RSS
RSS



 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Abel Schreiber, Dominic Fortune, Elyanna Skowalski,
Heinrich Zemo et Rebecca Barnes sont très attendus.

Partagez|

Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Mutant
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t315-eveleen-weiss-nothing-b
FT. : Amanda Seyfried
COPYRIGHT : avatar - ledger, signature - violent delight.
AKA. : Snow Queen.
MISSIVES : 40
STATUT CIVIL : Veuve - l'épouse qui a perdu le mari, la mère qui n'a plus d'enfant sur qui veiller.
DATE D'ARRIVÉE : 30/12/2017
LOCALISATION : New York City, Queens.
ZONE LIBRE : ❄️❄️︎ Basse température corporelle - cheveux tirant vers le blanc - yeux d'un bleu glace peu naturel - incapable de s'enivrer - ex confrériste paumée - ex X-Woman pleine de culpabilité - à la limite d'être insomniaque - souffre de crises d'angoisse qui la rendent potentiellement dangereuse - pense la victoire hors de portée - a peur de l'étendue de ses capacités - craint de faire du mal au peu de proches qu'il lui reste - n'ose plus s'attacher - a passé le portail bien qu'elle aurait préféré se sacrifier.


Message Sujet: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. » Sam 30 Déc 2017, 16:39

01
Eveleen Weiss
« Nothing burns like the cold. But only for a while. Then it gets inside you and starts to fill you up, and after a while you don't have the strength to fight it. » - George R.R. Martin.

ft. Amanda Seyfried

©️️️ avatar : class whore
©️️️ icons : tumblr
02
About

Prénom : Eveleen, Nora - L'originalité de l'orthographe ne prive pas l'identité de ses connotations bibliques, Eve marquée au fer rouge, parce que c'est ainsi qu'on l'appelle, oubliant souvent la longueur première du prénom. Et Nora, l'héroïne de théâtre, la femme qui se libère des diktats de la société, court, simple, significatif.
Nom :
Weiss - Dérivé de White, l'Allemagne gravée quelque part, loin dans l'arbre généalogique pour les anglais distingués qui assument sans mal le blanc, le pur, que traduit leur nom. Matthews - ce nom d'épouse qu'elle ne porte plus, qui lui fait trop de mal.
Âge : 30 ans - Les horloges du temps tournent et se figent, puis remontent, l'âge perd son sens quand les traits se fixent dans une glace immuable. Sur le papier, elle a vingt-huit années au compteur et les conservera sûrement bien après la mort de nombre d'homo sapiens, ses trente années refusant de marquer l'épiderme.
Situation Familiale : Veuve - Les pas ancrés dans les drames, malédiction incurable de celle qui perd ceux qu'elle aime, comme trop de malheureux en ce bas monde, d'une époque à l'autre. Elle n'a plus ni son époux ni sa fille.
Nom de Code : Snow Queen - Souvent diminué en Snow, il lui colle à la peau depuis si longtemps qu'à son époque, Eveleen n'avait presque plus sa place dans son identité courante.
Localisation : New York City, .
Origines : Anglaises et allemandes - La blondeur et les yeux bleus sans importance à une époque seraient devenus un avantage si près de la Guerre. Et finalement, l'Allemagne dans ses veines ne se voit que dans son nom, c'est un détail pour elle mais peut-être pas pour ces victimes qui ont réchappé d'une mort terrible.
Métier : Fut un temps, elle était avocate, la cause des désespérés, de ceux que l'on jugeait trop vite, la cause de la Justice était la sienne, par les lois puis par les actes. Retourner dans le temps ne l'a pas privée de son besoin vital de venir en aide. C'est simplement plus compliqué, elle est une femme à une époque qui ne leur confie que peu de responsabilités, désormais. Que peut-elle être alors sinon une secrétaire juridique ?
Particularités : Mutante - Eveleen est cryokinésiste, elle a développé cette capacité vers l'âge de quinze ans et a dû composer avec l'évolution de son champ de possibilités, avec sa peau trop froide, son enveloppe charnelle trop réactive. La chevelure blonde a progressivement pris des teintes blanches et ses yeux sont d'un bleu glace qui trahit quelque peu sa nature. Elle ne vieillit pas à la même vitesse que les autres et la glace lui permet de soigner ses propres blessures (en aucun cas celles d'autrui, en revanche).
Allégeance : La Justice - La cause des opprimés a toujours été la sienne, si bien qu'elle s'est battue pour ces mutants et optimisés jugés, accusés, pointés du doigt. Elle a pris le parti des Avengers avant de remonter le temps et force est de constater qu'il n'y'a plus qu'auprès d'eux qu'elle se sent encore capable d'agir.
Groupe : Héros de l'ombre - Elle n'a jamais voulu aucune gloire et aucune reconnaissance, elle agit en suivant son instinct, elle y a gagné un nom à son époque et choisit, pour l'heure, un anonymat plus confortable qui ne saurait pourtant durer, elle en a conscience.
Compétences particulières
Snow est une mutante, ce qui lui a conféré dés l’âge de quinze ans une capacité hors du commun : la cryokinésie, ainsi elle est capable de générer et contrôler la glace (sans forcément user de l'aide de ses mains), de lui faire prendre la forme et l’épaisseur qu’elle désire, d'en faire varier la température pour passer de la neige à la banquise. Un lac peut devenir une patinoire mais un feu s’éteint vite à proximité. L’hiver, les déserts de neige sont son domaine, elle a étendu malgré elle sa faculté vers les blizzards dévastateurs, parce que la vie l’a obligée à survivre. Elle a appris à se battre avec les X-Men, les armes blanches d’abord puis les armes de glace, intuitives, tranchantes. Elle analyse beaucoup, a enseigné un temps l’art de contrôler sa mutation et a acquis ainsi une certaine forme de pédagogie, bien qu’on a parfois jugé ses méthodes un brin drastiques. Sa faculté à guérir de ses blessures grâce à son élément ne s’est révélée qu’en 2017 et sur celle-ci, elle n’a aucun contrôle, la réaction corporelle est passive, purement guidée par l’inconscient. Elle n’est pas plus rapide ou plus vive qu’un être humain lambda mais elle sait user de son pouvoir pour forger des contraintes et affaiblir les ennemis, apte à affecter une zone plus ou moins vaste selon son niveau de fatigue et l’urgence de la situation.  
Faiblesses
Sa température corporelle étant trop basse, elle est souvent privée de la proximité durable des humains lambdas et de façon générale de ceux qui ne résistent pas au froid. Sa plus grande faiblesse reste sans nul doute son manque de confiance en elle existante depuis son adolescence mais exacerbée au décès de sa fille, elle se juge aisément et s’autocritique à la moindre erreur pourtant elle n’hésite pas à agir de la manière qui lui semble nécessaire, quitte à briser des règles ou des promesses. Sa peur de blesser autrui ne l’empêche pas d’accepter les dommages collatéraux dans les situations extrêmes - ou tout du moins le laisse-t-elle penser. Elle est pourtant victime de ses traumatismes et son esprit ne résiste pas souvent à la pression qu’elle s’impose et aux drames qu’elle a vécu, la rendant dangereuse quand l’angoisse l’étouffe, souvent la nuit, quand le calme est de mise. Elle manque d’affection mais n’accepte pas aisément les mains tendues, son cercle de confiance assez restreint, motivée par la mort jalonnant son existence. Le deuil ne se fait pas et verrouille sa vision du monde et des relations sociales. Qui plus est, elle ne peut pas s’enivrer pour oublier, son métabolisme ne le lui permet pas.
03
Meet me

Anecdotes : Fille d’un chercheur en thérapies géniques et d’une femme au foyer, elle vient d’une famille riche, ce qui se lit encore dans ses manières et sa façon de s’exprimer ◊ Sa mutation se révèle à ses quinze ans, elle arrache malgré elle la vie à sa famille la nuit de Noël - et son anniversaire du même coup ◊ elle fuit et erre plusieurs semaines avant d’embarquer vers New York City plus ou moins légalement ◊ Là-bas, elle est invitée à rejoindre l’Institut Xavier, repérée alors qu’elle tente de trouver un abri sûr où on ne chercherait pas à obtenir son identité réelle ◊ Elle reste à la X-Mansion jusqu’à ses 17 ans mais nourrissant une certaine rancoeur envers l’humanité, elle les quitte, persuadée de devoir se faire une opinion sur le monde seule ◊ Pas majeure et encore un peu naïve, elle se laisse approcher par un mutant d’une trentaine d’année qui use de sa capacité à éteindre la volonté d’autrui sur la jolie poupée bien trop jeune pour lui ◊ C’est après avoir manqué le tuer involontairement qu’elle s’échappe de son emprise et croise la route de la Confrérie auprès de laquelle elle parvient lentement à se reconstruire ◊ Ses convictions nébuleuses et ses remords la poussent à retrouver le chemin vers le Professeur Xavier qui ne semble pas étonné de la retrouver. A partir de là, elle choisit de faire des études de droit pour devenir avocate, estimant devoir réparer ses torts et aider les autres ◊ Elle se marie en 2014 et donne naissance à une petite fille en 2015 ◊ 2017 lui arrache tous ses espoirs, sa famille, sa carrière, ses amis et elle a sur la langue le goût amer de la douleur, l’ex-X-Woman se reproche d’avoir raccroché le costume trop tôt au profit d’une vie privée ◊ Ses actions au cours de la conquête destructrice de Thanos lui ont valu une place vers le passé mais Eve n’a déjà plus aucun désir de vivre, tout ce qu’elle fait, elle le fait pour sauver les autres. ◊ Elle revit chaque nuit comme si Thanos était encore là parmi eux ◊ La paix lui est devenue étrangère, anxiogène ◊  
04
Knowledge

Comment vivez-vous ce retour dans le passé ? : Certains sont nostalgiques parmi les rescapés de notre époque. Je me sens perdue, pour ma part. J’ai toujours trouvé des raisons de tenir debout, là-bas, il y’avait toujours des gens à protéger, à aider, j’ai appris les soins d’urgence quand les nuits d’insomnies me faisaient tourner en rond. Et ici ? Ici je n’ai plus rien. Plus de course contre la monte, juste cette perte, cette solitude immense. Je voudrais me réjouir de voir New-York entière, je voudrais réapprendre à savourer le goût d’un chocolat chaud - ou givré, souvent, soyons honnêtes, j’aimerais sourire devant ces enfants qui jouent dans un parc mais je n’y arrive pas. J’ai cette peur accrochée aux tripes qui refuse de me lâcher, ce besoin vital de faire quelque chose et d’un autre côté, ces visages rajeunis qui pourraient changer le futur, je ne peux rien leur dire au risque que le mal soit pire encore. On est remontés trop loin et on ne sait pas comment repartir, voilà la réalité. Je ne peux rien reconstruire ici, je ne peux pas panser mes plaies émotionnelles parce que je ne me sens pas le droit d’aller bien, je ne me sens pas le droit de recommencer à vivre quand on est partis en représentant un espoir. Il n’y’a même pas d’Institut Xavier vers lequel me tourner, où devenir momentanément professeur. Il n’y’a rien de ce qui a fait mon existence. Mon passé et mon avenir sont tous les deux enterrés, c’est l’impression que j’ai, accrochée à l’estomac. Tant qu’on n’aura pas trouvé comme réparer, je ne serai pas capable de tourner la page. Oui, parfois je me surprends à rire ou à respirer comme à l’époque où j’allais bien mais les nuits sont des cauchemars sans fin où les mêmes scènes se répètent en boucle. J’ai toujours eu peur d’échouer, toujours eu l’impression de ne pas être à la hauteur, je me suis toujours réprimandée pour mes faiblesses.. que puis-je faire d’autre, à une époque où on voit encore la femme comme une maîtresse de maison ? Ce job de secrétaire juridique suffit à peine à combler ces interminables heures qui tournent sans but précis.
Comment avez-vous vécus vos derniers instants en 2019 ? : On a vu l’enfer. Les hommes et les femmes de cette époque disent la même chose, beaucoup ont survécu à l’horreur mais nous, nous avons assisté à bien pire, à une destruction innommable qui ne distinguait presque rien, ni bien ni mal. Nous avons tous eu nos dommages collatéraux, nos cicatrices, nos pertes. Aucun de nous ne peut affirmer n’avoir rien perdu, parce que c’est ce qu’est devenue notre Terre : un champ de ruines. Pour nous, ce qu’eux appellent l’avenir, c’est un cimetière. On s’est perdus quelque part entre la douleur et la survie. On en est venus à ne plus avoir le temps de pleurer, à ne même plus en avoir la force. J’ai avancé, sûrement parce que mon génome m’a toujours dicté comment survivre au pire, comment me relever, même le coeur en miettes. J’ai toujours voulu brûler les étapes de la vie, j’ai voulu goûter à toutes les plus belles choses trop vite par peur de ne pas avoir assez de temps sur Terre et pourtant je suis restée debout jusqu’au bout, incapable de sauver ceux pour qui j’aurais donné vingt fois mon âme. Mon mari est tombé, sans que je puisse me retourner. Et courir n’a pas suffi, j’ai échoué, j’ai vu le regard de ma fille s’éteindre et j’ai réalisé l’étendue de mon impuissance. A quoi bon les X-Men, la lutte pour la liberté ? A quoi bon toutes ces batailles si Thanos était capable en un coup de tout nous prendre ? On jouait aux échecs sur un plateau dominé par un adversaire trop puissant. J’ai cru mourir de chagrin si souvent et pour oublier, j’ai fait passer la rage dans un combat sans fin dont j’ai espéré ne pas me relever. J’ai aidé, comme je le pouvais. Je me suis abandonnée à ces années terribles en priant pour que cela serve même un peu, je n’avais pas l’âme d’un leader mais pour moi la justice était devenue primordiale. Le coeur brisé, je devenais ce soldat docile, cette mutante prête à se suicider pour permettre aux autres de s’échapper. Et je ne suis pas morte, j’ai traversé ce portail, peut-être parce qu’après tout ce temps, on m’a jugée fiable, peut-être parce qu’il fallait utiliser chaque pièce encore utile pour défaire le funeste destin.
05
Behind the screen

Moi, Wicked Witch, certifie sur l'honneur avoir lu le règlement et pris conscience du contexte. Mon personnage est inventé. Mon personnage ne peut pas être amené à mourir au cours d'une intrigue. Mon personnage sera inspiré de rien . Mon avatar est
Code:
ᚖ Amanda Seyfried [color=#990033]➙[/color] Eveleen Weiss
, il a des pouvoirs, s'il en a, ils sont
Code:
Cryokinésie
Code:
Cryurgie
Code:
Résistance au froid
Code:
Vieillissement ralenti
Code:
Régénération
Code:
Résistance aux maladies
Code:
Maîtrise des armes blanches

On veut apprendre à te connaître : Je suis une vieille de 25 ans qu'est tombée sur le forum via Bazzart - un peu en retard avouons - et qu'a pas résisté à refondre encore son petit perso préféré. J'aime pas parler de moi   Je suis sarcastique et piquante, toujours au 45ème degré et voilà, je ne sais que vous dire de plus   J'vous aime déjà, vivez longtemps ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mutant
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t315-eveleen-weiss-nothing-b
FT. : Amanda Seyfried
COPYRIGHT : avatar - ledger, signature - violent delight.
AKA. : Snow Queen.
MISSIVES : 40
STATUT CIVIL : Veuve - l'épouse qui a perdu le mari, la mère qui n'a plus d'enfant sur qui veiller.
DATE D'ARRIVÉE : 30/12/2017
LOCALISATION : New York City, Queens.
ZONE LIBRE : ❄️❄️︎ Basse température corporelle - cheveux tirant vers le blanc - yeux d'un bleu glace peu naturel - incapable de s'enivrer - ex confrériste paumée - ex X-Woman pleine de culpabilité - à la limite d'être insomniaque - souffre de crises d'angoisse qui la rendent potentiellement dangereuse - pense la victoire hors de portée - a peur de l'étendue de ses capacités - craint de faire du mal au peu de proches qu'il lui reste - n'ose plus s'attacher - a passé le portail bien qu'elle aurait préféré se sacrifier.


Message Sujet: Re: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. » Sam 30 Déc 2017, 16:40

06
Learn
My history
« Colder by the hour, more dead with every breath. » - John Green.

« Everybody knows that the dice are loaded
Everybody rolls with their fingers crossed.
»
- Everybody knows, Sigrid.

1989 - 2004
On ment parfois pour le mieux. On ment pour le meilleur et pour le pire, la première fois. On ment lorsque la bague est passée au doigt. On voit d’abord la beauté de la mariée et on se jure de l’aimer jusqu’à ce que la mort nous sépare et puis le temps étiole l’amour, brûle les promesses, réduit en cendres la fougue passionnelle de la jeunesse. On prie, souvent. Chez les Weiss, on a la Foi, on lance les dés avec espoir en se répétant que Dieu est là, quelque part, et qu’il écoute. Il a écouté la prière, Il a exaucé ce premier voeu, petit miracle. Et si c’est possible, alors pourquoi pas le reste ? On a confiance en l’avenir, soudain, au premier cri de la frêle créature. Elle vivra, parce que Quelqu’un là-haut entend la douleur, entend ces demandes légitimes. Peut-on laisser l’innocence aux mains glaciales de la Mort ? Il y’a une raison en toutes choses et si il y’a récompense, n’est-ce pas parce que l’on a bien agit ? On l’a appelée Eveleen, on y a accroché une référence biblique, de cette première femme forgée par la volonté de Dieu. Elle a été leur petite Eve, leur perfection. Elle pensait ne jamais avoir d’enfant, cette mère éplorée mais son désir a été exaucé par deux fois. Eveleen et Maryanna, doux cliché de Croyance pour une famille d’une haute bourgeoisie assumée, fleur de l’Angleterre chérie aux origines allemandes qu’on finit par oublier. On leur enseigne ce snobisme propre à leur milieu, on les éduque avec des principes d’un autre temps, ces deux filles tant voulues. Qu’est-ce qui pourrait mal se passer face à un tel tableau ? On ment parfois pour le mieux et on se ment trop souvent à soi-même.
❄️︎ —
Le corps est recroquevillé dans un coin de la pièce, tremblant, peut-être pas de froid finalement mais de terreur. L’adolescente est prise de violentes nausées, de cette douleur sourde qui lui brûle les veines sans pitié. Elle a quinze ans à peine et pleure déjà certaines horreur de la vie. Elle a vu son père trop parfait prendre de la distance, elle a vu sa mère trop digne prise de rage. Tout est sa faute, uniquement sa faute. Elle avait provoqué la fin de sa famille, la fin du cocon tranquille. Le froid avait figé dans la glace le manoir anglais sans laisser de chance de survie à ses occupants - tous sauf elle. La mère avait imploré ce Dieu qu’elle aimait tant, celui qui n’offrait jamais que les réponses qu’elle imaginait quand Eveleen avait grandi en considérant tout ceci comme une vaste blague. Leen Weiss n’avait jamais autant regretté d’avoir légué son prénom que le jour où tout avait commencé à déraper, où la glace s’était dessinée au bout des doigts de sa fille aînée. Horreur, punition, possession, toutes les hypothèses y étaient passées. Le tic tac régulier s’est arrêté, abandonnant la gamine au silence terrible de la mort. Elle est douce, l’hypothermie, elle endort les sens et laisse les consciences dans un coton moelleux contre lequel lutter est impossible. Eve ignore pourquoi ça lui arrive à elle, elle ignore pourquoi le feu l’incommode depuis des semaines, pourquoi les objets qu’elle touche givrent. Elle ignore encore plus pourquoi sa mère s’est mise à la détester viscéralement, pourquoi son père s’est éloigné. Elle était un peu rebelle, elle n’aimait pas les soirées guindées, les tenues trop proprettes mais ça n’avait jamais justifié de haine. Là, c’était différent. Août avait été un supplice sans nom, voilà que Noël se faisait drame. Joyeux anniversaire, petite fille riche. La table est à peine décorée, signe qu’il n’y’avait pas eu d’invités, que Samuel était rentré tard - comme souvent. Elle pleure mais les larmes gèlent sur ses joues, meurent en perles cristallines sur le sol tandis qu’elle se couche sur le côté, terrifiée par ce qu’elle a fait. Elle avait vu ses parents se disputer violemment parce qu’elle avait figé la dinde dans le plat, lui offrant un superbe aspect de sculpture de glace. Elle avait vu Samuel craquer et donner une gifle sèche à son épouse, elle avait vu Leen tenir fermement le couteau de cuisine. Ils n’étaient pas comme cela avant, les Weiss. N’étaient-ils pas les plus fidèles donateurs de l’Eglise ? La lignée reposait depuis des décennies sur une drôle d’alliance entre sciences et religion, comme si ces deux idées étaient compatibles. Lui, chercheur en thérapies géniques, elle femme au foyer pas encore désespérée, mondaine parfaite aux boucles d’or. Pour finir comment ? Avec une fille mutante à qui elle a parlé possession, à qui lui n’a rien voulu expliquer - cela aurait été comme avouer à son épouse qu’il ne s’agissait en rien du Seigneur mais de pure génétique, d’erreur transmise qu’il ne pouvait pas réparer, lui qui cherchait secrètement à rendre l’Homme égal des anges. Ironie du sort.
❄️︎ —
2005-2008
La fugue n’était pas l’idée du siècle mais qu’aurait-elle pu faire ? Elle pensait avoir tué ses parents ainsi que sa petite soeur, elle, le monstre. Elle avait fini par se relever et, sonnée, avait fait le choix de fuir le manoir avec un sac à dos, la glace effacée par le chauffage rallumé. Son esprit a voulu la préserver, la plonger dans une sorte d’état second les jours suivants. Elle a erré dans les rues de Londres, elle s’est retrouvée dans des squats au sein desquels ses gestes suffisaient à signaler combien elle n’y avait pas sa place. Le décès mystérieux de Samuel et Leen Weiss et la disparition de leurs deux filles s’est retrouvée dans les journaux, elle n’a pas compris un traitre mot de ce que la société a pu raconter à propos des travaux novateurs de son père, elle a fait semblant d’être une autre, terrifiée par sa propre nature. Et si sa mère avait raison, si elle était maudite, née sous une mauvaise étoile ? Elle n’a jamais pu glisser sur la mauvaise pente, à cette époque, elle n’était pas comme ces gamins des rues qui voulaient se servir de son joli minois pour obtenir de l’argent ou subtiliser habilement des biens divers et variés. Elle refusait qu’on la touche, qu’on l’approche de trop près. Le tableau morbide hantait chaque nuit passée. Quinze ans, que pouvait-elle faire ? Et elle a eu l’occasion de quitter l’Angleterre, plus ou moins légalement. Ne disait-on pas que les Etats-Unis étaient la terre de tous les possibles ? New York City était assez grande pour qu’on ne sache rien d’elle, pour qu’on ne la cherche pas. Elle ignorait tout d’un quelconque Institut pour les gens comme elle. Eve a voulu fuir lorsqu’elle a croisé la route d’un homme désireux de la rassurer, parce qu’il l’a nommée « Eveleen » quand pour tous elle n’était que Nora. Etait-il possible que quelqu’un lui ait mis la main dessus, qu’on désire la condamner pour son crime, qu’on veuille en faire un rat de laboratoire ou pire encore ? Elle était loin d’imaginer qu’on puisse vouloir la recueillir, lui apprendre, lui offrir une seconde chance. Le Professeur Xavier et sa tolérance. Il n’a cependant jamais pu venir à bout de la haine que commençait à se porter la jeune fille. La peur est ton ennemie.
❄️︎ —
Et la haine contre elle-même s’est changée en colère contre l’humanité. Ses parents s’étaient déchirés pour savoir lequel avait la punition adéquate, la meilleure conduite à avoir face à cette anomalie, homo sapiens n’était pas prêt à se sentir menacé. On ne voulait pas d’eux, on ne voulait pas de ces gens aux capacités fabuleuses et potentiellement destructrices. Elle a entendu le discours selon lequel, peut-être, ils pouvaient être le prochain stade de l’Evolution. A 17 ans, elle a quitté l’école en s’excusant auprès du Professeur, elle lui a dit qu’elle avait besoin de voir les choses selon son propre point de vue. Il savait déjà, le télépathe, qu’elle finirait par revenir. Elle avait besoin de faire des erreurs pour comprendre. La pire a sans nul doute été de laisser un trentenaire l’approcher, lui trouver du charme, apprécier ses grands yeux bleus. Il l’a mise en confiance en lui révélant être un mutant et le piège s’est refermé sur la naïve, l’innocente Eve qui n’avait finalement rien vu de ce que le monde pouvait encore nourrir de pire. Elle a été le jouet, la marionnette de ses désirs, la poupée manipulée par cette capacité qu’il avait d’éteindre la volonté. Et la glace s’est faite silencieuse durant six longs mois. Elle est devenue normale mais désincarnée.
❄️︎ —
Qui aurait cru que la Confrérie l’aide à se relever de tout cela ? Qui aurait cru qu’elle trouve en eux une forme de résilience ? Elle a enchaîné les mauvais choix mais elle n’a pas sombré, elle a commencé à comprendre que la glace pouvait servir, qu’elle était spéciale, pas monstrueuse. Elle a feint l’arrogance, a tenté de trouver le goût de la supériorité. Elle a voulu aider ceux qui, comme elle, s’étaient sentis rejetés et salis à un moment ou un autre de leur vie. Les années passant, le potentiel s’est étendu, la paix n’a pas été durable dans son esprit secoué par la terreur de son reflet, par la crainte qu’elle ressentait à l’idée de s’attacher et d’ensuite briser, tuer. Elle n’a pas trouvé de tranquillité viable. Eveleen était devenue Snow Queen, elle était devenue un atout certes instable mais efficace, la glace aisément redoutable lorsqu’elle était placée de façon stratégique. Et qu’a-t-elle retiré de ce temps là ? D’autres remords, d’autres douleurs, une cause à défendre qu’elle a mal défendu. Par chance son identité s’est effacée, elle a été Willow Stanford sans réelle difficulté. Elle s’est crée une identité, un passé, des monceaux de mensonges sur la banalité de ses origines. Qui se préoccuperait d’elle quand sur toutes les lèvres était prononcé « Iron Man » ? Héros médiatique occultant le reste.
❄️︎ —

« Everybody knows the war is over
Everybody knows the good guys lost.
»
- Everybody knows, Sigrid.

2017 - 2019
Le hurlement déchire le silence, la plainte est digne d’un animal blessé tandis que sur le sol s’étire une glace impitoyable, couvrant les corps sans vie, figeant le sang, les restes du champ de bataille. Elle croyait l’avoir protégée, elle avait échoué avec ce mari dont elle ne prononçait plus le nom et elle avait redoublé d’efforts ensuite pour l’enfant mais elle n’était pas omnisciente, elle n’était pas assez puissante. Ses pleurs sont déchirants et sa mutation toujours très liée à ses émotions suit la détresse innommable qu’elle ressent, agenouillée près d’Izzy, sa princesse, la prunelle de ses yeux, celle pour qui elle continuait d’avancer. Que lui restait-il ? Thanos lui avait arraché sa famille. Thanos lui avait tout pris en quelques mois. Le blizzard se lève, la neige tourbillonne au rythme désespéré de sa colère et de son envie infinie d’en finir avec la vie. Il n’y’a plus rien à perdre, il n’y’a plus d’espoir. Il n’y’a que ces cadavres et ces combattants blessés. Elle a senti la balle se loger dans son dos, lui couper ce souffle qu’elle avait déjà trop court, trop agité. La neige folle est tombée, s’est arrêtée avec la conscience perdue de la mutante qui s’est effondrée sur le sol, près du tombeau glacé qu’elle avait formé pour les victimes. Elle n’en était qu’une de plus pour ceux qui dévastaient leur planète. Elle avait gagné en expérience, était devenue avocate, s’était mariée et le chaos seul avait plongé ses réussites dans l’obscurité. Les risques du métier, n’est-ce pas ? Mais elle avait renoncé au costume d’X-Woman lorsqu’elle avait appris sa grossesse, elle s’était décidée à user de son diplôme pour défendre autrement les droits des opprimés. On ment souvent, on se ment encore plus à soi-même en croyant tourner les pages. Elle s’était persuadée avoir droit au bonheur, que Dieu finirait par être clément comme le disait sa mère. La mort lui a ouvert les yeux. Willow Stanford n’était plus depuis longtemps et cette nuit-là, ils ont tous cru perdre Eveleen Weiss avec les autres. La reine des neiges était tombée. Au mauvais endroit, au mauvais moment.
❄️︎ —
L’inspiration profonde et le spasme violent précèdent l’ouverture des paupières sur l’aube qui pointe à l’horizon. La glace craque encore sur l’épiderme, cet élément qui l’a couverte, qui a soigné la blessure, régénéré l’enveloppe charnelle blessée, assassinée. Elle est revenue, réanimée par cette mutation qui refuse l’extinction. Si elle est vivante, les autres sont toujours enfoncés dans un sommeil éternel. Une fillette de trois ans n’aurait pas pu survivre, elle le savait mais ça ne rendait pas la perte moins douloureuse. Elle se sent brusquement dans le même état qu’à 15 ans, à l’éveil de ses capacités, sonnée et coupable. Comment peut-on arracher des vies innocentes, comment peut-on vouloir le pouvoir au point de tout décimer sur son passage ? Eve avait appris de ses erreurs, de la période durant laquelle elle avait désiré qu’homo sapiens tombe pour son intolérance et il était hors de question qu’Izzy soit morte pour rien. Elle a pleuré tout ce que son corps était capable de pleurer en enterrant le petit corps. Et le cercle vicieux a repris sa course, encore et encore. 2017 n’était rien d’autre que le début de l’Enfer et si elle avait refusé d’être croyante tout ce temps, ça ne l’a pas empêché de songer à de nombreuses reprises que Thanos était le Diable en personne au cours des deux années suivantes. Tout perdre et ne pas parvenir à recevoir le coup fatal lui avait fait croiser la route de nombreuses personnes perdues, essayant désespérément de survivre. Aux jeunes mutants qui avaient survécu presque par hasard elle a offert la maigre protection qu’elle pouvait offrir et des leçons afin de les aider à user de leur potentiel. L’Institut lui avait donné cette chance d’apprendre, eux devaient le faire parce qu’ils n’avaient pas d’autres choix. Snow Queen, le nom est revenu coller à sa peau, le physique métamorphosé par le nouveau stade que sa mutation avait passé en la préservant d'une mort certaine : la longue chevelure blanche, les yeux d’un bleu glacial et le froid sur son passage. Même les Avengers ne pouvaient lutter seuls, même eux perdaient du terrain, les meilleurs tombaient, ceux qui se trouvaient isolés perdaient. Elle n’a pas hésité une seconde à forger des alliances parce qu’après tout, elle ne se battait pas pour son avenir, le sien n’était plus que cendres, elle le faisait pour cette génération sacrifiée, espérant qu’à son tour elle puisse partir en sauvant ceux qui avaient encore un espoir à cultiver. En vain. Toutes les guerres devenaient un terrain de jeu face à ce qu'était alors leur réalité. Horreur et larmes.

« Echos and the shots ring out, we may be the first to fall Everything can stay the same or we can change it all »
- Meet me on the battlefield, Svrcina.

Cette époque n’est ni la leur ni celle vers laquelle ils se dirigeaient. Snow a traversé sans réellement savoir pourquoi, elle a voulu rester pour leur faire gagner du temps mais on l’a poussée à avancer encore, à rejoindre ceux qui devaient changer leur avenir. Pour ta fille a-t-elle cru entendre mais elle ne se souvient pas par qui. La gorge nouée, elle a dit adieu à Logan, elle a dit adieu à tout ce qu’elle connaissait et a prié pour que ça fonctionne. Elle avait prouvé combien elle pouvait être utile, que la vie des autres comptait plus que la sienne, elle avait permis à certains de survivre quand tout semblait perdu. Combien d’échecs leur faudrait-il, pourtant ? Passée la surprise c’est la colère qui l’a étreinte. « Snow, contrôle-toi. » L’ordre a claqué, sec et elle a réalisé que le sol commençait déjà à geler sous ses pieds. Leur guerre a eux n’est pas finie mais à cette époque, on fête avec joie et douleur la fin de celle qui a été nommée Seconde. Ils disent que ce sera la dernière, les gens de cette époque et contre l’épaule d’un de ses compagnons de voyage, elle ne peut que s’effondrer, de fatigue, de peine, de ce désespoir qu’elle a repoussé trop longtemps - la dernière, c’est la leur, c’est celle qu’ils voulaient arrêter. « On n’y arrivera pas.. c’est fini. » Les dés étaient pipés d’avance, les bons étaient tombés et les voilà en 1945, loin, très loin de ce 2019 terrible à réparer. Allaient-ils mourir là ? La pensée s’efface, fugace, lorsqu’elle se souvient que son métabolisme est ralenti au point qu’elle n’est pas certaine de prendre une ride même si elle doit passer chaque année réelle jusqu’aux années visées.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Hydra
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t256-katarczyna-e-skowalski-

FT. : Gemma Arterton ♥.
COPYRIGHT : Leave (avatar) ROGERS. (signa)
AKA. : La vipère rouge.
CLASSE : Classe 3
MISSIVES : 216
STATUT CIVIL : Mariée sur ses papiers américains. Mais elle continue à aller de lit en lit.
MULTIFACE : Steven G. Rogers & Moïra McLeod & Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 12/12/2017
LOCALISATION : New York - Manhattan.
ZONE LIBRE : Elle possède un écusson avec un tigre, signe de sa division chez Hydra. Mélangeant ses rêves avec la réalité elle croit être une fille de Loki. Elle est à moitié polonaise, un quart japonaise et un quart américaine. Sa famille maternelle a disparu pendant la seconde guerre mondiale à cause des nazis, elle n'a toujours pas pardonné Hydra de ne pas être intervenu, du moins, ça, c'est ce qu'elle croit. Elle a bougé toute sa vie, incapable de se satisfaire de ce qu'elle avait déjà. Elle possède un tantō qu'elle garde toujours sur elle. Sur ses papiers américains, elle s'appelle Katherine Schreiber. Elle possède un amour inconditionnel pour la gente féminine.


Message Sujet: Re: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. » Sam 30 Déc 2017, 16:50

Oh, vu les dons de ta puce, nous faudra un lien

Bienvenue parmi nous en tout cas, j'ai hâte d'en lire plus sur ta demoiselle

N'hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit, on est là amuse toi bien avec ta fiche


What is dead may never die
His throat was there beneath my hand. I had him ! His throat was there. Why did I wait ? There's a hole in the world like a great black pit & it's filled with people who are filled with shit & the vermin of the world inhabit it. But not for long... They all deserve to die. Tell you why. Because in all of the whole human race, there are two kinds of men and only two. There's the one staying put in his proper place & the one with his foot in the other one's face. Look at me, look at you. No, we all deserve to die. Even you, even I. Because the lives of the wicked should be made brief for the rest of us death will be a relief.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. » Sam 30 Déc 2017, 17:13

Bienvenue par ici mademoiselle
Une mutante, c'est cool ça ♥️



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mutant
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t315-eveleen-weiss-nothing-b
FT. : Amanda Seyfried
COPYRIGHT : avatar - ledger, signature - violent delight.
AKA. : Snow Queen.
MISSIVES : 40
STATUT CIVIL : Veuve - l'épouse qui a perdu le mari, la mère qui n'a plus d'enfant sur qui veiller.
DATE D'ARRIVÉE : 30/12/2017
LOCALISATION : New York City, Queens.
ZONE LIBRE : ❄️❄️︎ Basse température corporelle - cheveux tirant vers le blanc - yeux d'un bleu glace peu naturel - incapable de s'enivrer - ex confrériste paumée - ex X-Woman pleine de culpabilité - à la limite d'être insomniaque - souffre de crises d'angoisse qui la rendent potentiellement dangereuse - pense la victoire hors de portée - a peur de l'étendue de ses capacités - craint de faire du mal au peu de proches qu'il lui reste - n'ose plus s'attacher - a passé le portail bien qu'elle aurait préféré se sacrifier.


Message Sujet: Re: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. » Dim 31 Déc 2017, 00:11

Merci pour l'accueil
Ce sera avec plaisir pour le lien & j'ai déjà embêté James par MP pour la question


Frozen land Under her command  - No time for rest, No pillow for my head, Nowhere to run from this, No way to forget. (..) We carry on through the storm, Tired soldiers in this war Remember what we're fighting for — .

Meet me on the battlefield, Svrcina
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. » Lun 01 Jan 2018, 11:41

Bienvenue ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
MISSIVES : 228
DATE D'ARRIVÉE : 06/01/2015

Message Sujet: Re: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. » Lun 01 Jan 2018, 15:29


C'est une validation !
Félicitations !

Tu as terminé ta fiche et tu es validé, félicitations ! Maintenant, on peut passer aux choses sérieuses ! Oui, oui, encore plus sérieuses !

Le plus sérieux comme les intrigues qui se déroulent actuellement, puisqu'il faut inscrire ton personnage s'il n'est pas déjà pré-inscrit !

Tu peux maintenant gambader sur le forum et poster ta fiche de lien pour que les membres viennent te demander un petit lien mais aussi organiser tes liens. Tu peux aussi poster ta fiche de sujet pour répertorier tes rp et en demander aux autres.

Dans le doute, vérifie bien que ton avatar, tes pouvoirs et ton métier (si tu en as) soient bien recensés, après tout, les oublis, cela arrive !

Si l'envie te prend, tu peux aussi poster dans ton Q.G pour prendre tes marques et flooder avec les membres de ton groupe !

On arrête de t'embêter, maintenant, vole de tes propres ailes ! et à très bientôt en jeu !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. »

Revenir en haut Aller en bas

Eveleen Weiss ❄︎ « Nothing burns like the cold. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Stephen Weiss
» FIRE BURNS ~ ft. jackie
» Kurt Weiss [Libre]
» (F) April L. Burns • ça va swinger!
» men yon fyete ayisyen!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: Carry on my wayward son :: On the road so far :: Ils sont des nôtres-