RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint
ft. : Sebastian Stan
Copyright : Avat : ledger./ Gifs fiche,signa et code signa : moi
Aka. : The Winter Soldier
Messages : 273
Statut civil : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
Multiface : Dimitry Kouznetsov
Date d'arrivée : 05/12/2017
Localisation : New-York 1945, près de Steve


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Lun 25 Déc 2017, 22:26

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Tu es égoïste. Murmure de son esprit alors qu'il est réellement entrain de craquer, qu'il n'y a rien à faire pour que ça n'arrive pas. Pathétique aussi de le faire ainsi devant Steve alors que d'eux deux c'est lui qui avait le plus de raisons de craquer et le besoin de le faire, c'est Steve qui a porté tout le monde pendant deux ans, pas Bucky. Misérable, égoïste et pathétique. Des mots toujours plus doux que ceux qu'il emploie habituellement pour se décrire, quand il est seul avec lui-même.

Poupée de chiffons entre les mains de Steve qui ne peine pas à le faire descendre de son perchoir sur cette chaise, qui n'a aucun mal à le manipuler et pouvoir de nouveau le serrer contre lui. Les mains de Bucky qui remontent dans son dos et s'accrochent à lui. Son être entier s'accroche à Steve de tout son coeur, de toute son âme. Aime-moi. Pardonne-moi de craquer. Pardonne-moi pour tout ce que j'ai pu faire. Lui n'arrive pas à se pardonner de toute manière. Il n'arrive pas à comprendre que Steve le tienne ainsi comme si...comme s'il était précieux ou unique. Et pourtant en même temps, il y a tout ce que Steve lui a dit qui tourne encore et encore dans sa tête. Il le croit bien sûr qu'il le croit, il ne pourrait pas faire autrement même s'il le voulait. Parce qu'il a une confiance aveugle envers Steve. Parce que Steve l'aime tout autant que lui peut l'aimer et le lui montre par ses gestes, le lui dit par ses mots. Par ses baisers sur son front, sur ses lèvres et que Bucky l'embrasse aussi. S'émerveillant de nouveau du goût des lèvres de Steve.

Le brun détourne le regard aux nouvelles paroles de Steve quand il lui dit être chanceux, quand il lui dit à sa manière que Bucky n'est pas comme il se croit être. Là par contre il a du mal à le croire même s'il sait que Steve ne ment pas. Son coeur qui de nouveau déraille à ce nouveau baiser. Ne me lâche pas, jamais. Oui Steve lui a dit qu'il sera toujours là et le lui dit encore à sa façon. Mais même gravés en lui, il faut croire que les mots ont encore du mal à vraiment le percuter.

Ne pas ressasser le passé. Impossible. Le brun le fait quotidiennement presque en permanence. Il tique au "être celui d'avant" parce que lui sait que ce n'est plus possible. Hydra a fait trop de dégâts pour que ça arrive un jour. Non il n'a jamais reculé, c'est vrai mais parce qu'il avait Steve près de lui, il lui serait arrivé quelque chose que Bucky aurait cessé de fonctionner. Que le sort de l'humanité sans Steve ne valait plus rien à ses yeux. Quand il disait être égoïste. Il repousse aussi sec la pensée qu'il entrevoit qui lui fait dire que peut-être il n'était pas totalement hermétique au sort des autres que ça soit les civils comme ceux de leur équipe. Il n'en veut pas de cette pensée même s'il l'a déjà frôlée plus d'une fois.

Bucky ne se rend même pas compte que, petit à petit, il se calme dans les bras de Steve, que ses larmes arrêtent de couler, que cette sensation qu'il va s'écrouler et ne jamais se redresser s'éloigne. Il y a pourtant une chose qu'il doit absolument dire à Steve.

- Tu as peut-être raison Steve et je dis bien peut-être. Mais je ne peux pas te laisser croire que tu retrouveras totalement un jour le Bucky d'avant, il y a eu trop de choses pour que ça arrive. Hydra a existé et je dois faire avec maintenant. On doit faire avec. Je ne sais pas comment tu peux voir autre chose que le monstre que je suis devenu. Son regard déviant un bref instant vers son bras gauche. "Peut-être que j'ai tort Steve ou peut-être que tu es le seul avec qui j'arriverais jamais à fonctionner normalement."

Bucky se stoppe en parlant parce qu'il se rend compte lui même qu'avec Steve, il arrive à être celui d'avant, qu'il l'a toujours été depuis le retour de sa mémoire. Et que dans sa tête ça sonne comme un impossible et qu'il ne fait que dire des peut-être. Il soupire et comme un peu plus tôt, il vient appuyer son front contre l'épaule de Steve. Retenant de justesse un tu vois que tu es à plaindre, je suis même pas foutu d'être cohérent entre mes pensées et mes mots.
© 2981 12289 0

~~~~~~



Until the end of the line.
I have the only person who really saw me and still love me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l
ft. : Chris Evans
Copyright : Lya (avatar) | endlesslove (signature) | Heaven (gif CI)
Aka. : Captain America
Messages : 423
Statut civil : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
Multiface : Katarczyna E. Skowalski & Moïra McLeod
Date d'arrivée : 21/03/2016
Localisation : New York - Bâtiment des Docks.
Zone libre :
Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mar 26 Déc 2017, 00:07




you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Son coeur était serré, dans sa poitrine. Parce que voir Bucky dans cet état était franchement douloureux et qu'il se sentait impuissant. Il ne pouvait qu'essayer de le réconforter mais il n'était pas si habile avec les mots qu'il voulait bien le croire. Il devait garder la tête froide, le temps que Bucky craque, qu'il vide son sac, il le savait. Mais essayer de le rassurer, c'était plus fort que lui.

Mais il le sent se calmer, peu à peu. Que les sanglots se calment. Il attend, patiemment, il continue à frotter son dos, à le tenir contre lui. Je suis là, c'est ce qu'il essaie de lui indiquer du mieux qu'il peut. Je suis là, je serai toujours là. Jamais sans toi avait-il envie de lui murmurer, comme Bucky lui avait déjà dit autrefois. Mais après ses discours, il conservait le silence, le temps que Bucky intègre ses mots, se calme. Pourtant, Bucky prend la parole. Il l'écoutait attentivement. Suivait son regard sur son bras. Plissait le nez, ce qu'il entendait ne lui plaisait pas du tout. Mais alors pas du tout. Si bien que ses muscles se contractaient. Qu'il s'énervait. Un monstre ? Sérieusement ? Lui, un monstre ? C'était d'une débilité effarante. Comment pouvait-il penser ça de lui après les deux dernières années qu'ils ont passés, à se battre au péril de leur vie, pour l'humanité toute entière ? Il aurait pu choisir bien des solutions comme abandonner, se laisser mourir, retourner dans un long sommeil, mais il s'était battu, avait sauvé bien des vies. Peut-être plus qu'il n'en n'avait supprimé, d'ailleurs.

Steve ne le laissait pas s'abattre, Bucky posait sa tête sur son épaule, mais Steve reprenait son visage entre ses mains, le repoussant un peu pour mieux le saisir. Le forcer à le regarder, surtout. Ca le mettait hors de lui, quand Bucky commençait à dire des bêtises pareil, ça le mettait hors de lui, qu'il puisse penser ça. Bucky craquait peut-être, mais Steve ne pouvait clairement pas laisser passer ça. D'une voix ferme, qui se voulait autoritaire et sans discussion possible, il reprenait donc ;

Je sais, que tu n'es plus celui que j'ai connu en 45 et encore avant. Je sais que tu as changé. Mais on a tous changé. On t'a forcé à changer, d'une manière drastique, on t'a fait du mal. Mais quand je te vois, là, je ne vois pas hydra. Je vois James Buchanan Barnes. Je vois cet homme que j'admirais quand j'étais encore un petit con dans les rues de Brooklyn. Oui, tu as changé. Je le sais. Tu n'es plus exactement le même qu'avant. Je le sais, Bucky. Je le sais. Est-ce que ça m'empêche de t'aimer ? Non. Est-ce que ça me fait peur ? Bordel, non. Je t'ai vu pendant 2 longues années, non-stop. Je t'ai vu faire. Je t'ai vu combattre, je t'ai vu tenir bon. Je ne t'ai pas vu baisser les bras à quelconque moment, je ne t'ai pas vu choisir les solutions de facilité juste parce que ça t'aurait simplifié la vie de tous nous laisser dans la merde. Même quand hydra s'est joint à nous en 2018, pas à un moment je t'ai vu ciller, douter, te retourner, alors que c'était à porter de main. Ne dis pas que c'est juste à cause de moi, Bucky. Ne dis pas que tu as fais tout ça juste parce que j'étais là. Tu l'as fais parce que tu savais que c'était la bonne chose à faire, même si tu n'arrives pas à le réaliser, là, maintenant, mais c'était ton instinct qui te poussait à tout ça. Tu as eu plus d'une occasion de nous planter et tu ne l'as jamais fais. De dire merde, partir sur ta propre route, tu ne l'as jamais fais. Thanos est un monstre. Toi, tu n'en n'es pas un. Tu es juste le soldat qu'ils ont récupérés, qu'ils ont essayés de transformer, tu étais tellement solide qu'ils ont été obligés d'utiliser des mots pour te forcer à obéir, ils ont été obligés d'en venir au lavage de cerveau, aux tortures, parce qu'au fond de toi, tu restais James Buchanan Barnes et que même eux ne pouvaient rien y faire... Ils n'ont pas réussis à t'avoir, sinon tu ne serais pas là, dans mes bras. Tu serais encore en 2019, ou pire encore. Je ne peux pas te laisser dire que tu es un monstre, Bucky. Si tu as besoin de craquer, craque, pleure, pète tout, hurle, tape moi, j'en sais rien, mais je t'interdis de dire que tu es un monstre. Compris ?

Steve aussi avait changé et pas forcément en bien. Il s'était assombri, il s'était endurci. Moins niais, moins naïf, moins joyeux, plus terre-à-terre, plus dur, parfois même plus froid. Moins patient, aussi. Il s'était aussi découvert une part de lui qu'il avait tenté de garder au plus profond de lui, ne pas le laisser sortir. Stark avait réveillé quelque chose en lui en attaquant Bucky, et si Tony avait eu ses raisons de le faire, cela avait éveillé en Steve une partie sombre qu'il ne s'était jamais soupçonné encore et il devait se battre avec ça depuis, ça n'irait sûrement pas en s'arrangeant. Mais soit, les changements, il les voyait chez chacun. En fait, c'était ainsi qu'il le voyait ; tout le monde changeait avec le temps, les événements. Ils étaient forcés de changer, la survie le voulait aussi. Peut-être était-ce aussi pour ça qu'il n'arrivait pas à s'inquiéter comme Bucky l'aurait sûrement voulu. Parce qu'il s'était déjà fais à l'idée depuis longtemps que tout le monde changeait avec le temps et que, oui, Bucky avait changé, oui, Bucky s'était assombri, forcément, on ne pouvait pas vivre ce qu'il avait vécu et chanter l'hymne à la joie en dansant dans la rue. Il était réaliste, parfois même trop.

Je te vois chaque jour, Bucky. Je te vois, j'analyse, je sais, tout ça. Je te garde à l'oeil chaque jour depuis les années 30, Bucky, je la vois de mes propres yeux, ton évolution, ce que tu es. Rien de ce que je pourrais voir en toi ne pourrait me dégoûter, me rebuter, me faire fuir. Mais avec ce que tu as vécu, c'est normal que tu aies changé. C'est normal que tu te sois assombri, j'aurais été plus surpris si ça n'avait pas été le cas. Mais je t'aime comme tu es. Je te prends comme tu es. Comme tu étais, comme ce que tu es devenu avec le temps. Je me fiche que le temps t'ait usé, abîmé. Je suis là pour te fixer à nouveau, pour t'aider à te remettre sur pieds. Je me fous complètement du temps que ça prendra. Mais ne me dis pas que tu n'es plus le même, ne me dis pas que tu es un monstre. C'est faux. Totalement faux. Tu es libre d'agir comme bon te semble, maintenant. Savoir ce qui est bon à faire de ce qui ne l'est pas. Et franchement ? Tu ne m'as jamais déçu, Bucky. Tu as toujours su prendre les bonnes décisions jusqu'ici. Et tu les prenais seul, et tu as réussi.

Il caressait ses joues avec ses pouces. Il essuyait les larmes, à nouveau. Il insistait juste, à soutenir son regard.

Tu iras à ton rythme. Ca prendra le temps que ça prendra, ça m'est égal. On est pas pressé. J'ai tout mon temps pour ça. Pour toi.

Il savait la grosse partie de ce que Bucky avait du faire, dont tuer Howard et Maria Stark. Enfin, surtout Howard. Il ne dirait pas que ça lui était totalement égal, Howard était un ami, un proche, il avait aimé Howard, il l'avait porté dans son coeur alors forcément entendre sa mort et comment c'était arrivé, ça lui avait pincé le coeur. Mais il voyait surtout là que c'était Hydra qui l'avait fait et non pas Bucky. Et de toute façon, Bucky pourrait lui raconter dans le moindre détail tout ce qu'il avait fait, Steve en viendrait toujours à la même conclusion ; c'est Hydra qui te l'a fait faire, c'est pas toi qui l'a fait de ton plein gré. S'il était plus mesquin, il se serait sûrement demandé si Bucky n'essayait pas de gâcher tout ça avec ce genre de pensées, si Bucky n'essayait pas de gâcher le bonheur qu'il avait en ressassant des choses qui n'avaient pas beaucoup d'importances aux yeux de Steve. Mais il y songeait à peine, voyant surtout là Bucky qui craquait à sa manière et que, lui, ne pouvait pas le laisser croire et se morfondre sur le fait qu'il était possiblement un monstre. Il savait dors et déjà que le rassurer prendrait du temps, demanderait de la patience et de l'acharnement. Alors soit, il se répéterait, encore et encore, jusqu'à ce que ça rentre. Il ne faiblirait pas.

Pas la peine de te fatiguer à chercher des excuses, Bucky. Je ne partirai pas, quoi que tu puisses dire, quoi que tu aies pu faire dans ton passé. Je t'ai pris avec tout ça. Je te garde avec tout ça.


love.disaster

~~~~~~

UNTIL THE END OF THE LINE ♒︎I could stay awake just to hear you breathing, watch you smile while you are sleeping while you're far away dreaming. I could spend my life in this sweet surrender, I could stay lost in this moment forever. Every moment spent with you is a moment I treasure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint
ft. : Sebastian Stan
Copyright : Avat : ledger./ Gifs fiche,signa et code signa : moi
Aka. : The Winter Soldier
Messages : 273
Statut civil : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
Multiface : Dimitry Kouznetsov
Date d'arrivée : 05/12/2017
Localisation : New-York 1945, près de Steve


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mar 26 Déc 2017, 18:35

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Steve qui se tend et se crispe, Bucky le sent et le ressent dans tout son corps et il se tend lui aussi. Eux qui n'ont jamais eu besoin de mots pour se comprendre, pour fonctionner en tandem, synchrones, il ne peut pas en être autrement. Est-ce que Steve a enfin ouvert les yeux et voit maintenant à quel point il est abîmé autant physiquement que psychologiquement ? Que son bras et ses cicatrices, ses cheveux longs et sa barbe, sont le reflet du champs de ruines qu'il est intérieurement ?

Steve qui lui prend le visage entre ses mains, Bucky en a un regard effrayé et triste parce qu'il ne veut pas entendre ce qu'il est sûr que Steve va maintenant lui dire. Il le sait, Steve qui le repousse, ça le tuera, il ne sera plus qu'une coquille vide sans but possible. Le ton qu'il entend, il ne l'a jamais entendu, du moins sur lui, Steve ne lui a jamais parlé comme ça, avec cet autorité dans la voix. En temps normal, ça l'a même fait sourire en coin d'entendre Steve l'user sur d'autres ou pour distribuer ses ordres de missions. Cela le perturbe d'autant plus et le fait se figer net. S'il reste accroché à Steve des deux mains, il est statufié. Il pourrait se défaire de cette prise, s'échapper du regard du blond mais il ne le peut, ne le veut pas non plus.

Steve qui lui parle fermement, qui ne lui dit que des choses gentilles, qui cherche encore à le rassurer, à le faire changer de point de vue sur ce qu'il est. Ou lui montrer le point de vue que Steve a sur lui. Cela lui fait encore plus peur au brun, ce décalage entre leurs deux visions. Un gouffre devrait-il dire. C'est du chaos sur du chaos. Parce que Steve lui dit savoir qu'il a changé, que c'est normal, que c'est rien, que tout le monde change. Non pas toi Steve, tu es resté le même. Qu'il l'aime quand même, que ça ne lui fait pas peur. Cela devrait, je me fous la trouille tout seul.

Parce que Steve arrive à faire remonter certains souvenirs à la surface en parlant de ce qu'il a subit. Il se souvient avec précision le mal qu'il a donné à Hydra, toutes les tortures qu'il a vécu parce qu'il ne leur cédait pas. Zola pensait le faire céder comme ça sans rien et les autres après lui, aussi. Mais il n'a pas lâché, tant qu'il a eu encore un souvenir en tête, il n'a rien lâché. Même après d'ailleurs, il ne savait plus contre quoi il se battait mais il le faisait, ne leur laissant d'autre choix que de le programmer ainsi et ça a été long.

D'accord, Steve a sans doute raison là dessus, il aurait pu abandonner à un moment donné pendant ces deux dernières années. Il n'a en effet pas broncher à tout ce qu'il se passait, pas fait demi-tour, pas ciller, il a continué encore et encore. Pas une seule fois cette pensée ne l'a effleuré, c'est vrai. Mais si Bucky était ainsi c'est bien parce que Steve était près de lui, parce que Steve lui donnait l'exemple, parce que Steve gardait sans le savoir l'équilibre du brun entre ce qui est bien et ce qui est mal. Non ce n'est juste pas possible que Bucky l'avait tout seul cet équilibre, sans avoir besoin d'y réfléchir. Si ?

Steve continue de parler et Bucky reste figé si ce n'est sa respiration qui s'accélère de plus en plus à chaque parole, tout comme son coeur qui crève le plafond. Il lit la sincérité de Steve dans son regard et ça l'ébranle. Lui donne l'impression d'être transpercé de part en part par des lames et en même temps ça le libère. Cela fait craquer quelque chose en lui, il ne sait pas quoi le brun mais il le ressent. C'est tellement fort et trop à la fois qu'il a envie de lui hurler de se taire, de le supplier d'arrêter. Sans doute que cela, Steve pourra le lire dans ses yeux. Il oscille entre deux très vite entre tout ça et entre l'amour qu'il porte à Steve, ce je t'aime à en crever. D'autant plus quand Steve le lui redit, lui assure qu'il l'aime comme il est, qu'il a tout son temps, qu'ils ont tout leur temps.

Quand il lui dit de ne pas chercher d'excuses, ses lèvres s'entrouvrent parce que ce ne sont pas des excuses, parce que Bucky pourrait répondre point par point et lui prouver qu'il a tort. Mais il se rend compte qu'il n'est plus aussi sûr que ça que Steve puisse avoir tort. Et que de toute manière la seule chose qu'il doit dire à Steve est celle qui passe ses lèvres.

- Je ne veux pas que tu partes. Jamais. Je ne cherche pas à te faire fuir non plus. Je ne sais pas te le dire comme toi tu fais mais je t'aime plus que je ne peux le dire justement. Je suis à toi Steve, comme tu es à moi. Ta moitié. Jusqu'à la fin.

Il n'a pas parlé des masses, c'est clair mais Bucky a besoin de reprendre son souffle, de se calmer avant de continuer.

- C'est juste que...Tu l'as dit, je n'arrives pas à me voir comme toi tu me vois. Je n'arrives toujours pas à me faire confiance, ne parviens pas à me pardonner. Je sais qu'ils m'ont forcés, que je n'avais pas le choix, qu'on se l'est déjà dit, mais c'était moi quand même.

Est-ce étonnant que ça soit décousu ce qu'il répond ?

- J'ai peur de te perdre aussi, ça me foutait déjà une trouille monstre avant, c'est juste pire maintenant. Je t'ai entendu Steve, écouté chaque mot, je sais que pour toi c'est pareil. Que tu me reviendras toujours. Que tu seras toujours là.

Il reste quelques secondes silencieux avant d'ajouter plus pour lui même que pour Steve.

- Du temps ? Oui sans doute que j'en ai besoin.
© 2981 12289 0

~~~~~~



Until the end of the line.
I have the only person who really saw me and still love me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l
ft. : Chris Evans
Copyright : Lya (avatar) | endlesslove (signature) | Heaven (gif CI)
Aka. : Captain America
Messages : 423
Statut civil : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
Multiface : Katarczyna E. Skowalski & Moïra McLeod
Date d'arrivée : 21/03/2016
Localisation : New York - Bâtiment des Docks.
Zone libre :
Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mar 26 Déc 2017, 19:50




you're my saving grace, you're everything I need and more

It's not the way you smile that touched my heart, it's not the way you kiss that tears my apart. What can I do, can't help myself 'cause baby it's you. You should hear what they say about you, they say, they say you never never ever been true. It doesn't matter what they say, I know I'm gonna love you any old way. What can I do, then it's true, don't want nobody, 'cause baby it's you, baby it's you. It doesn't matter what they say, I know I'm gonna love you any old way. What can I do, then it's true, don't want nobody, 'dause baby it's you. Don't leave me all alone.


C'est dur, quand même. Ce regard apeuré. Il ne se retirait pas son objectif de l'esprit pour autant, loin de là. Mais il devait faire avec. Bientôt, ce regard n'aurait plus lieu d'être. C'était juste une question de temps et il n'avait presque plus que ça, du temps. Du temps à lui consacrer. Il lui disait, lui répétait ; ça prendra le temps que ça prendra, ça m'est égal, mais je compte bien te remettre sur pieds. Même si une fois sur pieds, Bucky estime qu'il n'a plus besoin de lui, qu'il peut redevenir indépendant. Au moins, Bucky serait de nouveau sur pieds, ce serait au moins une belle victoire.

Il voit son regard changer, au fil des mots. Son acharnement commence à payer, il le sait. Et ce n'est que le début. Bucky s'y ferait, il acceptera l'idée. Il lui faut juste du temps, alors au bout d'un moment, il n'insistait plus. Bucky passait par plusieurs phases et il lui fallait intégrer tout ça. Il fallait dire que Steve était aussi très partagé sur le sujet ; continuer à parler pour qu'il craque et se libère, ou se taire pour qu'il intègre tout ce qu'il venait de lui dire.

Finalement, c'est Bucky qui rompt le silence qui avait commencé à s'installer entre eux.

Ma moitié, oui. Jusqu'à la fin.

Quand il fût sûr que Bucky eût tout entendu et compris, il relâchait son visage pour plus simplement, le reprendre dans ses bras, l'enlacer, le tenir contre lui. Glisser tout simplement ses mains dans son dos, le tenir fermement. Précieusement. Encore et toujours. Il ne s'en lasserait jamais. C'est d'une voix toujours si assurée, mais plus douce, qu'il reprenait ;

Ca viendra, mon coeur, ça viendra. On a tout notre temps.

Il ne répéterait pas, finalement, ce qu'il avait déjà dis. Que non, ce n'était pas lui, on l'avait manipulé et forcé à le faire. Il ne rajouterait pas de l'eau dans ce moulin, il laisserait juste le temps faire son oeuvre. Il laisserait Bucky y réfléchir. Il inspirait profondément. Et, non, il n'avait pas remarqué le surnom qu'il avait utilisé, c'était venu tout seul, sur le moment, lui qui, pourtant, faisait toujours attention à chaque mot qu'il employait, là, il ne l'avait pas encore remarqué.

Tu ne me perdras jamais. Tu sais pourquoi ? Parce que je t'aime. Parce que nous sommes en paix, désormais. Parce que les autres m'indiffèrent. Alors personne ne se mettra entre nous. Rien, ni personne. Ni guerre, ni rien. Parce que c'est toi et moi, jusqu'à la fin. Que ça a toujours été toi et moi, que ça le sera toujours. Personne ne se mettra en travers de notre chemin. Les autres sont tous fades, à côté de toi. Tu le sais, ça? Je ne les vois même pas. Ca a toujours été, je le remarque peut-être juste maintenant, mais ça a toujours été ainsi.

Pour Steve, c'était l'évidence même. L'amour n'avait qu'un seul visage, en soi. Il croyait dur comme fer en l'amour unique, celui qu'on ne connaissait qu'une fois dans la vie, qui durait toujours. Et on s'était souvent moqué de lui pour ça, tant pis. Ce n'était pas aux autres de lui dicter comment vivre sa vie, même sa vie sentimentale. Surtout sa vie sentimental. Il avait trouvé le bon partenaire, il l'avait attendu pendant 80 ans, alors il le garderait jusqu'à la fin de sa vie, c'était déjà tout tracé, pour lui. Il déposait un baiser contre le cou de Bucky, en y pensant. Il lui ferait comprendre, avec le temps. Les mots étaient bien jolis, mais il le verrait, il lui montrerait, lui prouverait. Avec le temps, toujours ce fichu temps. On y revenait toujours.

Et Bucky lui disait "du temps ? Oui sans doute que j'en ai besoin" alors il se contentait d'hocher la tête. Du temps, c'était tout ce dont ils disposaient, puisque leur mission principale avait échoué et qu'au mieux, il leur restait au moins une cinquantaine d'années avant de pouvoir passer à l'action, à moins de retrouver les gemmes. Parce qu'ils fonctionnaient toujours en tandem, il espérait qu'en paraissant calme, il se calmerait aussi, rien qu'un peu. Pour lui, la colère était déjà passée, tant que Bucky ne se remettait pas en tête qu'il était un monstre ou une autre ânerie du genre. Il avait repris ses caresses dans son dos, il espérait qu'elles fassent effet. Qu'il commence à s'apaiser à nouveau. Mais la crise était-elle passée ? Il avait l'impression que Bucky commençait à se calmer, oui. Pour combien de temps ? Là encore, la seule réponse ; le temps nous le dira. Il s'armerait de patience. Encore et toujours. Parce que le jeu en valait la chandelle, carrément.

love.disaster

~~~~~~

UNTIL THE END OF THE LINE ♒︎I could stay awake just to hear you breathing, watch you smile while you are sleeping while you're far away dreaming. I could spend my life in this sweet surrender, I could stay lost in this moment forever. Every moment spent with you is a moment I treasure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint
ft. : Sebastian Stan
Copyright : Avat : ledger./ Gifs fiche,signa et code signa : moi
Aka. : The Winter Soldier
Messages : 273
Statut civil : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
Multiface : Dimitry Kouznetsov
Date d'arrivée : 05/12/2017
Localisation : New-York 1945, près de Steve


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mar 26 Déc 2017, 21:46

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Love me tender, love me sweet, never let me go. You have made my life complete and I love you so. Love me tender, love me true, all my dreams fulfilled. For my darlin' I love you and I always will. Love me tender, love me long, take me to your heart. For it's there that I belong and we'll never part. Love me tender, love me dear, tell me you are mine. I'll be yours through all the years, till the end of time. •••
Bucky ne sait pas quelle image il peut renvoyer à Steve alors qu'il se prend ces déferlantes de mots, et de gestes, ce n'est pas juste la dernière, c'est tout. Des vagues entières. Qui le secouent dans tous les sens. Qui lui donnent la sensation qu'il va être broyé sous tout ça, sous tous ces sentiments qui l'assaillent. Peut-être que c'est ça dont il a besoin, avoir l'esprit encore plus pulvérisé pour mieux repartir, pour se relever vraiment. Ou peut-être est-ce juste ces vagues qui nettoient les mauvais morceaux de son esprit sur leurs passages et les emportent au loin. Ou encore est-ce parce que c'est Steve, qu'il rayonne comme le soleil ne le fera jamais, le berçant de lumière, chassant dans des recoins toute cette obscurité. Son soleil. Son monde. Qui réchauffe l'hiver de son âme, qui fait fondre la glace emprisonnant son coeur.

Il entrevoit des choses, des faits qu'il n'a pas vu jusque là ou qu'il ne voulait pas voir sans doute. Le brun n'a qu'une certitude tant qu'il aura Steve, il aura tout ce dont il a besoin. Sa moitié. Il le lui affirme qu'il est sa moitié. Il est à la fois surpris et à la fois ça ne le surprend pas que Steve le lui confirme, insiste sur le possessif. Ce jusqu'à la fin, jusqu'au bout ou leur until the end of the line, c'est tellement eux, que c'est bien la seule chose sans doute qui ne fait pas peur à Bucky. Là où tout le monde flipperait devant cette notion d'éternité, lui ça lui fait l'effet inverse, ça le rassure. Encore et toujours. À chaque fois qu'ils se le disent.

Bucky ne se fait pas prier pour se blottir, se lover contre Steve quand il lui relâche le visage, il est là où il doit être. Là où est sa place. Ce n'est plus un battement que son coeur loupe mais deux ou trois quand il entend ce surnom. Est-ce que Steve a la moindre idée de ce qu'il vient de dire ? De l'effet que ça lui procure ? Le brun n'en a pas la moindre idée alors que Steve reprend derrière lui, qu'il lui dit de nouveau tout ces mots. Il n'a plus la force d'essayer de répondre à nouveau à Steve, du moins pas avec des phrases entières.

- Je serais toujours là. Depuis toujours, pour toujours.

Là encore il touche quelque chose du doigt sans savoir quoi s'il essaye d'y réfléchir. Il a toujours voulu protéger Steve. Il l'a toujours aimé. Et rien ne pourra jamais changer cela. Ça il en est sûr et certain. Oui trop épuisé pour percuter de ce qu'il dit. Du temps. Il veut bien s'en accorder pour comprendre et assimiler tout ce que Steve lui dit, comment Steve le voit. Oui il entrevoit les faits mais ça reste trop inaccessible encore. Forcément Steve qui retrouve son calme et Bucky retrouve le sien petit à petit, il agit en osmose avec le blond, sans même s'en rendre compte. Ils ont toujours fonctionné ainsi, ça ne risque pas de changer de si tôt, complémentaires sur tous les points possible et imaginables.

- Je suis désolé mon coeur d'avoir craqué comme ça, de t'avoir forcé à t'énerver.

Oui il faut qu'il s'excuse, à voix basse, presque inaudible mais il le fait. Il veut lui montrer qu'il est conscient de tout même si pour le moment il n'arrive pas à tout analyser. Et oui il a bien retenu ce surnom et l'use à son tour sans même s'en rendre compte, il n'y a pas à réfléchir quand quelque chose vous paraît naturel.
© 2981 12289 0

~~~~~~



Until the end of the line.
I have the only person who really saw me and still love me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l
ft. : Chris Evans
Copyright : Lya (avatar) | endlesslove (signature) | Heaven (gif CI)
Aka. : Captain America
Messages : 423
Statut civil : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
Multiface : Katarczyna E. Skowalski & Moïra McLeod
Date d'arrivée : 21/03/2016
Localisation : New York - Bâtiment des Docks.
Zone libre :
Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mar 26 Déc 2017, 23:02




you're my saving grace, you're everything I need and more

It's not the way you smile that touched my heart, it's not the way you kiss that tears my apart. What can I do, can't help myself 'cause baby it's you. You should hear what they say about you, they say, they say you never never ever been true. It doesn't matter what they say, I know I'm gonna love you any old way. What can I do, then it's true, don't want nobody, 'cause baby it's you, baby it's you. It doesn't matter what they say, I know I'm gonna love you any old way. What can I do, then it's true, don't want nobody, 'dause baby it's you. Don't leave me all alone.


La tournure que prenait les événements entre eux, lui plaisait mieux ainsi, le calme revenait, la douceur revenait, la tendresse reprenait. C'était mieux ainsi. Il n'aimait pas avoir à en venir à la dureté, surtout avec Bucky. Mais il ne pouvait guère rester calme quand il l'entendait dire qu'il était un monstre. Mais le calme revenait et il forçait peut-être un peu la chose, pour deux. Il se calmait, Bucky suivait, inévitablement. Il prenait sur lui pour se calmer, sachant que c'était le meilleur moyen pour que Bucky suive, la preuve. La tempête semblait calmée pour l'instant, il préférait que cela reste ainsi.

Ainsi serré, il ne pouvait plus lire les traits de Bucky, mais il se doutait de ceux qu'il devait tirer. Il l'imaginait déjà épuisé, c'était aussi pour cela qu'il le tenait si fermement, l'air de dire, je te retiens, quoi qu'il arrive. Repose toi, je suis là. Steve était assez reposé, pour tenir jusqu'à ce soir au moins. Cette nuit. Mais Bucky ? Il savait juste que c'était inutile de l'envoyer se coucher puisqu'il n'irait pas dormir à moins qu'il l'y suive. Lui qui avait toujours été indépendant, il sentait que maintenant, dès qu'il voudrait faire quelque chose, il devrait songer à Bucky et ce qu'il ferait lui aussi. Ainsi soit-il. Je serais toujours là. Depuis toujours, pour toujours, Steve le serrait davantage à ces mots, je sais, mon coeur, je sais. Il continuait à caresser son dos, dans l'espoir de l'apaiser, toujours plus. Il aimait assez ce nouveau rôle qu'il endossait, sans trop de difficulté. Ca demandait juste plus de patience, ça lui demandait de mieux réfléchir à ses mots, mais il s'y ferait vite.

Et là, Bucky s'excuse. Et le mon coeur lui est retourné, lui rappelant ses propres mots juste un peu plus tôt. Il souriait à nouveau, plus largement encore, bien qu'un poil plus timide aussi. C'était nouveau, un poil intimidant, mais il souriait. Ca lui allait droit au coeur, coeur qui eût un petit raté. Il inspirait profondément.

C'est rien... Excuse moi si j'ai pu te faire peur ou te blesser...

Parce que le but, c'était juste le faire réagir, pas lui faire peur. Il se souvenait bien de son regard à ce moment là, il se souvenait bien des expressions qu'il avait lu sur son visage. La crainte dans son regard, ces choses qu'il espérait ne plus jamais lire dans son regard, surtout. Peur, tristesse.

Les rôles s'étaient échangés avec le temps mais ça lui était égal. Bucky avait été tellement présent pour lui par le passé, assurant plusieurs rôles juste pour qu'il puisse vivre un peu correctement, c'était la moindre des choses que lui retourner la pareille, et encore, Steve estimait que rien ne serait jamais suffisant. Rien ne serait jamais assez bien, assez tout court. Mais là, une fois de plus, il se répétait la même chose. Il lui montrerait, qui il était vraiment, à quel point il comptait, il trouverait forcément un moyen pour que Bucky ouvre les yeux là-dessus. Un déclic quelconque. Ca commençait déjà, il réfléchirait à ce qu'il mettrait en place pour que ça continue sur la bonne voie. Il aurait pu rester ainsi enlacé pendant des heures, si ça ne tenait qu'à lui, il aurait pu rester là, à le tenir, le serrer contre lui, caresser son dos, des heures durant. C'était plus reposant encore que la sieste qu'ils avaient fait, selon lui. Plus reposant qu'une nuit de sommeil. Parce que pour le coup, c'était son âme qui commençait à s'apaiser, son esprit qui était sur la bonne voie pour le repos, surtout maintenant que Bucky avait craqué, il n'avait plus à craindre le moment où ça allait péter.

Il soupirait, ainsi, tant c'était agréable. Ca n'aurait pas pu être mieux, à cet instant.

love.disaster

~~~~~~

UNTIL THE END OF THE LINE ♒︎I could stay awake just to hear you breathing, watch you smile while you are sleeping while you're far away dreaming. I could spend my life in this sweet surrender, I could stay lost in this moment forever. Every moment spent with you is a moment I treasure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint
ft. : Sebastian Stan
Copyright : Avat : ledger./ Gifs fiche,signa et code signa : moi
Aka. : The Winter Soldier
Messages : 273
Statut civil : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
Multiface : Dimitry Kouznetsov
Date d'arrivée : 05/12/2017
Localisation : New-York 1945, près de Steve


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 27 Déc 2017, 02:28

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Love me tender, love me sweet, never let me go. You have made my life complete and I love you so. Love me tender, love me true, all my dreams fulfilled. For my darlin' I love you and I always will. Love me tender, love me long, take me to your heart. For it's there that I belong and we'll never part. Love me tender, love me dear, tell me you are mine. I'll be yours through all the years, till the end of time. •••
Impossible pour lui de savoir si le calme qui le prend continuera longtemps ou non. Il dirait bien que se connaissant ça ne sera pas le cas, qu'il aura des moments où tous les doutes vont revenir au triple galop. Il ne va pas aller mieux comme ça du jour au lendemain, il ne va pas se voir autrement en un rien de temps. Steve qui veut le réparer. Peut-être. Mais Bucky ne veut pas non plus se reposer sur Steve, il en a assez pris comme ça et c'est le rôle du brun que de prendre soin de lui. Il l'a trop fait pour cesser du jour au lendemain, il ne peut même pas envisager qu'il en soit autrement de toute manière. La plus belle de toutes les missions qui puisse exister. Prendre soin de Steve, de l'homme qu'il aime plus que tout. Oui mission n'est pas le mot, ça sonne comme une obligation, hors ça ne risque pas de l'être, ça ne le sera jamais. Faut qu'il arrête de raisonner uniquement que comme un soldat. Rompez soldat.

Pourtant il sent bien, peut-être plus encore maintenant qu'il est lové contre Steve, que ça va aller dans les deux sens. Que Steve veut aussi prendre soin de lui. Il n'aime pas l'idée, pas du tout même, mais est-ce que ça changera vraiment de comment ils ont fonctionné jusqu'à maintenant ? Tout le temps de la guerre, ça a été ainsi, à se surveiller mutuellement, à couvrir les arrières de l'autre à un moment ou à un autre. C'est aussi pour ça, qu'il termine par s'excuser, parce qu'il a clairement dépassé les limites, forçant Steve à s'énerver contre lui alors que ça n'était jamais arrivé. Que ça ne doit plus jamais se reproduire.

- Je me suis fait peur tout seul surtout. Tu as bien fait.

Cela l'a remit sur les rails et il ne peut même pas essayer de le nier. Enfin il aurait pu tenter mais Steve le connait trop pour ça. Il s'en veut d'avoir craqué ou plutôt de comment il l'a fait, jusqu'à laisser passer ce mot par lequel il se caractérise depuis trop longtemps. Il avait déjà conscience qu'il craquerait à un moment ou à un autre, il ne pensait pas que ça serait ainsi. Qu'il reproduirait plutôt l'autre modèle, comme ne pas du tout manger à s'effondrer avant d'y arriver en ne choisissant que des produits frais sur les marchés. Comme ne pas dormir jusqu'à littéralement tomber de sommeil. Ses vieux démons en gros, ceux qu'il connait par coeur. Même s'il aurait eu du mal à les cacher à Steve ceux là. Et oui peut-être qu'il se serait tellement mis sur les nerfs seul qu'il aurait fini par taper sur quelque chose ou quelqu'un. C'est sans doute mieux ainsi comme il vient de le dire à Steve.

Il laisse le silence s'installer entre eux, c'est juste confortable alors qu'il termine par totalement se détendre pouvant se mettre lui aussi à caresser le dos de Steve doucement, tendrement. Avec la seule envie que ça dure longtemps, des heures si possible même si la position verticale, on a connu mieux. Mais c'est aussi son esprit qui revient à la normale et lui fait dire qu'ils vont devoir bouger, à contre coeur sans aucun doute possible. Ah oui. Cela lui revient le fait que Steve veuille sortir mais ne comptez pas sur lui pour se détacher des bras de sa moitié.
© 2981 12289 0

~~~~~~



Until the end of the line.
I have the only person who really saw me and still love me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l
ft. : Chris Evans
Copyright : Lya (avatar) | endlesslove (signature) | Heaven (gif CI)
Aka. : Captain America
Messages : 423
Statut civil : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
Multiface : Katarczyna E. Skowalski & Moïra McLeod
Date d'arrivée : 21/03/2016
Localisation : New York - Bâtiment des Docks.
Zone libre :
Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 27 Déc 2017, 16:23




you're my saving grace, you're everything I need and more

It's not the way you smile that touched my heart, it's not the way you kiss that tears my apart. What can I do, can't help myself 'cause baby it's you. You should hear what they say about you, they say, they say you never never ever been true. It doesn't matter what they say, I know I'm gonna love you any old way. What can I do, then it's true, don't want nobody, 'cause baby it's you, baby it's you. It doesn't matter what they say, I know I'm gonna love you any old way. What can I do, then it's true, don't want nobody, 'dause baby it's you. Don't leave me all alone.


Avoir peur, disait-il, de quoi, exactement ? Le temps qui passe, les possibles attaques, la distance entre eux ? Il y avait beaucoup de choses sur lesquelles il pouvait avoir peur et il ne savait lesquels exactement, là, maintenant.

Tu n'as plus à avoir peur.

Un jour, il l'espérait, Bucky se laisserait un peu aller. Un jour, il apprendrait qu'il peut lui aussi se reposer, poser sa tête sur Steve et souffler quelque temps. Steve n'était plus le gamin qu'il était autrefois, il pouvait gérer. Il gérait déjà, il gérerait encore. Mais c'était, pour l'heure, trop demander, il semblerait. Il était prêt à tout endurer, avec lui, il était convaincu que quoi que Bucky puisse faire, ça ne saurait l'effrayer, le rebuter, le repousser. Il espérait que Bucky le comprenne aussi, ça.

Le soleil déclinait, dehors, il ferait bientôt noir. Il s'en rendait compte en relevant la tête et que la pièce était déjà plus sombre. Et s'il était assez reposé, curieusement, ainsi enlacés avec des caresses dans son dos, il aurait pu s'endormir. S'il n'était pas debout, s'entend. Il aurait facilement pu se rendormir. Ces sensations étaient douces, agréables, il y serait vite accro, il le savait.

Tout comme il savait qu'il devrait partir quelque minutes, quelque heures peut-être, pour aller chercher de quoi vivre, tenir au moins une soirée, avoir quelque chose pour eux. Il n'avait encore aucune idée de ce qu'il pourrait trouver, il verrait sur place, il n'y resterait pas longtemps. Ce serait une question d'heures, oui, deux maximum, se jurait-il. C'était déjà beaucoup, vu que depuis qu'ils s'étaient vraiment trouvés, ils ne s'étaient pas éloignés, sauf quand il était parti dans la salle de bain et Bucky l'y avait très rapidement retrouvé. Il le faudrait pourtant. C'était juste difficile de se dire qu'il fallait partir, vu ce qu'il se passait actuellement et qu'il sentait que Bucky avait besoin de lui. Ce sera pour mieux le retrouver, essayait-il de se rassurer. Mieux le retrouver, oui. Il déposait un nouveau baiser dans son cou.

Je ferai vite, promis. Deux heures maximum. Dépassé ce délai, tu auras le droit de m'engueuler.

Il riait un peu en imaginant la scène, il préférait juste que Bucky l'engueule parce qu'il était resté trop longtemps dehors, plutôt qu'il vienne le chercher alors qu'il avait mieux à faire, comme, se reposer.

Le dernier groupe ne devrait pas tarder, tu devrais aller chercher ton sac avant que quelqu'un ne s'incruste.

Il le relâchait, doucement. Son emprise se faisait moins ferme, jusqu'à ce qu'il le relâche finalement, à contre coeur. Il n'avait pas oublié comme la nuit pouvait vite tomber, ici. Il n'avait pas eu le luxe d'oublier ça, surtout quand on était habitué à la survie et qu'il fallait être plus attentif la nuit que le jour. Enfin soit. C'était déjà assez compliqué de se détacher de sa moitié, si en plus il devait bouger maintenant... Il savait qu'il devait le faire, il n'en n'avait juste pas envie, là, maintenant.

Soi sage. Je te reviendrai vite, promis.

Il le relâchait, enfin. Il déposait un baiser contre sa joue et se décidait à aller rechercher sa veste. Enfin, sa veste. La veste qu'on lui avait filé plus tôt. Puis il allait chercher son sac, faisant des aller retour entre la salle de bain, la chambre puis le salon où il déposait les armes sur la table, comme un peu plus tôt, sachant que Bucky saurait sûrement mieux que lui ce qu'il fallait en faire. Il refermait son sac et le jetait sur son dos, pas forcément motivé mais surtout parce qu'il fallait le faire. Il soupirait. Une heure ou deux, maximum, oui... Il le devait. Et il en profiterait pour voir si les autres s'étaient bien installés.

love.disaster

~~~~~~

UNTIL THE END OF THE LINE ♒︎I could stay awake just to hear you breathing, watch you smile while you are sleeping while you're far away dreaming. I could spend my life in this sweet surrender, I could stay lost in this moment forever. Every moment spent with you is a moment I treasure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint
ft. : Sebastian Stan
Copyright : Avat : ledger./ Gifs fiche,signa et code signa : moi
Aka. : The Winter Soldier
Messages : 273
Statut civil : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
Multiface : Dimitry Kouznetsov
Date d'arrivée : 05/12/2017
Localisation : New-York 1945, près de Steve


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 27 Déc 2017, 21:11

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Love me tender, love me sweet, never let me go. You have made my life complete and I love you so. Love me tender, love me true, all my dreams fulfilled. For my darlin' I love you and I always will. Love me tender, love me long, take me to your heart. For it's there that I belong and we'll never part. Love me tender, love me dear, tell me you are mine. I'll be yours through all the years, till the end of time. •••
Ne pas avoir peur. C'est juste plus facile à dire qu'à faire pour Bucky, il y a tellement de choses qui lui font peur à petite ou grande échelle, depuis récemment ou trop longtemps. Là encore il va lui falloir du temps pour essayer de digérer tout ça et que ça s'amenuise ou disparaisse purement et simplement. Enfin il y a déjà du progrès, il a réussi à le dire même si cela reste vague. Si c'est un progrès quand on connaît Bucky qui garde toujours tout pour lui, même devant Steve, même avant la guerre il était ainsi.

Il pourrait bouder, faire la moue ou faire son grincheux quand ça lui revient que Steve veut sortir mais il n'est plus enfant. Et même s'il ne veut pas le voir, il sait que Steve a raison que de vouloir le faire. Essayer de trouver des choses pour améliorer leur arrivée ici et pas que pour eux deux mais bien pour tout le monde. En réalité s'il n'aime toujours pas cette idée de sortie c'est surtout parce qu'encore une fois Steve pense aux autres avant de penser à lui même. Mais bon Bucky est là pour veiller au grain après tout. Ah oui, il a aussi la crainte qu'aussi furtif que Steve peut l'être, il ne soit malgré tout reconnu, quand bien même dans les faits le blond sait ce qu'il fait. Oui c'est n'est pas rationnel comme façon de voir les choses et il en est conscient le brun.

- Deux heures, d'accord. T'engueuler hein ? L'idée est tentante.

Ou venir te chercher, il aurait pu ajouter. Quoi que aller le chercher et l'engueuler en même temps, c'est tout à fait possible aussi. Mais c'est clair que si Steve doit être en retard, il va tourner en rond d'inquiétude et ça ne serait pas la première fois que ça se produit en prime. Pendant la guerre, les quelques fois où ils ont été chacun sur une mission et que Bucky rentrait avant c'était ainsi, il tournait en rond, il était inapprochable et ne se détendait qu'en voyant Steve revenir en un seul morceau.

- Je vais le faire oui et les attendre, leur montrer le bâtiment s'ils ont besoin et baby-sitter Stark de loin.

Bucky se détache à contre coeur de Steve malgré tout, c'est hallucinant comme en à peine quelques heures il est devenu encore plus protecteur envers le blond. C'est sans doute normal, tout comme là encore il va lui falloir du temps pour trouver un équilibre. Parce qu'en plus même si lui ne verrait aucun souci à être collé H24 à Steve, il ne veut pas l'étouffer non plus.

- Je sais et toi fais attention.

Bon voilà pas de marche arrière possible maintenant que Steve s'écarte, Bucky en profite pour lui voler un baiser malgré tout. Le brun soupire tout en suivant Steve des yeux, observant les armes une seconde ou deux. Elles, il sait où elles vont finir. Tout comme celles qu'il a encore dans ses affaires, dispatchée un peu partout à des endroits clés. Même si oui vu l'équipe présente dans le bâtiment personne ne pourrait leur faire de mal, c'est juste un réflexe, un besoin de s'assurer des choses. Au cas où. Se décidant enfin à bouger après s'être passé une main sur la figure, en premier aller chercher son sac et son gilet tactique puis après descendre guetter l'arrivée des autres en espérant que ça se soit bien passé pour eux.
© 2981 12289 0

~~~~~~



Until the end of the line.
I have the only person who really saw me and still love me
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Revenir en haut Aller en bas

You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Sujets similaires

-
» Jeanne De Joigny ♫ I found my saving grace within you
» Haiti: Saving the Environment, Preventing Instability and Conflict
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Grace Asthon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: Déposons les armes :: RP terminés-