert de visage. Ils attendaient que je me bouge les fesses pour bouger, et moi j’ai finalement décidé de partir à l’aventure tout seul, et de les rejoindre plus tard. Demain peut-être, ou ce soir, à 23h59. J’ai vu la haine dans leurs yeux quand je suis parti, sautillant, capuche sur le crâne, sourire aux lèvres. Mais y’avait aussi du dégoût. Et de la morve qui se faisait la malle dans la narine de l’un d’eux, mais je cite personne. Je peux ? Allé, s’il-te-plait.

J’ai eu besoin de prendre mes propres repères. Dès notre arrivée, j’ai su ce que je voulais. Hors de question de m’initier dans leur conflit pourri si ce n’était pour divertir la foule. Mes opinions furent les même que l’un d’eux, mais je suis indépendant moi. J’ai tout de suite voulu vivre dans l’ombre de ses super-héros à la noix déjà dissipés, grimper au plus haut afin de voir tout ce qu’il y a à voir. Ils auront besoin de moi c'est certain, on a toujours besoin de moi. Et je serais là. Mais avant j’ai taillé, tout seul, adios amigos, je vais m’enfiler des burritos. Bref je vous passe ma première journée. Après si tu veux savoir, viens t’assoir à côté de papa, je te raconte ça ! Non tu veux pas ? Bah vas chier dans ta caisse alors.

Une vieille habitude, un lieu qui l’est un peu moins. J’ai toujours aimé squatter dans des bars tous plus louches les uns que les autres. J’ai été attiré par celui-ci. Ou alors plutôt par la bombasse qui fumait juste devant. Ouais à mon avis ce sont surtout les pastèques qui lui servent de lolo que j’ai vu en premier. C’était quoi l’enseigne du bar déjà ?
Assied sur l’un des tabourets du bar, la capuche devant mes yeux, je savoure mon bourbon sans jamais pouvoir en sentir les effets nuisant. On s‘y habitue. Heureusement, on a encore le goût, un goût qui corse ma trachée alors qu’une seule voix en particulier interpelle mes tympans. A mes oreilles, il n’y a qu’une seule voix filante dans les airs, une pisseuse qui nous traite tous de puceaux et pouf, de nouvelles cuisses de poulet s’installent à côté de moi. Je crois qu’un orque affamé est entrain de me causer. Elle me prend pour un hobbit, c’est ça ? Je relève la tête et la tourne vers elle. Le bas de mon visage craquelé se révèle à la lumière. Alors ? J'attends bien de voir ta réaction là, coquine. Main posée contre mon verre, sourire en coin, je réponds sans trop de hâte à l’allumeuse tout en retirant délicatement ma capuche. Ouais je suis chaud là, je libère le monstre. J’offre avec ironie une expression narquoise mais amusée. « T’as bien raison, y paraît que j'croque sous la dent. » Ah terrible. Vomissez pas, j'ai plus de charme que ce que vous croyez. Moi aussi je l’a vois en entière à présent. Et je suis un peu déçu, j’avoue. Bon d'accord, j'abuse, il y a pire, mais elle fait vieille. Elle doit être plus vielle que moi. Après elle a du sex appeal. Volontairement et pour amusement, je tire soudainement une grimace, un air déçu. Sourcils froncés, je lève le visage pour un regard niché vers le bas. « Moi par contre, j'te voyais plus fraîche ! » Provocation amusée. La mater de haut en bas, petite bourge croqueuse d’homme qui ne se fond pas bien dans le décor. C’est qui ça encore ? Elle vient chercher du zigouigoui hein ? Qu’on soit en 1945 ou en 2019, les cochons sont tous les même.
(c) DΛNDELION

~~~~~~


DEADPOOL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Hydra
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t256-katarczyna-e-skowalski-
ft. : Eva Green.
Copyright : ROGERS. (avatar)
Aka. : La vipère rouge.
Messages : 107
Statut civil : Célibataire en temps normal, mariée sur ses papiers américains.
Multiface : Steven G. Rogers.
Date d'arrivée : 12/12/2017
Localisation : New York - Manhattan.
Zone libre : Katy est le genre de gamine qui a été bercée trop près du mur pendant son enfance ou dont le cerveau a du geler pendant l'hiver. Elle n'accorde pas beaucoup d'importance à la vie et aux humains, elle fait toujours tout en fonction de ce qui la fera survivre. Mélangeant ses rêves avec la réalité elle croit être une fille de Loki. Elle est à moitié polonaise, un quart japonaise et un quart américaine. Sa famille maternelle a disparu pendant la seconde guerre mondiale à cause des nazis, elle n'a toujours pas pardonné Hydra de ne pas être intervenu. Elle a bougé toute sa vie, incapable de se satisfaire de ce qu'elle avait déjà. Elle possède un tantō qu'elle garde toujours sur elle. Sur ses papiers américains, elle s'appelle Katherine Schreiber.


Message Sujet: Re: You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson Mar 02 Jan 2018, 14:28

You didn't see that coming, right ?
Pour l'heure, elle était de bonne humeur, autant en profiter. Est-ce que c'était le fait d'avoir un job normal qui la mettait de bonne humeur ? Non, pas franchement. C'était plutôt le fait d'avoir réussi à jouer la comédie devant le Stark, même s'il avait fallu par là montrer le décolleté et faire quelque sous-entendus que même elle se surprenait à faire - qu'on se le dise, la subtilité n'avait jamais été son truc.

Alors elle offrirait sa tournée, après tout, elle pouvait dépenser l'argent d'Hydra comme elle le voulait, non ? C'était fou l'argent qu'ils pouvaient mettre dans la survie de certains de leur agents. Et comme elle n'avait pas à payer de loyer ou de factures, qu'elle n'avait pas à, comme toutes les femmes, dépendre de son mari pour toucher à leur compte en banque et faire elle ne savait quelle pirouette pour qu'il accepte de lui donner un peu d'argent, elle faisait sa vie. Jouer les épouses modèles, c'était bien dans les bals, c'était bien en public, mais là, ça lui passait à des kilomètres au dessus de la tête, si bien qu'elle était capable d'oublier qu'elle était mariée, il n'y avait que sa fausse bague de fiançailles et son faux anneau de mariage pour lui rappeler. C'était encombrant, ces conneries. Ce soi belle et tais-toi l'énervait. Enfin soit, elle s'était assise, avait bu d'une traite le verre de vodka, elle indiquait à l'homme derrière le bar de lui resservir un verre et l'homme à côté d'elle commençait à lui répondre, retirant son capuchon. Alors, forcément, elle riait. Non mais, vous avez vu cette gueule ?

Laisse moi deviner, on t'avait pas prévenu qu'il fallait éviter les obus ? T'étais pas au courant qu'il fallait l'éviter, pas l'embrasser ?

En bonne polonaise qu'elle était, son accent était à couper au couteau. Mais sinon, parce que c'était ça, pour elle, c'était forcément la guerre, vu que les soldats qui étaient rentrés avec une gueule détériorée, il y en avait dans tous les coins de rue. Du respect pour les soldats revenus de la guerre ou ceux morts au combat ? Nan, jamais. C'est pas en arrivant au dernier moment et se proclamant rois de la guerre qu'elle va les respecter. Putain d'américains suffisant.

Pas aussi fraîche que ta mère, c'est sûr.

Si elle faisait une allusion à un possible cadavre ? Forcément, oui. En vérité, elle n'en savait rien mais la réplique était sortie toute seule, alors qu'elle buvait son deuxième verre et indiquait " un autre " à l'homme face à elle. La douce sensation de brûlure dans sa gorge, ce serait la seule brûlure qu'elle pourrait jamais connaître. Pas faute d'avoir essayée. Elle voit le regard de l'homme à côté d'elle, ça n'échappait pas, ces choses là. Avec une telle remarque, elle n'aurait pas été étonnée de se faire envoyer promener, se faire engueuler, voir insulter, mais pour ce qu'elle en avait à faire. Eh, elle n'y pouvait rien si les gens étaient tous susceptibles dès qu'on touchait à leur mère ou à leur égo.

Je n'me souviens pas avoir vu ta jolie gueule ici. Tu viens d'où ?

Jolie, jolie, c'était ironique, hein, qu'on se le dise. Pas besoin de passer des heures à le détailler pour comprendre que sa tête avait du passer dans une poêle à frire. Ou alors c'était le napalm. Elle se demandait bien ce qui avait pu arriver à ce type qui n'avait pas hésité à lui lancer une pique, pique qu'elle lui avait rendu avec un certain amusement. Enfin, l'amusement ne se voyait pas sur sa tête, c'était rare qu'elle sourit vraiment, son visage ne reflétait presque jamais aucune émotion, à vrai dire. C'était juste le ton qui était enjoué et le regard, peut-être un peu curieux mais du reste, si froide qu'une porte de prison.

Pour quelqu'un qui se moquait des êtres humains, c'était un peu étrange venant d'elle d'être intriguée par quelqu'un, ça lui passerait assez vite, sûrement. Pour l'instant, autant profiter d'être un peu humaine elle-même, ça n'arrivait qu'une fois par décennie.

Ou alors tu as voulu essayer un bain de napalm ?

Oui, elle revenait là-dessus. Allez savoir comment son cerveau fonctionnait. Pas très bien, oui, c'est certain.


☆☆☆ Beerus

~~~~~~

★ What is dead may never die ★
It's dangerous to fall in love, but I wanna burn with you tonight. Hurt me. There's two of us, we're certain with desire, the pleasure's pain and fire. Burn me. We're a perfect match, perfect somehow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ANIM ᚖ Hello Kittypool
Voir le profil de l'utilisateur
ft. : ryan reynolds en couille géante. Après je peux aussi exposer sa vraie belle gueule méritante, je m'en fou.
Copyright : blondie
Aka. : fucking amazing deapool
Messages : 87
Statut civil : l'amour c'est l'essence même de la vie. La mort aussi. Je suis tout seul, maintenant ta gueule.
Multiface : ah oui oui je suis schyzo, ça c'est clair.
Date d'arrivée : 28/12/2017
Localisation : à new york où j'ai sûrement mon flingue enfoncé au fond de ton .
Zone libre :
Ma tête ? Y'a des voix dedans. En fait, j’hésite entre un chantier ou une maison de vieux retraités séniles. Torturé entre ce que j’étais et ce que je suis aujourd’hui. Impulsif, sans cœur et à la fois sentimental. Aussi taré que lucide, je vie dans une mentalité d’attardé, le pire des ambivalents.



Message Sujet: Re: You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson Mar 02 Jan 2018, 15:38



didn't see it coming
Wade & Katarczyna

Je vois le genre de la meuf, si si. Le genre j’exprime rien, je fais la gueule tout du long mais j’en pense pas moins. Je dis sèchement ce que je pense, je fais des blagues crus et je suis vulgaire parce que j’ai du caractère. Putain, mais c’est moi ça ! Madame, seriez-vous le reflet de mon miroir ? Je pourrais exhiber ce que je vois et lui envoyer en plein dans sa face de sorcière sexy, mais j’ai trop de choix pour ne pas y réfléchir un tout petit peu avant. En tout cas j’avais raison, je passe pour un déchu de la guerre. Je peux vous jurer que j’ai tué plus d’homme dans ma carrière de mercenaire qu’un soldat dans ses années de guerre. Troisième rencontre de la journée, première qui l’ouvre avec aussi peu de tact et autant de cruauté. Intéressant. Je rigole faussement à sa remarque sur les obus. T'es contente connasse ? « Ouais tu l’a dis. Ma mère vient de donner naissance à notre premier gosse, je te dis pas la gueule de son utérus ! Elle est pas loin de la ménopause, 'doit y avoir un peu de ça aussi. » Ouais j’ai osé. Maman est morte, enfin je crois. En vrai je sais pas. Maman si tu m’entends, bouches toi les oreilles, ça fait bobo. Faire vibrer mes épaules de dégoût alors que je bois une gorgée de mon verre. Garder un air sérieux mais laisser paraître toute l’ironie et la provocation que j’exerce.

Marry Poppins se renseigne à mon sujet. Mais elle continue de supposer les raisons de ma sale gueule. Si seulement elle savait. Merci de me prendre pour un survivant de la guerre, mais je suis un survivant de bien plus que ça. Elle est forte, mais je vous le dis, celle meuf finira en enfer. On se retrouvera sûrement là-bas. Après ce qu’elle a dit, j’ai cru entendre tous les youde se retourner dans leur cercueil. Enfin leurs cendres plutôt. EH. Qui vient d’allumer le gaz ? J’ai dis qu’ils ont entendus, pas qu’ils ressuscitent. Là je jette un rapide coup d’œil derrière moi, au cas où je me ferais courser par un Zombuif. Un Juif Zombie quoi.  
Quoi ? Pourquoi tu me regarde comme ça ? Ouais je sais, c'est moche, mais c’est pas moi ok ? C’est la guerre qui est cruelle !

Ouais je suis sale. Et si je vous dis que c’est mon esprit naturel qui plait aux femme ? Eh sans déconner, j’ai pas forcément besoin de prendre un air charmeur et de faire du pied pour qu’on me saute au cou. Charme naturel et pouvoir des mots. Eh oui mon p’tit. Comptez sur moi pour lui répondre. Vous ne pouvez pas voir la connerie arriver, même moi, je l’a contrôle plus. « Nah en fait j’viens du futur. Et dans l’futur, des mecs qui portent des noms de produits vaisselle font des expériences pour transformer les gens en tartelette au crumble. » J’ai opté pour un ton ironique, et des hochements têtes, mais finalement, c’est un tond devenu presque trop naturel pour ma part. Avouer la stricte vérité de manière complètement loufoque pour que ça ai l’air faux. Je suis si difficile à cerner et si con de nature, qu'on peut même pas me croire. Personne me croit jamais. Et puis comment voulez-vous qu’une gonzesse aussi froide et peu ouverte, qui a vue la guerre en prime, puisse prendre ça au sérieux, hein ? J’enchaine ensuite, après avoir bu cul sec le fond d’alcool qui ne pourra pas m’atteindre le cerveau. Encore heureux, il est déjà assez affecté comme ça. « Au fait, tu l’as garé où ton balais ? »
(c) DΛNDELION

~~~~~~


DEADPOOL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Hydra
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t256-katarczyna-e-skowalski-
ft. : Eva Green.
Copyright : ROGERS. (avatar)
Aka. : La vipère rouge.
Messages : 107
Statut civil : Célibataire en temps normal, mariée sur ses papiers américains.
Multiface : Steven G. Rogers.
Date d'arrivée : 12/12/2017
Localisation : New York - Manhattan.
Zone libre : Katy est le genre de gamine qui a été bercée trop près du mur pendant son enfance ou dont le cerveau a du geler pendant l'hiver. Elle n'accorde pas beaucoup d'importance à la vie et aux humains, elle fait toujours tout en fonction de ce qui la fera survivre. Mélangeant ses rêves avec la réalité elle croit être une fille de Loki. Elle est à moitié polonaise, un quart japonaise et un quart américaine. Sa famille maternelle a disparu pendant la seconde guerre mondiale à cause des nazis, elle n'a toujours pas pardonné Hydra de ne pas être intervenu. Elle a bougé toute sa vie, incapable de se satisfaire de ce qu'elle avait déjà. Elle possède un tantō qu'elle garde toujours sur elle. Sur ses papiers américains, elle s'appelle Katherine Schreiber.


Message Sujet: Re: You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson Ven 12 Jan 2018, 22:00

You didn't see that coming, right ?
C'était quand même assez rare qu'on lui réponde sur le ton qu'elle employait. Soi les gens étaient choqués, soi ils se détournaient. Alors que soudainement un homme sorti de nul part lui réponde, et bien, autant dire qu'elle n'allait pas se gêner pour répondre à nouveau et que ça pouvait aller très loin comme ça. Choquer les autres ? Qu'importait. A sa remarque sur sa mère, l'homme lui répondait. Comment dire qu'elle ne pouvait pas s'empêcher d'éclater de rire ? Elle était froide, d'habitude, mais là, elle avait ri, franchement ri. Elle avait sorti une clope de son paquet dans son sac à main, l'avait allumée et avait tirée une taf, elle avait soufflé la fumée sur le barman. Elle lui indiquait de resservir l'homme à côté d'elle.

Quel nom pour le petit bâtard ? Le même que son consanguin de père ? Non en fait, je m'en fous.

Ca faisait du bien de rire un bon coup, n'empêche. Et de boire un nouveau verre cul-sec. Puis elle tirait une nouvelle taf. Honnêtement, fumer ne lui servait à rien, mais elle aimait le geste, c'était presque poétique, ce mouvement et cette clope entre les doigts. Ca ne risquait juste pas d'abîmer ses poumons comme ça ne lui servait à rien tout court mais, elle aimait bien.

Non, décidément, personne ne lui parlait comme cet homme était entrain de lui parler. C'était comme un nouveau défi pour la bâtarde, voir qui irait le plus loin, qui ferait la fermer à qui. Et elle était mal partie pour se la fermer. En fait, elle indiquait plusieurs fois au serveur de la resservir, jusqu'à lui demander directement de poser plusieurs verres devant eux, de vodka. Des petits verres, histoire de les boire d'une gorgée. Pas que pour elle, évidemment, puisqu'elle indiquait à l'affreux d'en prendre aussi. Ce qui n'était pas qu'une gentille demande en soi - il ne fallait pas s'attendre à grand chose de bienveillant ou gentil avec elle, il y avait forcément une intention derrière, plus malsaine. Elle avait bien ri aussi à son "je viens du futur", bah tiens, et moi je suis la reine d'Angleterre, connard. Il avait l'air complètement fêlé, ça tombait bien, elle en avait déjà assez de supporter ces bourges coincés toute la journée, ses soirées étaient plutôt faite pour s'amuser, et s'il y avait du danger, c'était encore mieux.

Dis moi, est-ce que ton foie est aussi détruit que ta gueule ?

Un petit clin d'oeil, c'était dit en toute sympathie alors qu'elle poussait deux verres vers lui, sa clope entre les lèvres. Il aurait suffit d'une cendre qui tombait dedans et pouf. Encore que, ça aurait fait brûler tout le monde ici sauf elle, mais elle n'avait pas spécialement envie de rentrer chez elle à poil parce que ses habits auraient pris feu. Tu l'as garé où ton balais, comment dire que la réponse était sortie d'elle-même, la maturité à son plus haut sommet.

Sûrement au fin fond de ton cul.

Elle ne comprenait pas pourquoi il lui parlait si soudainement de balais mais la réponse était sortie d'elle-même. Pourquoi il lui parlait de balais ? Il était un de ces connard qui jugeait qu'elle devrait rester sagement à sa maison à s'occuper du ménage et compagnie plutôt que rester ici à traîner ? Autant dire qu'elle ne regrettait pas ses mots - pourquoi les aurait-elle regretté, d'ailleurs, il n'y avait personne à impressionner.

Elle empilait les verres qu'elle avait bu. Elle aimait cette brûlure au fond de la gorge, ce goût amer et cette sensation de froid qui pouvait envahir. Mélange de froid et de chaleur qui, avant, aurait pu la réchauffer mais qui maintenant, la laisser de marbre. Ca ne pouvait atteindre son cerveau, ses cellules se reformaient trop vite. Comme la cendre ne pouvait la brûler, comme une lame n'aurait pas laissé de trace sur sa peau parce qu'elle aurait cicatrisé aussitôt. L'ennui total. Mais elle pouvait toujours profiter un peu de ces sensations, la douleur, elle la ressentait toujours. Et les maux de tête ne la quittaient jamais vraiment. Le moindre son inattendu, trop aiguë, lui donnait envie de grincer des dents et frapper quelqu'un. Parce que c'était ça aussi, ces produits qu'on lui avait injecté. C'était avoir des migraines permanentes, l'envie de tuer des gens pour que ça s'arrête. De frapper des gens, comme s'ils étaient responsable de cette douleur intense. Parfois, comme ce soir là, c'était supportable, elle pouvait encore sortir. Mais elle choisissait des bars comme ceux-ci, des lumières tamisées, une musique d'ambiance qui n'était pas forte à s'en péter les tympans, juste les rires lointains et le bruit du billard.

Elle écrasait son mégot dans le cendrier et soufflait une dernière fois sa fumée.

C'est comment, le futur, alors ? Vous avez tous cette tête et vous portez tous des capuchons ? Et c'est quoi ton p'tit nom de produit vaisselle ?

Ca lui était bien égal, en réalité, son nom, mais elle demandait tout de même, histoire de donner le change. Jusqu'ici, elle était restée sympa, il fallait dire qu'il l'amusait assez et lui paraissait bien sympathique alors, elle faisait un petit effort de présentation. Pour l'instant.


☆☆☆ Beerus

~~~~~~

★ What is dead may never die ★
It's dangerous to fall in love, but I wanna burn with you tonight. Hurt me. There's two of us, we're certain with desire, the pleasure's pain and fire. Burn me. We're a perfect match, perfect somehow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ANIM ᚖ Hello Kittypool
Voir le profil de l'utilisateur
ft. : ryan reynolds en couille géante. Après je peux aussi exposer sa vraie belle gueule méritante, je m'en fou.
Copyright : blondie
Aka. : fucking amazing deapool
Messages : 87
Statut civil : l'amour c'est l'essence même de la vie. La mort aussi. Je suis tout seul, maintenant ta gueule.
Multiface : ah oui oui je suis schyzo, ça c'est clair.
Date d'arrivée : 28/12/2017
Localisation : à new york où j'ai sûrement mon flingue enfoncé au fond de ton .
Zone libre :
Ma tête ? Y'a des voix dedans. En fait, j’hésite entre un chantier ou une maison de vieux retraités séniles. Torturé entre ce que j’étais et ce que je suis aujourd’hui. Impulsif, sans cœur et à la fois sentimental. Aussi taré que lucide, je vie dans une mentalité d’attardé, le pire des ambivalents.



Message Sujet: Re: You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson Mer 17 Jan 2018, 18:18


didn't see it coming
Wade & Katarczyna

Aïe. Oh putain ça fait mal ça. Ses réflexions, elles piquent. Cette gonzesse va encore réussir à éveiller mon côté masochiste tellement ça fait du bien d’entendre des choses pareilles. Les trous d’balles qui ont fait le voyage avec moi ne sont pas si drôles. En fait, ils ne sont pas drôles du tout. A cette pensée, j’ai soudainement la tronche de Grumpy Cat du soldat des neiges qui défile devant ma gueule. Ils me font chier, je me fais chier avec eux, je suis ma seule distraction. Voilà pourquoi je m’aime tant. Je peux qualifier cette meuf de drôle parce qu’elle me fait sourire, mais aussi simplement parce que je l’ai fais rire. J’ai tout de même une réputation de bout-en-train pour les moins coincés du cul; à ne pas oublier ! Ouais, la sorcière a laissé s’échapper un rire avant de s’enfiler une clope sous mes yeux. Sourire comme un gosse alors qu’elle m’annonce se foutre de mon prénom. Tant mieux darling, je te l’aurais pas donné de toute façon. Ouais je suis vexé. Qu’est ce que tu veux maintenant, hein ? Me dorloter les fesses ? Sacre-bleu ! J’ai pas pu sortir la réplique à laquelle j’ai pensé toute la journée. Bah c’est pas grave, ça arrive. Je dirais à quelqu’un d’autre que je m’appel Chuck Norris.

Réaction escomptée à mes quelques mots sur le futur. Je ne pourrais pas dire plus vrai. A part un seul détail peut-être, je suis sûrement le seul gugus à avoir cette tronche de cake et des abdos en surface de nougat. Attendez, petite pause. J’ai à peine terminé mon verre que d’autres viennent se déposer devant nous. J’hausse un sourcil parce que là, franchement, madame c’est beaucoup pour vous. Son nez crochu passe à peine le buvant. Ah ? Certains verres sont pour moi aussi ? Elle m’adore, c’est sûr. Je me fais servir des verres par une femme hautaine et froide qui tente certainement de me saouler la gueule. Elle pourra ruiner son compte en banque que ça n’y changera rien à mon état d’esprit. Elle ne me rendra pas plus dingue que je le suis déjà. Si elle pense avoir tout vu, elle n’en a pas encore vu toute l’émancipé. Mais surtout, elle ne pourra pas m’abaisser au niveau des sous-merdes que je m'éclate à imiter pour avoir une conversation entre ivrognes. Je parle la langue des ivrognes quand je veux, oui. Enfin pour la plus part, je l'arrache carrément. Au sens propre ouais ! Roh, fais pas comme si ça te choque maintenant ! On m’a bien arraché le cœur j’te rappel, et j’ai rien dis. Fichtre, ça c’est un mensonge, même en me vengeant je n’ai pas pu m’empêcher de causer. Oui violence est très souvent mon fin mot. J’aime tailler la tête des gens en carré, former des angles et des perpendiculaires avant de m’assurer que leurs paires de couilles soient bien parallèles.

Puis je me fais de nouveau flageller au sujet de ma tronche en gruyère, le genre d’attaque qui ne m’atteint même plus tellement j’ai la fâcheuse habitude de me descendre tout seul. Vous n’avez qu’à compter le nombre de fois où, juste dans cette réponse, je me suis chier dans la gueule. « Et ton vagin, grand-mère ? » Phrase d'enfant de 5 ans qui rigole à pipi et caca. Sec, d’un ton sympathique, hausser les sourcils et hocher la tête alors que je choppe un verre dans le creux de ma main. Boire pour ne rien ressentir, ou boire pour être bourré, c’est la même merde. Dans les deux cas, c’est inutile.
Accentuer mon terme de mémère sorcière en faisant référence au balai qu’elle conduirait. Vous savez ce que j’aurais répondu moi ? Qu’il est enterré près des résidus de mon cul, ou non loin des restes de Chimigangas dans le plus profond de mon derche. EH BINGO ! Cette gonzesse est aussi attardée et puérile que moi. Enfin sur le coup en tout cas. Sourire à ses mots et me montrer calme, même si dans ma tête c’est la lambada. En vrai, ma réponse je l’ai déjà depuis 10 minutes alors que sa réponse, elle ne l’a dîtes qu’il y a quelques secondes. Fuck la logique. Grimacer, me retenir de ne pas abaisser la main jusque sur ma fesse. « J’me me disais bien que ça m’démangeais l'fion ! Faut vraiment que t’arrête la sodomie chérie. » Sarcasme. Connerie sur connerie, amusement sur… rien. Juste complètement con. Con qui boit cul sec le verre qu’il a entre les mains avant de s’emparer du second. Gorge brûlante, j’écoute sa question sur un soi disant futur qu’elle ne croit de toute façon pas. Elle veut pas mon vrai nom, mais elle veut connaître mon nom de produit vaisselle ? Pourquoi, elle a besoin de se dégraisser l’anus ? Oh, désolé pour celle-là les enfants ! Répondre sèchement mais amusé, enfilant un deuxième verre de son offre. « Le futur ? C’est aussi con que les questions que tu viens d'me poser. » Premier debout pour ne rien changer de l’avenir, premier à changer de sujet avant que ça ne parte en couille. Là, je veux jsute continuer de jouer avec elle car c'est la première du genre que je rencontre depuis ce matin, et elle sera certainment la dernière. Elle veut me faire boire ? Alors buvons. Mais pendant que toi tu te sentiras pousser des ails et vivre des aventures extraordinaires avec un gruyère mutant, moi je me fouterais de ta gueule. Enchaîner directement après la fin de ma gorgée, la voix fumante par la Vodka. « Hm. Soyons honnête Hocus Pocus, on pourrait tous les deux se donner nos noms qu’on continuerait de s’appeler par des noms de merde. » Faire une moue désolé par cette stricte vérité, une bonne grosse tête de con, comme si je ne l’étais déjà pas assez comme ça. Suivre fidèlement la compétition installée entre nous, autant sur les mots que sur l'alcool qui coule à flot.
(c) DΛNDELION

~~~~~~


DEADPOOL
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson

Revenir en haut Aller en bas

You didn't see that coming, right ? | ft. Wade Wilson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Obama;Change is coming to america
» dark days are coming ♌ SAGISIUS
» Guess who's coming to dinner ( Nathaniel, K. Emily & Alden )
» The White Dragon is coming [PV Meï]
» Fanfic "Evil is coming"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan-