RSS
RSS



 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR
Scénarios attendus

Carol Danvers, Abel Schreiber, Dominic Fortune, Elyanna Skowalski,
Heinrich Zemo et Rebecca Barnes sont très attendus.

Partagez|

You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mar 12 Déc 2017, 23:29

You're my saving grace, you're everything I need and more.

You can holler, you can wail. You can swing, you can flail. You can fuck like a broken sail. But I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail ••• Ce qu'il se passe entre eux est aussi imprévisible que logique, tout qui change et tout qui reste pareil. Bucky qui peine à rendre ses pensées cohérentes, alternant entre le fait qu'il va tout perdre et qu'il vient de tout gagner. Alors que Steve vient de lui permettre d'ouvrir les yeux sur une partie des faits tels qu'ils sont, il n'arrive juste pas à cerner depuis quand il peut ressentir cela. S'arrêtant à : quelque part pendant la guerre contre Thanos, même si un petit quelque chose le démange et lui fait dire qu'il devrait pousser plus avant cette réflexion. Non, il ne le fera pas. Pas maintenant en tout cas, peut-être plus tard ou jamais parce qu'au fond est-ce si important que ça de savoir depuis quand ? Non, hormis pour potentiellement arriver à saisir certains gestes du passé. Tout comme au final le brun n'arrive pas à dire ce qu'ils sont entrain de devenir, c'est juste différent mais c'est toujours eux au final.

C'est Bucky qui se demande comment Steve fait pour ne pas le repousser pour ce qu'il est devenu. Bien qu'il se souvienne de leur échange dans cet avion quand il avait dit au blond qu'il ne méritait rien de ce que Steve faisait pour lui. Quand Steve lui avait dit qu'il n'y était pour rien, qu'il ne pouvait rien y faire. C'est vrai mais il l'a fait quand même, c'était lui malgré tout. C'est Steve qui semble lire dans son esprit et qui se remet à essayer de le rassurer.

- Je sais Steve, je sais.

Parce que oui Bucky le sait et il y croit aussi mais sans parvenir à réellement y croire pour autant. Peut-être que le problème vient de comment le brun se voit, du fait que lui ne se pardonne pas ce qu'il a pu faire, d'avoir autant de sang sur les mains. Qu'il ne se trouve pas d'excuses quand Steve semble le faire pour deux. Et comment lui dire qu'il y a aussi le fait qu'ils sont tous les deux de cette époque dans laquelle ils viennent de revenir, cette époque où eux deux serait plus que mal vu. Des déviants pour rester soft. Dire à Steve, que le soldat a conscience de ça mais que lui l'accepte finalement, que deux hommes ensemble il ne voit rien de mal. Que s'il se montre confus ce n'est pas parce que Steve est un homme mais parce que c'est son ami et qu'il sait que le blond ne voyait que par les femmes. Que lui a visiblement déraillé là dessus aussi en cours de route.

Même si visiblement Steve l'accepte aussi, bien que ça ne soit pas le plus surprenant finalement, non ce qui l'est c'est de voir le blond qui prend les devants et revient l'embrasser une nouvelle fois. Surprenant mais terriblement plaisant pour Bucky, peut-être un peu trop même alors que son coeur s'emballe encore plus et qu'il ne résiste pas à l'envie de lui caresser la nuque en même temps. Un nouveau baiser qui lui confirme que tout est à sa place quand il est contre Steve, que c'est là où il doit être et nul part ailleurs. C'est un sourire qui étire ses lèvres en entendant le blond lui redire ces mots si bas que quelqu'un d'autre aurait pu les louper. Et sa réponse qui cette fois arrive "Je t'aime aussi". C'est réel, plus que jamais, bien que murmuré tout aussi doucement.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 13 Déc 2017, 00:50




you're my saving grace, you're everything I need and more

Remember those walls I built ? Well, baby, they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound I found a way to let you win but I never really had a doubt, standing in the light of your halo I got my angel now. It's like I've been awakened, every rule I had you break it, it's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.


S'il n'avait jamais été du genre à juger - à vrai dire, que deux hommes s'aiment, il s'en moquait bien, en quoi ça le regardait ? - il n'avait jamais imaginé qu'une telle chose lui arriverait. Lui qui avait toujours vu que par les femmes, que dire maintenant qu'il avait ouvert les yeux sur Bucky ? A part qu'il n'y avait peut-être pas de mots à mettre sur ces choses là, pas de définitions à mettre. Il avait toujours été hors du temps, de toute façon. Accepter les femmes comme ses égales quand les autres hommes les jugeaient, avoir des amis noirs où les autres les insultaient et dénigraient, avoir pour ami un dieu nordique quand il ne croyait pourtant quand un seul dieu. Il avait toujours eu l'esprit très ouvert, mais croire que ça lui arriverait... Mais ça ne changeait rien. S'il savait que cela devait rester secret, ça n'était pas par honte ou gêne. Peut-être par instinct protecteur, ce qu'on pourrait dire de Bucky - il lui fallait encore se faire à cette idée là. Il se moquait des regards sur lui-même, de ce qu'on pourrait dire. Puis finalement, il se rappelait où ils étaient. Il avait vraiment du mal à percuter ce retour en arrière alors qu'ils venaient juste de quitter une guerre sanglante. A croire que le retour en 1945 était plus perturbant que ce qu'il venait de se passer entre eux. C'était le cas, d'ailleurs.

Il ne sait que faire de ses mains, tout ceci est tellement... nouveau. Il en glisse juste une jusque dans son dos, pour le rapprocher un peu plus. Ce je t'aime aussi , le perturbait curieusement. Parce qu'à tout bien y réfléchir, à part sa mère, personne ne le lui avait jamais dis. Ca le troublait. Le perdait. Il se rendait compte alors de ce que cela faisait de l'entendre à son tour, même s'ils n'avaient jamais eu besoin de ces mots là. Les entendre faisait tout de même un bien fou. Il ne sait pas si Bucky s'en rend compte. S'il voit ce qu'il vient de faire. Cette lueur dans son regard, motivé. Il n'irait pas à dire qu'il était totalement remis sur pieds mais il y avait cette douce euphorie et il manquait de rire. En fait, il riait même en pensant à tout ça. L'euphorie le gagnait, à croire qu'il était redevenu adolescent à connaître ces petits plaisirs qu'offraient la vie, quand la personne que vous aimez vous sourie, vous dit exactement ce qu'il fallait vous dire. Et il craquerait presque à nouveau, d'une autre façon cette fois. Parce qu'il se rendait compte en entendant dehors le bruit du port, des voitures, des sirènes, des klaxonnes... La vie était toujours là-dehors. Ils n'avaient pas entendus ça depuis tellement longtemps, la vie qui grouillait. La guerre était terminée. Ils avaient encore beaucoup à faire mais, c'était terminé. Ils étaient vivants. Ils ne craignaient rien. Il ouvrait les yeux, enfin.

Il ne savait quoi faire. Profiter de ce regain et essayer de mettre un plan en place pour une expédition ou rester là. Parce qu'il avait envie de rester là et que les autres avaient besoin de se reposer, qu'il savait ne pas pouvoir leur demander plus que ce qu'ils avaient déjà donner. Mais il fallait manger, se doucher. Ils n'auraient peut-être pas l'eau chaude mais ils avaient de l'eau, peut-être du gaz pour la chauffer. Il avait déjà plein d'idées sur ce qu'ils pourraient faire avant le couché du soleil. Ou ce qu'il ferait plutôt que déranger les autres. Au moins voir avec eux, en parler et voir qui se proposerait. Hm, oui, pourquoi pas. Ou là encore, rester là quelque minutes et profiter de ce qui était entrain de se produire. Une de ses main était resté sur la joue de Bucky, il caressait de son pouce une de ses cerne. Lui, devait se reposer. Il y veillerait.

Tu devrais te reposer un peu.

Et il souriait. Comme un crétin. Il souriait, sûrement à s'en faire mal à la mâchoire. Ca faisait tellement longtemps que ça n'était pas arrivé. Son regard changeait sur Bucky tout en restant le même. Peut-être pour mieux le voir, encore. A croire qu'on avait retiré le filtre qu'il avait devant les yeux depuis tout ce temps. Il aimait ces nouvelles sensations, cette nouvelle vision. Pas sûr qu'il s'en lasserait un jour. Ca devait se voir à son sourire, sûrement. Ces baisers, ce je t'aime, ça le chamboulait, et en bien. Encore qu'il risquait d'y prendre très vite goût, si ce n'était pas déjà fais. Cela resterait à jamais gravé dans sa mémoire.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 13 Déc 2017, 19:47

You're my saving grace, you're everything I need and more.

You can holler, you can wail. You can swing, you can flail. You can fuck like a broken sail. But I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail ••• Un bref instant, le soldat envisage le fait que s'il accepte aussi facilement leurs baisers, ce n'est peut-être pas qu'à cause de son esprit. Que ça vient potentiellement du fait qu'il a glissé plus facilement dans toutes ces décennies, que même absent, son regard avait vu l'évolution sans pour autant en percuter réellement. Pas avant d'être libre en tout cas.

Et puis finalement, Bucky abandonne définitivement l'idée de faire le tri dans ses pensées. Le ce qu'il croit de lui même, le comment Steve prend les choses, le depuis quand, le ce qu'ils sont, le et maintenant et compagnie. Tout ce qu'il pourrait avoir envie de lui dire, de lui expliquer. Ils trouveront leurs marques dans cette évolution entre eux, ils verront au fur et à mesure, non ? Oui il décide que tout ça n'a au final pas d'importance alors que Steve glisse un bras dans son dos et le rapproche de lui ainsi. De son côté c'est une bouffée de possessivité -enfin c'est ce qui y ressemble en tout cas- qui le prend, d'autant plus maintenant qu'il lui a murmuré ces mots là et qu'il lit dans les yeux de Steve l'effet que ça lui fait. Du moins une partie. C'est lui qui arrive à le faire réagir ainsi, lui et personne d'autre.

Pourtant en même temps, Bucky n'ose pas bouger, gardant sa main droite dans la nuque de Steve, ne voulant surtout pas poser sa main gauche sur le blond. Comme si en le faisant il allait le souiller, c'est totalement idiot, surtout que ce n'est plus son bras fait par Hydra, mais ça reste de cette main là qu'il a versé le plus de sang.

- Je me reposerais quand tu seras décidé à te reposer.

Il ne sait même pas s'il serait capable de se reposer tout court, trop de choses dans la tête pour y arriver facilement et puis si ça veut dire s'éloigner de Steve, comment dire qu'il n'en a aucune envie. Et quelque chose lui dit, que le blond ne pensait pas à se reposer tout de suite et...Bucky bug en voyant l'immense sourire de Steve, il est même pas sûr de l'avoir déjà vu sourire de cette manière un peu débile. Bordel ce que le blond peut être beau à cet instant précis. Est-ce que c'est lui qui arrive à ce résultat ? Du genre vraiment ? Il bug aussi parce que d'un coup ça fait presque trop de douceur et de sourire et de joie, lui qui n'est habitué qu'à la souffrance et la peine depuis si longtemps.

Bucky y arrivera peut-être un jour à prendre ce qui vient sans bloquer et en même temps il a la sensation qu'il pourrait s'y habituer plus que rapidement, surtout si c'est lui qui rend Steve heureux. D'autant plus que le sourire de Steve est communicatif et que le brun se met lui aussi à sourire.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Mer 13 Déc 2017, 20:17


you're my saving grace, you're everything I need and more

Remember those walls I built ? Well, baby, they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound I found a way to let you win but I never really had a doubt, standing in the light of your halo I got my angel now. It's like I've been awakened, every rule I had you break it, it's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.


Il ne s'imaginait pas ce qui pourrait arriver si, malencontreusement, quelqu'un ouvrait la porte de l'appartement et les trouvait ainsi enlacés, si proche. Parce qu'en soi ; telles positions ne tromperaient personne. Main sur la joue, sur la nuque, dans le dos, ces gestes qu'ils n'étaient pas sensés avoir. Il ne voulait pas non plus s'imaginer comment le vivraient les autres. Si, eux, se doutaient de quelque chose, avaient déjà remarqués quelque chose. Non, tout ça, il ne se l'imaginait pas. Il préférait simplement le vivre. Pas se laisser aller, ça n'était pas dans ses habitudes. Mais vivre l'instant.

La communication était facile, comme toujours. Des regards qui valaient milles mots. Et un sourire qui lui donnait chaud au coeur. Bucky souriait enfin. Ce n'était pas le sourire forcé, le sourire de circonstance. C'était un vrai sourire. C'était là une belle victoire. Une autre victoire. Voir Bucky sourire était une victoire, quoi qu'on puisse en dire. Comme il y a quatre mois, ses doigts se laissent aller à doucement frotter son dos, sorte de geste visant à le rassurer, le réconforter. Bien que contrairement à il y a quatre mois, ce geste avait désormais un autre sens, ou presque. Au final, peut-être que la meilleure des choses, c'était d'aimer son meilleur ami. Tout était plus simple, plus beau. Parce que personne ne pouvait mieux les connaître et que même après tout ce qu'ils avaient traversés, ils s'aimaient toujours, se soutenaient toujours ; ce genre de chose qu'on ne pouvait retrouver avec personne d'autre au monde. C'était la meilleure chose qui pouvait lui arriver.

Je me reposerai cette nuit...

Ce soir, quand ils auraient trouvés quoi manger, quoi faire juste pour un soir et une matinée. Il se reposerait à ce moment là. Mais l'idée de rester ici avec lui était tout aussi plaisante, quoi que, peut-être, plus égoïste. C'était nouveau et il voulait en profiter, il voulait se couper du monde. Mais il n'avait jamais été égoïste - pas qu'il sache en tout cas - et ne voulait pas l'être. Et puis, il le voit sourire et il fond intérieurement. Il en était convaincu ; il n'y avait rien de plus beau à voir que la personne qu'on aime, sourire. Un regard suffisait ; il était largement conquis. Un regard suffisait ; il était sien. Un regard suffisait ; il donnerait tout, pour ce sourire.

S'accorderait-il, pour une fois, à être un peu égoïste ? Si cela voulait dire passer du temps avec lui, oui, sûrement. Et puis, les autres attendaient encore dans le vieil immeuble, nombre d'entre eux n'arriveraient qu'à la tombée de la nuit. Peut-être avaient-ils un peu de temps, d'ici là. Partir à plusieurs pour une petite expédition, en attendant, il pouvait profiter. Peut-être, oui. Peut-être. Il ne savait pas encore, trop partagé.

Il a juste arrêté de se poser des questions sur ce qu'ils vivaient, se mettant une fois pour toute d'accord avec lui-même sur le fameux c'est nous, c'est tout . Il avait cessé de se creuser les méninges là-dessus. Car tout ce qui comptait, c'était le sourire sur les lèvres de Bucky, qui le faisait sourire tout autant. Tant pis s'il finissait par en avoir mal à la mâchoire, de toute façon, il ne pouvait pas contrôler ce rictus idiot et il n'essayait même pas. Sa main continuait juste son petit chemin, du bout des doigts, caressant son dos. C'était plus fort que lui, de toute façon, tout ça. Attentionné, soucieux, protecteur. Ca s'accentuait juste, d'autant plus, avec lui désormais. A voir s'il ne finirait pas par en être lassé ou dégoûté. Steve avait toujours été vieux jeu et il savait comme ça pouvait faire rire ou lever les yeux au ciel. C'était un autre tournant dans leur histoire et il s'inquiétait pendant un instant - lui, serait-il à même d'accepter tout ça, maintenant ? Hm, ils verraient. Pourquoi se casser la tête quand pour l'instant tout semblait si beau ? Il n'avait aucune idée de comment tout ceci était sensé fonctionner, il voulait juste faire les choses bien... Et voir encore et toujours ce sourire sur ses lèvres.


love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Jeu 14 Déc 2017, 21:55

You're my saving grace, you're everything I need and more.

You can holler, you can wail. You can swing, you can flail. You can fuck like a broken sail. But I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail ••• Même sans ce qu'il vient de se passer entre eux, Bucky sait qu'il n'aurait pas plus facilement trouvé le repos, trop de choses dans sa tête. Trop de démons revenus à la surface et qu'il faut enfouir de nouveau profondément et ne jamais les laisser remonter. Dieu sait qu'ils sont nombreux et que la lutte va être difficile une nouvelle fois mais justement il l'a fait une fois, il peut le refaire.

D'autant plus qu'il n'est plus tout seul à présent, il n'est plus entrain de se cacher pour échapper à Hydra mais aussi pour épargner Steve de ce qu'il est devenu. Justement il n'est plus seul, il va devoir faire deux fois plus d'efforts pour que tout s'arrange le plus vite possible, c'est une chose que de lire dans un dossier ce qu'on lui a fait. Cela en est une autre de le voir de ses propres yeux. Steve ne doit pas le voir comme ça. Jamais. Bucky doit continuer à pouvoir être une épaule sur laquelle le blond peut se reposer. Et puis il y a ce nous deux, deux fois plus de raisons pour le brun de lutter contre lui même. Protéger Steve. Être avec Steve. Être à sa hauteur. De quoi lui donner des ailes.

- Alors cette nuit pour moi aussi.

Il n'y a pas à discuter là dessus, Bucky ne baissera pas la garde tant qu'il ne sera pas sûr et certain que Steve est totalement en sécurité, au calme et à se reposer. Le brun ne pense même pas à râler pour le principe, sachant que Steve doit encore avoir en tête mille choses à faire et que comme d'habitude les autres vont passer avant le blond. Comment pourrait-il demander à Steve de lever le pied, de penser un peu à lui alors que Bucky est lui aussi encore dans l'élan de ce qu'ils ont vécus, de cette guerre. Comme quoi il n'y a vraiment rien de changé entre eux.

Pourtant une fois qu'il a fini de buguer en voyant le sourire de Steve et qui le fait sourire à son tour, un vrai sourire qui atteint son regard pour une fois, lui rendant un peu de vie. Une fois qu'il a plus ou moins terminé de s'extasier devant la beauté de Steve -plutôt moins que plus d'ailleurs- qu'il a aussi compris que c'est bien lui la cause du sourire du blond. Et que bordel, il va pas pouvoir s'arrêter de sourire non plus si ça continu. Oui une fois ceci fait et intégré, il a envie de lui demander à ce qu'ils restent là ensemble. Qu'ils oublient les autres et pensent à eux pour une fois, enfin surtout que Steve arrive à le faire. Égoïste, oui carrément. Le fait que Steve lui caresse le dos ainsi n'aide pas Bucky a résisté à cette envie même si c'est une autre envie qui prend le dessus. Allant lui voler un autre baiser, déjà accro aux lèvres de Steve, oui. Finalement son front se pose contre l'épaule du blond et il l'enlace, glissant ses mains dans le dos de Steve. Bucky croise les mains dans son dos par la suite avant de redresser la tête pour le regarder de nouveau.

- Du coup, tu veux faire quoi d'ici cette nuit et que les autres nous rejoignent ? Résigné le soldat, ce que Steve veut, sera fait même s'il ne peut pas s'empêcher d'ajouter. "Refaire la déco de ton appartement ? À deux ça devrait aller vite." Oui c'est un peu une taquinerie qui cache surtout le fait que Bucky voudrait rester seul avec lui plus longtemps. D'ailleurs d'un coup Bucky se demande comment ça va vraiment se passer les nuits maintenant ? Chacun dans son appartement ou bien ? Se connaissant il serait capable de se glisser au minimum dans le canapé de Steve pour être plus près de lui. Même s'il a pas fait attention à s'il y en avait un ou non, remarque il pourrait faire comme autrefois, quand ils étaient jeunes et balancer des coussins par terre dans la chambre de Steve pour dormir dessus.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Jeu 14 Déc 2017, 22:58


you're my saving grace, you're everything I need and more

Remember those walls I built ? Well, baby, they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound I found a way to let you win but I never really had a doubt, standing in the light of your halo I got my angel now. It's like I've been awakened, every rule I had you break it, it's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.


Les caresses contre sa nuque étaient apaisante. Le contact chaleureux était apaisant. Cet instant était le premier véritable moment de repos qu'il avait. Parce qu'au final, le repos, ce n'était pas juste s'allonger et dormir, non ? Si son âme était troublée, il pouvait bien dormir pendant des heures que ça n'y changerait rien. Là, les choses étaient différentes.

Il entend la détermination dans la voix de Bucky, quand il lui dit que lui aussi ne se reposerait que ce soit, il plisse le nez. Mais il ne bronche pas, parce qu'il n'a jamais été du genre à priver les autres de liberté, au contraire. Ils étaient tous libre de faire leur propre choix, commettre leur propre erreurs. Encore qu'il était à deux doigts de demander à Bucky, au moins insister un peu sur sa demande. Qu'il se repose, il en avait besoin et Steve était désormais calmé. Mais cet homme était une vraie tête de mule. Ce n'était plus tant la fatigue qui l'inquiétait mais que Bucky aurait sûrement besoin de souffler aussi et se remettre de ce qu'ils avaient traversés, si Steve avait pu le faire, alors lui ? Trop peu de minutes s'étaient écoulées, songeait-il, pour ça. Il y avait ce petit quelque chose dans son regard qui l'inquiétait tout de même, en dehors de toute cette douceur partagée.

Finalement, ils s'enlacent. Il l'embrasse à nouveau et Steve eut un loupé quand cela arrivait. Son coeur lui jouait des tours étrange, décidément, tantôt apaisé, tantôt manquant des battements, pour un baiser, pour une caresse, pour un sourire. Comment ne pouvait-il pas être euphorique ? Il eut presque un goût de trop peu suite à ce baiser. Et quand Bucky pose son front sur son épaule, Steve passe son autre bras autour de lui, le serrant précieusement dans ses bras. Parce que c'était ce qu'il était, précieux. Et s'ils ne risquaient désormais plus rien, c'était plus fort que lui que l'enlacer de la sorte. Fermement. Le tenir tout contre lui, continuer à doucement frotter son dos. Une façon comme une autre de lui signaler qu'il était là pour lui si lui avait envie de craquer à son tour. Qu'il était là pour lui tout court, même s'il le savait déjà.

Que voulait-il faire d'ici cette nuit ? Bonne question, ils avaient pas mal d'heures à tuer d'ici là. Il parlait d'arranger l'appartement, qu'à deux, ça irait peut-être plus vite. Il rougissait un peu, honteux du massacre qu'il avait laissé derrière lui et de cette pauvre radio qui avait fini éclaté au sol. Rocket saurait sûrement le réparer vite fais bien fais - ou en faire une bombe, à voir - mais tout de même. Il regardait l'ampleur des dégâts autour d'eux et se raclait doucement la gorge.

Visiblement, Bucky comptait rester avec lui, ce qui le rassurait un peu. Il resterait là, il resterait avec lui, cet instant pourrait durer encore un peu. Il y avait pris goût trop vite et n'avait pas envie que cela s'arrête d'aussitôt.

Je t'avouerai qu'à part la douche, je n'ai pas pris le temps de regarder ce qu'il y avait ici.

Il avait encore les cheveux mouillés, la barbe aussi, peut-être. Il avait retiré le plus gros de la poussière accumulée sur lui, dans ses cheveux aussi. Il ne comprend pas spécialement l'allusion, le on, mais le "ton appartement" le fait un peu tiquer, bizarrement, sans trop s'expliquer pourquoi.

Avec un peu de chance en regardant dans les meubles, je trouverai un rasoir.

Il avait remonté la main sur sa joue, dans sa propre barbe en y songeant, la barbe lui déplaisait. Enfin, ça lui plaisait aussi, mais ça lui donnait des airs bourrus auxquels il n'était pas habitué et la barbe à une telle époque, il savait ô combien cela faisait négligé. Et ils avaient raisons, barbe ou pas, il était reconnaissable. Et il ne portait pas si bien la barbe que Bucky de toute façon. Bucky à qui, à son tour, il volait un baiser. Juste retour des choses, non ? Puis il se disait que s'ils voulaient voir ce qu'il y avait, ils feraient mieux de se lâcher un peu. Mais il n'en n'avait pas la moindre envie, ce qui risquait d'être problématique.

Tu as trouvé des trucs intéressants dans... ton appartement ?

Cette petite insistance, dont il ne se rendait pas forcément compte, montrant surtout qu'il n'avait pas envie d'être éloigné de lui maintenant qu'ils s'étaient enfin véritablement trouvés et qu'ils avaient survécus à tout ceci. Accroché à lui, toujours cette même peur au ventre - qui partirait sûrement au fil des jours, quand il serait totalement remis - de le perdre. Mais bon, c'était Steve, il n'allait pas l'étouffer non plus s'il avait besoin d'espace. Il n'allait pas l'obliger à quoi que ce soit. Ils verraient bien.

Après quelque instants à réfléchir ainsi, à profiter du calme - en quelque sortes, bruits extérieurs mis de côté - il se décidait à laisser Bucky. Il ne s'éloignait pas trop, en soi, revenant surtout dans le salon, qui comprenait aussi la salle à manger et la cuisine. Dans le salon, il pouvait au moins voir qu'il y avait un canapé - celui à qui il avait sûrement failli donner un coup de pied sur son passage, d'ailleurs - il retirait juste le drap poussiéreux posé dessus. Le style le faisait rire, ça n'était clairement pas la mode des années 2000 que ce canapé en tissu. Et les fenêtres étaient ouvertes depuis assez longtemps pour que cela ne sente plus le rance. Il replaçait la table un peu amochée, par contre, il ne pouvait rien faire de plus pour l'une des chaise qu'il avait éclaté contre un mur ; elle était en morceaux. Il en restait trois autres, tombées quand il avait fait valdinguer la table. Il les replaçait.

C'est un endroit assez... commode. Comparé à ce à quoi on a été habitué ces deux dernières années.

Il suffirait de balayer, de laver et ça serait déjà mieux. Il continuait son inspection, tombait sur une chambre quasi vide sinon un grand lit disposé, à se demander comment ils l'avaient fait entrer ici. Il ne comprenait pas ce qui était arrivé à ce bâtiment pour que les gens aient tout abandonnés. Puis il se rappelait qu'en temps de crise, ça arrivait fréquemment, les abandons. Payer un déménagement coûtait parfois trop cher. Ah, ces années. Bizarrement ça lui avait manqué, en dépit de la crise économique et de la guerre. Mais il n'y avait pas de draps, juste un lit et un matelas, c'était déjà ça. Finalement, il retournait vers le canapé dans le salon et il s'y asseyait lourdement, heureusement que le canapé était solide et qu'aucun ressort n'était sorti d'ailleurs.

Ca faisait du bien de s'asseoir sur quelque chose de moelleux en tout cas.

Il n'y aura peut-être pas assez d'appartements pour tout le monde.

Si Steve était doué pour les sous-entendus, ça se saurait. Si Steve était doué pour exprimer ses sentiments, ça se saurait. Même s'il était vieux jeu, il lui arrivait souvent d'aller trop vite ou d'être trop maladroit. Il regardait juste son ami, sans rien dire de plus. Contrairement à d'habitude, il ne semblait pas chercher à se rattraper au point d'être encore plus maladroit et alourdir sa peine. Il restait juste calmement assis en regardant celui qu'il aimait.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Ven 15 Déc 2017, 15:14

You're my saving grace, you're everything I need and more.

You can holler, you can wail. You can swing, you can flail. You can fuck like a broken sail. But I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail ••• Steve peut plisser le nez autant qu'il veut, Bucky ne cédera jamais sur ses envies de protéger le blond, d'être sûr qu'il est en seul morceau. C'est quelque chose de gravé en lui depuis qu'ils se connaissent quand bien même depuis le sérum Steve est physiquement capable de se défendre, ça n'a rien changé. C'est cet instinct, cette pulsion qui l'avait fait plongé pour sortir Steve de l'eau après la bataille du Triskelion alors même qu'il n'avait aucun vrai souvenir encore. Il devait absolument le sauver, ça ne pouvait en être autrement.

Au moins Steve ne proteste pas, sans doute sait-il que ça ne servirait à rien et ça permet à Bucky de souffler. D'avoir cet instant de répit dans ses pensées, de repos en s'appuyant ainsi contre le blond ne serait-ce quelques secondes. Ce réconfort qu'il n'a pas connu depuis des décennies quand Steve le serre ainsi contre lui. C'est oublier quelques secondes qu'il ne mérite pas autant de douceur, qu'il ne mérite pas Steve tout court. C'est se céder à lui même et en profiter autant que possible. Et avoir le coeur qui déraille d'un trop plein de sentiments, d'amour, de cette peur de le perdre mais aussi de la certitude que Steve est là pour lui et le sera toujours. Tout comme Bucky sera toujours là pour le blond. Même si cela ils le savent déjà tous les deux.

Ce nouveau sourire qui arrive en voyant Steve être aussi mal à l'aise, en le voyant rougir même si peu que ça pourrait passer inaperçu pour d'autres. Le brun le trouvant adorable à réagir ainsi, une preuve de plus que Steve ne changera jamais malgré tout. Il n'avait pas besoin de preuves pour le savoir certes mais il ne sait pas, ça lui fait du bien de le constater et ça à chaque fois.

- Je m'en doutais déjà.

Il s'est écoulé trop peu de temps entre le claquage de porte de Steve et l'arrivée de Bucky dans l'appartement pour qu'il en soit autrement. Sans oublier que le brun l'a retrouvé cheveux mouillés. Oh. Bucky suit le mouvement de main de Steve et n'a pas le temps de réagir avant que le blond ne lui vole un baiser à son tour et si cela lui fait louper un battement de coeur, ça ne l'empêche pas de réagir par la suite.

- Non. Ne fais pas ça. Pour ta barbe je veux dire. Est-ce que Bucky est un peu gêné de prononcer la suite ? Oui clairement mais. "J'aime te voir comme ça, ça te va bien." Comme si le fait qu'il se permette d'exprimer une envie n'était pas légitime, qu'il n'en avait pas le droit, le brun ajoute. "Et puis rasé tu serais encore plus reconnaissable."

Heureusement que la question de Steve arrive juste derrière, lui permettant de reprendre une certaine contenance. Bucky ne sait pas si le blond s'en rend compte mais il vient de se montrer plus qu'insistant sur le "ton", est-ce que ça veut dire que Steve aimerait qu'ils restent réellement l'un avec l'autre ? Si c'est le cas, il peut le demander directement. Oui mais non connaissant Steve, ça ne sera pas le cas.

- Non, j'ai à peine pris le temps d'ôter ma veste et de me passer de l'eau sur le visage et dans les cheveux.

Et c'est le cas, hormis qu'il ne porte pas sa veste tactique, Bucky est encore en tenue de combat, holster à la hanche et tout ce qui va avec. Puisque cela devait se produire, le brun laisse Steve s'écarter pour voir un peu mieux les lieux, se raisonnant en se disant qu'ils ne peuvent pas rester collés l'un à l'autre tout le temps. Emboîtant finalement le pas de Steve pour découvrir un peu mieux les lieux lui aussi. Observant le canapé qui lui semble tellement vieux alors que pourtant il est d'actualité dans cette époque. Laissant le blond redresser la pauvre table martyrisée ainsi que les chaises, au moins celle cassée peut encore servir à quelque chose malgré tout. Découvrant dans la partie cuisine, une vieille cuisinière à bois qui semble avoir eu de meilleurs jours, sans doute a t-elle trop servi entre cuisiner et chauffer le logement. Peut-être qu'elle marcherait encore.

- Oui largement et il me semble plus grand aussi que ton appartement à Brooklyn.

Celui que Bucky avait avec sa famille était un poil plus grand, avec trois chambres, une pour ses parents, une pour ses soeurs et une pour lui. Mais le salon était plus petit puisqu'ils avaient empiété dessus pour faire la troisième chambre quand il a été trop grand pour dormir avec ses soeurs. Ce sont des souvenirs qui remontent et qui devraient être agréables mais ne le sont pas. Le brun secoue la tête avant de poursuivre lui son inspection des lieux, gardant malgré tout un oeil sur Steve. S'intéressant d'avantage aux fenêtres, à leur disposition, aux points de sécurité. Revenant vers Steve quand il se laisse tomber sur le canapé avant d'avoir un sourire en coin à sa remarque.

- Tu sais, si tu veux que cet appartement soit le nôtre, tu n'as qu'à demander.

Même si Bucky ne doute pas que Steve a aussi vraiment pensé au bien être des autres, disons que c'est du deux en un. Disant cela avant de se poser à son tour dans le dit canapé, bien trop moelleux à son goût d'ailleurs mais quand on dort plus souvent sur un sol dur et froid qu'ailleurs, c'est sans doute normal.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Ven 15 Déc 2017, 16:53


you're my saving grace, you're everything I need and more

All along it was a fever, a cold sweat hot-headed believer. I threw my hands in the air, said, "Show me something", he said, "If you dare, come a little closer". Not really sure how to feel about it, something in the way you move makes me feel like I can't live without you, it takes me all the way. I want you to stay, it's not much of a life you're living, it's not just something you take it's given. The reason I hold on. 'cause I need this hole gone... Funny you're the broken one but I'm the only one who needed saving 'cause when you never see the light it's hard to know which one of us is caving.


C'était tellement simple que cela lui donnait une drôle d'impression, comme s'il avait oublié quelque chose, que ça ne pouvait être vrai. Trop beau pour être vrai, comme on disait. Apaisé trop vite pour que ce soit vrai. Pourtant c'était tout ce qu'il y avait de plus réel quand Bucky le serrait, l'embrassait. Quand lui-même allait jusqu'à lui voler un baiser, parce qu'il n'en n'avait pas assez, qu'il sentait qu'il n'en n'aurait jamais assez. Puis, quand il lui parle du rasoir en songeant à se raser la barbe, Bucky ne tardait pas à réagir, lui demandant indirectement de la laisser. Il pouvait bien essayer de se rattraper, Steve avait bien vu son regard et son empressement de lui signaler son envie, ce qui le faisait, une fois n'est pas coutume, sourire.

Bien, la barbe restera.

Pour lui, surtout, pas forcément pour les autres ou passer inaperçu - fallait-il déjà qu'il se convainc de sortir en plein jour, ce qui n'était pas gagné d'avance, lui qui était persuadé que rester cacher était la meilleure chose à faire. Si sa barbe lui plaisait, alors pourquoi pas ? Cela faisait deux ans et demi qu'il l'entretenait, il pouvait tenir encore plus longtemps. Finalement, il lui confit qu'il n'a pas fais grand chose, qu'il n'a pas vu grand chose dans son appartement, qu'il s'est contenté de se rincer le visage et les cheveux, ce qui fait soupirer le captain. Sérieusement ? Ne pouvait-il pas, rien que cinq minutes, penser à lui et se reposer ? Il ne dit rien mais son soupire agacé parlerait sûrement pour lui. Si Bucky n'était pas capable de s'occuper de lui-même, alors il le ferait pour lui, que ça lui plaise ou non. C'était son rôle, de toute façon. Pas uniquement couvrir ses arrières, mais s'occuper de lui. Bucky l'avait tant fait pour lui, dans une époque comme dans une autre, que c'était la moindre des choses que lui rendre et même sans ça, il l'aurait fais.


Il fait ce qu'il a à faire dans l'appartement qu'il a saccagé. Relever ce qui peut l'être. Dans un rire, à la mention de l'appartement de Brooklyn, Steve s'empresse de répondre ;

Tout est plus grand que mon appart de Brooklyn.

Ouais. Tout. Son appartement, il s'en satisfaisait car de toute façon, il était tout petit et maigrichon alors ça lui allait pour ce qu'il avait à faire. Il y allait surtout pour manger, dormir et peindre, le reste du temps il était dehors ou chez Bucky. Mais si c'était comme aujourd'hui, à se demander s'il n'étoufferait pas dans l'appartement et n'aurait pas du mal à se déplacer d'une pièce à l'autre.

En regardant l'état des lieux, la mode de cette époque, il se souvient avec précision de bien des choses qu'il a pu vivre. Nombreux flash reviennent dans son esprit de cette époque, les moments importants dans cette époque. Son combat contre lui-même, ce corps faible et rachitique, son asthme, ses problèmes de coeur, ses poumons faibles, ses bras faibles, ses jambes faibles. Lui, faible. Physiquement. Sa course contre lui-même pour devenir un homme et non la crevette qu'il était. Le regard des gens sur lui à cette époque-ci, soit apitoyés soit moqueurs. Alors ce qui pouvait lui manquer de cette époque, il ne savait pas exactement. Peut-être que tout lui paraissait, bizarrement, plus simple à cette époque. Ses anciens problèmes lui paraissaient risibles désormais. Ses problèmes contre lui-même, ses problèmes avec les femmes qui ne le regardaient pas, n'avaient d'yeux que pour Bucky - et il n'avait pu que leur donner raison, même à cette époque - le fait qu'il attendait la bonne partenaire. Ah, oui. Il eût une maigre illumination quant au fait que Peggy était encore vivante et jeune à cette époque. En un autre temps, quand il n'avait pas encore fait son deuil de cette époque et de Peggy, il aurait sûrement couru pour aller la retrouver, quitte à paraître en public. Alors que maintenant, il ne percutait qu'après plusieurs heures et était plus convaincu que jamais que plus il restait loin, mieux ce serait pour tous. Pas qu'il n'avait pas envie de la voir. Juste que tout était différent, maintenant. Que ses intentions étaient différentes, ses sentiments étaient différents. Il y songeait en s'asseyant lourdement. Oui, c'était sûrement la facilité de la vie à cette époque qui lui manquait, vu ce qu'il avait vu et vécu depuis 2012. Et à cette époque, pas de drone pour les espionner, les micros seraient visibles, pas d'emmerdements...

Dans ce canapé, il songeait un bref instant à dormir. Il étalait devant lui ses grandes jambes, il prenait déjà ses aises en s'adossant au canapé, testant sûrement ses limites, voir s'il était si moelleux que ça. Et il l'était, bien que le canapé en tissu ne soit pas des plus agréables, il s'en contenterait aisément. Pendant un instant, il songe à faire une sieste ici, quelque minutes à peine, juste le temps de se reposer. Mais voilà qu'il a lancé la bombe et qu'il juge les réactions de Bucky pour voir ce qu'il en penserait. S'il verrait où Steve voulait en venir ou non. Et... il vise juste. Encore. Alors il s'empourprait un peu plus qu'il y a quelque minutes, réfléchissant à ce qu'il pouvait bien dire. Il ne pouvait guère dire que c'était trop tôt, pas avec Bucky qu'il connaissait depuis autant d'années et si bien. Ca n'arrivait pas trop tôt, à bien y réfléchir. Rien ne pouvait arriver trop tôt. Il pousserait même à se dire que ça arrivait tard.

Il ne lui répond pas directement. Il le regarde s'installer dans le canapé, il lui ouvrait un bras, l'invitant à se rapprocher s'il le souhaitait, s'enlacer à nouveau, peut-être. L'endroit était un peu trop confortable, d'un coup. Il allait finir par piquer du nez si ça continuait. Mais c'est parce qu'il était encore trop nerveux qu'il ne tomberait pas maintenant.

Et bien... Si cela te dit... Cet appartement peut aussi être le tien. Si ça te tente, évidemment. Enfin, si tu n'as pas besoin d'être un peu seul ou que sais-je...

Tiens, le Steve timide, il y avait longtemps. Quelque minutes, en fait. Il ne sait pas comment lui exprimer son envie de façon claire et précise, il n'arrive pas à lui demander plus qu'il ne l'a déjà fais ces dernières années. Ce s'il te plaît, reste, vis ici, avec moi ne parvient pas à sortir alors qu'il le ressent. Pas qu'il ait peur du rejet. Ou en fait, si. Même si c'était Bucky. Il a à peine pensé aux autres, pour le coup, ce n'était jamais qu'une excuse, un prétexte pour lui souffler ça. Alors qu'à tout bien y réfléchir il n'était pas dans le faux, ils étaient beaucoup et auraient besoin d'espace plutôt que continuer à vivre les uns sur les autres. Pourquoi auraient-ils chacun un appartement quand ils voulaient, de toute façon, être l'un avec l'autre ? Prends ton courage à deux mains, crétin se disait-il.

Reste avec moi. Ici. Ca n'aurait aucun sens de vivre chacun dans son appartement, à quelque mètres l'un de l'autre.

Il ne pensait pas aux autres, à ce moment. Ce qu'ils pourraient en penser. Pour le coup, ça lui importait peu, ce n'étaient pas eux qui allaient lui dicter sa vie, plus maintenant. Ils n'avaient plus besoin des uns des autres pour survivre, maintenant. Ils pouvaient reprendre leur vies où elles s'étaient arrêtées. A quelque détails près, comme celui qui faisait qu'il leur faudrait retrouver les pierres et repartir dans le temps. Mais ça, il fallait encore maîtriser leur pouvoir et c'était une autre histoire. Ils pouvaient se reposer et il le ferait de la manière dont il l'entendait, pour une fois. Ca ne regardait personne d'autre. D'un autre côté, ça lui permettrait aussi de garder Bucky à l'oeil, de veiller sur lui directement. Le pousser à aller se coucher, se reposer. Le pousser à manger normalement. A vivre normalement. Être là pour lui n'importe quand, bien que ce ne serait pas un couloir qui l'en aurait empêché mais cette fois, il le verrait directement sans attendre que Bucky vienne le voir, il n'aurait pas à se poser mille et une questions sur son état puisqu'il le verrait directement. Il espérait juste que pour Bucky aussi, cela arrive "enfin" plutôt que ce soit encore trop tôt pour ce genre de décision. Ce ne serait pas comme si c'était la première fois qu'ils vivaient sous le même toit de toute façon, ça leur était déjà arrivé maintes et maintes fois. Ce serait juste plus concret cette fois.


love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Ven 15 Déc 2017, 21:56

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Close your eyes, give me your hand, darlin' . Do you feel my heart beating. Do you understand, do you feel the same. Am I only dreaming is this burning an eternal flame. I believe it's meant to be, darlin', I watch you when you are sleeping, you belong to me, do you feel the same. Am I only dreaming?Or is this burning an eternal flame. Say my name, sun shines through the rain, a whole life so lonely. And then you come and ease the pain, I don't want to lose this feeling. •••
La manière dont Steve accepte de garder sa barbe c'est presque trop simple, trop rapide comme si Steve avait vraiment compris ce qu'il en est. Que Bucky ne l'empêchera jamais de faire quelque chose qu'il ne veut pas et que de ce fait il ose à peine le lui demander parce que ça lui ferait plaisir. Pourtant Steve accepte et Bucky est heureux, c'est peut-être rien pour n'importe qui et tout con mais pour le brun c'est énorme. Cela lui fait étrange en même temps, encore une sensation à laquelle il doit s'habituer.

C'est aussi pour cela qu'il ne réagit pas au soupir agacé du blond, oui il voit parfaitement ce que ça veut dire mais au final c'est l’hôpital qui se fout de la charité n'est-il pas ? Le jour où Steve sera capable de prendre soin de lui correctement, ils pourront en reparler mais comme ce n'est pas demain la veille. Et non le fait que Steve ait pris une douche n'est pas un argument recevable, ça ne veut pas dire s'occuper de soit ça. De toute manière Bucky pourrait répliquer que c'est déjà bien qu'il ait pris le temps de se rafraîchir et décrassé un poil, qu'il avait bien plus important en tête : s'occuper de Steve. Irrécupérable oui sans doute.

Tout comme pendant que le blond remet les meubles en place lui privilégie le reste comme s'occuper que rien ne puisse débarquer par les fenêtres. Paranoïaque ? Juste un petit peu. Mais bon Bucky ne va pas changer les bonnes habitudes, mieux vaut être de trop sur ses gardes que pas assez. Même si avec ce court échange et la mise sur le tapis de l'ancien appartement de Steve, cela lui fait remonter à la surface des souvenirs. Un mélange entre souvenirs déjà récupérés et des nouveaux.

- C'est vrai.

Le brun déteste quand sa mémoire se met en route comme ça, sans rien lui demander, qu'il retrouve des bouts de son passé. Cela le perturbe toujours un peu, surtout que ça faisait longtemps que ça ne lui est pas arrivé. Ça lui fait aussi prendre conscience un peu plus qu'ils sont vraiment en 45, que ses soeurs ne sont pas si loin que ça. Que Rebecca doit être encore plus jolie qu'avant, tout comme ses deux autres soeurs mais il n'y a que d'elle dont il était proche. La seule qui avait l'âge de l'aider à supporter le poids de leur famille, la seule à savoir qu'il chapardait sur les étals pour nourrir tout le monde. Rebecca ne lui disait jamais rien non plus quand Bucky restait sans manger parce qu'il était trop inquiet pour l'état de santé de Steve, quand il se rongeait les sangs pour savoir comment arriver à aider son ami à payer ses médicaments. Elle ne disait rien non plus quand il ne rentrait pas pendant deux jours et restait planté dans l'appartement de Steve parce qu'il ne pouvait même pas sortir de son lit certains jours d'hiver. Mon dieu qu'est-elle devenue depuis qu'il n'est plus présent ? Comment ça s'est passé pour elle ? Non il ne vaut mieux pas qu'il pense à tout ça, ni qu'il ait envie de la voir, il n'en a pas le droit, elle doit poursuivre sa vie sans ne jamais rien savoir. Steve a raison là dessus, personne ne doit les voir, ne doit savoir, le moindre petit truc pourrait avoir de terribles conséquences et changer toute l'histoire, leur histoire.

Sans oublier qu'il n'appartient plus à cette époque, qu'il ne s'y sent plus attaché pas plus qu'il n'est attaché à celle dont ils viennent. C'est à cela qu'il pense en revenant près de Steve et en le voyant de se dire que toute manière, la seule chose qui compte est Steve justement. Le blond lui demanderait de partir dans une autre époque ou sur une autre planète que Bucky signerait direct. Surtout si c'est pour le voir rougir encore plus de cette manière quand Bucky lui répond en visant juste, ce n'est pas la première fois qu'il y pense mais un jour, il apprendra la subtilité à Steve. Ou alors c'est juste qu'il le connait trop bien. Il s'installe sur le canapé et n'a aucune seconde d'hésitation avant de se caler contre Steve quand celui-ci l'y invite, passant un de ses bras autour du blond. Restant à l'écouter chercher ses mots pour faire sa demande même quand Steve se tait, Bucky sent que ce n'est pas fini alors il attend.

- Bien sûr que oui je veux rester ici avec toi, comme si je pouvais avoir envie de m'éloigner. Pourquoi Bucky penserait que c'est trop tôt alors que si ils y regardent de près, ils étaient déjà tout le temps ensemble autrefois, ils vivaient presque à deux. "Et non je n'ai pas besoin d'être seul ou avoir de l'espace ou autre idée qui pourrait te glisser en tête, d'accord ?"

Bon il devrait peut-être moduler un peu cette affirmation parce qu'on ne sait jamais, il serait capable de vouloir s'isoler non pas pour s'éloigner de Steve mais parce qu'il n'arrive pas à gérer un de ses propres démons. Bucky pourrait le prévenir que des fois il risque d'être de mauvaise humeur ou autre mais ça inquiéterait Steve pour rien.

- Tu n'as pas peur que les autres se posent des questions ?

Le brun s'en contrefiche de ce qui pourrait être dit, ils ont largement les moyens de les faire taire, ils n'ont pas besoin de savoir pour eux deux mais ils peuvent jouer sur leur passé commun, leur amitié et le fait qu'ils étaient déjà tout le temps ensemble autrefois et même pendant la guerre. Cela n'a dû échapper à personne que Bucky n'était jamais loin de Steve.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Ven 15 Déc 2017, 23:20


you're my saving grace, you're everything I need and more

All along it was a fever, a cold sweat hot-headed believer. I threw my hands in the air, said, "Show me something", he said, "If you dare, come a little closer". Not really sure how to feel about it,  something in the way you move makes me feel like I can't live without you, it takes me all the way. I want you to stay, it's not much of a life you're living, it's not just something you take it's given. The reason I hold on. 'cause I need this hole gone... Funny you're the broken one but I'm the only one who needed saving 'cause when you never see the light it's hard to know which one of us is caving.


Ce canapé allait avoir sa peau, il était trop bien installé, là. Ou alors c'était juste le fait d'être enfin au calme, dans un endroit sécurisé, qui le faisait se sentir ainsi. Mélangé avec ce qu'il venait de se passer avec Bucky. Et Bucky qui venait contre lui, il ne pouvait que le serrer contre lui un peu plus encore et profiter du moment. Une petite voix se demandait quand est-ce que tout allait merdé à nouveau alors il voulait profiter tant qu'ils avaient encore un peu de répit.

Et le peu de stress qui lui restait, s'évanouissait quand Bucky lui disait qu'il voulait rester vivre ici, avec lui. Ca le rassurait d'autant plus. C'était un beau nombre de petites victoires qu'il avait accumulé depuis sa venue dans cet appartement, ça commençait bien, très bien même. La présence de Bucky était réconfortante, dans ces moments où il n'avait pas ce besoin de garder l'oeil sur lui de peur qu'il pète un câble pour une raison x ou y. Quand il le tenait contre lui, aussi, sûrement. Il se disait que de toute façon, même s'il s'endormait, il sentirait Bucky bouger et ça le réveillerait, alors, quelle inquiétude pouvait-il avoir à cet instant précis ? Après la colère, les larmes, le rire, l'euphorie et... le gros coup de barre. La bonne grosse fatigue. Mais il voulait plus encore profiter de l'instant nouveau que dormir.

Bien, bien, alors ça sera notre appartement.

Il souriait discrètement en disant ça. Il ne pensait pas dire ce genre de chose un jour, ce nous , cette notion de partage différente de celle de la survie. Juste la vie de tous les jours. Ce serait un peu comme au bon vieux temps, dans un certain sens. Et ça le rassurait d'autant plus de savoir qu'il pourrait l'avoir à l'oeil tous les jours. Sauf qu'il se rendait compte que la nuit risquerait d'être un peu... il n'avait pas le mot. Bizarre ? Il n'avait jamais vraiment partagé son lit. Il ne l'avait jamais partagé tout court en fait. Steve et ses 98 ans ou comment mettre sa vie personnelle de côté pendant les trois quart de sa vie juste pour sauver la veuve et l'orphelin. Pour le coup, il avait encore un peu de mal à se figurer la nuit, comment ça allait se passer. Mais une petite voix lui soufflait que c'était assez évident et que ça ne serait peut-être pas si différent que ce qu'ils faisaient actuellement.

Penser à Bucky de cette manière le faisait rougir, alors qu'il n'avait pourtant rien dit. Il n'avait aucune fichue idée de comment ces choses-là fonctionnaient, déjà qu'avec une femme c'était compliqué alors un homme ? Il y songerait plus tard. Quant au fait qu'il rougissait... Avec un peu de chance, il ne verrait rien ou penserait que c'était toujours pour la même chose qu'il y a quelque secondes. Ou minutes. Bucky interrompait ses pensées - heureusement d'ailleurs - avec une réflexion assez sensée, qui méritait qu'il y réfléchisse un peu. Il se frottait les yeux de sa main libre, essayant de se changer les idées, de réfléchir à ça, surtout.

Je pense qu'ils se poseraient bien plus de questions à ne pas nous voir l'un flanqué derrière l'autre. Et à ce stade, nous n'avons aucun compte à rendre, notre guerre est terminée et on a plus que fait notre part. Ce que l'on fait hors du travail ne les concerne pas. On souffle tous à notre façon.

Il avait des amis au sein des avengers, il est vrai. Mais pour autant, amitié, travail, maison, c'était trois choses différentes et qui ne se mélangeaient pas forcément ensemble. Et de toute façon, qu'est-ce que ça allait changer ? Ils restaient Bucky et Steve, Steve et Bucky. Il était rarement du genre "je m'en foutiste" mais pour le coup, ce qu'il faisait en privé avec Bucky ne concernait personne, sa vie personnel ne regardait personne. Amitié, amour, ça ne regardait personne. Alors qu'importait, est-ce qu'il se mêlait de leur vies, lui ? Non. A moins qu'ils ne veuillent venir lui en parler, il ne s'introduisait dans aucune de leur vie privé. Et bon nombre avaient eu le bon sens de faire pareil jusqu'ici, autant que cela reste ainsi. Encore qu'il n'avait rien à cacher non plus.

Et de toute manière, nous n'avons rien à cacher, non ? A part nos existences à cette époque.

Et quand il parlait d'existence, il parlait de leur vies, en temps que personnes de futur. Le reste lui était égal. Que les autres se posent des questions lui était égal. Il ne comptait pas mentir, comme il ne comptait pas en parler non plus puisqu'il ne voyait pas pourquoi il l'aurait fait. Il n'avait honte de rien comme il ne voyait pas pourquoi mettre ça sur le tapis alors qu'ils avaient tous mieux à faire. Et s'il fallait vraiment trouver des excuses, il pourrait toujours dire qu'il y avait peu d'appartements pour le nombre qu'ils étaient et que par conséquent, autant que ceux qui savent vivre ensemble le fasse pour laisser de la place aux autres. Des excuses, ce n'était pas ce qu'il manquait, au final.

Il balayait d'un bref revers de main tout ceci. Steve avait toujours été comme une figure forte, protectrice, presque paternel, il tendait la main vers les autres, les aidait. Mais il ne donnerait pas cher du premier essayant de s'immiscer dans sa vie, du premier qui essaierait de dire quoi que ce soit sur Bucky. Le seul qui avait pu le comprendre était Stark et Stark avait pourtant eu la chance d'être un de ses ami. Il espérait ne pas avoir à en arriver là toute fois. Le choix serait vite fais. On l'acceptait avec ses décisions ou on dégageait, c'était tout aussi simple, un cycle qui se répétait inlassablement et que nombreux persistaient à ne pas comprendre. En songeant à cela, combien il pouvait tenir à Bucky - à se mettre le monde à dos, à vrai dire - il le serrait davantage contre lui. Qu'importe si celui-ci pensait ne pas le mériter, Steve ne comprenait pas en quoi il ne le mériterait pas. Steve se sous-estimait peut-être en pensant qu'il était moindre, qu'il ne valait pas plus qu'un autre, mais il voyait toujours - et verrait toujours - en Bucky le meilleur ami, le protecteur, le confident, celui qu'il avait tant admiré et ce depuis la première fois qu'ils s'étaient vus. Il songeait à tout cela, le serrant toujours plus contre lui. Il ferait toujours ce qu'il pensait être juste, de toute façon, quoi qu'il arrive. Il ferait ce qui est juste avant le reste.

Si cela doit être toi et moi contre le reste du monde, alors ainsi soit-il.

Mais il espérait qu'il le sache déjà, ce détail. Mais il lui disait tout de même, sait-on jamais. C'était comme le je t'aime , Steve avait compris la leçon, que c'était important de dire ce qu'on avait sur le coeur même si on pensait que l'autre le savait déjà. Il n'avait besoin de personne d'autre pour être heureux et il avait déjà plus que rendu service à ce pays, voir même au monde selon le point de vue. Il songeait à tout cela, craquant peut-être intérieurement en faisant le point de tout ça. A quel point il pourrait dire merde au monde s'il le fallait. Mais les gens verraient forcément les priorités, non ?

Steve se tournait un peu, déposait un baiser sur la tempe de Bucky. Il réfléchissait quelque instants.

Je sortirai à la nuit tombée, j'irai aux docks, voir si je peux trouver quelque chose qui vaut le coup. Nourriture ou je ne sais quoi. Je tâcherai de faire vite.

Faire vite, oui. Pour le retrouver aussi vite. Et il disait bien je, puisqu'il espérait que Bucky profiterait de ce temps pour se reposer un peu. Pour mieux profiter encore, il reposait sa tête sur le dossier du canapé et il fermait à nouveau les yeux.

love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Sam 16 Déc 2017, 17:23

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Au moment même où il se cale contre Steve, Bucky zappe tout le reste, ce qui peut tourner dans sa tête sur à peu près tous les sujets. Pour ne garder que la présence de Steve contre lui qui l'apaise et le détend, il sait que ce n'est pas nouveau comme sensation mais c'est bien plus fort qu'avant. D'autant plus en passant son bras autour de lui et qu'en retour Steve le serre contre lui. C'est aussi son corps qui se relâche tellement que son esprit ne lui demande pas son avis pour baisser sa garde. Après tout que peut-il arriver à Steve quand ils sont comme ça tous les deux ? Rien du tout.

Et cette manière de dire notre appartement qui pourrait le faire fondre intérieurement même s'il se contente de redresser un peu la tête pour observer Steve. Et le voir rougir, sans comprendre le pourquoi du comment, mettant ça sur le fait que le blond a toujours été plus que timide et réservé quand il s'agit de vie privée. C'est aussi ce côté là de Steve qu'il aime, ce côté vieux jeu qui était déjà limite quand ils étaient jeunes mais qui doit passer pour encore plus vieux jeu aux yeux des autres. Avec vient cette peur de le perdre, d'être rejeté, que Steve ouvre les yeux et se dise qu'ils n'ont rien à faire ensemble, qu'ils sont trop différents. Que Steve se rende compte d'à quel point Bucky est brisé, que Bucky ne sera plus jamais vraiment l'ancien Bucky et que ça le dégoûte.

Le brun ne sait pas d'où il va chercher ses gestes, cette manière d'être naturel en étant collé à Steve, il ne se souvient pas d'avoir déjà eu ce genre d'attention envers quiconque. Même ses soeurs. Mais c'est sa main qui se lève doucement pour passer dans les cheveux de Steve et dégager son visage d'une mèche rebelle après qu'il se soit frotté les yeux. Tout en l'écoutant lui répondre, un rapide sourire passant sur le visage de Bucky à la mention d'être toujours l'un avec l'autre.

- C'est vrai, ça pourrait les surprendre.

Jamais bien loin l'un de l'autre pendant la guerre, ce besoin mutuel de se protéger et en même temps ils formaient un duo efficace sur le terrain. Se battre côte à côte dans une parfaite coordination. Il ne sait pas d'où Steve sort ce de toute façon je m'en fiche, je fais ce que je veux mais Bucky apprécie cela, que Steve ne se soucie pas du regard des autres.

- En effet.

Que dire de plus de toute façon, Bucky ne compte pas se cacher mais pas s'afficher non plus devant les autres de l'équipe. Le cacher leur existence peut avoir un sens bien plus large et d'une manière comme d'une autre là il est clair que le brun ne compte pas s'exposer tout court. Steve a raison quoi que l'on puisse dire, ils sont remontés bien trop loin, à une époque bien trop fragile pour prendre le moins risque sur quoi que ce soit. Sans oublier qu'ils peuvent trouver plusieurs arguments valables pour justifier qu'ils partagent le même appartement et...Bucky se recale contre Steve en le sentant le serrer encore plus contre lui, se demandant ce qui traverse l'esprit du blond. Normalement il est bon au jeu de deviner les pensées de Steve mais il doit bien avouer qu'il sèche d'un coup. Ah. C'est donc cela.

- Je sais Steve, tu l'as déjà fait et je n'ai aucun doute que tu l'aurais refait ou que tu le referas, tout comme pour moi c'est la même chose. Toi et moi avant et contre tout. Même si je ne supporte toujours pas l'idée que tu sois devenu un criminel à cause de moi Pas plus qu'il n'est convaincu qu'il le méritait mais a t-il vraiment besoin de le dire. "De toute manière, les seules personnes qui savent ce que j'ai été et qui pourraient m'en vouloir sont en bas." L'air de dire même Stark a pas retenté de me tuer pendant plus de deux ans donc tout ira bien.

Le brun ferme les yeux au baiser sur sa tempe et s'enfonce encore plus dans le canapé pour pouvoir se coller un peu plus à Steve et finir la tête sur son épaule. Bien qu'il manque de se redresser précipitamment en entendant Steve, restant étrangement silencieux à la place. Bucky réfléchit, pèse le pour et le contre, cherche ce qui est le plus rationnel comme réaction. Parce que oui d'instinct ça serait un "c'est mort pour que je te laisse sortir seul", un peu excessif certes mais ça ne serait pas une première. Il doit se faire violence pour se souvenir qu'il ne risquera rien en mettant les pieds dehors, que Steve ne va pas se faire attaquer par dieu sait quoi. Se faire violence pour se souvenir que même en pleine guerre il y a eu des moments où ils n'étaient pas l'un à côté de l'autre et qu'ils ont survécus quand même. Lutter contre lui même pour ne pas y voir un j'ai besoin d'être seul, sans toi dans le sens rejet du terme mais pour y voir plutôt que peut-être Steve a vraiment besoin de pouvoir être seul un peu. Sans compter que s'il laisse parler son instinct, ça va donner qu'il va aussi devoir lutter contre Steve parce qu'il est certain que le blond ne cédera pas...et qu'il finira lui par céder.

- Je vais nous faire gagner du temps et ne pas m'opposer à cette idée. Juste fais attention à toi et t'as intérêt à faire vite oui ou je viendrais te chercher quand même.

Bucky sait que pendant la sortie de Steve, il va de toute manière tourner en rond, s'inquiéter et l'attendre, ça ne pourra pas se passer autrement de toute manière.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Sam 16 Déc 2017, 19:15


you're my saving grace, you're everything I need and more

All along it was a fever, a cold sweat hot-headed believer. I threw my hands in the air, said, "Show me something", he said, "If you dare, come a little closer". Not really sure how to feel about it,  something in the way you move makes me feel like I can't live without you, it takes me all the way. I want you to stay, it's not much of a life you're living, it's not just something you take it's given. The reason I hold on. 'cause I need this hole gone... Funny you're the broken one but I'm the only one who needed saving 'cause when you never see the light it's hard to know which one of us is caving.


Avoir craqué était-il franchement nécessaire, en fin de compte ? Il se demandait si cette violence avait été vraiment nécessaire. La violence en elle-même. Peut-être. Il se repassait en boucle tout ce qu'il s'était passé pour comprendre où ça avait vraiment déconné. Il se repassait Bucky qui, sans prévenir, l'avait embrassé. Ce qu'il avait ressenti - l'incompréhension surtout - et ce qu'il avait vu dans le regard de... De son quoi, au final ? Pas qu'il aimait catégoriser mais avoir un mot sur une chose avait un côté un peu rassurant quand même.

La guerre était fini mais il se disait que les voir l'un sans l'autre, cela pousserait forcément les autres à se poser des questions et ils avaient déjà bien à faire pour s'inquiéter de ça. C'était déjà loin dans son esprit après avoir dit ce qu'il en pensait à Bucky. Qu'au final, ça n'importait pas pour lui, tout ça. Qu'on le sache ou non. Ca ne regardait personne et il n'avait de leçons ou d'ordres à recevoir de personne. Mais cette époque n'était pas pour eux sur bien des niveaux, il ne l'avait pas oublié. Il n'avait pas oublié ces fois où il se forçait à devoir sortir avec des femmes alors qu'il n'en n'avait aucunement envie, juste à cause des regards et des "on dit". Sauf qu'il était adulte, mature et que désormais, les on-dit l'indifférait. Mais soit, il ne pouvait refaire l'époque et n'avait pas envie de se prendre la tête là-dessus, curieusement. Il avait toujours estimé que sa vie privé ne regardait que lui, c'était peut-être aussi pour cela qu'il n'était pas inquiet sur ce que les autres diraient. Vie privé et travail, ça avait toujours été très différent, il n'avait jamais mêlé les deux. Enfin, jusqu'à Bucky. Mais, c'était Bucky. Il avait souri quand Bucky avait replacé ses cheveux.

Tu crois vraiment que c'est à cause de toi que j'ai vécu cette vie ? Que j'ai du fuir ?

Il eut un petit rire, fatigué.

Les désirs des gouvernements avec ce décret étaient compréhensibles mais immoraux et injustes, des hommes qui ne sont jamais sortis de leur bureaux auraient eu à me dire ce que je devais faire, où j'aurais du aller. Que ce soit en 43 pendant la guerre ou en 2017, je n'aurais jamais accepté ces âneries. Alors ils m'ont fait passer pour un criminel, c'était plus simple ainsi, alors que j'ai toujours été le même depuis le début et qu'ils savaient déjà sur mon dossier que j'avais fais la même chose en 43 en venant te chercher, toi et les autres prisonniers de guerre. Quant à ce qui est arrivé, j'étais déjà fiché comme ennemi public avant d'avoir à te chercher, j'en suis convaincu. Dès la première fois où j'ai refusé de signer j'étais fiché.

Il ouvrait les yeux et regardait le plafond. Et il riait à nouveau, fatigué. Ca datait peut-être déjà de là, au final, quand il se souvenait de la douleur intense qu'il avait ressenti à l'idée que Bucky soit enfermé, pire encore, mort. Tous les risques qu'il avait pris, suicidaire disait-on, pour aller le chercher. Puis il soupirait. Oui, les deux fois où il aurait pu passer pour un paria, c'était parce qu'il avait enfreint des règles. Pour Bucky, quand on regardait de plus près, mais il était déjà fiché comme ennemi public n°1 avant que Bucky ne s'ajoute à tout ceci alors en soi, Bucky n'y pouvait pas grand chose. En clair, il avait beaucoup parlé, encore pour essayer de le rassurer.

Tu ne l'as pas été. On t'a forcé à l'être.

Disait-il, comme si c'était un fait direct sur lequel il n'y avait pas à discuter. Parce que Steve connaissait le véritable Bucky. Il pouvait dire que ce Bucky était parti, il suffisait de les voir à deux sur ce canapé, enlacés, calmes, ou dans cet appartement, à reparler de leur ancienne vie. Oui il avait changé, comme Steve avait changé. Tout le monde changeait avec le temps. Mais pour Steve, Bucky restait Bucky, quoi qu'Hydra ait pu le contraindre à faire. Et puis, à cette époque, il n'y avait pas de carnets, pas de mots qu'il entendrait et lui ferait péter les plombs. Il venait juste de "mourir", non ? Ils avaient sûrement encore des années devant eux avant que ça ne merde vraiment et d'ici là, ils seraient sûrement tous retournés chez eux.

Puis Bucky posait sa tête sur son épaule et il souriait à nouveau, bêtement. Ce qu'il aimait ces nouveaux gestes. Quant à l'idée des docks, la réponse de Bucky le faisait rire à nouveau. Doucement, mais un rire quand même. "Je vais nous faire gagner du temps et ne pas m'opposer" et le "t'as intérêt à faire vite". Il ne se souvenait pas de tels ordres, sauf peut-être quand il était encore une crevette incapable de faire deux mètres sans s'essouffler. Il ne savait pas dire si c'était adorable, possessif ou... ou autre chose. Alors il laissait couler, levant juste les yeux au ciel.

J'en aurais pour une heure ou deux, selon comment ça se présente.

Bien que l'idée de partir maintenant alors qu'ils venaient de se trouver, était assez difficile, ils avaient bien besoin de manger. Un vrai repas. Et ils manquaient de quelque petites choses, outre l'eau chaude. Ce qu'il aurait donné pour du savon et du shampoing, prendre une vraie douche, là tout de suite. Pas juste se rincer à l'eau, non, se laver vraiment. Et bon, il garderait cette barbe, du coup. Il se ferait à l'idée, elle ne l'avait pas quittée depuis quelque années maintenant. Il fermait les yeux pour profiter du silence relatif - bruits de dehors exceptés - le silence de l'appartement, juste se concentrer sur leur respirations. Cinq minutes. Ca faisait un bien fou.

On pourra toujours y aller ensemble, demain. Quand on aura fait le point avec les autres de ce qu'il nous faudrait.

Mais pour ce soir, il irait seul, ou peut-être avec Clint ou Pietro, il verrait quand il y serait. Bucky devait se reposer et Steve serait reboosté d'ici là, aurait sûrement à nouveau sa forme légendaire, prêt à courir un marathon. Ce qui ne serait peut-être pas le cas de Bucky. Et puis, il faudrait quelqu'un ici pour garder un oeil sur les autres, non ? Et par autre, il pensait surtout à Tony. Bien que les relations entre Tony et Bucky soient des plus tendues pour des raisons évidentes, il n'avait pas totalement confiance en Tony.

Si Stark profite que je sois parti pour jouer au con, assomme-le.

Un petit sourire moqueur étirait ses lèvres. Il gardait les yeux clos pour l'instant.


love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Sam 16 Déc 2017, 21:01

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Tout ce qu'il voulait c'est être sûr que Steve ne regrette rien même si malheureusement son esprit l'empêchait de se tranquilliser totalement. Est-ce ça ou la fatigue qui parle mais Bucky se sentait obligé de parler, d'expliquer à Steve que pour lui aussi c'était "fuck the world", parce que ça l'était déjà dans sa tête mais que maintenant ça l'est sans doute encore plus. Maintenant qu'il a compris pourquoi il réagissait comme il le faisait pendant la guerre et peut-être même avant.

Bucky ne pensait pas déclencher une longue tirade de la part de Steve, bordel ce qu'il peut être mauvais avec les mots...autrefois il savait peut-être comment tenir une conversation mais présentement. En même temps la dernière fois que Bucky a aligné autant de mots, cela remonte à quelques mois quand Steve était venu le trouver. Sauf que visiblement, le brun ferait mieux de se taire parce que maintenant Steve est lancé et qu'il n'a pas le temps de le stopper.

- Mon petit rebelle. Il réplique d'un ton moqueur parce que c'est plus facile ainsi mais ça n'explique rien. Et il reprend plus sérieusement, au point où il en est qu'il essaye de faire comprendre ce qu'il ressent. "J'allais donc te dire que je sais que ce n'est pas qu'à cause de moi mais que tu aurais pu tout arrangé si tu n'étais pas venu me chercher, si tu ne m'avais pas caché ainsi. Je le pense vraiment Steve, c'est que je ressens. Je me trompe peut-être et tu as sans doute raison." La fatigue parle en s'alliant avec ce sentiment d'apaisement qu'il ressent, ce qui le fait continuer sans en avoir conscience ou peut-être qu'il fallait que ça soit dit. "Tout ce que tu viens de me dire, je le savais déjà, je te connais Steve, tu feras toujours ce qui te semble être juste même si tout le monde te dit que c'est une erreur. C'est ce que j'ai toujours admiré chez toi, ta force de caractère sans faille. Tu peux pas savoir le nombre de fois où j'ai voulu être comme toi."

Bucky fronce les sourcils pour lui même en arrêtant de parler, parce qu'il prend conscience que tout ce qu'il vient de dire, il l'a toujours gardé pour lui. Sans savoir pourquoi. Peut-être qu'il commence à voir pourquoi justement et qu'aller plus loin sur ce terrain, ça serait raviver tout ce qui a pu lui trotter en tête et bien depuis qu'il a embrassé Steve tout à l'heure. Qu'il n'est peut-être encore pas prêt à faire face à tout ça. Et puis zut, il abandonne d'essayer de penser, d'essayer de dire à Steve qu'il joue sur les mots, qu'on l'ait forcé ou non, il a été le Winter Soldier, il a été ce tueur sans émotions, sans souvenirs.

Il veut juste profiter de ce calme autour d'eux, de ce qu'il y a entre eux, à commencer par finir la tête sur l'épaule de Steve. L'endroit le plus confortable du monde si on lui demandait son avis. Comme quoi il est bien plus fatigué qu'il ne le pensait parce qu'il ne bouge pas quand Steve parle de sortir. Parce qu'il ne râle pas ou pas vraiment après avoir réfléchit. Parce que là encore, il ne fait pas attention à comment ses mots peuvent sonner mais c'est tout sauf méchant, n'est-ce pas ? C'est juste que son inquiétude pour Steve ressors avec des mots au lieu de juste des regards.

- D'accord. Il ne rouvre même pas un oeil quand Steve reprend la parole après il ne sait combien de temps, marmonnant un "À peu près de tout. Faudra voir ceux qui peuvent sortir."

C'est que finalement Bucky pourrait presque s'endormir ainsi blottit contre Steve même s'il se montre un poil plus réveillé quand le sujet Stark arrive sur le tapis. Même s'il ne bouge toujours pas, il est sûr que Steve va entendre le sourire qu'il a dans ses paroles.

- Compte sur moi pour ça.

Même si dans le fond il n'a rien de spécial contre Tony, ça fait longtemps que Bucky a compris la réaction qu'il a eu en apprenant pour ses parents et on ne peut pas lui en vouloir pour ça. Cela avait juste été plus qu'explosif parce qu'ils avaient les moyens physiques pour que ça soit ainsi.
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : Steyda ♥ (avatar) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
MISSIVES : 683
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
MULTIFACE : Katarczyna E. Skowalski, Moïra McLeod, Loki Laufeyson & Hilda Zemo.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 17 Déc 2017, 00:40


you're my saving grace, you're everything I need and more

You're just too good to be true, I can't take my eyes off you. You'd be like heaven to touch, I wanna hold you so much. At long last love has arrived and I thank God I'm alive, you're just too good to be true, can't take my eyes off you. Pardon the way that I stare, there's nothing else to compare, the sight of you leaves me weak, there are no words left to speak but if you feel like I feel... Please let me know that is real. You're just too good to be true, I can't take my eyes off you.


"Mon petit rebelle" ose-t-il dire, en plus. Il levait les yeux au ciel, amusé tout de même par le possessif utilisé, quand, en d'autres termes, Bucky se serait contenté d'un "petit rebelle". Mais la tirade qui suivait le faisait soupirer, si bien qu'il finissait, à la fin de son discours toute fois, par répondre clairement ;

Le seul moyen pour lequel tout aurait pu rentrer dans l'ordre, cela aurait été que je mente et signe ces fichus papiers, chose que je n'aurais jamais fais. J'ai fais ce que j'avais à faire et si c'était à refaire, je referai exactement la même chose. Tu n'y es pour rien.

Il re-sauverait Bucky, quoi qu'il arrive. Quoi qu'il n'aurait pas attendu aussi longtemps pour le faire, s'il avait la possibilité de retourner en arrière. Il l'aurait sauvé directement, dès qu'il en avait eu l'occasion. Il serait parti à sa recherche, l'aurait traqué, trouvé, aidé. Finalement, il se demande s'il ne se moque pas de lui en lui disant qu'il aurait aimé être comme lui. Parce que... Steve, lui, avait toujours admiré Bucky et aurait aimé être comme lui.

Tu es pourtant celui qui m'a aidé à devenir ainsi, Bucky. Celui qui m'a poussé à être comme ça. Quand tu prenais soin de ta famille et qu'en plus tu t'occupais de moi, quand tu subvenais aux besoins des autres sans même prendre la peine de penser à toi. Toutes ces choses qui m'ont poussés à devenir comme ça, c'est en parti grâce à toi.

Combien de fois avait-il vu Bucky comme son sauveur, l'homme à qui il voulait ressembler. Avoir la force de s'occuper de ses soeurs, sa famille et en plus du gamin asthmatique avec des problèmes cardiaques et dieu seul savait comme la liste était longue. Bucky aurait pu abandonner mais ne l'avait jamais fais. Il était son modèle. Et combien de fois s'était-il demandé si Bucky serait fier de lui s'il faisait tel ou tel choix, telle ou telle chose...



Puis il obtempère. Effectivement, ça allait faciliter les choses. Ca ne l'amuse pas de sortir mais ils ont besoin de tellement de choses qu'il ne pourra pas dormir la conscience tranquille, de toute façon, s'il ne trouve pas au moins une chose.

Hm... Je verrai...

Allaient-ils finir par s'endormir ainsi dans le canapé ? C'était bien parti pour. Puis Bucky lui dit de compter sur lui pour assommer Tony si besoin est, ce qui l'amuse. Il tourne un peu la tête, déposant un baiser sur le sommet de son crâne. On ne peut plus heureux de le sentir apaisé contre lui, le sentir calmé. Il ne comptait pas bouger, lui-même était détendu ainsi. Il n'y avait pas meilleur moyen de se reposer. Alors il posait doucement sa tête contre le sienne en refermant les yeux. Et pour ça, Bucky avait-il un nom ? Genre, repos du guerrier ?

Il murmurait, tout bas ;

Mon petit soldat de l'hiver...

Il se retenait de rire en disant ça. Il l'avait dit tendrement mais, c'était une petite plaisanterie qui faisait écho - un peu tardivement, certes - à son "mon petit rebelle". Il était si bien, là, qu'il se demandait s'il ne rêvait pas, s'il n'était pas mort en franchissant le portail. Il n'arrivait pas à se dire que tout ceci était réel, à cet instant, parce que c'était beaucoup trop beau. Il avait beau avoir rouvert les yeux pour regarder autour d'eux, il avait beau tout sentir dans cette pièce, sentir Bucky, entendre les bruits là-dehors, il peinait à y croire. Depuis quand avait-il accès à tout ce bonheur ? Lui qui pensait que c'était réservé aux autres.

Finalement, il n'ajoutait plus un mot. Que Bucky puisse s'endormir, se reposer. Il en avait bien besoin. Il était tout de même fier de pouvoir le serrer ainsi, l'avoir contre lui. Il aurait de quoi réfléchir pendant que Bucky dormirait.


love.disaster


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : ROGERS./ Gifs profil : moi et Nat ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
MISSIVES : 750
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky Dim 17 Déc 2017, 02:23

You're my saving grace, you're everything I need and more.

Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. All of the things that I want to say just aren't coming out right, I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why I can't keep my eyes off of you. Something about you now. I can't quite figure out, everything he does is beautiful, everything he does is right. •••
Le possessif était sorti tout seul en essayant de lui donner une moindre importance parce que même si Steve voulait lui montrer que Bucky n'était la cause de rien du tout...Eh bien ce n'est pas totalement vrai puisque les deux fois dont Steve parle il était au milieu ou était venu s'ajouter par dessus. Et que ça le touche le brun. Ne disant rien de plus à la réaction de Steve surtout avec son soupir, ça ne sert à rien d'argumenter, il a dit ce qu'il ressentait vis à vis de ça. Anticipant même en disant qu'il se trompait sans doute, laissant sous-entendre qu'il ne peut rien à ce qu'il ressent.

Bucky n'était pas prêt à aller plus loin dans ses pensées concernant son admiration pour Steve mais il est encore moins prêt non plus quand il entend le blond lui répondre ainsi. Lui ? Être en partie responsable de comment est Steve ? C'est une blague en fait ? Heureusement qu'il connait Steve et sait qu'il ne plaisanterait pas sur ce genre de sujet.

- Tu étais déjà comme ça quand on s'est rencontré et j'ai vraiment pas l'impression d'avoir fait quelque chose de spécial. C'était juste normal de m'occuper de vous tous surtout en t'ayant à mes côtés et tu m'as rendu meilleur Steve, je voulais tellement être aussi fort que toi. Donner le meilleur de moi même pour être à ta hauteur.

Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre finalement avec ce qu'ils se disent et dieu sait que Bucky est plus que sincère en disant tout cela. Oui il avait peut-être un physique avantageux mais à côté de la force de caractère de Steve, il était plus que banal et ça l'a toujours énervé que les autres ne voient que le physique rachitique du blond et loupe l'essentiel. Mais Bucky le savait, le voyait toujours, c'est lui qui avait le privilège de pouvoir être proche de Steve.

C'était sorti comme ça et ne l'empêchait pas de se blottir contre Steve et d'y rester quoi qu'ils puissent se dire. De toute manière comme il l'a dit, il connait Steve et s'il s'est mit en tête de sortir et de lui demander indirectement de rester là c'est qu'il y a une bonne raison. Même si baby-sitter Stark ne lui dit rien. Parce qu'il faudrait déjà que Bucky ait envie de bouger de là où il est et de laisser bouger Steve. Et en même temps plus les secondes passent plus le brun sent qu'il ne va pas rester éveiller bien longtemps. C'est un simple soupir de bien être qui passe ses lèvres en sentant Steve poser sa tête contre la sienne. Même si c'est un peu trop beau pour être vrai.

- Hm... Superbe réponse n'est-il pas ? Lâchée dans un demi grognement, heureusement que Steve a insisté sur le mon et que son ton était tendre, Bucky aurait pu mal le prendre. Non finalement il est plus amusé qu'autre chose et marmonne sur ce ton là un : "Gaffe où je te trouve un surnom bien idiot."

Au moins si Bucky s'endort totalement, il le fera en ayant en tête un Steve détendu qui se laisse aller à plaisanter et le taquiner un peu. Et ça, ça vaut tous les trésors du monde. Bien que visiblement le silence se fasse et que le "si" devienne un quand il va s'endormir totalement, ce qui ne saurait tarder .
© 2981 12289 0



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Revenir en haut Aller en bas

You're my saving grace, you're everything I need and more. | Bucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» Jeanne De Joigny ♫ I found my saving grace within you
» Haiti: Saving the Environment, Preventing Instability and Conflict
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Grace Asthon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: Déposons les armes :: RP terminés-