RSS
RSS



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SSR RECRUTE !

SSR recrute des membres, 25$ seront offerts aux nouveaux à la SSR

Partagez|

The way you make me feel. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: The way you make me feel. | Stucky Mar 21 Aoû 2018, 12:57

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
14 Septembre 1945

Les disputes n'étaient plus qu'un souvenir. Pas lointain mais un souvenir qu'ils avaient eu à balayer. Pour lui, les tensions n'étaient plus, il n'avait plus non plus besoin de craquer, juste besoin de réapprendre à être... lui. Réapprendre à vivre dans ce siècle sur lequel il avait été obligé de faire une croix. Ce qui ne l'effrayait pas, finalement, c'était la continuité de sa vie, ce qu'il se serait passé s'il n'était pas tombé à pic, à quelque détails près. Ou alors s'il était tombé à pic et qu'on avait trouvé à le réveiller aussitôt mais qu'il devait vivre dans le secret.

Une semaine, presque, qu'ils pouvaient travailler. Une semaine et leur appartement ressemblait à quelque chose de plus cosy. Des vêtements normaux et à leur taille en plus d'être leur style, plus ou moins. De vrais ustensiles de cuisine, le rêve pour lui, pouvoir enfin manger correctement ou presque. Des draps, des vrais, pour remplacer le dessus de canapé et de lit qu'avaient laissés les anciens propriétaires. Il avait aussi enfin pu tailler sa barbe pour que celle-ci ressemble à quelque chose de plus propre, puisque l'homme qui partageait sa vie lui avait demandé de la garder. Il l'avait gardé mais l'avait taillé, c'était au moins ça de fait. Il se sentait vraiment bien dans cet appartement. Ah et en fait, le plus important : un verrou à la porte et un système de clés.

Bref, une vraie vie qui commençait entre eux, ici. Si on éclipsait les problèmes avec les vilains échappés et avec certaines personnes de l'immeuble, il pourrait se dire être un homme comblé. En tout cas dans le domaine privé, il l'était largement.

Il avait terminé son ménage dans l'appartement, balayer puis laver le sol, laver les fenêtres, laver chaque meuble. Laver encore la baignoire et compagnie, leur appartement n'aurait pas pu être plus propre qu'il l'était actuellement. Dépoussiérer les coussins du canapé en les tapant dehors et être choqué par la quantité de poussière qu'il pouvait y avoir à l'intérieur. Les laver eux aussi et attendre qu'ils sèchent au soleil, posés sur les chaises proche de la fenêtre, sachant parfaitement que s'il les posait sur le toit, ils auraient vite fait de disparaître. Bref, leur appartement sentait le propre et il adorait cette odeur, pour une fois. Parce que cette odeur changeait de tout ce qu'il avait connu ces dernières années. Ce n'était pas parfait, c'était encore loin de l'être mais ça commençait à vraiment lui plaire et ressembler à quelque chose et en soi, rien que le fait qu'il ait le sérum dans les veines lui permettait de faire bien plus et donc gagner bien plus. Cette époque n'était pas faite pour les crevettes comme il en était, avant. Il jugeait plus durement la mentalité de cette époque, maintenant qu'il savait que dans le futur, l'idée que son asthme ici soit encore considérée comme maladie mentale l'exaspérait. Combien devaient encore en souffrir, tiens. Bref.

Il s'asseyait sur la dernière chaise libre, avec son verre d'eau posé sur la table devant lui, une petite pause méritée après avoir passé la journée à nettoyer cet appartement de fond en comble. Aucune idée de ce que sa moitié était entrain de faire, tiens.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mar 21 Aoû 2018, 15:12

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »

14 Septembre 1945

Il a eu du mal à se remettre de leur dispute, même une semaine après, c'est toujours bien présent. Il l'avait dit de toute manière que la culpabilité allait rester un moment. Le brun n'est pourtant pas resté inactif, allant trouver Jean pour qu'elle l'aide et elle l'a fait, plus de code d'activation dans la tête et il s'en est assuré avec elle, lui faisant réciter les dix mots à voix haute. Et à part le réflexe ancré de ce qu'il allait se passer...rien, nada. Bucky ne dirait pas qu'il est guérit, il n'était pas malade après tout mais il va mieux, il est plus stable. Les hauts et les bas sont moins violents. Il ne dirait pas qu'il ne fait plus qu'un avec le Winter Soldier mais c'est en bonne voie. Bien qu'il ne prenne rien pour acquis ou gagné d'avance, on ne sait jamais.

Ceci d'un côté mais aussi depuis une semaine, une sensation de normalité qui revient, qu'il n'a pas connue depuis....depuis avant qu'il n'intègre la 107ème. Le fait qu'ils puissent sortir et courir mais aussi travailler, gagner un peu d'argent pour pouvoir acheter ce qui leur est nécessaire. Laissant plus ou moins Steve gérer les choses, ce dont un appartement peut avoir besoin, lui ne s'en souvient plus vraiment. Bucky est là, présent, faisant ce qu'il faut mais oui les détails ce n'est toujours pas ça. Sauf sur le plan cuisine, là, il a retrouvé facilement ses réflexes et la manière de faire et disons qu'il y a peut-être aussi ce vieux réflexe de devoir s'assurer de ce qu'il peut manger.

C'est d'ailleurs pour ça, que Bucky s'est éclipsé quelques heures plus tôt, sortir pour faire des courses de nourriture, lui disant qu'il allait faire deux courses. Le faisant quand Steve est vraiment passé en mode tornade maniaque du rangement. Il peut comprendre son homme et son envie que tout soit impeccable, comme il l'a décidé mais c'est un petit côté de Steve qui l'agace. Parce que lui sans être vraiment bordélique, s'en fiche totalement de voir un verre traîner sur la table au lieu d'être à la cuisine. Ou encore de voir un grain de poussière par-ci et par-là, ou même de laisser ses fringues n'importe où et surtout là où Steve les lui ôte en général.

Finissant par revenir à l'immeuble après avoir traîné, en effet, Bucky l'avoue mais pas pour rien. Grimpant rapidement les étages pour ouvrir la porte de leur appartement, deux sacs dans les mains. Cherchant directement où se trouve son homme, assis sur la seule chaise ne trônant pas avec un coussin dessus. Ne l'approchant qu'après quelques secondes à cligner des yeux autant à cause de l'odeur de propre, que pour le fait que tout soit rangé, hormis ces pauvres coussins.

Déposant ses sacs sur la table pour s'empresser de pouvoir embrasser Steve, un baiser au goût de je t'aime et d'un tu m'as manqué . Incapable qu'il est de passer quelques heures loin de son homme sans que Steve ne lui manque énormément.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mar 21 Aoû 2018, 17:53

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Deux semaines qu'ils étaient ici, une semaine qu'ils pouvaient vraiment s'installer sans que Steve ait l'impression d'être un voleur qui se contentait de voler le minimum aux honnêtes gens, juste assez pour survivre soi de la nourriture et des choses élémentaires, savon, papier, serviette.

Dans sa folie du nettoyage, il avait aussi fait prendre son premier vrai bain au chaton, ne voulant pas brusquer la demoiselle dans un premier temps alors qu'elle venait juste de sortir de la rue, il avait profité pour lui donner un bain, un vermifuge et de l'anti-parasitaire achetés chez un vétérinaire, car le coût des médicaments et de la visite était largement hors de leur moyens et la bestiole ne semblait pas en trop mauvais état non plus quand on lui retirait les puces, il y avait pire.

La boule de poils était encore dans la chambre vacante, à croire qu'elle y avait trouvé son compte et sa place. C'était peut-être aussi sa façon d'éviter Steve qui s'agitait partout pour nettoyer l'appartement, il fallait aussi dire que la litière pour ce chaton c'était encore toute une histoire et toujours en phase d'apprentissage. Il était assis à boire un verre d'eau quand Bucky rentrait enfin. Il avait pris son temps et cela dérangeait Steve, juste un peu mais assez quand même, simplement parce qu'il lui avait manqué et ne pas l'avoir à portée de vue, il avait perdu cette habitude et n'avait pas envie de la reprendre.

Il aimait juste cette habitude qu'ils avaient pris en se retrouvant, que ce soit après le travail s'ils n'avaient pas les même heures et se retrouvaient ou après le travail et enfin rentrer chez soi et pouvoir se rapprocher, ne pouvant absolument pas le faire au travail pour des raisons évidentes. Se retrouver ici et s'embrasser pour se dire bonjour comme s'embrasser pour se dire au revoir. Cela faisait deux semaines mais il ne s'y faisait toujours pas totalement à l'idée. Quand Bucky l'embrassait, il lui rendait tendrement son baiser. Tu m'as manqué aussi. Se levant finalement ensuite pour finir son verre et le poser dans l'évier. La boule de poils noirs semblait avoir entendu et s'être réveillée et ses poils étaient tous ébouriffés, Steve était à deux doigts de rire en voyant la tête que ça lui faisait puisque l'on pouvait voir de quel côté elle avait dormi, ses poils étaient tout aplati sur le côté droit de son visage pour être touffu tout ailleurs. Chaton qui avançait jusqu'à eux. Poils encore un peu mouillés.

Il semblerait que tu lui as manqué aussi.

Il l'avait après tout donné à Bucky, même s'il s'en était lui-même occupé aujourd'hui, dans son esprit, cela restait le chat de Bucky. Quand bien même ce qui était à Steve était à Bucky et inversement. Il restait convaincu qu'il avait besoin du chaton autant que le chaton avait besoin de Bucky et qu'ils pourraient s'aider.

Tu as trouvé ce que tu cherchais ? Tu as mis du temps.

Il ne voulait pas être étouffant non plus mais... question d'habitudes prises. Être toujours l'un avec l'autre tout en sachant que l'un ou l'autre aurait peut-être besoin de souffler à un moment.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mar 21 Aoû 2018, 19:24

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »

14 Septembre 1945

Vraiment étrange que ce début de nouvelle vie à deux, non pas parce qu'ils sont deux mais parce que ça ressemble à une vie normale, que leur appartement ressemble chaque jour un peu plus à un cocon. Étrange dans le sens que Bucky n'a plus vécu ça depuis plus de 70 ans et en prime cela se fait dans son époque, du mois celle dont il vient et qu'il s'y réhabitue petit à petit. Même quand il est dehors que ça seul ou avec Steve, il est moins fébrile de chaque son et odeur qui peut venir l'envahir, Bucky se sent juste encore en dehors du temps, en dehors de cette époque.

Sensation qui passe assez rapidement alors qu'il retrouve les lèvres de Steve, il peut dire ce qu'il veut mais qu'importe où il se trouve, il ne peut être chez lui qu'avec son homme près de lui. Bucky était pressé de rentrer même s'il a pu traîner, pressé de retrouver Steve déjà parce que ne pas pouvoir le toucher quand il le veut est difficile. Déjà parce qu'être loin de lui est une épreuve à chaque seconde qui passe. Est-ce qu'un jour ce besoin presque maladif de toujours l'avoir sous les yeux va lui passer ? Aucune idée. Bucky est pressé également parce qu'il a prévu une petite surprise pour Steve. Souriant contre ses lèvres avant que sa moitié ne se lève pour ranger son verre, le suivant du regard jusqu'à voir le regard amusé de Steve qui regarde vers le sol. Bucky cherchant des yeux la source d'une telle chose pour tomber sur leur chaton et mon dieu mais qu'est-ce qu'il lui est arrivé.

Le brun se penchant pour récupérer la boule de poil dans ses mains, pouvant constater qu'elle a le poil humide et qu'elle sent limite le savon. Autant dire que Bucky comprend en moins de deux secondes ce qu'elle a pu vivre, surtout qu'il a le vague souvenir ou la vague impression que les chats n'aiment pas l'eau, qu'ils se débattent quand on essaye de les coller dans ou sous l'eau. Chose que Bast a certainement fait s'il ne se trompe pas

- Que je lui ai manqué ou elle veut que je la plaigne ?

La puce se blottissant contre Bucky, frottant sa petite tête contre sa main droite, ne pouvant dès lors que la grattouiller derrière les oreilles. Relevant ses yeux sur Steve avec cette lueur dans le regard, celle qui indique qu'il va taquiner son homme en moins de deux secondes.

- Je serais resté, tu m'aurais aussi collé de force à la douche ? Remarque ça aurait pu donner quelque chose d'intéressant.

Oui, Bucky sous-entend bien que ça aurait fini à deux, sous la douche. Irrécupérable ou plus simplement juste amoureux de son homme, à ne pas se lasser une seule seconde du moindre contact entre eux. Observant Steve, un sourire venant sur ses lèvres tout en continuant à câliner la petite chatte qui de son côté se met à ronronner, visiblement contente d'avoir de l'attention. Tu as mis du temps. Ah.

- Oui, c'est vrai, j'ai un peu traîné et oui j'ai trouvé tout ce que je cherchais et même ce que je ne cherchais pas encore.

Est-ce qu'il peut faire encore plus énigmatique ? Possible oui. Disons que ça fait deux jours qu'il a une idée en tête sans savoir quand il pourrait la mettre en place, ni comment, l'occasion s'est présentée à Bucky et il l'a saisie.

- Mais du coup, toi et moi, on sort ce soir.

Une explication, ça pourrait le faire, pourtant Bucky cale le chaton contre lui avec sa main droite pour se libérer la main gauche et attraper un des deux sacs, celui où il y a vraiment de la nourriture. Oui, il pourrait sans doute reposer la demoiselle mais en une semaine de temps, c'est limite si le brun ne passe pas son temps à la couver, enfin quand il n'est pas occupé à couver, câliner ou embrasser son homme. Dans son esprit, c'est pourtant toujours leur chat à tous les deux mais Bucky s'est mis à s'occuper d'elle facilement et à assumer quand elle peut faire une bêtise ou zapper sa litière, tout comme il la nourrit et vérifie qu'elle a toujours de l'eau propre. Tout ça pour expliquer pourquoi il ne la lâche pas en attrapant ce sac dans sa main et c'est toujours un peu énigmatique qu'il demande à Steve.

- Ouvre l'autre sac, mon cœur et regarde.

Déposant un baiser sur sa joue au passage avant de filer à la dite cuisine, ranger ses courses d'une main, gardant autant que possible un œil sur son homme. Tout simplement parce que dans le second sac se trouvent deux costumes, ce n'est pas du grand luxe, ils ne sont pas neufs non plus, leur budget ne le leur permet pas mais ils sont chics et à leurs tailles malgré tout. Quand Bucky les a vu en vitrine de cette friperie, il n'a pas résisté, ça changera de leurs vêtements du quotidien, un moyen de marquer le coup et de changer un peu.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mar 28 Aoû 2018, 00:53

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Il ne le dirait jamais assez, qu'il aimait ces habitudes qu'ils prenaient. Que ce soit le câlin du matin pour bien se réveiller, que ce soit le baiser du matin ou celui avant de partir au travail, celui au retour du travail. Trop de détails qu'il adorait et qui lui donnaient la sensation d'être normal, de vivre normalement, enfin. Même si cela n'aura pas été sans rien. Ca valait bien tous les efforts qu'ils avaient faits pour en arriver jusque là.

Que je lui ai manqué ou elle veut que je la plaigne ?
Un peu des deux, j'imagine. Je lui en ai mis sur la nuque et derrière les oreilles, attention à ne pas t'en mettre partout.

Mais ils n'allaient certainement pas garder un chat sale qui avait vécu dans la rue et ils n'allaient pas courir le risque de ne pas lui faire d'anti-parasitaire s'ils voulaient la garder. Puis, elle n'avait pas l'air de l'avoir trop mal vécu ou alors il ne s'en rendait vraiment pas compte avec la force qu'il avait. Et pour les oreilles et la nuque, eh, ils avaient peut-être l'habitude de la caresser là mais ce chat était une vraie contorsionniste !

Je serais resté, tu m'aurais aussi collé de force à la douche ? Remarque ça aurait pu donner quelque chose d'intéressant.

Un petit sourire de sa part, pour toute réponse. Au début.

De force ? Je connais des moyens plus doux pour ça, j'ai même quelque idées qui me viennent, là.

Ce n'était pas le genre de taquinerie qu'il se serait vu faire un jour mais c'était peut-être ça aussi, être parfaitement à l'aise dans une relation. Pouvoir se permettre ce genre de petite taquinerie. Il aimait aussi mettre en avant ce qu'il se serait passé, s'il avait du guider Bucky sous la douche. Puis, ce n'était pas comme si Bucky s'était un jour plaint dans leur moments sous la douche, même qu'un peu plus et il pourrait croire que c'était parce qu'ils avaient passés de si bons moments sous la douche que Bucky pouvait y aller si facilement maintenant. Cesse de rêvasser, se disait-il. C'était ça aussi de repenser à ces moments, il se perdait dans ses pensées. Heureusement qu'il réfléchissait bien plus vite que la moyenne.

Ce que je cherchais et ne cherchais pas encore. Ah ? Steve haussait un sourcil en le suivant du regard, curieuse réponse. Qu'avait-il trouvé qu'il ne cherchait pas ? Steve se passait une main dans les cheveux pour les remettre vers l'arrière, à croire qu'il ne se ferait jamais aux cheveux longs et à ce style chevelu et barbu, il lui arrivait encore souvent de passer la main dans sa barbe et s'étonner de sa longueur. Hein ? On sort ? Pour aller où ? L'idée lui plaisait assez en soi, cela faisait bien longtemps qu'ils n'étaient pas sortis dans les rues pour flâner avec zéro dollar en poche et des idées plein la tête. Ca lui manquait cette époque d'insouciance. On sort, c'était un petit moment de break, ça changeait du canapé où ils étaient affalés, à s'enlacer, crevés de la journée, encore que Steve ne pouvait pas réellement montrer sa force, il profitait juste pour déplacer le plus de caisses possible pour gagner le plus d'argent possible mais ce n'était pas toujours assez, c'était plus moralement qu'il était épuisé. Mais aussi parce qu'il aimait bien ces moments de calme, assis dans ce canapé, Bucky contre lui. Mais sortir était une bonne idée, il devait juste se rentrer dans le crâne une bonne fois pour toute qu'ils ne risquaient vraiment rien avec ces lunettes sur le nez.

Bucky lui collait un sac dans les mains et Steve était assez perplexe en le suivant du regard, pas parce qu'il ne lâchait pas le chat, Steve s'y était fait, il avait de toute façon su dès le début que Bast et lui, ça collerait et qu'ils étaient faits pour se rencontrer. Non c'était pour l'intérieur du sachet qu'il était perplexe, il plongeait donc sa main pour récupérer ce qu'il voyait être des vêtements. Il regardait la tenue, toujours si perplexe. Elle était bien évidemment à sa taille, il le savait et ne prenait pas la peine de regarder, il était juste perturbé, à vrai dire. Pourquoi bien s'habiller ? Ils sortaient d'accord mais où ? Qu'avait-il en tête, au juste ? Un endroit précis ? Steve pensait à un bar dansant tout en espérant que ce ne serait pas le cas car il ne savait absolument pas danser. Un restaurant, peut-être ? Il ne devait pas leur rester suffisamment d'argent pour ça. Bien s'habiller voulait aussi dire bien se coiffer, penser à tailler sa barbe qu'il avait laissé encore pousser sans y retoucher depuis le second jour ici. Un homme des cavernes, c'était à ça qu'il devait ressembler. Ou un ours. Ou les deux. Sauf que Bucky lui avait dit qu'il aimait alors il n'y touchait pas. Hm. A quoi penser ? Ce n'était pas comme s'ils avaient du parfum, rien d'utilitaire à ça. Bon, au moins s'habiller, se coiffer, ce serait déjà ça.

Je peux au moins te demander où on va ?

Le souci, c'était qu'il allait y réfléchir jusqu'à être planté devant l'endroit où jusqu'à ce que Bucky lui dise. Il allait cogiter là-dessus un bon moment, c'était certain. Il allait donc jusque dans la salle de bain, prenant soin de séparer les deux costumes qu'il y avait pour ne prendre que celui à sa taille. Comme c'était déjà le début de soirée, Steve se décidait à enfiler ses vêtements, enfilant d'abord le pantalon, devant aller chercher une chemise blanche dans leur armoire. Chemise relativement à sa taille, encore qu'elle lui collait un peu, c'était toujours mieux que l'autre si grande qu'il aurait cru avoir à faire à un parachute ou une chemise pour Hulk. Il s'habillait convenablement dans la chambre, retournant à la salle de bain pour faire face au miroir pour se coiffer, ce qui semblait être peine perdu de toute évidence. Ses cheveux étaient indisciplinés. Steve ne se faisait pas d'illusions, en 1945, ce n'était même pas la peine de penser à un rendez-vous romantique aux chandelles. Il pensait juste qu'ils ne s'habilleraient pas comme ça pour aller à un match de baseball ou de basketball. Il cogitait. Bon au moins il serait habillé, il n'aurait plus qu'à mettre les lunettes sur le bout de son nez.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mar 28 Aoû 2018, 21:01

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »

Un peu des deux. Oui possible, c'est dingue comme en une semaine de temps, Bucky a compris que la puce a pu vraiment s'attacher à lui, sans qu'il ne le dise et ses gestes doivent parler pour lui mais c'est réciproque. S'il savait que Bast ne risquait pas de le juger parce qu'il aurait déjà fallu qu'elle comprenne ce qu'il est, il doutait pourtant qu'elle puisse s'attacher à lui. Parce qu'à part Steve qui pourrait faire une telle chose ? Pour le brun, personne. Hochant simplement la tête quand son homme lui dit de faire attention, si la boule de poils peut sentir le propre, elle sent aussi les produits chimiques. Ce n'est pas très compliqué de comprendre ce que sa moitié a pu lui faire, ce qui était nécessaire au final même si elle a pu ne pas aimer passer par la case eau.

Quant à la suite, son sourire doit parler pour lui en entendant Steve lui répondre. Non seulement il voit parfaitement ce que son homme peut vouloir dire mais en plus l'idée lui plaît énormément, forcément ça ne pouvait pas être autrement. Pas alors que lui aussi aime les petites habitudes qu'ils peuvent prendre, des habitudes qu'ils ne cherchent pas en prime, dans le sens que Bucky n'a pas à réfléchir ou se forcer ou autre pour embrasser et câliner Steve. Il ne se dit pas, il faut que je fasse ci ou que je fasse cela, non, tout lui vient naturellement sans qu'il force. Tout comme, il a réellement assimilé le fait que Steve lui a fait passer, presque entièrement, au moins un démon, celui de la douche, en remplaçant le négatif par du positif. Est-ce que son homme s'en doute ? Aucune idée. En tout cas, Bucky a de moins en moins la crainte de l'eau même si certains matins ça peut être dur pour lui, quand il n'est pas tout à fait pleinement réveiller, prendre sa douche le fait sursauter. Oui, il y a encore quinze jours, jamais le brun n'aurait pu taquiner son homme là dessus et employer ces mots là.

Rangeant ensuite les courses, après avoir indiqué à Steve qu'ils sortaient ce soir, Bucky se mord la lèvre pour ne pas rire en voyant la tête de Steve alors qu'il découvre un bout de ce qui va avec la surprise du soir. Tellement perplexe son homme. Pour un peu, il pourrait presque voir les rouages de l'esprit de Steve se mettre en route et imagine facilement qu'il doit se poser pas mal de questions sur ce qui les attend pour la soirée. Mais ça ne serait pas aussi simple si Bucky lui disait directement de quoi il en retourne, déjà, ils vont sortir et vont être bien habillés, du moins mieux que le brun ne l'a été depuis trop longtemps. Même si ses vêtements du quotidien lui conviennent parfaitement et que par moments, il regrette presque de ne pas porter sa tenue de soldat en permanence, enfin, ça lui fait surtout étrange.

- En fait, tu viens de le faire.

C'était bien trop tentant pour Bucky de répondre ainsi mais ce n'est pas dit que Steve apprécie grandement ce genre de choses, qu'il retrouve un peu de sa manière d'agir d'autrefois, qu'est-ce qu'il pouvait être une tête de con plus jeune quand il s'y mettait. Un effet secondaire de l'intervention de Jean dans son esprit, cela débloque petit à petit certaines choses, ce n'est pas tout le temps mais cela se produit quelques fois depuis une semaine. Peut-être que leur dispute a elle aussi aidé, vu comment les choses ont pu tournées, que l'espace d'un moment, Bucky est redevenu l'homme qu'il était avant. Mais ce dernier point, il n'en a toujours pas pris conscience, tellement persuadé que c'est impossible. Reprenant un peu plus sérieusement alors que Steve commence à s'éloigner pour aller se changer pour la soirée.

- C'est une surprise et on va dans un endroit dont tu ne soupçonnes même pas l'existence.

Et c'est tout ce que Bucky veut bien lui dire et il est absolument certain que son homme ne connaît pas du tout ce genre de lieux, comment le pourrait-il d'ailleurs. C'est déjà un miracle que lui-même s'en soit souvenu, encore un effet de l'intervention de Jean, des souvenirs qui reviennent d'il ne sait où, des souvenirs clairs et nets et non plus ce flou habituel. Attendant que Steve se glisse dans la salle de bain pour rejoindre la chambre à son tour et pouvoir se changer, se décidant à poser Bast sur le sol pour qu'elle fasse sa petite vie de son côté. Ce qui consiste à se mettre à jouer avec il ne sait pas quoi alors que lui enfile le costume à sa taille. Un costume noir pour lui, mettant en dessous une chemise bleu foncé, impossible qu'il porte du blanc, si jamais à un moment il pose sa veste, le blanc pourrait laisser deviner son bras gauche et lunettes ou pas, ça ne le ferait pas. Lui n'a plus qu'à attacher ses cheveux, enfin s'ils veulent coopérer et rester attachés en chignon, ce qui n'est pas du tout gagné et à tendance à l'agacer. Faire ça puis attraper son gant pour sa main gauche et enfin les lunettes sur son nez. C'est pour ça qu'une fois habillé et quelques dollars en poche, Bucky rejoint Steve à la salle de bain, le dévorant du regard alors que le costume semble être fait sur mesure pour sa moitié. Tellement beau son homme même avec ses mèches de cheveux rebelles que, d'ailleurs, Bucky a envie de remettre en place en passant sa main dedans.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Lun 03 Sep 2018, 00:18

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Il jetait quelque regards vers le chaton et Bucky, il ne regrettait toujours pas d'avoir trouvé ce chaton et l'avoir ramené à Bucky, cela restait une des meilleure chose qu'il ait fait depuis qu'ils étaient ici. Il voyait comme ils étaient attachés l'un à l'autre en si peu de temps et voyait surtout comme ils avaient besoin l'un de l'autre, pour des raisons à la fois différentes et semblables. Il n'en n'était pas jaloux, il savait parfaitement que lui seul ne pouvait aider Bucky, que Bucky aurait besoin de temps et de soutien, de beaucoup de patience. Le syndrome même qu'avait les hommes revenus de guerre, un bon PTSD qu'il se traînait, il le voyait, le sentait. Il avait approché bon nombre d'hommes et femmes atteints de ce syndrome, quand il avait connu Sam. A son époque, il n'y avait pas de mots pour décrire ça. Pas de renfort psychologique, rien. Il ne pouvait donc pas emmener son homme voir un psychologue pour consulter, déjà parce qu'il serait immédiatement pris pour un fou si Bucky racontait tout ce qu'il lui était arrivé mais aussi parce qu'aucun n'avait les moyens de savoir comment l'aider. Steve, si. La communication aidait, entre autres.

En fait, tu viens de le faire.

Sa langue claquait contre son palais, même s'il ne disait rien. Insolence. Il avait presque oublié cet aspect de Bucky, tiens. Comme quoi, à chaque jours qui passait, il se rapprochait un peu plus de celui qu'il était autrefois. Steve ne disait plus rien au "je ne serai plus jamais comme avant", il se retenait juste de lui dire, tu vois bien que si, pourtant. Il se retenait de commentaires, se disant que sinon Bucky focaliserait là-dessus, il valait mieux ne rien dire au début puis quand Bucky aurait changé, lui dire "tu vois que c'était possible". Le fameux "j'avais raison" ou le fameux "je te l'avais dis". Il levait finalement les yeux au ciel, se doutant à ces mots que Bucky ne lui dirait rien et le forcerait donc à cogiter, cogiter, cogiter.

C'est une surprise et on va dans un endroit dont tu ne soupçonnes même pas l'existence.

Comment le faire cogiter davantage, lui qui croyait tout connaître de leur époque et des lieux pour avoir justement traîné les rues un paquet de fois avec Bucky, se rendant dans des endroits improbables en se disant parfois que vu l'état des lieux, ils devaient être les premiers à y avoir mis les pieds. Il se creusait la tête, il allait jusqu'à penser à un pic-nic nocturne dans un coin reculé de la ville mais pourquoi s'habiller si bien pour ça, aucune idée. Se changer les idées, peut-être ? Non, il ne voyait pas. Il n'y avait pas de restaurant où ils seraient bien vus à deux, donc, non, il ne voyait pas. Peut-être qu'il avait proposé à des femmes du bâtiment de sortir avec eux dans un bar dansant ? Histoire qu'ils paraissent tous les deux avec des femmes qui serviraient d'alibis. Mais ils ne pourraient pas vraiment sortir en amoureux. Il devait se retirer cette idée de la tête, sortir en amoureux.

Puis il combattait ses cheveux, essayant de leur apprendre les bonnes manières même avec de l'eau à défaut de laque ou de gel mais c'était peine perdue. Il allait peut-être devoir négocier avec Bucky pour raccourcir un peu, après tout, il les gardait aussi parce qu'il lui avait plus ou moins demandé. Parlant du loup, Steve tournait la tête vers lui. Première fois depuis des années qu'il le voyait si bien habillé, si propre sur lui. Forcément, son coeur avait un raté. Un petit wow qu'il retenait, qu'il gardait pour lui. Se donnant la bête impression d'être un jeune homme qui emmenait son cavalier au bal du lycée, c'était bête mais c'était totalement cette impression là. Il n'avait jamais connu de bal de lycée, c'était peut-être une autre façon de rattraper ça, aucune idée mais son coeur avait quelque loupés. Comme quoi, ils avaient beau se connaître depuis près d'un siècle, ça ne changerait jamais les sentiments qu'il avait, sinon pour s'accentuer. Steve abandonnait donc le miroir et ses cheveux pour aller vers Bucky, glissant aussitôt ses mains sur ses hanches pour l'attirer contre lui et lui voler un baiser. C'était bête mais voir Bucky bien habillé, ça le changeait énormément. Ca le changeait des tenues de combats et des vêtements miteux qu'ils mettaient ces derniers jours. Ils avaient aussi eu le temps de développer quelque façons de communiquer, Steve avait pris l'habitude de lui montrer qu'il aimait ce qu'il voyait de cette façon. Le prendre dans ses bras, déposer un baiser contre ses lèvres ou contre son front. C'était une façon aussi qu'il avait de le remercier, parfois. Même si cela arrivait aussi que ça lui prenne, comme ça, sans raisons particulières. Là, il aimait beaucoup le voir habillé de cette façon, c'était donc sa façon de lui indiquer.

Tu es magnifique.

Il pouvait être parfois très maladroit, parce qu'il ne savait pas communiquer ces choses là. Alors pour éviter les boulettes, il se contentait de dire peu de choses. Là, c'était relativement simple. En espérant juste que Bucky ne lui sorte pas un "je suis moche, d'habitude ?" mais il avait bon espoir que non. Il lui volait un autre baiser, essayant avec difficulté de le relâcher. C'était presque émouvant de le voir habillé comme ça. Steve remontait ses mains le long de ses hanches, juste pour vérifier qu'il n'ait pas un gilet pare-balle en dessous. Voir s'il était vraiment bien habillé, comme ça. Simplement, sans armes, sans gilet pare-balle. Juste lui, habillé comme monsieur tout le monde, sortant de chez lui un soir pour s'amuser. Il lui volait un nouveau baiser, un troisième, ne lui laissant jamais le temps d'y répondre parce qu'il reculait son visage à chaque fois pour le regarder avec une pointe d'amusement.

Tu es sûr que l'on doive sortir ...?

Une pointe d'amusement dans la voix, son regard se baissait sur les vêtements de Bucky. Une petite taquinerie, rien de plus. Il avait l'impression que Bucky était d'humeur taquine ce soir donc il en jouait un peu aussi.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mar 04 Sep 2018, 13:33

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »

Pour lui, c'est une bonne journée que celle-ci et elle devrait s'achever tout aussi bien. Ce qu'il entend par bonne journée, c'est une où ses démons lui foutent à peu près la paix, où ses pensées ne partent pas dans tous les sens, où son épaule ne le tire pas toutes les cinq minutes. Où quand il est dehors, il ne sursaute pas tous les dix mètres parce qu'un bruit éclate un peu trop près de lui, un pétard, une voiture qui a un raté, une porte qui claque et en général, c'est bon, Bucky sursaute et se tend. Là, il a pu sortir sans que ça ne se produise plus d'une fois. Donc oui, une bonne journée pour le brun alors que pour d'autres elle serait loin d'être vraiment bonne ou parfaite. Forcément en rentrant et en retrouvant son homme, ça ne peut qu'aller mieux encore, Steve est sa maison, son repos, son havre de paix et pas besoin d'être dans ses bras pour cela, juste l'avoir sous les yeux suffit. Même si, évidemment, être dans ses bras est encore mieux, c'est juste qu'ils ne peuvent pas être collés l'un à l'autre H24 quand bien même Bucky aimerait.

Non, vraiment, cette journée est vraiment bonne et Bucky est surtout fier de pouvoir faire cette surprise à son homme, sortir avec lui et qu'ils soient bien habillés. Il est tout aussi fier de l'effet qu'il fait à Steve, sachant très bien à quel point sa moitié cherche à savoir ce qu'il en est vraiment. Mais comme il le lui dit, c'est une surprise, donc Bucky ne va certainement pas lui dire de quoi il retourne. C'est avant cela être totalement amusé en l'entendant claquer de la langue ainsi, il l'avait dit que Steve n'aimerait pas cette manière de lui répondre mais, eh, ce n'est pas ce qui allait stopper le brun n'est-ce pas. De toute manière, Bucky est ce que l'on nomme un gamin des rues et les rues de New-York, qu'est-ce qu'il a pu les arpenter et pas seulement celles de Brooklyn. Il connaissait cette ville sur le bout des doigts et bien des endroits inconnus de la majorité des habitants, des lieux que même lui n'aurait pas dû connaître et pourtant à force de traîner dans les rues, de parler avec tout le monde et n'importe qui, il les a connu.

Donc, même s'il n'est plus ce gamin des rues, le brun s'est souvenu de certains faits et ils en sont là, après une course rapide, il n'allait pas louper cette occasion. Certes, ils auraient pu sortir sans ces costumes, leurs vêtements du quotidien peuvent faire l'affaire mais ça n'aurait pas du tout été la même chose, Bucky avait cette idée bien en tête ; pouvoir sortir avec Steve, en amoureux. Ce qui veut donc dire tout faire pour que cette soirée soit inoubliable, du moins autant que possible avec des moyens limités et un Bucky encore instable par instants, qui ne sait plus faire les choses. Il laissait son homme se changer avant de s'habiller à son tour, se retrouvant bien plus à l'aise qu'il ne l'aurait cru dans un costume. Ce qui ne l'empêche pas de trouver ce changement étrange, encore quelque chose à laquelle il doit s'habituer mais, disons que son esprit est occupé par le reste de la soirée donc ça aide à ne pas focaliser sur ce point là.

Oublier totalement, cette considération, une fois qu'il rejoint Steve et peut l'admirer, le dévorer du regard son homme si parfait. Bucky a devant lui, le plus bel homme du monde et cet homme est sien et ça aussi il en est pas peu fier, bien qu'il pense toujours qu'il ne mérite pas Steve. Son regard ne quittant pas sa moitié pendant qu'il enfile le gant pour sa main gauche, glissant pour le moment les lunettes de Strange dans la poche de sa veste de costume. Toujours peu enclin à aimer le regard que Steve lui rend, cette manière qu'il a de l'admirer comme si son homme voyait quelqu'un d'autre que lui. Sa moitié mérite de recevoir un tel regard, Bucky non. Ce qui ne l'empêche pas d'adorer comment Steve l'attire à lui et l'embrasse, bien qu'il se passerait de ce qu'il entend ensuite, le brun le regardant l'air de dire « cesse de dire des bêtises ». Au moins il ne réplique rien, c'est toujours ça de gagné pour Steve, Bucky ne dit plus rien quand son homme lui sort ce genre de choses.

Par contre, Bucky ne se gêne pas pour rouler des yeux aux mains de Steve qui remontent le long des hanches, de ses flancs. Oui, mon cœur, je n'ai pas ma veste tactique pour une fois. Oui, amour, je ne suis pas armé. Oh, il ne dirait pas qu'il n'y a pas pensé à prendre au moins un de ses couteau de combat mais il aurait fallu qu'il mette sa ceinture et au moins l'étui destiné à l'une de ses lames...et ça aurait été un peu trop voyant même sous la veste de son costume. Mais surtout, c'est aussi ça pour Bucky, faire cet effort là pour cette soirée, ne pas porter d'arme ou sa veste tactique, le faire pour Steve, pour que ça reste une soirée à part dans leur vie. Pour d'autres cela serait on ne peut plus normal, mais pour le brun c'est un sacré effort oui, et il n'y a bien que son homme qui pourra le comprendre. Son nez qui se plisse aux multiples baisers de Steve qui ne lui laisse pas le temps de les lui rendre, si Bucky ne pige pas à quel point sa moitié aime le voir vêtu ainsi.

- Ce costume semble fait pour toi, c'est vrai que c'est tentant de te l'ôter immédiatement pour en profiter mais je le ferai quand on rentrera.

Donc oui, ils doivent sortir, enfin ils ne le doivent pas au sens propre du terme mais l'idée générale est que, si, ils vont le faire. Et dire que pourtant, le plus demandeur des deux, c'est Bucky, du moins, c'est l'opinion qu'il en a mais aussi que c'est lui le moins raisonnable des deux. Ne se privant pas pour cette fois lui voler un baiser puis un autre avant que ses mains qu'il avait posé dans le dos de son homme ne changent de place. Levant sa main droite pour la passer dans les cheveux de Steve, les remettant en place même s'ils ne vont y rester que deux minutes. Sa main gauche venant se poser sur le torse de son homme, sa main droite le rejoignant, s'amusant à remettre un peu mieux sa veste de costume, le dévorant toujours du regard.

- Il va juste falloir que je surveille si on ne te regarde pas d'un peu trop près.

Une autre manière de dire à Steve à quel point Bucky le trouve beau, magnifique, sexy à se damner, désirable et on en passe. Venant lui voler un nouveau baiser, pour mieux lui attraper la lèvre inférieure entre ses dents, rien qu'une seconde ou deux, ce « mine » muet. Je t'aime et tu es mien.

- Si tu es prêt, on peut y aller.

Parce qu'il ne faut pas croire mais c'est difficile pour Bucky de ne pas se coller plus encore à Steve, ne pas chercher plus de baisers et de caresses, ne pas chercher à le dévêtir dans la seconde qui suit. Donc, oui, il vaut mieux qu'ils y aillent le plus vite possible.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Jeu 13 Sep 2018, 17:55

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Il prenait le temps de s'habiller, cela n'avait rien de compliqué mais mettre autre chose que des vêtements trop grands, trop usés ou sa tenue de combat, cela faisait du bien. C'est vrai qu'il n'avait pas encore pensé à s'acheter de vrais vêtements maintenant qu'ils gagnaient de l'argent, tout était parti dans la nourriture, le mobilier et le chaton, le plus utile, donc. Il n'en voulait pas à Bucky pour cet extra, quelque part, pour le moral, ils en avaient besoin. Il se trouvait un peu curieux face au miroir, entre sa barbe et les cheveux longs alors qu'il était bien habillé, l'impression qu'un sans-domicile-fixe avait trouvé de jolis vêtements. Il songerait à parler avec Bucky ces prochains jours au sujet de ses cheveux, il les gardait pour lui faire plaisir après tout. Mais au moins les raccourcir un peu et sûrement demander de l'aide à quelqu'un dans l'immeuble car il se rendait compte qu'il n'avait jamais eu à se couper les cheveux quand ils étaient si longs. Pareil pour la barbe, il ne voyait pas comment bien la raccourcir sans la raser totalement donc il allait devoir y réfléchir un peu. Cela faisait du bien aussi de se soucier d'une barbe à tailler plutôt que ce qu'il leur restait à faire, c'était presque des pensées inutiles qu'il se permettait d'avoir et pourtant qui lui donnaient l'impression d'être normal.

Depuis leur dernière dispute, une véritable des plus simples lui était apparue ; l'amour n'était pas une question de mérite. On n'aimait pas parce qu'on le méritait, comme il l'avait longtemps cru, est-ce que je mérite ce bonheur là ou pas. On ne méritait pas non plus spécialement d'être aimé, des gens commettaient des actes horribles et étaient admirés, aimés, des gens se crevaient à la tâche chaque jour dans la plus grande indifférence. C'était une question de sentiments, cela nous tombait dessus, on le vivait, point. Steve avait encore beaucoup à apprendre à ce sujet, il apprenait encore au fil des jours et revenait parfois sur d'anciennes pensées pour finalement se raisonner. Comme avec Bucky, au final. Ce n'était pas une question de se mériter, ils s'aimaient, voilà tout. Il lui était arrivé de croire qu'il ne méritait pas cet amour et ce que ça lui apportait mais il n'allait pas repousser Bucky juste parce qu'il croyait ne pas mériter son amour, il n'allait pas se rendre malheureux et rendre Bucky malheureux pour ça alors qu'ils s'aimaient et que c'était la seule chose qui importait vraiment.

Puis, il le voyait ainsi habillé et forcément, il adorait. Il n'y avait pas que Steve qui avait ce retour à la normalité, Bucky aussi. Il le voyait changer au fil des jours, il le voyait s'ouvrir véritablement au monde, redevenir peu à peu celui qu'il était autrefois. Cela se voyait déjà à la réflexion que Bucky lui faisait mais aussi à sa manière de se tenir, de marcher, de parler. Plus détendu avec son environnement. Il restait beaucoup à faire mais c'était une très belle avancée. Puis, le voir ainsi habillé, Steve ne pouvait pas résister à l'envie de le dévorer du regard. Il le trouvait magnifique et lui disait, il l'entraînait contre lui, cherchait ses lèvres. Bucky devait se rentrer ça dans le crâne alors Steve le lui répétait chaque jour.

Il vérifiait quand même que Bucky n'ait rien sous ses vêtements comme une arme ou un gilet pare-balle, sait-on jamais ce qu'il lui passerait par la tête, mais son examen était concluant. Il ne trouvait rien d'anormal. Puis, des petits baisers, pour le taquiner. Tu es sûr que l'on doive sortir ? Je resterai bien ici encore un peu pour profiter, avait-il envie de poursuivre. Ca le chamboulait un peu de voir Bucky habillé comme ça, décidément, il adorait.

La dernière fois que Bucky avait voulu sortir et que Steve avait voulu qu'il reste, il était parvenu à leur faire gagner quelque minutes – délicieuse – supplémentaire d'une façon qui le surprenait lui-même mais qui avait plutôt bien fonctionné. Il se demandait s'il ne devait pas ressayer. Il le taquinait en lui demandant s'ils devaient sortir mais il ne pouvait pas faire comme si cette tenue sur lui ne le titillait pas un peu. Un régale pour les yeux mais il n'y avait pas que ça. Steve pensait qu'ils avaient ici leur derniers instants en temps que couple et qu'une fois passé cette porte d'entrée, comme chaque fois qu'ils en sortaient, ils ne pourraient plus s'afficher main dans la main ou l'un contre l'autre, ils devraient redevenir les amis qu'ils étaient supposés être et rien de plus. Donc il voulait profiter encore un peu, quitte à lui voler quelque baisers, les faire retarder un peu, ce qui n'était habituellement pas son genre. Il avait juste pris goût à tout ça, un peu trop. Il était sensé être le plus raisonnable des deux mais pourquoi devrait-il toujours être raisonnable ?

«  Laisse les me regarder, il n'y a de toute façon que toi qui puisse me voir. »

Double sens s'il en est, les autres pouvaient le regarder, ils ne verraient jamais qui il était véritablement, et il ne faisait pas là allusion au Captain America ou l'image qu'il avait dans le pays, mais bien qui il était vraiment dans le fond. Puis forcément, ils ne verraient jamais qui était Steve grâce à ses lunettes, même s'ils passaient des heures à le fixer. Le ton l'amusait, la situation l'amusait, sorte de légèreté dans leur relation, comme quoi, ils pouvaient encore passer par le stade de la séduction et du charme, même quand cela faisait deux semaines qu'ils étaient ensemble et qu'ils se connaissaient depuis presque toujours. Steve comprenait ce baiser, comprenait surtout pourquoi Bucky lui mordillait la lèvre comme il le faisait et cela le faisait surtout sourire. Yours. All yours. Si tu es prêt on peut y aller, hein ?

«  Presque prêt, il me manque juste une chose... »

Comme glisser à nouveau ses mains sur ses hanches pour le garder contre lui et lui voler un nouveau baiser, lui laissant cette fois l'occasion d'y répondre. Sorte d'occasion qu'il croyait lui rester avant de devoir passer une heure ou plusieurs dehors à devoir garder une certaine distance. Il profitait donc de cet instant pour ça. Un dernier baiser langoureux, un dernier rapprochement. Sa main droite qui remontait jusque dans ses cheveux malgré le chignon qu'il s'était fait, pour le rapprocher davantage. Un baiser qui leur laisserait le souffle court, un baiser langoureux, amoureux. Une dernière fois avant un long moment. Devoir être raisonnable, c'était vraiment une plaie.

Mais il finissait par se reculer, à contre-coeur mais aussi pour titiller son homme, comme un, tu es vraiment sûr que l'on doive partir maintenant ? Parce qu'on peut trouver un moyen de s'amuser avant. Souffle court, check. Profiter, check. Taquiner son homme, check. Se reculer avant de faire une connerie qui les retarderait d'au moins trente minutes, check. Finalement, il replaçait à nouveau ses cheveux, sa veste puis il se dirigeait jusqu'à la porte d'entrée, il enfilait ses chaussures et tournait la tête vers sa moitié, un petit sourire espiègle sur les lèvres. Il finissait par prendre ses lunettes à la main puis ouvrir la porte d'entrée.

«  Si monsieur veut bien se donner la peine. »
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Lun 17 Sep 2018, 21:38


The way you make me feel.
Steve & Bucky

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »

Leur dispute a au moins eu le mérite de mettre certaines choses à plat, des propos qu'ils regretteront sans doute longtemps, du moins Bucky en regrette certains, mais, oui, cela a fait sortir certaines choses dont peut-être ils n'avaient pas conscience. Pour le brun cela a surtout été de comprendre à quel point, il pouvait être totalement ailleurs par moment, encore à moitié dans le passé, ce qu'il a pu faire mais surtout ce qu'il a pu vivre. Comprendre à quel point, certains mots ou gestes pouvaient le faire basculer en mode défensif, à en devenir agressif et volontairement blessant. Si avec les autres, Bucky en a encore un peu rien à faire, c'est une vraie claque qu'il a prise en voyant ce qu'il a pu sortir à Steve alors que son homme n'est qu'amour et gentillesse. Même si ce soir là, son homme a été une vraie tête de con et arrogant au possible. Ce qui a suivi cette dispute, ces retrouvailles sur le lit, ont fait resurgir un peu de l'homme qu'il pouvait être avant, l'homme de la maison pour dire ça ainsi. Sauf que Bucky ne le voit pas ainsi, il a juste vu le fait, qu'il pouvait s'affirmer un peu plus, le fait que d'habitude -et même en aimant Steve plus que tout- il a l'impression d'être mort intérieurement alors que non, pas du tout. C'est leur dispute qui a, finalement, entraîné le fait qu'il aille trouver Jean et qu'il lui demande de l'aide ainsi et s'il lui en est plus que redevable, il voit aussi les changements qui s’opèrent petit à petit. Oh il ne parle pas de redevenir celui d'avant, c'est impossible pour lui que ça se produise, il parle surtout de trouver un équilibre entre celui qu'il était avant la seconde guerre, celui qu'il est devenu avec le Winter Soldier et celui qu'il devrait être. Bucky ne sait juste pas encore très bien comment tout concilier mais il va y arriver, s'il ne le fait pas pour lui-même, il se doit de le faire pour Steve. Il aimerait juste ne plus avoir la sensation permanente que Steve attend le retour de son ancien lui.

C'est possiblement un gros n'importe quoi, ça l'est encore dans sa tête alors que tout est encore loin d'être en place, mais oui, Bucky doit faire des efforts sur lui-même. Les faire pour Steve, ce qu'il faisait déjà de toute manière mais ça devenait vraiment urgent qu'il ait cette sorte de déclic au lieu de rester engluer dans sa situation. Ils se sont dit que le temps arrangerait beaucoup de choses, qu'ils devaient se laisser du temps mais il fallait aussi que Bucky se bouge. Ce qu'il fait d'ailleurs, sauf qu'il ne voit pas vraiment les changements ou l'évolution de son comportement, il voit juste le fait qu'il aime Steve plus que tout et qu'il a envie de lui faire plaisir, qu'il a envie de passer une soirée qui change et de faire découvrir ce lieu à son homme. Bucky a simplement envie qu'ils passent une soirée loin de l'immeuble et donc loin des autres, qu'ils passent une soirée en amoureux, une soirée normale. Offrir de la normalité à Steve, quelques heures pendant lesquelles, ils pourront tout mettre de côté ou ils pourront être eux-mêmes et non ce que l'on peut attendre d'eux. Enfin, ce que l'on peut attendre de Steve ou plutôt de Captain America, le brun doute grandement d'avoir une quelconque utilité pour qui que ce soit d'autre que pour sa moitié.

Normalité qui passe par marquer le coup avec ces costumes et pour Bucky en ne portant aucune arme, autre que celle qu'il est lui-même. Bucky veut que son homme s'en souvienne à vie de cette soirée, certes il sait que Steve n'oublie jamais rien mais il veut le marquer encore plus, que son homme ait de beaux souvenirs en tête pour le reste de sa vie. De là, le brun n'y croit toujours pas aux propos de Steve mais il ne dit rien, si pour son homme il est magnifique alors il veut bien faire l'effort de l'accepter. Par contre, Bucky n'avait pas du tout prévu que sa moitié réagirait aussi fort en le voyant porter ce costume, ne comprenant à quel point qu'avec tous ces baisers qu'il reçoit, qui lui font plisser le nez. Ces baisers qui l'amusent d'un certain sens et ça parce qu'il a l'impression qu'ils inversent les rôles à cet instant, que c'est Steve qui devient le plus demandeur et Bucky le plus raisonnable. Et il ne parle là que de baisers ou de câlins, il ne parle pas de plus même si de ce fait cela arrive à mots pas vraiment voilés, plus que rapidement. Mais, eh, Bucky ne risque pas d'être insensible et de ne plus avoir envie de son homme, il dirait plutôt qu'il n'en est jamais totalement rassasié.

Ce qui aide grandement à laisser ressortir cette possessivité latente qui n'est jamais bien loin, qui attend la moindre occasion pour se montrer. Possessif et obsessionnel et là dessus par contre, Bucky ne fera rien pour changer ça, même s'il sait qu'il n'a rien à craindre de personne, que Steve ne regardera jamais personne d'autre. Tu es mien, point. Il ne se privera jamais de le lui dire d'une manière ou d'une autre mais surtout de le lui montrer, oui, c'est devenu son truc de lui mordiller la lèvre ainsi et ça ne changera jamais. De ce fait c'est compliqué pour Bucky de garder la tête froide et de ne pas voir d'autres envies revenir sur le devant la scène. D'autant plus compliqué que Steve ne l'aide pas, après sa réponse, en l'attirant ainsi contre lui et que dire du baiser qui peut suivre. Un baiser que Bucky ne peut que lui rendre avec passion, un baiser langoureux, un baiser qui le laisse le souffle court et le cœur battant, un « bordel ce que je peux l'aimer » qui prend le dessus sur le reste.

Saleté. Oui, il le pense en voyant la manière dont Steve agit ensuite, comme si de rien était alors que Bucky en est encore à revenir les deux pieds sur terre. Finissant pourtant par le rejoindre pour mettre ses chaussures, un petit rire amusé à la remarque de son homme, bien que Bucky tourne la tête pour écouter les bruits dans l'appartement, localisant Bast à l'ouïe. Elle semble toujours occupée à jouer dans leur chambre et de toute manière, elle a tout ce qu'il lui faut pour attendre leur retour. Revenant à son homme et à leur sortie, sortant de leur appartement de ce fait, attendant que Steve ait refermé la porte. Bucky mettant ses mains dans les poches de son pantalon, c'est la chose à faire pour éviter les tentations de toucher Steve, du moins pour le moment, tant qu'ils ne seront pas arrivés là où ils vont passer leur soirée.

- Je te promets que tu vas aimer, une fois qu'on y sera et passé la surprise de la découverte.

Bucky le lui disait en descendant les escaliers, un peu pour se venger de ce baiser qui aurait pu lui faire perdre la tête, pour titiller son homme alors qu'il ne sait rien. Le brun reste persuadé que Steve doit toujours chercher ce qu'il se passe et où ils vont aller, sauf qu'il n'est pas près de trouver et Bucky n'est pas près de le lui dire. Le faire cogiter sur le chemin, surtout que descendre les escaliers ne leur demande pas longtemps, même avec huit étages, peut-être parce que Bucky essaye de marquer le tempo, qu'ils puissent vite arriver sur place. Oui, pressé lui aussi que la soirée commence et de pouvoir en profiter avec l'amour de sa vie à ses côtés. De toute manière, une fois dehors, cela ne sera l'affaire que de quelques minutes de marche, il y a à peine deux ou trois blocs qui les séparent du lieu pensé, de ce bar très particulier auquel Bucky a pu repenser. Il ne remerciera jamais assez Jean finalement, parce que c'est bien grâce à elle qu'il a pu s'en souvenir, grâce aux deux ou trois petits conseils qu'elle a pu lui donner en attendant de voir s'il se décide à vouloir avoir une vraie thérapie. Donc oui, ils n'ont pas énormément de route à faire pour y arriver, Bucky s'étant assuré avant ce soir que ce bar existe toujours, surtout qu'il ne porte pas d'enseigne spéciale, il faut savoir qu'il est pour le trouver.

Codé par Heaven



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Lun 24 Sep 2018, 13:40

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Être raisonnable s'imposer davantage à lui depuis que Bucky et lui formaient un couple. Avant, c'était normal, c'était une façon d'être et d'agir. Désormais, c'était une plaie de devoir être sage, de se tenir à carreau. Il avait juste l'impression par moment d'être un adolescent à nouveau, qui voulait tester les limites. Paradoxalement, il se pensait à un âge où il n'avait pas à cacher la personne qu'il aimait des autres, surtout quand c'était aussi évident et que l'excuse de vivre à deux pour laisser plus d'appartement, laissait à désirer. Puis, malgré leur dispute, Steve était tellement heureux qu'il ne voulait plus avoir à cacher ce bonheur, même sans avoir à en parler à quiconque, juste ne pas avoir à cacher le sourire qu'il avait sur les lèvres pour ne pas attiser de questions sur cette joie qu'il ressentait. Cela finirait bien par venir, sûrement quand Bucky irait déjà beaucoup mieux.

Il fallait bien finir par sortir malgré tout, plus vite arrivé plus vite parti ou alors Bucky avait vraiment une belle surprise à faire qui ne nécessiterait pas d'être éloigné, vu que sinon, en temps normal, Bucky n'aurait pas pris le coup d'y aller ou il n'aurait pas décidé d'y aller sans chercher un dernier contact, là, c'était Steve qui l'avait cherché, ce contact. Donc il réfléchissait à ça, Bucky qui habituellement ne le lâchait pas et cherchait une excuse pour un contact quelconque. Hm, c'était louche. Juste qu'il ne voyait pas où Bucky pouvait les emmener où ils pourraient agir comme ils le voulaient à part dans une pièce sombre ou dans un appartement autre que cet immeuble qu'ils pourraient louer, mais pas besoin d'être bien habillé pour ça. Vraiment, aucune idée.

Avec les mots de Bucky, il ne parvenait pas à se dire s'il s'amusait à donner un double-sens à ses paroles ou s'il s'amusait à le torturer parce qu'il n'avait aucune idée d'où ils allaient. Steve faisait surtout de son mieux pour ne pas tout analyser, se disant que Bucky tenait vraiment à lui faire une surprise et que deviner le lieu pourrait tout gâcher. Mais en même temps, eh, il le relançait là-dessus alors que Steve pensait à faire demi-tour en portant Bucky sur son épaule.

Un peu comme la dernière fois.

Plaisanterie s'il en est, qui ne serait normalement pas de son genre, surtout voir des allusions comme ça mais il semblerait que vivre avec Bucky le contaminait sur ce point. Il suivait donc Bucky une fois dans la rue, il reconnaissait bien les endroits où ils passaient mais ce n'était pas pour autant qu'il voyait où il voulait en venir. Viendra bien le temps où ils retourneront chez eux et pourront se promener main dans la main ou avec Steve qui passerait un bras autour de ses épaules ou de sa taille, ça finirait bien par arriver. Ils finiront bien par retourner à leur époque.

Steve le suivait donc jusqu'à un endroit qui lui disait quelque chose pour être passé devant plusieurs fois mais jamais s'y être arrêté pour autant. Il jetait un regard perplexe à Bucky, il entendait bien du bruit venant de l'intérieur mais on ne voyait rien, à première vue. Les vitres cachaient l'intérieur et le bruit, nul doute que sans son ouïe développée, il ne l'entendrait pas, ne le remarquerait pas, n'y ferait pas attention, la ville, les voitures, ça faisaient plus de bruit que ça.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Ven 28 Sep 2018, 00:09

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »
Par moment, Bucky a l'impression d'avoir à faire à un autre Steve, le même tout en étant différent, plus insouciant par instant. Moins raisonnable. Enfin, entre eux déjà puisque devant les autres, rien ne change vraiment de ce qu'il a pu voir. Un Steve plus détendu, plus heureux, Bucky sait qu'il y est pour quelque chose, que c'est en lien direct avec l'évolution de leur relation mais...c'est toujours aussi étrange pour le brun. Il fini toujours par se dire, soit, je ne suis pas très sûr de comment c'est possible mais continuons ainsi. Et bordel, il ferait tout et n'importe quoi pour faire sourire son homme encore et encore, pour le rendre heureux. Bucky se cherche encore lui-même donc ce n'est pas étonnant qu'il cherche encore le mode d'emploi pour rendre Steve heureux.

Comme là en voulant sortir, en ayant prévu cette surprise, se disant que ça fera du bien à son homme de pouvoir faire comme tous les couples. Franchement, Bucky pourrait très bien rester à leur appartement, dans leur cocon, au calme et avec la paix. Sauf que Steve a aussi besoin de moments à part, bon d'accord peut-être que lui aussi mais encore une fois ; tout, toujours tout pour Steve. Donc oui, le brun est prêt à braver la foule pour son homme, foule est sans doute exagéré mais l'idée générale est là. Il ne pourrait nier qu'il en a envie aussi, forcément, comme il sait ce qu'ils vont pouvoir faire mais il pourrait s'en passer. Par contre voir Steve réfléchir, chercher ce qu'il se passe, Bucky trouve ça adorable et qui a dit qu'il ne peut pas aimer son homme plus que tout et en même temps avoir envie de le taquiner. Se retrouvant à cligner des yeux un instant avant de légèrement rire à la répartie de Steve. Tu as de la chance qu'on soit dans la rue.

Ils n'avaient que peu de chemin à parcourir avant d'arriver à ce bar et heureusement parce que Bucky peine à garder ses mains dans ses poches et une distance de sécurité avec Steve. Une rue puis une autre ainsi de suite jusqu'à une rue moins fréquentée et le brun a un sourire sur le bout des lèvres qui ne le quitte à l'instant même où il peut entendre la musique en sourdine. Sourire qui s'agrandit en interceptant le regard de Steve avant que Bucky n'avance jusqu'à la porte d'entrée. Attendant que Steve soit à sa hauteur pour lancer un regard à droite puis à gauche dans la rue, s'assurer qu'il n'y a personne que ça soit dehors ou à une fenêtre. Sait-on jamais. Une fois assuré que c'est le désert le plus total, il ressort ses mains de ses poches, pour de sa main droite venir prendre la main gauche de Steve. Lui soufflant en même temps.

- Fais moi confiance.

Resserrant sa main dans celle de son homme, tout en se dépêchant d'ouvrir la porte d'entrée pour entrer le premier et entraîner Steve à sa suite. Une entrée assez courte qui consiste surtout en un mur cachant le plus gros de l'établissement et un homme placé là, nul doute qu'il fait office de gardiens des lieux. Prêt à virer quiconque serait louche en entrant ici. Dit homme qui les dévisage avant de couler un regard sur leurs mains jointes pour en avoir un sourire et leur dire.

"Bonne soirée messieurs"

Bucky lui adressant un signe de tête et un Merci avant de s'avancer de quelques pas tout en entraînant encore une fois son homme. Qu'ils puissent avoir une vue directe sur la vaste salle devant eux, une ambiance aux lumières chaudes et douces. Un bar sans aucun doute possible entre le comptoir avec ses tabourets devant et ses bouteilles derrière un barman, quelques tables dispersées dans la salle et tout au fond, une piste de danse. Plusieurs couples se trouvant déjà sur place, là encore, le doute n'est pas permis qu'ils en sont bel et bien. Trois couples d'hommes et deux couples de femmes, buvant un verre en se tenant la main ou s'embrassant, un coup étant déjà sur la piste de danse.

Ce n'est que là, que Bucky se tourne réellement vers Steve pour avoir sa réaction, quand bien même, il lui a coulé quelques regards au moment même où il lui a pris la main. Restant simplement sourd à ses possibles paroles ou réactions négatives. Steve devait voir pleinement le bar pour comprendre la surprise de Bucky.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Lun 01 Oct 2018, 00:52

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Ils avaient beau se connaître depuis presque toujours, ils se découvraient encore. Mais Steve se découvrait aussi, c'était, après tout, la première fois qu'il partageait sa vie avec quelqu'un de cette façon. Première et unique fois. Il se découvrait sur ce point et n'avait pas envie d'être raisonnable alors que son coeur tambourinait constamment et qu'il avait toujours cette même envie d'avoir Bucky contre lui, serré dans ses bras, précieusement. Il découvrait aussi Bucky sous un autre jour, qui lui plaisait énormément. Il n'avait jamais si bien dormi que depuis qu'ils s'étaient vraiment trouvés et qu'ils partageaient chaque nuit dans le même lit, dans les bras l'un de l'autre. Il n'avait jamais tant aimé se réveiller qu'avec Bucky contre lui, toujours dans la même position, sentir ce poids contre lui, cette chaleur aussi, c'était rassurant. Il pourrait pousser à faire le rapprochement entre un enfant et son doudou. C'était pareil. Le besoin de l'avoir contre lui pour passer une bonne nuit, parfois nicher son visage dans ses cheveux. Des habitudes, des comportements qu'il remarquait chez Bucky, aussi, des choses qu'avant, il n'aurait pas pu remarquer. Qu'en temps "normal" ou plutôt, qu'avant, il ne pouvait pas voir, comprendre, sauf que tout était différent maintenant. Combien de temps il pouvait seulement passer à le regarder, à analyser ses gestes et les traits de son visage pour savoir s'il avait besoin de sucre dans son café ou s'il avait un peu faim ou si quelque chose le tracassait. Des petits détails comme ça qu'il remarquait enfin, qu'il pouvait se permettre de remarquer. Quelque regards vers lui pour savoir son humeur, s'il avait un petit coup de blues ou s'il se perdait dans ses pensées. Il remarquait aussi d'autres choses depuis leur dispute de l'autre soir, il en comprenait mieux d'autres. Comme le fait que le Winter Soldier n'était jamais bien loin mais qu'il changeait, qu'il avançait mais que Bucky ne le remarquait pas, que Steve ne pouvait pas lui pointer non plus car c'était de ces choses que Bucky devait remarquer de lui-même pour le comprendre, que si Steve le lui disait, il était fort possible que Bucky arrête tout ou le nie, pour ensuite chercher à comprendre ses gestes et finalement, que ceux-ci n'aient plus rien de naturels. Puis, chaque jour qui passait, Steve se rendait un peu plus compte d'à quel point il pouvait l'aimer et souhaiter que cette histoire n'ait jamais de fin. Que le destin ne tente pas de les séparer à nouveau car là, il ne pourrait pas le supporter. Il ne savait déjà pas vraiment comment il l'avait fait par le passé, sinon peut-être vivre ou survivre par automatisme, des gestes répétés, des habitudes qu'il s'était imposé. Là ? Il avait trop pris goût à cette vie de couple et s'il était possible, il aimait un peu plus chaque jour Bucky. S'il était seulement possible. C'était indescriptible ce qu'il pouvait ressentir, c'était comme si le mot amour était une insulte car trop faible par rapport à ce qu'il pouvait ressentir. Comme le sentiment de plénitude quand il regardait Bucky. Pas besoin de parler, un regard suffisait amplement. Un échange de regard et il se sentait bien. Mais tout dépendait du regard de Bucky, il restait constamment aux aguets.

Mais ce soir là, honnêtement, il ne comprenait pas ce que sa moitié avait en tête, il avait beau l'analyser, il ne comprenait pas. Il le suivait, il regardait les alentours, il y était déjà venu, s'y était déjà promené, cela faisait parti de ces ruelles qu'il voulait découvrir en se disant "j'aurai tout vu de New York" mais dans laquelle il était passé sans vraiment regarder les magasins. Puis, il fallait le dire, New York changeait constamment alors il n'était pas facile de garder des idées des lieux, sa mémoire eidétique n'était venu que bien après ces promenades dans les rues de New York. Devant le lieu où Bucky s'arrêtait, il entendait quelque chose mais un humain normal ne l'aurait peut-être pas entendu, comme il était compliqué de regarder à l'intérieur de la .. quoi ? Magasin ? Bar ? Restaurant ? Salon de thé ? Salle de réunion ? Aucune idée.

Bucky lui prenait la main et il avait un léger mouvement. Non pas mouvement de recule mais pas loin, ne comprenant surtout pas pourquoi il lui prenait la main en pleine rue, quelle mouche l'avait piqué ? C'était tellement risqué à cette époque, rien que ce simple geste. Fais moi confiance. Euh, oui, mais ? Si déjà dans l'immeuble il ne voulait pas s'afficher comme "celui qui était en couple avec Steve Rogers/Captain America" alors lui prendre la main dans la rue ? Fais moi confiance. Bon, d'accord. Est-ce qu'ils s'affichaient devant un homme inconnu ? Oui. Sauf que Steve ne comprenait toujours pas pourquoi et était complètement largué, ce que Bucky devait ressentir à la façon dont Steve lui serrait la main. Il regardait un peu autour de lui, franchement mal à l'aise. Confiance aveugle en Bucky, oui. Les autres ? Clairement pas. Il aimerait partir du principe, comme avant la guerre contre Thanos, qu'il pouvait avoir confiance en tout le monde jusqu'à preuve du contraire mais la guerre contre le titan lui avait fait voir tellement de choses qu'il ne pouvait plus se permettre cette naïveté. Ou alors il lui faudrait un peu plus de temps que ça pour relativiser les choses et ne pas être, comme maintenant, sur le qui-vive. Il soufflait un petit "merci", pour imiter Bucky, quand l'homme leur souhaitait une bonne soirée et les laissait entrer.

Le truc, c'est que même avec cette crainte de subir l'homophobie, une fois à l'intérieur du bar, il ne voyait pas l'évidence. Il voyait le bar. Il voyait les lumières, il entendait l'ambiance. Il écoutait les conversations, il regardait les lieux mais il lui fallait bien presque une minute planté là pour réellement voir les gens et faire le rapprochement. Car ça ne lui était pas paru comme une évidence, il avait vécu au vingt-et-unième siècles où c'était très courant de voir des couples homosexuels partout dans des bars, assez en tout cas pour que ce ne soit pas ce qu'il remarque en premier, mais bien en dernier lieu dans ce bar. Aussi parce qu'il était loin de s'imaginer qu'à leur époque, cela existait, ce genre d'endroit. Il avait tout appris sur son époque et ce qu'il s'était passé après sa mort jusqu'à son réveil mais l'homosexualité n'avait pas du tout été dans ses préoccupations. Le féminisme oui, lui-même l'avait toujours été et le savait, déjà à cette époque il se battait pour les femmes et qu'elles soient aussi reconnues que les hommes et traitées exactement comme les hommes. Et que les hommes soient traités comme les femmes. Plus simplement, qu'il n'y ait aucune différence selon le genre. Mais l'homosexualité ? Il ne s'était pas renseigné car ça ne le concernait pas et pensait que cela ne concernait personne sinon les intéressés, ne s'étant jamais posé de questions sur sa sexualité non plus et étant resté vierge jusqu'à 2018, oui, loin de ses préoccupations. Et étant amoureux mais dans le déni le plus total de son meilleur ami depuis toujours. Bref. Il finissait par remarquer ce qu'il se passait et passer du chiot perdu à tourner le visage vers Bucky lorsqu'il comprenait enfin ce qu'il se tramait ici. Un lieu que justement personne ou presque ne connaissait sinon les intéressés, même les habitués de New York ne connaissaient pas.

Honnêtement, Steve ne savait pas comment réagir. Il avait beau voir des couples danser, discuter, s'embrasser, il ne savait pas quelle était la limite. Ce qu'il pouvait faire ou non. Il se doutait que si Bucky l'avait amené ici, c'était pour qu'ils n'aient pas à conserver une certaine distance comme d'habitude devant les autres, il était juste encore partagé sur le fait de s'afficher devant des inconnus mais ne pas pouvoir le faire devant des amis. C'était intimidant. Il essayait de sourire à Bucky mais son sourire était un peu coincé. Qu'est-ce que je peux faire et qu'est-ce que je ne peux pas faire. Il pouvait l'entraîner contre lui, déjà, profiter de leurs mains qui se tenaient pour l'entraîner contre lui et le serrer avec son bras gauche. S'enlacer en publique, déjà, c'était un grand pas qu'il était plus qu'heureux de pouvoir faire. Pas comme si c'était un accomplissement mais quelque part, Steve en avait besoin, de ne pas avoir à se cacher. Ne pas avoir à cacher Bucky non plus.

Comment tu as trouvé ce lieu ...?

Il ne savait pas où aller, ne savait pas quoi faire et ne pouvait que s'en remettre à Bucky, sa main gauche s'étant posée au niveau des reins de sa moitié. Ils avaient donc vraiment le droit à ce genre de choses ici ? Il savait qu'au pire, leur lunettes les couvraient, on ne saurait jamais qui ils étaient vraiment et on ne pourrait pas les retrouver mais, tout de même.

Est-ce qu'on peut ...?

Vraiment s'enlacer ? Rester l'un contre l'autre ? S'embrasser ? Bien que Steve ne soit pas du tout du genre à apprécier les effusions en publique, que même si amoureux, il restait très pudique, il voulait au moins savoir si cela faisait parti des choses autorisées. S'il y avait des limites à ne pas franchir ou si ce bar était comme n'importe quel autre. Car honnêtement, il n'avait pas envie de se dire que c'était un bar pour homosexuels et l'idée d'un bar comme n'importe quel autre était préférable, bien que cette notion renvoyait à 2017, c'était devenu sa normalité, sur certains points.

Bien, Bucky avait raison là-dessus. Il voulait le sortir, il l'avait fait et il n'était pas déçu. Juste très surpris et ayant visiblement encore du mal à se faire à l'idée. L'impression d'être passé à côté de quelque chose et d'avoir été encore plus naïf que ce qu'il croyait à cette époque.
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t232-james-b-barnes-the-wint

MISSIVES : 1909
FT. : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Avat : Kidd/ Gifs profil : moi et currywurst ♥/ Aesthetic : Jean ♥/ signa et code signa : moi
AKA. : The Winter Soldier
STATUT CIVIL : Le coeur pris. Même si leur couple ne regarde personne.
LOCALISATION : New-York 1945, près de Steve
MULTIFACE : Dimitry Kouznetsov & Peter J. Quill & Fenrir Lokison & Melody E. Campbell
DATE D'ARRIVÉE : 05/12/2017
ZONE LIBRE :
Home is where my heart is


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Mar 02 Oct 2018, 20:56

the way you make me feel
Bucky & Steve

«I've got you under my skin. I have got you, deep in the heart of me. So deep in my heart that you're really a part of me »
Rien que leur temps de route, Bucky a observé son homme pour le voir perdu et perplexe quant à leur destination. Le sentant nerveux une fois rendu devant le bâtiment et que dire du mouvement de Steve quand Bucky lui prend la main ? De quoi lui filer un pincement au coeur, à croire qu'il pourrait lui faire du mal ou l'entraîner dans dieu sait quoi. Heureusement qu'il a précisé à Steve de lui faire confiance, s'il ne l'avait pas fait est-ce que sa moitié aurait fait un bond en arrière ? Retirer sa main ? Et si le brun fait comme si de rien était ça le perturbe quand même, l'obligeant à prendre une inspiration. Surtout qu'il sent le moindre mouvement de Steve, la manière dont le blond resserre sa main sur la sienne. Devant mentalement se répéter en boucle que ça ne vient pas de lui, que ça vient de la situation, que c'est elle qui perturbe son homme.

Heureusement qu'il n'y a que quelques mètres à faire avant que Bucky ne puisse vraiment se tourner vers Steve et pouvoir vraiment l'observer. Scruter ses réactions en tout genre. Oui, que quelques mètres, sinon avec leur fâcheuse manie de réagir à l'autre, c'est Bucky qui deviendrait nerveux en moins de deux là. Mais en même temps s'il veut que sa moitié se détende pour mieux pouvoir profiter de la soirée, il faut qu'il reste calme lui-même. Un brin de doute venant pourtant s'insinuer dans son esprit en observant Steve ; est-ce que j'ai bien fait de l'amener ici. Bien sûr et mille fois oui, ça part d'une bonne intention mais la finalité va donner quoi ?

Surtout que pour Bucky ce n'est quand même pas commun ce genre d'établissement vu qu'en prime, il n'a pas vraiment vécu au vingt et unième siècle. Il n'a jamais eu l'occasion de voir à quel point cela pouvait être normal de voir des couples homosexuels de partout. Disons, qu'il en a vu mais que ce n'est pas quelque chose pour laquelle il a pu faire attention. Bien trop obnubilé par sa cavale et sa survie une fois échappé à Hydra. Faites votre vie, je fais la mienne. Ou peut-être est-ce parce que -même sans tous ses souvenirs- justement il connaissait déjà, parce qu'il avait déjà eu des connaissances dans son entourage. Ou peut-être est-ce parce qu'il ne s'est jamais questionné sur sa propre sexualité. Un mélange de tout possiblement, un cocktail étrange dans sa tête. Donc oui, pour lui et qui plus est dans cette époque ce n'est pas commun et c'est là dessus où il est persuadé que Steve ne pouvait pas s'en douter. Savoir que ce genre de lieu peut exister en 1945 et même avant.

Rester calme et attendre que Steve percute et réagisse. Retrouvant son sourire quand enfin son homme le regarde, même s'il ne peut pas louper que Steve est complètement perdu. Oui, mon coeur. Forcément, Bucky ne se fait pas prier pour venir se lover contre Steve, libérant ses mains dans le même mouvement pour qu'elles retrouvent leurs places. La main gauche au creux des reins de Steve et la droite dans sa nuque.

- C'est une longue histoire que je garde pour plus tard.

Oui lui expliquer comment il a connaissance de cet endroit ne va pas se faire en deux secondes et pour le moment, Bucky préfère que Steve se détende. D'autant plus qu'ils sont là pour ça, n'est-ce pas, passer une soirée de détente, tranquillement tout en étant dehors et loin des autres.

- S'enlacer, oui.

Bucky bougeant sa main droite pour la passer de la nuque de Steve à sa joue, se rapprochant dans le même temps pour venir déposer un baiser contre ses lèvres. Un baiser on ne peut plus chaste et tendre, laissant le temps à son homme de le lui rendre s'il en a envie avant de se reculer juste un peu.

- S'embrasser aussi.

Bon vu qu'il vient de le faire, c'est l'évidence même mais Bucky trouve important de rassurer Steve avec des mots. Oui, c'est lui qui dit ça alors qu'il est bien le premier à ne pas vouloir user de mots mais en même temps si ça peut achever de détendre sa moitié.

- Viens.

Gardant sa main et bras gauche autour de Steve pour qu'ils puissent aller jusqu'au comptoir. Commander déjà et parce que même s'il y a encore peu de monde, le brun peut jurer qu'il y a des regards sur eux et il n'aime pas ça du tout. En même temps, ils étaient en plein milieu alors forcément ça attire l'attention. En rejoignant le comptoir du bar, Bucky attend que le barman leur demande ce qu'ils veulent pour lui commander un whisky. Ne lâchant toujours pas son homme, un mélange entre cet homme est le mien et vouloir continuer à rassurer Steve, que oui, ils peuvent vraiment le faire sans que ça ne choque ou dérange qui que ce soit.
(c) DΛNDELION



Until the end of the line.

I have the only person who really saw me and still love me no matter what happens, no matter who am I. And I love him in a same way, he's everything I need.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ᚖ Avengers
Voir le profil de l'utilisateur http://ashesanddusts.forumactif.com/t87-steven-g-rogers-for-as-l

MISSIVES : 1194
FT. : Chris Evans
COPYRIGHT : vorpaline (ava) | ROGERS. (signa) | Heaven (gif) | currywurst ♥ (gif ZL) | redd ♥ (aesthetic)
AKA. : Captain America
STATUT CIVIL : Follement épris, son couple est tenu secret toute fois.
LOCALISATION : New York - Bâtiment des Docks.
MULTIFACE : Shoshana S. Rosenthal, Moïra McLeod, Loki Laufeyson, Gamora & Natalia A. Romanova.
DATE D'ARRIVÉE : 21/03/2016
ZONE LIBRE :
home is where my heart is.

Steve a une passion méconnue du grand public. Mais c'est un peintre et dessinateur qui a déjà vendu quelque toiles il y a quelque années pour survivre à la faim et pauvreté. ⍟ Il n'est pas qu'un guerrier mais aussi une personne calme et pleine de maîtrise vers qui se tourner en cas de doute, si on a besoin de conseil. Mais s'il a toujours été vu sous son jour d'homme bon, il cache au fond de lui un côté très sombre de sa personnalité qu'il vaudrait mieux ne jamais, ô grand jamais réveiller.


Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky Sam 06 Oct 2018, 02:17

the way you make me feel
steve & bucky

« I like the feelin' you're givin' me, just hold me baby and I'm in ecstasy. Oh I'll be workin' from nine to five to buy you things to keep you by my side. I never felt so in love before just promise baby, you'll love me forevermore. I swear I'm keepin' you satisfied, 'cause you're the one for me. »
Le lieu était surprenant pour Steve, il ne s’y était pas attendu du tout, comment aurait-il pu ? Il venait de cette époque et découvrait encore des choses. Ce lieu était un peu sombre pour lui et l’odeur n’était pas des plus agréables mais c’était un bar relativement convenable tout de même. Il faisait le point sur le lieu, de la décoration à la musique à l’ambiance pour finir sur les personnes. Bucky arrivait toujours à le surprendre, avec l’immeuble, les docks puis là.

C’était bizarre de ne pas penser aux personnes de l’immeuble, ils étaient après tout tous comme une famille et pourtant ils reprenaient un certain cours de leur vie, comme si ces deux dernières années n’avaient pas eu lieu. Un bar qui ressemblait à un jardin secret. Il commençait par se détendre en ayant tout analysé.

Bucky venait l’enlacer, Steve l’imitait donc en glissant ses bras autour de lui, frottant doucement son dos. Lieu très surprenant. Comment Bucky avait pu le découvrir ? Est-ce qu’il lui cachait quelque chose ? Avait-il découvert cet aspect de sa sexualité si tôt ? Nombreuses questions lui venaient. Il inspirait profondément l’odeur de Bucky, c’était rassurant. Bien. Pour plus tard alors.

Un aspect normal, un « tout va bien, nous sommes normaux et on ne fait rien de mal » à être ici, il commençait à le ressentir mais avait besoin de définir les limites de ce lieu. Il aurait pu partir du principe « je fais les règles et défini mes limites » mais en revenant en 1945, il ne voyait que trop l’occasion de tout refaire et bien. S’enlacer oui, il voyait bien. Puis Bucky l’embrassait et il ne pouvait que lui rendre son baiser, bien qu’un peu mal à l’aise de faire ça en publique, que celui-ci soit tolérant ou non, ça, c’était encore une autre histoire. S’embrasser, oui. Des limites normales, donc. Comme s’ils étaient dans un bar normal. Bien. Il comprenait bien.  

Bucky l’enlaçait de son côté gauche, chose inhabituelle mais il le suivait avec un petit sourire niais aux lèvres. Cette envie d’enfin souffler sans pour autant le faire, se sentir normal ici sans l’être en dehors. Que boire ? Il savait exactement ce qu’il voulait ; une bière. Il avait eu l’occasion d’en reboire, notamment lors de son entrevue avec Stark mais ça lui avait manqué en 2017-2019. Ça lui avait manqué de boire quelque chose de frais et pétillant et... il aimait beaucoup la bière de toute façon. Alors c’était ce qu’il commandait. Un peu surpris aussi que sa moitié demande un whisky, lui qui ne l’avait vu boire que de la vodka ces derniers temps. Ça lui rappelait 1943, un bar sombre, de la fumée de cigare et cigarette qui embrumait l’air, et eux deux, simplement à parler et boire. Bucky et son whisky, lui et sa bière.

Ils ne pouvaient pas se voir réellement avec ces lunettes mais il ne se retenait pas dans ses regards pour autant. Comme il avait glissé son bras autour des épaules de Bucky et l’avait brièvement entraîné contre lui pour embrasser son front. Le barman leur servait leur boissons mais il se trouvait bête en plongeant sa main dans sa poche par habitude et ne rien y trouver. Il y réfléchissait et avait laissé les billets et pièces dans une poche de leur sac dans la chambre, sous le lit, à défaut d’avoir un lieu plus sécurisé et n’ayant pas spécialement envie de voir cet argent disparaître parce que leurs charmants voisins se seraient servis. Argent qu’il ne laissait en libre service qu’à Bucky, de toute façon, son argent était aussi le sien et ainsi de suite. Mais le fait était qu’il avait oublié ça à l’appartement et qu’il se retrouvait embarrassé de ne pas pouvoir payer, il avait perdu cette habitude au 21e siècle où il avait tellement d’argent qu’il ne savait pas quoi en faire. C’était un retour à la normale en 1945 jusqu’à l’argent qui lui manquait, exactement comme avant la guerre.

« J’aime assez ces lieux, je ne cherchais pas la lune mais juste un lieu où je pourrais glisser mon bras autour de tes épaules et qu’on ne me prenne pas pour un fou. »

Quelque mots qu’il adressait à sa moitié. Son bras pour témoin. Mais comme il fallait prendre son verre et se trouver une place, il glissait sa main dans son dos pour le frotter brièvement puis se reculer bon gré mal gré.

« Tu as encore beaucoup de lieu comme ça ? »

Il se détendait un peu plus à chaque minute, au point de le taquiner. L’immeuble, les docks, le bar, quoi d’autre encore ?
(c) DΛNDELION


UNTIL THE END OF THE LINE
even when i had nothing, i had Bucky.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: The way you make me feel. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

The way you make me feel. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Everything that kills me make me feel alive • Jody
» Vasily-Petru~~I'm not going to make you feel better
» you make me feel worse ► velcan
» Soothing, I'll make you feel pure. Trust me, you can be sur ♠ Mateo
» « want to make you feel alright ▲ Gabriel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Past :: New York City :: Manhattan-