RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR

Partagez|

The way you make me feel. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mer 10 Oct 2018, 23:30

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »
Rassurer Steve et qu'il se détende, c'est la seule chose qui peut lui importer, Bucky est incapable de faire autrement de toute manière, même si là en plus, il est plus ou moins la raison pour laquelle son homme est tendu et perturbé. Cela serait n'importe qui d'autre, Bucky n'aurait pas autant de patience, que ça soit celui qu'il était avant ou celui qu'il est entrain de devenir, c'est la même chose. Avec quelqu'un d'autre, il aurait déjà levé les yeux au ciel et serait parti au comptoir sans attendre, bien que là, tout de suite, il ne voit pas qui il aurait pu emmener en ces lieux. Ce n'est même pas de la patience, c'est qu'ils fonctionnent ainsi tous les deux, laisser le temps à l'autre de s'habituer à une nouveauté. Et des nouveautés, Bucky est conscient qu'il en amène pas mal dans la vie de Steve surtout depuis qu'ils sont dans cette époque. Donc oui, lui montrer ce qu'ils peuvent faire ou ne pas faire, essayant de faire abstraction des personnes présentes et des regards sur eux.

Bouger et enlacer Steve par la main gauche, quelque chose d'inhabituel alors que Bucky est habitué lui-même à agir majoritairement avec son bras droit pour toucher son homme. C'est surtout qu'il n'arrive pas à mettre de côté certaines choses, comme cette crainte qu'on puisse remarquer son bras gauche, même en ayant une chemise plus une veste de costume sur le dos. D'ailleurs sa chemise est plus fermée qu'elle ne pourrait l'être mais là encore, sait-on jamais si quelqu'un capte les cicatrices sur son épaules ne serait-ce qu'un peu. Et aussi garder son bras gauche autour de son homme, cela va éviter que le barman ne remarque qu'il porte un gant à sa main gauche. Bucky sait qu'il aura forcément des regards sur lui, que l'autre va s'interroger et juste non. Déjà que quand ils bossent sur les docks, il ne peut les éviter ces regards, surtout de compassion, de pitié et Bucky ne les supporte pas ces regards là. Bien que ça soit mieux que s'ils savaient vraiment ce qui se cache sous son gant ou le fait que même lorsqu'il a trop chaud, il garde ses manches longues et que forcément les autre s'interrogent. Faisant en plus attention à ce que personne ne puisse le toucher de ce côté là.

Bucky sourit quand Steve l'attire contre lui pour un baiser contre son front, ne calculant pas le fait que son homme soit gêné quand le barman leur sert leur boisson et que Steve fouille sa poche. N'y faisant pas attention parce que le brun a déjà lui-même la main dans sa poche pour en sortir les dollars pour payer leurs consommations. C'est lui qui a voulu sortir ce soir, c'est normal que ça soit Bucky qui paye, du moins pour lui ça l'est même s'ils mettent leur payes en commun. C'est simplement cette notion, de c'est moi qui le sort, c'est moi qui paye, possiblement un peu vieux jeu mais, eh, Bucky aussi est de cette époque et oui, c'est plus que normal. Tournant la tête vers Steve en l'entendant, le faisant avec un léger soupir de soulagement, le barman lui rendant la monnaie alors qu'il allait répondre. Il le fera plus tard, n'a t-il pas aussi dit à Steve qu'il lui dirait comment il a trouvé ce bar ? Si, donc ce n'est que reculer au final.

Remerciant le barman, enquillant la monnaie dans sa poche avant de prendre son verre dans la main droite. Et un nouveau sourire, un, sur le visage du brun à la question de son homme.

- Peut-être, je n'en suis pas encore tout à fait sûr.

Observant rapidement la salle du bar pour trouver la place parfaite de son point de vue, celle qui ne sera pas trop loin de la porte tout en l'étant, près des fenêtres là encore sans que ça ne soit trop. La table où il aura la meilleure vue sur l'ensemble de l'établissement.

- J'ai encore des trous à combler dans ma mémoire mais ça revient petit à petit.

Histoire de préciser les choses, que Steve ne pense pas que Bucky ne veut pas lui répondre, juste que pour le moment, il ne peut pas. Il a eu des impressions, des flashs émergeant mais il y a encore du boulot pour combler les trous justement, sauf que pour une fois il le dit. Ne s'écartant pas un poil de son homme, pour les emmener à la table qui a passé son test visuel, il n'y a que là que Bucky lâche Steve, histoire qu'ils puissent s'installer tous les deux.

- Je me suis souvenu de cet endroit en passant devant, tu sais un déclic mais je n'étais pas sûr, j'ai vérifié si mon esprit ne me jouait pas des tours avant de t'en parler et du coup après je me suis dit pourquoi ne pas t'en faire la surprise.

Bucky jouait avec le liquide ambré dans son verre quelques secondes avant de relever les yeux sur son homme.

- Je suis content si tu aimes cet endroit, c'est ce que je voulais, qu'on ait un endroit à nous en dehors de l'appartement, un endroit où tu serais libre d'être toi-même. Enfin presque.

Tapotant les montures de ses lunettes en disant ça puisque c'est leur seule contrainte au final.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mer 24 Oct 2018, 19:46

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
C'était curieux pour Steve de se retrouver dans un tel endroit où les gens semblaient être libre de faire ce qu'ils voulaient, loin des regards. Il savait New York progressiste mais à un tel point, non. Bucky y était-il déjà venu ? Avait-il connu des hommes sans jamais lui avoir dis ? Il ne le jugerait pas, c'était de toute façon du passé et n'entacherait pas leur avenir ensemble ni leur présent mais il se posait la question, il y avait tellement de parties de la vie de Bucky qu'il ignorait. Il analysait tant les lieux que les comportements de chacun, dont celui de Bucky. Il jugeait les personnes ici sincères dans leur démarches en tout cas, comme il jugeait Bucky comme semblant avoir du mal à se séparer de lui et il n'allait pas le blâmer, maintenant qu'ils pouvaient s'enlacer, il n'avait pas envie de s'en priver. Ce n'était pas grand chose une main dans le dos mais c'était mieux que les bras croisés.

Bucky qui payait pour deux, ça lui rappelait quelque vieux souvenirs où déjà à l'époque, l'argent de l'un était celui de l'autre, où ils mettaient en commun leur économies sans se dire que ce jour là, l'un payait plus que l'autre et ainsi de suite. Mais ça lui faisait bizarre de revenir à ça. Ils se rendaient ensuite à la table, il laissait Bucky choisir l'emplacement, honnêtement cela lui était égal tant qu'ils étaient ensemble. Bucky n'avait pas abusé à ce sujet, c'était une vraie sortie entre eux, qu'il ne pouvait pas vraiment juger romantique car il n'y avait pas d'ambiance à proprement parler mais ce n'était pas loin non plus. Un moment pour eux, un break de l'immeuble et de leur responsabilité, comme des parents qui se retrouvent enfin après des mois, des années, sans avoir pris de temps pour eux deux, la comparaison était assez amusante selon lui.

Des trous de mémoire, il hochait la tête, hm, il comprenait, il n'avait pas passé assez de temps au Wakanda pour avoir la mémoire remise et Steve se demandait parfois si ce n'était pas mieux ainsi, que Bucky ne sache pas tout ce qu'il avait pu faire ou subir, si ce n'était pas mieux pour lui se reconstruire et pour passer à autre chose plus facilement. Mais il aimait l'endroit mais cela ne répondait pas vraiment à sa question, il continuait à se demander comment, pourquoi et avec qui il avait découvert ce lieu initialement. Il aurait bien posé la question à sa moitié mais celui-ci semblait bavard ce soir et il n'allait certainement pas cherché à l'interrompre. Assis, il buvait une gorgée de son verre, rien de tel qu'une bonne bière bien fraîche, même s'il ne ressentait pas les effets de l'alcool, il pouvait profiter du goût et la fraîcheur de la bière blonde qu'il buvait.

Un petit rire à la mention d'être lui-même, ou presque. Il hochait la tête. C'était mieux ainsi de toute façon, même s'il était encore sensé être vivant, on n'aurait fait que les importuner et cela aurait fini par s'apprendre d'une personne trop bavarde que Captain America fréquentait les bars de ce genre et qu'il les fréquentait avec Bucky et cela aurait surtout mis Bucky en danger donc... non merci. Il ne pouvait pas voir exactement Bucky mais il savait que c'était lui, il le sentait quand il venait lui prendre la main de sa main libre, que ce soit la gauche ou la droite ne lui importait pas, ce qui lui importait c'était de garder un contact avec lui. C'était un geste doux, surtout, sa main s'approchant de la sienne pour la prendre doucement, la caressant du bout des doigts jusqu'à finalement la saisir, l'apporter à ses lèvres et y déposer un baiser. C'était plus symbolique qu'autre chose. Un je t'aime muet. Il avait beaucoup de petites intentions de ce genre, c'était aussi dans son éducation de se comporter de cette façon avec la personne qu'il aimait, même s'il n'était pas une femme, les gestes affectueux restaient les même.

Malheureusement pour Steve, la question lui restait en tête et il se devait de la poser, peut-être qu'en lui posant, la réponse reviendrait à l'esprit de Bucky ou peut-être pas. Steve n'était pas jaloux, juste curieux. Il ne pouvait pas être jaloux du passé, même s'ils étaient revenus en arrière, ils ne changeraient rien à ce qu'ils avaient fait et n'étaient pas remontés suffisamment tôt de toute façon, ce qui était fait, était fait. Mais c'était la curiosité qui le poussait à lui demander ;

Comment tu avais découvert ce lieu, à la base ...? Tu avais déjà... connu d'autres hommes, avant ?

La question coinçait un peu plus qu'il ne le voulait, finalement. Il n'avait pas envie d'imaginer Bucky avec quelqu'un d'autre mais lui poser la question le poussait malgré lui à l'imaginer et le dégoûter de cette image. En même temps, quoi de plus déraisonnable qu'un homme amoureux ?

J'aime beaucoup cet endroit, oui. La musique n'est pas trop forte, la lumière non plus. Les personnes ont l'air serviables et semblent nous laisser respirer. Tu as eu une superbe idée. Et je pense que tu avais raison, nous éloigner un peu, le temps d'une soirée, ne peut nous faire que du bien.

Ce n'était que depuis qu'ils étaient ensemble que Steve pouvait accepter de prendre du temps pour lui, mais surtout pour eux. Ce n'était que depuis qu'ils étaient en couple qu'il acceptait de lâcher un peu du leste et de penser à lui et Bucky avant le reste. Ce n'était pas constant mais c'était mieux qu'avant où il ne pensait jamais à lui, à son bien-être, à son repos, toujours sur le qui-vive et ça même bien avant Thanos. Bucky changeait ses perspectives malgré lui et sûrement que le contre-coup de Thanos n'y était pas pour rien, voir la mort d'aussi près de si nombreuses fois, cela forçait à relativiser et avoir une personne comme Bucky, faisait relativiser aussi. Il fallait profiter autant que possible le temps qu'ils le pouvaient. Ils devaient s'aimer et prendre du temps pour eux, pour se reconstruire ensemble comme séparément. Ils seraient plus efficaces ainsi aussi, s'ils avaient pu souffler et avaient de nouveau leur têtes sur leur épaules. Cette soirée ne pouvait qu'être une bonne idée. Prendre du recule sur le groupe ne pouvait qu'aider à mieux voir ce qu'il s'y passait, plus globalement. Se faire un avis concret et qui les aiderait sur le long terme. Et vivre, surtout, vraiment vivre sans risquer la mort à chaque seconde, cela faisait du bien. Il avait parfois -toujours- un trop grand sens du sacrifice au point de se négliger totalement et de mettre sa propre vie en dernier plan. Ce qui commençait à changer peu à peu avec Bucky qui lui permettait de voir ce que la vie valait non pas juste pour les autres mais aussi pour lui. Ce sentiment d'être réellement en vie depuis leur premier baiser, cette impression d'avoir enfin ouvert les yeux sur eux, sur lui. Comment confier ça à Bucky ? Pas besoin, un regard suffisait sûrement, un merci silencieux.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Ven 26 Oct 2018, 22:57

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »
Bucky savait qu'il y aurait quand même des personnes présentes ce soir là et qu'ils ne passeraient pas inaperçus, forcément deux nouveaux dans cette communauté ça se remarque directement. Il le savait oui mais ça ne l'empêche pas de détester les regards sur eux qu'il sent peser, bien qu'il n'en ait aucune certitude et que c'est possiblement juste sa paranoïa qui parle. Il ne s'y est pas assez préparé à ces regards là, il s'est laissé porter par son élan en voyant les costumes, pour une fois il n'a pas réfléchit mille ans et pesé le pour et le contre en boucle. Il le savait mais il déteste et il n'y a peut-être pas sa paranoïa qui parle alors qu'il reste aussi près que possible de Steve, pour ne pas dire accroché à lui, peut-être qu'il y a aussi cette possessivité qui parle ; cet homme est le mien et personne ne peut l'approcher. Un mélange de tout un tas de choses dans sa tête, comme d'habitude et ça ne rend pas les choses plus simples, sauf quand Bucky reste entièrement concentré sur son homme. Steve qui le raccroche à la réalité, au présent, par sa simple présence, Steve l'empêche d'aller trop loin dans ses pensées. Même si son homme ne peut arriver à lui ôter de la tête des réflexes trop bien ancrés comme en cherchant la bonne table pour leur soirée.

Bien qu'on pourrait dire qu'il fait des progrès, il y a même pas un mois, jamais il n'aurait pu mettre les pieds dans un lieu « étranger » aussi facilement, il n'aurait jamais pu contenir et éviter une nouvelle crise de son esprit. Quoi que...Bucky se connaît assez pour savoir que s'ils revenaient demain par exemple, il pourrait encore réagir autrement. Que s'il faut dans une demie-heure plus rien ira droit et tout partira en live dans sa tête. Donc oui, pour le moment tout va bien et le brun compte bien tout faire pour que ça reste ainsi mais il n'est pas à l'abri d'une mauvaise surprise. Peut-être que le fait qu'il y ait peu de monde entre en ligne de compte également, pas de trop de personnes inconnues à gérer pour lui, ça ne peut que lui faire du bien.

Essayant aussi de ne pas supposer à quoi Steve peut penser quand Bucky le voit hocher la tête à ses propos sur sa mémoire. La présence des lunettes le frustrant un poil puisqu'il ne peut pas vraiment sonder le regard de son homme pour savoir justement. Finissant pourtant par lui expliquer comment il a pu se souvenir de l'endroit, laissant plus que sous-entendre que sa mémoire défaillante fonctionne encore comme elle le veut. Qu'un détail, qu'une odeur, qu'un son peuvent déclencher des souvenirs dans sa tête, des bons comme des mauvais, ça serait trop facile s'il n'y avait que les bons qui revenaient à la surface n'est-ce pas.

Au moins, Bucky arrive à faire rire son homme ne serait-ce qu'un petit peu à la mention des lunettes et d'être lui-même. D'être eux-mêmes finalement. Bucky ne peut que sourire à Steve quand il lui prend la main ainsi pour la porter à ses lèvres, le faisant sortir de ses réflexions. Serrant juste un peu plus ses doigts dans ceux de son homme en réaction. Alors qu'il pourrait lever les yeux au ciel par moment des petites attentions de Steve, qu'est-ce qu'il peut être fleur bleue quand il s'y met. Sauf que bizarrement, Bucky aime tous ces petits gestes qui ne font que lui dire encore et encore à quel point ils peuvent s'aimer tous les deux. À quel point, Bucky ne pourrait plus vivre sans Steve ou même survivre d'ailleurs. Ah.

Le brun ne l'avait pas vu venir cette question. Mais d'ailleurs c'est quoi cette question et la manière de parler de Steve ? Qu'est-ce qu'il va s'imaginer par là ? Bon d'accord, peut-être qu'elle est légitime mais elle est tellement loin des faits réels que pour Bucky elle en devient absurde. Ce n'est pas pour autant, que Bucky risque d'envoyer bouler son homme ou d'être sarcastique ou quoi que ce soit dans ce genre là. C'est même plus de la surprise qui le prend en fait, Bucky pensait que c'était clair pour Steve pourtant. Hum.

- Non.

Même si Bucky a eu des femmes dans sa vie, c'est Steve et uniquement Steve qui compte, il n'y a et il n'y aura jamais personne d'autre.

- Tu es le premier homme dans ma vie et le seul.

Bon peut-être qu'il aurait pu approfondir sa réponse si sa moitié ne lui répondait pas concernant le bar, l'impression que Steve passe d'une réaction à une autre trop rapidement. Ou alors c'est simplement Bucky qui a mis trop de temps à percuter des choses.

- C'est tout ce qui m'importe, qu'on puisse arriver à vivre comme on le veut ailleurs qu'à l'appartement. D'ailleurs, tu me demandais si j'avais d'autres lieux ainsi, tu veux qu'on aille vérifier ensemble si ce sont de vrais souvenirs les flashs que j'ai ? Pas ce soir mais dans les jours ou semaines à venir.

Des fois, le brun se demande pourquoi il ne veut pas que ça se sache à l'immeuble surtout que les Gardiens semblent le savoir. Ce qui ne lui plaît toujours pas d'ailleurs. Puis Bucky se souvient de pourquoi il préfère que personne ne soit au courant, pour que personne ne puisse juger Steve ou s'en prendre à lui. Cela suffit déjà qu'aux yeux des autres ils soient les meilleurs amis du monde. Non, Bucky ne voit pas le fait qu'au contraire ça pourrait expliquer bien des choses ou il ne voit pas le fait que de vivre comme ils vivent ça parle pour eux. Pourtant...C'est après quelques secondes d'hésitation et une moue sur le visage que Bucky reprend.

- Tu sais, tu peux en parler à Sam ou à d'autres pour nous, si tu veux.

S'il ne lâche pas la main de Steve, ça ne l'empêche pas de replonger le regard sur son verre avant de le porter à ses lèvres pour boire une gorgée de whisky. Et ça lui avait manqué le goût de cet alcool, lui habitué à la vodka depuis longtemps maintenant, ça n'a rien à voir du tout, la sensation sur la langue ou dans la gorge. Quoi ? Quitte à attendre la réaction de son homme, c'est mieux de se distraire en pensant à de l'alcool plutôt qu'à angoisser sur les réactions de Steve justement.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Ven 16 Nov 2018, 22:02

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Ce serait mentir de dire qu'il ne trouvait pas certaines choses curieuses entre eux, c'était nouveau les sorties de ce genre, c'était presque comme s'ils avaient fait les choses à l'envers en couchant le premier soir et après tout ce temps, en sortant dans un bar ensemble pour se taquiner un peu. C'était curieux pour lui parce que tous ses souvenirs avec Bucky dans un bar ramenait à une amitié, une distance entre eux pas si grande qu'il l'aurait cru mais distance quand même. Dans ses souvenirs il n'y avait pas de main glissée, de petit mot susurré, de baiser ni rien de ce genre. C'était nouveau et c'était une sensation qu'il aimait, pouvoir découvrir encore plein de choses à ce stade de leur relation. Leur relation amoureuse était encore nouvelle par rapport à la durée de leur amitié, il fallait qu'il prenne ses marques sur bien des points, ça venait souvent naturellement et d'autres fois comme là, il percutait vraiment de tout ce que cela signifiait et ça lui faisait bizarre. Pas en mal, juste bizarre. Se dire qu'il pouvait glisser un bras autour de ses épaules et l'entraîner contre lui en publique, comme le ferait un couple quelconque, c'était bizarre. Se dire qu'il pouvait poser sa main sur sa cuisse, en simple geste affectueux et rien de plus, c'était bizarre, là où normalement il aurait gardé une distance et n'aurait certainement pas posé sa main là. Ils se cherchaient, lui-même cherchait à prendre ses marques, même là. Parce qu'il gardait au fond de lui cette petite impression que l'appartement rendait les choses plus particulières, comme une aura qu'aurait l'immeuble les incitant dans ce sens et le fait que des murs les cachent des autres participer à rendre cette relation plus particulière encore et hors de tout. Là, cela rendait les choses bien plus réelle et il avait besoin d'un petit temps d'adaptation pour prendre en compte tout ce que cela pouvait signifier, c'était émouvant aussi en un sens, lui qui avait passé sa vie seul d'un point de vue sentimental et qui désormais, savait qu'il ne serait plus jamais seul. C'était rassurant mais ça le touchait particulièrement de réaliser ce genre de chose, qu'il ne serait réellement plus jamais seul, que cette partie dans sa vie lui avait manqué même s'il disait que non et que maintenant il n'aurait plus jamais cette impression de solitude.

Malgré lui, il découvrait aussi cette petite jalousie et possessivité, il avait une confiance aveugle en Bucky mais était curieux, comment Bucky connaissait ces lieux, s'il avait déjà emmené un homme ici ou avait été emmené par un homme, si c'était quelqu'un qu'il avait connu, quelqu'un de leur entourage ou non. Tu es le premier homme dans ma vie et le seul. La forme de la réponse le perturbait un peu, le rendait perplexe, comme s'il cherchait à confirmer quelque chose, une chose à laquelle Steve avait pensé, ressenti, mais n'avait pas prononcé. C'était la manière dont il avait de lui dire ça, qui le rendait perplexe, car il n'avait rien sous-entendu ou alors il ferait mieux de s'écouter un peu mieux lorsqu'il parlait. Parler stratégie, combat, il savait faire, savait s'organiser mais sentimentalement parlant il était complètement largué. Ca avait déjà amusé Natasha à l'époque alors si elle le voyait maintenant, comme il peinait avec Bucky sur certaines choses, sûrement se moquerait-elle de lui.

C'est une bonne idée, cela ne coûterait rien d'aller vérifier. Ca nous fera sortir un peu, on a besoin de s'aérer plus souvent, le temps de trouver quelque chose à faire. Rester à l'appartement commence à devenir étouffant et ce n'est pas comme ça qu'on va trouver une solution pour nos problèmes.

Il apportait à nouveau la main de Bucky à ses lèvres, y déposait un simple baiser. Il s'était découvert être affectueux en plus d'être constamment sur le qui-vive au sujet du bien-être de Bucky, c'était de ces choses qu'il ne pouvait découvrir qu'en les expérimentant, de toute façon. La remarque de Bucky le prenait un peu au dépourvu et le ramenait à penser aux Gardiens qui, à son avis, n'étaient certainement pas les seuls au courant de leur relation. En parler à Sam ou à d'autres ? En soi, il ne se voyait absolument pas aller démarcher les gens et leur raconter la nouvelle, c'était du domaine privé. C'était plus le fait de se retenir de parler de certaines anecdotes leur étant arrivé ou de ce qu'ils avaient fais ces dernières semaines, c'était le fait de devoir peser chaque mot avant de les prononcer qui l'embarrassait et devenait pesant, surtout qu'il se disait que les gens devaient déjà se faire la réflexion qu'ils étaient ensemble bien avant, sûrement depuis son gros conflit avec Stark où il avait pris le parti de Bucky sans sembler hésiter une seconde ni chercher à revenir un seul instant sur cette décision. Les événements avaient suivis et fais que. Donc pour lui, les gens s'en doutaient déjà, le savaient déjà ou finiraient par le voir ou le deviner, s'ils les connaissaient assez. C'était juste qu'il ne pourrait pas confirmer leur doutes s'ils lui en parlaient. Mais avoir l'autorisation de Bucky le rendait une fois de plus perplexe.

S'ils cherchent à m'en parler, peut-être. Je doute sincèrement que notre relation soit un secret pour qui que ce soit, j'ai surtout tendance à me dire qu'elle était secrète pour seulement deux personnes et... ces deux personnes, c'était nous. Ou alors on le savait mais nous étions en plein déni. Je n'ai pas besoin de leur en parler mais je ne peux pas dire que vivre caché alors que je t'aime et que je suis parfaitement heureux dans le nouvel aspect de notre relation, m'arrange ou que j'en sois satisfait. Mais si tu n'es pas à l'aise avec le fait de leur en parler ou leur confirmer, on ne dira rien. Si tu penses que c'est trop lourd pour toi, que cela t'implique trop ou que sais-je, on peut garder ça pour nous comme on l'a fait jusqu'à présent.

Si Bucky avait besoin de le garder pour lui, soit, il n'irait certainement pas le forcer et prendre les devants pour un simple accord alors que Bucky préférait regarder son verre que le regarder lui suite à ces mots.

Ton bonheur m'importe plus qu'annoncer ça. Beaucoup plus.

Il n'avait jamais poussé à lui demander les raisons de vouloir garder ça secret, il s'était fait ses propres conclusions, peut-être fausses ou alors vraies mais que Bucky ne voulait pas admettre, il savait juste qu'ils étaient deux dans cette histoire et que le bien-être de Bucky comptait plus que cette annonce qui, disons le franchement, ne changerait rien à la vie de qui que ce soit, sinon Bucky et lui. Ou surtout Bucky. Steve avait vécu toute sa vie avec des regards réprobateur ou curieux et dans ce siècle, admiratif, il avait appris à ne plus y faire attention, à ces regards. Pareil pour les on-dit. Il avait juste peur qu'en sachant qu'ils étaient ensemble, Bucky devienne une cible facile, comme il avait toujours eu peur s'il s'était mis en couple et qu'on avait voulu le mettre à terre, s'en prendre à ceux qui comptaient le plus pour lui. Même s'il ne doutait pas que Bucky soit à même de se défendre, largement, on était jamais trop prudent.

Tu passeras toujours avant tout le reste.

(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Dim 25 Nov 2018, 00:10

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »
Vraiment, des fois Steve devrait s'écouter parler comme là avec cette question qui aurait pu être anodine. Savoir si Bucky a connu d'autres hommes. Déjà c'est clairement non et ensuite si ça avait dû être, ça aurait plutôt été pendant la période Winter Soldier...Hydra avait des idées tellement étranges et tordues par moments que tout était possible. Sauf que non et encore moins quand il vivait encore ici. Mais c'est surtout le ton de son homme qui fait que Bucky se dit qu'il imagine tout et n'importe quoi, voir que l'idée pourrait déranger Steve et c'est ridicule que Steve pense ça alors que Bucky lui a montré ce qu'il en est. Ou peut-être que justement, il ne le lui a pas assez fait comprendre, il n'en sait rien le brun.

Et en même temps, il ne peut pas en vouloir à Steve pour cette réaction alors que Bucky se souvient très bien de comment il a pu réagir quand il a appris pour Jessica...Et ils n'étaient officiellement que les meilleurs amis du monde. Tout comme, il ne peut pas en vouloir à son homme parce qu'il y a eu l'araignée, c'était avant leur couple, c'est du passé. Même si Bucky mentirait en disant qu'une fine partie de lui ne grince pas des dents à chaque fois qu'il voit Jessica.

Au final, sa propre réponse est surtout tournée ainsi pour rassurer Steve et lui faire comprendre Ô combien il peut être unique dans la vie de Bucky. Le lui faire comprendre une nouvelle fois ou pour de bon. Bien que, comme il l'a pensé, cette jalousie qu'il a pu sentir, il ne peut rien dire à Steve, Bucky serait en prime capable de réagir bien pire que ça. Lui proposant surtout par la suite, qu'ils aillent vérifier ensemble les choses. Une autre manière pour eux de sortir de l'appartement, autrement que pour bosser ou faire des courses ou dieu sait quoi en rapport avec la mission originelle.

- Alors on fera comme ça.

Forcément que son homme puisse étouffer et avoir besoin de bouger, de s'occuper n'est pas du tout surprenant. Alors tant pis pour les éventuelles autres surprises que Bucky pourrait lui faire, le brun trouvera bien d'autres choses pour surprendre agréablement sa moitié. Au nouveau baiser de Steve sur sa main, Bucky y répond par une légère pression de ses doigts dans ceux de son homme. Et mentalement un "bordel que je t'aime toi", c'est plus que fréquent qu'il pense ainsi et si vu son passé, Bucky pourrait étouffer sous les attentions constantes de Steve, ça le rassure surtout. En plus de l'apaiser, bien que des fois, oui, il songe que sa moitié est vraiment très fleur bleue. Il y songe en même temps qu'un "surtout n'arrête jamais", il n'est toujours pas très convaincu de mériter tout ça mais il ne pourrait plus s'en passer maintenant.

Mais surtout, il y a cette histoire de garder leur relation secrète alors que Bucky voit bien que ça peut peser à Steve. Alors, oui, il dit à son homme qu'il peut en parler s'il le souhaite. Sauf qu'il préfère regarder son verre parce qu'il n'a jamais dit, encore, à sa moitié pourquoi il préfère que ça reste secret. Et que Steve serait capable de le deviner juste en voyant son regard. Ils se connaissent bien trop pour ça. Surtout qu'il voit déjà venir Steve s'il en parle, le voit déjà s'agacer et ça, Bucky ne le veut pas et encore moins ce soir. Le brun n'a pas l'énergie nécessaire pour risquer une nouvelle engueulade aussi près de la dernière et même tout court. En plus du fait que leur soirée serait entièrement gâchée...Ou peut-être qu'il se fait juste des films.

Redressant les yeux pour les poser sur son homme à peine commence t-il à parler. Mais. Bien sûr que si c'est encore un secret pour la plupart des gens, non ? En plein déni, oui, c'est même sûr et certain du côté de Bucky, il suffit qu'il repense au passé et à ses réactions pour le savoir. Cela remonte vraiment à longtemps, quand ils n'étaient encore que des adolescents mais il n'a rien vu à ce moment là ou justement, Bucky n'a rien voulu voir. Puis ça sort finalement, une fois que son homme a fini de parler, entièrement fini de parler.

- Comme toi tu passeras toujours avant tout le reste.

Oui, vraiment les deux mêmes.

- Mais tu es un idiot, je ne t'ai pas demandé de faire du porte à porte pour leur annoncer mais justement je te vois bien faire. Je vois que tu n'aimes pas ça. Rien que quand on bosse sur les docks, tu crois que je ne t'ai jamais vu retenir des sourires un peu idiot quand tu me regardes ou ta manière de parler ? Donc, oui, je le sais très bien et justement, on doit déjà faire attention en dehors alors pourquoi tu devrais faire autant attention dans l'immeuble ?

Et c'est là que ça se complique..

- C'est simplement que je sais ce que certains pensent de moi ou comment ils me regardent encore maintenant et je ne veux pas que tu aies à subir ça...même si tu vas me répondre que tu en as rien à faire des jugements et compagnie. S'ils se contentent de ça, s'ils ne vont pas jusqu'à essayer de te faire du mal pour m'atteindre. Oui, oui, je sais que tu es plus que apte à te défendre, tout comme moi je le suis si nos places étaient inversées.

Bucky ne laisse pas le temps à son homme d'en placer une, tout en essayant de bien lui montrer qu'il n'est pas dupe du fait que Steve cherche à le protéger...alors que c'est le rôle de Bucky que de protéger Steve et non l'inverse.

- Alors que bordel, leur dire à tous que je t'aime et que tu m'aimes tout autant, ça me démange souvent. Leur dire que l'homme de ma vie, c'est toi ? Bordel ils peuvent même pas imaginer à quel point je t'aime et à quel point j'en suis fier et heureux.

Avec en sous-entendus, au moins tout le monde saurait que tu n'es plus un coeur à prendre, que tu es mien. Mais surtout Bucky observe Steve, ayant parlé avec flamme, avec une lueur d'amour dans le regard sans s'en rendre compte, espérant juste que son homme ne va pas surenchérir ou se froisser ou il ne sait trop quoi.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mer 28 Nov 2018, 22:06

Il commençait à se dire, à mesure que les minutes passaient et qu'ils commençaient à jouer à ce petit jeu, qu'ils avaient faits les choses à l'envers. La séduction qui ne venait que maintenant, le sexe qui était arrivé presque en premier, dans son idée, les choses auraient du commencer par la séduction, venir dans ce genre de lieu pour essayer de voir où cela mènerait après leur premier baiser puis ensuite, voir s'ils pouvaient envisager d'aller plus loin. Il ne changerait pour rien au monde ce qu'ils avaient fait et comme les choses s'étaient déroulés, surtout qu'ils n'avaient eu aucun contrôle sur leur actions et qu'une fois la machine lancée, rien ne pouvait plus les arrêter. Une fois, deux fois... cinq, six fois en une journée - ou deux selon le point de vue - c'était énorme. Il était partagé, parce qu'en soi ils se connaissaient depuis toujours et il était parti du principe assez simple - et niais - que c'était surtout leur corps qui compensaient tout le temps qu'ils avaient perdus, à se chercher l'un l'autre en permanence.

C'était surtout que Steve avait toujours eu ce côté fleur bleu, cet aspect un peu délicat et fragile qu'il avait été forcé d'étouffer toutes ces dernières années mais qui ne demandaient qu'à ressortir avec sa nouvelle relation. C'était peut-être ça qui le poussait à se dire qu'ils avaient faits les choses à l'envers, tout en se disant qu'il ne voudrait rien changer à leur relation, qu'elle était belle, unique, que c'était juste eux, point. Qu'il était fou de lui, de toute façon et que cela se voyait au regard qu'il avait sur lui. Il l'avait toujours adoré, cela prenait un autre sens cette fois-là mais restait de l'adoration. A l'énième baiser sur la main de Bucky, il sentait ses doigts se raffermir un peu et il ne pouvait que sourire davantage. C'était bizarre ce petit jeu de séduction dans un lieu adapté, hors de leur appartement qui renfermait tous leur secrets. Cela rendait les choses plus réelles pour lui, elles existaient, leur relation existait. Il l'aimait, avait le droit de le montrer ici, comme il aurait pu le faire avec une femme. Il pouvait le garder contre lui ou rester contre lui. Bucky était réceptif, il comprenait ses regards et ne pouvait qu'y répondre. Comme quoi, si Bucky pouvait totalement accepté son côté fleur bleu, son côté romantique assez extrême, c'était une preuve de plus qu'ils étaient faits l'un pour l'autre.

La conversation prenait un aspect un peu plus sérieux, ils avaient encore beaucoup à se dire tous les deux, la preuve en était. C'était difficile mais certaines choses devaient être dites, ils ne pouvaient pas tout se dire par le regard. Il fallait parler de ça plus précisément, qu'ils mettent les points sur les i à ce sujet. Ce n'était pas forcément le lieu et il espérait que le ton du début de soirée resterait, surtout. Que Bucky comprenne bien qu'il compterait avant tout, avant cette annonce et tout le reste. C'est surtout qu'il sentait Bucky se tendre à certaines phrases et qu'il pouvait essayer de le cacher comme il voulait en regardant son verre et en buvant, ça ne prenait pas avec lui.

Le premier long dialogue de Bucky lui donne une boule dans la gorge et s'il se retient de parler, ce n'est que parce qu'il voit bien qu'il n'avait pas terminé là, pourtant Steve aurait déjà bien à répondre, surtout pour dire que l'idiot était bien Bucky. Il l'aimait, il pouvait faire ce qu'il pouvait mais il n'était pas un acteur, il était même très mauvais menteur en général, il ne pouvait pas jouer un rôle ou faire comme si de rien n'était alors qu'il avait été habitué à toujours veiller sur Bucky, comme Bucky veillait sur lui et il ne pouvait pas le regarder autrement qu'actuellement. Même s'il le voulait, il ne pourrait pas.

Déjà, Bucky qui s'exprime autant, c'est rare. Si rare que c'est finalement ce qu'il remarque et ce pourquoi il n'intervient pas et ne cherche pas à l'interrompre ; c'est rare que Bucky parle autant et se confie, surtout, sur ce qu'il ressent et partage aussi clairement ses impressions, ses ressentis, ses sensations. C'était rare et il ne voulait pas le contraindre à arrêter alors que c'était déjà, selon lui, un énorme progrès pour l'homme qu'il était. Surtout les dernières phrases, ils se l'étaient déjà dis mais c'était toujours comme si c'était la première fois qu'il entendait ces mots et ça le touchait toujours autant, à chaque fois. Il fronçait les sourcils. Il n'allait pas répondre dans l'immédiat, préférant relâcher sa main pour prendre son menton entre son pouce et son index pour l'inciter à le regarder. Il laissait un petit silence s'installer, comme pour attendre que le calme revienne avant de finalement lui répondre.

On peut leur dire. On peut ne plus se cacher. J'ai l'impression que tu en as envie et besoin, toi aussi. Il n'y a rien de mal à ça. Nous sommes deux adultes, deux hommes responsables. Notre amour n'est clairement pas au coeur des conversations et ne le sera pas, pour la simple raison que nous sommes tous en mission et que si nous pouvons trouver un peu de réconfort alors... Tant mieux. Si n'importe lequel d'entre nous peut trouver de l'amour et du réconfort, qu'il le fasse. Ces gens dans l'immeuble sont nos amis, nos alliés. Ils ne nous en voudront pas. Je doute même que ça les intéresse. Ce ne sont pas eux qui pourraient retourner ça contre nous, ça expliquerait même tout de nos comportements depuis tout ce temps.

Nul doute qu'il pensait à Stark pour ces derniers mots, que si Stark l'apprenait, il comprendrait peut-être enfin pourquoi Steve avait choisi Bucky, au delà de la raison et de son amitié, il y avait surtout l'amour qu'il portait à Bucky et que c'était plus fort que lui d'agir ainsi, de mettre Bucky en premier, quoi qu'il arrive. De lui trouver toutes les excuses du monde et de toute façon, depuis qu'il avait ce sérum, ses capacités d'analyses le poussaient à tout analyser et être objectif, donc tout jouait en la faveur de Bucky.

Je ne veux pas avoir à te cacher alors que je t'aime et que je n'ai jamais été si heureux que depuis que nous sommes vraiment ensemble. Alors... Oui, si on nous le demande, je peux le dire. Comme lorsqu'on nous invite à dîner, je ne devrai pas me retenir de passer un bras autour de toi, de te serrer contre moi. On ne devrait pas avoir à venir séparément alors qu'on fait toujours tout ensemble. Mais je n'ai pas envie de t'y forcer si tu n'en n'as pas envie, je n'ai pas envie de le dévoiler alors que tu n'es pas prêt et si tu n'es pas prêt, je peux attendre. Notre vie privé ne regarde que nous, ce qu'il se passe une fois la porte de notre appartement, close, ne regarde que nous.

Pour clore cette phrase, qu'il comprenne qu'il ne reviendrait pas sur cette possibilité, lui laisser une porte ouverte, une porte de sortie mais en même temps lui dire qu'il était heureux avec lui et ce qu'il aimerait un jour pouvoir faire, et surtout pour les mots de Bucky plus tôt, il déposait un baiser contre ses lèvres.

Tu es ma moitié. Je n'ai pas honte de dire que tu me rends heureux, follement heureux. Que grâce à toi, je me sens vivant, plus vivant que jamais.

Même si, du coup, il culpabilisait d'être aussi heureux alors que tant d'autres avaient tant perdus alors qu'eux deux avaient tout gagnés. C'était tant mieux pour Bucky s'il était enfin heureux après tout ce qu'il avait vécu mais lui, ne se sentait pas légitime à tant de bonheur. Alors en soi, il était surtout heureux que Bucky soit enfin en paix et qu'il puisse y contribuer mais culpabilisait d'être aussi heureux en retour. Il déposait un autre baiser contre ses lèvres, à croire que les autres n'existaient pas, même s'il les entendait, les sentait autour d'eux. C'était juste Bucky à cet instant, juste ses lèvres et leur mots. Essayer de réconforter Bucky tout en peinant un peu à le faire. Peut-être qu'il avait encore des choses à lui dire ?


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Lun 03 Déc 2018, 20:40

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »
Bucky peut passer d'une pensée à l'autre en deux secondes ou en avoir deux contradictoires en même temps et quelque part c'est fatiguant que tout ceci. Ce qui ne l'aide en rien pour ne pas envisager le pire ou à ne pas avoir de drôles de réactions comme en disant à Steve qu'il peut en parler aux autres et le dire sans le regarder. Tout ça parce qu'en même temps il se demande comment son homme va réagir et que du coup il anticipe une autre réaction. Une plus virulente, il a beau aller mieux, par moment c'est encore difficile pour lui de croire que la violence est derrière lui, qu'il peut s'exprimer comme il en a envie. Alors que pourtant c'est Steve donc forcément que Bucky peut le faire, c'est juste encore et toujours des choses qu'on lui a tellement entré dans le crane, que, bah ça le perturbe. Alors que pourtant, son homme est la douceur, la tendresse incarnée pour qui le connaît réellement comme Bucky peut le connaître.

C'est difficile de passer du jour au lendemain de plus de soixante-dix ans de violence autant reçue que donnée, à que de la douceur et rien que de la douceur. Et dieu sait que maintenant, Bucky ne pourrait plus s'en passer de tous les gestes de son homme aussi fleur bleue soit-il. Accro, totalement. C'est rassurant et apaisant pour le brun, en plus de savoir que Steve sera toujours là, avec lui, que leur couple n'a pas de durée limite, que tout ne va pas cesser du jour au lendemain. C'est aussi savoir, qu'en plus ne plus pouvoir s'en passer, qu'il ne pourra jamais s'en lasser que de tout ceci. Surtout que Steve a peut-être été obligé de changer avec ces guerres mais Bucky le voit quotidiennement que son homme est toujours aussi tendre, aussi romantique. Alors que pourtant, ça ne fait pas si longtemps que ça que leur relation a pu évoluer. Sauf que Steve a toujours été ainsi et même s'il cherchait à le cacher, Bucky le savait déjà. Sa moitié a toujours été mille fois plus romantique qu'il ne le sera jamais.

Donc oui, Steve n'aurait pas eu besoin, en prime, de lui dire qu'il n'aime pas se cacher, Bucky le voit ça aussi. Sans doute est-ce sa remarque de tout à l'heure qui les mène aussi sur ce terrain, celle sur le fait que Steve doit être libre d'être lui-même. Pour autant, le brun n'a aucune envie de que ça dégénère entre eux et en même temps, il ne peut pas ne pas enfin dire à Steve pourquoi il ne voulait pas que ça se sache. Le lui disant en voyant pourtant venir les réponses, voir que son homme s'énerve et monte encore au créneau. Prenant les devants en disant à Steve que oui il sait que son homme peut se défendre, que oui il sait que son homme s'en fiche des jugements et compagnie. Bucky le sait tout ça mais vouloir défendre et protéger Steve, c'est plus fort que lui, c'est encré dans ses veines ça...encore plus surement que tout le reste. Lui assurant de nouveau qu'il l'aime, bien plus qu'il ne pourrait le dire et que justement, des fois il aimerait que tout le monde sache la chance qu'il peut avoir. Tout en continuant à penser qu'il ne mérite pas vraiment un homme tel que Steve ou d'être heureux d'ailleurs, ça va ensemble puisqu'il ne peut être heureux sans Steve. Son petit côté possessif et obsessionnel qui parle ne même temps.

Bucky ne voit qu'à moitié les réactions de son homme puisque les lunettes l'en empêche, malgré cela, il n'en loupe aucune. Au moins aura t-il eu le temps de terminer de parler. Est-ce bon ou mauvais signe que Steve vienne lui tenir le menton ainsi, alors qu'il a fait la même chose juste avant que leur dispute ne se déclenche il y a une semaine de ça. Pitié pas ça. Puis son homme se met à parler et le brun l'écoute du début à la fin sans l'interrompre, comme souvent, n'étant bien évidemment pas d'accord sur certains points. Envie et besoin ? Oui et non, c'est complexe. Non, ils ne sont pas tous nos amis, alliés peut-être et encore que, mais amis. Expliquer leurs comportements ? Ah oui, peut-être, en effet, vu que c'était déjà là sans qu'ils ne le voient, une révélation du coup pour Bucky à ce passage là.

La suite par contre, le brun en aurait presque les larmes aux yeux, entre les mots doux de son homme mais aussi à cause de cette manière que Steve peut avoir de vouloir encore se mettre en retrait. Et un baiser ne me fera pas taire mon coeur. Même les paroles suivantes qui au passage pourraient encore plus lui filer envie de pleurer comme une gamine. Ce second baiser que Bucky lui rend avant de poser son front contre le sien quelques instants. Finissant par se reculer un peu et par lever sa main droite pour la poser sur la joue de son homme dans une douce caresse.

- Je n'ai pas honte non plus de dire que tu es ma moitié, de dire à quel point tu me rends heureux et à quel point je peux t'aimer. Ni de dire à quel point j'ai besoin de toi. De dire que c'est à grâce à toi si je suis là aujourd'hui, si j'en suis là aussi. De dire que c'est toi qui m'a gardé en ligne ces dernières années. De dire que c'est toi qui me ramène petit à petit vers l'humanité. De dire que c'est uniquement toi qui arrive à me faire sentir vivant. De dire que c'est grâce à toi, ton amour et ta patiente si j'arrive à dépasser certains blocages. Je sais que tu as vu, que tu vois tout ce qui me pose problème et je ne te dirai jamais assez merci de ne rien dire mais de m'aider à ta manière. C'est con à dire mais par exemple, oui, sans toi, je n'irais toujours pas sous la douche, c'est toi qui fait passer tout ça alors que j'en avais une peur bleue.

Les mots qui finalement s'enchaînent, lui qui pourtant est sûr de ne plus savoir les manier et dire vraiment ce qu'il ressent, en plus de ne plus aimer parler.

- Je sais, avec tout ça, que je ne suis pas toujours facile à suivre ou à comprendre, je sais que des fois mes réactions peuvent te perturber ou te blesser sans que je ne le veuille. Pourtant tu es toujours là, près de moi, prêt à me soutenir encore et toujours. Tu me donnes tellement mon coeur, et ça depuis toujours, depuis qu'on est petits, je ne sais même pas si tu t'en rends compte ? Alors, je ne sais pas si j'en ai besoin mais avoir envie de leur dire, oui. S'ils pouvaient ne serait-ce qu'avoir un aperçu de comment tu es vraiment, de celui que tu es vraiment, de tout ce que tu peux vraiment faire et sans rien attendre en retour. Qu'ils aient un léger aperçu d'à quel point je peux t'aimer pour tout ça et bien plus encore, plus que je ne pourrais jamais te le dire.

Finissant de parler en venant déposer un baiser sur les lèvres de son homme alors qu'il n'a pas cessé ses caresses sur la joue de Steve un seul instant. Tout en dévorant encore et toujours son âme soeur du regard.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

The way you make me feel. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Everything that kills me make me feel alive • Jody
» Vasily-Petru~~I'm not going to make you feel better
» you make me feel worse ► velcan
» Soothing, I'll make you feel pure. Trust me, you can be sur ♠ Mateo
» « want to make you feel alright ▲ Gabriel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan-