RSS
RSS



 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Abel Schreiber, Dominic Fortune, Elyanna Skowalski,
Heinrich Zemo et Rebecca Barnes sont très attendus.

Partagez|

You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 17 Déc 2017, 02:59




you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Il tiquait un peu quand Bucky lui révélait vouloir être à sa hauteur. Son courage, Steve ne l'avait pas trouvé tout seul. Bucky n'avait certes pas été le seul à avoir fait de Steve qui il était, mais il avait quand même une place conséquente dans tout ça.

J'aimerais qu'un jour, tu puisses te voir comme je te vois... Tu comprendrais peut-être quel héros tu étais pour moi déjà à l'époque. Tu comprendrais peut-être ce que tu représentes, pour moi en tout cas...

Ce qui était paradoxal, c'est que Bucky avait un côté sécurisant. Un côté rassurant. En dépit des problèmes qu'il a pu traîner, qui font que Steve le regardait toujours avec une petite insistance, une certaine peur qu'il craque, à cet instant précis, il était rassuré. Il se sentait bien, profondément bien. Trop bien. Les mots n'y changeaient rien. C'était un peu intimidant, Steve n'avait jamais été très à l'aise avec les compliments. Trop peu habitué, sûrement, et quand nombreux avaient commencés à le féliciter, c'était parce qu'il était physiquement bien fais. Mais bon, Bucky le connaissait depuis toujours, l'avait toujours suivi malgré tout, alors c'était forcément plus particuliers que les autres.



Il réprime un nouveau rire à la réponse de Bucky, ce "hm" et ce petit grognement. Comment ne pas rire ? Il se sentait léger, maintenant.




*****



Il ne saurait dire combien de temps il a fermé les yeux, mais le soleil avait déjà un peu décliné. Une heure, peut-être deux. Ce qu'il pensait être "juste fermer les yeux" s'était surtout transformé en sieste. Il avait dormi un moment, sans bouger d'un poil. A son réveil, quand il se prenait les rayons du soleil en plein visage, il se demandait si tout ce qu'il s'était passé avait été un rêve, ou si c'était véritablement arrivé. Mais ouvrant les yeux, il était forcé de constater qu'il était toujours dans le même appartement miteux à l'odeur de rance. Et en ouvrant les yeux, il était forcé de constater qu'il avait toujours la tête posée sur celle de Bucky et que lui aussi s'était assoupi, à en juger sa respiration. Il se retenait de bailler. Cette sieste avait été... bénéfique. On ne peut plus bénéfique. Il était déjà en meilleur état qu'à leur arrivée. Il ne manquait qu'une chose : un bon repas. Quand il aurait mangé, il se sentirait déjà mieux, encore. Il regardait son sac, dans un coin du salon, il l'avait posé dans la volée. Il essayait de réfléchir, est-ce qu'il y avait encore des barres de céréales dedans ou pas. Est-ce qu'il avait envie de se lever ou pas. Il ne pourrait savoir, pour les barres de céréales, qu'en se levant, sauf qu'il n'avait aucune envie de se lever, surtout quand Bucky semblait bien dormir. Ce qui n'avait pas du arriver depuis fort longtemps.

Outre l'odeur de rance, l'odeur du port était insupportable à peine réveillé. Il se frottait les yeux pour mieux voir - bien que ça ne servait pas à grand chose en réalité - et il étirait ses longues jambes. Il restait ainsi quelque minutes à faire le point avec lui-même. Jusqu'à, finalement, essayer de se lever en douceur, en faisant attention à la tête de Bucky, se rendant compte qu'ils avaient vraiment du dormir appuyé l'un contre l'autre pour qu'il bouge ainsi au moindre mouvement. Il avait juste essayé de l'allonger dans le canapé, qu'il puisse profiter du temps libre pour dormir encore un peu. Et quand ce fût fait, il se déplaçait discrètement jusqu'aux fenêtres pour les fermer. Celle du salon et il fallait encore fermer celle de la salle de bain. Il y allait sur la pointe des pieds pour la fermer. Et sur la route, il prenait son sac pour regarder ce qu'il y avait dedans. Des bombes, des câbles, des couteaux, des flingues, merveilleux. Peut-être dans le fond du sac, oui. Il verrait.

Il profitait juste d'être dans la salle de bain pour se rincer le visage pour bien se réveiller, l'eau froide servait au moins à quelque chose.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 17 Déc 2017, 18:58

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Les mots de Steve tournent dans sa tête encore et encore, d'autant plus qu'il aurait pu lui dire la même chose au mot près. Il est pratiquement sûr et certain que Steve ne se voit pas comme il est vraiment, à ses yeux du moins. Comme Bucky l'a toujours vu d'ailleurs même avant le sérum, ce n'est pas pour rien que ça l'énervait par après de les voir tous tourner autour de Steve. Il hésite un bref instant à le lui faire remarquer, lui dire à son tour mais finalement il met ça de côté pour le moment, laissant le blond avoir le dernier mot.

Pour finalement s'endormir dans les bras de Steve alors qu'il y a encore une demie-heure, il était persuadé qu'il ne trouverait pas le repos aussi facilement. S'endormant en sentant le blond détendu et apaisé et en l'étant tout autant. Rassuré également avec un traître "tout ira bien" tournant dans sa tête.

***

Qu'est-ce qui le réveille réellement ? Le soleil sur lui, le vide à ses côtés, le fait qu'il soit allongé, le changement entre les fenêtres ouvertes et fermées. Il ne sait pas le dire mais ce n'est pas un réveil en douceur, loin s'en faut. C'est un réveil en sursaut qui le fait s'asseoir dans le canapé. Qui le fait avoir des mouvements bien trop brusques et se tendre à en faire renâcler les servomoteurs et les muscles de ses bras. Qui le laisse dans l'incompréhension la plus totale et regarder autour de lui d'un air hagard. Ses yeux qui balayent les lieux et sa mémoire qui peine à redémarrer. 2019 la guerre, les pierres, le portail. 1945. La succession d’événements l'ayant mené à cet appartement. Steve. La cascade de souvenirs se stoppe sur Steve. Il se concentre dessus, la seule chose de claire dans son esprit.

Oh. Ce qu'il s'est passé entre eux et toutes les sensations qui vont avec mais n'a t-il pas rêvé tout ceci ? Non il ne se serait pas réveillé dans ce canapé. Mais alors où est passé le blond ? Il en a une moue avant que son ouïe ne percute du bruit dans la salle de bain. Oh. Le brun se frotte les yeux avant d'envoyer ses cheveux en arrière d'une main et de se lever. Il se sent reposé même s'il est loin d'être en pleine forme, c'est mille fois mieux que ce qu'il connait depuis des années et ça explique aussi pourquoi il n'a pas fait de cauchemars pour une fois.

Bucky se dirige vers la salle de bain sans chercher à cacher sa présence mais sans non plus chercher à se faire entendre. Il ne lui faut pas plus d'une seconde sur le pas de la porte pour se glisser dans la salle de bain et venir enlacer Steve en se mettant derrière lui, bien qu'un peu sur le côté. Tout en déposant un baiser dans la nuque du blond avant d'ouvrir la bouche pour parler à voix basse.

- Tu as dormi toi aussi mon lapin ?

Insistant bien sur le possessif et le surnom. Bucky a la mémoire qui flanche par moment mais jamais quand il s'agit de Steve et ça le blond va vite le comprendre et peut-être bien le maudire au passage.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 17 Déc 2017, 23:54


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Cette heure de sommeil était bénéfique, elle le remettait d'aplomb. Ca et tout ce qu'il s'était passé depuis qu'il était arrivé dans cet appartement et que Bucky y avait débarqué. Même seul dans cette salle de bain, il réfléchissait de la même manière. Il n'y avait pas d'aura qui se dégageait de Bucky et lui embrumait l'esprit comme il aurait pu le croire. Il pensait toujours de la même façon et rien que le fait d'être à quelque mètres, à se rincer le visage et fermer la fenêtre, lui faisait se dire qu'il lui manquait et qu'il ferait mieux de vite retourner dans le canapé. Et en même temps, il souriait en pensant aux résultats de cette guerre. Ils avaient retrouvés la vie, il avait trouvé Bucky. Réellement trouvé, tout du moins. C'est ce à quoi il pensait à se passant de l'eau froide sur le visage et en se frottant le visage avec ses mains pour se réveiller.

Il devra abandonner tout espoir de retourner dans le canapé et rejoindre Bucky toute fois, puisque c'est lui qui l'a rejoint. Il s'en était douté, si tôt il se lèverait, Bucky se réveillerait. Ca ne l'étonnait pas, puisqu'il aurait fait exactement pareil si Bucky s'était levé. Et il souriait en sentant les bras de Bucky se glisser autour de lui, le serrer contre lui. C'était nouveau, pour Steve. Pas juste le fait que ce soit Bucky. Mais qu'on le tienne ainsi, qu'on l'enlace ainsi. C'était bien la première fois que cela arrivait et sûrement rougissait-il un peu, ce qu'il pouvait se sentir ridicule de rougir pour ça. Son côté "vieux jeu" comme les autres disaient, peut-être, jouait là-dedans, il ne laissait jamais personne s'approcher de lui comme ça. Par principe. Par confort, par intimité. Mais il reconnaîtrait volontiers que c'était agréable et que le baiser dans sa nuque le faisait frissonner de plaisir. L'instant était presque parfait et... mon lapin. Il regardait Bucky depuis le miroir face à lui, décontenancé. Sérieusement ? Mon lapin ? Il était faussement outré puis il se ressaisissait.

Une petite heure au moins. Ca fait du bien. Désolé si je t'ai réveillé, mon poussin.

La taquinerie était renvoyée, c'était au moins ça de fait. Les surnoms idiots, il avait bien des idées. Il posait une main sur celle de Bucky, visiblement, sa vraie main, qu'il tapotait affectueusement. Il avait insisté sur le possessif, une fois de plus. Mais c'était jamais qu'une balle renvoyée, non ? Ca l'amusait juste, c'était le principal.

Et toi, tu as bien dormi ? C'était charmant le filet de bave.

Un nouveau sourire étirait ses lèvres, plus taquin cette fois. Quitte à taquiner, autant le faire jusqu'au bout. Pas qu'il ne voulait pas rester ainsi, enlacés, parce qu'honnêtement, il adorait ces nouveaux gestes, mais il se devait de vérifier son sac, trouver de quoi manger. S'habituerait-il à ces gestes attentionnés ? Peut-être, peut-être pas. Ca lui faisait bizarre, c'était si soudain de recevoir tout ça. En un sens, ne pas s'y habituer était une bonne chose, si c'était pour sourire ainsi et frémir ainsi à chaque fois. C'était agréable. Il aimait bien cette vie en 1945, elle commençait à merveille, c'était plutôt bon signe.

Ainsi donc, il avait fini par se retourner et brièvement enlacer Bucky, frottant doucement son dos et déposant un baiser sur sa tempe pour finalement sortir chercher son sac et le vider sur la table du salon. Les grenades et deux revolvers à la main, sait-on jamais. Il déposait tout jusqu'à finalement trouver le Graal, les barres de céréales. Qu'il déposait aussi. Cette guerre l'avait répugnée pour bien des choses mais reprendre les revolvers avaient fait parti des choses qu'il avait le plus détester faire. Avec un bouclier, il assommait, avec des revolvers, tuer était presque une obligation. Enfin soit. Il prenait une des barre de céréale, prêt à l'engloutir. Vivement qu'ils puissent manger de vrais choses. Là, ce serait vraiment parfait. Avec la douche chaude, avec du savon et du shampoing. Il verrait ce soir aux docks.

Un peu plus et je mourrais de faim.

Il haussait un peu les épaules, finalement. Il regardait l'arsenal sur la table en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire de tout ça. Les cacher sous le lit, sûrement. Ou mettre un revolver dans le tiroir du meuble à côté du canapé. Sait-on jamais. Non, on n'était plus en guerre, ils pouvaient cacher ça sous le lit. Et s'il y avait des cambrioleurs, il ne donnait pas cher d'eux à peine auraient-ils posés un pied dans l'immeuble. A bien y réfléchir, il n'y avait pas d'immeuble plus en sécurité que le leur. Il mordait à nouveau dans la barre de céréales en rangeant l'arsenal dans son sac, laissant juste les barres de céréales sur la table. Quoi qu'il en jetait finalement une à Bucky, histoire de dire "tu devrais manger" sans lui dire directement. Steve, trop soucieux ? Jamais.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Lun 18 Déc 2017, 16:30

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Sur le court trajet pour la salle de bain, Bucky se demande encore s'il n'a pas tout rêvé mais il n'a jamais fait de rêves de cette manière avec lui embrassant Steve mais surtout Steve lui rendant son baiser. Il sait, le soldat, que s'il avait dû rêver de ça, son esprit ne lui aurait jamais permis d'avoir un peu de bonheur et le coeur battant d'amour. Non, ça serait terminé en cauchemar à coup sûr. Ou alors il est encore entrain de dormir quelque part et ça va se produire. Mais son esprit n'est plus en mesure d'inventer autant de faits bien précis, leur câlin, leurs baisers, la douceur entre eux deux.

Et il lui suffit de voir Steve pour savoir que c'est bien réel, que tout est réel. Il est amoureux de son meilleur ami. La révélation le frappe dans son entièreté et c'est juste la plus belle chose qui puisse exister. Alors Bucky se glisse derrière lui, l'enlace et l'embrasse dans le cou. Il ne sait toujours pas d'où il va chercher ses gestes mais ça n'a aucune importance. Encore moins d'importance quand il sent Steve frissonner, quand il le voit rougir en croisant son regard dans le miroir. Le brun ne retient pas sa petite taquinerie en usant d'un nouveau surnom et il ne tarde pas à en recevoir une autre en retour. Même si.

- Poussin ? Vraiment ? Ses yeux se font rieurs pourtant avant de buguer un bref instant à la suite. Sérieusement ? Steve qui se lance dans ce style de taquinerie ? Il faut croire que oui. Et...bordel en fait ça le fait rire Bucky, oui tout à fait il se met à rire. C'est bref, son rire est rauque mais c'est bien présent. Des décennies qu'il n'a pas rit. "Oui j'ai bien dormi même si tu ronfles." Il n'en sait rien à vrai dire mais c'est sorti tout seul.

Mon dieu qu'il aime voir Steve ainsi, le voir détendu et plaisanter. Encore une fois, c'est lui qui arrive à ce résultat aussi incroyable que ça puisse paraître à ses yeux. Si au moindre mouvement, au moindre mot, au moindre geste attentionné, il fait rayonner Steve et bien qu'il en soit ainsi pour toujours. De toute façon, il est foutu le brun, il y a déjà prit goût. Mais que Steve lui retourne ses gestes en venant l'enlacer après s'être tourné, qu'il dépose un baiser sur sa tempe, ça Bucky ne s'y fera sans doute jamais. C'est une chose que de donner de la tendresse, cela en est une autre que de la recevoir.

Bucky évite de croiser son reflet dans le miroir et même de traîner tout court dans la salle de bain. Bien qu'il sache pertinemment qu'il va finir par devoir l'affronter cette satanée douche. Pour le moment il part dans le salon, se juchant les fesses sur le dossier d'une chaise et ses pieds sur l'assise. Observant Steve, pensant au fait qu'il va devoir aller chercher ses affaires dans l'appartement d'à côté, à un moment ou à un autre. Les armes à feu, ses amies depuis presque toujours, Steve n'avait pas encore reçu le sérum, que Bucky en maniait déjà. Il sait que pour le blond c'est l'inverse, lui ne les aime pas, il préfère son bouclier et assommer les ennemis. Même si la guerre contre Thanos ne lui a pas laissé le choix.

- Je veux bien te croire. Il répond sans vraiment y faire attention, son regard restant sur les armes. "Faudra quand même les entretenir régulièrement." Ah le soldat qui parle. S'il peut avoir des tendances bordélique, les armes sont toujours parfaitement rangées et entretenues avec lui.

C'est au vol, sans regarder, qu'il attrape ce que le lui lance Steve avant de relever le regard sur lui quelques instants. Pour mieux le baisser sur ce qu'il tient maintenant en main. Une barre de céréales. Ah. Est-ce qu'il a faim ? Oui. Non. Peut-être. Il ne sait pas. La bonne question est à quand remonte son dernier "repas" pour savoir si cela devient une obligation ou non. Hum, en effet, ça va le devenir mais Bucky a des soucis avec la nourriture depuis qu'il a échappé à Hydra. Il a toujours ce "est-ce que ça va m'empoisonner ou autre" qui tourne dans sa tête surtout quand il ne choisit pas lui même ce qu'il va ingurgiter. C'est un emballage scellé. C'est Steve qui lui donne, Steve qui est entrain d'en engloutir une. Steve, la seule personne en qui il a une confiance aveugle. Combien de temps il reste à observer cette barre de céréales ? Bucky ne le sait pas mais finalement il ouvre l'emballage et croque dans la barre.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Lun 18 Déc 2017, 18:41


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Il y avait des gestes qui s'installaient, naturels, à croire que Bucky avait débloqué une situation qui les coinçaient tous les deux, avec un simple baiser. Des gestes que Steve n'avait jamais eu et ne pensait pas avoir un jour. Des gestes qu'il ne contrôlait pas forcément, ça venait de soi tout en lui faisant bizarre. Mais jusque là, aucune impression que les choses allaient trop vite puisqu'il n'avait pas à réfléchir à ce qu'il pouvait faire ou ne pas faire, dire ou ne pas dire. C'était cette simplicité qu'il avait toujours recherché sans même le savoir.

Tu préfères peut-être, "mon canard" ?

Et là. Là, à cet instant précis, il pouvait dire que son coeur s'était arrêté, pour mieux se relancer encore. Bucky avait ri. Pas le petit rire forcé ou de circonstance. Un vrai rire. Et ce qu'il était beau quand il riait. Steve en restait quelque instants, figeait, à le regarder, l'écouter rire. Un rire qu'il n'avait pas entendu depuis bien trop longtemps. Il avait envie de lui dire à nouveau qu'il l'aimait à cet instant mais aucun son ne sortait de ses lèvres pourtant, pas à ce moment là. Ses yeux parlaient peut-être pour lui, comme toujours. Etait-ce lui qui avait provoqué son hilarité ? Comment ? Qu'il sache comment le refaire, encore et encore. Il est tellement figé à le regarder et sourire comme un idiot qu'il ne fait aucune remarque sur le retour de la plaisanterie, le tu ronfles . C'est à peine s'il l'a entendu.


Ou alors, peut-être que c'était cet appartement qui avait une aura curieuse, parce que sinon, pourquoi tout craquait maintenant et pas avant alors que des occasions, il y en avait eu des centaines ? Et s'il rêvait, s'il était dans une simulation ? Si on le manipulait en lui faisait voir ses plus profonds désirs pour mieux le lui arracher ? Il commençait à trouver ce soudain bonheur trop parfait pour être vrai et sa méfiance revenait peu à peu, se demandant quand est-ce que ça allait péter. Jamais, il espérait. Mais il savait que, si, ça finirait par péter. Comme à chaque fois. Autant profiter le temps que c'était là.

Puis enfin, il mangeait. Ca ne serait pas assez et il savait qu'il devrait vite aller chercher de quoi tenir jusque demain, au moins. Pour lui, pour Bucky. Il songeait aux plats chauds qu'il y avait à cette époque. Un simple plat de pâtes lui aurait convenu à cet instant précis, pourvu que c'était chaud et comestible.

Sûrement.

Entretenir les armes, oui, il le faudrait. Bien qu'ils n'auraient pas de quoi les recharger à part ce qu'ils avaient et qu'il espérait qu'ils n'aient plus besoin de s'en servir. La barre de céréales n'avait pas fait long feu. Et il avait repris le sac pour aller ranger l'arsenal sous le lit. Son sac lui servirait ce soir. Il n'y avait pas de caisse pour tout ranger, pas de cartons, encore de l'improvisation, mais il imaginait fort bien qu'une fois le dos tourné, Bucky risquait d'en planquer à certains endroits qu'il jugerait stratégique. Il voyait bien qu'il aurait besoin de plus de temps que lui pour se faire à cette vie. Encore qu'en 1945, la vie n'était pas si douce que ça non plus, ce serait assez bête de le croire, même si ça n'était pas le carnage de 2019. Avec une idée en tête, il allait récupérer le drap qui avait servi à cacher le canapé pour le secouer un peu et aller le mettre sur le matelas du lit, à l'envers, le temps qu'ils aient de quoi laver ça. Pas d'oreillers, il songeait que les coussins du canapé serviraient au moins pour ça. Et il faisait à nouveau le tour de l'appartement pour voir ce dont ils auraient besoin en premier, avec toujours à l'esprit sa petite ronde nocturne.

Il ne relevait pas quand il voyait Bucky mettre autant de temps à se décider à manger ce qu'il lui avait tendu. Il évitait les remarques là-dessus, en règle général, se disant qu'il ne servait à rien de le brusquer, qu'il irait à son rythme. Il s'inquiétait juste un peu et se demandait s'il devrait veiller à ce qu'il mange correctement. Et, oui, il y veillerait. Bucky avait pris soin de lui pendant tellement longtemps que Steve songeait que c'était à son tour, de prendre la relève. Il retournait vers lui, à côté de lui, posant juste une fesse sur la table et croisant les bras contre sa poitrine.

On a quand même pas mal de choses, ici. Tu as bien trouvé l'endroit, on va pouvoir enfin se reposer comme il se doit. Je ne m'en souvenais même pas, de ce bâtiment.

Non, il ne s'en souvenait pas. Après, il est vrai qu'il ne traînait pas souvent aux docks dans son enfance, à part pour voir les nouveaux arrivages, les marchés aux docks, il y avait souvent moyen de trouver des trucs au rabais. Arnold, un de ses vieux ami, l'entraînait souvent là pour dénicher quelque trucs intéressant, à l'époque. Alors pourquoi pas. Puis soudain, il songeait à Arnie et à ce qu'il avait pu devenir lui aussi. C'était bizarre de se dire que tout ceux qu'il avait vu mourir dans les années 2000, étaient à nouveau jeunes et fringants, en forme sûrement. Peggy, Arnold, Duvid, Howard. Tant de personnes qu'il aurait aimé revoir mais il se mettait une interdiction ferme de s'en approcher.

Toujours est-il qu'il était reconnaissant - une fois de plus - envers Bucky, pour avoir trouvé ce bâtiment abandonné. S'en être souvenu tout du moins. Dieu seul sait où ils se seraient retrouvés, sinon. Puis il songeait que dans le pire des cas, l'autre bâtiment, celui dans lequel ils avaient atterris, pouvait servir de point de repères. C'était un autre bâtiment vide et quand l'attention sur ce bâtiment sera redescendue, ils pourront toujours voir à séparer leur groupes. S'espacer un peu. S'aérer. Avoir plusieurs repères était aussi une bonne chose, en soi. Ils n'avaient plus besoin comme ces deux dernières années, de vivre les uns sur les autres dans l'espoir de survivre.

Et il avait beau être au calme et reposé, il ne pouvait s'empêcher de penser à ce qui allait suivre, le après . Ou même le et maintenant, on fait quoi ? . Il se perdait dans ses pensées, songeant aux gardiens de la galaxie et leur physiques atypiques hormis celui de Peter, songeant aux différents groupes, aux problèmes qui pourraient s'imposer à eux. C'était plus fort que lui qu'y penser.


love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 20 Déc 2017, 00:14

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Si Bucky avait la moindre notion d'un comportement pouvant paraître crétin, gaga devant la personne qu'on aime. S'il avait ce genre de concept de papillon dans le ventre et d'impression d'avoir des ailes, de voir des arc en ciel et des coeurs dans le ciel. Eh bien Bucky se moquerait totalement de lui même mais aussi de Steve parce que finalement c'est un peu à ça qu'ils ressemblent et c'est un peu ce genre de sensations qui l'enserrent actuellement le brun. Sauf que ce genre de choses, il ne connaît pas, il ne connaît que la guerre, la douleur et ne se savait même pas capable d'être aussi tendre. Et il pensait encore moins qu'un jour il pourrait recevoir tout autant de tendresse.

Des mains qui n'essayent pas de le tuer ou de le torturer, des lèvres qui ne se descellent pas pour le rabaisser, c'était déjà plus que ce qu'il pouvait espérer. Et c'est déjà ce que Steve lui avait offert, même en se retrouvant et que Bucky avait pour mission de le tuer, Steve l'avait frappé oui mais le minimum possible. Il l'avait analysé bien plus tard. Et puis de toute manière Steve était son ami d'enfance, rien de mauvais ne pouvait lui arriver à ses côtés. Un raisonnement peut-être simpliste mais tellement réel. Finalement il y avait tellement plus qui se cachait sous la surface, de non-dits, de déni entre eux, du moins de son côté déjà, qu'il a suffit que Steve craque et vienne le prendre dans ses bras. Non il a surtout fallu que Steve lui dise ce je t'aime, clé ouvrant une serrure dans l'esprit et le coeur de Bucky.

Cela fait quoi deux heures, trois peut-être et pourtant, bien qu'ayant du mal à le croire totalement, depuis tout lui semble différent et normal. Le brun a enfin trouvé sa place, sa moitié d'âme qu'il avait sous les yeux depuis pratiquement toujours. Cela lui fait un peu peur aussi mais il fera avec surtout quand ils s'entraînent ainsi l'un, l'autre dans des petites taquineries. Quand Steve arrive à le faire sourire et rire et que lui arrive à faire la même chose. Ou le faire buguer un petit peu comme là alors qu'ils sont encore dans la salle de bain, qu'il lit cet amour dans les yeux de Steve. Je t'aime moi aussi renvoient ses yeux bleus si bien qu'il oublie de répondre à ce "mon canard".

Certains trouveraient ce moment trop court mais pour Bucky c'est déjà énorme, c'est lui qui termine perché sur une chaise. Le brun se fait pourtant rattraper par la réalité, sa réalité et son passé et il bloque sur une simple barre de céréales. Après avoir entendu Steve donner un vague accord sur l'entretien des armes. Oui normal. Bucky fini par se débloquer et croquer dans cette barre de céréales, constatant que Steve a eu le temps d'ôter le sac de là et faire il ne sait quoi d'autre. Il l'a pourtant entendu bouger dans l'appartement mais il était dans ses questionnements le brun. Steve a bien dû se rendre compte de son comportement mais il ne dit rien et Bucky l'en remercie de tout coeur. Il n'a pas envie de devoir le rassurer ou de lui expliquer ce qu'il se passe réellement dans sa tête et de lui faire de la peine. Le blond revient près de lui et se pose sur la table, Bucky garde son regard dans le sien.

- Je m'en suis juste souvenu. Il s'arrête de manger et passe sa main libre, la gauche, dans sa nuque, un poil gêné. "On y est jamais venu ensemble en tout cas, je l'ai trouvé un jour que j'avais besoin d'être seul et je ne t'en ai jamais parlé." Le sous-entendu étant un énorme "tu vois que je n'étais pas parfait à m'occuper de vous tous." parce qu'il a honte d'avoir eu besoin quelques fois de souffler loin de sa famille, d'avoir eu besoin quelques fois de se calmer les nerfs quand il était trop inquiet pour l'état de santé de Steve. Quand il risquait de péter un plomb sur le premier imbécile venu. "Tu devrais monter sur le toit demain et admirer la vue, elle est magnifique de ce que je m'en souviens."

Finissant par ramener sa main sur ses jambes et poursuivre son grignotage de barre de céréales. Peut-être que finalement il avait vraiment faim même s'il sait aussi que cette simple barre va le caler pour un petit moment.

- Il doit me rester une barre ou deux dans mes affaires, si tu veux en avaler une autre avant de sortir.

Oui Bucky n'a pas oublié cette sortie prévue même s'il n'aime toujours pas l'idée de savoir Steve tout seul dehors. Tant pis, il en profitera pour s'occuper à sa manière en l'attendant, comme sécuriser les lieux et disposer les armes qui lui reste à des points clés de l'appartement. Oui il sait parfaitement que le premier qui essayerait d'entrer dans l'immeuble aurait des surprises mais c'est plus fort que lui.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 20 Déc 2017, 19:13


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Il commençait à se faire à l'idée, se dire qu'au final : c'était la vie qui reprenait son cours, là où il l'avait arrêtée. C'était la vie qui reprenait son cours, ce qu'il aurait du faire. C'était une nouvelle chance qu'on lui offrait et il voulait la saisir. Celle d'être un peu normal, d'être un peu heureux, pour une fois. Que ces choses là ne soient pas accessibles qu'aux autres, mais à lui aussi. A lui et à Bucky, surtout. Ca lui faisait du bien de le voir plus détendu, moins sur le qui-vive. Moins porté sur le "ça pourrait péter".

Il le remerciait d'avoir trouvé cet endroit, c'était la moindre des choses que le remercier pour ça. Et là... Il lui paraissait gêné, ne plus savoir où se mettre.

D'accord.

Il était un peu amusé, à croire qu'il culpabilisait d'avoir été quelque part sans lui. Alors que parfois, Steven sortait avec d'autres amis. Enfin, à cette époque. Que ce soit Duvid la brute du quartier - oui, c'était ironique que la grosse brute du quartier l'ait aussi protégé des petites frappes, mais ils avaient grandis ensemble, ça forçait les choses - ou que ce soit Arnie. Bon, c'était rare, mais c'était arrivé et ils n'en n'étaient pas morts.

Ou ce soir pour voir les lumières de la ville, peut-être.

Parce que ça, il ne l'avait pas vu depuis longtemps. Les lumières de la ville, le bruit de la ville, la vie tout autour d'eux. Que ça lui manquait, quelque part. Voir l'agitation, sans être vu. Ils n'étaient pas au coeur même de la ville mais ce serait déjà beaucoup. Bucky lui dit qu'il a encore une barre de céréales ou deux dans son sac et il hoche pensivement la tête, songeant désormais à tous les plats qu'ils pourraient engloutir. Les vendeurs dans la rue, ils auraient pu dégoter de quoi manger pour pas grand chose. Pizza, hot dog. Bon, il fallait connaître les coins et il y avait du passage mais, après tout... Ouais, quand il aurait trouvé le moyen d'avoir un peu d'argent, ça pourrait se faire. Ils n'avaient pas besoin de grand chose pour vivre, il le savait fort bien.

Ca devrait aller, je chopperai un truc sur l'allée ou le retour.

Bah, il trouverait bien quelque chose sur la route. Il verrait bien quand il y serait. Cela aurait simplifié la vie de pas mal de monde s'ils pouvaient voir leur anciennes connaissances mais vu les circonstances, il préférait définitivement faire une croix sur Arnie et Duvid.

Le soleil commençait à décliner, lentement. Il le voyait, bientôt, il n'y aurait plus de lumière dans l'appartement. Et il en profiterait pour partir, quand il ferait bien noir. Il se faisait à l'idée. Puis il regardait ses vêtements. Ca l'amusait. Qui s'habillait comme ça de nos jours ? Il remontait les manches de sa chemise courte, profitant pour regarder ses bras dont les coupures avaient presque disparues. Le sérum avait ça d'utile, s'il était blessé, ça ne durait pas longtemps, ça éviterait d'aller dans un hôpital pour des points de suture et ne pas pouvoir leur répondre, ne pas pouvoir leur donner son nom et tous les inconvénients qui iraient avec.

Tu veux que je te trouve un truc en particulier, tant que j'y suis ?

Il aurait pu lui demander n'importe quoi qu'il aurait trouvé un moyen de lui rapporter. Le savait-il seulement ? Si ça pouvait lui faciliter la vie, il irait sur le champ lui chercher. Il se mordait l'intérieur de la joue en y pensant, d'ailleurs. Il y avait plus sain comme attitude. Mais il n'était plus à ça près.
love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Ven 22 Déc 2017, 19:14

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Bucky a comme ça des idées, pensées qui surgissent du capharnaüm de son esprit, lui faisant voir tel ou tel point nettement. Lui permettant de dire que tout ce qu'il se passe entre Steve et lui est parfaitement normal. Que ça va continuer ainsi et pour longtemps, qu'ils ont le droit au bonheur. Surtout Steve d'ailleurs. Ou qu'au contraire, ils vont s'en prendre plein la tronche d'un jour à l'autre. Oui même alors qu'ils sont en 1945, que la guerre -les guerres- est terminée. Ou encore des pensées, lui permettant de se projeter un peu dans l'avenir, d'apercevoir quelques points précis.

Il y a des moments comme ça et puis il y a ceux comme maintenant où le soldat se retrouve être un poil gêné, presque coupable dans ce qu'il peut dire. Bucky sait parfaitement qu'ils n'étaient pas H24 ensemble avant, qu'il y avait pas mal de moments où ils faisaient chacun des choses différentes. Ce qui était normal. Tout comme il sait que Steve ne traînait pas qu'avec lui -même si au final ça l'angoissait aussi- et que là encore c'était logique. Oui en gros si on oublie le passage congelé dans l'océan pour Steve et Winter Soldier pour le brun, il aura passé sa vie entière à s'inquiéter pour Steve et à vouloir le protéger. Et Steve qui prend sa révélation sans broncher presque amusé par les choses. Ah. Bon d'accord si ça convient à Steve alors ça lui va aussi.

- Ou ce soir oui.

Au moins le toit ce n'est pas comme cette sortie que Steve veut faire. Bucky se retrouve quand même à ne pas savoir s'il peut avoir envie de les voir ces lumières dont le blond parle. Voir toute cette vie alors qu'il y a encore quelques heures ils étaient au milieu du néant, du chaos, cela lui semble encore irréel à vrai dire. Et ça emmène aussi de la nostalgie comme tout à l'heure quand il a pensé à sa soeur, quand il percute qu'ils sont réellement en 45.

- D'accord mais comme ça tu sais que je les ai au cas où.

Le brun forcerait bien Steve à manger encore un peu mais il sait que ça ne servira à rien de tenter, il préfère juste lui dire cela. Que Steve le garde dans un coin de son esprit. Bucky surveillera juste que Steve mange de nouveau normalement au lieu de se priver comment il a dû le faire ces dernières années. D'autant plus qu'ils sont des super-soldats, que leurs corps consomment tellement plus de calories que les autres. Est-ce que Bucky a conscience que c'est l’hôpital qui se fout de la charité ? Oui un peu mais encore une fois Steve passe avant lui.

Bucky termine d'avaler sa barre de céréales, suivant du regard les mouvements de Steve, l'observant remonter ses manches, scrutant ses bras lui aussi. Ce regard qu'il a pratiquement en permanence d'ailleurs, protecteur, sur-protecteur même il devrait dire. Et en même temps il se souvient de ce qu'il avait demandé à Steve en le découvrant avec le sérum "est-ce que c'est permanent". Qu'il avait pu être idiot de demander ça quand même.

D'un coup, il se penche en avant et attrape une des mains de Steve avec sa main droite, se mettant doucement à jouer avec les doigts du blond. Ne lui demandez pas pourquoi. Une pulsion, une envie. Tout en réfléchissant à la question posée en regardant leurs mains avant de relever le regard sur Steve.

- Là tout de suite, je ne vois rien, non.

Le pire c'est qu'il ne dit pas non pour dire non mais bel et bien parce qu'il n'a besoin de rien. Bucky n'a jamais eu de grands besoins dans la vie, il sait se contenter de ce qu'il a en plus. Il n'est pas matériel non plus si ce n'est pour s'occuper de ses armes parce qu'il les connaît par coeur et a confiance en elles. Et du point de vue immatériel, il a Steve donc il a tout.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Ven 22 Déc 2017, 23:53


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Il ne comprend pas pourquoi Bucky semble si contrarié ou même gêné de cette révélation, à croire que Steve pouvait s'énerver pour ça alors que... Non. Steve était toujours le premier à écouter son coeur, il aurait été contradictoire de sa part d'encourager les autres à ne pas faire ce que leur dictaient leur propres coeurs. Mais soit. Il n'insistait pas, ça lui était égal, Bucky faisait bien ce qu'il voulait de son temps libre. Il n'était pas son père et même s'ils étaient... un couple ? Quel mot suis-je sensé utiliser ? il n'allait pas commencer par l'étouffer et lui dire ce qu'il avait à faire ; les choses ne fonctionnaient pas ainsi, selon lui.

Tu m'accompagneras ? Sur le toit.

Ou comment rendre les choses romantiques, selon lui. Le bruit de la ville, quelque lumières d'un côté, le ciel et les étoiles de l'autre. Juste eux face au monde, face à la vie, qui ne pouvait les atteindre mais ils pourraient profiter en paix.

Il insistait un peu sur les barres de céréales et là encore, Steve préférait juste sourire avec une pointe d'amusement. Bucky avait beau dire qu'Hydra l'avait changé, il restait au fond de lui l'homme protecteur et bienveillant qu'il avait connu, Steve avait raison là-dessus, quoi que Bucky puisse dire. Il restait lui-même, il suffisait juste de creuser un peu.

Il avait remonté ses manches et quelque chose qui le surprenait, arrivait. Bucky venait de prendre sa main. Il en avait presque sursauté sous la surprise du geste, mais il l'avait laissé faire. Souriant tendrement, sans trop comprendre ce qu'il cherchait à faire. Mais, on ne pouvait pas toujours tout expliquer. Quand Bucky levait le regard, il en profitait pour doucement saisir sa main et, dans un geste qui se voulait réconfortant, caresser sa main avec son pouce.

Il ne voulait rien, donc. Il improviserait, il trouvait bien de quoi faire plaisir au groupe, et aussi faire plaisir à Bucky, il trouverait bien de quoi, oui, forcément. Il verrait sur le tas. Puis, songeant aux sorties, sans trop savoir le rapport ni pourquoi il songeait à ça, il se mettait à repenser à leur relation et depuis quand certaines choses étaient ce qu'elles étaient, depuis quand tout ceci n'attendait que d'imploser. Oui, peut-être que ce contact lui rappelait une étreinte qu'ils avaient partagés, un appel, un tacite je suis là mêlé d'un ne me lâche pas, parce que si tu me lâches, je m'écroule .

Tu crois que... J'aurais du venir te voir, en Mai 2019 ? Ce fameux soir où je suis venu après.. Jessica. Tu crois que si j'étais venu avant, te voir, ça aurait... Changé quelque chose ?

Il se posait la question ; est-ce que s'il avait été le voir, avant de coucher avec Jessica, les choses auraient éclatés dès là ? Ou est-ce qu'il était encore trop tôt à ce moment là pour qu'ils ouvrent les yeux tous les deux ? A bien y réfléchir, lui, aurait peut-être pu craquer ce soir là, s'il avait écouté son instinct en allant voir Bucky directement, avant Jessica. Ainsi, si ce n'était pas Bucky qui aurait craqué, ça aurait été lui. Ah, la lumière s'allumait, tout devenait plus clair.

C'est bête mais, je crois que j'aurais facilement pu craquer, ce soir là. Si j'étais parti quand j'y songeais, au lieu de me dire que tu devais dormir ou faire dieu sait quoi. Mince, alors...

Ca avait été à portée de main depuis presque toujours, de toute façon, et ils ne pouvaient pas revenir en arrière. Enfin, façon de parler, parce que question remonter en arrière, ils l'avaient vraiment fait. Mais entre eux, bref. Il s'emmêlait les pinceaux, juste pour se dire qu'il aurait forcément craqué à un moment ou un autre. Comme quoi, côté sentiment, côté coeur, il était sacrément handicapé. Il s'avançait à nouveau vers Bucky, se plaçant derrière lui et plaçant ses bras autour de lui, l'enlaçant. Le serrant contre lui. Pauvre Bucky, qui ne semblait pas savoir ce qui allait lui tomber dessus, avec Steve. Pudique en public, mais en privé, sûrement trop affectueux. Il ne savait pas encore quelles étaient les limites, il verrait bien. Pour l'instant, il serrait juste doucement Bucky contre lui, ne voulant pas qu'il s'imagine non plus qu'il allait l'étrangler. La guerre n'était pas si loin d'eux et les réflexes pouvaient encore venir. Il y songeait, en tout cas. Mais il le serrait tout de même. Doucement. Précieusement.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 24 Déc 2017, 01:39

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Il n'arrive pas à comprendre, à analyser pourquoi ça le met si mal à l'aise de confier à Steve qu'il a pu connaître quelque chose sans le partager avec lui. Cela va bien au delà d'une simple culpabilité d'avoir eu besoin de souffler par moment mais il ne percute pas du reste. Ou peut-être ne le veut-il pas tout simplement. Le brun fait avec ce qu'il peut, avec les pensées qui lui parviennent nettement et met le reste de côté pour le moment.

- Si tu veux oui, bien sûr.

Du Bucky tout craché, il n'est pas sûr de vouloir aller sur ce toit et voir la vie. Steve le lui demande, il dit oui directement sans même hésiter une seconde. De toute façon s'il n'est pas seul, ça ne peut que bien se passer. Et encore ses idées, pensées qui lui viennent et se mêlent les unes aux autres. Passer d'un point à l'autre avec en fond sonore toujours la même chose, le bien être de Steve. À côté de ça, il sait que Steve agit de la même manière avec lui, comme en lui lançant cette barre de céréales ou en lui demandant s'il a besoin de quelque chose. Oh bien sûr, Steve le fait avec tout le monde, mettre les autres avant lui, il est ainsi au plus profond de son être mais le soldat a la certitude que pour lui c'est à part.

Sans doute est-ce bien plus qu'une pulsion ou une envie innocente qui lui fait attraper la main de Steve. Sans doute est-ce un mélange complexe de tout ce qu'il se passe dans sa tête. Il aime le fait que le blond le laisse faire, se mette à lui caresser la main alors qu'ils se regardent ainsi. Par contre il aime beaucoup moins, pour ne pas dire pas du tout, ce qu'il entend une fois passé les premiers mots...Il avait presque oublié ce "détail", l'aveux de cette nuit là et les réactions qui l'avait envahi en l'apprenant. La main du brun se resserre sur celle de Steve, sans doute un peu trop fort, pendant qu'il fronce les sourcils. Ne répondant pas tout de suite, pas même quand Steve poursuit sur sa lancée. Il reste silencieux, paumé entre les mots entendus et ses souvenirs, à réfléchir. Le regard un peu ailleurs.

S'il ne réagit pas quand Steve bouge, il se tend par contre en le sentant derrière lui et venir l'enlacer ainsi. Parce que son premier réflexe douloureusement apprit chez Hydra c'est de se dégager, que ce n'est pas quelque chose qu'il doit laisser faire, qu'on cherche à lui faire du mal. C'est Steve. Il lui faut peut-être bien vingt secondes pour se détendre et ne pas chercher à se dégager. C'est Steve. Et tout autant pour accepter le contact pleinement. C'est Steve. Finissant même par s'appuyer un peu plus contre Steve. Et ces mots qui tournent toujours dans sa tête et auxquels il doit répondre alors que lentement il se sent rassuré par les bras de Steve autour de lui. Que ça le réchauffe.

- Je ne sais pas si ça aurait changé quelque chose, si l'un de nous aurait craqué. On était tellement sur les nerfs cette nuit là...Je ne comprenais pas mes réactions quand tu as évoqué ça, je les comprend maintenant, je les comprend toutes. Oui parce qu'il y a pas qu'au passage Jessica où il a manqué péter un plomb. Il tique et plisse le nez un bref instant avant de tourner la tête et de relever le regard vers Steve. "Je pensais que c'était encore les conneries qu'Hydra m'a mis en tête qui jouaient...mais j'étais juste jaloux en fait. Je crois que ça fait un moment que je le suis." Il en a un bref rire nerveux en disant cela avant qu'un point bien précis ne s'impose à son esprit. "Plus personne n'a le droit te t'approcher de cette manière."

Personne d'autre à part lui. Oh. Il y avait pas pensé à ça le brun mais maintenant ça fait tilt. Et en même temps il se fait peur tout seul avec cette bouffée de jalousie, de possessivité qu'il vient d'exprimer.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 24 Déc 2017, 13:43


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Steve le laisse s'habituer, à son rythme. C'est pour ça qu'il y va doucement, sans le serrer véritablement d'abord, juste placer ses bras. Parce que tout est une question de rythme, non ? Et il a tout son temps, pour ça. C'est quand Bucky se colle un peu plus à lui, qu'il le serre véritablement avec ses bras, bien qu'il le serrait toujours précieusement, puisque c'était ce qu'il était pour lui, précieux. Et parce que Bucky est ainsi positionné sur la chaise, Steve pose sa tête sur son épaule tout en le gardant contre lui, laissant libre cours à ses grandes mains, dans un geste qui se voulait réconfortant, caressant du bout des doigts ce qu'il y avait, se moquant de cette soudaine proximité, le torse de Bucky, en soit. C'était toujours ça, des gestes qui se voulaient réconfortant.

Puis il lui confie pour cette fameuse nuit où il aurait craqué, s'il était venu avant Jessica. Il le savait, maintenant. Parce qu'il l'avait entrevu mais il s'était empressé de l'effacer d'un revers de main, ces petites pensées qu'on a, qu'on trouve idiote et qu'on s'empresse de passer à autre chose. Quand Jessica lui avait demandé ce qu'il aimerait faire si c'était sa dernière nuit et qu'il avait songé à aller voir Bucky, une dernière fois. Puis il était finalement resté avec Jessica.

Et il lui avoue qu'il était jaloux, à cette époque. Il ne voyait pas trop de quoi il pouvait être jaloux, mais il ne disait rien. Des deux, c'était Bucky qui avait toujours eu du succès avec les femmes. Steve, même après sa transformation, avait placé une barrière physique entre les gens et lui, une fois qu'il eût compris que ce que ces dames recherchaient n'étaient que physique et que lui, voulait bien plus que ça. Vieux jeu, l'amour n'était pas physique uniquement, pour lui, c'était aussi spirituel. Alors si on ne l'approchait que pour son physique, il mettait une barrière. Il avait mis cette barrière, le temps de trouver la bonne personne. Qui était actuellement dans ses bras, au final. Jessica était une amie qui avait été là à un moment certain de sa vie où il se sentait seul - les amis servaient à ça, au final, s'entraider. Ils avaient tout deux craqués, songeant que ce serait leur dernière nuit en ce monde. Mais ils n'étaient qu'amis, l'un comme l'autre étaient bien au clair là-dessus, donc il ne s'était pas inquiété. Et là, une phrase le faisait tiquer. Plus personne n'a le droit de t'approcher de cette manière, d'un ton si ferme et décidé, que c'était lui, qui se figeait.

Parce qu'avec cette phrase, il comprenait une chose à laquelle il n'avait pas encore pu songer, justement. La partie plus physique de leur relation, qu'il n'avait pas encore envisagé. Ah, oui. Bah, la question restait la même dans son esprit, au final ; comment ça marche ? Il verrait bien au moment venu. Mais il tournait le visage pour déposer un baiser dans le cou de Bucky, réfléchissant aux mots à employer. Parce que pour lui, en fait, c'était plus qu'évident que personne d'autre que lui ne l'approcherait de cette manière, c'était peut-être aussi pour quoi il n'y avait pas songé, dès qu'il lui avait rendu son baiser, il avait scellé une promesse tacite, celle qu'il n'était qu'à lui désormais, sur tous les plans. Qu'il n'y avait et n'y aurait que lui. Mais c'était peut-être comme avec le je t'aime , Bucky avait peut-être besoin de l'entendre, pour le comprendre. Alors, il murmurait contre son cou ;

Je suis tien, comme tu es mien. Je n'ai pas envie de dire que nous ne sommes qu'... un couple. Tu es plus que ça, encore. On est bien plus que ça. Les autres m'importent pas. Ne m'importent plus. Pas sur ce plan-là. Dès que je t'ai rendu ton baiser, il y a quelque heures, il était décidé ainsi. Toi et moi, contre le reste du monde. Ca ne change pas grand chose à d'habitude, en soi. Personne ne m'approchera ainsi, comme personne ne t'approchera ainsi.

Il était curieusement assuré dans ses dires. Il avait toujours été du style à laisser les autres commettre leur propres erreurs, faire leur propres choix ; c'était leur vies, à eux de décider comment les mener. Mais là, il avait besoin de lui dire, en même temps qu'il le serrait un peu plus contre lui.

Tu es tout ce que j'ai toujours voulu. Sans m'en rendre compte, jusqu'à maintenant. Et tu n'es pas que mon meilleur ami, désormais. Tu es plus encore. Personne ne t'arrive à la cheville, à mes yeux. Les autres ne m'importent pas, d'accord ? C'est toi, juste toi. Et tu me connais. Ce sera toujours toi.

Il déposait un nouveau baiser contre sa peau. Steve avait toujours été sincère, il avait toujours parlé avec son coeur avant tout. Alors il espérait qu'il comprenne que les autres n'importaient pas, même sur ce plan là. Qu'il lui était dévoué. C'était ça, ce eux désormais, non ? Ou alors, il s'était emballé et avait fantasmé cette relation ? Là, c'est lui qui s'inquiétait. Mais il se devait de donner confiance en Bucky, rien qu'un peu. Qu'il comprenne à quel point il comptait pour lui et que rien ni personne ne pouvait égaler ça. Il lui redonnerait confiance en lui-même, oui. Il le ferait. Pauvre Bucky, il avait pris pour perpet' avec Steve. Steve avait une mémoire trop parfaite, elle ne lui laisserait jamais la moindre chance d'oublier quelconque sentiment envers Bucky, de toute façon. Tout lui rappellerait toujours pourquoi il l'aimait.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 24 Déc 2017, 19:08

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Lentement mais surement, Bucky se sent rassuré, réchauffé par les bras de Steve autour de lui, d'autant plus quand le blond le serre un peu plus avec sa tête posée dans son cou. Être serré de cette manière là, il veut bien que ça dure encore et encore si c'est pour avoir ces sensations qui viennent. Cela l'aide à faire le point et répondre à ce que Steve lui a dit, cela l'aide à exprimer qu'il a été jaloux cette nuit. Cela l'aide à être encore plus persuadé qu'il est amoureux de Steve depuis longtemps, très longtemps, que ce n'est vraiment pas récent. Il l'avait déjà aperçu au détour de ses pensées mais Steve est le seul qui puisse être pour lui. Et puis cette annonce qui tombe, cette possessivité qui s'empare de lui, c'est tellement violent comme sentiment, que ça lui fout la trouille de le dire à voix haute ainsi.

Il n'aurait peut-être pas dû alors qu'il sent Steve se figer, le faisant partir sur deux pensées distinctes mais liées. Steve vient lui aussi de percuter de tout ce que peut vouloir dire leur relation et cette fois il va bloquer et le repousser. Et Bucky vient d'intégrer la partie physique de leur relation, se demandant comment ça pourra se passer, enfin la théorie il l'a, il sait pas d'où il la sort mais il l'a, par contre la pratique. Ils verront bien non ? Enfin si Steve ne le repousse pas. Il a confiance en Steve, bien sûr, plus que tout même mais le blond ne semble pas voir le monstre qu'il est devenu alors que le brun ne voit que ça.

Le baiser dans son cou, il met quelques secondes à percuter qu'il est bien réel. Est-ce que ça veut dire que Steve ne va pas le repousser et qu'il flippe...pour rien. Encore. Il semblerait bien que oui. Aux premiers mots de Steve, il se retrouve à fermer les yeux et à donner l'impression de vouloir se fondre plus encore dans les bras du blond. Bucky écoute tout du début à la fin, attentivement, se retrouvant à poser ses mains sur celles de Steve. Oui ses deux mains alors que normalement il évite avec la gauche. Comme pour lui dire ne me lâche surtout pas, lui dire que pour lui c'est exactement la même chose. Il se retrouve aussi à avoir pratiquement les larmes aux yeux, ça fait presque trop d'amour d'un coup pour lui. Juste pour lui. Il frissonne et n'est pas loin de trembler quand Steve termine de parler.

Au point il en est, Bucky ne peut plus cacher l'effet que les paroles de Steve viennent de lui faire. Parce que oui justement il le connaît par coeur et qu'il sait que ça vient du plus profond de son coeur, de son âme, qu'il ne fait pas semblant ou n'exagère pas. Oui c'est la gorge serrée d'émotion qu'il arrive à répondre.

- Je te connais par coeur oui...Tu as ma confiance depuis toujours et tu l'auras pour toujours. Tu es le seul qui compte pour moi, qui a toujours compté. Le seul que je veuille près de moi, hier, maintenant, demain et tout le reste du temps. Il n'y a que toi et il n'y aura que toi Steve. Je t'aime tellement.

Cela sonne peut-être un peu désespéré, maladroit, il n'est toujours pas doué avec les mots -plus doué en tout cas- mais c'est Bucky dans tout ce qu'il est. Aussi déglingué qu'il puisse l'être, il est on ne peut plus sincère. Il est loin le soldat sans failles -apparentes-, sans émotions et sentiments. Il est plus vulnérable que jamais même. Il espère juste que Steve comprenne que même s'il ne sait pas le dire, ils sont sur la même longueur d'onde tous les deux, que Bucky est entièrement sien. Jusqu'au bout.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Lun 25 Déc 2017, 01:16


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Il se sent bien, ainsi serré contre Bucky. Ca lui saute aux yeux à chaque nouvelle seconde, ce côté un peu trop naturel qui lui fait se dire " mais comment j'ai pu être aveugle tout ce temps ? " et au final, continuer. Il ne voulait pas le lâcher, ne comptait pas le lâcher. Blotti là, rassurant Bucky comme il le pouvait, ayant l'impression que lui, avait encore besoin de craquer, un peu, beaucoup. C'était son nouveau rôle, peut-être. Ca ne le dérangeait pas, Bucky avait besoin d'extérioriser aussi, il valait mieux de cette façon que comme Steve en pétant tout sur son passage.

Il y allait juste par pallier, attendant qu'il se fasse à ses bras, pour le serrer davantage contre lui. C'était ce qu'il faisait actuellement, le serrer un peu plus fort à chaque fois qu'il semblait l'accepter, se décontracter. C'était ce qu'il semblait être, là, d'ailleurs, dans ses bras. Surtout quand il nichait son visage dans son cou. C'était juste eux, un instant volé, juste pour eux. Puis il sent son coeur, sous ses paumes, ça ne le trompe pas. Il sent ses mains venant sur les siennes. Steve se montrait possessif, lui aussi ; personne ne m'approchera, mais personne ne t'approchera non plus. Tu es mien. Il avait besoin de se rassurer aussi, quelque part. Il ne le laisserait pas filer, à moins qu'il ne le désire vraiment et que ce soit la clef de son bonheur, mais il ne le laisserait pas filer sans se battre autant qu'il était possible de le faire. Et il ne laisserait personne l'approcher non plus. Il était possessif, le Steve. Pas partageur. Et qui savait seulement - pas lui en tout cas - ce qui pouvait s'éveiller en lui si on approchait de trop Bucky. Oui, lui-même ne savait pas ce qui pouvait se réveiller mais quelque chose lui soufflait, une petite voix, qu'il valait justement mieux ne pas savoir ce qui s'éveillerait. Il avait déjà entre-aperçu ce que ça pouvait donner face à Stark. Il ne laisserait pas les autres approcher Bucky, de quelque façon que ce soit, à moins qu'il ne soit sûr du bien fondé de la démarche, surtout. C'était jusque là que pouvait pousser sa possessivité, bien qu'il se gardait de l'avouer à Bucky.

A la fin de son discours, Bucky semble vouloir chercher ses mots et lui confier ses pensées. Il entend sa voix, anormale. Un peu brisée, peut-être. Alors il le serrait un peu plus contre lui, l'air de dire, quoi qu'il arrive, je ne te lâcherai pas. Et s'il était possible, il le serrait davantage aux derniers mots prononcés, ce je t'aime tellement . Moi aussi, Bucky. Plus que tu ne peux l'imaginer avait-il envie de poursuivre, mais ses gestes parlaient sûrement pour lui. Ses baisers, sa façon de le serrer contre lui. Non, Bucky ne pouvait pas l'imaginer, à quel point. Lui-même n'arrivait pas à concevoir comment il était possible d'aimer autant une personne. Mais c'était là. Et les petits détails étaient superflus, il n'avait pas peur d'avancer avec lui. Tant qu'il était avec lui, il ne craignait rien. Il n'avait pas peur de cette nouvelle relation et tout ce que ça incluait, même s'il ne s'était jamais imaginé avec un homme, sur quel que plan que ce soit, dans un couple, dans un lit. Il était curieux de voir comment ça se passerait, il fallait dire qu'il n'avait jamais eu les idées très large sur le sujet, même avec une femme. Il se posait des questions, sommes toutes légitimes, mais ça s'arrêtait là, il n'avait pas peur d'avancer avec lui, point. Les choses venaient à leur rythme. Quoi que même tardivement.

Je ne t'abandonnerai jamais. Tu le sais, hm ? Que quoi qu'il arrive, je serai là ? Nous avancerons ensemble, désormais. Tu n'es pas tout seul. Tu ne seras plus jamais seul. D'accord ? Je serai toujours là. Toujours. Même si je dois partir, ce sera toujours temporaire, je te reviendrai toujours, quoi qu'il arrive. Alors n'ais crainte, quand je sors. Parce que je reviendrai toujours.

Il murmurait toujours, ce n'était, après tout, des mots qui n'étaient que pour lui.

Je t'aime plus qu'on ne peut le concevoir. Ca ne prendra jamais fin. Tu as pris pour perpet', mon pauvre...

Il était toujours revenu vers lui. Il avait toujours pris tous les risques, même fous, pour le retrouver. Ca ne changerait donc jamais. Il a affronté les lignes ennemis, a affronté les nazis, a affronté Hydra, pour lui. Il serait prêt à le refaire mille fois sans jamais aucune once d'hésitation. Parce qu'il était comme ça, il ne laissait jamais tomber. Et s'il faisait une promesse, il s'y tiendrait, peu importe la difficulté à tenir cette promesse. Il ne voulait pas que Bucky continue à s'inquiéter, même s'il se doutait qu'il le ferait quand même, il espérait au moins qu'avec ces mots, il se souvienne de ce que Steve lui avait promis, qu'il lui reviendrait toujours. Que ses mots se répéteraient, quand il craignait que ce ne soit pas le cas, que, si, il ferait tout pour.


love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Lun 25 Déc 2017, 16:57

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Bucky ne sait plus comment réagir, comment il doit réagir parce qu'il lutte à chaque seconde qui passe contre lui même, contre son esprit détraqué. Parce qu'il ne doit pas craquer, ne jamais craquer ou plutôt recraquer. Parce qu'il l'a fait une fois, juste après avoir échappé à Hydra, avoir lu toutes ces choses sur lui au Smithsonian. Les dégâts de Steve tout à l'heure dans l'appartement ne sont rien à côté du carnage qu'il avait fait dans le premier endroit où il avait trouvé refuge. Heureusement que c'était un entrepôt abandonné et que quelques murs effondrés de plus ou de moins ne pouvaient plus changer grand chose. Son esprit ne lui avait rien demandé ces jours là, le harcelant de souvenirs remontant à la surface, des flashs pour la plupart. De lui et sa vie d'avant, de Steve aussi surtout de Steve d'ailleurs, ces flashs là le laissaient recroquevillé dans un coin à pleurer. Les tortures revenaient aussi, il les revivait toutes une par une avec la sensation d'y être, que ça se produisait maintenant. Ces flashs là le faisaient hurler de douleur et appeler à l'aide avant de le faire entrer dans une rage noire.

Il avait mis du temps à tout verrouiller, à tout contrôler, il n'y avait que les cauchemars contre lesquels il ne pouvait rien faire. Mais il avait retrouvé son calme, un semblant de vie équilibrée même si Steve lui avait manqué quotidiennement mais c'était mieux pour eux deux de rester loin de l'autre. C'était sa manière de protéger le blond encore et toujours.

Et là aujourd'hui dans cet appartement avec Steve qui le serre contre lui de plus en plus fort, Bucky ne contrôle plus rien. Sa volonté de ne jamais craquer se fait exploser et c'est un torrent d'émotions qui l'envahit et le fait chavirer quand il entend les paroles de Steve. Quand il perçoit que Steve ne fait pas que le serrer contre lui, qu'il s'accroche à lui. Quand il sent cette possessivité dans les gestes que Steve a envers lui. Ce tu es à moi qu'il comprend sans pour autant réellement le comprendre, parce qu'il est encore dans ce, ce n'est pas possible, je ne mérite pas ça. Pourtant c'est bien là. C'est se retenir encore un peu pour essayer d'exprimer par des mots qu'il ressent la même chose, bien que ça sonne idiot à ses oreilles de s'entendre. Oui lui n'a pas le talent de Steve pour trouver les mots même si pour lui aussi ça vient du fond de son coeur.

Ces nouveaux baisers sur sa peau, cette étreinte lui donne la sensation que Steve a pourtant compris ce que Bucky essaye de lui dire. Ces nouveaux mots qui lui parviennent et son coeur déraille encore plus si c'était possible, sa respiration qui s'affole, ses larmes qu'il ne contient plus et roulent sur ses joues. Misérable, il est misérable de réagir ainsi alors que c'est lui qui doit être fort pour deux et que c'est Steve qui le porte et le retient actuellement. Les mots qui cheminent dans son esprit et se gravent en lui. Seul, il n'est plus seul. Il le savait déjà, Steve était là mais ça prend une autre dimension à cet instant. Ne pas être abandonné. Une de ses plus grandes peurs. Il parvient à détacher une de ses mains de sur celles de Steve, essuyant presque rageusement les larmes sur ses joues. Parce qu'il le sait, il ne va encore pas pouvoir exprimer correctement ce qu'il ressent.

- Je ne t'abandonnerai jamais non plus. Perpet' ça me convient plus que parfaitement et de nous deux c'est toi le plus à plaindre. Tu es tout ce dont j'ai besoin.

Et plus encore. Mieux vaut ne pas imaginer ce qu'il se passerait si quelqu'un osait toucher à Steve maintenant qu'ils se sont dit tout ça, qu'ils n'ont plus ce déni entre eux. Cela aurait déjà été dévastateur avant mais alors maintenant sans doute que c'est Bucky qui mettrait la terre entière à feu et à sang s'il le fallait.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Lun 25 Déc 2017, 17:55


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you.  Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


Steve était ainsi. Il donnait, encore et encore, sans jamais rien attendre en retour. Il donnait à Bucky, il se donnait pleinement. S'ouvrait. Parce que dans le fond, il avait l'impression que Bucky avait besoin d'entendre ces mots, pour vraiment le comprendre. Ca mettrait peut-être du temps pour qu'il percute réellement, il n'en n'avait cure, du temps que ça prendrait, au moins, c'était dit.

S'il se sent coupable quand il l'entend pleurer ? Oui, un peu. Mais il ne dit rien, il reste patient. Comme lui l'avait été plus tôt. Il se montre patient, le laisse craquer, tout en le gardant tout contre lui, certain que rien ne pourrait les séparer maintenant. Rien ni personne ne sauraient les séparer. Hydra avait essayé, tant de monde avait essayé de se mettre entre eux, mais rien ni personne ne le pouvait. C'était sûr et certain. Surtout maintenant, avec tout ce qu'ils s'étaient dits, échangés. C'était scellé. Mais il a un pincement au coeur, c'était douloureux de le sentir pleurer ainsi. Chut, je suis là, avait-il envie de lui murmurer. L'endroit n'était pas le plus confortable alors, il le relâchait quelque secondes à peine, juste le temps de le faire descendre de cette chaise et mieux le prendre dans ses bras. De le bercer, doucement, de caresser son dos, tout aussi doucement. Chut, je suis là se retient-il à nouveau de lui dire, se contentant juste de doucement le bercer. Et de la main qui ne servait pas à caresser son dos, il la remontait contre une de ses joue pour essuyer les larmes qui coulaient.

Et tu es tout ce dont j'ai besoin.

Il n'avait plus à se battre pour plusieurs groupes de personnes, au nom de leur survies, désormais. Il n'y avait plus que Bucky, qui pouvait compter. Il n'avait plus à s'arracher les cheveux pour trouver un moyen de survivre un jour de plus, trouver des cachettes. Ils avaient à nouveau tout, tout en ayant rien. Mais il était déjà parmi les plus chanceux parmi le groupe, il le savait, parce que s'il n'avait plus rien, plus d'argent, nourriture et autres, il avait quand même le plus important, il avait Bucky. Le reste était superflus, remplaçable, trouvable. Mais Bucky était unique et il était là, avec lui. Il n'avait besoin de rien de plus pour être heureux. Même s'ils en étaient restés au stade de meilleurs amis. Il venait déposer un baiser sur le front de Bucky, toujours dans le but d'apporter un peu de réconfort à sa moitié. Un peu de douceur, aussi. Et descendre ses baisers jusqu'à ses lèvres, tout simplement. Il n'avait pas besoin d'en entendre plus, Bucky n'avait pas à se forcer à parler. Ils avaient tout leur temps, désormais, pas vrai ? Ses mains restaient à leur place, une contre sa joue, l'autre dans son dos à le caresser. Repose toi, avait-il aussi envie de lui dire. Ferme les yeux, tout ira bien, je m'occupe de tout, je m'occupe de toi. Mais il garde le silence pour l'instant.

Et je ne suis pas à plaindre... Bien au contraire. Je ne pourrais sûrement pas être plus chanceux. Peu ont ma chance. Que leur moitié soit aussi leur meilleur ami de toujours. Et que leur moitié soit tel que tu es. Un jour, je le sais, tu te verras comme je te vois. J'y travaillerai. Et tu comprendras.

Ok, Bucky était mal. Brisé, il le savait, il avait conscience de tout ça. Mais il s'en moquait. C'était Bucky. Ce serait toujours Bucky. Celui qu'il connaissait par coeur et qui le connaissait par coeur, celui vers qui il savait qu'il pouvait toujours se tourner comme l'inverse était tout aussi vrai. Ils avaient partagés plus que n'importe qui en une, même deux vies. Il se sentait chanceux d'avoir trouvé sa moitié ainsi, c'était plus beau, plus facile aussi. Bien qu'il aurait toujours cette peur de le perdre, surtout maintenant qu'il l'avait réellement trouvé. Mais peu importait à quel point Bucky pouvait être fatigué, las, brisé, il restait Bucky et c'était son rôle, désormais, de le remettre sur pieds. Et il comprendrait, oui, Steve se le promettait. Bucky finirait par comprendre ce que Steve voit en lui et finirait par comprendre pourquoi lui à n'importe qui d'autre, pourquoi lui tout court, peu importait son état actuel. Pour Steve, quand on trouvait sa moitié, on ne la rejetait pas sous prétexte qu'il était un peu abîmé. Tout se réparait. Et il n'abandonnerait pas, il n'abandonnerait jamais. Même si Bucky croyait que ça ne servait à rien, qu'il n'y avait pas d'espoir pour qu'il soit un jour de nouveau sur pieds. Steve y croyait pour deux. Et il déposait un nouveau baiser sur ses lèvres, plus tendre encore que les précédents. Je suis là, sans avoir à lui dire avec les mots. Cela prendrait le temps qu'il faudra à Bucky pour réaliser tout ça. Il le voyait encore, peiner à y croire, il le sentait. Il le voyait dans son regard, dans son attitude. Cela viendrait.

Cesse donc de ressasser ce passé, une nouvelle chance s'offre à toi. Tu l'as déjà saisi en 2017. Tu deviens un homme nouveau, ressemblant à celui que tu étais avant 1945. Tu t'es battu pendant deux années au même prix que n'importe quel avenger, tu as failli donner ta vie plus d'une fois pour la liberté, pour les autres, pour des gens qui ne pouvaient pas se défendre quand toi tu pouvais le faire pour eux. Tu n'as jamais reculé, pas vrai ? Tu n'as jamais abandonné non plus. Tout ce qu'Hydra t'a forcé à faire, c'est loin, maintenant. Dans un sens, ça n'a même jamais existé. C'est une nouvelle chance qui s'offre à toi, saisis la. Accorde toi un peu de répit, un peu de bonheur. Parce que tu le mérites. Et si tu as encore du mal à le comprendre, compte sur moi pour te le rappeler chaque jour jusqu'à ce que tu le comprennes.

Il avait ce besoin, qu'il comprenne, ce besoin qu'il souffle, qu'il abandonne l'idée de celui qu'on l'avait forcé à l'être et qu'il n'était plus. Que maintenant, il n'y avait plus de carnet rouge, plus personne pour le forcer à obéir, ces mots n'existaient pas encore à cette époque. Il était libre de tout recommencer, d'une certaine façon. Même si le Bucky de cette époque continuerait son oeuvre, il avait quand même l'occasion de repartir, lui, sur de nouvelles bases. Ils avaient tous cette occasion, autant la saisir.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Revenir en haut Aller en bas

You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» Jeanne De Joigny ♫ I found my saving grace within you
» Haiti: Saving the Environment, Preventing Instability and Conflict
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Grace Asthon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: Déposons les armes :: RP terminés-